Principal

Goitre

Qu'est-ce qu'une éducation solide

En médecine moderne, une tumeur solide est généralement comprise comme un néoplasme dense avec des limites claires, formé à partir de ses propres tissus matures ou indifférenciés. Un trait caractéristique de cette maladie est une certaine localisation de la pathologie, contrairement à un autre groupe de maladies néoplasiques des systèmes circulatoire et lymphatique..

Contenu
  1. Classification
    1. Tumeurs bénignes
    2. Tumeurs malignes
  2. Localisation et causes

Classification

Tous les types de tumeurs solides peuvent être divisés en deux types - bénignes et malignes.

Tumeurs bénignes

Les néoplasmes de nature bénigne sont clairement séparés des tissus voisins par leur propre membrane. Les symptômes négatifs chez les patients ne surviennent que lorsqu'une tumeur solide grossit et serre les structures anatomiques adjacentes.

Son développement est lent. Parfois, ces nœuds cessent de croître, diminuent en taille ou se dissolvent complètement sans aucune influence externe. Ils ne donnent pas de métastases et la malignité ne survient que dans de rares situations..

Si, en plus des tissus denses, une teneur en liquide est observée dans la croissance, on parle alors de formation volumétrique kystique-solide. Dans 90% des cas, il est bénin, c'est-à-dire qu'il ne nuit pas à la santé du patient.

Tumeurs malignes

Ce groupe comprend des foyers pathologiques formés à partir de cellules modifiées qui se divisent constamment. Pour cette raison, la tumeur peut atteindre des tailles importantes..

Le cancer solide est agressif, se développe rapidement et métastases aux premiers stades de la maladie.

Avec la propagation et la nécrose des cellules atypiques, le corps est empoisonné, le fonctionnement des tissus et des organes est perturbé. Un effet négatif sur les faisceaux nerveux provoque des syndromes douloureux sévères, qui ne peuvent parfois être éliminés que grâce à des médicaments contenant des substances narcotiques.

Les stades avancés du cancer sont souvent mortels.

Localisation et causes

Selon les statistiques, les tumeurs solides chez les femmes sont diagnostiquées 1,5 fois moins souvent que chez les hommes.

Comment faire face à la formation solide kystique de différents organes

Pour de nombreux patients, la terminologie médicale est incompréhensible et les diagnostics provoquent la panique, même si en fait le rhume est couvert sous le nom compliqué..
Maintenant, il n'est pas rare d'entendre parler du diagnostic de formations kystiques solides chez une personne. En fait, cette maladie n'est pas rare et peut être traitée avec succès. Sachant ce qu'est une formation kystique solide et qu'elle est guérissable, le patient cesse de paniquer et va mieux plus vite.

Qu'est-ce que la formation solide kystique

Toutes les formations kystiques sont une cavité remplie de contenu liquide ou tissulaire. On distingue trois types de formations dans les organes..

  1. La formation, dont la cavité est remplie d'une substance visqueuse, appartient à des tumeurs bénignes. Il peut apparaître, disparaître, augmenter ou diminuer de taille au cours de la vie. Ce type de tumeur appartient aux formations kystiques bénignes et dégénère rarement en une tumeur maligne..
  2. Dans la terminologie médicale, une formation solide est comprise comme une tumeur qui a une coquille dure, des limites claires. Il y a un composant tissulaire à l'intérieur de la formation. Une telle formation ne disparaît pas et ne change pas de taille. En règle générale, une telle tumeur appartient à une tumeur maligne.
  3. Les formations à l'intérieur qui contiennent à la fois du liquide et des parties de tissus sont considérées comme solides kystiques. Leur lieu de localisation est important. Le contenu qui prévaudra à l'intérieur de la cavité en dépend en grande partie. De telles formations dans la plupart des cas sont bénignes. Dans de rares cas, la tumeur est initialement maligne.

Formations solides kystiques dans les organes

De telles formations peuvent se produire dans presque tous les organes. Des perturbations du travail ou des maladies concomitantes peuvent indiquer leur apparition. Mais il n'est pas rare pour les cas où le développement d'une pathologie est presque asymptomatique et où le patient apprend sa présence par hasard..
Le plus souvent, des formations solides kystiques sont trouvées lors de l'examen de la glande thyroïde, du système génito-urinaire et du cerveau.

Masses thyroïdiennes

Une formation solide kystique sur la glande thyroïde sont des particules de tissu de l'organe lui-même, qui sont limitées par une membrane dense. Ces formations peuvent être à la fois simples et multiples.
Les experts identifient plusieurs raisons de l'apparition de nodules thyroïdiens, qui sont les principales:

  • prédisposition génétique;
  • une maladie antérieure causée par une infection;
  • tension nerveuse constante et stress fréquent;
  • trouble hormonal.

La teneur en iode dans le corps a une grande influence sur le fonctionnement normal de la glande thyroïde. Avec son manque, cet organe commence à mal fonctionner, ce que tout le corps ressent.
Même si le patient n'est pas conscient de la présence de cette pathologie, cela ne signifie pas qu'elle ne se manifeste en aucune façon. Les symptômes de la maladie comprennent une somnolence et une fatigue constantes. Cela se reflète également dans l'apparence du patient. Les cheveux deviennent cassants et commencent à tomber. La peau devient sèche, squameuse et malsaine.

Formations des organes pelviens et des reins

Les reins et l'ovaire sont précisément les organes sur lesquels apparaissent le plus souvent les formations kystiques. Même s'ils sont bénins, leur traitement intempestif peut entraîner une complication grave..
Une pathologie telle qu'un kyste ovarien est plus sensible chez les femmes âgées de 20 à 50 ans. La principale raison de son apparition est un déséquilibre hormonal. Un certain nombre de facteurs conduisent à son échec et augmentent la probabilité d'apparition d'une pathologie solide kystique..

  1. La puberté.
  2. Grossesse et période post-partum. Avortement.
  3. Ménopause chez les femmes de plus de 50 ans.
  4. Diverses maladies entraînant des perturbations hormonales, y compris des maladies du système endocrinien.
  5. Prendre des médicaments hormonaux.
  6. Manque d'hygiène personnelle.

Les kystes rénaux sont assez courants en médecine. Les formations sur l'organe peuvent être de différents types, à la fois kystiques, solides et mixtes. Malgré le fait que les reins sont un organe apparié, la perturbation du travail d'au moins l'un d'entre eux entraîne de graves conséquences.
Les statistiques médicales montrent que les personnes de plus de 40 ans sont les plus sensibles à la pathologie. Fondamentalement, la maladie affecte l'un des reins, beaucoup moins souvent les deux. Un certain nombre de facteurs affectent la formation d'un kyste, notamment:

  • diverses blessures et contusions aux reins;
  • lésions rénales par une maladie infectieuse;
  • tuberculose d'organe;
  • opérations ou autres procédures chirurgicales;
  • prédisposition à la formation de calculs dans l'organe ou à les avoir déjà;
  • hypertension artérielle;
  • pathologie organique à la naissance.

Les kystes rénaux comprennent à la fois les anomalies congénitales des organes et celles acquises au cours de la vie. Indépendamment de cela, les symptômes de la présence d'une formation solide kystique sont très similaires. En règle générale, ce sont:

  • douleur dans la région lombaire inférieure;
  • «Surpressions» de la pression artérielle;
  • difficulté à uriner

La maladie rénale est toujours indiquée par une douleur constante. Cela peut être tranchant ou terne et douloureux.

Formation du cerveau

La principale raison de l'apparition d'un kyste mixte du cerveau, comme tout autre organe, est l'effet de facteurs défavorables sur celui-ci. Ceux-ci inclus:

  • rayonnement ionique;
  • exposition prolongée aux rayons du soleil;
  • contact constant avec des liquides et des vapeurs agressifs;
  • virus et prédisposition génétique.

La pathologie solide kystique du cerveau est très dangereuse pour ses complications. La tumeur affecte n'importe quelle partie de l'organe et la serre, perturbant ainsi son approvisionnement en sang. Cela signifie que la nutrition d'une partie du cerveau est inadéquate. En conséquence, cela peut affecter la capacité d'une personne à se déplacer normalement, le travail du système digestif, le système reproducteur est perturbé.
Les symptômes d'une maladie cérébrale peuvent être très différents. Ils dépendent de l'emplacement du kyste et de sa taille. Mais comme le montre la pratique, la présence d'une grande formation ne se manifeste pas toujours par des symptômes vifs.
Les principaux symptômes d'une tumeur cérébrale kystique solide sont une augmentation de la pression intracrânienne, des maux de tête, des étourdissements et des vomissements..

Diagnostic de pathologie

Aujourd'hui, il existe plusieurs méthodes qui aident à diagnostiquer un kyste de type mixte..

  1. Diagnostic par ultrasons. Au cours de l'étude, il est possible de déterminer avec précision la structure de l'enseignement, sa taille et son emplacement. En outre, l'échographie vous permet de voir quelle structure prévaut à l'intérieur du kyste et de conclure qu'elle appartient à l'un des types. Mais ce type de recherche ne permet pas de déterminer si la tumeur est bénigne ou maligne. Ce sont ces informations qui vous permettent de prescrire un traitement efficace.
  2. Une biopsie est utilisée pour déterminer la malignité de la tumeur. Prendre du matériel pour l'analyse de la capsule du kyste est assez simple et indolore. Une fine aiguille est insérée à l'intérieur de la formation et, à l'aide de celle-ci, le contenu est aspiré dans une seringue. Ensuite, il est envoyé au laboratoire pour analyse..
  3. Un test sanguin permet également de diagnostiquer une tumeur kystique solide. Sur la base des résultats de l'analyse et de la teneur en hormones et du rapport des constituants sanguins, un spécialiste peut tirer une conclusion sur la présence d'une pathologie et sa nature.
  4. La tomodensitométrie est la principale méthode de diagnostic avant la chirurgie en tant que traitement. Avec l'aide de cette méthode de diagnostic, vous pouvez déterminer l'emplacement d'une grosse tumeur dans l'organe et obtenir des informations précises sur la nature de la pathologie.

En fonction des résultats du diagnostic, le médecin prescrit le traitement approprié. Il peut être à la fois traditionnel et opérationnel. La méthode de traitement dépend de la taille de la tumeur et des complications possibles qui y sont associées..

Qu'est-ce qu'un composant solide d'un kyste ovarien

Une masse ovarienne solide est une tumeur bénigne ou maligne. Pour identifier la pathologie, une échographie des organes pelviens et un examen histologique sont effectués.

Les inclusions étrangères solides des ovaires sont moins fréquentes que les fibromes génitaux. Ce sont souvent des adénocarcinomes, des tekomes et des fibromes des appendices. Selon les résultats de l'échographie, les tumeurs épithéliales à croissance rapide (cystadénofibromes) présentent des similitudes avec des formations solides. Lors de l'apparition d'un fibrome ou d'un tékome, le volume de liquide dans la région péritonéale augmente, c'est-à-dire qu'une ascite bénigne se produit.

Image échographique. Formation solide kystique de l'ovaire. Cliquez pour agrandir

Caractéristiques des formations dans la région pelvienne

Sur la base de l'échographie, on peut supposer que le patient a un néoplasme solide de l'ovaire. Leurs caractéristiques sont énumérées ci-dessous:

  1. Avec une torsion incomplète, l'appendice lui-même apparaît comme un néoplasme solide, provoqué par un œdème tissulaire.
  2. Le fibrome ressemble à une tumeur solide avec une transmission sonore réduite en raison du volume du tissu conjonctif.
  3. Les cystadénofibromes ont une structure spécifique en raison de la présence de zones avec des phénomènes de calcification.
  4. D'autres inclusions étrangères des ovaires sont des métastases de structures oncologiques du tractus gastro-intestinal, des lymphomes.

Le diagnostic différentiel des formations est réalisé après excision micro et macroscopique de la tumeur. En apparence, ils sont divisés en mucineux et kystique. Les dermoides se distinguent.

Le plus souvent, une formation solide kystique de l'ovaire est une tumeur du Brenner. Parfois, il a une structure hétérogène. Sur une coupure, une telle tumeur est représentée par de nombreuses chambres à l'intérieur desquelles se trouve un exsudat liquide ou muqueux. La doublure intérieure est lisse ou couverte de croissances papillaires, lâche.

Caractéristiques des néoplasmes

Caractéristiques des structures ovariennes bénignes:

  1. Les cystadénomes sont des formations à chambre unique avec des parois minces et un diamètre de 5 à 20 cm, à l'intérieur, ils contiennent un exsudat jaunâtre.
  2. Les tératomes kystiques mesurent jusqu'à 10 cm et sont remplis de particules de tissus corporels.

Des inclusions étrangères solides bénignes des ovaires sont formées à partir de tissu conjonctif et sont définies comme des formations denses, mobiles et inégales. Se produisent pendant la ménopause.

Caractéristiques des néoplasmes malins:

  1. Cystadénocarcinomes mucineux et séreux. Sur le tomogramme, des zones solides claires sont déterminées. Cela distingue ces inclusions étrangères des structures bénignes..
  2. Les excroissances papillaires, les zones de tissus morts sont des manifestations du processus oncologique. S'il n'y a pas de signes évidents de cancer, le diagnostic est confirmé / réfuté sur la base de l'étude histologique du matériel.

Diagnostic différentiel

  1. Ensuite, lorsque lors d'un examen gynécologique, des inclusions denses ressemblant à des tumeurs sont détectées, on parle parfois d'adénocarcinomes indifférenciés.
  2. Masses ovariennes produisant des hormones sexuelles féminines et masculines (androblastome), bénignes ou de bas grade.
  1. Les inclusions solides malignes sont souvent des adénocarcinomes métastatiques.
  2. Si le patient a une ascite, un hydrothorax et un fibrome bénin, on parle alors de «syndrome de Meigs» (c'est rare).

