Principal

Oncologie

Comment traiter l'inflammation de la glande thyroïde

L'inflammation de la glande thyroïde est une affection courante chez les hommes et les femmes de tous âges. L'état de la glande thyroïde affecte directement non seulement le bien-être d'une personne, mais également son état émotionnel. Par conséquent, vous devez connaître les premiers symptômes d'une pathologie en développement et les méthodes de son traitement..

Les raisons

Les causes de l'inflammation de la glande thyroïde ne sont pas claires. La médecine officielle dans ses conclusions sur les facteurs provoquant cette maladie est basée sur les symptômes qui l'accompagnent. Il a été prouvé que cette pathologie est de nature auto-immune..

Cela signifie que le corps considère la glande thyroïde comme un corps étranger et bloque sa fonction. Le système immunitaire déclenche la production d'anticorps, appelés «antithyroïdiens». Ce sont des composés protéiques qui, à l'état normal du système endocrinien, ont une fonction protectrice et, dans le processus auto-immun, destructeur. Les anticorps sont intégrés dans les membranes des cellules glandulaires et provoquent un dysfonctionnement cellulaire. C'est ainsi que commence le processus d'inflammation..

Les raisons pour lesquelles le système immunitaire commence à percevoir la glande comme un élément étranger ne sont pas entièrement comprises..

Mais il y a des raisons de croire que les facteurs suivants contribuent au développement de ce processus tant chez les hommes que chez les femmes:

  • infections virales;
  • prédisposition génétique;
  • traumatisme et hémorragie dans les tissus de la glande;
  • SIDA;
  • tuberculose;
  • les allergies;
  • exposition aux rayons ultraviolets;
  • excès d'iode dans le corps;
  • irradiation par ondes radio dans le traitement du cancer;
  • conditions de stress prolongées.

Il existe trois formes d'inflammation thyroïdienne.

  1. Tranchant. Avec cette forme de processus pathologique, une douleur est observée dans le cou et une irradiation de la région occipitale de la tête est possible. La température corporelle est élevée, une faiblesse générale et une somnolence sont présentes. La douleur peut survenir du côté droit du cou ou du côté gauche.
  2. Subaigu. L'inflammation s'accompagne de douleurs dans la partie inférieure du cou, de fièvre périodique, de palpitations, de transpiration.
  3. Chronique. À ce stade du processus inflammatoire, on observe la formation de ganglions, un déséquilibre prononcé des hormones thyroïdiennes, une altération de la fonction sexuelle, une fatigue accrue, une irritabilité.

Symptômes de l'inflammation thyroïdienne

Chez les femmes présentant un dysfonctionnement de la glande thyroïde, le système reproducteur en souffre le plus souvent. Des perturbations du cycle menstruel sont observées, la possibilité de fécondation de l'œuf diminue. Si la grossesse ne se produit pas pendant une longue période, c'est la raison pour laquelle demander de l'aide non seulement à un gynécologue, mais également à un endocrinologue..

Chez les hommes, la thyroïdite peut être asymptomatique pendant une longue période. Les facteurs alarmants qui permettent de suspecter la présence de cette maladie sont:

  • une sensation de pincement dans le cou;
  • douleur à la base du cou;
  • fatigue accrue;
  • faiblesse générale;
  • gain de poids.

Les symptômes du processus inflammatoire dépendent de sa forme et des caractéristiques du cours. Avec une diminution du niveau d'hormones, l'hypothyroïdie se développe. Cette maladie s'accompagne des symptômes suivants:

  • pouls rare;
  • constipation;
  • la faiblesse;
  • maux de tête.

L'augmentation des niveaux hormonaux est de courte durée. Elle peut être causée par le stress, la fatigue physique, les maladies infectieuses. Il s'accompagne de symptômes tels que:

  • transpiration;
  • rythme cardiaque accéléré;
  • sensation fréquente de soif.

Chez les deux sexes, avec une inflammation de la glande thyroïde, le processus d'augmentation de la perte de cheveux peut commencer. La glande augmente de taille et, à la suite de la compression du larynx, il y a une sensation de boule dans la gorge. Avec ces symptômes, vous devez consulter immédiatement un médecin..

Diagnostique

Lors du rendez-vous initial avec un endocrinologue, une anamnèse est collectée, sur la base de laquelle le spécialiste tire des conclusions sur la nécessité d'une méthode de diagnostic particulière. S'il y a des raisons de suspecter une inflammation de la glande thyroïde, une palpation est effectuée. Cette méthode de diagnostic vous permet de déterminer plusieurs paramètres importants:

  • taille et grossissement;
  • densité;
  • présence ou absence de nœuds;
  • uniformité des tissus.

Mais la palpation seule ne suffit pas pour obtenir une image complète de l'état de l'organe. Par conséquent, la spécification des méthodes de recherche est attribuée:

  • analyse sanguine générale;
  • analyse des anticorps AT TPO et AT TG;
  • analyse pour le niveau de T3 et T4, TSH.

Si les résultats des tests sanguins confirment la présence d'une inflammation, des tests supplémentaires sont effectués pour élaborer un plan de traitement. Sur la base des résultats diagnostiques obtenus, le médecin prescrit l'examen le plus informatif. Il peut s'agir de procédures telles que:

  • scintigraphie;
  • Échographie de la glande thyroïde;
  • biopsie par aspiration à l'aiguille fine.

Traitement avec des remèdes populaires

Le traitement de l'inflammation de la glande thyroïde à la maison peut être effectué avec des remèdes populaires ou des médicaments. Il existe plusieurs méthodes efficaces pour aider à normaliser la fonction des organes..

Extraits d'huile

Les huiles de plantes médicinales sont utilisées pour des applications externes sur la glande thyroïde. Ils soulagent l'inflammation, mais seulement au stade initial de la pathologie. L'huile est appliquée sur un coton-tige ou une gaze (bandage) pliée plusieurs fois, appliquée sur la glande thyroïde. Ensuite, le cou est enveloppé d'un foulard ou d'une serviette pour fournir un effet réchauffant. Les huiles suivantes sont utilisées pour les compresses:

  • graine de lin;
  • cèdre;
  • propolis.

Phytothérapie

Il existe plusieurs traitements efficaces contre l'inflammation thyroïdienne. Le meilleur d'entre eux est la teinture de Potentilla blanche. 50 g de matières végétales sont versés dans 500 g de vodka. Insistez dans un endroit sombre et frais pendant 29 à 30 jours. Prendre quotidiennement, 3 fois par jour, 25 gouttes avant les repas.

L'écorce de cerise hachée est placée dans un récipient en verre ou en céramique, versée avec de la vodka dans un rapport de 1:10. Insistez pendant 3 semaines. Prendre 3 fois par jour pendant 1 cuillère à soupe. l. avant de manger. La collecte d'agripaume, d'aubépine et d'ajonc est efficace pour soulager l'inflammation de la glande thyroïde. Le remède est préparé de la manière suivante:

  • 2 parties d'agripaume, 2 parties d'aubépine et 1 partie d'ajonc sont placées dans un récipient;
  • verser de l'eau dans un rapport de 1:10;
  • faire bouillir pendant 5-7 minutes;
  • filtre;
  • prendre 1 cuillère à soupe 4 fois par jour avant les repas.

Le remède suivant soulage également l'inflammation de la glande thyroïde:

  • les feuilles sèches, les cloisons et les coquilles de noix sont versées avec de l'eau dans un rapport de 1:10;
  • laisser mijoter 10 minutes à feu doux;
  • laissez infuser pendant une heure;
  • humidifiez le tissu dans une décoction et appliquez-le quotidiennement sur la glande thyroïde pendant 15 à 20 minutes.

