Principal

Écrevisse

Quelle est la différence?

La principale différence entre l'angiotensine 1 et 2 est que l'angiotensine 1 est produite à partir de l'angiotensinogène par l'enzyme rénine, tandis que l'angiotensine 2 est produite à partir de l'angiotensine 1 par l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA).

L'angiotensine est un peptide qui agit sur les muscles des artères pour les resserrer et ainsi augmenter la pression artérielle. Il existe trois types d'angiotensines: l'angiotensine 1, 2 et 3. L'angiotensinogène est converti en angiotensine 1 par catalyse de l'enzyme rénine. L'angiotensine 1 est convertie en angiotensine 2 par l'action d'une enzyme de conversion de l'angiotensine. C'est un type d'angiotensine qui affecte directement les vaisseaux sanguins, provoquant une constriction et une pression artérielle élevée. L'angiotensine 3, en revanche, est un métabolite de l'angiotensine 2.

Contenu

  1. Vue d'ensemble et principales différences
  2. Qu'est-ce que l'angiotensine 1
  3. Qu'est-ce que l'angiotensine 2
  4. Similitudes entre l'angiotensine 1 et 2
  5. Quelle est la différence entre l'angiotensine 1 et 2
  6. Conclusion

Qu'est-ce que l'angiotensine 1?

L'angiotensine 1 est une protéine formée à partir de l'angiotensinogène par l'action de la rénine. Il se présente sous une forme inactive et est converti en angiotensine 2 par l'action de clivage de l'enzyme de conversion de l'angiotensine.

L'angiotensine I n'a pas d'activité biologique directe. Mais il agit comme une molécule précurseur de l'angiotensine 2.

Les taux d'angiotensine 2 sont difficiles à mesurer. Par conséquent, le taux d'angiotensine I est mesuré comme mesure de l'activité de la rénine en bloquant la dégradation de l'angiotensine 1 par inhibition de l'enzyme de conversion du plasma et protéolyse par les angiotensinases.

Qu'est-ce que l'angiotensine 2?

L'angiotensine 2 est une protéine formée à partir de l'angiotensine 1 par l'action d'une enzyme de conversion de l'angiotensine (ACE). Ainsi, l'angiotensine 1 est un précurseur de l'angiotensine 2.

Angiotensine 1 et 2

La fonction principale de l'angiotensine 2 est de resserrer les vaisseaux sanguins afin d'augmenter la pression artérielle. En plus des effets directs sur les vaisseaux sanguins, l'angiotensine 2 a plusieurs fonctions liées aux reins, aux glandes surrénales et aux nerfs. L'angiotensine 2 augmente la soif et la soif de sel. Dans les glandes surrénales, l'angiotensine 2 stimule la production d'aldostérone. Dans les reins, il augmente la rétention de sodium et affecte la façon dont les reins filtrent le sang.

L'angiotensine 2 doit être maintenue au niveau approprié dans le corps. Trop d'angiotensine 2 entraîne la rétention d'un excès de liquide dans l'organisme. En revanche, de faibles taux d'angiotensine 2 entraînent une rétention de potassium, une perte de sodium, une diminution de la rétention d'eau et une baisse de la tension artérielle..

Quelles sont les similitudes entre l'angiotensine 1 et 2?

  • L'angiotensine 1 est convertie en angiotensine 2. Par conséquent, l'angiotensine 1 est un précurseur de l'angiotensine 2.
  • La conversion de l'angiotensine 1 en 2 peut être bloquée par des médicaments qui inhibent l'ECA.

Quelle est la différence entre l'angiotensine 1 et 2?

L'angiotensine 1 est une protéine qui agit comme une molécule précurseur de l'angiotensine 2, tandis que l'angiotensine 2 est une protéine qui agit directement sur les vaisseaux sanguins pour resserrer et augmenter la pression artérielle. C'est donc la principale différence entre l'angiotensine 1 et l'angiotensine 2. De plus, une autre différence significative entre l'angiotensine 1 et l'angiotensine 2 est que l'angiotensine 1 est une protéine inactive, tandis que l'angiotensine 2 est une molécule active..

De plus, la rénine est une enzyme qui catalyse la production d'angiotensine 1, tandis que l'enzyme de conversion de l'angiotensine est une enzyme qui catalyse la synthèse de l'angiotensine 2. Fonctionnellement, l'angiotensine 1 est un précurseur de l'angiotensine 2, tandis que l'angiotensine 2 est responsable de l'augmentation de la pression artérielle, eau corporelle et sodium.

Conclusion - Angiotensine 1 contre 2

L'angiotensine 1 et l'angiotensine 2 sont deux types d'angiotensines, qui sont des protéines. L'angiotensine 1 n'a pas d'activité biologique, mais elle agit comme une molécule précurseur pour la formation de l'angiotensine 2. D'autre part, l'angiotensine 2 est une forme active qui provoque la constriction des vaisseaux sanguins. Il aide à maintenir la pression artérielle et l'équilibre hydrique dans le corps.

Groupe pharmacologique - Antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (AT1-sous-type)

Les médicaments du sous-groupe sont exclus. Activer

La description

Antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II ou antagonistes AT1-récepteurs - l'un des nouveaux groupes de médicaments antihypertenseurs. Il associe des médicaments qui modulent le fonctionnement du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) par interaction avec les récepteurs de l'angiotensine.

Le RAAS joue un rôle important dans la régulation de la pression artérielle, la pathogenèse de l'hypertension artérielle et de l'insuffisance cardiaque chronique (ICC), ainsi que dans un certain nombre d'autres maladies. Les angiotensines (issues de l'angio-vasculaire et de la tensio-tension) sont des peptides formés dans l'organisme à partir de l'angiotensinogène, qui est une glycoprotéine (alpha2-globuline) du plasma sanguin, synthétisé dans le foie. Sous l'influence de la rénine (une enzyme formée dans l'appareil juxtaglomérulaire des reins), le polypeptide de l'angiotensinogène, qui ne possède pas d'activité pressive, est hydrolysé, formant l'angiotensine I, un décapeptide biologiquement inactif qui est facilement soumis à d'autres transformations. Sous l'action de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA), qui se forme dans les poumons, l'angiotensine I est convertie en un octapeptide - l'angiotensine II, qui est un composé presseur endogène hautement actif.

L'angiotensine II est le principal peptide effecteur du RAAS. Il a un fort effet vasoconstricteur, augmente l'OPSS, provoque une augmentation rapide de la pression artérielle. De plus, il stimule la sécrétion d'aldostérone et, à des concentrations élevées, augmente la sécrétion d'hormone antidiurétique (augmentation de la réabsorption du sodium et de l'eau, hypervolémie) et provoque une activation sympathique. Tous ces effets contribuent au développement de l'hypertension..

L'angiotensine II est rapidement métabolisée (demi-vie - 12 minutes) avec la participation de l'aminopeptidase A à la formation de l'angiotensine III puis sous l'influence de l'aminopeptidase N - angiotensine IV, qui ont une activité biologique. L'angiotensine III stimule la production d'aldostérone par les glandes surrénales, a une activité inotrope positive. Angiotensine IV, vraisemblablement impliquée dans la régulation de l'hémostase.