Tout en maintenant l'intégrité de l'ovaire, les formations ne se manifestent pas avant l'élargissement abdominal dû à l'ascite. Parfois, dans le contexte d'un changement de la taille des appendices utérins, il y a des irrégularités dans le cycle et une sensation de pression dans la région pelvienne, qui est due à l'implication de la vessie et du rectum dans le processus pathologique.

Les véritables néoplasmes solides bénins des ovaires (tératomes bénins, etc.) ne se résolvent pas spontanément. Il n'y a pas de décision sans équivoque quant à savoir si elles peuvent précéder l'oncologie (les scientifiques ne sont pas encore parvenus à une conclusion commune). Ainsi, une attention particulière est requise de la part du médecin traitant aux tumeurs des appendices..

Ne vous inquiétez pas si, après avoir subi une échographie, une tumeur ovarienne bénigne ou une formation de solide kystique est diagnostiquée.

À l'heure actuelle, deux types de tumeurs se distinguent en médecine, qui présentent une différence significative entre elles:

  • une tumeur bénigne ne forme pas de métastases;
  • une tumeur maligne est capable de former non seulement des métastases uniques, mais également plusieurs, qui peuvent être localisées dans n'importe quel organe.

De tous les cas où le patient reçoit un diagnostic de formation solide kystique de l'ovaire, 90% sont bénins. Des complications ne peuvent survenir que si le patient refuse le traitement proposé et ne suit pas les recommandations du médecin. Malheureusement, les 10% restants deviennent immédiatement porteurs d'un cancer malin.

Les néoplasmes solides de l'ovaire sont beaucoup moins courants que les fibromes utérins. Dans la plupart des cas, ils sont présentés en trois types:

  • adénocarcinome;
  • fuite;
  • fibrome.

Très souvent, avec des diagnostics sonores, des formations solides peuvent suivre des tumeurs épithéliales en croissance.

Lors de la réalisation d'une échographie, le médecin peut diagnostiquer la présence d'un néoplasme solide dans l'ovaire avec les caractéristiques suivantes:

  • en raison d'une inversion incomplète de l'épididyme, un œdème tissulaire se produit;
  • il est possible de diagnostiquer le fibrome comme une tumeur solide en raison d'une perméabilité sonore réduite, qui peut être expliquée par un volume modifié de tissu conjonctif;
  • diagnostic du cystadénofibrome, caractérisé par la présence de zones de calcification;

La formation solide kystique la plus courante de l'ovaire est une tumeur de Brenner. Ce type de tumeur est caractérisé par une structure hétérogène, dans la section, il comporte de nombreuses chambres remplies de liquide, dans certains cas d'exsudat muqueux.

  • le cystadénome est une formation à chambre unique, aux parois amincies et d'un diamètre de 5 à 20 cm, à l'intérieur de cette formation, une accumulation d'exsudat jaune est localisée;
  • tératome kystique - néoplasme rempli de particules d'autres tissus corporels, la taille peut atteindre 10 cm.

Le plus souvent, la formation d'inclusions solides bénignes se produit pendant la ménopause, elles ont une structure dense et inégale, sont mobiles.

  • cystadénocarcinome mucineux ou séreux, a des zones solides claires qui sont visibles sur le tomogramme;
  • les excroissances papillaires sont des symptômes du développement d'un processus oncologique. Cependant, en l'absence d'autres signes de cancer, le retrait du diagnostic est possible après un examen histologique..

Dans la plupart des cas, ces formations ne se manifestent pas. Le tout premier signe est une hypertrophie de l'abdomen, qui s'explique par le développement de l'ascite. Dans certains cas, en raison du fait que la taille des appendices utérins change, la femme commence à avoir des problèmes avec le cycle. Il y a aussi une sensation de pression dans la région pelvienne. Ces symptômes peuvent s'expliquer par le fait que la pression sur la vessie et le rectum augmente..

Les formations solides bénignes ne sont pas en mesure de se résoudre seules.

Diagnostique

Pour le moment, il existe plusieurs techniques permettant de diagnostiquer la présence de cette pathologie:

  • Examen échographique - vous permet de déterminer la structure, la forme et la taille de la formation. L'inconvénient de cette technique est l'incapacité de différencier la tumeur en bénigne ou maligne.
  • Une biopsie est le meilleur moyen de découvrir quel est le type de tumeur..
  • Test d'hormones.
  • La tomographie est la principale méthode de diagnostic qui permet d'obtenir des caractéristiques précises de la tumeur.

Sur la base des résultats obtenus, le médecin sélectionne un traitement individuel. Cela peut être non seulement opérationnel, mais aussi traditionnel. La méthode de traitement est influencée non seulement par la taille de la tumeur, mais également par les complications possibles qui peuvent y être associées..

De nombreuses personnes ont peur si une tumeur est soudainement découverte dans leur corps. Pour une raison quelconque, la plupart des patients associent ces formations uniquement au cancer, qui conduit inévitablement à la mort. Cependant, en réalité, tout n'est pas si triste. Parmi les nombreux types de tumeurs, il existe également des tumeurs assez inoffensives qui n'ont pas d'effet significatif sur l'espérance de vie. Ces "bonnes" tumeurs comprennent une formation solide kystique. Ce que c'est, n'est pas connu de toutes les personnes qui ne sont pas associées à la médecine. Certaines personnes associent le mot «solide» au concept de «grand, volumineux», ce qui provoque une anxiété et une peur encore plus grandes pour leur vie. Dans cet article, nous expliquerons de manière accessible et compréhensible ce que signifie la pathologie susmentionnée, comment et pourquoi elle apparaît, quels sont les symptômes et bien d'autres informations utiles..

Combien de formation solide kystique met la vie en danger

Pour commencer, notons que tous les différents types de tumeurs connus à l'heure actuelle peuvent être divisés en deux catégories:

  • Bénin (non métastatique et donc non cancéreux).
  • Malin (formant des métastases uniques ou multiples, qui se propagent presque toujours dans tout le corps, ce qui est l'une des principales raisons du décès du patient).

Dans environ 90% des cas, on peut dire d'une formation solide kystique que cette tumeur est bénigne, c'est-à-dire sans danger à vie. Bien entendu, cette prédiction ne se réalise que si le patient ne refuse pas le traitement proposé par le médecin et suit scrupuleusement toutes les recommandations. Seul un petit pourcentage de ces pathologies est malin. Dans ce cas, nous ne parlons pas de la dégénérescence d'une tumeur bénigne en une tumeur maligne. Chez ces quelques patients «chanceux» d’entrer dans ces 10% mortels, la pathologie est initialement diagnostiquée comme maligne.

Formation solide kystique - qu'est-ce que c'est

Les tumeurs «bonnes» et «mauvaises» sont classées en fonction de leurs caractéristiques morphologiques. Parmi les néoplasmes figurent:

  • Cystique. Les plus sûrs sont généralement facilement guérissables. Ils sont de forme différente, ont tendance à croître, à diminuer et à disparaître complètement pour diverses raisons. Sont une cavité remplie d'une substance visqueuse.
  • Solide. Le plus dangereux, incurable lorsqu'il est négligé. Ils sont caractérisés par une coque dure, ce qui entraîne l'invariabilité des formes et des tailles, c'est-à-dire qu'ils n'augmentent pas, ne diminuent pas ou ne disparaissent pas. Les tumeurs solides à l'intérieur sont remplies de fragments de tissu.
  • Solide kystique. Ils sont un croisement entre les premier et deuxième types de tumeurs. Ils peuvent apparaître dans n'importe quel organe, ce qui détermine la nature du substrat dans leur cavité. Dans la plupart des cas, contiennent à la fois des parties de tissu et du liquide.

Néoplasmes dans le cerveau

Les tumeurs cérébrales sont les plus préoccupantes pour les patients. Une masse solide kystique (même bénigne) comprime toujours les zones adjacentes du cerveau, ce qui provoque des maux de tête insupportables chez le patient. La raison de ces sensations fortes réside dans le fait que le cerveau est enfermé dans une coquille dure (crâne), de sorte que toute tumeur n'a simplement nulle part où aller. Un néoplasme dans les tissus mous a la capacité de se gonfler vers l'extérieur ou d'occuper des cavités corporelles. La compression force la tumeur cérébrale à appuyer sur les cellules adjacentes, empêchant le sang de les atteindre. En plus de la douleur, cela entraîne une perturbation de tous les systèmes corporels (digestif, moteur, reproducteur, etc.).

Causes d'occurrence

La science ne connaît pas encore avec certitude toutes les raisons qui provoquent l'apparition de tumeurs, à la fois malignes et bénignes. Dans le cas de l'apparition de formations solides kystiques du cerveau, les raisons suivantes sont distinguées:

  • Irradiation.
  • Exposition solaire prolongée.
  • Stress.
  • Infections (en particulier les infections oncovirales).
  • Prédisposition génétique. Notez qu'un facteur héréditaire peut être appelé la cause d'une tumeur dans n'importe quel organe, non seulement dans le cerveau, mais les experts ne le considèrent pas comme une priorité.
  • Influence des facteurs cancérigènes (travailler avec des réactifs, vivre dans une zone écologiquement défavorable). Pour cette raison, des tumeurs de nature différente surviennent le plus souvent chez des personnes qui, en vertu de leur profession, travaillent avec des pesticides, des formaldéhydes et d'autres produits chimiques..

Symptômes

Cette pathologie peut se manifester de différentes manières, en fonction de sa localisation. Ainsi, pour la formation solide kystique de la moelle épinière (rappelez-vous que cette section est située dans la partie occipitale de la tête et est une continuation de la moelle épinière), les manifestations suivantes sont caractéristiques:

  • Vertiges.
  • Surdité (généralement dans une oreille).
  • Difficulté à avaler, à respirer.
  • Violation de la sensibilité du nerf trijumeau.
  • Activité motrice altérée.

Les tumeurs de la moelle allongée sont les plus dangereuses, car elles ne peuvent pratiquement pas être traitées. Lorsque la moelle allongée est blessée, la mort survient.

En général, les formations solides kystiques dans différentes parties du cerveau sont caractérisées par les signes suivants:

  • Maux de tête allant jusqu'à vomissements.
  • Vertiges.
  • Insomnie ou somnolence.
  • Détérioration de la mémoire, orientation dans l'espace.
  • Vision, parole, ouïe altérées.
  • Coordination altérée.
  • Changements d'humeur fréquents sans raison apparente.
  • Tension musculaire.
  • Hallucinations audibles.
  • Sentir qu'il y a une pression inexplicable dans la tête.

S'il y a une formation solide kystique de la moelle épinière, cela se manifeste par une douleur qui s'intensifie en position couchée et la nuit, lumbago descendant, fonction motrice altérée, parésie.

Si au moins certains des signes de la liste ci-dessus apparaissent, vous devez immédiatement consulter le médecin.

Formation de solide kystique dans la glande thyroïde

En règle générale, une formation solide kystique dans la glande thyroïde est une cavité limitée par une membrane dense, remplie de cellules de la glande thyroïde elle-même. Ces cavités sont observées comme uniques et multiples. Les causes peuvent être les suivantes:

  • Facteur héréditaire.
  • Stress fréquent.
  • Troubles hormonaux.
  • Carence en iode.
  • Maladies infectieuses.

Symptômes

Une formation solide kystique de la glande thyroïde peut ne se manifester d'aucune façon et être découverte par hasard lors d'un examen de routine du patient. Dans de tels cas, le médecin palpe les petits joints sur la glande thyroïde. De nombreuses personnes atteintes de cette pathologie se plaignent:

  • Difficulté et même sensations douloureuses lors de la déglutition.
  • Essoufflement (qui n'existait pas auparavant) lors de la marche.
  • Voix rauque.
  • Sensations de douleur (signe inhabituel).

L'apparition d'une formation solide kystique dans les lobes gauche ou droit de la glande thyroïde se fait à peu près de la même manière. Le plus souvent, ils sont très petits (jusqu'à 1 cm). Cependant, des cas de très grande formation de solide kystique (plus de 10 cm) ont été enregistrés.

Formation de solide kystique dans les reins et dans le petit bassin

Les tumeurs rénales chez les hommes et les femmes surviennent à une fréquence à peu près égale. Mais chez les femmes beaucoup plus souvent que chez les hommes, des formations kystiques-solides apparaissent dans le petit bassin. Qu'est-ce que cela peut apporter aux patients? Étant donné que cette pathologie est principalement observée chez le beau sexe en âge de procréer, sans traitement en temps opportun, elle peut entraîner une infertilité. La principale cause de la maladie est les troubles hormonaux causés par:

  • Grossesse.
  • Climax.
  • Avortement.
  • Prendre des pilules contraceptives.

Les tumeurs se manifestent par des douleurs dans la région lombaire et / ou dans le bas de l'abdomen, des maux de tête, des irrégularités menstruelles.

Sur les reins, des formations kystiques solides apparaissent pour les raisons suivantes:

  • Blessure à un organe.
  • Tuberculose (se développant dans les reins).
  • Les infections.
  • Opérations.
  • Des pierres, du sable dans les reins.
  • Hypertension.
  • Anomalies congénitales des organes.

Les patients se plaignent de douleurs dans la région lombaire, de difficultés à uriner, de tension artérielle instable.

Diagnostique

Les formations solides kystiques de toute localisation sont diagnostiquées à l'aide des méthodes suivantes:

  • Examen par un médecin, palpation.
  • Test sanguin.
  • Tomodensitométrie.
  • Ultrason.
  • MPT.
  • Biopsie.