Thérapie de jus

La thérapie aux jus aide à normaliser le fonctionnement de nombreux organes et systèmes corporels. Le sens de cette technique thérapeutique est de saturer le sang en vitamines et micro-éléments. Les jus frais suivants aideront à lutter contre l'inflammation de la glande thyroïde:

  • pomme de terre - 0,5 tasse 2-3 fois par jour une demi-heure avant les repas;
  • carotte et betterave (3 parties de carottes et 1 partie de betteraves) - 1 à 2 fois par jour, 0,5 tasse avant les repas, dans les 30 jours;
  • jus de feuilles de chou frais - 1,5 tasse à boire pendant la journée, la durée du traitement est de 3-4 semaines.

Traitement médical

En cas d'inflammation de la glande thyroïde, un traitement hormonal est prescrit. Avec un dysfonctionnement complet des organes, cela peut durer toute la vie. En cas d'élimination de l'échec immunitaire et d'arrêt de la production d'anticorps, l'hormonothérapie est annulée si plus de 5% des cellules thyroïdiennes remplissent pleinement leur fonction.

En cas d'inflammation de la glande thyroïde, des thyrostatiques et des bêta-bloquants sont prescrits: Tiamazole, Mercazolil. Pour réduire la production d'anticorps - Metindol, Valtaren, Indomethacin. En présence de maladies infectieuses, des antibiotiques sont nécessaires.

Régime

En cas d'inflammation de la glande thyroïde, un régime qui exclut les aliments contribuant à l'apparition de réactions auto-immunes est nécessaire. Tout ce qui aide à normaliser la microflore intestinale, le travail du système cardiovasculaire est utile. Avec l'inflammation de la glande thyroïde, une nutrition fractionnée est montrée: en petites portions plusieurs fois par jour. Les régimes pauvres en glucides sont contre-indiqués..

Il est nécessaire d'inclure dans le régime des aliments contenant du glucose. En l'absence de celui-ci, le système immunitaire commence à bloquer l'action de l'hormone T3, exacerbant ainsi les effets de l'inflammation thyroïdienne. Les fruits frais, les melons, les agrumes sont utiles.

Thyroïdite auto-immune de la glande thyroïde

Causes de la thyroïdite

Les raisons du développement de la thyroïdite dépendent directement des facteurs étiologiques qui déclenchent le processus d'inflammation du tissu thyroïdien. En fonction des types de thyroïdite, vous pouvez déterminer la cause qui a influencé l'apparition de cette pathologie:

  • thyroïdite purulente aiguë: est rare. Il se développe en raison d'une infection par voie lymphogène ou hématogène;
  • thyroïdite subaiguë: a un deuxième nom - thyroïdite de Quervain. On suppose que l'étiologie de cette maladie est associée à des lésions virales de la glande thyroïde (rougeole, oreillons). Au cours du développement de la thyroïdite subaiguë, un processus auto-immun secondaire se produit, l'antigène vers lequel est la thyroglobuline, qui est évacuée dans le sang en raison d'une violation de l'intégrité de la membrane principale des follicules thyroïdiens. Le processus de destruction provoque une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes dans le sang, ce qui provoque le développement de signes de thyrotoxicose. Le taux d'incidence de la thyroïdite subaiguë est de 1 à 2% de toutes les pathologies thyroïdiennes. Cette maladie touche plus de femmes;
  • thyroïdite fibreuse chronique, dans la littérature son nom est souvent trouvé par l'auteur - le goitre de Riedel. L'étiologie de la maladie est actuellement inconnue. La gradation de cette pathologie est basée sur le développement d'un processus inflammatoire chronique dans la glande thyroïde, la prolifération primaire du tissu conjonctif, son invasion dans la capsule thyroïdienne, les nerfs, les muscles et les vaisseaux sanguins voisins. En règle générale, la prolifération du tissu conjonctif a un caractère local, mais dans certains cas, des lésions totales de la glande thyroïde sont possibles, auxquelles s'ajoute le développement de l'hypothyroïdie. La thyroïdite fibreuse chronique survient dans 0,05% de toutes les maladies thyroïdiennes;
  • thyroïdite auto-immune, également connue sous le nom de goitre de Hashimoto. La cause du développement de la maladie est des dysfonctionnements du système de contrôle immunologique, qui sont congénitaux. Par conséquent, les cas de développement de cette pathologie sur plusieurs générations d'une même famille sont très fréquents, parfois associés à d'autres maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, colite ulcéreuse, myasthénie grave). Ce type de thyroïdite, à son tour, est divisé en deux formes: hypertophique, qui survient au début du développement de la maladie, et atrophique, caractéristique du stade final de la pathologie. L'incidence de la thyroïdite auto-immune est de 5% de tous les changements pathologiques de la glande thyroïde.

Diagnostique

Un diagnostic préliminaire est fait sur la base des symptômes existants, des résultats des méthodes de recherche en laboratoire et sur les appareils. Une formule sanguine complète reflète une augmentation du nombre de lymphocytes et d'anticorps dirigés contre la thyroglobuline. Il est nécessaire de déterminer la concentration d'hormones thyroïdiennes et de TSH. Ce test aide à identifier les dysfonctionnements organiques causés par l'inflammation. Une augmentation de la TSH avec une diminution de la T4 indique une hypothyroïdie.

Une échographie de la glande thyroïde révèle une modification de sa taille, la présence d'inclusions hypoéchogènes. C'est la façon la plus informative de diagnostiquer les maladies des organes..

La biopsie à l'aiguille fine est utilisée pour rechercher des lymphocytes et d'autres cellules qui apparaissent dans l'inflammation auto-immune.
Un examen histologique est effectué en cas de suspicion de cancer. L'analyse permet de détecter en temps opportun les cellules malignes.

La thyroïdite auto-immune diminue la production d'hormones thyroïdiennes

La glande thyroïde produit deux hormones principales: la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3). Une glande endocrine dans le cerveau appelée la glande pituitaire et une petite zone dans le diencéphale appelée l'hypothalamus régulent les hormones sécrétées par la glande thyroïde. Le processus suivant a lieu:

  • Une chaîne de commandes commence dans l'hypothalamus, ce qui incite la glande pituitaire à libérer un produit chimique appelé hormone thyréotrope (TSH).
  • La glande pituitaire vérifie la quantité de T4 et T3 dans le sang et libère de la TSH si les niveaux de T4 et T3 doivent être augmentés.
  • La glande thyroïde sécrète T4 et T3 en fonction de la «commande» qu'elle reçoit de l'hypophyse. En termes simples, plus la thyroïde reçoit de TSH, plus elle sécrète de T4 et de T3..
  • La glande pituitaire peut commander à la glande thyroïde de produire T4 et T3, mais, dans le cas de thyroïdite auto-immune, la glande thyroïde ne peut pas remplir «l'ordre».
  • Le système immunitaire crée des anticorps qui attaquent le tissu thyroïdien, provoquant une inflammation (thyroïdite) et les cellules thyroïdiennes sont endommagées et détruites (le processus est irréversible), ce qui rend difficile la production de T4 et T3 par la thyroïde.
  • En réponse, la glande pituitaire sécrète plus d'hormone thyréostimulante (TSH)..
  • La glande thyroïde peut grossir (goitre) lorsqu'elle tente d'obéir à l'hypophyse.

Sur le sujet: Thyroïdite auto-immune: traitement avec des remèdes populaires.

Traitement avec des remèdes populaires

Les méthodes de médecine alternative complètent bien les traitements traditionnels. Ces fonds ne peuvent pas être utilisés comme seuls médicaments. Avant d'utiliser telle ou telle recette, vous devriez consulter un médecin qui identifiera les indications et contre-indications, évaluera le risque de réactions allergiques.

Extraits d'huile

Pour la fabrication de tels fonds, la chélidoine, le kirkazon, le mélilot ou le cocklebur sont utilisés. L'herbe est séchée et broyée. La matière première résultante est versée avec de l'huile végétale dans un rapport 1: 1. Les extraits sont utilisés pour appliquer sur la peau de la région cervicale. La composition est stockée dans un récipient en verre dans un endroit sombre et frais..

