Principal

Goitre

Adénome hypophysaire - quelle est la raison d'un diagnostic tardif? Quelles méthodes peuvent être utilisées pour guérir ou éliminer la formation?

L'adénome hypophysaire est une tumeur (le plus souvent bénigne) du tissu glandulaire de la glande pituitaire, qui se développe dans les lobes antérieur et moyen (intermédiaire) - l'adénohypophyse. Il est localisé dans la zone de la sella turcica, située dans l'os sphénoïde à la base du crâne. L'incidence maximale se produit dans la tranche d'âge de 30 à 50 ans. En raison de l'évolution asymptomatique (le plus souvent) dans les premiers stades, le taux de détection est extrêmement faible: seulement 2 personnes pour 100 000 habitants. En progressant, elle se manifeste par des troubles endocriniens, neurologiques et neuro-ophtalmologiques. Représente 1/6 de toutes les tumeurs cérébrales.

Les raisons

La raison n'est souvent pas claire. Parmi les facteurs de provocation possibles:

  • hypogonadisme;
  • hypothyroïdie;
  • utilisation à long terme ou incontrôlée de contraceptifs oraux;
  • intoxication;
  • neuroinfection (myélite, tuberculose, brucellose, poliomyélite, maladies parasitaires du système nerveux central, méningite, encéphalite, botulisme, paludisme cérébral, infection par le VIH, abcès cérébral);
  • déroulement compliqué de l'accouchement;
  • pathologies de la grossesse, formées sous l'influence de facteurs indésirables (tabagisme, alcoolisme, mauvaises conditions environnementales, nervosité accrue);
  • lésion cérébrale traumatique.

Le lien de l'adénome hypophysaire avec une prédisposition héréditaire n'a pas été prouvé, cependant, un tel diagnostic est le plus souvent posé à des personnes dans la famille desquelles diverses pathologies endocriniennes ont été régulièrement observées.

Symptômes

Aux premiers stades, il est asymptomatique. Avec une augmentation de la tumeur, le tableau clinique est un complexe de 3 groupes de symptômes - neurologiques, neuro-ophtalmologiques et hormonaux.

Psychosomatique

Voici les symptômes neurologiques d'un adénome hypophysaire:

  • mal de crâne;
  • dommages aux nerfs crâniens, qui se manifestent par des troubles oculomoteurs;
  • des lésions du nerf trijumeau, qui peuvent entraîner des expressions faciales difficiles, une paralysie des muscles masticateurs, une atrophie du squelette facial (il perd ses contours habituels et «flotte»), des crampes musculaires, des spasmes et des douleurs aiguës;
  • les syndromes alternés (troubles du mouvement et sensoriels);
  • syndromes diencéphaliques: troubles mentaux, dystrophie adiposogénitale, cachexie, troubles de la mémoire, troubles du sommeil, diminution des performances, désorientation dans l'espace;
  • réactions végétatives-vasculaires: arythmie, étourdissements, tachycardie, fatigue, nausées, flatulences, problèmes de miction, respiration rapide, douleurs articulaires, fièvre ou frissons;
  • symptômes occlusifs - attaques de maux de tête sévères dus à des mouvements brusques ou à une tension, accompagnés de vomissements et de bradycardie.

Signes neuro-ophtalmiques

Déterminé par la symptomatologie du syndrome chiasmal:

  • hémianopsie bitemporale - cécité partielle;
  • diminution de l'acuité visuelle;
  • atrophie du fond d'œil;
  • scotomes hémianopsiques - taches aveugles double face dans le champ de vision;
  • atrophie ou disque optique encombré;
  • amaurose - cécité absolue.

Symptômes hormonaux

Hypersécrétion des voies

Symptômes du somatotropinome

  • Acromégalie;
  • gigantisme;
  • maladie métabolique;
  • problèmes avec le système respiratoire;
  • insuffisance cardiaque;
  • pathologies endocriniennes;
  • problèmes avec l'APD.

Symptômes de corticotropinome

  • obésité avec membres minces, visage en forme de lune;
  • vergetures, ulcères trophiques, abcès sur la peau;
  • pilosité corporelle excessive (même chez les femmes);
  • infertilité;
  • violation du cycle menstruel (chez les femmes), impuissance (chez les hommes);
  • l'ostéoporose;
  • faiblesse musculaire.
  • hypertension;
  • Diabète;
  • lithiase urinaire, pyélonéphrite;
  • trouble du sommeil;
  • sautes d'humeur de l'euphorie à la dépression;
  • diminution de l'immunité.
  • hyperpigmentation progressive de la peau;
  • insuffisance surrénalienne;
  • troubles ophtalmiques et neurologiques.

Symptômes de prolactinome

  • violations du cycle ovarien-menstruel: menstruations absentes, rares ou fréquentes, courtes ou longues, rares ou abondantes;
  • infertilité;
  • galactorrhée;
  • hirsutisme (croissance des poils masculins);
  • diminution de la libido, frigidité;
  • acné;
  • le niveau de prolactine dépasse la norme - plus de 23 ng / ml.
  • impuissance,
  • diminution de la libido;
  • infertilité;
  • gynécomastie (hypertrophie des glandes mammaires);
  • galactorrhée;
  • le niveau de prolactine dépasse la norme - plus de 21,4 ng / ml.

Tous les patients, quel que soit leur sexe, présentent également des troubles métaboliques et des troubles psycho-émotionnels..

Symptômes du thyrotropinome

  • Irritabilité, hystérie, nervosité;
  • insomnie;
  • tremblement des membres;
  • hyperhidrose;
  • tachycardie;
  • fibrillation auriculaire;
  • perdre du poids;
  • Augmentation de l'appétit;
  • constipation, diarrhée, flatulences.

Hypopituitarisme

  • Faiblesse, fatigue;
  • perte de poids ou vice versa obésité;
  • douleur abdominale;
  • hypotension;
  • la formation d'un œdème;
  • problèmes de selles;
  • déficience de mémoire;
  • anémie;
  • diminution de la libido;
  • l'ostéoporose.

Une carence en certaines hormones causée par un adénome hypophysaire peut entraîner un coma et même la mort.

Tous les symptômes ci-dessus sont également des complications en parallèle, allant de vertiges inoffensifs à un coma ou même à la mort. Les conséquences neuro-ophtalmologiques (cécité) et toutes sortes de syndromes (Itsenko-Cushing, Nelson, etc.) sont particulièrement dangereuses..

Comme les autres tumeurs, les adénomes hypophysaires diffèrent par leur direction de croissance, leur taille, leur histologie et leur activité. Par conséquent, il existe de nombreuses classifications, elles sont en constante expansion et complétées par de nouveaux types..

Selon les raisons

  • Primaire

Une tumeur se forme lorsque, au départ, l'hypophyse est immédiatement endommagée. Ni l'hypothalamus ni ses hormones de libération ne sont impliqués dans sa formation..