En cas de formations solides kystiques dans la moelle épinière, radiographie supplémentaire de la colonne vertébrale, électroneuromyographie, angiographie rachidienne.

Traitement

Trouver une tumeur kystique solide n'est pas un prétexte pour se préparer à la mort. Dans la très grande majorité des cas, cette pathologie est traitée avec succès. Selon le témoignage, le médecin peut prescrire un traitement médicamenteux ou une intervention chirurgicale. Cela dépend principalement de l'emplacement de la tumeur. Ainsi, avec une formation solide kystique sur la moelle allongée, les opérations ne sont pas effectuées, seuls le traitement par pilules et la radiothérapie sont pratiqués. Lorsque la tumeur est localisée dans d'autres parties du cerveau, une intervention chirurgicale utilisant un laser et une échographie est généralement prescrite. La chimiothérapie et la radiothérapie ne sont prescrites que si la tumeur est inopérable. Avec cette pathologie de la glande thyroïde, les méthodes de traitement dépendent de la taille de la formation. Les petits nodules (jusqu'à 1 cm) sont traités avec des pilules. Lorsque de plus grandes formations apparaissent, une ponction peut être prescrite, suivie de l'ablation de la partie affectée de la glande thyroïde.

Les prévisions

Bien sûr, l'apparition d'une tumeur dans n'importe quel organe doit être prise au sérieux. Si le patient se tourne vers le médecin à temps et suit toutes ses prescriptions, la formation de solide kystique dans le rein, dans la glande thyroïde, dans le système génito-urinaire et dans certains autres organes peut être complètement guérie et sans complications. Le résultat du traitement d'une telle pathologie dans le cerveau est moins favorable, car lors d'une intervention chirurgicale, les tissus voisins sont presque toujours affectés, ce qui peut entraîner un certain nombre de complications. Une tumeur de la moelle épinière ou de la moelle épinière est l'option la moins favorable. Mais même dans ces cas, un traitement commencé en temps opportun peut sauver la vie du patient..

Le changement ovarien kystique est une anomalie structurelle courante des glandes reproductrices féminines, caractérisée par l'apparition de kystes uniques ou multiples de différentes tailles dans les tissus ovariens.

Un kyste est une formation de cavité non maligne (bénigne), similaire à une vessie remplie de contenu liquide ou muqueux, de pus, de sang (kyste hémorragique).

Souvent, une telle anomalie est désignée par le terme dégénérescence ovarienne kystique, ce qui souligne qu'avec cette pathologie, il y a une perte progressive de fonctionnalité de la gonade, affectée par des inclusions kystiques. Autrement dit, les cellules fonctionnelles des ovaires sont remplacées par des croissances anormales, ce qui entraîne une perturbation du fonctionnement de l'organe et des complications qui en résultent.

Les ovaires kystiques sont diagnostiqués chez 4 à 5 femmes. La maladie affecte les filles de 11 à 13 ans en pleine croissance et les femmes mûres capables d'accoucher. Des néoplasmes peuvent également se former chez les patientes pendant la ménopause, lorsque la menstruation s'arrête et chez les femmes ménopausées.

En gynécologie, plusieurs types de kystes sont distingués, différant par leur structure, leur origine et leur tendance à la résorption.

Fonctionnel

Les kystes fonctionnels sont des formations kystiques bénignes, dont la formation est associée à une défaillance des processus fonctionnels dans l'ovaire. Le kyste de rétention est caractérisé par un développement unilatéral et une résorption indépendante dans les 2 à 3 cycles mensuels.

Ces anomalies comprennent:

  1. Kyste du corps jaune (lutéal). Cela peut survenir après l'ovulation, lorsque le corps jaune ne se dissout pas et forme une capsule. La taille d'un tel néoplasme ne dépasse généralement pas 30 à 40 mm..
  2. Kyste folliculaire. Il se développe à la suite d'une violation du processus d'ovulation à partir d'un follicule non rompu qui continue de croître. Le plus souvent (20%), il est diagnostiqué à droite, car la glande droite est alimentée en sang de manière plus intensive. Dans 90% des cas, ce type de néoplasme des structures ovariennes est sans danger. Mais si le joint augmente jusqu'à 5 à 7 cm, il existe un risque de rupture du kyste ou de torsion de la jambe. Dans de telles circonstances, une intervention chirurgicale immédiate est nécessaire pour exclure des conditions critiques..
  3. Polykystique - changements kystiques dans les deux ovaires, moins souvent - un. La pathologie se manifeste sous la forme de multiples formations vésiculaires folliculaires remplaçant les cellules fonctionnelles de la glande et conduit donc à une infertilité temporaire. La cystose ovarienne est souvent diagnostiquée chez les adolescentes et les femmes qui n'ont jamais accouché..

Formations non fonctionnelles

Ce type de dégénérescence ovarienne kystique se caractérise par une croissance active et nécessite une intervention chirurgicale. Les kystes non fonctionnels comprennent des excroissances anormales qui apparaissent en raison d'une inflammation, de troubles génétiques, de troubles hormonaux. Les plus courants sont:

  1. Kyste paraovarien. La formation d'une structure paraovarienne est associée à un développement altéré de l'embryon, ne dépend pas de l'hérédité, ne se résout jamais et ne se transforme pas de manière maligne. On le trouve souvent en grandissant et même chez les nouveau-nés. Ce type de tumeur avec une augmentation allant jusqu'à 5-10 cm est dangereux pour la rupture.
  2. Endométrioïde. Un tel changement kystique dans les ovaires comprend des fragments de la couche muqueuse de l'utérus (endomètre) et apparaît presque toujours des deux côtés dans le contexte du développement de l'endométriose. L'éducation est dangereuse car sujette à la dégénérescence cancéreuse.
  3. Dermoïde. Il se compose d'éléments des tissus de l'embryon - les rudiments des os, du cartilage, des inclusions graisseuses, des cheveux, des dents. Souvent déterminé déjà à l'âge de 9-13 ans, nécessite une intervention chirurgicale exclusivement en raison d'une tendance à la nécrose, à la suppuration et à la transformation maligne (malignité).
  4. Mucineux. Il a une paroi dense, il peut être à plusieurs chambres, c'est-à-dire constitué de deux cavités ou plus, séparées par une cloison et remplies de mucus épais. Plus souvent que les autres types de tumeurs, il dégénère en une tumeur cancéreuse.
  5. Kyste séreux (cystadénome). La capsule est remplie de plasma sanguin jaune pâle (séreuse) sans composés protéiques. Il pousse jusqu'à 4 - 15 cm Le cystadénome séreux simple est caractérisé par une seule chambre et une surface interne lisse. Le cystadénome papillaire à l'intérieur et à l'extérieur est recouvert de croissances verruqueuses, a plusieurs chambres et, plus souvent qu'un simple, il est sujet à des changements cancéreux dans les cellules. Il survient chez les patients âgés de 47 à 55 ans.

Souvent, les gynécologues diagnostiquent les changements kystiques dans l'ovaire avec un composant solide, dans lequel, en plus du liquide ou du mucus, il y a un sceau de tissu conjonctif. Une masse ovarienne kystique solide, y compris la tumeur à plusieurs chambres de Brenner, se développe après l'arrêt des règles. La présence d'une inclusion solide (dense) avec des changements kystiques dans les ovaires inquiète toujours le médecin, car de telles formations peuvent contenir des foyers de cellules cancéreuses.

Raisons du développement de la transformation ovarienne kystique

Le plus souvent, la transformation kystique des ovaires se produit en raison d'une violation du rapport des hormones sexuelles, lorsque la production d'hormones mâles (androgènes) est augmentée ou une quantité excessive d'œstrogènes (hormones féminines) est produite.

Changements brusques des niveaux hormonaux causés par des facteurs causaux tels que:

  • troubles du fonctionnement de la glande thyroïde (par exemple, adénome de la glande thyroïde), des glandes surrénales, du système hypothalamo-hypophysaire;
  • avortement, accouchement difficile, opérations chirurgicales dans la région des organes pelviens;
  • utilisation à long terme et incontrôlée de pilules contraceptives;
  • traitement à long terme avec des médicaments hormonaux;
  • une diminution anormale de la sensibilité des tissus à l'insuline (avec des modifications des ovaires polykystiques);
  • processus inflammatoires dans les organes génito-urinaires;
  • puberté chez les filles, ménopause chez les femmes;
  • charges de stress prolongées;
  • être en surpoids (le tissu adipeux produit également des hormones);
  • Diabète;
  • maladies sexuelles virales et bactériennes;
  • traitement médical de l'infertilité.

Le choix d'un traitement pour la dégénérescence kystique des ovaires nécessite un diagnostic minutieux pour identifier la cause sous-jacente..

Effets

L'ovaire kystique d'une femme peut être comparé à une «bombe à retardement». Si une seule petite formation entraîne rarement des conséquences négatives, alors avec un gros kyste sur un pédicule ou des lésions multiples de la glande, le risque de complications telles que:

  • l'infertilité chez les femmes en âge de procréer;
  • transformation maligne en une tumeur cancéreuse;
  • torsion partielle ou complète du ligament, avec lequel le néoplasme est attaché à la glande, ce qui entraîne le blocage du flux sanguin et la mort des tissus (nécrose);
  • rupture de la paroi de la formation avec libération du contenu et développement d'une inflammation (péritonite);
  • rupture (apoplexie) de la glande avec saignement massif et risque élevé de décès du patient. La rupture de la membrane kystique peut survenir lors d'une inflammation, d'une musculation, d'un exercice, d'une intimité, de jeux actifs (chez les filles), pendant la période de gestation.

Les symptômes de la dégénérescence ovarienne kystique

Les signes de changements kystiques dans les ovaires ne sont pas spécifiques, c'est-à-dire qu'ils sont similaires aux symptômes d'autres pathologies gynécologiques.

Les symptômes les plus courants de la transformation ovarienne kystique sont:

  • saignements mensuels irréguliers, menstruations abondantes ou rares;
  • douleur tirante dans le bas-ventre, le bas du dos, avec un retour au rectum, périnée;
  • signes de puberté trop précoce chez les filles;
  • impossibilité de conception;
  • obésité avec une alimentation normale;
  • acné, augmentation de la peau et des cheveux gras;
  • croissance des poils sur le visage, le cou, les glandes mammaires, l'abdomen (hirsutisme);
  • irritabilité, léthargie, mauvais sommeil, maux de tête;
  • fièvre (avec inflammation);
  • besoin fréquent d'uriner (lorsque la formation kystique de l'ovaire appuie sur la vessie);
  • hypertrophie abdominale asymétrique.

En fonction de la cause de la dégénérescence kystique des ovaires, des groupes de signes ou des symptômes individuels de la maladie apparaissent.

Chez une adolescente, les symptômes kystiques sont souvent perçus comme des signes de puberté, chez les femmes - comme un syndrome prémenstruel, qui retarde le début du traitement actif.

Signes de base indiquant une rupture d'un néoplasme ou d'un ovaire, une hémorragie, une torsion de la jambe:

  • douleur insupportable dans l'aine ou d'un côté de l'abdomen;
  • chute de pression artérielle, épuisement, évanouissement;
  • nausées Vomissements;
  • pâleur prononcée de la peau, des muqueuses.

Afin d'éviter des conséquences graves, y compris la mort par choc et empoisonnement du sang, de telles manifestations nécessitent un appel immédiat à une ambulance et une assistance médicale dans un hôpital..

Diagnostique

Pour confirmer le diagnostic de formation kystique de l'ovaire droit et gauche, lésion unilatérale de la glande ou polykystique, nommer:

  1. Échographie transvaginale (intravaginale). La méthode par ultrasons permet au diagnosticien d'identifier les changements dans la structure, la taille de la glande sexuelle, de déterminer l'inclusion kystique d'un côté ou plusieurs formations sur les deux ovaires.
  2. Recherche sur les hormones (testostérone, androstènedione, œstrogènes, LH et FSH) pour comprendre si le déséquilibre hormonal est à l'origine de la maladie.
  3. Analyse du taux de lipides et de sucre dans le sang (avec kystique, cet indicateur est augmenté).

Si une formation kystique atypique de l'ovaire gauche ou droit est trouvée, alors pour exclure d'autres pathologies, il est possible de prescrire une laparoscopie diagnostique.

Si la formation a un joint à l'intérieur, plusieurs chambres avec des cloisons épaissies, des excroissances papillaires sur les parois, des vaisseaux tortueux à l'intérieur des cloisons, du liquide dans la cavité, de tels signes échographiques peuvent indiquer une évolution maligne de la maladie.

En cas de suspicion d'oncologie, le patient est examiné par un oncologue gynécologique et est testé pour les marqueurs tumoraux CA-125. Il convient de souligner qu'un niveau accru de CA-125 ne signifie pas toujours la présence d'un processus malin, alors que des changements cancéreux se produisent également dans le contexte des indicateurs normaux de CA-125..

Options de traitement

La stratégie de traitement des modifications kystiques des ovaires implique l'utilisation de médicaments ou de méthodes chirurgicales pour éliminer les excroissances anormales.

Thérapeutique

Est-il possible de guérir les changements ovariens kystiques sans chirurgie?

Le traitement d'un kyste ovarien sans chirurgie implique la nomination de certains groupes de médicaments, en fonction de la cause sous-jacente de la maladie, du type de formation, du degré de lésion des glandes sexuelles.

