Principal

Écrevisse

Impact de l'hypothyroïdie sur le cycle menstruel

Temps de lecture: min.

Selon les statistiques, plus de 30% des femmes de plus de 35 ans ont des problèmes de glande thyroïde, en particulier, souffrent d'hypothyroïdie (hypothyroïdie). Avoir un problème de thyroïde affecte presque tous les domaines de votre santé. Le cycle menstruel, comme de nombreux processus dans le corps, dépend de la santé globale et du fonctionnement de la glande thyroïde..

L'hypothyroïdie est un facteur courant de problèmes menstruels et de problèmes de fertilité chez de nombreuses femmes. Le rétablissement de la santé de la thyroïde peut être la réponse aux irrégularités menstruelles de longue date et améliorer vos chances de concevoir et de mener une grossesse en bonne santé (les problèmes de thyroïde peuvent augmenter votre risque de fausse couche).

Comment l'hypothyroïdie affecte le cycle menstruel

Bien que le lien entre les problèmes menstruels et l'activité thyroïdienne ne soit pas entièrement compris, l'hypothyroïdie est connue pour affecter le cycle menstruel de diverses manières:

  • Les problèmes de thyroïde vont de pair avec la différence entre les taux d'oestrogène et de progestérone, ce qui contribue aux irrégularités menstruelles.
  • Les problèmes thyroïdiens peuvent augmenter le risque de développer des problèmes surrénaliens et une anomalie de la phase lutéale (une phase lutéale raccourcie qui peut interférer avec une implantation saine).
  • Une thyroïde sous-active peut augmenter la sensibilité à l'insuline et augmenter le risque de SOPK, qui est une cause majeure d'anovulation et de cycles irréguliers.
  • Les problèmes de thyroïde perturbent le métabolisme et réduisent l'énergie cellulaire, ce qui affecte la capacité des ovaires à ovuler normalement.
  • L'hypothyroïdie peut entraîner une augmentation des taux de prolactine, ce qui peut supprimer l'ovulation ou réduire les chances de conception.

Bien que tous les problèmes menstruels ne remontent pas à l'hypothyroïdie, voici des exemples de problèmes menstruels qui peuvent être associés à une glande thyroïde basse ou sous-fonctionnelle:

  • Cycles menstruels longs (plus de 6 jours) ou cycles courts (21 jours ou moins).
  • Périodes lourdes avec inondations.
  • Syndrome douloureux.
  • Polyménorrhée (cycles fréquents).
  • Puberté précoce chez les jeunes filles (moins de 10 ans).

Une glande thyroïde hyperactive peut entraîner un cycle menstruel court (moins de 5 jours), des cycles irréguliers, des cycles lumineux ou des cycles éloignés les uns des autres. Comme pour l'hypothyroïdie, l'hyperthyroïdie peut augmenter le risque de grossesse.

Une aide professionnelle doit être recherchée s'il existe une prédisposition génétique à la maladie de Graves ou si une glande thyroïde hyperactive est suspectée. Les symptômes pour consulter un médecin peuvent inclure des irrégularités menstruelles, une perte de poids inexpliquée, des yeux gonflés ou des changements de vision, des palpitations fréquentes, de l'anxiété, de l'insomnie, de la diarrhée, une augmentation de la transpiration, etc. Le métabolisme et la fonction de reproduction de tout le corps dépendent des problèmes de la glande thyroïde..

Les symptômes d'une glande thyroïde insuffisante peuvent être les suivants: fatigue, température corporelle chroniquement basse, faiblesse musculaire, prise de poids, mains et pieds froids, peau, cheveux et ongles secs, etc. Si vous présentez ces symptômes, vous devriez consulter votre médecin ou un spécialiste de la fertilité pour vérifier votre fonction thyroïdienne. Pour de nombreuses femmes, la régulation de la fonction thyroïdienne peut aider à résoudre les problèmes menstruels, à restaurer la fertilité naturelle et à augmenter les chances d'une grossesse saine..

Menstruation et glande thyroïde: l'importance de l'équilibre hormonal dans la vie d'une femme

Selon les statistiques, les maladies endocriniennes sont plus courantes dans la bonne moitié de l'humanité. Étonnamment, le moindre déséquilibre hormonal conduit à la perturbation de la plupart des organes et systèmes. Comment la menstruation et la glande thyroïde sont liées dans le corps d'une femme: découvrons-le dans notre revue détaillée et vidéo dans cet article.

Quel est le lien entre les hormones sexuelles et les hormones thyroïdiennes?

La glande thyroïde est un grand organe endocrinien qui contrôle l'activité de tout le corps. Il a également son influence sur le travail du système reproducteur..

Les hormones thyroxine et triiodothyronine:

  • assurer le travail cyclique des ovaires, ainsi que leur production de FSH, LH, œstrogène et progestérone;
  • contrôler les processus de métabolisme des protéines, des glucides et des graisses;
  • favoriser la conception et le développement intra-utérin normal du fœtus.

Le travail équilibré de la thyroïde et des gonades conduit à un renouvellement régulier de l'endomètre de l'utérus, à la maturation de l'ovule tous les 21 à 35 jours et à la création de conditions favorables à l'apparition de la grossesse. L'importance de l'influence de la glande thyroïde sur le cycle menstruel devient évidente dans les maladies de l'organe endocrinien..

Outre l'effet négatif sur le métabolisme et le travail des organes internes en pathologie, on peut observer ce qui suit:

  • retard du cycle menstruel;
  • changements dans le volume de sang sécrété;
  • dysfonctionnement ovarien.

La glande thyroïde et la durée du cycle menstruel

Si la glande thyroïde ne sécrète pas suffisamment d'hormones, des changements significatifs sont observés dans le système reproducteur..

Un cycle menstruel irrégulier, un retard des règles et d'autres symptômes pathologiques de l'hypothyroïdie sont causés par:

  • effet inhibiteur sur le travail des ovaires, cycles anovulatoires («vides»);
  • difficulté à isoler les follicules;
  • Violation des mécanismes neuro-humoraux de régulation.

L'hyperthyroïdie, ou activité accrue de la glande thyroïde, affecte également négativement les processus de maturation et de libération de l'œuf. Souvent, chez les femmes atteintes d'un goitre toxique diffus, les règles disparaissent complètement et la grossesse devient impossible..

Remarque! L'infertilité dans les maladies de la glande thyroïde est réversible (temporaire). Un traitement adéquat de la pathologie et la normalisation du taux d'hormones thyroïdiennes entraîne la restauration de la fonction reproductrice.

Changements dans la nature des menstruations avec pathologie thyroïdienne

Une quantité insuffisante ou excessive d'hormones thyroïdiennes dans le sang affecte également une diminution de la production de composants actifs dans l'ovaire.