La défaite de l'hypothalamus entraîne une violation des propriétés fonctionnelles de l'hypophyse. Les hormones de libération de l'hypothalamus le stimulent, à cause desquelles les cellules glandulaires commencent à se développer - c'est ainsi qu'un adénome secondaire se forme.

En fonction de l'histologie

Voici la classification internationale des tumeurs du SNC, donnée par l'OMS en 1979:

  • chromophobe - n'a pas d'activité hormonale;
  • acidophile (éosinophile) - accompagnée d'une production accrue d'hormone de croissance, conduit au développement d'une acromégalie - une pathologie caractérisée par une augmentation des mains, des pieds et de la partie faciale du crâne;
  • adénome hypophysaire basophile - produit une hormone adrénocorticotrope, conduit au développement d'un hypercortisolisme (syndrome d'Itsenko-Cushing), en raison d'une hyperproduction de cortisol, le patient souffre d'obésité sévère, d'hypertension et de dépression;
  • acidobasophile mixte - non accompagné d'une violation de la synthèse hormonale;
  • adénocarcinome - un néoplasme malin qui perturbe les fonctions de base de l'hypophyse, peut conduire au coma et à la mort, se caractérise par une croissance assez rapide.

En fonction de l'activité

Classification par S. Yu. Kasumova

  • gonadotropinome - sécrétant la FSH / LH (hormone folliculo-stimulante / lutéinisante);
  • corticotropinome (adénome hypophysaire corticotrope) - sécrétant de l'ACTH (hormone adrénocorticotrope);
  • prolactinome - sécrétant des PRL (prolactine, hormone lactogénique);
  • mixte - sécrétant deux hormones ou plus à la fois;
  • somatotropinome - sécrétant de la STH (hormone somatotrope);
  • thyrotropinome - sécrétant de la TSH (hormone stimulant la thyroïde).
  • chromophobe - est la prolifération de cellules chromophobes (c'est un néoplasme bénin, il augmente à une taille énorme);
  • oncocytome - une tumeur bénigne de cellules épithéliales non fonctionnelles.

L'adénome hypophysaire hormonal inactif est difficile à diagnostiquer, car la condition est le plus souvent asymptomatique.

Dans un groupe séparé, Kasumova a distingué l'adénome hypophysaire malin. Il est rarement diagnostiqué. Caractérisé par le développement d'un hypopituitarisme, d'une déficience visuelle et de troubles neurologiques.

Classification des Kovacs et Croates

Développé en 1995. Les scientifiques ont proposé de distinguer des types d'adénomes tels que:

  • corticotrophique;
  • mammomatotrophes;
  • muet;
  • plurigormonal;
  • somatotrophique;
  • tyrotrophe.

Selon le sens de la croissance

Le type est déterminé par la direction de la croissance de la tumeur par rapport à la selle turque.

Dans les premiers stades, un adénome endosellaire de l'hypophyse est diagnostiqué - se développant dans la cavité de la sella turcica, sans dépasser ses limites. Dès qu'il se propage davantage, on lui attribue déjà le statut d'endoextrasellaire. Elle, à son tour, peut être de différents types:

  • infrasellaire - se répandant en dessous, atteignant le sinus sphénoïde (principal) et pénétrant dans le nasopharynx;
  • suprasellaire - poussant vers le haut dans la cavité crânienne;
  • rétrosellaire - allant vers l'intérieur, dans la fosse crânienne postérieure ou sous la dure-mère du clivus;
  • latéral (latérosellaire) - s'étendant sur les côtés, remplissant le sinus caverneux, le bas de la fosse crânienne moyenne, coulant sous la dure-mère;
  • ansellaire - émergeant à la surface, dans un labyrinthe en treillis, orbite.

Si la tumeur se développe dans plusieurs directions à la fois, le nom est formé à partir de ce qui précède. Par exemple, suprasellaire-latéral.

Selon la taille

Étant donné que la taille de l'éducation varie, les groupes suivants sont distingués:

  • microadénomes - jusqu'à 16 mm, aucune modification morphologique de la taille de la selle turque n'est observée;
  • petit - de 16 à 25 mm;
  • moyen - de 26 à 35 mm;
  • grand - de 36 à 59 mm;
  • géant (macroadénomes) - plus de 60 mm.

Parfois, des cavités se forment à l'intérieur d'une tumeur chromophobe, qui sont remplies d'un liquide protéinique. Dans ce cas, la forme kystique est diagnostiquée..

Diagnostique

Diverses méthodes sont utilisées pour détecter l'adénome hypophysaire.

Clinique

  • Consultation du neurologue;
  • consultation avec un neuro-ophtalmologiste: l'acuité, l'angle et le champ de vision sont évalués, les troubles oculomoteurs sont détectés, l'état du fond d'œil est examiné;
  • consultation endocrinologue: les troubles hormonaux sont diagnostiqués, un traitement médicamenteux est prescrit pour les éliminer.

Laboratoire

  • Analyses générales de sang et d'urine, biochimie, déterminant de la coagulation sanguine;
  • analyses des hormones: le degré de concentration des tropines (prolactine, hormone de croissance, corticotropine, thyrotropine, somatomédine) et des hormones endocrines (sexe, triiodothyronine, thyroxine, cortisol);
  • examen échographique des veines des jambes;
  • électrocardiogramme.

Les méthodes diagnostiques de neuroimagerie sont largement utilisées pour détecter l'adénome hypophysaire. Par exemple, la craniographie est une radiographie des os du crâne. L'observation des sinus latéraux, droits et paranasaux est réalisée. La taille de la selle turque, les changements morphologiques de sa structure et de sa forme sont déterminés. La confirmation du diagnostic est des transformations telles qu'une entrée élargie, un fond à double contour, une ostéoporose des processus antérieurs de l'os sphénoïde et du dos, la destruction du clivus supérieur.

Mais le plus efficace de tous est le diagnostic IRM. L'imagerie par résonance magnétique est la principale méthode d'imagerie tumorale. L'amélioration du contraste (KU) est généralement utilisée pour que la sensibilité de l'appareil soit d'au moins 90%. Certains changements morphologiques sont visibles sur les images sans utilisation de contraste:

  • changement de la taille de la glande;
  • amincissement des parois de la selle turque;
  • son rejet;
  • déplacement de l'entonnoir hypophysaire.

À quoi ça ressemble sur une IRM:

  • en mode T1 (temps de relaxation longitudinal) sans CU, la tumeur ne se détache généralement pas du fond de l'hypophyse;
  • en mode T1 avec KU, une zone arrondie devient visible sur les images, ce qui se démarque par rapport au reste de l'hypophyse;
  • en mode T2 (temps de relaxation transverse), l'image peut être différente.
Adénome hypophysaire à l'IRM

Comme la tumeur se développe souvent de manière asymptomatique, dans la plupart des cas, elle est découverte par accident lorsqu'une IRM est prescrite pour d'autres raisons médicales. Cela peut être un mal de tête, divers symptômes neurologiques ou une lésion cérébrale traumatique. Les formations volumétriques révélées au cours de la tomographie dans les tissus de la glande sont appelées incidentalome de l'hypophyse (IG). Après l'autopsie, le diagnostic est clarifié: dans 30% il s'agit de microadénomes, dans 60% - macroadénomes, chez 10% - kystes et autres néoplasmes.