Phytothérapie

100 g de varech, 50 g de feuilles de plantain, des bourgeons de pin, du cartilage des champs et des cloisons de noix sont broyés et mélangés. 2 cuillères à soupe. l. collecte, versez 200 ml d'eau bouillante, ajoutez 50 g de miel et de citron finement haché, faites cuire 15 minutes à feu doux. La composition est refroidie, filtrée et reprise dans 20 ml 3 à 4 fois par jour. La durée du traitement est de 1 mois.

Thérapie de jus

Cette méthode est souvent utilisée pour traiter l'inflammation de la glande thyroïde à la maison. Les jus fraîchement pressés empêchent la mort cellulaire et l'apparition de tumeurs malignes. Le chou frais ou le jus de citron protège les tissus de la destruction, le jus d'argousier stimule la production d'hormones. Le jus de pomme de terre est utilisé pour traiter la thyroïdite auto-immune. Le jus de betterave ou de carotte soulage les signes d'inflammation.

Le tableau clinique de diverses formes de pathologie

Pour la période initiale de développement des maladies inflammatoires de la glande thyroïde, les manifestations suivantes sont caractéristiques:

  • Augmentation de la température corporelle.
  • Transpiration.
  • Faiblesse générale, fatigue, malaise.
  • Maux de tête, étourdissements.
  • Déficience de mémoire.
  • Tachycardie.
  • Une forte baisse ou un gain de poids.
  • Échec du cycle menstruel.
  • La maladie peut se manifester sous l'apparence d'un rhume: mal de gorge, difficulté à avaler, sensation de gonflement des amygdales.
  • Insomnie.

Manifestations de la forme aiguë du processus inflammatoire

Le plus souvent, il s'agit d'une conséquence de processus inflammatoires dans le corps ou d'une exposition à des radiations radioactives. Elle se caractérise par une température corporelle élevée, une tachycardie. Les patients se plaignent de maux de tête intenses, d'un malaise croissant. La glande augmente de volume, provoque une sensation de poches dans le cou, de raideur, de douleur. Il est compacté, facilement déterminé par palpation. Agrandissement des ganglions lymphatiques.

Symptômes de la forme subaiguë

Les sensations de douleur désagréables augmentent lors de la rotation du cou, de la mastication, de la déglutition. La douleur irradie vers la mâchoire. Une éruption cutanée et une rougeur peuvent apparaître dans la région du cou. La zone touchée est chaude au toucher. Les ganglions lymphatiques sous-maxillaires sont fortement hypertrophiés, denses. Transpiration abondante. Les patients deviennent irritables, sensibles, agressifs. Sensations douloureuses pendant le cycle menstruel.

Phase chronique

L'organe augmente rapidement de volume, appuie sur les tissus et organes environnants, provoquant une douleur intense. Difficulté à respirer, à avaler. Douleur dans les côtes et la poitrine, sensation de pression et de raideur. La voix peut souvent disparaître. La vision peut être altérée, une déficience auditive. La forme chronique ne se manifeste souvent que dans les derniers stades.

Thyroïdite auto-immune

Les lobes de l'organe augmentent en taille. Les patients s'inquiètent de la sensation d'interruptions dans le travail du cœur, de la présence d'extrasystoles extraordinaires. Transpiration abondante, distorsion de l'appétit et des papilles. Souvent accompagné de troubles dépressifs.

Un trait caractéristique de l'inflammation de la glande thyroïde est que la période précoce est caractérisée par une évolution latente ou des manifestations générales. Les stades tardifs sont caractérisés par un débordement de l'hypothyroïdie à l'hyperthyroïdie.

Inflammation de la glande thyroïde, symptômes chez la femme, traitement distinctif.

Diagnostique

La première chose à faire lors du diagnostic est une enquête et un examen. Ils vous permettent d'identifier les causes de la thyroïdite auto-immune. Grâce à cette procédure, il sera plus facile pour le médecin de décider d'un plan d'examen et de traitement..

Ait de la glande thyroïde est facile à déterminer lors d'un examen de routine. Le diagnostic de la thyroïdite auto-immune consiste à effectuer des tests sanguins, des recherches instrumentales. Si le patient ne se plaint pas, il peut être difficile de détecter la maladie..

Analyses de la thyroïdite auto-immune - études du spectre total du sang, vérification du liquide pour les hormones thyroïdiennes, immunogramme. Le premier point permet de trouver une augmentation de la population de lymphocytes. L'indicateur hormonal vous indiquera à quel stade se situe la thyrotoxicose. Si la TSH est élevée et que le reste des substances est dans la plage normale, la pathologie n'est que dans la phase subclinique, et si T3 et T4 sont réduits, cela indique que la maladie se transforme en hypothyroïdie.

L'analyse immunologique montre le niveau d'anticorps apparaissant au contact de substances étrangères. Cela s'applique également à la quantité d'immunoglobulines dans les thyrocytes..

Un niveau accru d'hormones indique une hypofonction de l'organe. En raison de la destruction de la glande, le corps assure son augmentation de taille et commence à produire une sécrétion accrue. La maladie de la glande thyroïde est détectée par examen et palpation. Le diagnostic avec des méthodes supplémentaires implique une échographie. L'examen montre la taille de la glande, la présence de nœuds, le degré de destruction de l'organe.

Si le patient soupçonne la thyroïdite auto-immune de Hashimoto en raison de symptômes, une biopsie de la glande peut être effectuée pour confirmer le diagnostic. Dans le contenu, une diminution de la gravité spécifique des follicules d'organes, une accumulation de cellules détruites sera trouvée. L'élargissement de l'organe est dû aux lymphocytes et aux plasmocytes. Ce sont des facteurs d'immunité cellulaire.

Avec le développement de la thyroïdite de Hashimoto, il n'y a pas de traitement spécifique. La thérapie vise à combattre les manifestations de libération excessive de sécrétions.

Troubles thyroïdiens: goitre

Le plus souvent, une maladie thyroïdienne se manifeste par le développement d'un goitre. Les signes ne sont généralement pas significativement prononcés. Les manifestations courantes sont les nœuds et les kystes. Il existe trois types de maladies selon la maladie structurelle:

  • Nodulaire (caractérisé par l'apparition d'un ou plusieurs nœuds).
  • Diffus, kystique (nodules non visibles).
  • Mixte (les tissus se développent uniformément, des nœuds et des joints sont créés).

Dans les premiers stades de croissance, une personne ne se plaint pas de problèmes de santé. Dès que le nœud commence à se dilater, rétrécit les tissus, il y a une toux, des difficultés à respirer, il devient difficile d'avaler de la nourriture.

Aux premiers symptômes, consultez un médecin. Le médecin doit déterminer le volume et la structure du nœud. Si une formation maligne est suspectée, l'endocrinologue prescrit un examen et une opération pour enlever la tumeur.

Prévention de la thyroïdite

Il n'y a pas de mesures préventives spécifiques pour prévenir le développement de la thyroïdite. Mais un rôle important à cet égard est joué par la prévention des maladies virales et infectieuses, ce qui implique une thérapie vitaminique, un durcissement, une alimentation saine et l'élimination des mauvaises habitudes. Il est également nécessaire de désinfecter en temps opportun les foyers d'infections chroniques: traitement de l'otite moyenne, des caries, de la pneumonie, de la sinusite, de l'amygdalite, etc..

Au moindre soupçon de maladie, vous devez immédiatement contacter un endocrinologue. Une mise en œuvre claire et opportune des recommandations du médecin augmentera considérablement les chances de succès.

MALADIE DE BAZEDOVA OU GOITER TOXIQUE DIFFUSE

L'état pathologique a une origine auto-immune. Le tissu thyroïdien se développe, un goitre se forme. Assez souvent, la propension à la maladie est héréditaire.