Cela se traduit par:

  • diminution du développement de l'endomètre;
  • diminution de la production de mucus dans l'utérus.

Si le flux menstruel d'une femme devient insuffisant et dure 1 à 2 jours, la glande thyroïde est peut-être responsable de cela: pendant les règles, une augmentation insuffisante de la couche muqueuse interne dans l'utérus, nécessaire à la grossesse, devient perceptible..

Autres symptômes

Les manifestations fréquentes de déséquilibre hormonal dans les maladies de la glande thyroïde sont également:

  • une détérioration générale du bien-être avant les jours critiques, une faiblesse, un malaise;
  • douleur de la menstruation;
  • Phénomènes PMS.

Ces symptômes sont la conséquence d'une violation des mécanismes neuro-humoraux de régulation du cycle menstruel, ainsi que de l'effet pathologique d'un manque ou d'un excès d'hormones thyroïdiennes sur le système nerveux..

Causes courantes d'irrégularités menstruelles

En médecine, il existe plusieurs maladies thyroïdiennes qui peuvent affecter négativement le cycle menstruel d'une femme..

Les plus courants sont présentés dans le tableau ci-dessous:

MaladieIrrégularités menstruelles typiques (MC)
Hypothyroïdie primaire et secondaire
  • irrégularité du MC;
  • diminution de la durée et de l'abondance des menstruations;
  • augmentation progressive des cycles anovulatoires.
Thyroïdite
  • menstruation retardée;
  • saignement au milieu du cycle.
Les tumeurs
  • violations du MC;
  • une augmentation de l'intervalle entre les menstruations jusqu'à 90 jours ou plus.
Goitre toxique diffusmenstruation retardée.
Hyperthyroïdie
  • raccourcissement ou allongement du MC;
  • menstruations rares.

Remarque! La thyroxine et la menstruation sont particulièrement liées: une diminution ou une augmentation de la fraction libre de cette hormone affectera nécessairement le système reproducteur de la femme.

Restauration de la fonction menstruelle après le traitement d'une maladie thyroïdienne

Les femmes confrontées à des irrégularités menstruelles dues au «défaut» de la glande thyroïde sont préoccupées par de nombreuses questions. Est-il possible de tomber enceinte avec une thyroïde malade? Comment établir rapidement la sphère reproductive? Et, enfin, vos règles reviendront-elles lorsque les hormones thyroïdiennes seront dans les limites normales??

Il ne faut pas attendre une normalisation instantanée du cycle menstruel lors du traitement de la glande thyroïde: le corps a besoin de temps pour récupérer.

Même avec des résultats de test idéaux, les femmes peuvent encore se plaindre pendant un certain temps de:

  • irrégularité des MC - retards ou, au contraire, apparition prématurée de jours critiques;
  • rareté, courte durée d'écoulement sanglant;
  • manque d'ovulation dans certains cycles.

En général, la restauration complète de la fonction de reproduction chez les femmes atteintes de maladies thyroïdiennes compensées peut prendre de 2 à 6 mois..

Remarque! Si les problèmes de menstruation persistent dans le contexte du traitement en cours de la maladie endocrinienne, assurez-vous de consulter à nouveau un médecin. Vous pourriez avoir besoin d'une augmentation de la dose de médicaments pris ou d'un changement complet de traitement.

Le cycle menstruel affecte-t-il les résultats de l'examen thyroïdien?

Si des perturbations du travail de l'organe endocrinien causent invariablement des problèmes dans la sphère reproductrice, il est logique de supposer que les fluctuations physiologiques mensuelles des hormones sexuelles peuvent affecter les résultats de l'examen thyroïdien..

Est-ce vrai? Quel jour du cycle est-il préférable d'aller au laboratoire et est-il possible de prendre de la TSH pendant la menstruation: découvrons-le.

En effet, il existe un certain effet du taux d'hormones sexuelles sur le fonctionnement de la glande thyroïde. Cependant, cela reste insignifiant et s'inscrit dans la norme physiologique, de sorte qu'une femme peut absolument passer des tests de T3, T4 et TSH avant les menstruations, pendant les règles et après celles-ci.

Pour un résultat plus fiable, l'instruction médicale prescrit le respect des recommandations suivantes:

  • faire un test le matin à jeun;
  • exclusion de l'alcool, des aliments gras frits 1 à 2 jours avant l'étude;
  • arrêter de fumer 30 à 40 minutes avant le prélèvement sanguin;
  • même le fond psycho-émotionnel du patient.

Ainsi, les résultats de l'analyse pour T3, T4 + TSH et la menstruation ne sont en aucun cas liés. La déviation des hormones thyroïdiennes par rapport à la norme est le signe d'une maladie et non la conséquence d'un jour d'examen mal choisi.

Remarque! Prix ​​moyen des diagnostics de laboratoire complexes des maladies thyroïdiennes - 1200 r.

La glande thyroïde et la menstruation sont étroitement liées dans le corps d'une femme. Les modifications de la quantité d'hormones téréoïdes entraînent tôt ou tard des irrégularités menstruelles et des problèmes du système reproducteur affectent l'état de la glande thyroïde.

Il est important d'adresser vos plaintes à un gynécologue-endocrinologue le plus tôt possible: vous ne pouvez pas faire face au problème de vos propres mains. Ce n'est qu'après un examen complet de tous les systèmes corporels que le médecin pourra diagnostiquer et prescrire un traitement approprié..

Traitement de l'hypothyroïdie chez la femme

Une femme peut avoir des irrégularités menstruelles, une fatigue accrue et d'autres symptômes vagues que de nombreux médecins n'associent pas à l'hypothyroïdie.

L'hypothyroïdie est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Le traitement de cette maladie dans la moitié la plus faible présente un certain nombre de caractéristiques..

Avec l'hypothyroïdie chez la femme, des irrégularités menstruelles sont possibles

Votre glande thyroïde a la forme d'un papillon. C'est la glande principale qui fournit le métabolisme et l'énergie. La glande thyroïde affecte également les gènes qui permettent aux cellules du corps de faire leur travail. Dans le corps d'une femme, la glande thyroïde affecte le fonctionnement du système reproducteur. Par conséquent, avec une maladie telle que l'hypothyroïdie, des irrégularités menstruelles sont possibles et pendant la grossesse, une femme peut faire une fausse couche. Par conséquent, traitez votre glande thyroïde comme le mécanisme fondamental d'une machine complexe. Après tout, chaque cellule de votre corps contient des récepteurs pour les hormones thyroïdiennes.

Une épidémie cachée d'hypothyroïdie... existe

De nombreux médecins pensent qu'il existe une épidémie cachée d'hypothyroïdie dans le monde. Une femme peut avoir des irrégularités menstruelles, de la fatigue et d'autres symptômes vagues que de nombreux médecins n'associent pas à l'hypothyroïdie..