Traitement

Le traitement de l'adénome hypophysaire est effectué par différentes méthodes. Ils dépendent de sa taille, de son orientation de croissance et de son activité. S'il est petit, inactif sur le plan hormonal et n'a aucun effet significatif sur l'état du patient, des tactiques d'attente sont choisies. Le patient vient régulièrement voir un endocrinologue, passe périodiquement des tests et fait une IRM, grâce à laquelle la dynamique de la maladie est surveillée. Jusqu'à ce que la tumeur se développe et n'augmente pas la synthèse des hormones, la surveillance se poursuit. Dès que des modifications morphologiques sont diagnostiquées, une décision est prise sur le traitement thérapeutique le plus efficace. Cela prend en compte les caractéristiques individuelles du patient et les caractéristiques du néoplasme..

Thérapie médicamenteuse

Il est rarement utilisé. Un adénome hypophysaire est diagnostiqué le plus souvent dans les derniers stades du développement de la tumeur, lorsque la seule issue est la chirurgie et que les médicaments ne sont plus efficaces. Cependant, ils sont prescrits dans les rares cas où la forme de la maladie n'a pas encore commencé..

Il est principalement utilisé pour le prolactinome et le somatropinome. Ils sont sensibles aux médicaments qui bloquent la synthèse hormonale excessive. Cela normalise les hormones, rétablissant ainsi la santé physique et psychologique. Cependant, vous devez comprendre que l'adénome d'un tel traitement ne devient pas plus petit et ne se dissout pas..

Les antagonistes de la dopamine sont prescrits pour le prolactinome:

  • Bromocriptine;
  • Pergolide;
  • Cabergoline;
  • Ropinirole;
  • Pramipexole;
  • Apomorphine.

Avec le somatotropinome, les antagonistes de la dopamine mentionnés ci-dessus sont prescrits, ainsi que des analogues de la somatostatine et des agonistes des récepteurs de l'hormone de croissance:

  • Genfastat;
  • Octréotide;
  • Octretex;
  • Octrid;
  • Sandostatine;
  • Serakstal;
  • Somatuline.

La prescription de médicaments pour l'adénome hypophysaire peut également poursuivre l'objectif de soulager les symptômes. Ça peut être:

  • stimulants du système nerveux pour éliminer la fatigue et la faiblesse constantes (méthyluracile, pentoxil, lévamisole);
  • diurétiques contre les poches;
  • médicaments à base de fer pour traiter l'anémie;
  • nootropiques pour la normalisation de la sphère psycho-émotionnelle (Piracetam, Nootropil, Lucetam).

Dans chaque cas, une liste distincte de médicaments est prescrite selon que la tumeur est active ou non, et quelles hormones elle produit, ainsi que en tenant compte des caractéristiques individuelles de l'organisme..

Chirurgie

Le taux de détection dû à l'asymptomaticité étant extrêmement faible, le diagnostic est souvent posé même avec des formes avancées, lorsque le seul traitement est la chirurgie pour enlever l'adénome hypophysaire. Malgré sa grande efficacité, c'est une méthode de traitement très traumatisante..

Elle est réalisée dans les Centres de Neurochirurgie, équipés d'une salle d'opération endoneurosurgique dotée de personnel, où travaille une équipe de neurochirurgiens expérimentés. Dans le même temps, des spécialistes qualifiés dans le domaine de la réanimation, de la neuroophtalmologie, de la radiologie, de la neuroendocrinologie, de la morphologie, de l'otoneurologie et de la radiologie sont constamment en service et prêts à fournir toute l'assistance possible. Ils surveillent l'état du patient pendant l'opération et pendant la période de rééducation.

Les particularités de l'intervention chirurgicale pour ce diagnostic contiennent des directives cliniques élaborées par l'Association des neurochirurgiens de Russie en 2014.

Méthodes d'intervention

Aujourd'hui, il existe deux façons d'enlever chirurgicalement un adénome hypophysaire:

  1. Ablation endoscopique transnasale de l'adénome par le nez.
  2. Craniotomie (ouverture de sa cavité).

La première méthode est préférable en raison d'un traumatisme minimal.

Méthode endoscopique transsphénoïdale transnasale d'élimination de l'adénome hypophysaire

Les indications

Une opération planifiée pour enlever un adénome hypophysaire est prescrite si les symptômes suivants sont présents:

  • croissance tumorale active;
  • déficience visuelle;
  • défauts neurologiques;
  • syndromes endocriniens, dont le traitement médicamenteux était inefficace.

Indications pour les opérations urgentes et d'urgence:

  • détérioration progressive de la vision - cécité qui progresse rapidement;
  • occlusion;
  • hémorragie crânienne étendue;
  • une forte croissance d'une tumeur chez une femme enceinte.

Entraînement

Avant l'opération, le patient subit un examen ORL obligatoire. L'oto-rhino-laryngologiste évalue:

  • la présence d'une inflammation dans laquelle la chirurgie transnasale est contre-indiquée;
  • courbure de la cloison nasale;
  • hypertrophie (épaississement) des cornets;
  • la présence de croissance osseuse.

Lors de la détection de la présence de foyers inflammatoires, le patient est envoyé pour une radiographie des sinus paranasaux pour confirmer le diagnostic.

Si l'examen ORL n'a révélé aucune contre-indication à l'opération, le patient est alors envoyé pour une consultation avec l'anesthésiste. Il évalue le degré de risque opérationnel et anesthésique et formule des recommandations.

Protocole d'élimination transnasale de l'adénome

Stade I - nasal:

  1. Latéralisation du cornet et élimination des obstructions anatomiques pour accéder au sinus principal.
  2. Visualisation (inspection).
  3. Coagulation pour exposer la paroi du sinus principal.

Stade II - sphénoïdal:

  1. Résection de la cloison nasale postérieure.
  2. Sphénoïdotomie avec une perceuse.
  3. Résection septale.

Stade III - extrasellaire:

  1. Trépanation du bas de la selle turque.
  2. Dissection de la dure-mère.
  3. Ablation de la tumeur.

Stade IV - plastiques des défauts postopératoires.

Sceller la cavité de la selle avec des adhésifs médicaux, des plaques spéciales ou du tissu auto.

Les complications postopératoires comprennent la liquorrhée nasale (fuite de liquide céphalo-rachidien de la cavité nasale causée par une lésion du crâne) et la méningite. Le taux de mortalité est de 1,2%. Le risque de mortalité augmente avec:

  • mégaadénome géant;
  • les troubles mentaux;
  • tumeur pas complètement enlevée;
  • plus de 60 ans.

