Principal

Oncologie

Norepinephrine et adrénaline

Influence sur les processus physiologiques, l'état psycho-émotionnel, l'humeur, l'assurance de la réaction du corps dans une situation stressante, le comportement pendant la dépression - toutes ces fonctions sont remplies par des substances spéciales - les catécholamines. Ce groupe comprend l'adrénaline, la norépinéphrine, la dopamine.

  • 1 Synthèse des catécholamines
  • 2 Effets sur le corps
  • 3 Équilibre entre les catécholamines
  • 4 Analyse de la teneur en catécholamines
  • 5 Tabagisme, norépinéphrine et adrénaline

Synthèse des catécholamines

Il existe une relation biochimique entre les substances biologiquement actives citées. La biosynthèse des catécholamines est déclenchée par l'acide aminé tyrosine, qui pénètre dans le corps avec des aliments protéinés. L'un des produits de réaction est la substance Dopa; elle pénètre dans la circulation sanguine et plus loin dans le cerveau. La dopamine est un précurseur de l'hormone dopamine et la noradrénaline en est formée. Le produit final de la biosynthèse des catécholamines est l'adrénaline.

L'adrénaline et la noradrénaline sont sécrétées par la médullosurrénale. La formation d'hormones commence sous l'action de la corticotropine (l'hormone sécrète l'hypothalamus dans la circulation sanguine lorsqu'une situation stressante survient pour transmettre un signal aux glandes). Ils ont des formules chimiques différentes et leur effet sur le corps est différent. Les hormones en biochimie ont d'autres noms. L'épinéphrine est appelée épinéphrine, norépinéphrine, respectivement, noradrénaline.

On a longtemps noté que la peur et la haine sont des émotions liées et se génèrent l'une l'autre. La conversion de la norépinéphrine en adrénaline au niveau biochimique en est une confirmation. Au cours d'une situation dangereuse, lorsqu'une personne est réellement menacée pour sa vie, l'adrénaline agit comme une «hormone de la peur» et la norépinéphrine «comme une hormone de la rage».

Action sur le corps

Les principales fonctions de la noradrénaline comprennent:

  • modulateur des processus d'inhibition du système nerveux;
  • aide à stabiliser la pression artérielle et la fréquence respiratoire;
  • régule la fonctionnalité des glandes endocrines;
  • maintient la performance;
  • participe à la manifestation de sentiments supérieurs.

L'effet physiologique de la norépinéphrine sur le corps en situation de stress est similaire à celui de l'épinéphrine:

  • vaisseaux sanguins rétrécis;
  • la fréquence cardiaque s'accélère;
  • les mouvements respiratoires deviennent plus fréquents;
  • la pression artérielle augmente;
  • un tremblement apparaît;
  • le péristaltisme intestinal s'accélère.

En outre, les deux hormones en danger et en danger de mort:

  • contribuer à l'apport d'une grande quantité d'oxygène dans le corps;
  • fournir une augmentation de la concentration de glucose dans le sang;
  • accélérer le métabolisme des graisses et des protéines.

Malgré la relation entre l'adrénaline et la noradrénaline, ils présentent des différences fondamentales. La différence est observée dans la réaction ultérieure du corps après la poussée de l'hormone. Après un saut dans la concentration de norépinéphrine, une personne ne ressent pas de sensation d'euphorie, qui survient comme un effet secondaire de l'adrénaline.

Lorsque l'épinéphrine est libérée, la réponse humaine peut être décrite comme «combat ou fuite», la norépinéphrine forme la réponse «attaque ou défense». Il y a une différence dans la durée de l'action hormonale. La période d'action de la norépinéphrine est 2 fois plus courte que celle de l'adrénaline.

Et, néanmoins, l'effet de la norépinéphrine est inestimable, par exemple, pour les sportifs ou tout en travaillant sur le développement personnel. La noradrénaline n'est pas seulement produite pour résister au stress, mais elle vous encourage également à vous battre et à gagner. Ceci est une autre différence. Les études sur le système endocrinien des animaux sont intéressantes. Chez les prédateurs, la noradrénaline prédomine. Alors que leurs victimes potentielles n'en ont presque pas.

La sérotonine et la dopamine avec la noradrénaline ont en commun les sensations qu'une personne ressent, par exemple, en écoutant de la belle musique, en mangeant des plats délicieux. Dans ces cas, non seulement des hormones de bonheur et de plaisir sont produites, mais aussi de la noradrénaline est produite..

Selon l'une des théories de l'apparition de la dépression, la cause de cette affection est une faible concentration de norépinéphrine ou de dopamine dans le sang. Dans le même temps, la conscience confuse, l'indifférence, la perte d'intérêt pour la vie sont des signes d'un manque de norépinéphrine..

Équilibre entre les catécholamines

L'importance de l'équilibre des hormones noradrénaline et adrénaline ne peut pas être surestimée. L'apparition du premier dans le corps déclenche la synthèse du second. La dépression et le trouble déficitaire de l'attention sont associés à un manque de noradrénaline dans le corps. Si cette hormone est élevée, de l'anxiété, de l'insomnie, des crises de panique apparaissent.

De nombreuses conditions pathologiques sont associées à un faible taux de noradrénaline et, par conséquent, à un équilibre hormonal perturbé:

  • syndrome de fatigue chronique;
  • dysfonctionnements du système nerveux central;
  • fibromyalgie (douleur musculaire chronique);
  • migraine;
  • trouble bipolaire;
  • La maladie d'Alzheimer;
  • la maladie de Parkinson.

Le déséquilibre associé à une forte augmentation de la concentration des deux hormones est associé à:

  • avec syndrome maniaco-dépressif;
  • blessures graves à la tête;
  • avec des tumeurs en croissance active;
  • avec la présence de diabète sucré;
  • avec une crise cardiaque.

Analyse de la teneur en catécholamines

L'effet des catécholamines sur le corps est très spécifique. Avec la manifestation des conditions pathologiques ci-dessus, un test sanguin est effectué pour déterminer le niveau de ces substances. Pour obtenir un résultat précis, le sang veineux du patient est prélevé le matin, lorsque la quantité principale de catécholamines est à la concentration initiale.

Pendant 3-4 jours, le café, les agrumes, le chocolat, les bananes sont complètement exclus de l'alimentation. Pendant la période de préparation de l'analyse, vous ne devez pas prendre d'aspirine. Il est nécessaire de refuser de donner du sang pour l'analyse si le patient a subi un stress la veille.

Tabagisme, norépinéphrine et adrénaline

Les amateurs de tabac soulignent l'effet revigorant de la fumée de cigarette. Les fumeurs invétérés et expérimentés développent une dépendance à la nicotine, abandonner cette mauvaise habitude est problématique. Ces faits sont associés à la manifestation de l'action des catécholamines.

La nicotine, qui pénètre dans la circulation sanguine, stimule la libération de noradrénaline et d'adrénaline. Leur taux sanguin augmente en quelques secondes. Sous l'influence de ces substances, la fréquence cardiaque augmente, la pression augmente, ce qui produit un effet vraiment revigorant..

Dans le cerveau, la circulation sanguine s'améliore, la dopamine est libérée. Il est produit en fumant constamment, c'est pourquoi la dépendance à la nicotine se développe. L'effet revigorant de la nicotine est de courte durée. De plus, son effet destructeur sur le corps est énorme..

La norépinéphrine et l'adrénaline ont un énorme effet protecteur sur le corps humain. Aidez-le à résister au stress et au danger, à se battre et à atteindre ses objectifs. Les hormones contribuent à la formation d'une réponse rapide dans une situation potentiellement mortelle. Il existe une relation étroite entre les hormones, mais leur effet sur le corps est différent. Il est très important d'équilibrer la concentration d'épinéphrine et de norépinéphrine.

La norépinéphrine est une hormone vivante.

Auteur: nomad Date de publication

La norépinéphrine (L-1- (3,4-dihydroxyphényl) -2-aminoéthanol) appartient au groupe des composés catécholamines. Il porte également le nom de norépinéphrine - c'est un nom international non exclusif. Selon ses fonctions dans l'organisme, la norépinéphrine peut être appelée «élixir d'activité». De plus, la noradrénaline joue un rôle similaire dans ses deux hypostases: elle est à la fois un neurotransmetteur et une hormone du système sympathoadrénal (adrénergique). Comme son cousin, l'adrénaline, la noradrénaline est abondamment produite dans les réponses au stress aigu de combat ou de fuite. La différence entre eux est que l'adrénaline est plus responsable de l'évasion, tandis que la norépinéphrine est principalement une substance d'agression..