Les spécialistes distinguent trois stades de développement de la maladie de Basedow:

  1. Léger - la perte de poids ne dépasse pas 10%, la fréquence cardiaque ne dépasse pas 100 battements par minute.
  2. Moyenne - une personne perd jusqu'à 20% de sa masse, le pouls s'accélère et atteint 120 battements par minute.
  3. Sévère - la perte de poids est supérieure à 20%, la fréquence cardiaque est supérieure à 120 battements par minute.

Le tableau clinique du goitre toxique diffus s'accompagne d'un épaississement du cou, de la formation d'un nœud dense. De plus, le visage gonfle, les globes oculaires commencent à faire saillie. La cécité se développe en raison de lésions du nerf optique.

Les femmes perdent du poids de façon spectaculaire, elles ont les doigts tremblants, des épisodes d'accélération du rythme cardiaque. Il y a souvent des nausées, des vomissements, des troubles intestinaux. La peau s'assombrit, devient tactiquement humide.

  • dégénérescence graisseuse du foie;
  • Diabète;
  • infertilité.

Forme subaiguë

Le processus de développement de la thyroïdite subaiguë peut avoir des signes d'inflammation prononcée: une augmentation de la température corporelle du patient jusqu'aux doigts sous-fébriles (380 ° C et plus), une augmentation constante des symptômes d'intoxication générale, des douleurs dans la surface antérieure du cou, se déplaçant vers l'arrière de la tête, de l'oreille, de la mâchoire. Mais le plus souvent, la maladie commence par des symptômes de malaise général, une sensation d'inconfort et une douleur modérée dans le cou, un gonflement du tissu thyroïdien. Le patient ressent une augmentation de la douleur en mâchant des aliments solides. L'examen révèle souvent une augmentation de l'un des lobes de la glande thyroïde. Il n'y a pas d'augmentation des ganglions lymphatiques péri-régionaux.

Dans la moitié des cas, la thyroïdite subaiguë est associée au développement d'une thyrotoxicose modérée ou légère. Le patient se plaint de tremblements des extrémités, de palpitations, de transpiration excessive, d'insomnie, de faiblesse, de douleurs articulaires, d'intolérance à la chaleur, de nervosité.

L'hypersécrétion d'hormones thyroïdiennes (triiodothyronine et thyroxine) a un effet inhibiteur sur l'hypothalamus et réduit la production d'une hormone régulatrice - la thyrotropine. Une carence en thyrotropine provoque une diminution des fonctions de la partie intacte de la glande thyroïde, ce qui provoque le passage de la maladie à la deuxième phase et le développement de l'hypothyroïdie. L'hypothyroïdie ne dure généralement pas longtemps et disparaît à mesure que le processus inflammatoire disparaît.

Signes de thyroïdite auto-immune

À quoi s'attendre d'une maladie comme la thyroïdite de Hashimoto dépend du stade de la maladie. Les symptômes de l'inflammation peuvent se manifester comme suit:

  • la faiblesse apparaît;
  • lorsque vous sentez que la glande est agrandie;
  • des nœuds peuvent être trouvés sur la surface;
  • la douleur du cou;
  • difficulté à avaler;
  • signes d'un trouble du système nerveux.

De nombreuses manifestations de la thyroïdite sont associées au fait qu'aux premiers stades de la maladie, le fer augmente. Du fait que les hormones thyroïdiennes assurent la mise en œuvre de nombreuses fonctions, leur diminution provoque également des signes généraux de déficience: faiblesse, excitabilité, transpiration, perte de mémoire. En raison de l'action d'une substance de sécrétion interne, la douleur dans les articulations inquiète.

L'intoxication, qui est causée par un niveau élevé de circulation de l'hormone dans la circulation sanguine, provoque un rythme cardiaque rapide. La tachycardie provoque une hypertension artérielle.

Après l'accouchement, plusieurs autres signes de déficience apparaissent. L'hyperthyroïdie se caractérise par une perte de poids, une fatigue accrue, une augmentation du rythme cardiaque et de la fièvre. Dans un contexte de fatigue après l'accouchement, une femme peut ne pas remarquer ces manifestations.

Une situation courante est l'absence de symptômes, alors vous devez faire attention aux fluctuations de poids, aux douleurs musculaires, aux changements dans les selles

Avec l'apparition d'une thyroïdite auto-immune de la glande thyroïde, tôt ou tard, l'état se décompense. L'hypothyroïdie se manifeste par de la fatigue, de la fatigue, des modifications de l'élasticité de la peau et des cheveux, des oublis et une indigestion.

Lorsque la glande thyroïde est endommagée par la thyroïdite, des symptômes de violation du système nerveux apparaissent. Ce sont l'irritabilité, les sautes d'humeur, les larmes, l'excitabilité ou l'apathie. Les personnes atteintes d'une maladie telle que la thyroïdite auto-immune soupçonnent qu'elles ne se sentent pas bien à cause de ces signes.

Symptômes de l'hypothyroïdie auto-immune

Pendant longtemps, la maladie est presque asymptomatique. Dans les premiers stades, il n'y a aucun signe d'élargissement de la glande thyroïde et de dysfonctionnement. Lorsqu'il est pressé, il n'y a pas de sensations douloureuses. Il est extrêmement rare au stade initial du processus pathologique de développer un goitre. Dans ce cas, une personne souffrant d'hypothyroïdie auto-immune peut se plaindre de:

  • sensation de boule dans la gorge;
  • sensation de pression dans la glande thyroïde;
  • fatigue chronique;
  • douleur articulaire.

Dans les premiers stades, il n'y a aucun signe d'élargissement de la glande thyroïde et de dysfonctionnement. Lorsqu'il est pressé, il n'y a pas de sensations douloureuses.

Cette symptomatologie persiste pendant plusieurs années. À mesure que le dysfonctionnement thyroïdien s'aggrave en présence d'une hypothyroïdie, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • perte de poids;
  • faiblesse générale;
  • pâleur et peau sèche;
  • dépression et apathie;
  • déficience de mémoire;
  • illisibilité de la parole;
  • diminution de la transpiration;
  • irrégularités menstruelles chez les femmes;
  • nervosité;
  • intolérance au froid;
  • gonflement de la langue;
  • grossissement de la peau des mains et des paumes;
  • ongles cassants.

La présence de ces manifestations indique des dommages aux tissus des organes et une violation critique de la production d'hormones. Avec l'activation du processus auto-immun à un âge précoce, un dysfonctionnement thyroïdien peut entraîner une prise de poids, des troubles de la mémoire et un retard mental..

Causes de la thyroïdite de Hashimoto

Lorsqu'un patient demande quelle est l'origine de la thyroïdite de la glande thyroïde, le médecin doit lui parler des caractéristiques de l'organe. Une personne doit connaître ses fonctions, pourquoi il y a un goitre hashimoto, ce qui est la pire chose dans cette maladie. Pour la première fois, une violation de la glande thyroïde - ait, a été décrite par le chirurgien japonais Hashimoto, donc il est également appelé par le nom du scientifique.

Chaque organe est composé de cellules. Pour les reconnaître, la surface est présentée avec des complexes protéiques spécifiques. En les rencontrant, les lymphocytes les reconnaissent puis les attaquent ou les ignorent. C'est un mécanisme de défense contre les cellules anormales et altérées. La glande thyroïde, le cristallin et les organes génitaux chez les hommes ont une barrière qui empêche les lymphocytes d'être testés. S'il est détruit, les cellules de ces structures attaquent les lymphocytes. La thyroïdite auto-immune commence dans la glande thyroïde.

Le corps libère plusieurs hormones dans la circulation sanguine. Ils sont produits avec un apport suffisant en iode dans le corps. Les hormones thyroïdiennes jouent une fonction importante: elles affectent le métabolisme du calcium et son entrée dans les articulations, le métabolisme et le métabolisme de l'oxygène dans les tissus, l'activité du système nerveux central et des reins. Si le tissu de la glande thyroïde est détruit, il y a une augmentation puis une diminution de la production d'hormones.