On sait qu'en plus du RAAS du flux sanguin systémique, dont l'activation conduit à des effets à court terme (notamment vasoconstriction, augmentation de la pression artérielle, sécrétion d'aldostérone), il existe un RAAS local (tissulaire) dans divers organes et tissus, incl. dans le cœur, les reins, le cerveau, les vaisseaux sanguins. L'activité accrue du RAAS tissulaire détermine les effets à long terme de l'angiotensine II, qui se manifestent par des changements structurels et fonctionnels dans les organes cibles et conduisent au développement de processus pathologiques tels que l'hypertrophie myocardique, la myofibrose, les lésions vasculaires athéroscléreuses du cerveau, les lésions rénales, etc..

Il a maintenant été montré que chez l'homme, en plus de la voie dépendante de l'ECA pour la conversion de l'angiotensine I en angiotensine II, il existe des voies alternatives impliquant les chymases, la cathepsine G, la tonine et d'autres sérine protéases. Les chymases, ou protéases de type chymotrypsine, sont des glycoprotéines d'un poids moléculaire d'environ 30 000. Les chymases ont une spécificité élevée pour l'angiotensine I. Dans différents organes et tissus, des voies de formation d'angiotensine II dépendent de l'ACE ou d'autres voies de formation d'angiotensine II. Ainsi, dans le tissu du myocarde humain, la sérine protéase cardiaque, son ADN et son ARNm ont été trouvés. De plus, la plus grande quantité de cette enzyme est contenue dans le myocarde ventriculaire gauche, où la voie de la chymase représente plus de 80%. La formation d'angiotensine II dépendante de la chimiase prévaut dans l'interstitium myocardique, l'adventice et les milieux vasculaires, tandis que dépendante de l'ECA - dans le plasma sanguin.

L'angiotensine II peut également être formée directement à partir de l'angiotensinogène par des réactions catalysées par l'activateur tissulaire du plasminogène, la tonine, la cathepsine G, etc..

On pense que l'activation de voies alternatives pour la formation de l'angiotensine II joue un rôle important dans les processus de remodelage cardiovasculaire..

Les effets physiologiques de l'angiotensine II, comme d'autres angiotensines biologiquement actives, sont réalisés au niveau cellulaire via des récepteurs spécifiques de l'angiotensine.

À ce jour, l'existence de plusieurs sous-types de récepteurs de l'angiotensine a été établie: AT1, À2, À3 et AT4 et etc.

Chez l'homme, deux sous-types de récepteurs de l'angiotensine II couplés à la membrane et couplés aux protéines G ont été identifiés et les plus étudiés - les sous-types AT1 et AT2.

À1-les récepteurs sont localisés dans divers organes et tissus, principalement dans les muscles lisses vasculaires, le cœur, le foie, le cortex surrénalien, les reins, les poumons, dans certaines zones du cerveau.

La plupart des effets physiologiques de l'angiotensine II, y compris les effets indésirables, sont médiés par l'AT1-récepteurs:

- vasoconstriction artérielle, incl. vasoconstriction des artérioles des glomérules rénaux (en particulier des efférents), augmentation de la pression hydraulique dans les glomérules rénaux,

- augmentation de la réabsorption du sodium dans les tubules rénaux proximaux,

- sécrétion d'aldostérone par le cortex surrénalien,

- sécrétion de vasopressine, d'endothéline-1,

- augmentation de la libération de noradrénaline par les terminaisons nerveuses sympathiques, activation du système sympathico-surrénalien,

- prolifération des cellules musculaires lisses vasculaires, hyperplasie intimale, hypertrophie des cardiomyocytes, stimulation des processus de remodelage vasculaire et cardiaque.

Dans l'hypertension artérielle dans le contexte d'une activation excessive du RAAS, à médiation AT1-les effets sur les récepteurs de l'angiotensine II contribuent directement ou indirectement à une augmentation de la pression artérielle. De plus, la stimulation de ces récepteurs s'accompagne de l'effet néfaste de l'angiotensine II sur le système cardiovasculaire, notamment le développement de l'hypertrophie myocardique, l'épaississement des parois artérielles, etc..

Effets médiés par AT de l'angiotensine II2-les récepteurs n'ont été découverts que ces dernières années.

Un grand nombre d'AT2-récepteurs trouvés dans les tissus fœtaux (y compris le cerveau). Dans la période postnatale, le nombre d'AT2-les récepteurs dans les tissus humains diminuent. Etudes expérimentales, en particulier chez des souris chez lesquelles le gène codant pour l'AT a été perturbé2-récepteurs, suggèrent leur participation aux processus de croissance et de maturation, y compris la prolifération et la différenciation cellulaires, le développement des tissus embryonnaires, ainsi que la formation d'un comportement exploratoire.

À2-les récepteurs se trouvent dans le cœur, les vaisseaux sanguins, les glandes surrénales, les reins, certaines zones du cerveau, les organes reproducteurs, incl. dans l'utérus, les follicules ovariens atrisés, ainsi que dans les plaies cutanées. Il a été démontré que le nombre d'AT2-les récepteurs peuvent augmenter avec des lésions tissulaires (y compris des vaisseaux sanguins), un infarctus du myocarde, une insuffisance cardiaque. On suppose que ces récepteurs peuvent être impliqués dans les processus de régénération tissulaire et de mort cellulaire programmée (apoptose).

Des études récentes montrent que les effets cardiovasculaires de l'angiotensine II médiés par l'AT2-récepteurs, opposés aux effets provoqués par l'excitation AT1-récepteurs, et sont relativement faiblement exprimés. AT stimulation2-récepteurs accompagnés de vasodilatation, inhibition de la croissance cellulaire, incl. suppression de la prolifération cellulaire (cellules endothéliales et musculaires lisses de la paroi vasculaire, fibroblastes, etc.), inhibition de l'hypertrophie des cardiomyocytes.

Le rôle physiologique des récepteurs de l'angiotensine II de type II (AT2) chez l'homme et leur relation avec l'homéostasie cardiovasculaire n'est actuellement pas entièrement comprise.

Des antagonistes AT hautement sélectifs ont été synthétisés2-récepteurs (CGP 42112A, PD 123177, PD 123319), qui sont utilisés dans les études expérimentales du RAAS.

Les autres récepteurs de l'angiotensine et leur rôle chez l'homme et l'animal sont mal connus..

Les sous-types AT ont été isolés de la culture de cellules de mésangium de rat1-récepteurs - AT1a et AT1b, d'affinité différente pour les agonistes peptidiques de l'angiotensine II (ces sous-types n'ont pas été trouvés chez l'homme). AT isolé du placenta de rats1s-un sous-type de récepteurs dont le rôle physiologique n'est pas encore clair.

À3-des récepteurs ayant une affinité pour l'angiotensine II se trouvent sur les membranes des neurones, leur fonction est inconnue. À4-les récepteurs se trouvent sur les cellules endothéliales. En interagissant avec ces récepteurs, l'angiotensine IV stimule la libération de l'inhibiteur de l'activateur du plasminogène de type 1 à partir de l'endothélium. À4-des récepteurs se trouvent également sur les membranes des neurones, incl. dans l'hypothalamus, vraisemblablement dans le cerveau, ils interviennent dans les fonctions cognitives. Tropicité à AT4-récepteurs, en plus de l'angiotensine IV, contient également de l'angiotensine III.