Où est produite la noradrénaline

La norépinéphrine est produite dans plusieurs parties du corps à la fois. Le premier "site de production" est dans le cerveau où la noradrénaline est produite - à l'arrière de l'hypothalamus. Ses principaux «consommateurs» sont les neurones noradrénergiques à points bleus. Ce nom inattendu fait partie de la formation réticulaire, le noyau, qui est situé dans les parties profondes du cerveau. La «couleur» des noms peut aller de «bleuâtre» à «bleu». En latin, il s'appelle locus coeruleus.

La tache bleue a un système de projection très développé (de manière simple, des connexions à travers les processus des neurones). Ces axones divergent dans différentes parties du cerveau: les couches supérieures du cortex cérébral, l'hippocampe, le cortex cérébelleux, l'amygdale et le striatum. D'autres processus (projections descendantes) sont innervés dans la moelle épinière en neurones sympathiques et moteurs. La même organisation des projections dans le cerveau existe dans les systèmes sérotoninergique et dopaminergique. En termes de «couverture» des connexions, les voies de la noradrénaline sont très similaires au système sérotoninergique.

La tache bleue elle-même est assez compliquée. L'écrasante majorité des neurones de l'espace bleu (et il y a un tel nom) sont spécialisés dans les fonctions, dans les parties du cerveau où vont les axones des neurones noradrénergiques. De plus, les neurones de la tache bleue diffèrent par leurs paramètres biochimiques et leur activité électrique, en fonction des parties du cerveau que leurs axones passent..

Parmi les régions du cerveau, la tache bleue "se spécialise" dans la réponse physiologique au stress et à l'anxiété.

Synthèse de la noradrénaline

Le précurseur de la norépinéphrine est la dopamine, qui à son tour est créée à partir de l'acide aminé tyrosine. Sa source est les protéines alimentaires et son nom vient du "fromage".

Une autre variante de la synthèse de la dopamine est de la phénylalanine, qui est hydroxylée (attache un groupe OH) à la norépinéphrine dans les vésicules des terminaisons synaptiques à l'aide de l'enzyme dopamine bêta-hydroxylase. Dans cette variante de «production», la noradrénaline bloque une enzyme qui transforme la tyrosine en un «précurseur» de la dopamine. Ce mécanisme permet l'autorégulation de la synthèse de la noradrénaline.

Autres endroits du corps où la norépinéphrine est produite

En plus de l'hypothalamus, la noradrénaline est produite dans la médullosurrénale et en grappes de tissu chromaffine extra-surrénalien.

Le prochain endroit où la norépinéphrine est produite est les terminaisons nerveuses du système nerveux sympathique (les extrémités des fibres nerveuses).

Le «travail» de la norépinéphrine est stoppé par sa destruction par les enzymes monoamine oxydase (MAO) ou catéchol-O-méthyltransférase (COMT).

Neurotransmetteur norépinéphrine: effet sur l'organisme

En tant que neurotransmetteur, la noradrénaline assure la transmission chimique de l'influx nerveux dans les synapses noradrénergiques des systèmes nerveux central et périphérique.

Dans le travail du cerveau, la norépinéphrine est l'un des «médiateurs de l'éveil» les plus importants. Sa participation au cycle veille-sommeil est la suivante:

  • il aide à se réveiller
  • améliore la concentration de l'attention,
  • favorise la concentration sur la tâche,
  • assure le fonctionnement de la mémoire.

Tout cela est de la norépinéphrine, son effet sur le corps ne se limite pas à l'augmentation de ses performances mentales. Ce neurotransmetteur est également nécessaire à la formation des émotions. Les projections de noradrénaline de la tache bleue passent dans le système limbique, qui est impliqué dans la régulation des sentiments.

La noradrénaline est impliquée dans la formation de sentiments de vigilance et de vigilance. Le sentiment de peur est également l'un des «mérites» de la norépinéphrine. De plus, la peur peut être:

  • en tant que réaction causée par un danger réel ou prévisible,
  • et la peur irrationnelle, qui est une expérience déraisonnable qui ne peut être expliquée par la situation.

Le rôle de la noradrénaline dans l'émergence de tels sentiments «agités» est dû au fait que c'est aussi l'un des composés qui déclenche la réponse du corps «combat ou fuite»..

De plus, la noradrénaline est associée à un comportement anxieux car elle est «utilisée» par la plupart des neurones du locus coeruleus du cerveau. Et cette partie du cerveau génère la réponse de panique..

La norépinéphrine est une hormone de ce?

Plus de noradrénaline est connue comme «l'hormone du stress». En effet, la norépinéphrine est l'un des instruments humoraux du corps pour le soutien physiologique des réactions de «combat ou fuite», mais dans une moindre mesure que l'adrénaline. La concentration de norépinéphrine dans le sang augmente dans toutes les situations de stress: peur, anxiété, stress nerveux et émotionnel, traumatisme, brûlures, perte de sang.

Une réponse de combat ou de fuite implique une disposition du corps à affronter ou à échapper au danger. En conséquence, la norépinéphrine provoque un certain nombre de changements correspondants et mobilisateurs dans le corps.

Si nous considérons la noradrénaline en termes de réactions purement somatiques, alors la noradrénaline est une hormone de quoi, quels changements dans le corps? Ce sont les changements physiologiques suivants:

  • La force de la contraction du muscle squelettique augmente.
  • La vitesse (fréquence) de la fréquence cardiaque augmente.
  • De plus, la noradrénaline module la fonction de certains types de cellules immunitaires (par exemple, les lymphocytes T), qui jouent un rôle important dans l'immunité acquise.
  • La pression artérielle augmente. Cela se produit de deux manières. La première consiste à rétrécir la lumière des vaisseaux sanguins (vasoconstriction). Deuxièmement, en raison de l'augmentation du débit cardiaque, le muscle cardiaque pousse le sang hors du cœur avec plus de force. En raison de ces changements, il y a une augmentation de la pression de perfusion dans les artères coronaires et cérébrales. Mais dans le même temps, la résistance vasculaire périphérique et la pression veineuse centrale augmentent considérablement..
  • La concentration de glucose et d'acides gras libres (non estérifiés) augmente dans le sang (la noradrénaline favorise la dégradation des graisses avec son «frère» adrénaline).

La nécessité d'augmenter le travail de la musculature pour assurer "combat" ou fuite est évidente. Une augmentation de la glycémie est nécessaire pour améliorer la nutrition des muscles et des organes - énergie pour le corps. L'augmentation de la pression artérielle a le même objectif: la nutrition. En général, la noradrénaline est une hormone pour quoi? Mobilisation du corps face au danger: "tout pour le front, tout pour la victoire"!

Le rôle de la noradrénaline dans le corps

Après la transmission de l'influx nerveux, le prochain rôle majeur de la norépinéphrine dans le corps est la régulation de la pression artérielle et de la résistance vasculaire périphérique (avec d'autres hormones). Par exemple, lorsque vous vous levez ou vous asseyez d'une position couchée, la concentration de norépinéphrine dans le plasma sanguin augmente plusieurs fois en une minute (normal).

Le rôle de la norépinéphrine dans l'organisme ne se limite pas à un travail de «mobilisation». En général, il s'agit de la coordination des ressources utilisées pour l'activité, la restauration et la reproduction des systèmes nécessaires au travail efficace du corps..

Le rôle de la noradrénaline dans l'organisme est très élevé. Les perturbations dans la synthèse et l'utilisation de la noradrénaline (excès ou carence dans le corps) peuvent entraîner divers troubles de la santé et du bien-être:

  • anxiété,
  • la dépression,
  • abus de substance,
  • trouble de stress post-traumatique, etc..

Une augmentation brutale du neurotransmetteur provoque une euphorie (une sensation de bonheur forte, soudaine et écrasante). Mais c'est un effet, dirons-nous, agréable. D'autres réactions possibles ne le sont plus, disons, bonnes:

  • augmentation de la pression artérielle,
  • crises de panique (épisodes inexpliqués et atroces d'anxiété intense),
  • hyperactivité (activité motrice et vocale non naturelle, excitabilité excessive). Le manque de noradrénaline conduit aux conditions pathologiques suivantes:
  • léthargie (manque d'énergie, paresse, léthargie, fatigue),
  • détérioration du trouble de la concentration et du déficit de l'attention,
  • troubles dépressifs.