Pour aggraver les choses, dans la plupart des cas, l'hypothyroïdie n'est pas enracinée dans un problème avec la thyroïde elle-même. L'hypothyroïdie peut être causée par un dysfonctionnement du système immunitaire, et la plupart des médecins ne testent pas les anticorps qui montrent la présence d'une maladie auto-immune.

Certains médecins estiment que 90% des personnes atteintes d'hypothyroïdie sont atteintes de Hashimoto, une hypothyroïdie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque le tissu thyroïdien. Par conséquent, afin de guérir une maladie thyroïdienne ou toute maladie auto-immune, il est nécessaire de trouver la source du déséquilibre. Pour ce faire, une femme ne doit pas se concentrer sur la suppression des symptômes avec des médicaments, mais commencer à traiter la cause de l'hypothyroïdie..

Le régime alimentaire est le pilier du traitement de l'hypothyroïdie

Faire des changements alimentaires est la première ligne de défense d'une femme dans le traitement de l'hypothyroïdie. Souvent, les femmes atteintes d'hypothyroïdie se sentent très fatiguées et se plaignent d'un «brouillard cérébral». Un cercle vicieux s'ensuit: la femme tente de compenser le manque d'énergie avec des sources d'énergie inefficaces comme le sucre et la caféine. Ces deux substances peuvent brûler votre glande thyroïde (et déstabiliser votre glycémie).

Conseils aux femmes pour traiter l'hypothyroïdie

  1. Évitez les bonbons et la caféine. De plus, limitez au minimum la consommation de glucides raffinés et de produits à base de farine. Donnez la priorité aux glucides non céréaliers et mangez un nombre illimité de légumes sans amidon. À propos, ce petit secret aidera également toute femme à se débarrasser des kilos en trop..
  2. Protéines importantes. Les protéines transportent les hormones thyroïdiennes vers tous les tissus. Une alimentation adéquate en protéines peut aider à normaliser la fonction thyroïdienne. Les aliments riches en protéines tels que les noix et les beurres de noix; quinoa; viande, œufs, poisson biologiques; les légumineuses.
  3. Les graisses et le cholestérol sont les précurseurs des hormones. Si vous ne consommez pas suffisamment de graisses et de cholestérol, cela peut aggraver le déséquilibre des hormones thyroïdiennes et nuire à la santé de la femme (la production d'œstrogènes est perturbée). Les graisses naturelles et saines sont l'huile d'olive; beurre fondu; Avocat; graines de lin; un poisson; noix et beurres de noix; fromage cottage, yogourt et lait de coco.
  4. Les carences en nutriments peuvent provoquer une hypothyroïdie et aggraver les symptômes. Ces nutriments essentiels comprennent: la vitamine D, le fer, les acides gras oméga-3, le sélénium, le zinc, le cuivre, la vitamine A, les vitamines B et l'iode.
  5. Éliminez les aliments contenant du gluten (gluten). La composition moléculaire du tissu thyroïdien a une structure similaire à celle du gluten. L'intolérance au gluten peut être la cause d'une identification tissulaire erronée dans la thyroïdite de Hashimoto. Manger du gluten peut augmenter l'attaque auto-immune sur la thyroïde.
  6. Faites attention aux goitrogènes, qui peuvent interférer avec la fonction thyroïdienne. Les goitrogènes comprennent: le brocoli, les choux de Bruxelles, le chou, le chou-fleur, le chou-rave, les rutabagas, les navets, le millet, les épinards, les fraises, les pêches, le cresson, les arachides, les radis et le soja. La cuisson de ces aliments inactive les composés goitrogéniques. Néanmoins, il est préférable de consommer ces aliments avec modération..
  7. Le glutathion est un antioxydant puissant qui renforce le système immunitaire et constitue le principal traitement de la thyroïdite de Hashimoto chez la femme. Le glutathion peut renforcer la capacité de votre corps à moduler et réguler le système immunitaire, à atténuer les épidémies auto-immunes et à protéger et guérir les tissus thyroïdiens. Peu d'aliments contiennent du glutathion, mais il existe des aliments qui aident le corps à produire du glutathion: asperges, brocoli, pêches, avocats, épinards, ail, courgettes, pamplemousse et œufs crus.
  8. Une microflore intestinale saine n'est pas seulement importante pour la santé d'une femme. Environ 20% de la fonction thyroïdienne dépend de bactéries intestinales saines. Par conséquent, il est important de prendre des probiotiques (bonnes bactéries intestinales).
  9. Faites attention à votre état de santé général. L'inflammation systémique et les maladies auto-immunes vont souvent de pair.
  10. Il existe une relation étroite entre votre glande thyroïde et la santé surrénalienne. Il est très rare que l'hypothyroïdie ait une fonction surrénalienne normale. Pour restaurer la santé thyroïdienne, la santé surrénalienne doit être restaurée (et vice versa).
  11. Apprenez à gérer votre stress, familiarisez-vous avec les pratiques de relaxation. La glande thyroïde est très sensible au stress.
  12. La glande thyroïde est très sensible aux radiations radioactives. Par conséquent, lorsque vous passez une radiographie chez le dentiste, assurez-vous de demander un collier pour couvrir la glande thyroïde..

Accentuation majeure et idées fausses sur l'hypothyroïdie

On pense généralement que l'hypothyroïdie est le résultat d'un apport insuffisant en iode. Mais ce n’est pas le cas. Certains médecins soulignent que prendre de l'iode supplémentaire avec la thyroïdite de Hashimoto équivaut à jeter de l'essence sur un feu. Pour cette maladie, évitez l'utilisation supplémentaire d'iode et de sel iodé. Les principales sources d'iode sont les légumes de mer et les fruits de mer. Sources secondaires: œufs, asperges, haricots, champignons, épinards, graines de sésame, citrouille, betteraves et ail.

Les niveaux optimaux de vitamine D sont de 50 à 80 ng / ml. Tout ce qui est inférieur à 32 contribue à la perturbation de la synthèse hormonale dans le corps d'une femme.

Les acides gras oméga 3, présents dans les huiles de poisson, les graines de lin et les noix, sont les éléments constitutifs des hormones qui contrôlent la fonction immunitaire et la croissance cellulaire, qui sont essentielles à la fonction thyroïdienne. De plus, ces nutriments améliorent la capacité des cellules du corps à répondre aux hormones thyroïdiennes..

Si une femme présente des irrégularités menstruelles ou une mastopathie, il est impératif de vérifier l'état de la glande thyroïde. Eh bien, avec l'hypothyroïdie, vous savez déjà quoi faire..