Des études à long terme du RAAS ont non seulement révélé l'importance de ce système dans la régulation de l'homéostasie, dans le développement de la pathologie cardiovasculaire, l'effet sur les fonctions des organes cibles, parmi lesquels les plus importants sont le cœur, les vaisseaux sanguins, les reins et le cerveau, mais ont également conduit à la création de médicaments, agissant délibérément sur les liens individuels du RAAS.

La base scientifique de la création de médicaments agissant en bloquant les récepteurs de l'angiotensine était l'étude des inhibiteurs de l'angiotensine II. Des études expérimentales montrent que les antagonistes de l'angiotensine II capables de bloquer sa formation ou son action et ainsi de réduire l'activité du RAAS sont des inhibiteurs de la formation de l'angiotensinogène, des inhibiteurs de la synthèse de la rénine, des inhibiteurs de la formation ou de l'activité de l'ECA, des anticorps, des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine, y compris des composés synthétiques non peptidiques bloquant spécifiquement les anticorps1-récepteurs, etc..

Le premier bloqueur des récepteurs de l'angiotensine II, introduit dans la pratique thérapeutique en 1971, était la saralazine, un composé peptidique de structure similaire à l'angiotensine II. La saralazine a bloqué l'action pressive de l'angiotensine II et abaissé le tonus des vaisseaux périphériques, diminué la teneur plasmatique en aldostérone et abaissé la tension artérielle. Cependant, au milieu des années 70, l'expérience de l'utilisation de la saralazine a montré qu'elle avait les propriétés d'un agoniste partiel et dans certains cas donne un effet peu prévisible (sous forme d'hypotension excessive ou d'hypertension). Dans le même temps, un bon effet hypotenseur s'est manifesté dans des conditions associées à un taux élevé de rénine, alors que dans le contexte d'un faible taux d'angiotensine II ou d'une injection rapide de pression artérielle augmentée. En raison de la présence de propriétés agonistes, ainsi qu'en raison de la complexité de la synthèse et de la nécessité d'une administration parentérale, la saralazine n'a pas fait l'objet d'une large utilisation pratique..

Au début des années 90, le premier antagoniste AT sélectif non peptidique a été synthétisé1-récepteur, efficace lorsqu'il est pris par voie orale - losartan, qui a reçu une utilisation pratique comme antihypertenseur.

Actuellement, plusieurs anticorps sélectifs non peptidiques synthétiques sont utilisés ou font l'objet d'essais cliniques dans la pratique médicale mondiale.1-bloquants - valsartan, irbésartan, candésartan, losartan, telmisartan, éprosartan, olmésartan médoxomil, azilsartan médoxomil, zolarsartan, tazosartan (le zolarsartan et le tazosartan ne sont pas encore enregistrés en Russie).

Il existe plusieurs classifications des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II: par structure chimique, caractéristiques pharmacocinétiques, mécanisme de liaison aux récepteurs, etc..

Par structure chimique, bloqueurs AT non peptidiques1-les récepteurs peuvent être divisés en 3 groupes principaux:

- dérivés biphényliques du tétrazole: losartan, irbésartan, candésartan, valsartan, tazosartan;

- composés biphényl non tétrazole - telmisartan;

- composés non phényliques non tétrazoliques - éprosartan.

Par la présence d'une activité pharmacologique, les antagonistes AT1-les récepteurs sont divisés en formes posologiques actives et promédicaments. Ainsi, le valsartan, l'irbésartan, le telmisartan, l'éprosartan ont eux-mêmes une activité pharmacologique, tandis que le candésartan cilexétil ne devient actif qu'après des transformations métaboliques dans le foie..

De plus, AT1-les inhibiteurs diffèrent selon la présence ou l'absence de métabolites actifs. Des métabolites actifs se trouvent dans le losartan et le tazosartan. Par exemple, le métabolite actif du losartan, EXP-3174, a un effet plus fort et plus durable que le losartan (en termes d'activité pharmacologique, EXP-3174 dépasse le losartan de 10 à 40 fois).

Par le mécanisme de liaison aux récepteurs, les antagonistes AT1-les récepteurs (ainsi que leurs métabolites actifs) sont divisés en antagonistes compétitifs et non compétitifs de l'angiotensine II. Ainsi, le losartan et l'éprosartan se lient de manière réversible à l'AT1-récepteurs et sont des antagonistes compétitifs (c'est-à-dire que dans certaines conditions, par exemple, avec une augmentation du niveau d'angiotensine II en réponse à une diminution du BCC, ils peuvent être déplacés des sites de liaison), tandis que le valsartan, l'irbésartan, le candésartan, le telmisartan, ainsi que le métabolite actif du losartan EXP −3174 agissent comme des antagonistes non compétitifs et se lient de manière irréversible aux récepteurs.

L'action pharmacologique des médicaments de ce groupe est due à l'élimination des effets cardiovasculaires de l'angiotensine II, incl. vasopresseur.

On pense que l'effet antihypertenseur et d'autres effets pharmacologiques des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II se réalisent de plusieurs manières (une directe et plusieurs indirectes).

Le principal mécanisme d'action des médicaments de ce groupe est associé au blocage de l'AT1-récepteurs. Tous sont des antagonistes AT hautement sélectifs.1-récepteurs. Il a été démontré que leur affinité pour AT1- dépasse celui de AT2-récepteurs d'un facteur de mille: pour le losartan et l'éprosartan - plus de 1000 fois, le telmisartan - plus de 3000, l'irbésartan - 8,5 mille, le métabolite actif du losartan EXP-3174 et du candésartan - 10 mille, l'olmésartan - 12, 5 mille, valsartan - 20 mille fois.

AT blocus1-les récepteurs empêchent le développement des effets de l'angiotensine II, médiés par ces récepteurs, ce qui empêche l'effet indésirable de l'angiotensine II sur le tonus vasculaire et s'accompagne d'une diminution de la pression artérielle élevée. L'utilisation à long terme de ces médicaments entraîne un affaiblissement des effets prolifératifs de l'angiotensine II sur les cellules musculaires lisses vasculaires, les cellules mésangiales, les fibroblastes, une diminution de l'hypertrophie des cardiomyocytes, etc..

On sait que AT1-les récepteurs des cellules de l'appareil juxtaglomérulaire des reins sont impliqués dans la régulation de la libération de rénine (selon le principe de rétroaction négative). AT blocus1-les récepteurs provoquent une augmentation compensatoire de l'activité de la rénine, une augmentation de la production d'angiotensine I, d'angiotensine II, etc..

Dans les conditions d'une teneur accrue en angiotensine II dans le contexte d'un blocage AT1-récepteurs, les propriétés protectrices de ce peptide se manifestent, qui sont réalisées grâce à la stimulation de l'AT2-récepteurs et exprimé en vasodilatation, ralentissement des processus prolifératifs, etc..

De plus, dans le contexte d'une augmentation du taux d'angiotensines I et II, la formation d'angiotensine- (1-7) se produit. L'angiotensine- (1–7) est formée à partir de l'angiotensine I sous l'action de l'endopeptidase neutre et de l'angiotensine II sous l'action de la prolyl endopeptidase et est un autre peptide effecteur du RAAS, qui a des effets vasodilatateurs et natriurétiques. Les effets de l'angiotensine- (1-7) sont médiés par ce que l'on appelle, non encore identifié, ATX récepteurs.