Excès de noradrénaline: symptômes et maladies

Des niveaux excessifs de noradrénaline peuvent être dus à une condition médicale telle qu'une maladie rénale ou une tumeur.

Certaines tumeurs peuvent «produire» des catécholamines hors de contrôle. Les taux de noradrénaline peuvent augmenter après l'arrêt d'un médicament de chimiothérapie.

La maladie rénale chronique, associée à une pression artérielle élevée due à une noradrénaline élevée, est courante. La norépinéphrine, en plus du cerveau, est synthétisée dans les glandes surrénales. Par conséquent, en conséquence, l'état pathologique de ces organes peut entraîner un déséquilibre de la noradrénaline dans le corps..

Un excès de noradrénaline se produit également en cas de stress. (Après tout, la norépinéphrine est l'une des hormones du stress).

Excès de noradrénaline: symptômes

L'hypertension artérielle est l'un des premiers symptômes lorsqu'il y a un excès de noradrénaline. Si des niveaux élevés de l'hormone persistent, les symptômes et phénomènes pathologiques suivants peuvent apparaître:

  • un rythme cardiaque rapide ou irrégulier;
  • anxiété sans cause;
  • transpiration abondante;
  • détérioration de la vision;
  • accumulation de liquide dans les poumons;
  • manque d'oxygène dans le foie;
  • insuffisance rénale;
  • inflammation du tissu cardiaque ou crise cardiaque;
  • accident vasculaire cérébral.
La noradrénaline et le stress chronique

Un excès de noradrénaline signale souvent la présence d'un stress chronique. C'est un stress qui dure longtemps et cause des dommages importants à de nombreux organes et systèmes du corps. Un séjour prolongé dans un état de mobilisation accrue les épuise et le manque de ressources nécessaires conduit à la perte de santé et de fonctionnalité des organes.

Les conséquences des niveaux élevés de norépirphrine dans le stress chronique comprennent:

Une noradrénaline élevée est un risque de maladie
La norépinéphrine et le cœur

La recherche a établi la relation entre la norépinéphrine et les maladies coronariennes. Le renforcement du cœur, causé par des taux d'hormones élevés, augmente le risque d'insuffisance cardiaque.

Norepinephrine et maux de tête

Un excès de noradrénaline peut avoir des effets différents sur les migraines et d'autres types de maux de tête. Il a été constaté que chez les patients souffrant de céphalées en grappe, le niveau de l'hormone est plusieurs fois plus élevé que la normale..

Norepinephrine et trouble de stress post-traumatique

Le trouble de stress post-traumatique est un trouble psychotique qui survient lorsqu'une personne est exposée à un stress sévère.

Une noradrénaline élevée est caractéristique de ce trouble. Les personnes atteintes de SSPT développent un système noradrénergique hyperactif. Pour cette raison, dans le cerveau des patients atteints de SSPT, une réaction de peur pathologique se forme même avec une force relativement faible du stimulus. Par conséquent, le traitement du SSPT est souvent axé sur la réduction des taux de noradrénaline..

Norepinephrine et sommeil

La noradrénaline améliore l'éveil. Un excès de noradrénaline n'est pas souhaitable pour un bon sommeil. Les symptômes en sont une mauvaise qualité du sommeil ou une insomnie. Quel est le rôle de la norépinéphrine dans le corps en cas de mauvais sommeil?

La tache bleue est l'un des régulateurs importants du cycle veille-sommeil dans le cerveau. Plus la tache bleue est active, plus la personne elle-même est active..

Dans un état de veille calme dans un endroit bleu, des impulsions électriques sont générées avec une fréquence de 1 à 3 Hz. En cas d'apparition de stimuli graves, la fréquence des impulsions augmente à 8-10 Hz - cet état ressemble à une excitation.

Dans un rêve, le processus est complètement inversé. Normalement, pendant la phase lente du sommeil, l'activité des neurones noradrénergiques diminue progressivement. Pendant la phase de sommeil paradoxal (alias le stade paradoxal), le travail du système noradrénergique est presque complètement inactivé (arrêté). La qualité de la phase REM est essentielle pour un sommeil complet et réparateur.

S'il y a de la noradrénaline «supplémentaire», cela signifie que les neurones de la tache bleue «freinent» les parties du cerveau qui leur sont associées. Le résultat est une telle image: eux-mêmes ne dorment pas et ne donnent pas aux autres. Puisque le sommeil du point de vue de la neurophysiologie est une inhibition généralisée de l'activité nerveuse (inhibition répandue dans tout le cerveau), il n'y a pas de cessation de toute activité cérébrale due aux cellules bleues «agitées». La personne dort superficiellement ou de façon agitée. Ou ne peut pas dormir.

Norepinephrine et troubles psychotiques

Un excès de noradrénaline accompagne un état maniaque.

Dans la schizophrénie, un déséquilibre de la noradrénaline se traduit par les manifestations suivantes:

  • hallucinations, délires - le système noradrénergique est hyperactif,
  • une diminution de la luminosité des émotions, une baisse de l'activité - l'activité du système noradrénergique, au contraire, est réduite.

Manque de noradrénaline: symptômes

Norepinephrine et dépression

Il existe une théorie monoamine du trouble dépressif. Selon elle, la cause de la dépression est un excès ou une carence de certains neurotransmetteurs dans le cerveau. La position de la théorie de la monoamine est maintenant légèrement ébranlée, mais cela ne s'applique qu'à son exhaustivité dans la description de la pathogenèse et de l'évolution de la dépression. Les principaux points de la théorie des monoamines restent d'actualité: toute dépression clinique s'accompagne en effet d'un déséquilibre des trois principaux neurotransmetteurs: la sérotonine, la dopamine et notre «héros», la noradrénaline.

Des études post-mortem sur le cerveau de personnes en bonne santé et de patients déprimés ont révélé de nombreuses différences dans les éléments du système noradrénergique. De plus, des expériences génétiques ont montré qu'avec une amélioration fonctionnelle créée artificiellement du système de noradrénaline, la résistance à la dépression induite par le stress augmente. À l'inverse, l'épuisement expérimental de la noradrénaline dans le cerveau provoque le retour d'un trouble dépressif déjà traité avec succès par des antidépresseurs..

Un excès de noradrénaline conduit à une prédominance notable des sentiments d'anxiété et d'excitation dans l'image de la dépression..

Un manque de noradrénaline crée une image plus «classique» de la maladie avec dépression et apathie.

Comment augmenter la noradrénaline dans le corps

Le précurseur de la noradrénaline est la dopamine, synthétisée à partir de l'acide aminé tyrosine, qui est fourni avec un aliment protéiné, ou est produite dans le corps sous forme de dérivé de la phénylalanine.

Sources naturelles de tyrosine:

Il existe une autre source d'augmentation de la norépinéphrine dans le corps: les médicaments, principalement les antidépresseurs. Tous les antidépresseurs sont conçus pour augmenter le niveau de l'un ou l'autre neurotransmetteur. Mais ce sont des médicaments, pas des additifs alimentaires. Tous ces médicaments ne peuvent être pris que selon les directives d'un médecin.!

Comment abaisser les niveaux de noradrénaline

Première option. Normalisation de la noradrénaline de manière «nutritive» - en utilisant le thé vert et ses extraits. Ils contiennent le gallate d'épigallocatéchine composé (et la noradrénaline est une catécholamine). Bien sûr, le thé vert contient également de la caféine, ce qui peut augmenter les niveaux de norépinéphrine. Mais d'autres ingrédients du thé vert réduisent cet effet de la caféine..

Deuxième option. La perte de poids peut réduire les niveaux de norépinéphrine. Chez les hommes, il y avait une corrélation entre la distribution du tissu adipeux et le niveau de noradrénaline. Si la graisse se dépose principalement autour de l'abdomen, le taux de noradrénaline augmente. Les auteurs de cette étude ont émis l'hypothèse que la réduction du tissu adipeux abdominal réduirait les niveaux de norépinéphrine..

Troisième option. Psychothérapie, à savoir l'utilisation de la thérapie cognitivo-comportementale. La TCC aide à se débarrasser des mécanismes d'adaptation inadaptés. Ce sont les soi-disant défenses psychologiques qui sont développées pour surmonter les expériences négatives. Ce ne sont pas tous de bons moyens de gérer les problèmes psycho-émotionnels. La psychothérapie est conçue pour aider les gens à identifier ces mécanismes inadaptés et à les remplacer par des schémas de pensée plus sains. Cette méthode peut réduire le niveau d'anxiété et d'agressivité. En conséquence, le niveau de norépinéphrine dans le corps diminue également..