L'ablation complète de l'adénome par la méthode transnasale est réalisée en moyenne chez 79% des patients. Les 21% restants reçoivent un traitement radiochirurgical. C'est la méthode la plus moderne et la plus efficace. Permet d'éviter les manipulations chirurgicales. La tumeur est détruite par rayonnement. Cependant, il est assez rarement utilisé pour deux raisons: risque trop élevé de complications dues à l'exposition aux radiations et coût élevé de la procédure.

Cas spéciaux

Caractéristiques d'âge

Le plus souvent diagnostiqué chez les adultes âgés de 30 à 50 ans. Le groupe à risque comprend, tout d'abord, les personnes au comportement antisocial, menant trop «actif», mais avec un mauvais mode de vie. La participation à des combats conduit souvent au TBI. Communiquer avec des personnes malades vivant dans la rue augmente le risque d'infections dangereuses. Mauvaise nutrition, conditions insalubres - tous ces facteurs provoquent indirectement le développement d'un adénome hypophysaire.

C'est extrêmement rare chez les enfants. Dans la plupart des cas, cela s'explique par les pathologies de la grossesse, lorsque la formation intra-utérine du cerveau et du système nerveux central du bébé était accompagnée du tabagisme ou de la prise de drogue d'une femme. La deuxième raison d'un tel diagnostic chez les nouveau-nés est le travail compliqué, lorsque des lésions cérébrales se produisent..

Caractéristiques de genre

Chez les femmes et les hommes se produit avec la même fréquence.

Récemment, les médecins associent de plus en plus l'adénome hypophysaire chez les femmes à la prise régulière de contraceptifs oraux. Dans le même temps, les symptômes les plus courants sont la croissance des poils masculins et diverses irrégularités menstruelles..

Chez les hommes, les lésions cérébrales traumatiques sont la cause la plus fréquente. Les symptômes comprennent l'obésité féminine, le gonflement des seins et l'impuissance..

Pendant la grossesse

Une grossesse compliquée d'adénome est assez dangereuse. Pendant cette période, la glande pituitaire augmente déjà de près de 2 fois. En présence d'une tumeur, cela conduit à une compression des zones du cerveau situées à proximité. Les conséquences sont de graves maux de tête et la cécité. S'il s'agit d'un prolactinome, il peut provoquer à tout moment des contractions qui provoqueront une fausse couche ou une naissance prématurée..

Questions et réponses

Est-il possible de guérir un adénome hypophysaire sans chirurgie?

Oui, maintenant un traitement radiochirurgical de l'adénome est en cours, lorsqu'il est détruit à l'aide de radiations. Cela vous permet de vous passer de la chirurgie.

Quel médecin traite la maladie?

Pour une première consultation, vous devez consulter un endocrinologue. De plus, en fonction de la taille, de la direction de croissance et de l'activité de l'adénome, il peut être redirigé directement vers un neurochirurgien pour une opération ou s'engager dans une correction préliminaire des niveaux hormonaux.

Puis-je prendre un bain de soleil?

Il n'y a pas de contre-indications absolues, mais surtout - sans fanatisme.

Puis-je nourrir mon bébé avec du lait maternel??

Avec prolactinome - certainement pas. Pour les autres types de tumeurs - à la discrétion du médecin traitant.

Adénome hypophysaire

Un adénome hypophysaire est une tumeur bénigne de l'hypophyse antérieure.

L'hypophyse est une petite structure dans le cerveau qui contrôle les glandes endocrines par la production de ses propres hormones. Un adénome hypophysaire peut être hormonalement actif et inactif. Les symptômes cliniques de la maladie dépendent de ce fait, ainsi que de la taille de la tumeur, de la direction et de la vitesse de sa croissance..

Les principales manifestations de l'adénome hypophysaire peuvent être des problèmes de vision, un dysfonctionnement de la glande thyroïde, des gonades, des glandes surrénales, une croissance altérée et la proportionnalité de certaines parties du corps. Parfois, la maladie est asymptomatique.

Ce que c'est?

En termes simples, un adénome hypophysaire est un néoplasme de la glande pituitaire, qui peut se manifester par divers symptômes cliniques (troubles endocriniens, ophtalmologiques ou neurologiques) ou, dans certains cas, être asymptomatique. Il existe de nombreux types de cette tumeur..

De quel groupe appartient l'adénome, ses caractéristiques dépendent - manifestations pathologiques, méthodes de diagnostic et de traitement.

Raisons de développement

Les raisons exactes de la formation d'un adénome hypophysaire n'ont pas encore été établies en neurologie. Cependant, il existe des hypothèses qui prouvent l'apparition d'une tumeur due à des phénomènes infectieux du système nerveux, à un traumatisme cranio-cérébral et à l'impact négatif de divers facteurs sur le fœtus. Les neuroinfections les plus dangereuses pouvant conduire à la formation de tumeurs comprennent la neurosyphilis, la tuberculose, la brucellose, l'encéphalite, la poliomyélite, les abcès cérébraux, la méningite, le paludisme cérébral..

Des études neurologiques sont actuellement en cours, dont le but est d'établir un lien entre la formation d'un adénome hypophysaire et la prise de contraceptifs oraux par les femmes. Les scientifiques étudient également une hypothèse qui prouve qu'une tumeur peut apparaître en raison d'une stimulation hypothalamique accrue de l'hypophyse. Ce mécanisme de développement de néoplasmes est souvent observé chez les patients atteints d'hypogonadisme primaire ou d'hypothyroïdie..

Classification

Les adénomes hypophysaires sont classés en hormones actives (produisent des hormones hypophysaires) et hormonalement inactives (ne produisent pas d'hormones).

En fonction de l'hormone produite en excès, les adénomes hypophysaires hormonalement actifs sont divisés en:

  • prolactine (prolactinomes) - se développent à partir de prolactotrophes, se manifestent par une production accrue de prolactine;
  • gonadotropes (gonadotrophes) - se développent à partir de gonadotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormones lutéinisantes et folliculo-stimulantes;
  • somatotropes (somatotropinomes) - se développent à partir de somatotrophes, se manifestent par une production accrue de somatotropine;
  • corticotropes (corticotropinomes) - se développent à partir de corticotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone adrénocorticotrope;
  • thyrotropes (thyrotropinomes) - se développent à partir de thyrotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone stimulant la thyroïde.

Si un adénome hypophysaire hormonalement actif sécrète deux hormones ou plus, il est appelé.

Les adénomes hypophysaires hormonalement inactifs sont subdivisés en oncocytomes et adénomes chromophobes..

Selon la taille:

  • picoadénome (diamètre inférieur à 3 mm);
  • microadénome (diamètre ne dépassant pas 10 mm);
  • macroadénome (diamètre supérieur à 10 mm);
  • adénome géant (40 mm ou plus).

Selon le sens de croissance (par rapport à la selle turque), les adénomes hypophysaires peuvent être:

  • endosellaire (croissance de néoplasmes dans la cavité de la sella turcica);
  • infrasellaire (la propagation du néoplasme est plus faible, elle atteint le sinus sphénoïde);
  • suprasellaire (propagation de la tumeur vers le haut);
  • rétrosellaire (croissance postérieure du néoplasme);
  • latéral (propagation du néoplasme sur les côtés);
  • ansellaire (croissance antérieure de la tumeur).