Des études récentes sur le dysfonctionnement endothélial dans l'hypertension suggèrent que les effets cardiovasculaires des bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine peuvent également être associés à la modulation endothéliale et aux effets sur la production d'oxyde nitrique (NO). Les données expérimentales obtenues et les résultats des études cliniques individuelles sont plutôt contradictoires. Peut-être dans le contexte du blocus AT1-récepteurs, augmente la synthèse dépendante de l'endothélium et la libération d'oxyde nitrique, ce qui favorise la vasodilatation, une diminution de l'agrégation plaquettaire et une diminution de la prolifération cellulaire.

Ainsi, le blocus spécifique de AT1-Les récepteurs permettent un effet antihypertenseur et organoprotecteur prononcé. Dans le contexte du blocus AT1-récepteurs, l'effet indésirable de l'angiotensine II (et de l'angiotensine III, qui a une affinité pour les récepteurs de l'angiotensine II) sur le système cardiovasculaire est inhibé et, vraisemblablement, son effet protecteur se manifeste (en stimulant l'AT2-récepteurs), et l'action de l'angiotensine- (1-7) se développe en stimulant l'ATX -récepteurs. Tous ces effets contribuent à la vasodilatation et à l'affaiblissement de l'action proliférative de l'angiotensine II sur les cellules vasculaires et cardiaques..

Antagonistes AT1-les récepteurs peuvent pénétrer la barrière hémato-encéphalique et inhiber l'activité des processus médiateurs dans le système nerveux sympathique. Blocage des AT présynaptiques1-récepteurs des neurones sympathiques du système nerveux central, ils inhibent la libération de noradrénaline et réduisent la stimulation des récepteurs adrénergiques des muscles lisses vasculaires, ce qui conduit à une vasodilatation. Des études expérimentales montrent que ce mécanisme supplémentaire d'action vasodilatatrice est plus caractéristique de l'éprosartan. Les données sur l'effet du losartan, de l'irbésartan, du valsartan, etc. sur le système nerveux sympathique (qui se manifeste à des doses dépassant les doses thérapeutiques) sont très contradictoires.

Tous les bloqueurs des récepteurs AT1 agissent progressivement, l'effet antihypertenseur se développe en douceur, quelques heures après la prise d'une dose unique, et dure jusqu'à 24 heures. Avec une utilisation régulière, un effet thérapeutique prononcé est généralement obtenu après 2 à 4 semaines (jusqu'à 6 semaines) de traitement.

Les caractéristiques de la pharmacocinétique des médicaments de ce groupe rendent leur utilisation par les patients commode. Ces médicaments peuvent être pris avec ou sans nourriture. Une seule dose suffit pour procurer un bon effet hypotenseur pendant la journée. Ils sont également efficaces chez les patients de sexe et d'âge différents, y compris les patients de plus de 65 ans.

Les études cliniques montrent que tous les inhibiteurs des récepteurs de l'angiotensine ont un effet antihypertenseur élevé et un effet organoprotecteur prononcé, une bonne tolérance. Cela leur permet d'être utilisés, avec d'autres médicaments antihypertenseurs, pour le traitement de patients atteints de pathologie cardiovasculaire..

La principale indication de l'utilisation clinique des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II est le traitement de l'hypertension artérielle de gravité variable. Monothérapie possible (pour l'hypertension artérielle légère) ou en association avec d'autres antihypertenseurs (pour les formes modérées et sévères).

Actuellement, selon les recommandations de l'OMS / IOG (International Society for Hypertension), la préférence est donnée à la polythérapie. Le plus rationnel pour les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II est leur association avec des diurétiques thiazidiques. L'ajout d'un diurétique à de faibles doses (p. Ex., 12,5 mg d'hydrochlorothiazide) peut améliorer l'efficacité du traitement, comme en témoignent les résultats d'essais multicentriques randomisés. Des préparations ont été créées qui incluent cette association - Gizaar (losartan + hydrochlorothiazide), Co-diovan (valsartan + hydrochlorothiazide), Coaprovel (irbésartan + hydrochlorothiazide), Atakand Plus (candésartan + hydrochlorothiazide) (télicardique + hydrochlorothiazide), Micard Plus.

Un certain nombre d'études multicentriques (ELITE, ELITE II, Val-HeFT, etc.) ont montré l'efficacité de l'utilisation de certains antagonistes AT1-récepteurs en CHF. Les résultats de ces études sont ambigus, mais en général, ils indiquent une efficacité élevée et une meilleure tolérance (par rapport aux inhibiteurs de l'ECA).

Les résultats des études expérimentales et cliniques indiquent que les antagonistes des récepteurs AT1-sous-type non seulement empêchent les processus de remodelage cardiovasculaire, mais provoquent également le développement inverse de l'hypertrophie ventriculaire gauche (LVH). En particulier, il a été montré qu'avec un traitement à long terme par losartan chez les patients, il y avait une tendance à une diminution de la taille du ventricule gauche dans la systole et la diastole, une augmentation de la contractilité myocardique. Une régression de la LVH a été observée avec l'utilisation à long terme du valsartan et de l'éprosartan chez les patients souffrant d'hypertension artérielle. Certains bloqueurs des récepteurs du sous-type AT1 trouvé la capacité d'améliorer la fonction rénale, incl. avec néphropathie diabétique, ainsi que des indicateurs d'hémodynamique centrale en CHF. Bien que les observations cliniques concernant l'effet de ces agents sur les organes cibles soient peu nombreuses, les recherches dans ce domaine se poursuivent activement.

Contre-indications à l'utilisation des inhibiteurs de l'angiotensine AT1-les récepteurs sont l'hypersensibilité individuelle, la grossesse, l'allaitement.

Les données obtenues dans des expériences sur des animaux indiquent que les agents qui ont un effet direct sur le RAAS peuvent causer des dommages au fœtus, la mort du fœtus et du nouveau-né. L'effet sur le fœtus au cours des trimestres II et III de la grossesse est particulièrement dangereux, car développement possible d'hypotension, d'hypoplasie du crâne, d'anurie, d'insuffisance rénale et de décès chez le fœtus. Indications directes du développement de tels défauts lors de la prise de bloqueurs AT1-il n'y a pas de récepteurs, cependant, les fonds de ce groupe ne doivent pas être utilisés pendant la grossesse, et si une grossesse est détectée pendant le traitement, leur prise doit être interrompue.

Il n'y a pas d'informations sur la capacité des bloqueurs AT1-les récepteurs pénètrent dans le lait maternel des femmes. Cependant, lors d'expériences sur des animaux, il a été constaté qu'ils pénètrent dans le lait des rates allaitantes (dans le lait des rats, on trouve des concentrations importantes non seulement des substances elles-mêmes, mais également de leurs métabolites actifs). À cet égard, les bloqueurs AT1-les récepteurs ne sont pas utilisés chez les femmes qui allaitent, et si un traitement est nécessaire pour la mère, l'allaitement est arrêté.

Vous devez vous abstenir d'utiliser ces médicaments dans la pratique pédiatrique, car la sécurité et l'efficacité de leur utilisation chez les enfants n'ont pas été déterminées..