Important. Si vous recevez des prescriptions ou des conseils d'un médecin, toutes ces méthodes ci-dessus ne remplacent pas l'avis d'un médecin..

Comme vous pouvez le voir, la norépinéphrine est une «personnalité à multiples facettes» parmi les hormones du corps humain. Son contenu optimal est essentiel pour la santé et le bien-être.

J'espère que cet article vous a été utile et intéressant..

Norépinéphrine (norépinéphrine)

La noradrénaline (norépinéphrine) est un composé chimique qui fonctionne comme une hormone et un neurotransmetteur dans le cerveau et le corps humains. Un neurotransmetteur est un produit chimique sécrété par les neurones et transportant des messages entre les cellules nerveuses. En savoir plus sur les neurotransmetteurs >>>

En particulier, la noradrénaline fait partie des catécholamines: une famille de composés qui partagent la même structure de base. La famille tire son nom de sa racine, le catéchol. Les catécholamines comprennent non seulement la norépinéphrine, mais également l'adrénaline et la dopamine. En savoir plus sur la dopamine >>> [R]

  1. Que fait la noradrénaline?
  2. Comment la norépinéphrine affecte-t-elle le corps
  3. Où est produite la noradrénaline
  4. Norepinephrine versus adrénaline
  5. Récepteurs adrénergiques
  6. Interaction de la dopamine et de la noradrénaline
  7. Quels sont les effets de la noradrénaline
  8. Norepinephrine haute et basse
  9. Conclusion

Que fait la noradrénaline?

La norépinéphrine fait partie du système nerveux sympathique qui contrôle la réponse du corps au stress. L'inconvénient du système nerveux sympathique est le système nerveux parasympathique. Il met la plupart des organes dans un état plus propice au repos, à la récupération et à la digestion. [R, R]

Comment la norépinéphrine affecte-t-elle le corps

Dans le cerveau, la noradrénaline augmente l'excitation et l'anxiété, augmente la vigilance, favorise la formation et la récupération de la mémoire et concentre l'attention.

Dans le reste du corps, la noradrénaline augmente la fréquence cardiaque et la tension artérielle, déclenche la libération de glucose à partir des réserves d'énergie, augmente le flux sanguin vers le muscle squelettique, diminue le flux sanguin vers le système gastro-intestinal, bloque la miction et ralentit le passage des aliments dans les intestins. Avec l'adrénaline, ces effets créent une réponse au stress. [R, R]

Où est produite la noradrénaline

Le système nerveux sympathique déclenche la libération de noradrénaline en réponse au stress. Dans le cerveau, la tache bleue utilise la norépinéphrine pour transmettre la panique, la peur et la motivation aux autres organes du corps..

Au sens large, notre système nerveux autonome ou involontaire est divisé en systèmes sympathique (stimulant) et parasympathique (calmant). Les nerfs qui se séparent de la moelle épinière pour atteindre différentes parties du corps appartiennent à l'un d'eux. Pour la plupart, les nerfs sympathiques libèrent de la norépinéphrine et maintiennent l'activité adrénergique, tandis que les nerfs parasympathiques libèrent de l'acétylcholine et maintiennent l'activité cholinergique. [R, R]

En dehors du cerveau, la noradrénaline est également libérée par la couche interne des glandes surrénales, deux structures de la taille d'une noix qui reposent sur les reins.

Le corps produit de la norépinéphrine et d'autres catécholamines dans une cascade qui peut commencer avec l'un des deux acides aminés, la phénylalanine et la tyrosine. La "ligne de production" ressemble à ceci:

Norepinephrine versus adrénaline

L'épinéphrine et la norépinéphrine sont des neurotransmetteurs très similaires. Comme vous pouvez le voir sur la chaîne de montage ci-dessus, ils font partie du même système et proviennent des mêmes prédécesseurs. Les deux sont des catécholamines et tous deux activent la réponse de combat ou de fuite. Cependant, ils ne sont pas identiques et jouent des rôles légèrement différents dans le corps..

Récepteurs adrénergiques

L'épinéphrine et la norépinéphrine se lient à la même série de récepteurs adrénergiques, mais chaque récepteur a une «préférence» pour un neurotransmetteur particulier. Ces préférences provoquent des effets différents des deux composés.

Le récepteur α1 préfère la norépinéphrine. Il resserre les vaisseaux sanguins, augmente la tension artérielle, contracte les muscles de l'iris et réduit l'activité du tube digestif. Le récepteur β1 préfère également la noradrénaline. Augmente la fréquence cardiaque et la force de contraction.

En revanche, le récepteur α2 préfère l'adrénaline. Il détend le tube digestif, réduit la sécrétion d'insuline et favorise la guérison en activant le processus de coagulation. Le récepteur β2 préfère également l'épinéphrine. Il ouvre les voies respiratoires et réduit davantage l'activité du tube digestif..

L'adrénaline et la noradrénaline fonctionnent généralement ensemble, mais elles produisent différentes parties de la réponse de combat ou de fuite. La norépinéphrine augmente la pression artérielle et la fréquence cardiaque, tandis que l'épinéphrine augmente la capacité respiratoire et la coagulation sanguine. Ils travaillent également ensemble pour réduire l'activité du système digestif. [R]

Interaction de la dopamine et de la noradrénaline

La dopamine est un précurseur direct de l'épinéphrine et de la norépinéphrine, de sorte que ces catécholamines sont étroitement liées. Une enzyme, la dopamine bêta hydroxylase (DBH), convertit la dopamine en norépinéphrine.

L'activité de cette enzyme peut modifier les niveaux relatifs de dopamine et de noradrénaline dans le corps. Une activité DBH élevée signifie moins de dopamine et plus de noradrénaline, tandis qu'une faible activité DBH signifie plus de dopamine et moins de norépinéphrine.

DBH doit soigneusement maintenir un équilibre entre la dopamine et la noradrénaline. Un déséquilibre ici peut entraîner une hypertension artérielle, une insuffisance cardiaque, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, la dépression, la schizophrénie, le TDAH et d'autres conditions. [R]

Quels sont les effets de la noradrénaline

Dans le cerveau, la norépinéphrine augmente l'éveil, la vigilance et la vigilance. Il favorise également la formation de la mémoire et nous aide à prendre des décisions..

Les effets suivants se produisent en dehors du cerveau:

  • Dilate la pupille et augmente la production de larmes.
  • Augmente le volume de sang pompé dans le cœur.
  • Augmente la combustion des graisses et des calories pour l'énergie et la chaleur.
  • Les vaisseaux sanguins se contractent, ce qui entraîne une augmentation de la pression artérielle. Ceci, à son tour, réduit le flux sanguin vers le tractus gastro-intestinal..
  • Augmente la production de glucose dans le foie et augmente son absorption dans les muscles, augmentant ainsi l'énergie.
  • L'activité digestive diminue. La norépinéphrine supprime le système nerveux intestinal, provoquant une diminution du flux sanguin intestinal et la sécrétion d'enzymes digestives.

Norepinephrine haute et basse

Ce neurotransmetteur doit être soigneusement équilibré et régulé pour garder votre cerveau et votre corps en bonne santé..

Les médecins peuvent vérifier les taux de catécholamines de leurs patients (adrénaline, noradrénaline et dopamine) en utilisant des analyses de sang ou d'urine. Sur les tests sanguins pour les catécholamines, les niveaux d'épinéphrine et de noradrénaline devraient être significativement plus élevés lorsque le patient est debout que lorsqu'il est allongé..

Le test de la catécholamine est le plus souvent effectué si votre médecin soupçonne que vous ou votre enfant pourriez avoir l'un des rares types de tumeurs. Toutes ces tumeurs produisent des taux anormalement élevés de catécholamines, dont la norépinéphrine:

  • Phéochromocytome (une tumeur rare de la glande surrénale).
  • Paragangliome (tumeur du tissu nerveux).
  • Neuroblastome (une tumeur de tissu nerveux immature qui ne survient que chez les jeunes enfants).

Conclusion

La norépinéphrine est un neurotransmetteur catécholamine tel que la dopamine et l'adrénaline. En fait, il est étroitement lié à ces autres composés, et ils font tous partie de la même voie de biosynthèse. La noradrénaline est produite dans le locus coeruleus, certaines parties du tronc cérébral et dans les glandes surrénales.