Dans certaines sources, des informations peuvent être trouvées que la thyroïde et la thyrotoxicose sont une seule et même pathologie. Les deux maladies combinent la nature auto-immune de la maladie, elles se caractérisent par une violation de l'activité de l'organe, une diminution de la production d'hormones. Il est difficile de dire sans équivoque s'il est possible de faire la distinction entre la thyrotoxicose et le diagnostic d'aitis, car souvent l'une de ses manifestations est l'hypofonction des glandes..

La maladie de Hashimoto est plus fréquente chez les femmes et commence après l'âge de 45 ans, bien qu'il y ait des exceptions. Les premiers signes d'un trouble peuvent apparaître à tout âge. L'hérédité de la maladie joue un rôle important.

Les facteurs à l'origine de la pathologie ne sont pas entièrement compris. On pensait autrefois que la thyroïdite auto-immune est influencée par l'apparition d'anticorps dirigés contre la glande. Le corps rencontre de nombreux antigènes, mais ne provoque pas dans tous les cas le développement de processus agressifs envers ses propres cellules. On suppose que les lésions auto-immunes de la glande thyroïde se produisent pour les raisons suivantes:

  • infections virales;
  • maladies chroniques;
  • abus de drogues de divers groupes;
  • rayonnement ionisant;
  • stress;
  • mauvaise écologie.

De nombreuses infections sont causées par des virus qui peuvent pénétrer dans les cellules et modifier leur constitution génétique. Tout tissu peut devenir une cible pour l'activité d'agents pathogènes intracellulaires, cela peut provoquer l'apparition d'agressivité de la glande thyroïde.

Les maladies chroniques provoquent un dysfonctionnement de l'organe et des glandes endocrines. Cela change l'équilibre dans le corps, déclenche des mécanismes compensatoires et destructeurs.

Certains médicaments peuvent affecter le fonctionnement de la glande thyroïde. Cela s'applique aux médicaments hormonaux, ainsi qu'à ceux contenant de l'iode. Avec un apport prolongé de complexes vitaminiques contenant un oligo-élément, une thyrotoxicose peut être provoquée. Les personnes qui travaillent dans des conditions de travail dangereuses et sont exposées aux radiations peuvent rencontrer des problèmes de glande thyroïde..

Chaque facteur de stress a son propre degré de danger pour le corps. Un mariage, la naissance d'un enfant, un changement d'emploi sont de fortes causes d'anxiété, mais la mort d'un être cher ou une maladie grave peuvent provoquer un tel échec à provoquer la thyroïdite de Hashimoto.

Glande thyroïde: symptômes de la maladie chez la femme, traitement

Les maladies de la glande thyroïde sont plus souvent observées chez la gent féminine - cela est dû aux caractéristiques physiologiques du corps féminin. Premiers signes:

  • changements de poids
  • échec du cycle menstruel
  • Difficulté à dormir
  • chute de cheveux
  • léthargie
  • pâleur de la peau
  • étourdissements périodiques
  • il y a une sensation de manque d'air
  • toux déraisonnable
  • gonflement du cou
  • poignée de main
  • la nausée
  • la diarrhée

Il est logique de noter une autre manifestation typique - la formation d'un goitre, qui peut provoquer une compression des vaisseaux sanguins, de la trachée, de l'œsophage. À cet égard, le sexe féminin est mal à l'aise lorsqu'il avale de la nourriture solide. Un traitement opportun aidera à faire face à la pathologie.

Bien sûr, le médecin prescrit une thérapie après un examen complet et des tests. Le traitement comprend des mesures complètes: prendre des médicaments, une bonne nutrition. S'il n'y a pas de résultats après avoir terminé le cours, le patient se voit prescrire une intervention chirurgicale.

Comment traiter et soulager l'inflammation thyroïdienne

Vous pouvez faire face à l'inflammation sous la direction d'un endocrinologue. Le médecin établit un plan thérapeutique individuel en fonction de la forme de la maladie. Le plus souvent, il s'agit d'un traitement médicamenteux. Avec une forte augmentation de la glande thyroïde, une intervention chirurgicale est indiquée.

Vous pouvez également essayer des méthodes alternatives adaptées en complément du traitement principal, mais uniquement après avoir consulté un médecin:

  • compresse
  • Paramètres d'aubépine, de cloportes, de valériane, de racines de fraise
  • tisanes

Un tel traitement apportera des résultats, en particulier dans les premiers stades. Le traitement à domicile peut être complété par une activité physique spéciale. Les exercices de physiothérapie aideront à restaurer la force, à renforcer le système immunitaire. Les promenades au grand air ont un bon effet sur le corps.

Effets

La lutte du corps avec ses propres structures épuise le corps. Voici quelques conditions qui rendent la thyroïdite auto-immune dangereuse:

  • la probabilité de dépression;
  • sautes d'humeur;
  • crises de panique;
  • diminution de la mémoire et de l'attention;
  • violation du cycle menstruel;
  • maladie des ovaires polykystiques;
  • infertilité.

Les conséquences dépendent des manifestations et du volume de l'organe. La thyroïdite auto-immune de Hashimoto avec une grande glande thyroïde provoque une perte de voix ou un enrouement, des difficultés à respirer et à avaler. Le goitre nodulaire peut transformer les tissus en tumeur maligne.

Avec la thyroïdite auto-immune, le pronostic est satisfaisant en raison d'une progression prolongée et d'une détérioration progressive. La situation change de façon défavorable si le patient a une crise thyrotoxique.

Afin de prévenir les pires manifestations de la maladie dans la thyroïdite auto-immune, un diagnostic minutieux est nécessaire. Vous pouvez maintenir l'état du corps à l'aide de durcissements et de promenades fréquentes. Il faut être au soleil le moins possible pendant la phase active, le plus rarement possible recourir à un examen aux rayons X, pour changer de lieu de travail. Ensuite, la thyroïdite auto-immune et le processus de traitement ne seront pas préoccupants..

Les premiers signes et danger d'inflammation de la glande thyroïde

L'inflammation de la glande thyroïde (thyroïdite) comprend des maladies d'origines diverses. Tous sont unis par la présence d'un processus inflammatoire. La maladie affecte des personnes de sexe et d'âge différents. Le groupe à risque comprend les personnes vivant dans des zones avec un environnement pollué, qui ont récemment eu des infections, qui ont un handicap mental.

  1. Types et causes de la thyroïdite
  2. Symptômes de la thyroïdite
  3. Thyroïdite aiguë
  4. Forme subaiguë
  5. Type fibreux chronique
  6. Formes spécifiques
  7. Méthodes de diagnostic
  8. Traitement de la thyroïdite
  9. Thérapie conservatrice
  10. Traitement opératoire
  11. Régime alimentaire et méthodes de soutien
  12. Complications de l'inflammation thyroïdienne
  13. Prévision et prévention

Types et causes de la thyroïdite

L'inflammation du tissu thyroïdien a différentes formes pathologiques:

  • Aiguë - divisé en thyroïdite diffuse et focale, purulente et non purulente.
  • Subaigu - il est diffus et focal, apparaît quelque temps après l'infection.
  • Chronique - classé en goitre de Riedel, goitre auto-immun, post-partum et thyroïdite spécifique. Cette dernière est divisée en thyroïdite tuberculeuse, septicomycosique et syphilitique..

Causes possibles de l'inflammation thyroïdienne:

  • les effets de la radiothérapie;
  • lésion d'organe;
  • pénétration dans le système endocrinien d'une infection virale;
  • manque d'iode dans la nourriture et l'eau humaines;
  • stress;
  • stress physique et émotionnel excessif.

Une cause fréquente de maladie thyroïdienne chronique est une prédisposition héréditaire à la thyroïdite. Le système immunitaire commence à produire des anticorps contre les cellules thyroïdiennes, après quoi l'organe cesse de produire et de libérer des hormones contenant de l'iode dans le sang. Dans ce contexte, le travail de tous les systèmes du corps est perturbé..