Le plan de traitement comprend les médicaments suivants pour le traitement de la dégénérescence kystique:

  1. Pilules contraceptives combinées.
  2. Agents hormonaux pour l'endométriose, violation du rapport entre la production d'hormones sexuelles.
  3. Médicaments hypoglycémiants (metformine), médicaments qui augmentent la sensibilité des cellules à l'insuline (avec multicystose).
  4. Antibiotiques pour un processus infectieux et inflammatoire, l'activité de la microflore pathogène.
  5. Complexes de vitamines et de minéraux, prise de contraceptifs et d'acide folique avec vitamine E selon le schéma en fonction de la phase du cycle mensuel.

Il est nécessaire de normaliser le poids et de réduire la masse grasse afin de rétablir l'équilibre hormonal, de stabiliser la fonction ovarienne.

L'auto-administration de médicaments pour la transformation kystique de tout type est inacceptable, car sans prendre en compte tous les facteurs, il existe un risque élevé d'aggravation de l'évolution de la maladie ou d'amener le processus au développement d'un cancer.

L'utilisation de remèdes populaires, y compris la phytothérapie, est inefficace pour la cystose, est un élément auxiliaire du traitement et doit être convenue avec le médecin.

Chirurgical

Une opération pour supprimer une formation kystique de l'ovaire gauche ou droit est indiquée s'il existe une possibilité de malignité, de rupture, de suppuration, de torsion de la jambe ganglionnaire, et également si le traitement conservateur d'une tumeur en croissance pendant 6 à 9 mois ne donne pas de résultats positifs.

Pour se débarrasser complètement de la formation, ils ont recours à deux méthodes de traitement chirurgicales de base:

  1. Laparoscopie du kyste ovarien. La méthode la plus sûre, presque sans effusion de sang, utilisant un équipement endoscopique. L'excision laparoscopique est considérée comme une procédure peu invasive dans laquelle de petites ponctions sont pratiquées au lieu d'une grande incision dans l'abdomen. L'opération est réalisée à l'aide d'instruments microscopiques.
  2. Chirurgie laparotomique (abdominale, ouverte) avec une incision dans la paroi abdominale. La laparotomie classique est une opération plus complexe et traumatique pour enlever un kyste ovarien, mais assure l'élimination garantie des grandes structures bénignes, des adhérences, de tous les tissus atypiques.

Pendant le traitement chirurgical de la transformation ovarienne kystique, les opérations suivantes peuvent être effectuées:

  • cystectomie avec excision du seul joint, alors que le tissu de la glande n'est pas affecté;
  • résection fragmentaire (excision) des tissus de la glande avec des tissus kystiques altérés;
  • ovariectomie - ablation de la glande entière avec la formation (en cas de foyers malins).

Si vous subissez un examen à temps, suivez strictement le plan de traitement, le pronostic de la dégénérescence kystique des ovaires est assez favorable. La femme pourra concevoir et porter un bébé normalement. L'automédication, l'utilisation de remèdes populaires et de traitements à domicile pour les modifications kystiques des ovaires peuvent entraîner l'infertilité et l'oncologie.

Parmi les mesures préventives de base: détection précoce et traitement des infections génito-urinaires, processus inflammatoires, utilisation correcte des médicaments hormonaux, contraceptifs oraux, évitement de l'avortement, renforcement du système immunitaire et nerveux, vitamine active et maintien d'un poids normal.

La conception est-elle possible?

Si une formation kystique sur l'ovaire est apparue avant la conception, un traitement complet est nécessaire pour éliminer la pathologie avant la grossesse.

Si les modifications kystiques des ovaires pendant la grossesse sont insignifiantes?

Que signifie un kyste avec un composant solide?

De nombreuses personnes ont peur si une tumeur est soudainement découverte dans leur corps. Pour une raison quelconque, la plupart des patients associent ces formations uniquement au cancer, qui conduit inévitablement à la mort. Cependant, en réalité, tout n'est pas si triste. Parmi les nombreux types de tumeurs, il existe également des tumeurs assez inoffensives qui n'ont pas d'effet significatif sur l'espérance de vie. Ces "bonnes" tumeurs comprennent une formation solide kystique. Ce que c'est, n'est pas connu de toutes les personnes qui ne sont pas associées à la médecine. Certaines personnes associent le mot «solide» au concept de «grand, volumineux», ce qui provoque une anxiété et une peur encore plus grandes pour leur vie. Dans cet article, nous expliquerons de manière accessible et compréhensible ce que signifie la pathologie susmentionnée, comment et pourquoi elle apparaît, quels sont les symptômes et bien d'autres informations utiles..

Pour commencer, notons que tous les différents types de tumeurs connus à l'heure actuelle peuvent être divisés en deux catégories:

  • Bénin (non métastatique et donc non cancéreux).
  • Malin (formant des métastases uniques ou multiples, qui se propagent presque toujours dans tout le corps, ce qui est l'une des principales raisons du décès du patient).

Dans environ 90% des cas, on peut dire d'une formation solide kystique que cette tumeur est bénigne, c'est-à-dire sans danger à vie. Bien entendu, cette prédiction ne se réalise que si le patient ne refuse pas le traitement proposé par le médecin et suit scrupuleusement toutes les recommandations. Seul un petit pourcentage de ces pathologies est malin. Dans ce cas, nous ne parlons pas de la dégénérescence d'une tumeur bénigne en une tumeur maligne. Chez ces quelques patients «chanceux» d’entrer dans ces 10% mortels, la pathologie est initialement diagnostiquée comme maligne.

Les tumeurs «bonnes» et «mauvaises» sont classées en fonction de leurs caractéristiques morphologiques. Parmi les néoplasmes figurent:

  • Cystique. Les plus sûrs sont généralement facilement guérissables. Ils sont de forme différente, ont tendance à croître, à diminuer et à disparaître complètement pour diverses raisons. Sont une cavité remplie d'une substance visqueuse.
  • Solide. Le plus dangereux, incurable lorsqu'il est négligé. Ils sont caractérisés par une coque dure, ce qui entraîne l'invariabilité des formes et des tailles, c'est-à-dire qu'ils n'augmentent pas, ne diminuent pas ou ne disparaissent pas. Les tumeurs solides à l'intérieur sont remplies de fragments de tissu.
  • Solide kystique. Ils sont un croisement entre les premier et deuxième types de tumeurs. Ils peuvent apparaître dans n'importe quel organe, ce qui détermine la nature du substrat dans leur cavité. Dans la plupart des cas, contiennent à la fois des parties de tissu et du liquide.

Les tumeurs cérébrales sont les plus préoccupantes pour les patients. Une masse solide kystique (même bénigne) comprime toujours les zones adjacentes du cerveau, ce qui provoque des maux de tête insupportables chez le patient. La raison de ces sensations fortes réside dans le fait que le cerveau est enfermé dans une coquille dure (crâne), de sorte que toute tumeur n'a simplement nulle part où aller. Un néoplasme dans les tissus mous a la capacité de se gonfler vers l'extérieur ou d'occuper des cavités corporelles. La compression force la tumeur cérébrale à appuyer sur les cellules adjacentes, empêchant le sang de les atteindre. En plus de la douleur, cela entraîne une perturbation de tous les systèmes corporels (digestif, moteur, reproducteur, etc.).

La science ne connaît pas encore avec certitude toutes les raisons qui provoquent l'apparition de tumeurs, à la fois malignes et bénignes. Dans le cas de l'apparition de formations solides kystiques du cerveau, les raisons suivantes sont distinguées:

  • Irradiation.
  • Exposition solaire prolongée.
  • Stress.
  • Infections (en particulier les infections oncovirales).
  • Prédisposition génétique. Notez qu'un facteur héréditaire peut être appelé la cause d'une tumeur dans n'importe quel organe, non seulement dans le cerveau, mais les experts ne le considèrent pas comme une priorité.
  • Influence des facteurs cancérigènes (travailler avec des réactifs, vivre dans une zone écologiquement défavorable). Pour cette raison, des tumeurs de nature différente surviennent le plus souvent chez des personnes qui, en vertu de leur profession, travaillent avec des pesticides, des formaldéhydes et d'autres produits chimiques..

Cette pathologie peut se manifester de différentes manières, en fonction de sa localisation. Ainsi, pour la formation solide kystique de la moelle épinière (rappelez-vous que cette section est située dans la partie occipitale de la tête et est une continuation de la moelle épinière), les manifestations suivantes sont caractéristiques:

  • Vertiges.
  • Surdité (généralement dans une oreille).
  • Difficulté à avaler, à respirer.
  • Violation de la sensibilité du nerf trijumeau.
  • Activité motrice altérée.

Les tumeurs de la moelle allongée sont les plus dangereuses, car elles ne peuvent pratiquement pas être traitées. Lorsque la moelle allongée est blessée, la mort survient.

En général, les formations solides kystiques dans différentes parties du cerveau sont caractérisées par les signes suivants:

  • Maux de tête allant jusqu'à vomissements.
  • Vertiges.
  • Insomnie ou somnolence.
  • Détérioration de la mémoire, orientation dans l'espace.
  • Vision, parole, ouïe altérées.
  • Coordination altérée.
  • Changements d'humeur fréquents sans raison apparente.
  • Tension musculaire.
  • Hallucinations audibles.
  • Sentir qu'il y a une pression inexplicable dans la tête.

S'il y a une formation solide kystique de la moelle épinière, cela se manifeste par une douleur qui s'intensifie en position couchée et la nuit, lumbago descendant, fonction motrice altérée, parésie.

Si au moins certains des signes de la liste ci-dessus apparaissent, vous devez immédiatement consulter le médecin.

En règle générale, une formation solide kystique dans la glande thyroïde est une cavité limitée par une membrane dense, remplie de cellules de la glande thyroïde elle-même. Ces cavités sont observées comme uniques et multiples. Les causes peuvent être les suivantes:

  • Facteur héréditaire.
  • Stress fréquent.
  • Troubles hormonaux.
  • Carence en iode.
  • Maladies infectieuses.

Une formation solide kystique de la glande thyroïde peut ne se manifester d'aucune façon et être découverte par hasard lors d'un examen de routine du patient. Dans de tels cas, le médecin palpe les petits joints sur la glande thyroïde. De nombreuses personnes atteintes de cette pathologie se plaignent:

  • Difficulté et même sensations douloureuses lors de la déglutition.
  • Essoufflement (qui n'existait pas auparavant) lors de la marche.
  • Voix rauque.
  • Sensations de douleur (signe inhabituel).

L'apparition d'une formation solide kystique dans les lobes gauche ou droit de la glande thyroïde se fait à peu près de la même manière. Le plus souvent, ils sont très petits (jusqu'à 1 cm). Cependant, des cas de très grande formation de solide kystique (plus de 10 cm) ont été enregistrés.

Les tumeurs rénales chez les hommes et les femmes surviennent à une fréquence à peu près égale. Mais chez les femmes beaucoup plus souvent que chez les hommes, des formations kystiques-solides apparaissent dans le petit bassin. Qu'est-ce que cela peut apporter aux patients? Étant donné que cette pathologie est principalement observée chez le beau sexe en âge de procréer, sans traitement en temps opportun, elle peut entraîner une infertilité. La principale cause de la maladie est les troubles hormonaux causés par:

  • Grossesse.
  • Climax.
  • Avortement.
  • Prendre des pilules contraceptives.

Les tumeurs se manifestent par des douleurs dans la région lombaire et / ou dans le bas de l'abdomen, des maux de tête, des irrégularités menstruelles.

Sur les reins, des formations kystiques solides apparaissent pour les raisons suivantes:

  • Blessure à un organe.
  • Tuberculose (se développant dans les reins).
  • Les infections.
  • Opérations.
  • Des pierres, du sable dans les reins.
  • Hypertension.
  • Anomalies congénitales des organes.

Les patients se plaignent de douleurs dans la région lombaire, de difficultés à uriner, de tension artérielle instable.

Les formations solides kystiques de toute localisation sont diagnostiquées à l'aide des méthodes suivantes:

En cas de formations solides kystiques dans la moelle épinière, radiographie supplémentaire de la colonne vertébrale, électroneuromyographie, angiographie rachidienne.

Trouver une tumeur kystique solide n'est pas un prétexte pour se préparer à la mort. Dans la très grande majorité des cas, cette pathologie est traitée avec succès. Selon le témoignage, le médecin peut prescrire un traitement médicamenteux ou une intervention chirurgicale. Cela dépend principalement de l'emplacement de la tumeur. Ainsi, avec une formation solide kystique sur la moelle allongée, les opérations ne sont pas effectuées, seuls le traitement par pilules et la radiothérapie sont pratiqués. Lorsque la tumeur est localisée dans d'autres parties du cerveau, une intervention chirurgicale utilisant un laser et une échographie est généralement prescrite. La chimiothérapie et la radiothérapie ne sont prescrites que si la tumeur est inopérable. Avec cette pathologie de la glande thyroïde, les méthodes de traitement dépendent de la taille de la formation. Les petits nodules (jusqu'à 1 cm) sont traités avec des pilules. Lorsque de plus grandes formations apparaissent, une ponction peut être prescrite, suivie de l'ablation de la partie affectée de la glande thyroïde.

Bien sûr, l'apparition d'une tumeur dans n'importe quel organe doit être prise au sérieux. Si le patient se tourne vers le médecin à temps et suit toutes ses prescriptions, la formation de solide kystique dans le rein, dans la glande thyroïde, dans le système génito-urinaire et dans certains autres organes peut être complètement guérie et sans complications. Le résultat du traitement d'une telle pathologie dans le cerveau est moins favorable, car lors d'une intervention chirurgicale, les tissus voisins sont presque toujours affectés, ce qui peut entraîner un certain nombre de complications. Une tumeur de la moelle épinière ou de la moelle épinière est l'option la moins favorable. Mais même dans ces cas, un traitement commencé en temps opportun peut sauver la vie du patient..

Un kyste ovarien est un sac rempli de liquide qui se forme sur les tissus d'un ou des deux ovaires.