Comme l'adrénaline, la norépinéphrine agit sur les récepteurs adrénergiques. Différents récepteurs se lient préférentiellement à l'un ou à l'autre neurotransmetteur pour produire différentes parties de la réponse de combat ou de fuite. La noradrénaline resserre les vaisseaux sanguins, augmente la pression artérielle, augmente la fréquence cardiaque et diminue l'activité digestive.

Norépinéphrine

Le physiologiste Vyacheslav Dubynin sur la découverte de l'adrénaline, les études pharmacologiques de la norépinéphrine et son effet sur le comportement

«Hormone» signifie qu'une substance est libérée dans la circulation sanguine par des cellules spéciales, souvent recueillies dans la glande. Les hormones sont distribuées dans tout le corps, affectent de nombreux organes et tissus et leurs effets durent longtemps - des minutes et des heures. Le médiateur est libéré du processus du neurone (axone), qui forme un contact avec la cellule cible - muscle, glandulaire ou autre neurone. Le médiateur agit ponctuellement, uniquement sur cette cellule, en modifiant son activité pendant quelques secondes au maximum.

L'adrénaline a été isolée à la toute fin du 19e siècle et a immédiatement commencé à être activement étudiée et appliquée dans la pratique clinique. Plus tard, la noradrénaline a été découverte. Les travaux classiques sur leur étude ont été menés sous la direction de l'Anglais Henry Dale - l'un des fondateurs de la pharmacologie moderne. En 1936, Dale a reçu le prix Nobel pour sa découverte et sa description des mécanismes de transmission de signaux chimiques dans le système nerveux..

Formation et action de la norépinéphrine

L'adrénaline et la noradrénaline se forment dans notre corps à partir de la tyrosine. La tyrosine est l'un des 20 acides aminés présents dans les protéines alimentaires. Chaque jour, avec une grande variété d'aliments, nous absorbons plusieurs grammes de tyrosine, qui peut se transformer en norépinéphrine, puis dans les glandes surrénales en adrénaline. Les aliments riches en tyrosine et ses dérivés activent le système nerveux et de nombreux organes. À cet égard, par exemple, il n'est pas recommandé de manger du fromage épicé la nuit (ou, par exemple, lors de la prise d'antidépresseurs).

Le contact de l'axone d'un neurone avec la cellule suivante, dans laquelle les neurotransmetteurs, y compris la norépinéphrine, fonctionnent, est appelé synapse. Le déclenchement de synapse se produit lorsqu'une impulsion électrique arrive le long de l'axone, signalant un stimulus sensoriel important, tel que la douleur, les émotions et les décisions prises par le cerveau. Après avoir été libéré de l'extrémité de l'axone, le médiateur agit sur les récepteurs - protéines sensibles situées à la surface de la cellule cible. Dans le cas de la noradrénaline, ces récepteurs sont subdivisés en deux types: alpha et bêta, qui diffèrent par le taux de réponse, et parfois par le signe de l'effet (excitation ou inhibition de la cellule suivante).

La noradrénaline est le principal médiateur du système nerveux sympathique - cette partie du cerveau et des fibres nerveuses qui contrôlent nos organes internes pendant le stress, le stress physique et émotionnel et la dépense énergétique. Libérée dans les synapses sympathiques, la norépinéphrine améliore le travail du cœur, resserre la plupart des vaisseaux. Il dilate également les bronches (pour que nous respirions mieux), inhibe le tractus gastro-intestinal (pas le temps de consacrer des ressources à la digestion des aliments), etc..

Il est facile de deviner que les deux premiers effets sont excitants (activation du travail des cellules musculaires du cœur et des parois des vaisseaux sanguins); les deux autres sont inhibiteurs (relâchement des parois des bronches, de l'estomac, des intestins, arrêt de la sécrétion des sucs digestifs). Pour déclencher de tels changements multidirectionnels, différents types de récepteurs de noradrénaline sont nécessaires - les récepteurs adrénergiques. Soit dit en passant, ces mêmes récepteurs "répondent" tout aussi efficacement à l'apparition d'adrénaline.

La noradrénaline et le stress

L'un des effets les plus importants du système nerveux sympathique est l'activation de la région interne des glandes surrénales, leur «moelle». L'adrénaline qui en résulte (avec une petite addition de noradrénaline) fonctionne comme une hormone. Il est important que les récepteurs adrénergiques soient présents à la surface des cellules cibles non seulement dans la zone synapse, mais également dans toutes les autres zones. En conséquence, l'adrénaline s'avère souvent être un facteur plus important de modification de l'activité de divers organes et tissus que même la noradrénaline. L'adrénaline est également capable d'affecter les types de cellules que les axones sympathiques ne correspondent pas du tout: érythrocytes, cellules hépatiques, tissu adipeux, etc..

Les effets d'activation de la médullosurrénale sont non seulement plus puissants, mais aussi plus durables que les effets du système nerveux sympathique. En conséquence, un stress grave comprend nécessairement une composante adrénaline. Un stress chronique excessif crée une concentration constamment élevée d'adrénaline dans le sang. Ce n'est plus bon et peut conduire non seulement à un épuisement du corps, mais aussi à des troubles qui détériorent la santé du cœur, de l'estomac et des intestins.

Normalement, les effets sympathiques très rapides mais brefs de la noradrénaline sont harmonieusement complétés par l'action endocrinienne de l'adrénaline prolongée dans le temps. En conséquence, nous avons une réaction holistique du corps, qui se produit pendant le stress, le stress, les émotions et amène ses systèmes dans un état de préparation pour une réponse optimale..

Dans le cerveau, les neurones qui libèrent de la noradrénaline en tant que neurotransmetteur (noradrénergique) sont situés dans le bleu de la macula, une petite zone dans la partie supérieure avant du pont. Il n'y a que quelques millions de cellules nerveuses dans la tache bleue, mais leurs axones forment un réseau extrêmement large de ramifications. En conséquence, les synapses correspondantes peuvent être trouvées dans une grande variété de parties du système nerveux central (SNC) - de la moelle épinière au télencéphale, en passant par le cortex cérébelleux et les hémisphères cérébelleux (les récepteurs alpha et bêta adrénergiques sont présents dans le système nerveux central).

Fonctions de la noradrénaline

Dans sa forme la plus générale, la fonction de la noradrénaline dans le système nerveux central peut être définie comme un accompagnement mental du stress. En même temps, il affecte le niveau général d'activité cérébrale, notre mobilité et notre perception sensorielle, nos émotions, nos besoins, notre mémoire. Disons quelques mots sur chacun des groupes d'effets.

La noradrénaline est impliquée dans la création d'un certain niveau d'activation du système nerveux central de veille (principalement en raison de l'inhibition des centres du sommeil). En conséquence, plus le niveau de stress est élevé, plus nous sommes actifs. De plus, tout le monde sait que sur fond d'expériences et de réflexions émotionnelles fortes, on dort moins bien, jusqu'à l'insomnie. De plus, la norépinéphrine est impliquée dans la régulation inhibitrice des flux sensoriels, ce qui nous permet de nous concentrer sur les signaux les plus significatifs ici et maintenant. L'effet analgésique de la norépinéphrine est bien connu, ce qui se manifeste clairement dans des situations extrêmes (analgésie induite par le stress). On sait que, étant dans un état de passion, les gens peuvent ignorer même les blessures graves et les blessures physiques..

De plus, la noradrénaline contribue à la gestion du niveau global d'activité motrice d'une personne. Les synapses formées par les neurones des points bleus augmentent la mobilité, la marche et la vitesse de course en désactivant les neurones inhibiteurs dans les centres moteurs. C'est cette composante de l'action de la noradrénaline qui conduit au fait qu'avec des émotions fortes et du stress, nous «ne restons pas assis».

La noradrénaline est impliquée dans les processus d'apprentissage et de mémorisation des informations dans les zones supérieures (corticales) du système nerveux central. Dans ce cas, l'activité des influences des points bleus est régulée par les centres de renforcement positif et négatif du cerveau. La libération de norépinéphrine entraîne des modifications à long terme des propriétés des synapses dans les réseaux neuronaux du cortex cérébral et du cervelet. En conséquence, nous avons une meilleure mémoire des programmes qui ont conduit au succès («renforcement positif»). En parallèle, le cerveau bloque les programmes infructueux dont la mise en œuvre a conduit à l'émergence d'émotions négatives («renforcement négatif»). Dans le contexte de la forte activité de la tache bleue, les humains et les animaux apprennent, tout d'abord, à éviter les ennuis et à mémoriser les moyens de sortir de situations potentiellement ou vraiment dangereuses. Avec un peu de stress maîtrisé, on apprend mieux. Cependant, trop de stress aggrave la qualité de la mémorisation et si, par exemple, un élève ou un écolier a trop peur de l'examen, ce n'est pas bon pour la cause..