La glande thyroïde et la menstruation: comment elles sont liées et ce qu'il est important de savoir

La plupart des femmes pensent que les hormones produites par les ovaires (organes génitaux féminins) régissent le cycle menstruel. Certains ont entendu parler de l'hypophyse, une petite glande du cerveau qui contrôle tous les organes endocriniens. Et tout le monde ne sait pas qu'une autre glande endocrine, la thyroïde, a un effet significatif sur le cycle menstruel et sur l'ovulation. Bien qu'elle soit de petite taille et cachée sous la peau du cou, la glande thyroïde contrôle de nombreux processus dans le corps, tels que le métabolisme des protéines et de l'énergie. Il maintient également une vue nette et aide à réguler le poids. De plus, la glande thyroïde affecte également le travail des ovaires, en les stimulant ou en les inhibant, selon la situation spécifique. Par conséquent, si la glande thyroïde ne fonctionne pas correctement, le cycle menstruel peut être sérieusement perturbé, jusqu'à l'arrêt complet des menstruations et le développement de l'infertilité..

Pourquoi avez-vous besoin d'une glande thyroïde?

Problèmes de thyroïde

Il existe deux variantes possibles de troubles de la sécrétion des hormones thyroïdiennes produites par la glande. N'importe quelle femme peut leur faire face. Ou l'organe n'est pas assez actif et produit trop peu d'une ou des deux hormones: les médecins appellent cette condition l'hypothyroïdie. La deuxième option est que la glande thyroïde produit trop d'hormones, ce qu'on appelle l'hyperthyroïdie. Ces deux conditions ont un effet extrêmement néfaste sur tout le corps en général et le cycle menstruel en particulier. Les changements dans l'équilibre des hormones peuvent entraîner des retards, un début plus précoce des règles, des saignements abondants ou insuffisants, des douleurs, des symptômes du SPM, de l'infertilité.

Hypothyroïdie: effets sur le cycle menstruel

Comme nous l'avons déjà dit, l'hypothyroïdie (ou hypothyroïdie) est une condition dans laquelle le corps produit des quantités insuffisantes de certaines hormones (généralement la thyroxine). C'est un problème assez courant dans notre pays, y compris chez les jeunes femmes (pourquoi ne perdent-elles pas de poids à cause des hormones - lisez ici). Il peut se former en raison d'une carence en iode dans les aliments et l'eau (dans notre pays, 75% du territoire n'a pas une quantité suffisante d'iode). De plus, une hypofonction est possible à un stade tardif de l'inflammation de la glande thyroïde (thyroïdite) ou après une ablation chirurgicale de la glande thyroïde (par exemple, dans le cas d'une tumeur ou d'un nœud dans l'épaisseur des tissus). L'hypothyroïdie peut affecter votre cycle menstruel, provoquant une gamme d'effets désagréables. Les symptômes des effets des hormones thyroïdiennes vont des saignements menstruels abondants et fréquents à l'absence de saignement. Considérez quels problèmes les femmes consultent le plus souvent un médecin avec ce diagnostic.

Puberté retardée. Considérant que les hormones de la glande affectent le métabolisme, les processus de croissance et la maturation du corps, en général, elles affectent d'une certaine manière l'apparition des règles chez les filles. La carence en hormones inhibe ou ralentit la puberté. En moyenne, les périodes semblent plus proches de 14-15 ans.

Saignements menstruels plus légers. L'hypothyroïdie peut provoquer de légers saignements pendant votre cycle menstruel. Par exemple, si une femme utilise habituellement 2 serviettes hygiéniques par jour, elle n'aura besoin que d'une culotte par jour. Souvent, le sang est libéré pendant seulement quelques jours, parfois la décharge ressemble à des taches ou des taches.

Des périodes plus courtes. L'hypothyroïdie peut raccourcir la durée de vos règles. Par exemple, si la phase hémorragique d'une femme dure généralement 5 à 6 jours (la durée de ces jours est différente pour différentes femmes), alors l'hypothyroïdie peut raccourcir cette durée de 6 jours à 2-3..

Retards et périodes manquées. L'hypothyroïdie peut entraîner de longs retards (jusqu'à 2-3 semaines) ou même le saut complet de la prochaine période. Les saignements peuvent survenir de manière irrégulière, ils perdent leur cyclicité et tout système. Leur durée varie. Par exemple, un cycle dure 40 jours, le suivant 60 jours, etc. Cette condition est appelée oligoménorrhée et nécessite un traitement, car l'ovulation ne se produit pas dans le contexte de ce problème. Lire ici: les principales raisons du retard du mentorat.

Fin de la menstruation. L'hypothyroïdie peut entraîner l'arrêt complet des menstruations (aménorrhée) et l'infertilité en raison de la suppression complète de l'ovulation. Afin de restaurer le cycle et la capacité de concevoir, des hormones thyroïdiennes sont nécessaires: elles sont prescrites pour être prises quotidiennement en comprimés.

Hyperthyroïdie: effets sur le cycle menstruel

Il y a aussi la condition opposée - l'hyperthyroïdie, la production excessive d'hormones qui "accélèrent" le métabolisme et conduisent à un dysfonctionnement des ovaires. Vous pouvez ressentir des symptômes tels qu'une intolérance à la chaleur, des tremblements des mains et des palpitations cardiaques (tachycardie), des nausées, une perte de poids soudaine sans régime..

Cette condition résulte souvent d'un nodule dans la glande qui produit un excès d'hormones ou d'une tumeur bénigne fonctionnelle. L'hyperthyroïdie est également typique des premiers stades de l'inflammation chronique de la thyroïde. Considérez ses effets sur le cycle menstruel.

Début précoce de la puberté. L'âge moyen à la puberté est de 12 ans. Atteindre la puberté avant l'âge de 10 ans s'appelle la puberté prématurée. L'excès d'hormones thyroïdiennes n'est qu'une des causes de la puberté prématurée, surtout si d'autres symptômes sont présents.
Saignements menstruels abondants. Une thyroïde hyperactive est la cause de saignements menstruels abondants (ménorragie). Les saignements menstruels abondants, tels que définis par l'American College of Gynecologists and Obstetricians, présentent les symptômes suivants:

  • dure plus de sept jours;
  • nécessite de changer plusieurs tampons ou serviettes toutes les heures pendant des heures à la fois;
  • besoin de changer de serviettes ou de tampons pendant la nuit;
  • règles avec caillots sanguins de 1 à 2 cm ou plus.
Dans certains cas, de tels saignements entraînent une anémie, une diminution des taux d'hémoglobine due à une perte de fer. Cela complique encore la condition.

Périodes plus fréquentes. Cette condition est connue sous le nom de polyménorrhée. Par exemple, vous pouvez constater que vos règles surviennent 21 jours plus tard, par exemple, au lieu d'un cycle moyen de 28 jours. Comment manger pendant vos règles pour soulager les symptômes - lisez ici.