Toutes ces formations sont divisées en fonctionnelles et organiques. Les premiers sont le résultat d'un dysfonctionnement à court terme de l'organe, lorsque le follicule ne se rompt pas au bon moment et ne libère pas d'ovule. Les kystes de ce type disparaissent d'eux-mêmes en un mois ou sont facilement traités avec des médicaments hormonaux. Les kystes organiques sont plus difficiles à traiter et peuvent nécessiter une intervention chirurgicale. En outre, les tumeurs kystiques peuvent être à la fois bénignes (cystadénomes mucineux et séreux, kystes dermoïdes, cystédénofibromes et tumeurs stromales sclérosantes) et malignes (cystadénocarcinomes séreux et mucineux, tumeur kystique de Brenner, carcinome néoplasique endométrioïde, et.

On pense que les kystes ovariens peuvent résulter de:

  • Début précoce des menstruations;
  • Troubles hormonaux de la glande thyroïde;
  • Avortement et autres méthodes d’interruption de grossesse;
  • Diverses maladies du système reproducteur;

Il existe les principaux types de formations kystiques ovariennes:

Les kystes physiologiques sont la norme

  • Kyste folliculaire
  • Kyste du corps jaune
  • Kystes de técalutéine
  • Kystes fonctionnels compliqués: kyste hémorragique, rupture, torsion

Tumeurs kystiques bénignes (cystomes)

  • Kyste dermoïde (tératome mature)
  • Cystadénome séreux
  • Cystadénome mucineux
  • Cystédénofibrome
  • Tumeur stromale sclérosante

Tumeurs kystiques malignes (cystomes)

  • Cystadénocarcinome séreux
  • Cystadénocarcinome mucineux
  • Cancer endométrioïde
  • Tumeur kystique de Brenner
  • Tératome immature
  • Métastase kystique
  • Endométriome (kyste au chocolat)
  • Ovaires polykystiques (syndrome de Stein-Leventhal)
  • Kyste postménopausique
  • Syndrome d'hyperstimulation ovarienne

Avant d'envisager des changements pathologiques, nous mettrons en évidence l'anatomie normale de l'ovaire. L'ovaire d'une femme à la naissance contient plus de deux millions d'ovocytes primaires, dont une dizaine mûrissent au cours de chaque cycle menstruel. Malgré le fait qu'une douzaine de follicules de Graaf atteignent la maturité, un seul d'entre eux devient dominant et atteint une taille de 18 à 20 mm au milieu du cycle, après quoi il se rompt, libérant l'ovocyte. Les follicules restants sont réduits en taille et remplacés par du tissu fibreux. Après la libération de l'ovocyte, le follicule dominant s'effondre, dans sa muqueuse interne, la croissance du tissu de granulation commence en combinaison avec un œdème, à la suite de quoi se forme le corps jaune de la menstruation. Après 14 jours, le corps jaune subit des changements dégénératifs, puis une petite cicatrice reste à sa place - le corps blanc.

Follicules de Graaf: Les petites formations kystiques présentes dans la structure ovarienne sont normales chez toutes les femmes en âge de procréer (en période préménopausique). La taille des follicules varie en fonction du jour du cycle menstruel: le plus grand (dominant) ne dépasse généralement pas 20 mm de diamètre au moment de l'ovulation (14e jour à compter du début des règles), le reste ne dépasse pas 10 mm.

L'échographie ovarienne est normale. Sur les échographies, les ovaires sont visualisés contenant plusieurs kystes simples anéchogènes (follicules de Graaf). Les follicules ne doivent pas être confondus avec les kystes pathologiques.

À quoi ressemblent les ovaires en IRM? Sur les IRM pondérées en T2, les follicules de Graaf apparaissent comme des kystes hyperintenses (c'est-à-dire brillants au signal) avec des parois minces entourées d'un stroma ovarien, ce qui donne un signal moins intense.

Normalement, chez certaines femmes (selon la phase du cycle menstruel), les ovaires peuvent accumuler de manière intensive des produits radiopharmaceutiques (RP) pendant la TEP. Pour distinguer ces changements du processus tumoral dans les ovaires, il est important de les mettre en corrélation avec les données anamnestiques de la patiente, ainsi qu'avec la phase du cycle menstruel (les ovaires accumulent intensément le radiopharmaceutique en son milieu). Sur cette base, il est préférable pour les femmes avant la ménopause de prescrire la TEP dans la première semaine du cycle. Après la ménopause, les ovaires ne capturent pratiquement pas la RP et toute augmentation de son accumulation est suspecte d'un processus tumoral.

TEP-TDM des ovaires: augmentation de l'accumulation de radiopharmaceutique (RP) dans les ovaires d'une femme pendant la période prémenstruelle (variante normale).

L'entrée dans la période postménopausique est considérée comme l'absence de menstruation pendant un an ou plus. Dans les pays occidentaux, l'âge moyen à la ménopause est de 51-53 ans. Chez les femmes ménopausées, la taille des ovaires diminue progressivement et les follicules de Graaf cessent de se former en eux; cependant, les kystes folliculaires peuvent persister plusieurs années après la ménopause.

Sur l'IRM pondérée T2 (à gauche) d'une femme ménopausée, les ovaires apparaissent comme des "bosses" sombres situées près de l'extrémité proximale du ligament rond. Sur le côté droit du tomogramme, un ovaire gauche hypo-intense dépourvu de follicules est également visualisé. Malgré le fait qu'il soit légèrement plus gros que ce à quoi on s'attend généralement, l'ovaire semble tout à fait normal en général. Et, seulement s'il est possible de détecter une augmentation de la taille des ovaires par rapport à l'étude primaire, la série de diagnostic différentiel devrait tout d'abord inclure un néoplasme bénin, par exemple, un fibrome ou un fibrotekome.

Les kystes ovariens fonctionnels bénins, qui sont des follicules de Graaf ou des corps jaunes, qui ont atteint une taille significative, mais qui restent par ailleurs bénins, sont beaucoup plus courants. Au début de la période postménopausique (1 à 5 ans après la dernière menstruation), des cycles ovulatoires peuvent se produire et des kystes ovariens peuvent également être détectés. Et même en ménopause tardive (plus de cinq ans après la fin de la période menstruelle), lorsque l'ovulation ne se produit plus, de petits kystes simples peuvent être trouvés chez 20% des femmes.

Qu'est-ce qu'un kyste ovarien fonctionnel? Si l'ovulation n'a pas eu lieu et que la paroi du follicule ne s'est pas déchirée, elle ne subit pas de développement inverse et se transforme en kyste folliculaire. Une autre variante d'un kyste fonctionnel est une augmentation du corps jaune avec la formation d'un kyste du corps jaune. Les deux formations sont bénignes et ne nécessitent pas de mesures drastiques. Un deuxième avis d'expert permet de les distinguer des variantes malignes..

Dans certains cas, l'ovulation ne se produit pas et le follicule de Graaf dominant ne subit pas de développement inverse. Lorsqu'il atteint une taille de plus de 3 cm, on parle de kyste folliculaire. Ces kystes mesurent généralement de 3 à 8 cm, mais ils peuvent être beaucoup plus gros. À l'échographie, les kystes folliculaires ressemblent à des formations kystiques simples, uniloculaires et anéchogènes avec une paroi mince et uniforme. Dans le même temps, ni les ganglions lymphatiques accumulant le contraste, ni aucun composant des tissus mous du kyste, ni les septa qui augmentent avec le contraste, ni le liquide dans la cavité abdominale (à l'exception d'une petite quantité physiologique) ne doivent être détectés. Dans les études de contrôle, les kystes folliculaires peuvent disparaître d'eux-mêmes.

Le corps jaune peut oblitérer et se remplir de liquide, y compris de sang, entraînant la formation d'un kyste du corps jaune.

Échographie: kyste du corps jaune. De petits kystes ovariens complexes sont visibles avec le flux sanguin dans la paroi, qui est détecté par échographie Doppler. Un flux sanguin circulaire typique lors d'un examen Doppler est appelé «anneau de feu». Notez la bonne perméabilité du kyste aux ultrasons et le manque de circulation sanguine interne, qui est en corrélation avec les changements caractéristiques d'un kyste du corps jaune partiellement altéré involutivement

Il convient de noter que les femmes qui prennent des contraceptifs oraux hormonaux qui suppriment l'ovulation ne forment généralement pas de corps jaune. À l'inverse, l'utilisation de médicaments qui induisent l'ovulation augmente le risque de développer des kystes du corps jaune..

Échographie du petit bassin: kyste du corps jaune. Sur la gauche de l'échographie, les changements («anneau de feu») typiques d'un kyste du corps jaune sont déterminés. À droite sur la photo de la préparation ovarienne, un kyste hémorragique aux parois effondrées est clairement visible.

Kyste du corps jaune à l'IRM. Sur la tomographie axiale pondérée T2, le kyste du corps jaune modifié involutivement (flèche) est déterminé, ce qui est normal. L'ovaire droit n'est pas changé.

Un kyste ovarien hémorragique complexe se forme lors d'un saignement du follicule de Graaf ou du kyste folliculaire. À l'échographie, les kystes hémorragiques ressemblent à des structures kystiques à paroi mince à chambre unique avec des brins de fibrine ou des inclusions hypoéchogènes, avec une bonne perméabilité aux ultrasons. En IRM, les kystes hémorragiques sont caractérisés par une intensité de signal élevée sur les scans T1 FS, tandis que sur T2 VI ils donnent un signal hypo-intense. Avec l'imagerie Doppler, il n'y a pas de flux sanguin interne, le composant accumulant le contraste à l'intérieur du kyste n'est pas détecté sur le scanner ou l'IRM. La paroi d'un kyste hémorragique a une épaisseur variable, souvent avec la présence de vaisseaux circulaires. Malgré le fait que les kystes hémorragiques présentent généralement des symptômes de douleur aiguë, ils peuvent être une découverte accidentelle chez un patient qui ne présente aucune plainte.

Sur les échographies, un kyste hémorragique avec un caillot sanguin imitant un néoplasme est déterminé. Cependant, avec l'échographie Doppler, le flux sanguin interne dans le kyste n'a pas été détecté et sa perméabilité aux ultrasons n'a pas été réduite..

Image RM d'un kyste ovarien hémorragique: en mode T1 VI sans suppression de graisse, un kyste complexe est déterminé, caractérisé par un signal hyperintense, qui peut être causé à la fois par le composant graisseux et par le sang. Sur T1 WI avec suppression de graisse, le signal reste hyperintense, ce qui permet de confirmer la présence de sang. Après l'introduction d'un produit de contraste à base de préparations de gadolinium, aucune amélioration du contraste n'est observée, ce qui permet de confirmer le caractère hémorragique du kyste ovarien. En outre, l'endométriome doit être inclus dans la plage de diagnostic différentiel..

À l'échographie, un composant de tissu mou (solide) est déterminé dans les deux ovaires. Cependant, la perméabilité aux ultrasons des deux côtés n'est pas altérée, ce qui suggère la présence de kystes hémorragiques. Échographie Doppler (non représentée) pas de flux sanguin dans les formations.

Comment distinguer un kyste hémorragique en IRM? En mode T1, un composant avec des caractéristiques de signalisation élevées (graisse, sang ou fluide riche en protéines) est déterminé dans les deux formations. Avec la suppression de la graisse, l'intensité du signal ne diminue pas, ce qui permet généralement d'exclure le tératome contenant du tissu adipeux et de confirmer la présence de liquide hémorragique.

L'endométriose kystique (endométriome) est un type de kyste formé par le tissu endométrial envahissant l'ovaire. Les endométriomes se retrouvent chez les femmes en âge de procréer et peuvent provoquer des douleurs pelviennes dérangeantes à long terme associées aux menstruations. Environ 75% des patientes atteintes d'endométriose ont une atteinte ovarienne. À l'échographie, les signes d'endométriome peuvent varier, mais dans la plupart des cas (95%), l'endométriome ressemble à une formation kystique hypoéchogène homogène «classique» avec la présence de zones échogènes diffuses de bas niveau. Rarement, un endométriome est anéchogène, ressemblant à un kyste ovarien fonctionnel. De plus, les endométriomes peuvent être à plusieurs chambres et des septa d'épaisseur variable peuvent y être trouvés. Chez environ un tiers des patients, un examen attentif révèle de petits foyers échogènes adjacents à la paroi, qui peuvent être dus à la présence d'accumulations de cholestérol, mais peuvent également être des caillots sanguins ou des débris. Il est important de distinguer ces foyers des véritables formations murales nodulaires; s'il est présent, le diagnostic d'endométriome devient hautement probable.

Une échographie transvaginale montre un endométriome typique avec des foyers hyperéchogènes dans la paroi. Le Doppler (non illustré) n'a pas réussi à détecter les vaisseaux sanguins dans ces foyers.

Kyste ovarien endométrioïde: IRM (à droite) et TDM (à gauche). La tomodensitométrie est principalement utilisée pour confirmer la nature kystique de la formation. L'IRM peut généralement être utilisée pour mieux visualiser les kystes mal différenciés à l'échographie.

En IRM, le contenu hémorragique à l'intérieur de l'endométriome conduit à une augmentation de l'intensité du signal sur T1 WI. Sur T1 WI avec suppression de graisse, l'endométriome reste hyperintense, contrairement aux tératomes, qui sont également hyperintenses sur T1 WI, mais hypointense sur T1 FS. Cette séquence (T1 FS) doit toujours compléter l'examen IRM, car elle permet de détecter de petits foyers hyperintenses sur T1.

Les méthodes radiologiques suggèrent soit le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), également appelé syndrome de Stein-Leventhal, soit sont utilisées pour confirmer le diagnostic.