Lorsqu'un néoplasme se propage dans plusieurs directions, il est appelé dans les directions dans lesquelles la tumeur se développe.

Symptômes

Les signes qu'un adénome hypophysaire peut se manifester diffèrent selon le type de tumeur.

Un microadénome hormonalement actif se manifeste par des troubles endocriniens, et un microadénome inactif peut exister pendant plusieurs années jusqu'à ce qu'il atteigne une taille significative ou soit détecté accidentellement lors d'un examen pour d'autres maladies. 12% des personnes ont des microadénomes asymptomatiques.

Le macroadénome se manifeste non seulement par des troubles endocriniens, mais également par des troubles neurologiques causés par la compression des nerfs et des tissus environnants.

Prolactinome

La tumeur hypophysaire la plus courante se produit dans 30 à 40% de tous les adénomes. En règle générale, la taille du prolactinome ne dépasse pas 2 à 3 mm. Il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Il se manifeste par des signes tels que:

  • irrégularités menstruelles chez la femme - cycles irréguliers, allongement du cycle de plus de 40 jours, cycles anovulatoires, absence de menstruation
  • galactorrhée - écoulement continu ou intermittent de lait maternel (colostrum) des glandes mammaires, non associé à la période post-partum
  • incapacité de tomber enceinte en raison du manque d'ovulation
  • chez les hommes, le prolactinome se manifeste par une diminution de la puissance, une augmentation des glandes mammaires, une dysfonction érectile, une violation de la formation de spermatozoïdes, conduisant à l'infertilité.

Somatotropinome

Il représente 20 à 25% du nombre total d'adénomes hypophysaires. Chez les enfants, il occupe le troisième rang en termes de fréquence d'apparition après le prolactinome et le corticotropinome. Elle se caractérise par une augmentation du taux d'hormone de croissance dans le sang. Signes de somatotropinome:

  • chez les enfants, il se manifeste par des symptômes de gigantisme. L'enfant prend rapidement du poids et de la taille, ce qui est dû à la croissance uniforme des os en longueur et en largeur, ainsi qu'à la croissance du cartilage et des tissus mous. En règle générale, le gigantisme commence dans la période prépubère, quelque temps avant le début de la puberté et peut progresser jusqu'à la fin de la formation du squelette (jusqu'à environ 25 ans). Le gigantisme est considéré comme une augmentation de la taille d'un adulte de plus de 2 à 2,05 m.
  • si le somatotropinome survient à l'âge adulte, il se manifeste par des symptômes d'acromégalie - augmentation des mains, des pieds, des oreilles, du nez, de la langue, modification et grossissement des traits du visage, apparition d'une pilosité accrue, de la barbe et de la moustache chez la femme, irrégularités menstruelles. Une augmentation des organes internes entraîne une violation de leurs fonctions.

Corticotropinome

Il survient dans 7 à 10% des cas d'adénome hypophysaire. Elle se caractérise par une production excessive d'hormones du cortex surrénalien (glucocorticoïdes), c'est ce qu'on appelle la maladie d'Itsenko-Cushing.

  • Obésité de type «cushingoïde» - il y a une redistribution de la couche adipeuse et un dépôt de graisse dans la ceinture scapulaire, sur le cou, dans les zones supraclaviculaires. Le visage prend une forme ronde "lunaire". Les membres deviennent plus minces en raison de processus atrophiques dans le tissu sous-cutané et les muscles.
  • troubles cutanés - rose - vergetures violettes (stries) sur la peau de l'abdomen, de la poitrine, des cuisses; augmentation de la pigmentation de la peau des coudes, des genoux, des aisselles; sécheresse accrue et desquamation de la peau du visage
  • hypertension artérielle
  • les femmes peuvent avoir des irrégularités menstruelles et de l'hirsutisme - augmentation de la croissance des poils de la peau, de la barbe et de la moustache
  • chez les hommes, une diminution de la puissance est souvent observée

Gonadotrophinome

Rarement trouvé parmi les adénomes hypophysaires. Il se manifeste par des irrégularités du cycle menstruel, plus souvent l'absence de menstruation, une diminution de la fertilité chez l'homme et la femme, dans le contexte d'organes génitaux externes et internes réduits ou absents.

Thyrotropinome

Il est également très rare, seulement dans 2 à 3% des adénomes hypophysaires. Ses manifestations dépendent du fait que cette tumeur soit primaire ou secondaire..

  • pour le thyréthropinome primitif, l'hyperthyroïdie est caractéristique - perte de poids, tremblements des membres et de tout le corps, gonflement, mauvais sommeil, augmentation de l'appétit, augmentation de la transpiration, hypertension, tachycardie.
  • pour le thyrotropinome secondaire, c'est-à-dire résultant d'une fonction réduite à long terme de la glande thyroïde, les phénomènes d'hypothyroïdie sont caractéristiques - œdème du visage, élocution lente, prise de poids, constipation, bradycardie, peau sèche et squameuse, voix rauque, dépression.

Manifestations neurologiques de l'adénome hypophysaire

  • déficience visuelle - vision double, strabisme, diminution de l'acuité visuelle d'un ou des deux yeux, limitation des champs visuels. Une taille importante de l'adénome peut entraîner une atrophie complète du nerf optique et la cécité
  • maux de tête qui ne sont pas accompagnés de nausées, ne changent pas avec un changement de position du corps, souvent non soulagés par la prise de médicaments contre la douleur
  • congestion nasale due à l'invasion du fond de la sella turcica

Symptômes d'insuffisance de la glande pituitaire

Peut-être le développement d'une insuffisance hypophysaire, causée par la compression du tissu pituitaire normal. Symptômes:

  • hypothyroïdie
  • insuffisance surrénale - fatigue accrue, pression artérielle basse, évanouissement, irritabilité, douleurs musculaires et articulaires, altération du métabolisme des électrolytes (sodium et potassium), hypoglycémie
  • une diminution du taux d'hormones sexuelles (œstrogènes chez la femme et testostérone chez l'homme) - infertilité, diminution de la libido et impuissance, diminution de la pilosité chez les hommes sur le visage
  • chez les enfants, un manque d'hormone de croissance entraîne un retard de croissance et de développement

Signes psychiatriques

Ces symptômes d'adénome hypophysaire sont causés par des changements des niveaux hormonaux dans le corps. Irritabilité, instabilité émotionnelle, larmoiement, dépression, agressivité, apathie peuvent être observés.

Diagnostique

Malgré une telle variété de manifestations cliniques, on peut dire que le diagnostic d'adénome hypophysaire est une entreprise assez difficile..