La norépinéphrine est importante pour réguler l'activité des centres présentant de nombreux besoins et motivations biologiques. Ces centres sont situés dans des zones de notre cerveau telles que l'hypothalamus et l'amygdale. En les influençant, la norépinéphrine peut provoquer une diminution du niveau d'anxiété et une augmentation des manifestations d'agressivité. Une personne avec une activité élevée de la tache bleue a souvent un tempérament cholérique plus prononcé. Dans les situations dangereuses, il choisit souvent la deuxième option de la paire «courir ou combattre». Son cerveau est souvent plus impulsif dans les processus de prise de décision, y compris plus enclin à des explosions soudaines et même inappropriées d'agression..

Enfin, la noradrénaline affecte clairement la gravité des composantes émotionnelles du comportement. Cela se réfère principalement aux émotions positives qui surviennent dans des conditions clairement stressantes et correspondent à des concepts tels que l'excitation, le plaisir du risque, la joie de la victoire. Selon l'organisation individuelle du cerveau, la signification de telles émotions pour une personne en particulier peut être différente, mais parfois très grande.

Équilibre de la noradrénaline

Compétitions sportives (en particulier dans les sports extrêmes), rafting sur des rivières accidentées et escalade, casinos, montagnes russes, jeux informatiques - ce n'est pas une liste complète des moyens que l'humanité a mis au point pour augmenter la libération de norépinéphrine et obtenir des émotions positives associées. Ici, bien sûr, il est important que l'aventure se termine avec succès, que le match soit gagné et que le prochain niveau de «tir» soit terminé. Nous comprenons que le monstre informatique tué est virtuel. Mais l'adrénaline qui a été libérée pendant le jeu est bien réelle, et une personne peut vouloir la recevoir encore et encore, abandonnant tous les autres cas. C'est ainsi que survient la dépendance au jeu, dont le traitement dans les cas graves nécessite l'utilisation des mêmes méthodes que le traitement de la véritable toxicomanie..

En général, on peut dire que, ayant peu de participation à la conduction des principaux flux de signaux nerveux, la norépinéphrine est capable de moduler sérieusement, de rediriger ces flux et, à terme, de réguler l'état général du système nerveux central. Sachant cela, il est assez facile d'imaginer les conséquences d'une activité à la fois excessive et insuffisante du système noradrénergique. Dans le premier cas, nous pouvons faire face à une hyperactivité, des manifestations psychotiques et agressives, dans le second - avec apathie, dépression (en raison d'un manque d'émotions positives), troubles de la mémoire. Dans le premier cas, des médicaments aux propriétés neuroleptiques peuvent être nécessaires, dans le second, des antidépresseurs. Ces deux groupes de médicaments peuvent affecter l'activité de la tache bleue. Cependant, la situation est compliquée par le fait qu'en plus de la norépinéphrine, d'autres médiateurs, principalement la dopamine, la sérotonine et les endorphines, sont impliqués dans la régulation du niveau des émotions..

La grande majorité des agonistes et antagonistes des récepteurs adrénergiques utilisés en pratique clinique sont des médicaments synthétiques. Ils sont apparus à la suite de travaux avec des molécules d'adrénaline et de noradrénaline modifiées chimiquement. Cependant, des composés naturels sont également connus qui affectent ce système. Un exemple est l'éphédrine, un alcaloïde du petit arbuste gymnosperme de l'éphédra. L'éphédrine agit comme un agoniste mixte des récepteurs alpha et bêta adrénergiques. Il est capable d'augmenter la pression artérielle, de dilater les bronches, de soulager l'écoulement nasal et, par conséquent, l'éphédra a été largement utilisée dans la médecine traditionnelle. En cas de surdosage d'éphédrine, ses effets centraux se manifestent: une excitation nerveuse, une altération de l'état de conscience. C'est pourquoi l'éphédrine est actuellement considérée comme un stupéfiant, et l'éphédra est l'une des plantes dont la culture ou la récolte est interdite par la loi..

Une fois la transmission du signal terminée, la norépinéphrine est faiblement détruite dans l'environnement extracellulaire et est principalement absorbée dans l'extrémité de l'axone (extrémité présynaptique). La recapture de la norépinéphrine est effectuée par des protéines de pompe spéciales. Une fois dans le terminal présynaptique, la norépinéphrine peut être relâchée, retransmettant le signal. Mais il peut aussi être décomposé par l'enzyme monoamine oxydase (MAO). Il est important que MAO dégrade également la dopamine et la sérotonine susmentionnées. En conséquence, les médicaments - les bloqueurs de MAO sont de puissants antidépresseurs (dans le contexte desquels il vaut mieux ne pas manger de fromage épicé).

Méthodes de recherche modernes et médecine

Les pharmacologues, à commencer par Henry Dale, ont recherché des «clés maîtresses» moléculaires pour les protéines réceptrices. Il s'agit de substances similaires à la norépinéphrine et à l'adrénaline (agonistes des récepteurs) ou, au contraire, interférant avec la noradrénaline et l'adrénaline en affectant la cellule cible (antagonistes des récepteurs). En dirigeant leur action sur le cœur, les vaisseaux sanguins, les bronches, on peut contrôler la pression artérielle (comprimés), lutter contre l'asthme allergique (inhalateurs), traiter un nez qui coule («pincer» les capillaires de la cavité nasale à l'aide de gouttes spéciales), etc. L'utilisation d'antagonistes des récepteurs de la noradrénaline est particulièrement pertinente dans le cas de l'hypertension. Des millions de personnes âgées dans le monde prennent de tels médicaments chaque jour, ce qui les protège des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, prolonge considérablement la vie et améliore sa qualité..

Questions ouvertes

Le Département de physiologie humaine et animale de l'Université d'État de Moscou étudie activement le système nerveux sympathique. Le corps humain a de nombreuses fonctions finement organisées. L'un des plus difficiles consiste à gérer des milliers de kilomètres de vaisseaux sanguins. Les vaisseaux de nos différents organes: cœur, peau, intestins, muscles, cerveau - changent de diamètre et de tonus de manières très différentes. Pendant une activité vigoureuse, ils sont affectés à la fois par la noradrénaline et l'adrénaline, et sous un stress sévère, leur équilibre correct est extrêmement important.

Nous en savons très peu sur la phylogénie - l'évolution et la biodiversité des effets de la noradrénaline. La science moderne, en plus de l'homme, étudie un très petit nombre d'espèces animales modèles: rats et souris de laboratoire, drosophile, escargot de raisin. Et plusieurs centaines de milliers et millions d'autres créatures vivant sur Terre n'ont pas encore été explorées. Mais en même temps, on sait que le bourdon, la pieuvre, le gopher sentent le monde, bougent, apprennent sur la base de modules cérébraux fonctionnant de manière similaire (bien que la structure même du système nerveux soit extrêmement différente pour eux). Les études de phylogénie permettent, entre autres, de se rendre compte que nous vivons dans un monde saturé des manifestations les plus complexes de la vie, et l'homme n'est pas la seule créature importante et intéressante de cette planète..

L'adrénaline et la noradrénaline sont des hormones de la peur et du courage. Crises de panique et comment les traiter

Vous êtes-vous déjà demandé d'où viennent nos émotions? Et pourquoi certaines personnes savent les contrôler, tandis que d'autres tombent dans un état de passion dans une situation non standard? Il y a des amoureux extrêmes qui aiment le saut en parachute, mais il y a aussi des gens avec des phobies, dont la peur ne leur permet pas d'aller sur le balcon du huitième étage. Tous les êtres humains peuvent être conditionnellement divisés en lâches et en héros, mais qui être est souvent décidé non par nous, mais par notre physiologie. Ou plutôt des hormones. Les émotions les plus fortes - peur, honte, colère, rage et haine - sont le résultat du travail de deux hormones surrénales - l'adrénaline et la norépinéphrine. Ils ont une structure très similaire, mais provoquent des effets légèrement différents, à la fois physiologiquement et émotionnellement. Dans cet article, vous découvrirez l'effet de l'adrénaline et de la noradrénaline sur notre corps, en quoi les personnes extrêmes diffèrent des personnes ayant un instinct développé pour l'autoconservation, ainsi que les possibilités de contrôler ces hormones..