  • La présence de 10 kystes périphériques simples (ou plus)
  • L'aspect caractéristique du "collier de perles"
  • Hypertrophie ovarienne (dans le même temps, chez 30% des patientes, leur taille n'a pas changé)

Signes cliniques du syndrome des ovaires polykystiques:

  • Hirsutisme (augmentation de la croissance des cheveux)
  • Obésité
  • Troubles de la fertilité
  • Acné
  • Croissance des cheveux de modèle masculin (calvitie)
  • Ou une augmentation des niveaux d'androgènes

À quoi ressemble la maladie des ovaires polykystiques? Sur le côté gauche de l'IRM, une image typique sous la forme d'un "collier de perles" est déterminée. Sur la droite, un patient avec un taux accru d'androgènes dans le sang visualise un ovaire hypertrophié, ainsi que plusieurs petits kystes simples situés le long de la périphérie. L'obésité concomitante est évidente. Chez ce patient, l'IRM peut confirmer le diagnostic de SOPK..

Le syndrome d'hyperstimulation ovarienne est une affection relativement rare causée par une stimulation hormonale excessive de l'hCG (gonadotrophine chorionique humaine) et se manifeste généralement par des lésions ovariennes bilatérales. Une stimulation hormonale excessive peut survenir avec la maladie trophoblastique gestationnelle, le SOPK, ainsi que pendant le traitement hormonal ou pendant la grossesse (rarement avec une grossesse normale avec un seul fœtus) avec une résolution indépendante après l'accouchement (sur la base des résultats de la recherche). Une stimulation hormonale excessive est plus fréquente avec la maladie trophoblastique gestationnelle, l'érythroblastose fœtale ou les grossesses multiples. Avec les méthodes de recherche par rayonnement, l'élargissement bilatéral des ovaires est généralement associé à la présence de plusieurs kystes, qui peuvent remplacer complètement l'ovaire. Le principal critère différentiel du syndrome d'hyperstimulation ovarienne est les données cliniques et anamnestiques caractéristiques..

Une échographie réalisée par une jeune femme enceinte révèle plusieurs kystes dans les deux ovaires. A droite, une formation invasive dans l'utérus est déterminée, comparable à une maladie trophoblastique gestationnelle. La conclusion sur cette maladie a été faite sur la base de données cliniques et anamnestiques caractéristiques (le fait de la grossesse chez une jeune femme) et d'une échographie, qui a révélé des signes d'une forme invasive de maladie trophoblastique gestationnelle..

L'abcès tubo-ovarien se produit généralement comme une complication de l'infection ascendante (du vagin au col de l'utérus et aux trompes de Fallope) chlamydia ou gonorrhée. En TDM, IRM, une formation ovarienne kystique complexe avec une paroi épaisse et un manque de vascularisation est détectée. L'épaississement de l'endomètre ou l'hydrosalpinx rend le diagnostic d'abcès tubo-ovarien plus probable.

La TDM axiale à contraste amélioré montre une masse kystique complexe à gauche, ressemblant à un abcès, avec une paroi épaisse qui accumule le contraste et les inclusions de gaz à l'intérieur.

Au scanner dans le plan sagittal (à gauche), on constate que la veine ovarienne se rapproche de la formation, confirmant sa nature (flèche). Sur le tomogramme coronaire (à droite), vous pouvez évaluer les relations anatomiques de la formation et de l'utérus. Une bulle de gaz est visualisée dans la cavité utérine, ce qui suggère un début infectieux ici, avec la propagation ultérieure de l'infection à travers la trompe de Fallope dans l'ovaire.

Un tératome kystique mature, également appelé kyste dermoïde, est une croissance ovarienne extrêmement courante qui peut être de nature kystique. «Mature» dans ce contexte signifie une masse bénigne par opposition à un tératome malin «immature». Les tératomes kystiques bénins surviennent généralement chez les jeunes femmes en âge de procréer. À la tomodensitométrie, à l'IRM et à l'échographie, ils ont un aspect monocaméral dans (jusqu'à) 90% des cas, cependant, ils peuvent être multichambres ou bilatéraux dans environ 15% des cas. Jusqu'à 60% des tératomes peuvent contenir des inclusions de calcium dans leur structure. Le composant kystique est un liquide gras produit par les glandes sébacées dans le tissu tapissant le kyste. La présence de graisse est un signe diagnostique de tératome. À l'échographie, il présente un type caractéristique de formation kystique avec la présence d'un nœud solide hyperéchogène dans la paroi, appelé nœud de Rokitansky ou bouchon dermoïde.

L'échographie visualise le nœud de Rokitansky ou le bouchon dermoïde (flèche).

Les niveaux de liquide à graisse peuvent également être détectés en raison des différences de densité (la graisse, en tant que substance plus légère et moins dense, flotte à la surface de l'eau). Vous pouvez également visualiser de fines lignes échogènes («rayures») dont la présence est due aux «poils» dans la cavité kystique. Les tératomes kystiques matures, même de nature bénigne, sont le plus souvent enlevés par chirurgie, car ils entraînent un risque accru de torsion ovarienne.

Complications du kyste ovarien dermoïde:

  • Torsion ovarienne
  • Infection
  • Rupture (spontanée ou traumatique)
  • Anémie hémolytique (une complication rare qui disparaît après la résection)
  • Transformation maligne (rare)

À quoi ressemble un kyste ovarien dermoïde en IRM? Une masse kystique avec un signal hyperintense est visible, dans laquelle se trouvent des septa (trouvés dans environ 10% de ces kystes). En mode de suppression de graisse, la suppression de l'intensité du signal est déterminée, ce qui vous permet de confirmer la présence d'un composant graisseux et de tirer une conclusion sur un tératome.

Ces formations sont également des tumeurs ovariennes kystiques courantes (cystomes), qui peuvent être séreuses ou mucineuses (muqueuses). À l'échographie, le cystadénome mucineux est le plus souvent une formation unicamérale anéchogène qui peut ressembler à un simple kyste. Les cystadénomes mucineux se composent souvent de plusieurs chambres dans lesquelles un liquide complexe avec des inclusions de débris protéiques ou de sang peut être trouvé. Des saillies «papillaires» sur les parois suggèrent une possible formation maligne (cystadénocarcinome).

Cystome ovarien à l'échographie. À l'examen transvaginal (en haut à gauche), un kyste ovarien gauche mesurant 5,1x5,2 cm (anéchogène et sans septa) est déterminé. Cependant, il existe un nodule sur la paroi postérieure du kyste sans signe de flux sanguin interne sur l'imagerie Doppler (en haut à droite); la gamme de diagnostic différentiel comprend un kyste folliculaire, une accumulation de débris, un néoplasme kystique. Sur l'IRM (ci-dessous), des septa minces accumulant le contraste sont déterminés dans la formation. Les ganglions tumoraux, les lymphadénopathies, les métastases péritonéales n'ont pas été identifiés. La quantité minimale de liquide ascitique est déterminée. La masse a été vérifiée comme cystadénome sur biopsie.

Cystome ovarien: IRM. Sur les IRM réalisées sur le même patient cinq ans plus tard, l'éducation s'est développée. Au T2 VI, un kyste complexe est visualisé dans l'ovaire gauche avec un nœud solide de la paroi postérieure. Après l'introduction du contraste sur T1 FS, une légère augmentation de l'intensité du signal provenant de cloisons minces et d'un nœud dans le mur est déterminée. Les données d'IRM n'ont pas permis de différencier le néoplasme bénin (p. Ex., Cystadénome) et malin de l'ovaire. Examen histologique du cystadénofibrome réséqué confirmé.

Les méthodes de diagnostic radiologique, telles que l'échographie ou l'IRM, ne sont pas conçues pour déterminer le type histologique de tumeur. Cependant, avec leur aide, il est possible de différencier les néoplasmes bénins et malins avec divers degrés de fiabilité et de déterminer les autres tactiques de prise en charge des patients. La détection des signes radiologiques de croissance tumorale maligne doit inciter le médecin traitant (gynécologue, oncologue) à clarifier davantage la nature du kyste (chirurgie avec biopsie, laparoscopie). Dans les cas peu clairs et contradictoires, il est utile de réinterpréter l'IRM du bassin, ce qui vous permet d'obtenir un deuxième avis indépendant d'un diagnosticien radiologique expérimenté..

À l'échographie, une formation solide kystique-solide dans l'ovaire gauche est déterminée et une autre grande formation complexe, contenant à la fois un composant solide et un composant kystique, dans la moitié droite du bassin

Sur la tomodensitométrie du même patient, une masse solide kystique complexe avec des septa épaissis accumulant un contraste dans l'ovaire droit est déterminée, ce qui est très suspect d'une tumeur maligne. Une lymphadénopathie pelvienne bilatérale se produit également (flèches). L'examen histopathologique a confirmé un cystadénocarcinome séreux de l'ovaire (la variante la plus courante)

Scanner et photographie d'un macrodrogue de cystadénocarcinome séreux de l'ovaire.

L'échographie (à gauche) montre une grande formation kystique à plusieurs chambres dans le paramètre de droite; certaines des chambres sont anéchogènes, dans d'autres, des inclusions échogènes uniformes de bas niveau sont visualisées en raison de la teneur en protéines (dans ce cas, la mucine, mais les hémorragies peuvent sembler similaires). Les septa dans l'éducation sont généralement minces. Il n'y avait pas de flux sanguin dans les septa, un composant solide était également absent et aucun signe d'ascite n'a été détecté. Malgré l'absence de flux sanguin lors de l'imagerie Doppler et d'un composant solide, la taille et la structure à plusieurs chambres de cette formation permettent de suspecter une tumeur kystique et de recommander d'autres méthodes de diagnostic plus précises. CT avec contraste amélioré (à droite) montre des changements similaires. Les chambres de formation ont des densités différentes, correspondant à différentes teneurs en protéines. L'examen histopathologique a confirmé un cystadénocarcinome mucineux à faible potentiel de malignité.

Les lésions ovariennes solides kystiques bilatérales sont suspectes d'une tumeur et nécessitent une évaluation plus approfondie. L'intérêt des méthodes de recherche sur les rayonnements est de confirmer la présence de l'éducation; cependant, il est impossible de conclure qu'il est absolument positivement bénin ou malin. Pour les patients qui ont des tumeurs épithéliales (un groupe beaucoup plus courant de néoplasmes ovariens), même après un traitement chirurgical, la détermination de la variante histologique exacte de la tumeur n'affecte pas autant le pronostic que le stade FIGO (Fédération internationale des obstétriciens et gynécologues), le degré de différenciation, ainsi que l'exhaustivité résection tumorale.

Sur l'échographie (à gauche), une augmentation des deux ovaires est déterminée, à l'intérieur de laquelle se trouvent à la fois un composant kystique et un composant de tissu mou (solide). Sur le scanner du même patient, une grande masse solide kystique s'étendant du bassin vers l'abdomen est déterminée. Le rôle du scanner dans ce cas est dans la mise en scène de la formation, cependant, sur la base du scanner (IRM), il est impossible de déterminer la structure histologique de la tumeur.

Le plus souvent, les métastases aux ovaires, par exemple les métastases de Krukenberg - dépistages du cancer de l'estomac ou du côlon, sont des formations de tissus mous, mais elles peuvent souvent aussi avoir une nature kystique..

Au scanner, les formations kystiques sont déterminées dans les deux ovaires. Vous pouvez également remarquer un rétrécissement de la lumière rectale causé par une tumeur cancéreuse (flèche bleue). Les métastases kystiques du cancer rectal sont clairement visibles dans la cavité péritonéale (flèche rouge), ce qui n'est généralement pas une constatation typique.

Le traitement des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire comprend traditionnellement une stadification primaire suivie d'une intervention cytoréductive agressive en association avec le cisplatine intrapéritonéal. Dans les premiers stades (1 et 2), une hystérectomie totale et une salpingo-ovariectomie bilatérale sont utilisées (ou unilatérales, si une femme en âge de procréer souhaite maintenir sa fertilité, bien que cette approche soit controversée).

Pour les patients atteints de tumeurs avancées (stades 3 et 4), une intervention cytoréductive est recommandée, ce qui implique une élimination partielle du volume des foyers tumoraux; cette opération vise non seulement à améliorer la qualité de vie des patients, mais également à diminuer le risque d'occlusion intestinale et à éliminer les effets métaboliques de la tumeur. Une intervention cytoréductive optimale implique l'élimination de tous les implants tumoraux de plus de 2 cm; si sous-optimale, la taille transversale des ganglions tumoraux restants dépasse 2 cm Une chirurgie cytoréductive réussie augmente l'efficacité de la chimiothérapie et conduit à une augmentation de la survie.

Les patients atteints de tumeurs ovariennes de stade 1a ou 1b peuvent nécessiter uniquement une chirurgie sélective sans chimiothérapie ultérieure, tandis que les stades plus avancés nécessitent une chimiothérapie postopératoire avec du cisplatine (le médicament le plus efficace pour le cancer de l'ovaire). Malgré le fait qu'une réponse positive au traitement avec des médicaments à base de platine atteint 60 à 80%, environ 80 à 90% des femmes au troisième stade de la maladie et environ 97% au quatrième stade meurent dans les 5 ans..

Pour les patients sous traitement pour un cancer de l'ovaire, la mesure du CA-125 sérique et l'examen physique sont les méthodes de contrôle les plus efficaces. La re-laparotomie reste la méthode la plus précise pour évaluer l'efficacité de la chimiothérapie, mais elle donne de nombreux résultats faussement négatifs et n'entraîne pas d'augmentation de la survie. La tomodensitométrie permet de localiser une lésion macroscopique et d'éviter à nouveau la biopsie. Si un tissu tumoral résiduel est détecté à l'aide de méthodes de diagnostic, le patient peut se voir prescrire un traitement supplémentaire; néanmoins, les méthodes de rayonnement montrent un grand nombre de faux négatifs.