Absence ou règles peu fréquentes. L'hyperthyroïdie peut également entraîner des retards ou des règles peu fréquentes et irrégulières.

Infertilité et glande thyroïde

Les maladies de la glande thyroïde peuvent également affecter la fertilité (la capacité de concevoir). Cet effet peut être attribué à deux raisons:

Anovulation. Il s'agit de la suppression de la maturation des ovules dans les ovaires. Pour cette raison, les ovaires sont incapables de libérer un ovule mature dans la trompe de Fallope, où il est fécondé. En conséquence, la grossesse ne peut pas survenir..

Phase lutéale courte. C'est la durée entre l'ovulation (libération d'un ovule) et le début des saignements menstruels. La phase lutéale devrait durer environ 14 jours: cela donne à l'ovule fécondé suffisamment de temps pour une implantation et un développement embryonnaires réussis. Si votre phase lutéale est trop courte, un ovule fécondé peut finir par pénétrer dans l'utérus pendant le cycle menstruel, l'empêchant de s'implanter dans l'utérus, même s'il est fécondé. L'embryon sort avec du sang.

Si vous avez des irrégularités menstruelles, consultez votre médecin. Vous avez peut-être rencontré des anomalies thyroïdiennes.

Hypothyroïdie et infertilité chez les femmes

Les maladies de la glande thyroïde (glande thyroïde) constituent le groupe le plus courant de pathologies endocriniennes. La prévalence chez les femmes est 10 fois plus élevée que celle chez les hommes. L'apparition de la pathologie survient à un jeune âge. Si l'hypothyroïdie n'est pas diagnostiquée et traitée en temps opportun, des complications graves se développent..

Un dysfonctionnement thyroïdien latent, causé par une légère carence en iode, provoque des changements dans le cycle menstruel et réduit la probabilité de conception et de gestation. L'hypothyroïdie est l'un des types de dysfonctionnement thyroïdien. Il s'agit d'un état clinique causé par une carence persistante en hormones thyroïdiennes..

Physiologie normale de la glande thyroïde

La glande thyroïde est constituée d'un isthme reliant ses deux lobes. Situé devant la trachée, couvrant sa partie supérieure. Produit:

  • thyroxine (T3);
  • la triiodothyronine (T4);
  • calcitonine.

T3 et T4 sont des hormones dont le principal composant est l'iode. Besoin quotidien pour cela:

  • chez un adulte - 150 mcg;
  • chez une femme enceinte ou allaitante - 250 mcg.

La synthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine est contrôlée par les hormones hypophysaires:

  • hormone de stimulation de la thyroïde (TSH) - selon le principe de la rétroaction, les hormones thyroïdiennes, à leur tour, suppriment la production de TSH, maintenant ainsi l'équilibre dans le système hypophyso-thyroïdien;
  • folliculo-stimulant (FLS);
  • lutéinisation (LH);
  • prolactine.

À son tour, l'hypothalamus contrôle le travail de ces hormones..

Les hormones sont normales

La glande thyroïde synthétise environ 100 μg de T4 par jour et une petite quantité de T3. Ce dernier est formé principalement de T4 avec la participation de certaines enzymes. Ce processus se déroule en dehors de la glande thyroïde..

La majeure partie de la T4 (99,9%) est associée aux protéines de transport. Seulement 0,03% de la thyroxine circule sous forme libre. La T4 liée ne peut pas être rapidement éliminée du plasma sanguin en raison de grosses molécules de protéines. Seul le T4 libre pénètre dans les cellules - en raison de sa taille, il pénètre dans les parois capillaires.

T3 est également lié à 99% aux protéines, sa forme libre est de 0,3%.

Effets des hormones thyroïdiennes sur le corps

Les hormones thyroïdiennes régulent la fonction de tous les organes et systèmes humains. Avec l'hypothyroïdie qui survient à l'adolescence, des irrégularités menstruelles se développent sous la forme de:

  • syndrome hypomenstruel (règles rares) - dans 67% des cas;
  • hyperpolyménorrhée (menstruations abondantes) - dans 33%.

En plus de la fonction menstruelle, les hormones thyroïdiennes assurent un développement normal de l'organisme tout au long de la puberté:

  • ovulation;
  • glandes mammaires.

Classification de l'hypothyroïdie

  • primaire;
  • secondaire;
  • tertiaire.

L'hypothyroïdie primaire associée à des lésions du tissu thyroïdien lui-même est répandue. Elle est causée par une thyroïdite auto-immune (AIT).

L'hypothyroïdie secondaire se développe en l'absence de contrôle hormonal hypophysaire.

L'hypothyroïdie tertiaire survient lorsque l'hypothalamus fonctionne mal, à la suite de quoi l'interaction de l'hypophyse et de la glande thyroïde s'arrête.

Hypothyroïdie primaire

L'hypothyroïdie primaire dans la thyroïdite auto-immune est souvent diagnostiquée chez les jeunes femmes. Le système immunitaire du corps perçoit les cellules thyroïdiennes comme étrangères et produit des anticorps qui les détruisent. Les niveaux d'hormones, respectivement, diminuent en raison de la mort cellulaire.

Récemment, selon certaines sources, il existe une opinion selon laquelle les anticorps antithyroïdiens peuvent être un facteur indépendant d'infertilité. Cela est dû au fait qu'ils peuvent affecter directement les cellules du système reproducteur et, tout d'abord, les ovaires. À cet égard, l'infertilité auto-immune est distinguée séparément, ce qui est noté en présence d'un taux élevé d'anticorps antithyroïdiens dans le sang..

Classification de l'hypothyroïdie primaire

L'hypothyroïdie primaire, la plus courante et la plus étudiée, est subdivisée en:

  • Subclinique - une augmentation isolée de la TSH avec la T4 libre normale. Il n'y a aucun symptôme. Ce n'est pas un phénomène clinique mais un phénomène de laboratoire..
  • Manifeste - une combinaison d'une augmentation de la TSH et d'une diminution de la T4 libre. Des symptômes peuvent apparaître. Il peut être compensé et décompensé, ce qui détermine la gravité du tableau clinique.
  • Compliqué (polysérosite, insuffisance cardiaque, crétinisme, myxœdème).

Actuellement, seuls ces concepts sont fugués comme diagnostics: hypothyroïdie subclinique et manifeste. Ils indiquent un manque d'hormones et ont des normes de laboratoire claires et généralement acceptées..

Symptômes pour vérifier le diagnostic

Les symptômes de la maladie n'ont pas d'importance pour vérifier le diagnostic d'hypothyroïdie. Cela est dû au fait que les manifestations de l'hypothyroïdie sont diverses et en même temps ne sont jamais détectées. Les symptômes de l'hypothyroïdie comprennent:

  • gonflement des jambes, des pieds;
  • obésité;
  • peau sèche sévère;
  • somnolence pendant la journée;
  • léthargie;
  • fraîcheur;
  • diminution de la température corporelle;
  • diminution de la mémoire et de l'attention;
  • anémie;
  • chute de cheveux;
  • la dépression.