Structure et fonction de l'adrénaline et de la noradrénaline

L'adrénaline est synthétisée à partir de la norépinéphrine dans les glandes surrénales. Le précurseur de la norépinéphrine est l'acide aminé essentiel tyrosine. La tyrosine n'est pas synthétisée dans l'organisme, elle ne peut être obtenue qu'avec des produits d'origine animale. Il y a beaucoup de cet acide aminé dans la viande, et encore plus dans le fromage.

Les vitamines C et B sont également nécessaires à la synthèse de la norépinéphrine et de l'adrénaline..

Les effets de l'adrénaline

On pense traditionnellement que l'adrénaline est une hormone du stress, non seulement psychologique, mais aussi physique. Les brûlures, les traumatismes, les chocs et l'activité physique stimulent la libération d'une énorme quantité d'adrénaline dans le sang. Cette hormone nous est nécessaire pour mobiliser les forces du corps, c'est précisément à quoi sont associés les effets de l'adrénaline - elle «éteint» tout ce qui est inutile et améliore les fonctions nécessaires du corps:

  • Resserre les vaisseaux sanguins et augmente la pression artérielle.
  • Augmente la fréquence cardiaque et la quantité de sang que pousse le cœur.
  • Augmente la respiration, dilate les bronches.
  • Stimule la sécrétion de l'hormone rénine par les reins, entraînant une augmentation de la pression artérielle.
  • Libère le glucose des dépôts dans le foie et les muscles, fournissant ainsi de l'énergie au corps.
  • Stimule la dégradation des graisses. La graisse "chauffante" réchauffe les muscles et donne au corps une énergie supplémentaire.
  • Active la mémoire, l'attention, la réflexion. Ici, au fait, je dois dire que tous les gens n'ont pas d'adrénaline qui provoque une fonction cérébrale adéquate. Très souvent, sous son influence, l'effet inverse se produit - confusion des pensées et panique..
  • Augmente le seuil de douleur.
  • Tonifie les muscles. Parfois, sous l'influence de l'adrénaline, des tremblements (petits tremblements) des membres se produisent.
  • Dilate la pupille, aiguise la vision. Ici vous pouvez vous rappeler le proverbe "La peur a de grands yeux".
  • Supprime l'appétit, le système digestif et la fonction rénale.
  • Provoque la transpiration et la bouche sèche.

L'adrénaline est souvent appelée l'hormone «de combat ou de fuite». On pense que c'est lui qui devrait aider à prendre une décision en cas d'urgence. Cependant, contrairement aux idées reçues, ce choix ne dépend pas uniquement de l'adrénaline.

Effets de la noradrénaline

La norépinéphrine est une hormone de la rage. Associé à l'adrénaline, il détermine le niveau de notre courage et répond à la question "se battre ou courir?".

L'action de la norépinéphrine sur le corps est similaire à l'action de l'adrénaline. Mais il y a quelques nuances - il rétrécit plus fortement les vaisseaux sanguins et augmente la pression artérielle plus efficacement. En même temps, il a un faible effet sur les bronches, les intestins, le cœur et un faible effet sur le métabolisme..

Comment fonctionnent l'adrénaline et la noradrénaline?

La synthèse de l'adrénaline et de la noradrénaline, ainsi que leur travail, ne dépendent pas de notre conscience. Ces hormones sont contrôlées par notre système nerveux autonome (ou autonome), ou plutôt une partie de celui-ci, le soi-disant système nerveux sympathique. La sympathie contrôle nos organes internes dans un état de stress, d'émotions, d'effort physique. Pour que le système nerveux transmette ses signaux aux organes et aux tissus, des médiateurs ou des neurotransmetteurs sont nécessaires. La norépinéphrine est un tel médiateur capable de «communiquer» les «besoins» du système nerveux aux organes internes. D'un point de vue physiologique, il s'agit plus d'un neurotransmetteur qu'une hormone, puisque 80% de son apport est contenu dans le système nerveux sympathique, et seulement 20% dans les glandes surrénales..

Pour que nos organes perçoivent les signaux des neurotransmetteurs ou des hormones, ils doivent avoir des récepteurs pour eux - des cellules ou des molécules capables de se lier à ces substances. Les récepteurs de l'adrénaline et de la noradrénaline sont appelés récepteurs adrénergiques.

Sous le stress, le cerveau est le premier à réagir. L'hypothalamus sécrète l'hormone corticotropine, qui stimule les glandes surrénales pour augmenter la production d'adrénaline et de noradrénaline. Ces hormones dans la circulation sanguine atteignent les organes cibles. Le système nerveux sympathique est également activé, le neurotransmetteur norépinéphrine est libéré. Il se lie aux récepteurs et transmet les impulsions appropriées.

Il existe 5 types de récepteurs adrénergiques, et chacun d'eux a son propre emplacement:

  • Alpha 1 - dans les vaisseaux sanguins, les intestins, les sphincters du tractus gastro-intestinal, le foie et le muscle radial de l'iris.
  • Alpha 2 - dans les cellules nerveuses, en particulier dans les cellules cérébrales.
  • Bêta 1 - dans le cœur, les reins, le tissu adipeux et les glandes sudoripares.
  • Bêta 2 - dans les bronches, le foie, le pancréas, les muscles squelettiques, le tissu adipeux, les glandes salivaires.
  • Bêta 3 - dans le tissu adipeux.

Sous stress, il n'y a jamais d'activation d'un seul type de récepteur adrénergique, l'adrénaline et la norépinéphrine sont attachées à tous les récepteurs qui y sont sensibles. Mais dans différentes situations, la distribution des hormones, et donc des émotions, sera différente. Ainsi, par exemple, la même adrénaline est responsable du sentiment de peur et de honte, mais dans le premier cas, nous pâlissons et dans le second, nous rougissons. En effet, avec la peur, l'adrénaline a tendance à augmenter la pression artérielle en agissant sur les récepteurs alpha 1. En même temps, la peau pâlit. Et avec honte, il n'y a pas de raison d'une forte augmentation de la pression, les vaisseaux sanguins sont dilatés et la peau devient rouge.

La norépinéphrine agit plus sur les récepteurs alpha-adrénergiques que sur les bêta. Cela explique le fait que malgré la structure similaire à l'adrénaline, cette hormone évoque d'autres émotions, et en même temps n'affecte pratiquement pas le cœur, les systèmes digestif et respiratoire, ainsi que le métabolisme..

Les effets néfastes des hormones du stress

Si vous avez été inspiré par l'idée que l'adrénaline stimule la dégradation des graisses, et contribue donc à la perte de poids, ne vous précipitez pas pour vous réjouir. Perdre du poids de cette manière ne mènera à rien de bon. Premièrement, en cas de stress, non seulement des hormones surrénales sont produites et, bien souvent, dans de telles situations, elles ne perdent pas de poids, mais s'améliorent. Deuxièmement, la présence à long terme d'une grande quantité d'adrénaline dans le corps est un préjudice indéniable. Jetons un coup d'œil à ses effets négatifs:

  • Une fatigue cardiaque. Une fréquence cardiaque accrue et une augmentation du débit cardiaque peuvent être mortelles pour les personnes atteintes d'une maladie cardiaque. Par conséquent, les médecins recommandent fortement ce «cœur» pour éviter le stress. L'effet stimulant à long terme de l'adrénaline sur le cœur n'est pas bon pour les personnes en bonne santé. Les arythmies et les maladies coronariennes sont souvent le résultat du stress..
  • Augmentation de la pression artérielle. Le corps est capable de compenser les hausses de pression à court terme. Cependant, si cette situation se prolongeait dans le temps, des changements irréversibles de l'anatomie du cœur et des vaisseaux sanguins se produisent. Cela conduit finalement à une augmentation persistante de la pression artérielle - hypertension
  • Augmentation de la glycémie. L'épinéphrine est une hormone contre-insulaire, ce qui signifie qu'elle supprime la production d'insuline. De plus, il stimule la libération de glucose du dépôt. Ainsi, la glycémie augmente et les tissus ne peuvent pas la métaboliser car il n'y a pas assez d'insuline. Et même si vous ne souffrez pas de diabète, cela peut bien apparaître à la suite d'un stress sévère..
  • Une perturbation prolongée du système digestif peut entraîner une atonie intestinale, une constipation ou une diarrhée.
  • Une dégradation accrue du tissu adipeux n'est pas complète sans la formation de corps cétoniques. C'est en fait la même acétone et ses dérivés qui ont un effet toxique sur le cerveau et le corps dans son ensemble..
  • Fatigue musculaire. Non seulement les athlètes peuvent remarquer cet effet de l'adrénaline, mais aussi ceux qui se trouvent dans des situations extrêmes. La tension doit être remplacée par la relaxation. Et si le niveau d'adrénaline est toujours à la limite, alors le système musculo-squelettique fonctionne "pour l'usure", ce qui, bien sûr, n'ajoute pas à la santé.
  • Une concentration et une mobilisation prolongées du cerveau entraînent son épuisement. L'excitation est remplacée par la dépression et l'apathie. Dans certains cas, une personne peut entrer dans une stupeur si profonde qu'elle ne peut pas se passer de l'aide d'un spécialiste..