Aujourd'hui, les kystes ovariens sont assez bien diagnostiqués à l'aide d'un certain nombre d'instruments:

  • Examen par un gynécologue, au cours duquel les plaintes du patient sont clarifiées, et il est également déterminé si les appendices sont élargis et s'il y a des sensations douloureuses dans le bas-ventre.
  • Test de grossesse. Il est nécessaire non seulement pour exclure une grossesse extra-utérine, mais également pour déterminer la possibilité d'une tomodensitométrie.
  • Examen échographique, qui vous permet de déterminer rapidement et avec une grande précision la présence d'un kyste et de surveiller la dynamique de son développement.
  • Examen laparoscopique. Son avantage est qu'il donne des résultats absolument précis et, si nécessaire, au cours de la procédure, une intervention chirurgicale précise et peu invasive peut être réalisée..
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée.

La tomodensitométrie et l'IRM sont des méthodes assez précises pour déterminer la présence d'un kyste, suggérer s'il est bénin ou malin, clarifier sa taille et sa localisation exacte, etc. De plus, dans le cas d'un kyste malin, le diagnostic par contraste permet d'établir si la tumeur présente des métastases vers d'autres organes et de déterminer avec précision leur localisation..

La tomodensitométrie est réalisée à l'aide de rayons X, ce qui permet d'obtenir des coupes de l'organe avec un pas d'environ 2 mm. Les sections collectées et traitées par ordinateur sont assemblées en une image volumétrique précise. La procédure est absolument indolore, ne nécessite pas de préparation compliquée (tout ce qui est nécessaire est d'adhérer à un certain régime pendant quelques jours avant la procédure et, en cas de constipation, de prendre un laxatif) et ne dure pas plus de 20 minutes.

Considérant que le pas de coupe est de 2 mm, le scanner peut détecter des formations de 2 mm de section ou plus. Ce sont des kystes et des tumeurs assez petits à un stade précoce de développement. Une telle précision des diagnostics CT permet de commencer un traitement en temps opportun et d'éviter des conséquences plus graves..

Les contre-indications à la méthode sont la grossesse (en raison de l'exposition du corps aux rayons X) et les réactions allergiques à l'agent de contraste (dans le cas de la tomodensitométrie avec contraste). Ces réactions allergiques ne sont pas très fréquentes..

Une caractéristique de presque toutes les méthodes de diagnostic modernes, que ce soit l'échographie, l'IRM ou la tomodensitométrie, est la possibilité d'obtenir un résultat erroné pour des raisons objectives ou subjectives. Les raisons objectives comprennent les erreurs et les lacunes de l'équipement de diagnostic, les erreurs subjectives - les erreurs médicales. Cette dernière peut être causée à la fois par un manque d'expérience du médecin et par une fatigue banale. Le risque de recevoir des résultats faussement positifs ou faux négatifs peut être très problématique et même conduire au fait que la maladie évolue vers un stade plus sévère..

Un très bon moyen de réduire le risque d'erreur de diagnostic est d'obtenir un deuxième avis. Il n'y a rien de mal à cela, ce n'est pas une méfiance à l'égard du médecin traitant, il s'agit simplement d'obtenir une vue alternative des résultats de la tomographie.

Il est très facile d'obtenir un deuxième avis aujourd'hui. Pour ce faire, il vous suffit de télécharger les résultats de la tomodensitométrie dans le système du réseau national de télévision et de radiologie (NTRN), et au plus tard un jour plus tard, vous recevrez l'avis des meilleurs spécialistes des principales institutions du pays. Où que vous soyez, vous pouvez obtenir les meilleurs conseils possibles dans le pays partout où il y a un accès Internet..

Vasily Vishnyakov, radiologue

Lors de la compilation de l'article, les matériaux suivants ont été utilisés:

Pour de nombreux patients, la terminologie médicale est incompréhensible et les diagnostics provoquent la panique, même si en fait le rhume est couvert sous le nom compliqué..
Maintenant, il n'est pas rare d'entendre parler du diagnostic de formations kystiques solides chez une personne. En fait, cette maladie n'est pas rare et peut être traitée avec succès. Sachant ce qu'est une formation kystique solide et qu'elle est guérissable, le patient cesse de paniquer et va mieux plus vite.

Toutes les formations kystiques sont une cavité remplie de contenu liquide ou tissulaire. On distingue trois types de formations dans les organes..

  1. La formation, dont la cavité est remplie d'une substance visqueuse, appartient à des tumeurs bénignes. Il peut apparaître, disparaître, augmenter ou diminuer de taille au cours de la vie. Ce type de tumeur appartient aux formations kystiques bénignes et dégénère rarement en une tumeur maligne..
  2. Dans la terminologie médicale, une formation solide est comprise comme une tumeur qui a une coquille dure, des limites claires. Il y a un composant tissulaire à l'intérieur de la formation. Une telle formation ne disparaît pas et ne change pas de taille. En règle générale, une telle tumeur appartient à une tumeur maligne.
  3. Les formations à l'intérieur qui contiennent à la fois du liquide et des parties de tissus sont considérées comme solides kystiques. Leur lieu de localisation est important. Le contenu qui prévaudra à l'intérieur de la cavité en dépend en grande partie. De telles formations dans la plupart des cas sont bénignes. Dans de rares cas, la tumeur est initialement maligne.

De telles formations peuvent se produire dans presque tous les organes. Des perturbations du travail ou des maladies concomitantes peuvent indiquer leur apparition. Mais il n'est pas rare pour les cas où le développement d'une pathologie est presque asymptomatique et où le patient apprend sa présence par hasard..
Le plus souvent, des formations solides kystiques sont trouvées lors de l'examen de la glande thyroïde, du système génito-urinaire et du cerveau.

Une formation solide kystique sur la glande thyroïde sont des particules de tissu de l'organe lui-même, qui sont limitées par une membrane dense. Ces formations peuvent être à la fois simples et multiples.
Les experts identifient plusieurs raisons de l'apparition de nodules thyroïdiens, qui sont les principales:

  • prédisposition génétique;
  • une maladie antérieure causée par une infection;
  • tension nerveuse constante et stress fréquent;
  • trouble hormonal.

La teneur en iode dans le corps a une grande influence sur le fonctionnement normal de la glande thyroïde. Avec son manque, cet organe commence à mal fonctionner, ce que tout le corps ressent.
Même si le patient n'est pas conscient de la présence de cette pathologie, cela ne signifie pas qu'elle ne se manifeste en aucune façon. Les symptômes de la maladie comprennent une somnolence et une fatigue constantes. Cela se reflète également dans l'apparence du patient. Les cheveux deviennent cassants et commencent à tomber. La peau devient sèche, squameuse et malsaine.

Les reins et l'ovaire sont précisément les organes sur lesquels apparaissent le plus souvent les formations kystiques. Même s'ils sont bénins, leur traitement intempestif peut entraîner une complication grave..
Une pathologie telle qu'un kyste ovarien est plus sensible chez les femmes âgées de 20 à 50 ans. La principale raison de son apparition est un déséquilibre hormonal. Un certain nombre de facteurs conduisent à son échec et augmentent la probabilité d'apparition d'une pathologie solide kystique..

  1. La puberté.
  2. Grossesse et période post-partum. Avortement.
  3. Ménopause chez les femmes de plus de 50 ans.
  4. Diverses maladies entraînant des perturbations hormonales, y compris des maladies du système endocrinien.
  5. Prendre des médicaments hormonaux.
  6. Manque d'hygiène personnelle.

Les kystes rénaux sont assez courants en médecine. Les formations sur l'organe peuvent être de différents types, à la fois kystiques, solides et mixtes. Malgré le fait que les reins sont un organe apparié, la perturbation du travail d'au moins l'un d'entre eux entraîne de graves conséquences.
Les statistiques médicales montrent que les personnes de plus de 40 ans sont les plus sensibles à la pathologie. Fondamentalement, la maladie affecte l'un des reins, beaucoup moins souvent les deux. Un certain nombre de facteurs affectent la formation d'un kyste, notamment:

  • diverses blessures et contusions aux reins;
  • lésions rénales par une maladie infectieuse;
  • tuberculose d'organe;
  • opérations ou autres procédures chirurgicales;
  • prédisposition à la formation de calculs dans l'organe ou à les avoir déjà;
  • hypertension artérielle;
  • pathologie organique à la naissance.

Les kystes rénaux comprennent à la fois les anomalies congénitales des organes et celles acquises au cours de la vie. Indépendamment de cela, les symptômes de la présence d'une formation solide kystique sont très similaires. En règle générale, ce sont:

  • douleur dans la région lombaire inférieure;
  • «Surpressions» de la pression artérielle;
  • difficulté à uriner

La maladie rénale est toujours indiquée par une douleur constante. Cela peut être tranchant ou terne et douloureux.

La principale raison de l'apparition d'un kyste mixte du cerveau, comme tout autre organe, est l'effet de facteurs défavorables sur celui-ci. Ceux-ci inclus:

  • rayonnement ionique;
  • exposition prolongée aux rayons du soleil;
  • contact constant avec des liquides et des vapeurs agressifs;
  • virus et prédisposition génétique.

La pathologie solide kystique du cerveau est très dangereuse pour ses complications. La tumeur affecte n'importe quelle partie de l'organe et la serre, perturbant ainsi son approvisionnement en sang. Cela signifie que la nutrition d'une partie du cerveau est inadéquate. En conséquence, cela peut affecter la capacité d'une personne à se déplacer normalement, le travail du système digestif, le système reproducteur est perturbé.
Les symptômes d'une maladie cérébrale peuvent être très différents. Ils dépendent de l'emplacement du kyste et de sa taille. Mais comme le montre la pratique, la présence d'une grande formation ne se manifeste pas toujours par des symptômes vifs.
Les principaux symptômes d'une tumeur cérébrale kystique solide sont une augmentation de la pression intracrânienne, des maux de tête, des étourdissements et des vomissements..

Aujourd'hui, il existe plusieurs méthodes qui aident à diagnostiquer un kyste de type mixte..

  1. Diagnostic par ultrasons. Au cours de l'étude, il est possible de déterminer avec précision la structure de l'enseignement, sa taille et son emplacement. En outre, l'échographie vous permet de voir quelle structure prévaut à l'intérieur du kyste et de conclure qu'elle appartient à l'un des types. Mais ce type de recherche ne permet pas de déterminer si la tumeur est bénigne ou maligne. Ce sont ces informations qui vous permettent de prescrire un traitement efficace.
  2. Une biopsie est utilisée pour déterminer la malignité de la tumeur. Prendre du matériel pour l'analyse de la capsule du kyste est assez simple et indolore. Une fine aiguille est insérée à l'intérieur de la formation et, à l'aide de celle-ci, le contenu est aspiré dans une seringue. Ensuite, il est envoyé au laboratoire pour analyse..
  3. Un test sanguin permet également de diagnostiquer une tumeur kystique solide. Sur la base des résultats de l'analyse et de la teneur en hormones et du rapport des constituants sanguins, un spécialiste peut tirer une conclusion sur la présence d'une pathologie et sa nature.
  4. La tomodensitométrie est la principale méthode de diagnostic avant la chirurgie en tant que traitement. Avec l'aide de cette méthode de diagnostic, vous pouvez déterminer l'emplacement d'une grosse tumeur dans l'organe et obtenir des informations précises sur la nature de la pathologie.

En fonction des résultats du diagnostic, le médecin prescrit le traitement approprié. Il peut être à la fois traditionnel et opérationnel. La méthode de traitement dépend de la taille de la tumeur et des complications possibles qui y sont associées..

En présence d'un kyste folliculaire dans la région ovarienne, une formation liquide à une seule chambre de forme arrondie est plus souvent détectée, à côté de laquelle le tissu organique inchangé est généralement déterminé, et avec l'échographie derrière le kyste, un effet caractéristique de l'amplification dorsale de l'échographie est déterminé.

Dans certains cas, plusieurs kystes folliculaires peuvent être détectés dans l'ovaire, ou un kyste folliculaire à deux chambres.

La taille des kystes folliculaires varie de 30 à 100 mm. Leurs murs sont fins, les contours extérieurs et intérieurs sont uniformes.

En laparoscopie, un kyste folliculaire ovarien est défini comme une formation fluide de type tumoral d'un ovaire jusqu'à 10 cm de taille, de forme ronde ou ovale, de consistance élastique serrée, avec une surface lisse et une paroi mince.

Les kystes du corps jaune ont une structure d'écho similaire à celle du corps jaune lui-même, ne dépassant généralement pas 7 à 8 cm de diamètre, ont des parois épaisses et un contenu hypoéchogène.

En général, les kystes du corps jaune, contrairement aux kystes folliculaires, peuvent avoir une structure d'écho extrêmement polymorphe allant d'une formation à mailles fines d'échogénicité moyenne à un kyste à contenu homogène et anéchogène en combinaison avec plusieurs ou simples septa de forme irrégulière.

Souvent, dans la cavité du kyste du corps jaune, des inclusions pariétales de haute échogénicité, de forme irrégulière, sont déterminées.

Le développement inverse du kyste du corps jaune jusqu'à disparition complète dure 2-3 mois.

L'endométriose ovarienne (hétérotopie endométrioïde) fait référence à l'endométriose génitale, à sa forme externe. Macroscopiquement, l'endométriose ovarienne ressemble à l'isolement ou à la fusion avec le tissu environnant des foyers (nœuds, nids) de forme ronde, allongée ou irrégulière, dont les cavités contiennent un liquide sombre épais ou vitré.