Ce n'est qu'une partie des manifestations de l'hypothyroïdie. Ils ne sont pas spécifiques, car ils peuvent accompagner de nombreuses conditions pathologiques. En présence d'une hypothyroïdie, confirmée par des tests de laboratoire, une femme peut développer certains de ces symptômes. Mais dans la plupart des cas, en particulier à un jeune âge, il n'y a pas de manifestations de la maladie..

Hypothyroïdie et infertilité

Comme indiqué ci-dessus, la glande thyroïde affecte de nombreux organes et systèmes et leur fonctionnement normal. Considérez les principaux mécanismes de l'infertilité chez les femmes atteintes d'hypothyroïdie.

Globuline qui lie les hormones sexuelles

L'une des nombreuses fonctions des hormones glandulaires est de stimuler la formation de globuline liant les hormones sexuelles (SHBG). Ce processus a lieu dans le foie. La protéine synthétisée avec la participation d'hormones thyroïdiennes se lie à l'estradiol, à la testostérone et à leurs dérivés.

Dans l'hypothyroïdie, le niveau de cette protéine diminue. Simultanément:

  • diminue le niveau de testostérone et d'estradiol totaux;
  • la quantité de testostérone biologiquement active augmente.

Augmentation des niveaux d'hormones sexuelles mâles chez les femmes:

  • inhibe la menstruation et l'ovulation;
  • conduit au développement de la masculinisation (l'apparition de caractères sexuels masculins secondaires - une quantité excessive de poils sur le corps, un grossissement de la voix, des changements dans la figure de type masculin).

De plus, avec une diminution de la SHBG, l'inactivation des œstrogènes est perturbée par la formation de leurs formes moins actives. En conséquence, cela se produit:

  • Augmentation des niveaux d'oestrogène.
  • «Décomposition» du mécanisme de rétroaction dans la régulation de la sécrétion des gonadotrophines - hormones folliculo-stimulantes (FSH) et lutéinisantes (LH) Ce sont des hormones clés dans l'ovulation et la menstruation..

Pour ces raisons, avec une hypothyroïdie prolongée non compensée, il se développe:

  • anovulation chronique;
  • saignement utérin.

Prolactine

Un dysfonctionnement prolongé de la glande augmente les niveaux de prolactine - cela conduit également à l'infertilité. Une synthèse accrue de l'hormone laitière associée à l'hypothyroïdie provoque:

  • diminution de la production d'oestrogène et de progestérone;
  • inhibition des processus d'ovulation (elle est absente pendant plusieurs cycles menstruels et la conception ne se produit pas);
  • violation du développement de l'endomètre et modifications de la composition de la sécrétion du col de l'utérus;
  • diminution du tonus des trompes de Fallope.

Pour ces raisons, même un ovule mature ne peut pas toujours féconder et se fixer à la muqueuse utérine..

Avec une teneur élevée en prolactine, la production de lait est également stimulée - un écoulement des glandes mammaires peut apparaître:

  • en appuyant sur l'aréole - en petites quantités;
  • dans certains cas - écoulement abondant et spontané de lait.

Toute apparition de lait en l'absence de grossesse est un signe de pathologie du système endocrinien qui nécessite un examen détaillé.

Les ovaires

Les hormones thyroïdiennes ont un effet stimulant direct sur les récepteurs T3 et TSH présents dans les ovaires. Ils affectent:

  • sécrétion de progestérone et d'estradiol dans le corps jaune;
  • la capacité de l'œuf à féconder;
  • survie des embryons.

Avec l'hypothyroïdie, cet effet diminue, ce qui est l'une des causes de l'infertilité. Ainsi, avec une hypothyroïdie manifeste prolongée, l'infertilité est due à une ovulation altérée..

Avec l'hypothyroïdie subclinique, l'ovulation et la fécondation se produisent, mais il existe un risque élevé de fausse couche (fausse couche). Surtout avec la thyroïdite auto-immune, lorsque le corps a des anticorps contre la thyroglobuline.

Comment l'hypothyroïdie et l'infertilité chez les femmes sont traitées?

Si la cause de l'hypothyroïdie est éliminée, l'état normal de la glande thyroïde sera rétabli et la capacité de développer une grossesse normale apparaîtra. Pour l'hypothyroïdie, une thérapie de remplacement est utilisée. La posologie des médicaments hormonaux est choisie individuellement, en fonction de:

  • la gravité du dysfonctionnement de la glande;
  • la durée de la maladie;
  • le poids et l'âge de la femme;
  • pathologie cardiaque existante (les médicaments provoquent une tachycardie - palpitations cardiaques).

Le but d'un tel traitement est d'atteindre puis de maintenir les niveaux standard de thyroxine. La durée du traitement dépend de l'âge de la pathologie. La fonction de reproduction chez les femmes et les hommes est entièrement restaurée avec le temps. Mais dans de nombreux cas, vous devez suivre une thérapie de substitution tout au long de votre vie..

Dans le même temps, l'ovulation est stimulée avec des médicaments spéciaux. Ce traitement peut prendre du temps et nécessite une approche prudente de toutes les procédures. Schématiquement, c'est comme suit: ils stimulent la croissance des follicules jusqu'à une certaine marque, puis l'hormone hCG (gonadotrophine chorionique humaine) est injectée pour que l'ovule puisse quitter l'ovaire. HCG est souvent appelée l'hormone de grossesse: elle régule les processus hormonaux dans le corps féminin pendant la période de gestation.

Toutes ces procédures ne sont effectuées que si la perméabilité des tubes n'est pas altérée - il existe un risque de développer une grossesse extra-utérine.

Prévention de l'infertilité associée à l'hypothyroïdie

En plus de ces manipulations médicales, une femme doit faire elle-même certains efforts:

  • établir une nutrition adéquate;
  • reconsidérer son mode de vie;
  • éliminer l'excès de poids et l'hypodynamie;
  • se débarrasser du stress chronique.

Si la grossesse est prévue, alors pour son déroulement normal et l'exclusion de la pathologie, un examen du système endocrinien est nécessaire. Si cela n'a pas été fait et qu'il n'a pas été possible de tomber enceinte pendant un an (ce qui est le moment normal pour une femme en bonne santé de devenir enceinte), il est recommandé de consulter d'urgence un médecin et d'en découvrir la raison..

Cela doit être fait même s'il y a des changements dans le corps sans raison particulière:

  • une forte augmentation de poids;
  • chute de cheveux;
  • violation de la régularité des menstruations;
  • faiblesse et fatigue;
  • somnolence, capacité de travail réduite.