Pour le traitement avec des antagonistes AT1 récepteurs de l'angiotensine, il existe un certain nombre de limitations. La prudence est de rigueur chez les patients présentant une diminution du CBC et / ou une hyponatrémie (pendant le traitement par diurétiques, restriction de la consommation de sel avec un régime alimentaire, diarrhée, vomissements), ainsi que chez les patients sous hémodialyse, car le développement d'une hypotension symptomatique est possible. L'évaluation du rapport bénéfice / risque est nécessaire chez les patients présentant une hypertension rénovasculaire due à une sténose bilatérale de l'artère rénale ou à une sténose de l'artère rénale d'un rein solitaire. une inhibition excessive du RAAS dans ces cas augmente le risque d'hypotension sévère et d'insuffisance rénale. Il doit être utilisé avec prudence en cas de sténose aortique ou mitrale, de cardiomyopathie obstructive hypertrophique. Dans un contexte d'insuffisance rénale, une surveillance des taux sériques de potassium et de créatinine est nécessaire. Non recommandé pour les patients atteints d'hyperaldostéronisme primaire, car dans ce cas, les médicaments qui inhibent le RAAS sont inefficaces. Les données sur l'utilisation chez les patients atteints d'une maladie hépatique sévère (par exemple, cirrhose) sont insuffisantes.

Les effets indésirables rapportés jusqu'ici avec les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II sont généralement légers, transitoires et justifient rarement l'arrêt du traitement. L'incidence globale des effets secondaires est comparable à celle du placebo, comme en témoignent les résultats des études contrôlées par placebo. Les effets indésirables les plus courants sont des maux de tête, des étourdissements, une faiblesse générale, etc..

Lors de la prise de médicaments de ce groupe, il n'y a aucun effet de l'hypotension de la première dose, qui se produit lors de la prise d'inhibiteurs de l'ECA, et l'annulation soudaine ne s'accompagne pas du développement d'une hypertension de rebond.

Les résultats des études multicentriques contrôlées par placebo montrent une efficacité élevée et une bonne tolérance aux antagonistes AT1-récepteurs de l'angiotensine II. Cependant, alors que leur utilisation est limitée par le manque de données sur les effets à long terme de leur utilisation. Selon les experts de l'OMS / MTF, leur utilisation pour le traitement de l'hypertension artérielle est conseillée en cas d'intolérance aux IEC, notamment en cas d'indication d'antécédents de toux due aux IEC..

De nombreuses études cliniques sont en cours, y compris. et multicentrique, consacrée à l'étude de l'efficacité et de la sécurité de l'utilisation des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II, de leur effet sur la mortalité, la durée et la qualité de vie des patients et en comparaison avec les antihypertenseurs et autres médicaments dans le traitement de l'hypertension artérielle, de l'insuffisance cardiaque chronique, de l'athérosclérose, etc..

Angiotensine

L'angiotensine est une hormone qui est convertie à partir de sa globuline sérique précurseur, qui est synthétisée par le foie. L'angiotensine est extrêmement importante pour le système hormonal rénine-angiotensine - le système responsable du volume sanguin et de la pression sanguine dans le corps humain.

La substance angiotensinogène appartient à la classe des globulines, elle se compose de plus de 400 acides aminés. Sa production et sa libération dans le sang sont constamment produites par le foie. Le taux d'angiotensine peut augmenter sous l'influence de l'angiotensine II, de l'hormone thyroïdienne, des œstrogènes, des corticostéroïdes plasmatiques. Lorsque la pression artérielle baisse, elle agit comme un facteur stimulant pour la production de rénine et sa libération dans le sang. Ce processus déclenche la synthèse de l'angiotensine.

Angiotensine I et angiotensine II

Sous l'influence de la rénine, la substance suivante est formée à partir de l'angiotensinogène - angiotensine I. Cette substance n'a aucune activité biologique, son rôle principal est d'être un précurseur de l'angiotensine II. La dernière hormone est déjà active: elle assure la synthèse de l'aldostérone, resserre les vaisseaux sanguins. Ce système est une cible pour les médicaments qui abaissent la tension artérielle, ainsi que pour de nombreux agents inhibiteurs qui réduisent la concentration d'angiotensine II..

Le rôle de l'angiotensine dans le corps

Cette substance est un puissant vasoconstricteur. Cela signifie qu'il rétrécit les veines et les artères, ce qui entraîne à son tour une augmentation de la pression artérielle. Cette activité est fournie en raison de liaisons chimiques qui se forment lorsque l'hormone interagit avec un récepteur spécial. Parmi les fonctions liées au système cardiovasculaire, on distingue également l'agrégation plaquettaire, la régulation de l'adhésion et l'effet prothrombotique. Cette hormone est responsable de la sensation de soif qui surgit dans notre corps. Il provoque une augmentation de la sécrétion de vasopressine dans les cellules neurosécrétoires d'une partie du cerveau telle que l'hypothalamus, ainsi que la sécrétion d'hormone adrénocorticotrope dans l'hypophyse. Cela se traduit par une libération rapide de norépinéphrine. L'hormone aldostérone, sécrétée par les glandes surrénales, est libérée dans le sang précisément en raison de l'angiotensine. Joue un rôle important dans le maintien de l'équilibre électrolytique et hydrique, l'hémodynamique rénale. La rétention de sodium par cette substance est due à sa capacité à agir sur les tubules proximaux. En général, il est capable de catalyser la réponse de filtration glomérulaire en augmentant la pression rénale et en rétrécissant les artérioles efférentes rénales.

Pour déterminer le niveau de cette hormone dans le sang, un test sanguin de routine est effectué, comme toute autre hormone. Son excès peut indiquer une concentration accrue d'œstrogènes, être observé avec l'utilisation de pilules contraceptives orales et pendant la grossesse, après une binéphrectomie, il peut être un symptôme de la maladie d'Itsenko-Cushing. Une diminution des taux d'angiotensine est observée avec une insuffisance glucocorticoïde, par exemple avec une maladie du foie, la maladie d'Addison.

Formation: Diplômé de l'Université médicale d'État de Vitebsk avec un diplôme en chirurgie. À l'université, il a dirigé le conseil de la société scientifique étudiante. Formation continue en 2010 - dans la spécialité "Oncologie" et en 2011 - dans la spécialité "Mammologie, formes visuelles de l'oncologie".

Expérience professionnelle: Travail dans le réseau médical général pendant 3 ans en tant que chirurgien (hôpital d'urgence de Vitebsk, Liozno CRH) et à temps partiel en tant qu'oncologue et traumatologue régional. Travailler en tant que représentant pharmaceutique tout au long de l'année au sein de la société Rubicon.

Il a présenté 3 propositions de rationalisation sur le thème "Optimisation de l'antibiothérapie en fonction de la composition en espèces de la microflore", 2 travaux primés au concours républicain-revue des travaux de recherche d'étudiants (1 et 3 catégories).

Angiotensine: synthèse hormonale, fonctions, antagonistes des récepteurs

L'angiotensine est une hormone peptidique qui provoque un rétrécissement des vaisseaux sanguins (vasoconstriction), une augmentation de la pression artérielle et la libération d'aldostérone du cortex surrénalien dans la circulation sanguine..

L'angiotensine joue un rôle important dans le système rénine-angiotensine-aldostérone, qui est la principale cible des médicaments qui abaissent la tension artérielle.

Le principal mécanisme d'action des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine 2 est associé au blocage de l'AT1-récepteurs, éliminant ainsi l'effet indésirable de l'angiotensine 2 sur le tonus vasculaire et normalisant l'hypertension artérielle.

Le taux d'angiotensine dans le sang augmente avec l'hypertension rénale et les néoplasmes rénaux producteurs de rénine, et diminue avec la déshydratation, le syndrome de Conn et l'ablation des reins.