L'activation de la thyroïdite auto-immune peut survenir à la suite d'une insuffisance hépatique causée par le virus de l'hépatite C, d'une utilisation prolongée de médicaments antiviraux et hormonaux, d'une exposition excessive au soleil.

Symptômes de la thyroïdite

Les signes de thyroïdite au stade initial sont subtils. L'impuissance, les douleurs articulaires et les maux de gorge sont généralement attribués à un léger rhume. Si les changements pathologiques sont aggravés par une infection ou un autre facteur irritant, les symptômes de la thyroïdite deviennent plus évidents.

Thyroïdite aiguë

L'inflammation de la glande thyroïde de type aigu non suppuratif accompagne:

  • fièvre, frissons, transpiration;
  • élargissement d'organe;
  • douleur dans le cou, irradiant vers l'arrière de la tête;
  • une sensation de pression en avalant de la nourriture.

Une forme purulente de thyroïdite de la glande thyroïde se caractérise par un gonflement des ganglions lymphatiques locaux, une tachycardie, des douleurs musculaires douloureuses. La température corporelle est maintenue à 40 ° C. Le patient peut se sentir malade, vomir.

Forme subaiguë

Les signes d'inflammation de la glande thyroïde de l'évolution subaiguë se manifestent par une augmentation de l'organe endocrinien. La peau du cou dans la région de la glande thyroïde semble enflée et enflée. Des sensations désagréables apparaissent sous la forme d'une boule ou d'un mal de gorge, d'un syndrome douloureux irradiant vers l'oreille. La température est basse (37-38 ° C). Les douleurs musculaires sont constamment ressenties. La plupart souffrent de tachycardie, de transpiration abondante et de difficulté à avaler.

Type fibreux chronique

La thyroïdite fibro-invasive (goitre de Riedel) est une pathologie rare d'origine inconnue. Les cellules thyroïdiennes détruites sont remplacées par du tissu fibreux (un type de tissu conjonctif).

L'inflammation de la glande thyroïde peut ne pas se manifester pendant une longue période, à l'exception de la sensation d'une boule dans la gorge.

L'exacerbation de la thyroïdite chronique conduit à un élargissement focal ou diffus de l'organe. Il commence à appuyer sur la trachée, les soudures avec les tissus voisins, ce qui entraîne des troubles de la respiration et de la déglutition. La voix du patient disparaît, un mal de tête apparaît, le visage gonfle, la vision diminue, il y a des acouphènes.

Formes spécifiques

Symptômes de formes spécifiques de thyroïdite:

  • Tuberculeux - la glande thyroïde est modérément hypertrophiée, ses tissus acquièrent une structure dense, les ganglions lymphatiques locaux gonflent. Dans la plupart des cas, l'organe fonctionne normalement. Moins souvent, la thyroïdite tuberculeuse se manifeste par un sceau saillant indolore, ressemblant à une tumeur maligne ou bénigne. Il y a des cas où un abcès se forme dans l'épaisseur de la glande thyroïde avec ou sans fistule.
  • Syphilis - la glande thyroïde n'augmente presque pas, à la palpation, on ressent son inactivité due à la fusion avec d'autres organes. La forme négligée de la syphilis thyroïdite se manifeste par la présence d'infiltrats dans l'épaisseur de la glande thyroïde, contre lesquels la perforation de l'œsophage et du larynx est possible. Un processus pathologique en développement rapide s'accompagne d'une augmentation des ganglions lymphatiques, d'une altération de la déglutition et de la respiration, d'une névralgie sévère.
  • Actinomycose - les symptômes de ce type de thyroïdite ressemblent à l'inflammation chronique habituelle de la glande thyroïde jusqu'à ce qu'elle perde sa densité. Peu à peu, l'organe endocrinien devient mou. Des foyers purulents s'y forment. En raison d'infiltrats, des fistules apparaissent sur la peau du cou, d'où le pus est libéré.
  • Une maladie spécifique de la glande thyroïde est la thyroïdite chronique lymphocytaire auto-immune. L'organe endocrinien se développe uniformément et progressivement. Chez la plupart des patients, la pathologie thyroïdienne est asymptomatique. Chez certains, à un stade précoce de développement, il existe une douleur modérée dans la région thyroïdienne et la fonction de déglutition est altérée. À la palpation, la densité du tissu organique, la présence de petits tubercules se fait sentir.

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic de tout état pathologique de la glande thyroïde comprend:

  • Hémogramme complet - indique le niveau de leucocytes, qui augmente avec la maladie thyroïdienne. Un écart de la vitesse de sédimentation des érythrocytes (VS) par rapport à la norme peut indiquer l'origine virale de la maladie, l'oncologie, la présence d'un foyer purulent dans la glande thyroïde.
  • Test sanguin biochimique - utilisé pour détecter les anticorps dirigés contre les cellules saines de la glande thyroïde. Aide à évaluer le fond hormonal du corps, à déterminer le niveau d'hormones T3 et T4.
  • Échographie Doppler - réalisée pour évaluer l'état du flux sanguin dans les petits vaisseaux afin d'identifier les néoplasmes.
  • Scintigraphie - prescrite pour vérifier l'état fonctionnel et évaluer la structure de la glande thyroïde.
  • Biopsie par ponction - utilisée pour le goitre nodulaire afin d'identifier l'origine des néoplasmes.

Traitement de la thyroïdite

Le traitement thyroïdien doit être sous la supervision d'un endocrinologue, ce qui exclura la complication de la maladie. Une forme bénigne d'inflammation thyroïdienne est éliminée avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens et un traitement symptomatique.

Les signes sévères de thyroïdite sont traités avec des hormones stéroïdes ou des antibiotiques, selon l'origine de la maladie.

Thérapie conservatrice

Le traitement de l'inflammation de la glande thyroïde d'une forme aiguë de type non purulent implique l'hospitalisation du patient. La récupération se produit après 3-4 semaines de prise de bêtabloquants (propranolol, anapriline). Les moyens d'éliminer l'arythmie, de normaliser la pression artérielle, d'améliorer l'apport sanguin aux vaisseaux du cerveau. La douleur est soulagée par des analgésiques (Promedol, Ketorol). Un traitement antibactérien est indiqué dans les cas difficiles, des médicaments à base de pénicilline sont utilisés. L'immunité est renforcée avec des multivitamines - Supradin, Vitrum.

Avec une forme subaiguë d'insuffisance thyroïdienne, l'inflammation ne peut être éliminée à la maison qu'en suivant strictement les recommandations du médecin. En l'absence de traitement adéquat, la thyroïdite dure au moins 6 mois. L'endocrinologue prescrit:

  • La prednisolone est un médicament contenant des hormones surrénales, pris 1 fois par jour, 30 à 40 mg pendant 2-3 semaines. Ensuite, la posologie hebdomadaire est réduite de 5 mg. La durée du cours hormonal est de 2-3 mois.
  • Metindol - a un effet anti-inflammatoire prononcé, est indiqué pour une légère inflammation de la glande thyroïde. Recommandé pour une utilisation en thérapie complexe pendant 3-4 jours. Prendre jusqu'à 4 fois par jour, 0,025 g après les repas.
  • Propranolol - pour éliminer les symptômes de l'hyperfonctionnement des organes endocriniens. Boire 20 à 40 mg trois fois par jour.
  • Lévothyroxine sodique - prescrite à dose individuelle en cas d'hypothyroïdie (déficit en hormone thyroïdienne).

La thyroïdite lymphomateuse auto-immune est traitée par un traitement hormonal substitutif. Les patients se voient prescrire de la lévothyroxine ou de la L-thyroxine à une dose individuelle. Tous les quatre mois, un test sanguin biochimique pour les hormones et une échographie sont prescrits. La pathologie n'est pas complètement guérie, elle devient chronique.

Traitement opératoire

Le traitement de la thyroïdite fibro-invasive (goitre de Riedel) n'est pas complet sans intervention chirurgicale. Si l'organe thyroïdien est complètement recouvert de tissu fibreux, il est retiré, sinon cela provoquera une suffocation. Avec la formation de tissu conjonctif sur un lobe de la glande thyroïde, seule la zone touchée est opérée, les adhérences et adhérences avec les tissus adjacents sont excisées.