Cela est principalement dû à la non-spécificité de nombreuses plaintes. De plus, les symptômes de l'adénome hypophysaire obligent les patients à se tourner vers divers spécialistes (ophtalmologiste, gynécologue, thérapeute, pédiatre, urologue, sexologue et même psychiatre). Et pas toujours un spécialiste étroit peut soupçonner cette maladie. C'est pourquoi les patients présentant de telles plaintes non spécifiques et polyvalentes sont soumis à un examen par plusieurs spécialistes. En outre, un test sanguin pour les niveaux d'hormones aide au diagnostic de l'adénome hypophysaire. Une diminution ou une augmentation d'un certain nombre d'entre eux, associée à des plaintes existantes, aide le médecin à déterminer le diagnostic.

Auparavant, la radiographie de la sella turcica était largement utilisée dans le diagnostic de l'adénome hypophysaire. L'ostéoporose révélée et la destruction de l'arrière de la sella turcica, le double contour de son fond servait et servent toujours de signes fiables d'adénome. Cependant, ce sont déjà des symptômes tardifs d'adénome hypophysaire, c'est-à-dire qu'ils apparaissent déjà avec une expérience considérable de l'existence de l'adénome.

L'imagerie par résonance magnétique du cerveau est une méthode moderne, plus précise et plus précoce de diagnostic instrumental, par rapport à la radiographie. Cette méthode vous permet de voir l'adénome, et plus l'appareil est puissant, plus ses capacités de diagnostic sont élevées. En raison de leur petite taille, certains microadénomes hypophysaires peuvent ne pas être reconnus même avec une imagerie par résonance magnétique. Il est particulièrement difficile de diagnostiquer les microadénomes non hormonaux à croissance lente, qui peuvent ne pas se manifester du tout avec des symptômes..

Traitement de l'adénome hypophysaire

Différentes méthodes sont utilisées pour traiter l'adénome, dont le choix dépend de la taille du néoplasme et de la nature de l'activité hormonale. À ce jour, les approches suivantes sont utilisées:

  1. Observation. Pour les tumeurs hypophysaires petites et inactives sur le plan hormonal, les médecins choisissent une approche attentiste. Si l'éducation augmente, un traitement approprié est prescrit. Si l'adénome n'affecte pas l'état du patient, le suivi se poursuit..
  2. Thérapie médicamenteuse. La prescription de médicaments à un patient atteint d'une tumeur hypophysaire est indiquée pour éliminer les symptômes de la maladie et améliorer la santé. À cette fin, le médecin prescrit des médicaments fortifiants et des complexes vitaminiques. Un traitement conservateur est indiqué pour les petits néoplasmes. Le choix des médicaments dépend également du type de tumeur. Pour les somatotropinomes, des agonistes de la somatostatine (somatuline et sandostatine) sont prescrits, pour les prolactinomes, les agonistes de la dopamine et les ergolines, pour le corticotropinome, les inhibiteurs de la stéroïdogenèse (nizoral, mammomite, oriméthène).
  3. Traitement radiochirurgical. Il s'agit d'une méthode moderne et très efficace de radiothérapie, basée sur la destruction d'une tumeur par rayonnement, sans effectuer de procédures chirurgicales..
  4. Opération. L'ablation chirurgicale de l'adénome hypophysaire est la méthode de traitement la plus efficace, mais en même temps traumatique. Les spécialistes ont deux options d'accès: par les voies nasales et en ouvrant la cavité crânienne. La première approche est préférable, mais utilisée uniquement pour les petits adénomes.

Souvent, le traitement de l'adénome hypophysaire nécessite de combiner plusieurs de ces techniques pour obtenir le résultat souhaité..

Prévisions pour la vie

Un adénome hypophysaire appartient aux néoplasmes bénins, cependant, avec une augmentation de la taille, il prend, comme d'autres tumeurs cérébrales, une évolution maligne en raison de la compression des structures anatomiques qui l'entourent. La taille de la tumeur détermine également la possibilité de son élimination complète. Un adénome hypophysaire d'un diamètre de plus de 2 cm est associé à la probabilité de rechute postopératoire, qui peut survenir dans les 5 ans suivant le retrait.

Le pronostic de l'adénome dépend également de son type. Ainsi, avec les microcorticotropinomes, 85% des patients présentent une restauration complète de la fonction endocrinienne après un traitement chirurgical. Chez les patients atteints de somatotropinome et de prolactinome, ce chiffre est beaucoup plus bas - 20-25%. Selon certaines données, en moyenne, après un traitement chirurgical, une récupération est observée chez 67% des patients, et le nombre de rechutes est d'environ 12%.

Dans certains cas, avec une hémorragie dans l'adénome, une auto-guérison se produit, ce qui est le plus souvent observé dans les prolactinomes.

Quels sont les symptômes de l'adénome hypophysaire chez la femme: méthodes de traitement et pronostic

À partir de l'article, vous apprendrez les caractéristiques d'un adénome hypophysaire, les causes de l'apparition d'une pathologie chez la femme, les principaux symptômes, les méthodes de traitement, la prévention et le pronostic.

informations générales

L'adénome hypophysaire produit 6 hormones qui régulent la fonction des glandes endocrines: la thyrotropine (TSH), la somatotropine (STH), la follitropine, la prolactine, la lutropine et l'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Selon les statistiques, l'adénome hypophysaire représente environ 10% de toutes les tumeurs intracrâniennes trouvées dans la pratique neurologique. Le plus souvent, l'adénome hypophysaire survient chez les personnes d'âge moyen (30 à 40 ans).

Causes de la pathologie

Les raisons du développement d'un adénome hypophysaire ne sont pas tout à fait claires. Il existe deux théories expliquant le mécanisme du développement de la tumeur:

  • Défaut interne. Selon cette hypothèse, les dommages géniques dans l'une des cellules hypophysaires donnent lieu à sa transformation en tumeur avec croissance ultérieure.
  • Trouble de la régulation hormonale des fonctions de l'hypophyse. La régulation hormonale est effectuée par les hormones de libération hypothalamiques - libérines et statines. Vraisemblablement, avec une hyperproduction de libérines ou une hypoproduction de statines, une hyperplasie du tissu glandulaire de la glande pituitaire se produit, ce qui déclenche le processus tumoral..

Les facteurs de risque de développement de la maladie comprennent:

  • lésion cérébrale traumatique; neuroinfections (neurosyphilis, poliomyélite, encéphalite, méningite, abcès cérébral, brucellose, paludisme cérébral, etc.);
  • utilisation à long terme de contraceptifs oraux;
  • effets indésirables sur le fœtus en développement pendant le développement intra-utérin.

L'adénome hypophysaire est un néoplasme bénin, cependant, certains types d'adénomes dans des conditions défavorables peuvent prendre une évolution maligne.

Classification

Les adénomes hypophysaires sont classés en hormones actives (produisent des hormones hypophysaires) et hormonales inactives (ne produisent pas d'hormones). En fonction de l'hormone produite en excès, les adénomes hypophysaires hormonalement actifs sont divisés en:

  • prolactine (prolactinomes) - se développent à partir de prolactotrophes, se manifestent par une production accrue de prolactine;
  • gonadotropes (gonadotrophes) - se développent à partir de gonadotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormones lutéinisantes et folliculo-stimulantes;
  • somatotropes (somatotropinomes) - se développent à partir de somatotrophes, se manifestent par une production accrue de somatotropine;
  • corticotropes (corticotropinomes) - se développent à partir de corticotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone adrénocorticotrope;
  • thyrotropes (thyrotropinomes) - se développent à partir de thyrotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone stimulant la thyroïde.