Synthèse de l'angiotensine

Le précurseur de l'angiotensine est l'angiotensinogène - une protéine de la classe des globulines, qui appartient aux serpines et est principalement produite par le foie.

La production d'angiotensine 1 se produit sous l'influence de la rénine sur l'angiotensinogène. La rénine est une enzyme protéolytique qui appartient aux facteurs rénaux les plus importants impliqués dans la régulation de la pression artérielle, alors qu'elle ne possède pas elle-même de propriétés pressives. L'angiotensine 1 manque également d'activité vasopresseur et est rapidement convertie en angiotensine 2, qui est le plus puissant de tous les facteurs presseurs connus. La conversion de l'angiotensine 1 en angiotensine 2 se produit en raison de l'élimination des résidus C-terminaux sous l'influence d'une enzyme de conversion de l'angiotensine, qui est présente dans tous les tissus du corps, mais qui est principalement synthétisée dans les poumons. La dégradation ultérieure de l'angiotensine 2 conduit à la formation d'angiotensine 3 et d'angiotensine 4.

De plus, la capacité de former de l'angiotensine 2 à partir de l'angiotensine 1 est possédée par la tonine, les chymases, la cathepsine G et d'autres sérine protéases, ce que l'on appelle la voie alternative pour la formation de l'angiotensine 2..

Système rénine-angiotensine-aldostérone

Le système rénine-angiotensine-aldostérone est un système hormonal qui régule la pression artérielle et le volume sanguin dans le corps.

Des médicaments qui agissent en bloquant les récepteurs de l'angiotensine ont été développés au cours de l'étude des inhibiteurs de l'angiotensine 2, capables de bloquer sa formation ou son action et ainsi réduire l'activité du système rénine-angiotensine-aldostérone..

La cascade rénine-angiotensine-aldostérone commence par la synthèse de la préprorénine par traduction de l'ARNm de la rénine dans les cellules juxtaglomérulaires des artérioles afférentes des reins, où la prorénine est formée à partir de la préprorénine. Une partie importante de ce dernier est libérée dans la circulation sanguine par exocytose, mais une partie de la prorénine est convertie en rénine dans les granules sécrétoires des cellules juxtaglomérulaires, puis est également libérée dans la circulation sanguine. Pour cette raison, le volume normal de prorénine circulant dans le sang est beaucoup plus élevé que la concentration de rénine active. Le contrôle de la production de rénine est un facteur déterminant de l'activité du système rénine-angiotensine-aldostérone.

La rénine régule la synthèse de l'angiotensine 1, qui n'a pas d'activité biologique et agit comme un précurseur de l'angiotensine 2, qui est un puissant vasoconstricteur direct. Sous son influence, il y a un rétrécissement des vaisseaux sanguins et une augmentation ultérieure de la pression artérielle. Il a également un effet prothrombotique - il régule l'adhésion et l'agrégation plaquettaires. De plus, l'angiotensine 2 potentialise la libération de norépinéphrine, augmente la production d'hormone adrénocorticotrope et d'hormone antidiurétique et est capable de provoquer la soif. En augmentant la pression dans les reins et le rétrécissement des artérioles efférentes, l'angiotensine 2 augmente le taux de filtration glomérulaire.

L'angiotensine 2 exerce son action sur les cellules du corps par l'intermédiaire de récepteurs de l'angiotensine (récepteurs AT) de différents types. L'angiotensine 2 a la plus grande affinité pour l'AT1-récepteurs, qui sont localisés principalement dans les muscles lisses des vaisseaux sanguins, le cœur, certaines zones du cerveau, le foie, les reins, le cortex surrénalien. La demi-vie de l'angiotensine 2 est de 12 minutes. L'angiotensine 3, formée à partir de l'angiotensine 2, a 40% de son activité. La demi-vie de l'angiotensine 3 dans la circulation sanguine est d'environ 30 secondes, dans les tissus corporels - 15-30 minutes. L'angiotensine 4 est un hexopeptide et ses propriétés sont similaires à celles de l'angiotensine 3.

Une augmentation prolongée de la concentration d'angiotensine 2 entraîne une diminution de la sensibilité des cellules à l'insuline avec un risque élevé de développer un diabète sucré de type 2.

L'angiotensine 2 et le niveau extracellulaire d'ions potassium sont parmi les régulateurs les plus importants de l'aldostérone, qui est un régulateur important de l'équilibre potassique et sodique dans le corps et joue un rôle important dans le contrôle du volume de liquide. Il augmente la réabsorption d'eau et de sodium dans les tubules distaux contournés, les conduits collecteurs, les glandes salivaires et sudoripares et le gros intestin, provoquant l'excrétion d'ions potassium et hydrogène. Une augmentation de la concentration d'aldostérone dans le sang entraîne un retard dans l'organisme du sodium et une augmentation de l'excrétion du potassium dans l'urine, c'est-à-dire une diminution du taux de cet oligo-élément dans le sérum sanguin (hypokaliémie).

Niveaux élevés d'angiotensine

Avec une augmentation prolongée de la concentration d'angiotensine 2 dans le sang et les tissus, la formation de fibres de collagène augmente et une hypertrophie des cellules musculaires lisses des vaisseaux sanguins se développe. En conséquence, les parois des vaisseaux sanguins s'épaississent, leur diamètre intérieur diminue, ce qui entraîne une augmentation de la pression artérielle. En outre, une déplétion et une dégénérescence des cellules du muscle cardiaque surviennent, suivies de leur mort et de leur remplacement par le tissu conjonctif, qui est à l'origine du développement de l'insuffisance cardiaque..

Un spasme prolongé et une hypertrophie de la couche musculaire des vaisseaux sanguins entraînent une détérioration de l'apport sanguin aux organes et tissus, principalement le cerveau, le cœur, les reins et l'analyseur visuel. Un manque prolongé d'irrigation sanguine des reins entraîne leur dystrophie, leur néphrosclérose et la formation d'une insuffisance rénale. Avec un apport sanguin insuffisant au cerveau, on observe des troubles du sommeil, des troubles émotionnels, une diminution de l'intelligence, de la mémoire, des acouphènes, des maux de tête, des étourdissements, etc. L'ischémie cardiaque peut être compliquée par une angine de poitrine, un infarctus du myocarde. Un apport sanguin insuffisant à la rétine entraîne une diminution progressive de l'acuité visuelle.

La rénine régule la synthèse de l'angiotensine 1, qui n'a pas d'activité biologique et agit comme un précurseur de l'angiotensine 2, qui sert de vasoconstricteur direct puissant.

Une augmentation prolongée de la concentration d'angiotensine 2 entraîne une diminution de la sensibilité des cellules à l'insuline avec un risque élevé de développer un diabète sucré de type 2.

Bloqueurs de l'angiotensine 2

Les antagonistes de l'angiotensine 2 (antagonistes de l'angiotensine 2) sont un groupe de médicaments qui abaissent la tension artérielle..

Des médicaments agissant en bloquant les récepteurs de l'angiotensine ont été développés au cours de l'étude des inhibiteurs de l'angiotensine 2, qui peuvent bloquer sa formation ou son action et ainsi réduire l'activité du système rénine-angiotensine-aldostérone. Ces substances comprennent les inhibiteurs de la synthèse de la rhinine, les inhibiteurs de la formation de l'angiotensinogène, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine, etc..