Parfois, un traitement chirurgical de la glande thyroïde est prescrit pour la thyroïdite auto-immune lorsque des tumeurs sont détectées, l'inefficacité d'un traitement conservateur et une hypertrophie excessive de la glande.

Régime alimentaire et méthodes de soutien

Une alimentation saine pour l'inflammation de la glande thyroïde est formée des aliments suivants:

  • Fruits, baies et légumes. Ces aliments contiennent des fibres. La substance nettoie le corps des toxines qui se forment en raison du métabolisme causé par une insuffisance thyroïdienne.
  • Poisson marin moyennement gras. C'est une source d'acides gras insaturés (Oméga-3) et de vitamines nécessaires pour renforcer le système immunitaire.
  • Pain, bouillie, pâtes. Les aliments contiennent des glucides complexes, abaissent le cholestérol, normalisent la glycémie.
  • Noisettes, pistaches, amandes, produits laitiers. Prévient la carence en iode et l'ostéoporose.

En complément du médicament de la glande thyroïde, avec l'autorisation de l'endocrinologue, vous pouvez boire des décoctions d'herbes médicinales et de fruits de plantes:

  • Le thé de calendula est bon pour la thyroïdite auto-immune.
  • La sauge est indiquée pour la prévention des tumeurs thyroïdiennes.
  • L'infusion d'aubépine est recommandée par les herboristes pour améliorer le fonctionnement de la glande thyroïde.

Complications de l'inflammation thyroïdienne

En l'absence de traitement adéquat, une pathologie thyroïdienne aiguë et subaiguë peut entraîner la formation de foyers purulents. De tels infiltrats traversent non seulement à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur du corps.

La pénétration de pus dans les tissus du cou ou de la poitrine entraîne des lésions des vaisseaux sanguins. Une infection purulente peut provoquer une septicémie, se propager au cerveau.

Prévision et prévention

Le traitement rapide de l'inflammation aiguë de la glande thyroïde est une garantie que la guérison se produira après 1 à 2 mois de prise des médicaments nécessaires. La pathologie subaiguë est guérie dans les 60 à 90 jours. L'exception est ses formes avancées - dans ce cas, le traitement de l'insuffisance thyroïdienne dure jusqu'à deux ans. Souvent, la maladie prend une forme chronique. Le type fibro-invasif est caractérisé par une progression à long terme avec le développement d'une carence en iode.

La prévention de l'inflammation thyroïdienne consiste en un traitement rapide de toute maladie infectieuse. Après la récupération, il est recommandé de subir périodiquement un examen par un endocrinologue, de prendre soin de renforcer le système immunitaire, de prendre des complexes vitaminiques et de bien manger. Mieux vaut abandonner pour toujours les mauvaises habitudes et commencer à mener une vie saine..

Symptômes d'inflammation de la glande thyroïde chez la femme. Les principales méthodes de traitement

Dernière mise à jour le 9 avril 2020 à 10:37

La thyroïdite est une inflammation de la glande thyroïde. Les symptômes chez les femmes, le traitement dépendent du stade auquel se trouve le processus. Les représentants du beau sexe souffrent de la maladie beaucoup plus souvent que les hommes. Souvent, les premiers signes d'inflammation passent inaperçus, de sorte que la maladie se transforme en hyperthyroïdie, qui s'accompagne de complications plus graves..

Qu'est-ce que l'inflammation thyroïdienne chez la femme?

La thyroïdite fait référence aux maladies inflammatoires du système endocrinien. Dans ce cas, l'inflammation est localisée dans différents lobes de la glande thyroïde. Jusqu'à récemment, la pathologie était diagnostiquée principalement chez les personnes âgées. Maintenant, il y a une tendance à «rajeunir» la maladie, il y a des cas fréquents d'inflammation de la glande thyroïde chez les enfants.

La maladie est classée en fonction de la nature de l'évolution et de la cause. Par la nature du cours, les formes suivantes de thyroïdite se distinguent:

  • Tranchant. La glande thyroïde s'est enflammée en raison d'une infection dans laquelle le sang pénètre dans la glande. Elle se caractérise par un syndrome douloureux prononcé, une forte fièvre. Il y a purulent et non purulent.
  • Subaigu. Cela peut être une complication de n'importe quelle maladie. Les manifestations ne sont pas aussi brillantes que dans la forme aiguë, mais l'état du patient ne laisse aucun doute sur le diagnostic. Il peut être diffus (affectant l'ensemble de l'organe) ou focal.
  • Inflammation chronique. Il se développe en raison du manque de traitement pour la phase aiguë. Il n'y a pas de sensations douloureuses, la température est normale, mais la glande thyroïde est fortement agrandie.

Du point de vue de l'origine de la maladie, ces types d'inflammation thyroïdienne se distinguent comme suit:

  • Lymphocytaire (goitre de Hashimoto). La raison en est un excès héréditaire de lymphocytes T dans le sang. Cette forme se transforme souvent en hypothyroïdie..
  • Post-partum. Il se développe à la suite d'un déséquilibre hormonal dans le corps d'une femme enceinte. Résout généralement 2-3 mois après l'accouchement.
  • Auto-immun. Il survient plus souvent que d'autres et répond moins au traitement. Pour une raison inconnue, le système immunitaire attaque les cellules de la glande, les percevant comme étrangères. Se développe souvent dans le contexte du diabète sucré. Les médecins ont tendance à blâmer une mutation génétique héréditaire pour la survenue d'une thyroïdite auto-immune. Cependant, les déclencheurs sont des infections des organes ORL, des caries non traitées.
  • Tuberculeux. La glande thyroïde est affectée par le bacille de Koch.
  • Syphilitique. Il se développe à la suite d'une syphilis non traitée. Récemment, en raison de l'utilisation réussie de médicaments antibactériens, il est rare.
  • Idiopathique (découlant de raisons inconnues).

Inflammation de la glande thyroïde

L'inflammation de la glande thyroïde (thyroïdite) est une affection pathologique qui perturbe le fonctionnement de l'organe et entraîne des problèmes de santé. La maladie occupe le deuxième rang en termes de prévalence, cédant la place au diabète. La pathologie des personnes de sexe et d'âge différents est frappante. La thyroïdite se caractérise par une inflammation du tissu thyroïdien de la glande thyroïde, une douleur et une gêne dans la gorge, ainsi que des signes généraux d'intoxication..

Causes et pathogenèse

Les causes de l'inflammation thyroïdienne dépendent du type de maladie. La forme purulente aiguë de la thyroïdite est provoquée par les maladies infectieuses transférées (amygdalite, septicémie, etc.). La cause de la pathologie non purulente est l'hémorragie du tissu thyroïdien, la radiothérapie et les lésions traumatiques des organes.

Une infection virale peut provoquer une forme subaiguë de la maladie. En règle générale, l'agent causal est le virus de la grippe, de la rougeole, des oreillons, de la varicelle, etc. La cause de l'inflammation auto-immune de la glande thyroïde est une prédisposition génétique à la maladie et une altération du fonctionnement du système immunitaire.

Classification

L'inflammation d'organe est classée selon l'origine et les symptômes..

La thyroïdite aiguë est une forme rare d'inflammation qui peut toucher toute la surface d'un organe ou une zone spécifique. Il survient dans le contexte d'infections (amygdalite, pneumonie ou amygdalite) ou à la suite d'un traitement prolongé du goitre diffus avec de l'iode. La maladie peut être purulente ou non suppurative..

L'inflammation subaiguë est principalement diagnostiquée chez les femmes d'âge moyen (30 à 35 ans). Il existe plusieurs sous-espèces: thyroïdite lymphocytaire, pneumocytaire et granulomateuse.