Si un adénome hypophysaire hormonalement actif sécrète deux hormones ou plus, il est appelé.

Les adénomes hypophysaires hormonalement inactifs sont subdivisés en oncocytomes et adénomes chromophobes..

Selon la taille:

  • picoadénome (diamètre inférieur à 3 mm);
  • microadénome (diamètre ne dépassant pas 10 mm);
  • macroadénome (diamètre supérieur à 10 mm);
  • adénome géant (40 mm ou plus).

Selon le sens de croissance (par rapport à la selle turque), les adénomes hypophysaires peuvent être:

  • endosellaire (croissance de néoplasmes dans la cavité de la sella turcica);
  • infrasellaire (la propagation du néoplasme est plus faible, elle atteint le sinus sphénoïde);
  • suprasellaire (propagation de la tumeur vers le haut);
  • rétrosellaire (croissance postérieure du néoplasme);
  • latéral (propagation du néoplasme sur les côtés);
  • ansellaire (croissance antérieure de la tumeur).

Lorsqu'un néoplasme se propage dans plusieurs directions, il est appelé dans les directions dans lesquelles la tumeur se développe.

Signes d'un adénome hypophysaire

Un type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une vision double, une perte de la vision périphérique et des maux de tête. La perte complète de la vision menace lorsque la taille de la formation est de 1 à 2 cm.Pour les adénomes de grande taille, les symptômes d'hypopituitarisme sont caractéristiques:

  • diminution de la libido;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • la dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de crâne;
  • vertiges;
  • la nausée;
  • manque d'appétit.

Les symptômes d'un adénome hypophysaire sont souvent similaires aux signes d'autres maladies, vous n'avez donc pas besoin d'être trop méfiant, de vous renseigner sur les symptômes, de les comparer avec vos plaintes et de vous mettre dans un état de stress. Dans toute maladie, la certitude et l'exactitude sont importantes. Si vous suspectez, consultez votre médecin pour une enquête complète sur votre maladie et si un traitement est nécessaire.

Symptômes et manifestations cliniques

Cliniquement, un adénome hypophysaire se manifeste par un complexe de symptômes ophtalmiques-neurologiques associés à la pression d'une tumeur en croissance sur les structures intracrâniennes situées dans la selle turque. Si l'adénome hypophysaire est hormonalement actif, le syndrome métabolique endocrinien peut apparaître au premier plan dans son tableau clinique. Dans le même temps, les modifications de l'état du patient sont souvent associées non pas à l'hyperproduction de l'hormone hypophysaire tropique elle-même, mais à l'activation de l'organe cible sur lequel elle agit..

Les manifestations du syndrome métabolique endocrinien dépendent directement de la nature de la tumeur. D'autre part, un adénome hypophysaire peut être accompagné de symptômes de panhypopituitarisme, qui se développe en raison de la destruction du tissu hypophysaire par une tumeur en croissance..

Syndrome neurologique ophtalmique

Les symptômes ophtalmico-neurologiques qui accompagnent l'adénome hypophysaire dépendent en grande partie de la direction et de l'étendue de sa croissance. Il s'agit généralement de maux de tête, de modifications du champ visuel, de diplopie et de troubles oculomoteurs..

Le mal de tête est causé par la pression que l'adénome hypophysaire exerce sur la sella turcica. Il a un caractère terne, ne dépend pas de la position du corps et n'est pas accompagné de nausées. Les patients atteints d'un adénome hypophysaire se plaignent souvent de ne pas toujours être en mesure de soulager les maux de tête à l'aide d'analgésiques. Le mal de tête accompagnant l'adénome hypophysaire est généralement localisé dans les régions frontale et temporale, ainsi que derrière l'orbite. Une forte augmentation des maux de tête est possible, associée soit à une hémorragie dans le tissu tumoral, soit à sa croissance intensive.

La limitation des champs visuels est causée par la compression de l'adénome croissant du chiasme optique situé dans la zone de la sella turcica sous l'hypophyse. L'adénome hypophysaire à long terme peut entraîner le développement d'une atrophie du nerf optique. Si l'adénome hypophysaire se développe dans la direction latérale, au fil du temps, il comprime les branches des nerfs crâniens III, IV, VI et V..

En conséquence, il y a une violation de la fonction oculomotrice (ophtalmoplégie) et une double vision (diplopie). Une diminution de l'acuité visuelle est possible. Si l'adénome hypophysaire se développe dans le fond de la sella turcica et se propage au sinus ethmoïde ou sphénoïde, le patient développe une congestion nasale qui imite la clinique de la sinusite ou des tumeurs nasales. La croissance de l'adénome hypophysaire vers le haut provoque des dommages aux structures de l'hypothalamus et peut entraîner le développement d'une conscience altérée.

Syndrome métabolique endocrinien

Les troubles métaboliques et endocriniens sont caractéristiques des adénomes qui produisent activement des hormones. Les manifestations cliniques correspondent au type d'hormone hypophysaire produite par la tumeur. Les options cliniques suivantes sont possibles:

  • Le somatotropinome est un adénome qui produit de l'hormone de croissance, chez les enfants, il se manifeste par des symptômes de gigantisme, chez les adultes - acromégalie. En plus des modifications caractéristiques du squelette, les patients peuvent développer un diabète sucré et une obésité, une hypertrophie de la glande thyroïde (goitre diffus ou nodulaire), généralement non accompagnée de ses troubles fonctionnels. On observe souvent un hirsutisme, une hyperhidrose, une augmentation de la graisse de la peau et l'apparition de verrues, de papillomes et de naevus. Développement possible d'une polyneuropathie, accompagnée de douleurs, de paresthésies et d'une diminution de la sensibilité des extrémités périphériques.
  • Le prolactinome est un adénome qui sécrète de la prolactine. Chez la femme, elle s'accompagne d'irrégularités menstruelles, de galactorrhée, d'aménorrhée et d'infertilité. Ces symptômes peuvent survenir en association ou être observés isolément. Environ 30% des femmes atteintes de prolactinome souffrent de séborrhée, d'acné, d'hypertrichose, d'obésité modérée, d'anorgasmie. Chez l'homme, les symptômes ophtalmiques et neurologiques sont généralement mis en évidence, contre lesquels on observe une galactorrhée, une gynécomastie, une impuissance et une diminution de la libido..
  • Le corticotropinome - un adénome qui produit de l'ACTH, est détecté dans presque 100% des cas de maladie d'Itsenko-Cushing. La tumeur se manifeste par les symptômes classiques de l'hypercortisolisme, une augmentation de la pigmentation de la peau résultant d'une production accrue avec l'ACTH et l'hormone stimulant les mélanocytes. Des déviations mentales sont possibles. Une caractéristique de ce type d'adénomes hypophysaires est une tendance à la transformation maligne avec métastases ultérieures. Le développement précoce de troubles endocriniens graves contribue à la détection de la tumeur avant l'apparition des symptômes ophtalmico-neurologiques associés à son augmentation.
  • Le thyrotropinome est un adénome qui sécrète la TSH. S'il est de nature primaire, il se manifeste par des symptômes d'hyperthyroïdie. Si cela se produit à nouveau, une hypothyroïdie est observée.
  • Gonadotrophinome - un adénome qui produit des hormones gonadotropes, présente des symptômes non spécifiques et est détecté principalement par la présence de symptômes ophtalmiques-neurologiques typiques. Dans son tableau clinique, l'hypogonadisme peut être associé à une galactorrhée causée par une hypersécrétion de prolactine par les tissus hypophysaires entourant l'adénome.