La prévention de l'hypothyroïdie consiste à contrôler les niveaux d'iode. Les dommages à la santé sont causés non seulement par son manque dans le corps, mais aussi par son excès. Par conséquent, l'utilisation de divers additifs bioactifs avec de l'iode n'est pas recommandée lorsque son contenu normal dans le corps..

Il est important de se rappeler que l'hypothyroïdie et l'infertilité sont liées et que le processus de conception dépend non seulement du système reproducteur, mais également du système endocrinien..

Tout sur la glande thyroïde

site Web pour les professionnels de la santé


Club de discussion du serveur médical russe> Forums de consultation médicale> Endocrinologie> Maladies thyroïdiennes> Questions et réponses sur les maladies thyroïdiennes

Irrégularités menstruelles dans l'hypothyroïdie

Recherche de forum
Recherche Avancée
Trouver tous les messages remerciés
Rechercher dans les agendas
Recherche Avancée

28 ans. Sexe féminin. Hauteur: 180 cm Poids: 58 kg

Bonjour, aidez s'il vous plaît! Les mains tombent déjà.

Diagnostic - AIT, hypothyroïdie (déjà 14 ans).
Hérédité - sur la lignée féminine, presque tout le monde a la glande thyroïde retirée (mère, ses cousins, grand-mère), mais généralement elle a été supprimée en raison d'une hyperthyroïdie ou de nœuds, et je n'ai pas de nœuds ni d'hypo.

Chronologie de la maladie:

J'ai commencé à être atteint d'hypothyroïdie à l'âge de 14 ans, aujourd'hui j'ai 28 ans, c'est-à-dire Je suis malade depuis 14 ans. Ensuite, j'ai été mis sur AIT et hypothyroïdie subclinique. Pendant un certain temps, j'ai été traité avec de la L-thyroxine à une dose de 50 mcg, mais plus tard, j'en ai été retiré, tout semblait normal.

À l'âge de 22 ans, j'avais une irrégularité menstruelle sévère sans révéler aucun problème, uniquement hormonal. Polyménorrhée, les règles étaient 2 fois par mois, parfois enduites pendant des mois. J'ai couru chez des gynécologues pendant longtemps jusqu'à ce qu'ils m'envoient chez un endocrinologue.

Visité un endocrinologue avec des plaintes:
- périodes fréquentes et torchage constant,
- somnolence (je pouvais dormir pendant des jours et je m'endormais toujours tout le temps)
- pâleur de la peau - juste une peau marbrée, blanche comme un mur
- constipation fréquente
- peau sèche
- dépression constante, larmoiement, VSD, boule dans la gorge, crises horribles similaires aux crises de panique, mais principalement de nature végétative. Ceux. vomissements, diarrhée, crampes et pression.
-Bradyarythmie (généralement le pouls n'atteignait pas 60 battements), sauf pour les crises.
- Troubles du sommeil malgré la somnolence le soir - insomnie.
- Gonflement du visage
- Manque d'appétit, nausées (à cause de cela, perte de poids), avec une hauteur de 180 cm, je pesais 54 kg.
- Maux de dos (la neuropathologiste n'a rien trouvé sur l'IRM du bas du dos, elle a dit consulter un endocrinologue, car le gonflement des tissus a probablement provoqué le pincement du nerf).

J'ai réussi les tests - la TSH était supérieure à 50 (je ne me souviens pas exactement) anticorps - il y en avait des millions, le médecin a dit qu'elle n'avait pas vu un tel chiffre. L'échographie est un goitre toxique du deuxième degré. Diagnostic - hypothyroïdie avancée dans le contexte de la thyroïdite auto-immune chronique. Traitement - L-thyroxine avec 50 mcg avec une augmentation à 150 mcg. 150 Je n'ai pas tiré, des maux de tête sauvages ont commencé et j'ai commencé à perdre du poids. La dose a été réduite à 100 mcg, puis elle a commencé à prendre des antidépresseurs, car elle ne pouvait pas faire face à la terrible dépression somatisée (maux de tête et nausées) - le cycle est revenu à la normale, la dépression est passée, les douleurs ont disparu, les tests sont revenus à la normale. Peu à peu, ma dose a été réduite à 50 mcg. Depuis lors, constamment sous L-thyroxine.

En 2012, je suis allé étudier en Italie, bientôt les problèmes de cycle menstruel ont recommencé..

En 2013, fatigué des éternels constants, je suis allé me ​​faire examiner. La TSH a légèrement augmenté, des problèmes y ont été associés et la dose a été augmentée à 100 mcg. La menstruation est revenue à la normale. Dose réduite à 50 mcg à nouveau.

2014 - Au printemps, j'ai réussi le test, écart TSH - 4,352, anticorps contre la peroxydase thyroïdienne - 540, ils ont dit d'augmenter la dose à 75 μg, mais cela n'a pas aidé. Depuis l'été 2014, j'ai des problèmes de menstruation, très fréquents, ainsi que dans les intervalles de barbouillages (mes organes sont sains, je n'ai pas du tout mal et je ne tombe pas malade).

Depuis l'automne 2014, les choses se sont aggravées. J'ai commencé à boire 100 mgc, décidant que 75 n'était pas suffisant. N'aide pas. La dose est maintenant de 100 mcg, mais il y a des plaintes.

Réclamations réelles:
- Trouble complet du cycle menstruel et saignement persistant
- Rythme cardiaque légèrement lent, 60 à 62 battements
- Dépression, larmoiement, pleurant comme un imbécile tout le temps
- Somnolence
- Les croûtes apparaissent comme une éruption cutanée sèche sur les coudes
- Maux de tête persistants
- Douleur au bas du dos et douleur musculaire, comme un mal de gorge
- Nausées, perte d'appétit
- Crises de panique, crises végétatives. Souvent!
Veuillez me dire quelle est la valeur cible de la TSH dans le traitement de remplacement. J'ai peur d'augmenter la L-thyroxine, car mon poids corporel est très faible - 58 kg sur 180 cm de hauteur, seulement des os, je ne peux pas prendre de poids, je n'ai pas d'appétit et je me sens tout le temps malade et je veux dormir. Meilleures salutations et gratitude, Maria.

Quelle est la relation entre l'hypothyroïdie et la menstruation?

Les causes des irrégularités menstruelles, en plus de la gynécologie, peuvent être des perturbations du système endocrinien. Il a été prouvé que l'hypothyroïdie et la menstruation sont inextricablement liées. Cette connexion a été découverte à la fin du XIXe siècle. Si la glande thyroïde est dysfonctionnelle, le corps de la femme n'a pas les hormones qu'il produit. Cette condition est appelée hypothyroïdie. Le terme hypothyroïdie est apparu pour la première fois en 1873.