Les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine 2 (antagonistes) sont un groupe d'antihypertenseurs qui combinent des médicaments qui modulent le fonctionnement du système rénine-angiotensine-aldostérone par interaction avec les récepteurs de l'angiotensine.

Le principal mécanisme d'action des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine 2 est associé au blocage de l'AT1-récepteurs, éliminant ainsi l'effet indésirable de l'angiotensine 2 sur le tonus vasculaire et normalisant l'hypertension artérielle. La prise de médicaments de ce groupe a un effet antihypertenseur et organoprotecteur à long terme..

Des essais cliniques sont en cours pour étudier l'efficacité et la sécurité des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine 2..

Que signifient les résultats de l'étude de la concentration d'angiotensine 1 et 2 dans le sang?

L'angiotensine est une hormone qui, par plusieurs mécanismes, est responsable de l'élévation de la pression artérielle. Une partie du soi-disant RAAS (système rénine - angiotensine - aldostérone).

Chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle, des périodes dites d'activité de la rénine plasmatique peuvent être observées, qui se manifestent au niveau de la concentration d'angiotensine I..

Le rôle de l'angiotensine dans le corps

Le nom RAAS vient des premières lettres de ses composés constituants: la rénine, l'angiotensine et l'aldostérone. Ces composés sont inextricablement liés et affectent mutuellement la concentration les uns des autres: la rénine stimule la production d'angiotensine, l'angiotesine augmente la production d'aldostérone, l'aldostérone et l'angiotensine inhibent la libération de rénine. La rénine est une enzyme produite dans les reins dans les chambres dites glomérulaires.

La production de rénine stimule, par exemple, l'hypovolémie (une diminution du volume sanguin circulant) et une diminution de la concentration d'ions sodium dans le plasma. La rénine libérée dans le sang agit sur l'angiotensinogène, c'est-à-dire sur l'une des protéines du plasma sanguin produite principalement dans le foie.

La rénine décompose l'angiotensinogène en angiotensine I, qui est le précurseur de l'angiotensine II. Dans la circulation pulmonaire, sous l'action d'une enzyme appelée enzyme de conversion de l'angiotensine, l'angiotensine I est convertie en une forme biologiquement active, à savoir l'angiotensine II..

L'angiotensine II joue de nombreux rôles dans l'organisme, notamment:

  • stimule la libération d'aldostérone par le cortex surrénalien (cette hormone, à son tour, affecte l'équilibre eau-électrolyte, ce qui provoque un retard dans le corps des ions sodium et eau, augmentant l'excrétion des ions potassium par les reins - cela conduit à une augmentation du volume de sang circulant, c'est-à-dire à une augmentation de la volémie et, par conséquent, une augmentation de la pression artérielle).
  • agit sur les récepteurs situés dans la paroi vasculaire, ce qui entraîne une vasoconstriction et une augmentation de la pression artérielle.
  • affecte également le système nerveux central en augmentant la production de vasopressine ou d'hormone antidiurétique.

La teneur en angiotensine I et en angiotensine II dans le sang

La détermination de l'activité rénine plasmatique est une étude menée chez des patients souffrant d'hypertension artérielle. L'étude consiste à obtenir du sang veineux du patient après 6-8 heures de sommeil la nuit avec un régime contenant 100-120 mmol de sel par jour (il s'agit de l'étude dite sans activation de la sécrétion de rénine).

Une étude avec l'activation de la sécrétion de rénine consiste à analyser le sang de patients après un régime de trois jours avec une restriction de l'apport en sel à 20 mmol par jour.

L'évaluation du niveau d'angiotensine II dans les échantillons sanguins est effectuée à l'aide de méthodes de radio-immunoanalyse.

La norme de recherche sans activation de la sécrétion de rénine chez les personnes en bonne santé est d'environ 1,5 ng / ml / heure, dans l'étude après activation, le niveau augmente de 3 à 7 fois.

Une augmentation de l'angiotensine est observée:

  • chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle primaire (c'est-à-dire une hypertension qui se développe d'elle-même et dont il n'est pas possible d'en établir les causes), chez ces patients, la mesure du taux d'angotensine peut vous aider à choisir les antihypertenseurs appropriés;
  • avec hypertension maligne;
  • ischémie des reins, par exemple, lors du rétrécissement de l'artère rénale;
  • chez les femmes prenant des contraceptifs oraux;
  • tumeurs productrices de rénine.

Quant à la norme de la teneur en angiotensine I et angiotensine II dans le sang, elle est respectivement de 11-88 pg / ml et 12-36 pg / ml.

Angiotensine

L'angiotensine est une hormone peptidique qui provoque une vasoconstriction et une hypertension artérielle. Il fait partie du système rénine-angiotensine qui régule la pression artérielle. L'angiotensine stimule également la libération d'aldostérone par le cortex surrénalien, ce qui contribue à la rétention de sodium par les reins. L'oligopeptide angiotensine est une hormone et un dipsogène. Il est formé à partir d'une molécule précurseur de l'angiotensinogène, la globuline sérique, produite dans le foie. L'angiotensine a été isolée à la fin des années 1930 (d'abord appelée «angiotonine» ou «hypertensine»), puis a été caractérisée et synthétisée par des groupes dans les cliniques de Cleveland et les laboratoires Ciba. 1)

Prédécesseur et types

Angiotensine

L'angiotensinogène est une α-2-globuline qui est produite et libérée dans la circulation, principalement par le foie. C'est un membre de la famille des serpines, bien que l'on ne sache pas s'il inhibe d'autres enzymes, contrairement à la plupart des serpines. Les taux plasmatiques d'angiotensinogène sont augmentés par les taux de corticostéroïdes, d'œstrogènes, d'hormones thyroïdiennes et d'angiotensine II plasmatique. L'angiotensinogène est également connu comme substrat de la rénine. L'angiotensinogène humain a une longueur de 452 acides aminés, mais d'autres espèces ont un angiotensinogène de diverses autres tailles. Les 12 premiers acides aminés sont les plus importants pour l'activité.

Angiotensine I

L'angiotensine I (CAS # 11128-99-7), officiellement appelée proangiotensine, est produite par l'action de la rénine sur l'angiotensinogène. La rénine clive la liaison peptidique entre les résidus leucine (Leu) et valine (Val) sur l'angiotensinogène, créant le décapeptide (dix acides aminés) (des-Asp) angiotensine I. La rénine est produite dans le rein en réponse à l'activité sympathique rénale. Diminution de la pression artérielle intrarénale (pression artérielle systolique 2) Si le point dense détecte une diminution de la concentration de NaCl dans les tubules distaux, la libération de rénine par les cellules juxtaglomérulaires est augmentée. Ce mécanisme sensoriel de sécrétion de rénine à médiation ponctuelle dense semble avoir une dépendance spécifique aux ions chlore plutôt qu'aux ions sodium. Des études utilisant des préparations isolées de la partie épaisse du genou ascendant avec des glomérules attachés dans un perfusat à faible teneur en NaCl n'ont pas pu inhiber la sécrétion de rénine avec l'ajout de divers sels de sodium, mais pourraient inhiber la sécrétion de rénine avec l'ajout de sels de chlorure. Ces résultats et des résultats similaires obtenus in vivo conduisent certains à penser que, peut-être, «le signal d'initiation pour le contrôle de la sécrétion de rénine est un changement du taux d'absorption de NaCl, principalement par le co-transporteur luminal Na, K, 2Cl, dont l'activité physiologique est déterminée par les changements de la concentration de Cl dans la lumière ". 3) L'angiotensine I, apparemment, n'a pas d'activité biologique directe et existe exclusivement en tant que précurseur de l'angiotensine II.