Diagnostique

Si vous soupçonnez un adénome hypophysaire, vous devez d'abord faire un test sanguin endocrinologique.

Test sanguin: les études des paramètres hormonaux basaux aident à clarifier le tableau. Dans ce cas, il est nécessaire de déterminer les indicateurs de cortisol, ACTH, hormone stimulante TSH, T3 et T4 libres, STH, prolactine, hormones stimulant les gonades LH et FSH, ainsi que les hormones sexuelles féminines et masculines estradiol et testostérone.

Pour confirmer le diagnostic, dans tous les cas, en fonction des symptômes et des paramètres basaux, des tests fonctionnels dits hormonaux doivent être effectués (test stimulant l'ACTH, test provocateur de la dexaméthasone DST, test LHRH et GnRH et test CRH).

Il est conseillé de ne pas utiliser les rayons X et la tomodensitométrie pour le diagnostic de l'adénome hypophysaire. Ce n'est qu'avec une imagerie par résonance magnétique (IRM) spéciale de l'hypophyse que vous pouvez voir une image précise, même de petites tumeurs. En mesurant le champ visuel (poulpe), une éventuelle compression du nerf optique doit être étudiée.

Caractéristiques du traitement

L'état des patients atteints d'adénome hypophysaire est surveillé simultanément par un endocrinologue et un neurochirurgien. Leur travail conjoint calcule un algorithme de traitement efficace. Les cas complexes qui n'ont pas de réponse exacte sont soulevés pour discussion par des professeurs et médecins célèbres de la plus haute catégorie. Ils décident quoi faire. Certaines personnes essaient même de traiter l'adénome avec des remèdes populaires. À l'heure actuelle, il existe des types de traitement: conservateur et chirurgical. Pour l'opération, appliquez:

  • accélérateur de protons;
  • cyber couteau; couteau gamma;
  • accélérateur linéaire.

De plus, vous pourriez avoir besoin d'une radiothérapie. Pour plus de précisions, les patients doivent passer des tests sanguins, aller au scanner. Le traitement varie selon le sexe. La glande pituitaire chez la femme est surveillée par un gynécologue et un reproductologue. Andrologue s'occupe de la population masculine.

Des médicaments sont prescrits pour stabiliser les niveaux d'hormones après une intervention chirurgicale. Les grosses tumeurs sont éliminées efficacement avec 55% de succès et les petites avec 80%.

Chirurgie pour éliminer l'adénome hypophysaire

En ce moment, un traitement transnazosphénoïdal et transcrânien est en cours. Les neurochirurgiens préfèrent alterner les méthodes par étapes. L'ablation transnasale de la tumeur consiste à effectuer la procédure par le nez. En l'absence de possibilité de traitement transcrânien, transsphénoïdal.

L'élimination efficace du cancer est réalisée avec un endoscope à vue latérale. Cela vous permet d'accéder à la tumeur du meilleur côté. Cela protégera le cerveau et le sinus caverneux des blessures et des défauts. Lorsque le liquide céphalo-rachidien s'écoule, il est fixé et retiré pendant la procédure chirurgicale.

Les experts prédisent un résultat positif après le traitement. Mais considérez le coût des procédures. Cela varie en fonction de l'algorithme de traitement. Le prix est basé sur les méthodes de réalisation des opérations, un ensemble de médicaments avant et après l'ablation chirurgicale de la tumeur.

Un traitement conservateur

L'utilisation de médicaments est efficace dans les premiers stades lorsqu'un microadénome est présent. Après l'opération, il peut se dissoudre tout seul. Les cellules cancéreuses peuvent disparaître. Avant de prescrire des médicaments, le médecin examine minutieusement le patient. Dans certains cas, un traitement conservateur ne montrera pas le résultat attendu. La seule façon d'éliminer l'adénome est la chirurgie ou la radiothérapie..

La prise de médicaments est justifiée en l'absence de déficience visuelle. Il est réalisé avant la chirurgie pour maintenir un état positif des patients atteints de tumeurs à grande échelle. La thérapie à la prolactine donne de bons résultats. L'hormone prolactine est produite en excès.

Vous pouvez vous passer de la chirurgie en utilisant les dopaminomimétiques. Remèdes efficaces: Parlodel et Cabergoline. Le développement de la cabergoline a permis de réduire la libération de prolactine et de réduire la taille de l'adénome. L'outil stabilise le travail des organes génitaux et les taux d'analyse du sperme chez l'homme.

La formation de tumeurs somatotropes nécessite l'utilisation d'analogues de la somatostatine. Le traitement de la thyrotoxicose est effectué avec des thyréostatiques. L'adénome de l'hypophyse du cerveau provoque le développement de la maladie d'Itsenko-Cushing (un type de croissance basophile). Les médicaments du groupe aminoglutéthimide sont efficaces contre lui..

Prévoir

Le pronostic d'un adénome hypophysaire est très individuel et dépend du moment du diagnostic. Les prolactinomes dans 90% des cas répondent au traitement médicamenteux.

Après l'ablation chirurgicale de la tumeur, les cas de rechute au cours des 8 premières années sont d'env. 10% et après 20 ans env. trente%. En fonction des symptômes et de la taille des adénomes, des perturbations hormonales peuvent survenir, qui dans le pire des cas devront être traitées par un traitement hormonal substitutif pour le reste de votre vie. Par conséquent, vous devez effectuer une surveillance hormonale régulière par un endocrinologue. Aujourd'hui, toutes les perturbations hormonales peuvent être remplacées et régulées par des médicaments hormonaux..

Si nécessaire, la L-thyroxine (hormone thyroïdienne), l'hydrocortisone (hormone surrénalienne), l'hormone de croissance, l'œstrogène / gestagène et / ou la testostérone, ainsi que la vasopressine (hormone de l'hypophyse postérieure) peuvent être utilisées.

Des mesures préventives régulières (contrôles hormonaux, IRM) sont jugées nécessaires pour éviter les rechutes après une chirurgie ou une radiothérapie. Avec un traitement optimal de la maladie, le patient n'a que des restrictions mineures sur la qualité de vie et sa durée..