Un excès à long terme de noradrénaline entraîne également un certain nombre de conséquences - il altère la vision et les fonctions cérébrales. L'intellect est le premier à souffrir. Et le courage et la bravade cèdent la place à la peur et à l'anxiété.

Que sont les crises de panique et comment les corriger?

L'un des effets secondaires de l'adrénaline est ce qu'on appelle les attaques de panique. Sinon, ils sont appelés crise sympatho-surrénalienne. Ce sont des augmentations incontrôlables des niveaux d'adrénaline. En conséquence, dans un contexte de bien-être complet, une personne éprouve une peur panique, de l'anxiété, des tremblements et parfois des maux de tête. La condition peut être accompagnée de désorientation, de transpiration, d'essoufflement, d'essoufflement, d'engourdissement et de picotements dans les membres.

Les crises de panique peuvent être à la fois la conséquence de maladies hormonales et le résultat d'un travail mental intense. Il n'est pas surprenant que le plus souvent la crise sympatho-surrénalienne survienne chez les jeunes âgés de 25 à 45 ans. Le fait est que le cerveau a bien plus besoin d'oxygène que les autres organes. Et s'il est constamment dans un état de travail et de stress, la demande en oxygène augmente fortement. La libération d'adrénaline dans ce cas est une conséquence de l'exigence du cerveau d'augmenter l'apport d'oxygène. Nous savons que l'adrénaline accélère la respiration et augmente la tension artérielle. L'augmentation des niveaux d'adrénaline fournit plus d'oxygène au cerveau.

Afin de comprendre comment aider un patient, il est nécessaire de comprendre la cause des crises de panique. Parfois, il arrive qu'en raison de maladies de la colonne vertébrale (par exemple, l'ostéochondrose), les vaisseaux alimentant le cerveau soient comprimés. Le plus souvent, le massage aide dans ce cas. Si la cause est le stress et la tension, il est recommandé de se reposer plus souvent et de prendre des sédatifs. Lorsque des maladies hormonales sont détectées, nous corrigeons le fond hormonal. Un neurologue sera en mesure de déterminer la cause des crises de panique et de prescrire le traitement approprié.

Bien que les attaques de panique ne soient pas dangereuses en elles-mêmes, elles peuvent être frustrantes. Par conséquent, vous devez savoir quoi faire si cette situation vous est arrivée..

  • La première étape consiste à réguler votre respiration. Cela devrait être fluide et lent. Afin de vous contrôler, vous devez mettre vos paumes dans une tasse et les porter à votre nez et à votre bouche.
  • Avec une respiration correcte, vous devez changer votre attention. Pensez à quelque chose d'agréable, résolvez un simple problème d'arithmétique, ou serrez les poings, massez vos mains. Si possible, faites un simple exercice physique.
  • Dans ce cas, l'auto-hypnose, ou auto-formation, fonctionne bien. N'oubliez pas que les symptômes disparaîtront bientôt et qu'ils ne sont pas dangereux. Personne n'est mort ou est devenu fou suite à une attaque de panique.

Si l'attaque est arrivée à quelqu'un d'autre, expliquez-lui l'essence de ce qui se passe et suivez toutes les étapes ci-dessus.

Gestion de l'adrénaline et de la noradrénaline. Comment est-ce possible?

Nous avons donc compris comment l'adrénaline et la noradrénaline affectent nos émotions. Votre réaction à une situation donnée dépendra en grande partie de l'hormone que vous avez le plus - l'hormone de la peur ou l'hormone du courage. Mais ne vous précipitez pas pour vous inscrire comme «victime». Si votre corps s'oppose fermement à un conflit avec une douzaine de bandits armés, alors ce n'est pas de la lâcheté, mais un instinct d'auto-préservation. Et c'est très bien si votre cerveau réagit beaucoup plus tôt que vous analysez la situation et comparez les forces.

Bien sûr, beaucoup de gens veulent être des prédateurs, pas des proies. Mais n'oublions pas que nous vivons dans une société civilisée et que nous n'avons tout simplement pas besoin de certains traits de caractère dans la vie de tous les jours. C'était pour nos lointains ancêtres que le courage et l'agression étaient importants, car dans certains cas, une personne se retrouvait sans nourriture ou risquait d'être elle-même mangée. Maintenant, il est tout à fait possible de se passer d'extrême. Pour se rendre au travail, il n'est pas nécessaire d'utiliser la technique du parkour, et pour obtenir de la nourriture, vous n'avez pas besoin de courir avec une lance dans la forêt la plus proche..

Mais ce qui est certainement utile dans le monde moderne, c'est la capacité à gérer ses émotions. Personne ne doute du fait que la colère, la peur et l'anxiété sont très dérangeantes dans la vie. Malheureusement, seuls les yogis peuvent contrôler la production d'hormones de stress. Il existe des exercices spéciaux pour vous aider à le faire. La tâche est assez difficile et les gens s'y engagent depuis des années. Mais il existe des moyens assez simples pour aider à réduire les hormones sans pratiques particulières..

  • Activités sportives. Nous avons déjà parlé du fait que pendant l'activité physique, le niveau d'adrénaline augmente. Si l'entraînement n'est pas épisodique, mais constant, le corps s'habitue à l'action de l'adrénaline et n'y réagit pas avec une forte excitation émotionnelle. Peu importe que vous participiez à des compétitions ou que vous vous entraîniez simplement au gymnase ou à la maison. Par conséquent, les athlètes sont plus calmes et plus équilibrés..
  • Relaxation musculaire progressive. Cette technique fonctionne bien si vous êtes à la maison. Vous devez vous allonger, vous détendre et forcer alternativement les muscles, en les tenant en tension pendant 5 secondes. Commencez par les muscles de vos pieds, puis remontez.
  • Respirez correctement. Si vous ressentez une montée d'adrénaline, il est temps de commencer à respirer uniformément, lentement et profondément..
  • Analysez la situation. Ce n'est pas toujours possible et approprié. Par exemple, si un chien en colère court après vous, vous n'avez pas le temps de raisonner. Mais si une situation banale au travail se produit - par exemple, le rapport a été reporté trois jours plus tôt, il est peu probable que la peur ou la colère aident ici. Une approche constructive et calme du problème - c'est certain. Analysez ce qui se passera dans le pire des cas si vous n'avez pas le temps de terminer le rapport. En conséquence, il s'avère que tout n'est pas si mal et qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter inutiles. Éviter le stress revient essentiellement à gérer les hormones provoquées par le stress..

Résumer. Tous les gens sont différents, chacun a son propre caractère et ses loisirs. Les hommes courageux avec un niveau élevé de noradrénaline ne peuvent pas imaginer leur vie sans extrême, et les personnes avec un instinct développé pour l'auto-préservation ne peuvent parfois même pas regarder les actions des courageux sans peur. L'un aime l'alpinisme et la plongée, tandis que l'autre est bon aux échecs. Et c'est ok.

Les animaux produisent également des hormones surrénales - l'adrénaline et la noradrénaline. Ce n'est pas pour rien que le comportement des prédateurs est associé à l'action de la norépinéphrine, alors que leurs victimes produisent majoritairement l'hormone de la peur, l'adrénaline. Mais tout cela est au niveau des instincts. L'homme, contrairement aux animaux, a un énorme avantage: la capacité de penser. Nous comprenons les processus dans le corps et nous savons que des niveaux élevés et prolongés d'hormones de stress sont nocifs pour notre santé. De plus, les émotions fortes interfèrent très souvent avec notre vie quotidienne. Par conséquent, il est conseillé d'apprendre à contrôler ses émotions grâce à des techniques de relaxation..

Vivez en harmonie et prenez soin de votre santé!