La forme chronique est caractérisée par des maladies spécifiques d'étiologie tuberculose-syphilitique, la thyroïdite auto-immune de Hashimoto et le goitre de Riedel fibro-invasif.

La thyroïdite auto-immune, à son tour, se présente sous différentes formes..

  • Latent - la glande thyroïde augmente en taille, mais son fonctionnement n'est pas altéré.
  • Hypertrophique - l'organe est agrandi, tandis que le changement de taille peut être uniforme ou différer dans certaines zones en raison de la formation de nœuds. Au fur et à mesure que la maladie progresse, l'hypothyroïdie se développe, les signes correspondants apparaissent.
  • La forme atrophique se caractérise par la préservation de la taille normale de la glande thyroïde (dans de rares cas, elle diminue même). Le patient présente tous les signes d'hypothyroïdie, puisque l'organe produit moins d'hormones.

Symptômes

Le principal symptôme de l'inflammation suppurée aiguë de la glande thyroïde est une douleur dans la gorge. Souvent, la douleur irradie à l'arrière de la tête, du cou et de la tête, et s'intensifie également lors des mouvements de la tête ou lors de l'ingestion de nourriture. Il existe des symptômes généraux d'intoxication aiguë: une augmentation des ganglions lymphatiques locaux, une augmentation de la température jusqu'à 40 ° C, des frissons, une faiblesse et une détérioration du bien-être général. Le patient souffre de tachycardie, de douleurs et de douleurs musculaires et articulaires.

Une forme aiguë d'inflammation non suppurée se manifeste par une transpiration accrue, des palpitations, une perte de poids soudaine et des tremblements des membres supérieurs. L'organe grossit et devient très douloureux. L'examen révèle une augmentation significative du taux d'hormones.

La forme subaiguë de la thyroïdite se caractérise par un élargissement de l'organe, une douleur intense dans le cou, un gonflement et un gonflement apparaissent. La peau devient rouge en raison d'une forte fièvre ou d'une augmentation du flux sanguin vers la glande thyroïde. Les ganglions lymphatiques ne changent pas.

Dans la forme avancée de thyroïdite, les cellules détruites sont remplacées par du tissu conjonctif, ce qui provoque le développement de la fibrose. Les patients se plaignent de faiblesse, de somnolence, de poches (en particulier sur le visage) et la peau devient trop sèche.

Les symptômes d'inflammation chronique de la glande thyroïde peuvent être absents pendant une longue période. Dans certains cas, le patient ressent une boule dans la gorge et une gêne en avalant. Au fur et à mesure que la maladie progresse, le processus respiratoire est perturbé, ce qui est causé par la pression accrue de la glande thyroïde hypertrophiée sur les poumons. Des enrouements, des maux de tête, des problèmes de vision et des acouphènes apparaissent. La glande thyroïde se développe de manière inégale, lors de la palpation, des formations nodulaires sont ressenties dans certaines zones.

Diagnostique

Si vous ressentez des symptômes alarmants indiquant un dysfonctionnement de la glande thyroïde, vous devez être examiné par un endocrinologue. Lors de l'examen initial, le médecin procède à un examen visuel du patient, palpe l'organe, évalue sa taille et recueille une anamnèse. Pour obtenir une image complète de l'état de la glande thyroïde, un certain nombre de procédures de diagnostic sont prescrites.

  • Des analyses sanguines générales et biochimiques peuvent révéler une teneur accrue en leucocytes et en ESR.
  • Test sanguin pour les niveaux d'hormones. L'hormone stimulant la thyroïde (TSH) est nécessaire.
  • Un immunogramme vous permet de déterminer la nature auto-immune de l'inflammation.
  • La scintigraphie et l'échographie d'un organe permettent d'évaluer sa taille et d'identifier les changements structurels.
  • Une biopsie à l'aiguille fine est effectuée pour obtenir du matériel biologique, qui est en outre soumis à un examen histologique. Cette procédure élimine la probabilité d'une évolution maligne de la maladie..

Traitement

Le traitement de l'inflammation de la glande thyroïde est prescrit par le médecin après un examen complet, établissant la cause de la pathologie et sa forme.

Le traitement de la thyroïdite auto-immune consiste à prendre des médicaments. Avec une activité accrue de la glande thyroïde, des thyrostatiques et des bêta-bloquants (Tiamazol, Mercazolil, etc.) sont prescrits. Ils inhibent la fonction de l'organe et synthétisent moins d'hormones. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que le métindol, le valtarène ou l'indométacine aideront à réduire la production d'anticorps. En association avec les médicaments décrits ci-dessus, des adaptogènes, des complexes vitaminiques-minéraux et des médicaments qui régulent le système immunitaire sont nécessairement prescrits.

Avec une fonction thyroïdienne réduite, le patient se voit prescrire des hormones synthétiques. Leur prise arrêtera l'évolution de la maladie et assurera une rémission à long terme..

Pour le traitement d'une forme subaiguë d'inflammation de la glande, des glucocorticostéroïdes sont utilisés. Ces médicaments éliminent l'inflammation, soulagent le syndrome douloureux et soulagent l'enflure. Dans certains cas, des médicaments stéroïdiens (prednisolone) et des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés.

Le traitement de la thyroïdite aiguë comprend l'utilisation d'un blocage bêta-adrénergique avec du propranolol. Il est strictement interdit d'utiliser la radiothérapie ou la chirurgie.

Le traitement d'une forme purulente aiguë de cette maladie comprend la prise d'antibiotiques du groupe pénicilline ou céphalosporine, d'antihistaminiques (clémastine, chloropyramine) et de vitamines B et C.Pour la désintoxication, une solution saline ou de la rhéopolyglucine est injectée par voie intraveineuse..

Lors du traitement de l'inflammation de la glande thyroïde, le patient doit surveiller son alimentation, en particulier sous la forme chronique de la maladie. Le respect d'un régime et la prise de médicaments prescrits vous permettront d'obtenir l'effet le plus positif et une rémission à long terme. Un changement de régime n'implique pas une diminution de sa valeur énergétique. Ainsi, si l'apport quotidien en kilocalories est inférieur à 1200, l'état du patient s'aggravera considérablement.

Il est conseillé au patient d'exclure le mil et les produits à base de soja de son alimentation et, en cas de thyroïdite auto-immune, la viande doit être évitée. N'ajoutez pas de viandes fumées, d'aliments épicés et frits, de mayonnaise, de ketchup, de produits semi-finis et d'aliments instantanés aux aliments. La base du menu quotidien devrait être des légumes et des fruits, des légumes racines, des herbes et des produits laitiers avec un faible pourcentage de matières grasses.

Vous devriez manger toutes les trois heures en petites portions. La nutrition doit être aussi équilibrée et saine que possible.

Pronostic et complications possibles

L'inflammation de la glande thyroïde a un pronostic favorable avec un traitement rapide. La durée du traitement est de 2 à 10 semaines, en fonction de la forme de pathologie et de la présence de maladies concomitantes.

Un danger particulier est posé par la thyroïdite purulente aiguë, car il existe un risque élevé d'ouvrir un abcès et de propager du pus aux tissus et organes adjacents. Ce processus peut conduire au développement d'une septicémie et peut également provoquer des lésions vasculaires. Risque très élevé de lésions cérébrales (menace le développement d'une encéphalite ou d'une méningite) ou des poumons (peut provoquer un abcès pulmonaire ou une pneumonie).

La prévention

Un traitement opportun des processus infectieux dans le corps aidera à prévenir l'inflammation de cet organe. Il est également important de maintenir un mode de vie sain, de bien manger et d'être régulièrement à l'extérieur. Ceux qui ont une prédisposition à la maladie doivent consulter un endocrinologue au moins une fois par an pour un examen préventif. Si vous avez des facteurs de risque ou une prédisposition héréditaire, vous devez consulter un spécialiste tous les 6 mois.

Cet article est publié à des fins éducatives uniquement et ne constitue pas un matériel scientifique ou un avis médical professionnel..