L'endométriose ovarienne peut ressembler à:

  • petits foyers d'endométriose ponctués à la surface des ovaires et sur le péritoine de la cavité utérine-rectale;
  • kyste endométrioïde unilatéral d'un diamètre ne dépassant pas 5 à 6 cm;
  • petits foyers d'endométriose sur le péritoine pelvien et adhérences autour des appendices;
  • kystes endométrioïdes des deux ovaires (diamètre supérieur à 5-6 cm) et / ou foyers d'endométriose sur la couverture séreuse de l'utérus, trompes de Fallope, péritoine pelvien, adhérences prononcées;
  • gros kystes bilatéraux avec la transition du processus vers les organes voisins.

Les kystes endométrioïdes sont caractérisés par des adhérences avec les tissus environnants, une capsule dense, un contenu hémorragique de goudron ou de chocolat.

Au cours du processus d'accumulation du contenu, des perforations de la paroi du kyste peuvent survenir. Au microscope, tous les détails et caractéristiques structurelles des hétérotopies sont déterminés, dont les principaux sont la présence d'un épithélium cylindrique monocouche (avec des cils à la surface de certaines cellules) et d'un stroma cytogène de gravité variable, identique à l'endomètre. Les glandes tubulaires des hétérotopies endométrioïdes dans la période prémenstruelle, bien qu'elles deviennent alambiquées, leur activité sécrétoire est insignifiante et la quantité de glycogène dans l'épithélium glandulaire est très limitée.

Sur la tomographie, un kyste endométrioïde est défini comme une formation à chambre unique avec un contenu liquide.

La forme de ces kystes est ronde, l'épaisseur de la paroi n'est pas la même dans différentes zones..

L'épaisseur de la paroi dépend de la durée de l'existence du kyste et est déterminée par le volume des caillots sanguins pariétaux.

L'échographie dans la cavité du kyste est déterminée par un fluide hétérogène avec de multiples inclusions hyperéchogènes.

Fusionnant les unes avec les autres, ces inclusions forment une structure à mailles fines de formation de liquide, qui est due à l'organisation des masses thrombotiques et à l'accumulation d'épithélium rejeté pendant la menstruation.

Il existe souvent des kystes endométriosiques, avec un examen échographique dont les contours inégaux et les septa internes sont déterminés, ainsi que le contenu hypoéchogène. Dans un tiers des cas chez les filles et les jeunes femmes avec une cavité pathologique nouvellement formée, aucun élément écho-positif n'est trouvé dans la lumière du kyste endométrioïde..

Avec la laparoscopie, le kyste de l'ovaire endométrioïde ressemble à une formation tumorale, avec une capsule dense blanchâtre ou bleuâtre, à travers laquelle des zones de couleur bleu-violet brillent.

Des adhérences du kyste endométrioïde à la surface postérieure de l'utérus, des trompes de Fallope et du péritoine pelvien sont souvent détectées. Lorsque le kyste est perforé, le contenu de la couleur du chocolat ou du goudron est versé. Sur la surface du kyste endométrioïde, en règle générale, les hétérotopies endométrioïdes (jusqu'à 3-5 mm de taille) sont déterminées.

Ovaires polykystiques (sclérocystiques) - pathologie de la structure et de la fonction des ovaires dans le contexte des troubles neuro-d'échange. Il existe des ovaires polykystiques primaires ("vrais", polykystiques) et secondaires, ou le syndrome des ovaires polykystiques. Maladie des ovaires polykystiques: ovaires polykystiques primaires, ovaires sclérocystiques, syndrome de Stein-Leventhal. Le principal signe macroscopique est une hypertrophie bilatérale des ovaires, 2 à 6 fois leur taille normale, avec la présence de multiples follicules kystiques. La surface de l'ovaire est lissée, sans traces d'ovulation, la capsule est dense, fortement épaissie (les brosses folliculaires ne brillent parfois pas à travers), blanchâtre avec une teinte nacrée.

De petits vaisseaux ramifiés en forme d'arbre sont situés sur la capsule. Sur la coupe, un stroma grisâtre dense est déterminé, dans lequel, plus près de la périphérie, de nombreuses petites brosses folliculaires sont situées dans une rangée. Le tableau histologique est caractérisé par: la sclérose de la tunique albuginée (capsule) des ovaires avec épaississement; hyperplasie stromale; atrésie kystique folliculaire; hyperplasie (parfois avec lutéinisation) des cellules thèques des follicules kystiques.

Syndrome des ovaires polykystiques dans les ovaires polykystiques secondaires (dans le contexte de l'hyperandrogénie surrénalienne): leur taille, en règle générale, n'atteint pas la même taille que dans le primaire, et l'augmentation elle-même est asymétrique. La capsule n'est pas si fortement épaissie (comme en témoignent les brosses folliculaires qui brillent à travers elle) et, comme on peut le voir, avec un examen microscopique, elle est inégale. Il existe également une légère hyperplasie stromale, des follicules atresizing, des corps blancs, parfois jaunes.

La possibilité d'ovulation et de grossesse sur fond d'hyperandrogénie surrénalienne et l'extrême rareté des processus hyperplasiques dans l'endomètre, qui se caractérise par une prolifération ou des caractéristiques d'atrophie légère, constituent la principale différence entre les ovaires polykystiques primaires et secondaires.

Au premier stade de la sclérocystose ovarienne, seul un épaississement bilatéral de leur capsule sous la forme d'un bord hyperéchogène le long de la périphérie du tissu ovarien est déterminé.

Dans la deuxième phase de la sclérocystose ovarienne, les principales données échographiques sont des signes de changements polykystiques dans le contexte d'une augmentation de la moelle de l'organe..

Le cystadénome séreux est une tumeur bénigne de l'ovaire, généralement unilatérale. C'est une formation kystique translucide, atteignant une taille de 20 cm, lisse de la surface.

Sur la coupe, il a un aspect blanchâtre, se compose d'un ou plusieurs kystes contenant du liquide séreux.

Les kystes sont tapissés d'un épithélium hétérogène, probablement d'origine germinale, dans des endroits ressemblant à l'épithélium tubaire et cervical.

En présence de croissances papillaires de l'épithélium, ils parlent de cystadénome papillaire. Le cystadénome mucineux (cystome pseudomucineux) est une tumeur épithéliale bénigne, généralement unilatérale. Il peut atteindre de très grandes tailles et des poids jusqu'à 30 kg et peut être à une ou plusieurs chambres, avec des surfaces extérieures et intérieures lisses.

Au microscope, les kystes sont tapissés d'un épithélium prismatique élevé à différenciation muqueuse, ressemblant à l'épithélium de l'intestin et à un mucus sécérinisant (mucoïde). Parfois, des excroissances papillaires de l'épithélium se forment, faisant saillie dans la lumière du kyste - cystadénome mucineux papillaire.

Dans certains cas, la paroi du kyste se rompt, son contenu est versé dans la cavité abdominale et un pseudomyxome du péritoine se développe. Dans ce cas, il est possible d'implanter des cellules de kyste le long du péritoine et une grande quantité de la masse de mucus sécrétée par elles s'accumule dans la cavité abdominale.

Environ 80% des tumeurs mucineuses sont bénignes et seulement 5 à 10% sont malignes.

Le cystadénome pendant la laparoscopie est défini comme une formation ovarienne unilatérale, arrondie et à chambre unique située derrière et sur le côté de l'utérus.

La formation a une consistance élastique serrée et est mobile. Le mur peut être translucide, avec une teinte bleuâtre, avec un système vasculaire translucide.

Le type le plus courant de cystadénome séreux est un kyste à chambre unique.

La formation de liquide peut être située assez haut du niveau du fond utérin, séparément des autres structures anatomiques du petit bassin. Dans plus de la moitié des cas, les kystes séreux simples sont déplacés par compression locale ou par changement de position corporelle. La forme d'un tel kyste, en règle générale, est arrondie, les parois sont épaissies de 1 à 4-5 mm, leur épaisseur est la même partout, les contours extérieurs et intérieurs sont clairs, même.

La localisation, la forme et la taille des cystadénomes ovariens papillaires sont similaires à celles des cystadénomes séreux. Une caractéristique distinctive des cystadénomes papillaires est l'épaisseur inégale de la paroi du kyste dans différentes parties. Dans le même temps, le contour extérieur de la formation liquide reste clair et uniforme.

Un signe caractéristique des kystes papillaires est également la présence d'inclusions aux rayons X ou à écho-positif dans la cavité de formation de liquide, qui sont déterminées sur l'une des parois du kyste, font saillie dans sa lumière et sont clairement visualisées sur le fond du contenu fluide.

Avec la laparoscopie, le cystadénome papillaire a une couleur différente du bleuâtre au gris blanchâtre. Les parois sont minces, il n'y a pas de tissu ovarien normal, le schéma vasculaire est significativement prononcé, il y a des vasodilatations locales.

Une caractéristique typique des cystadénomes mucineux est leur nature à plusieurs chambres..

De multiples kystes relativement petits sont situés dans des formations kystiques plus grandes. Les cavités kystiques contiennent de nombreux septa d'épaisseur variable. Dans une formation kystique de l'ovaire, des éléments de cystadénomes mucineux et papillaires peuvent être trouvés.

Le cystadénocarcinome séreux est une tumeur épithéliale maligne, l'une des formes les plus courantes de cancer de l'ovaire. Macroscopiquement, il est représenté par une formation multinodulaire multi-lacunaire avec une surface de coupe panachée jaune brunâtre ou blanc bronze. La taille de ses nœuds varie de petite à grande.

À l'examen histologique, les excroissances papillaires recouvertes d'épithélium anaplasique sont prédominantes..

Il existe souvent des foyers de structure solide ou adénomateuse. Le cystadénocarcinome séreux papillaire peut contenir de petites inclusions minérales en couches arrondies - des corps psammomniques, dont la présence indique une calcification dystrophique de la tumeur.

Les cellules tumorales envahissent souvent la paroi du kyste et se propagent le long de sa surface, passant au péritoine. Les cellules hyperchromiques forment des structures glandulaires, solides et cribres; la nécrose des tissus tumoraux est caractéristique.

Adénocarcinome endométrioïde - néoplasme solide, nodulaire, septal sur la coupe - bronze-blanc.

L'adénocarcinome à cellules claires est une masse kystique à plusieurs chambres brunâtre à bleu-gris contenant généralement un liquide visqueux clair ou légèrement trouble.

Parfois, dans le cas d'un type mixte de tumeur, présenté histologiquement comme des zones de carcinome à cellules claires et des zones de cystadénocarcinome séreux papillaire.

Dans le cystadénocarcinome de l'ovaire, la tomographie révèle des signes de croissance tumorale multicentrique: la taille relativement grande du composant solide du kyste, la forme irrégulière du nœud tumoral, sa tubérosité prononcée, ses contours inégaux, sa structure hétérogène avec une prédominance de zones de faible densité.

Dans certains cas, un composant tumoral extracystique avec un contour irrégulier indistinct est déterminé.

Les excroissances papillaires malignes peuvent occuper presque tout le volume de la cavité kystique, tandis que le composant solide d'un tel cystoadénocarcinome, en règle générale, est grossier, avec des contours indistincts.

Avec le développement d'un cancer à partir d'un cystadénome mucineux, des signes tomographiques sans ambiguïté de sa malignité peuvent ne pas être observés pendant un certain temps. Les signes indirects de cancer dans le cystadénome mucineux comprennent la taille extrêmement grande d'une formation kystique à plusieurs chambres, dont la forme n'est pas ronde, les masses papillaires remplissent complètement la lumière de l'une des chambres du kyste ou se fondent en un seul conglomérat solide.

Les tumeurs stromales du cordon sexuel proviennent du tissu gonadique embryonnaire ou du stroma ovarien.

Une tumeur à cellules de la granulosa (folliculome) est une tumeur bénigne, généralement unilatérale. C'est un nœud avec une surface bosselée en raison de la présence de plusieurs cavités kystiques de taille moyenne. Sur la coupe, le tissu tumoral est gris-jaune, avec des foyers d'hémorragie.

La granulose est la source de la croissance tumorale. L'élément principal de la tumeur est constitué de petites cellules arrondies avec un noyau basophile et un mince bord du cytoplasme et situées sous la forme de nids solides, de structures trabéculaires et adénomateuses.

La tumeur est hormonalement active, ce qui, en plus des signes cliniques de forte teneur en œstrogènes, se manifeste par une hyperplasie kystique glandulaire de l'endomètre.

Tumeur maligne de la granulosa (cancer) - conserve la capacité de produire des œstrogènes, mais les cellules perdent leur monomorphisme, deviennent polymorphes. Tekoma est une tumeur bénigne, souvent unilatérale, son diamètre atteint 20-30 cm, dense, jaune.

Plus souvent observé après 50 ans. La tumeur peut être inactive sur le plan hormonal, puis elle ressemble à un fibrome dans sa structure.

Se compose de faisceaux entrelacés, de cellules en forme de fuseau.

Le tecoma hormono-actif produit des œstrogènes. Dans ce cas, une hyperplasie et une transformation déciduale de la muqueuse utérine se produisent parfois, et les cellules du tekoma accumulent des lipides, deviennent rondes, légères, ressemblant à l'épithélium. Ils sont situés de manière diffuse ou nidifient, et entre eux un réseau bien développé de capillaires apparaît.

Tekoma malin - une tumeur rare caractérisée par un atypisme cellulaire, se compose de cellules rondes, en forme de fuseau et polymorphes qui ressemblent à des cellules sarcomateuses. Pas toujours hormonalement actif.