Angiotensine II

L'angiotensine I est convertie en angiotensine II (AII) par l'élimination de deux résidus C-terminaux par une enzyme de conversion de l'angiotensine (ACE), principalement via l'ECA dans les poumons (mais également présente dans les cellules endothéliales, les cellules épithéliales rénales et le cerveau). L'angiotensine II agit sur le système nerveux central, augmentant la production de vasopressine, et agit également sur les muscles lisses veineux et artériels, provoquant une vasoconstriction. L'angiotensine II augmente également la sécrétion d'aldostérone, elle agit donc comme une hormone endocrine, autocrine / paracrine et intracrine. L'ECA est une cible pour les médicaments inhibiteurs de l'ECA, qui réduisent le taux de production d'angiotensine II. L'angiotensine II augmente la pression artérielle en stimulant la protéine Gq dans les cellules musculaires lisses vasculaires (qui, à son tour, active un mécanisme dépendant de l'IP3 qui augmente les taux de calcium intracellulaire et provoque finalement une contraction). De plus, l'angiotensine II agit sur l'échangeur Na + / H + dans le tubule rénal proximal pour stimuler la réabsorption de Na et l'excrétion de H +, qui est associée à la réabsorption du bicarbonate. En fin de compte, cela conduit à une augmentation du volume sanguin, de la pression et du pH. [12] Par conséquent, les inhibiteurs de l'ECA sont les principaux antihypertenseurs. On connaît également d'autres produits de clivage ACE de sept ou 9 acides aminés de longueur; ils ont des affinités différentes pour les récepteurs de l'angiotensine, bien que leur rôle exact soit encore incertain. L'action de l'AII elle-même présente un intérêt pour les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II, qui bloquent directement les récepteurs AT1 de l'angiotensine II. L'angiotensine II se décompose en angiotensine III avec la participation d'angiotensinases localisées dans les érythrocytes et le lit vasculaire de la plupart des tissus. La demi-vie en circulation est d'environ 30 secondes, tandis que dans les tissus, elle peut atteindre 15 à 30 minutes. L'angiotensine II entraîne une augmentation de l'inotropie, de la chronotropie, de la libération de catécholamines (norépinéphrine), une sensibilité accrue aux catécholamines, une augmentation des taux d'aldostérone, des taux de vasopressine, ainsi qu'un remodelage et une vasoconstriction du cœur via les récepteurs AT1 sur les vaisseaux périphériques (à l'inverse, les récepteurs AT2) perturbent les vaisseaux cardiaques. C'est pourquoi les inhibiteurs de l'ECA et les ARA aident à prévenir le remodelage secondaire à l'angiotensine II et bénéfique dans l'ICC..

Angiotensine III

L'angiotensine III a 40% d'activité presseur de l'angiotensine II, mais 100% d'activité de production d'aldostérone. Augmente la pression artérielle moyenne. C'est un peptide qui est formé en éliminant l'acide aminé de l'angiotensine II par l'aminopeptidase A. 4)

Angiotensine IV

L'angiotensine IV est un hexapeptide qui, comme l'angiotensine III, a une activité légèrement inférieure. L'angiotensine IV a un large spectre d'action dans le système nerveux central. 5) L'identité exacte des récepteurs AT4 n'a pas été établie. Il existe des preuves que le récepteur AT4 est une aminopeptidase régulée par l'insuline (IRAP). Il existe également des preuves que l'angiotensine IV interagit avec le système HGF via le récepteur c-Met. Des analogues synthétiques de faible poids moléculaire de l'angiotensine IV capables de pénétrer la barrière hémato-encéphalique ont été développés. La région AT4 peut être impliquée dans les processus de mémorisation et de rappel, ainsi que dans la régulation du flux sanguin. 6)

Effets

Les angiotensines II, III et IV ont un certain nombre d'effets sur tout le corps:

Les angiotensines "modulent une augmentation de la masse grasse en améliorant la lipogenèse du tissu adipeux... et en supprimant la lipolyse".

Cardiovasculaire

Les angiotensines sont de puissants vasoconstricteurs directs qui contractent les artères et les veines et augmentent la tension artérielle. Cet effet est obtenu en activant le GPCR AT1, qui transmet un signal à travers la protéine Gq pour activer la phospholipase C et ensuite augmenter le calcium intracellulaire. L'angiotensine II a un potentiel prothrombotique dû à l'adhérence et à l'agrégation plaquettaires et à la stimulation de PAI-1 et PAI-2. 7) Lorsque la croissance des cellules cardiaques est stimulée, le système rénine-angiotensine local (autocrine-paracrine) est activé dans le myocyte du cœur, ce qui stimule la croissance des cellules cardiaques grâce à la protéine kinase C.Le même système peut être activé dans les cellules musculaires lisses dans des conditions d'hypertension, d'athérosclérose ou de lésions endothéliales. L'angiotensine II est le stimulateur cardiaque Gq le plus important au cours de l'hypertrophie par rapport aux récepteurs adrénergiques endothéline-1 et α1.

Système nerveux

L'angiotensine II augmente la sensation de soif (dipsogène) à travers la région postrémum et sous-focale du cerveau, 8) réduit le réflexe barorécepteur, augmente le besoin de sel, augmente la sécrétion d'ADH par le lobe postérieur de l'hypophyse et augmente la sécrétion d'ACTH par l'hypophyse antérieure. Il améliore également la libération de norépinéphrine en ciblant directement les fibres sympathiques postganglionnaires.

Corticostéroïdes

L'angiotensine II agit sur le cortex surrénalien pour libérer de l'aldostérone, une hormone qui oblige les reins à retenir le sodium et à perdre du potassium. Des taux plasmatiques élevés d'angiotensine II sont responsables des taux élevés d'aldostérone présents pendant la phase lutéale du cycle menstruel.

Un rein

L'angiotensine II a un effet direct sur le tubule proximal, augmentant la réabsorption de Na +. Il a un effet complexe et variable sur la filtration glomérulaire et le flux sanguin rénal. L'augmentation de la pression artérielle systémique maintient la pression de perfusion rénale; cependant, le rétrécissement des artérioles glomérulaires afférentes et efférentes tendra à restreindre le flux sanguin rénal. L'effet sur la résistance artériolaire efférente est cependant nettement plus important, en partie à cause de son diamètre basal plus petit; cela augmente la pression hydrostatique dans le capillaire glomérulaire et maintient le taux de filtration glomérulaire. Un certain nombre d'autres mécanismes peuvent affecter le flux sanguin rénal et le DFG. Des concentrations élevées d'angiotensine II peuvent resserrer le mésangium glomérulaire, réduisant la zone de filtration glomérulaire. L'angiotensine II est un sensibilisateur à rétroaction tubuloglomérulaire, empêchant une augmentation excessive du DFG. L'angiotensine II induit une libération locale de prostaglandines, qui à son tour neutralise la vasoconstriction rénale. L'effet global de ces mécanismes concurrents sur la filtration glomérulaire dépendra de l'environnement physiologique et pharmacologique..