Les causes des irrégularités menstruelles, en plus de la gynécologie, peuvent être des perturbations du système endocrinien.

Les femmes sont beaucoup plus sensibles à l'hypothyroïdie que les hommes. Pour vingt cas, il y a dix-neuf femmes et un seul représentant du sexe fort. Malgré le fait que la maladie soit bien étudiée, il est difficile de la diagnostiquer en raison de son développement lisse, lent et progressif.

Types d'hypothyroïdie

Les médecins distinguent deux types de maladies: l'hypothyroïdie primaire et secondaire. Dans le premier cas, la raison de la baisse de la synthèse hormonale est due à des lésions de la glande thyroïde, qui peuvent être acquises et congénitales. Les acquis comprennent:

  • subi des blessures;
  • chirurgie de la glande thyroïde;
  • radiothérapie;
  • maladies infectieuses;
  • maladies inflammatoires;
  • oncologie.

Les médecins distinguent deux types de maladies: l'hypothyroïdie primaire et secondaire.

Il peut y avoir un défaut héréditaire des enzymes impliquées dans la production d'hormones thyroïdiennes, entraînant une altération de l'absorption d'iode.

Le type primaire est le plus courant, représentant quatre-vingt-dix-neuf cas sur cent. Le trouble de type 2 est causé par une lésion de la glande pituitaire (une glande qui produit l'hormone thyréostimuline) ou de l'hypothalamus (la partie du diencéphale qui contrôle la thyroïde et l'hypophyse).

Avec une maladie congénitale, une absence insuffisante ou complète d'hormones est due au fait que la glande thyroïde est absente ou sous-développée. En savoir plus sur l'hypothyroïdie congénitale >>

Il faut faire attention au fait que déjà avec le premier type, les menstruations sont perturbées chez près de 80% des patientes.De plus, beaucoup se plaignent de règles irrégulières ou d'aménorrhée (leur absence totale). Il est à noter que la capacité de se reproduire devient désordonnée même avec un cycle régulier..

Les symptômes de la maladie

En raison du fait que les signes d'hypothyroïdie sont communs à de nombreuses maladies, le diagnostic de l'hypothyroïdie est très difficile. Habituellement, les médecins attribuent tout à la fatigue mentale ou physique, à une maladie somatique ou à une grossesse et ne donnent pas de référence pour un test sanguin pour déterminer la teneur en hormones stimulant la thyroïde. Habituellement, les patients se plaignent des symptômes suivants:

  • léthargie, somnolence, lenteur;
  • fatiguabilité rapide;
  • altération de la mémoire et des performances;
  • changements dans l'état de la peau (sécheresse);
  • gonflement du visage et des membres;
  • grossièreté de la voix;
  • déficience auditive;
  • terne et augmentation de la perte de cheveux;
  • ongles cassants;
  • teint jaunâtre;
  • sensation constante de froid;
  • augmentation de l'irritabilité nerveuse.

Avec l'hypothyroïdie, l'irritabilité et une humeur instable sont courantes.

Après 45 ans, une visite chez un endocrinologue est recommandée pour les femmes et les hommes.

Un signal alarmant est les symptômes énumérés ci-dessus et l'apparition soudaine d'un excès de poids, dont il est difficile de se débarrasser même avec l'aide de sports et de régimes..

Une autre cause de préoccupation peut être la présence d'une anémie ferriprive, identifiée après un don de sang pour analyse. Le soupçon est l'apparition d'une anémie chez des patientes qui mangent correctement, ne surmenent pas et sont en état de ménopause.

La maladie peut affecter le système cardiovasculaire. Le plus souvent observé: bradycardie, circulation sanguine insuffisante et tachycardie, pression artérielle basse.

La maladie thyroïdienne peut retarder votre cycle mensuel.

Des recherches menées par des médecins ont montré que la grande majorité des femmes dont la glande thyroïde n'est pas suffisamment active souffrent de modifications du cycle menstruel. Ils présentent quelques écarts par rapport à la norme:

  • une augmentation de la quantité de sang sortant et de la durée du cycle;
  • affaiblissement de la menstruation (syndrome hypomenstruel);
  • une diminution de la quantité totale de saignement pendant la menstruation (hypoménorrhée);
  • réduire la durée du cycle menstruel à un jour (oligoménarrhée);
  • augmentation de l'intervalle entre les cycles à sept à neuf semaines (opsoménorrhée);
  • la menstruation survient de deux à cinq fois par an (spanioménorrhée).

Il y a des cas fréquents où il existe une combinaison de plusieurs formes d'écarts par rapport aux normes du cycle. On remarque que dans la moitié des cas, l'affaiblissement des règles conduit à leur arrêt complet - aménorrhée, tandis que les saignements abondants sont beaucoup moins fréquents.

Les conséquences de troubles du fonctionnement de la glande thyroïde conduisent souvent au caractère anovulatoire du cycle. Cette déviation du système de reproduction est caractérisée par la présence de menstruations en l'absence d'ovulation, ce qui rend la fécondation impossible. On peut conclure que si la glande thyroïde est sensible à la maladie, cela peut entraîner une perturbation des niveaux hormonaux et une infertilité féminine..

Le manque d'hormones thyroïdiennes conduit parfois au cancer du sein. Les femmes qui ont atteint l'âge de quarante ans doivent subir une mammographie des glandes mammaires chaque année. Des photos sont prises en deux projections pour faciliter le diagnostic de la maladie. Après 50 ans, la mammographie doit être réalisée deux fois par an, même en l'absence de symptômes de la maladie.

Hypothyroïdie et puberté

Les médecins craignent que les problèmes de fonctionnement de la glande thyroïde affectent le mécanisme de régulation du système reproducteur au cours de sa formation et de sa maturation. Chez les filles pendant la puberté, cela peut être exprimé par des saignements utérins, ce qui indique une immaturité physiologique..

Chez 15% des filles pubertaires ayant des problèmes de thyroïde, un cycle régulier n'est pas établi trois ans après les premières règles.

Une synthèse insuffisante des hormones thyroïdiennes entraîne des troubles de la puberté chez les filles, qui à l'avenir peuvent entraîner une aménorrhée, un manque d'ovulation, une incapacité à porter un enfant et une infertilité. Cela est dû à l'inhibition des processus métaboliques dans le corps causée par l'hypothyroïdie.

Chez 15% des filles pubertaires ayant des problèmes de thyroïde, un cycle régulier n'est pas établi trois ans après les premières règles. Chez 40% des filles, des cycles menstruels douloureux ont été observés en raison d'une immaturité de développement, d'une localisation incorrecte de l'utérus, d'une inflammation des ovaires et d'une excitabilité élevée du système nerveux. Le manque d'hormones thyroïdiennes entraîne une diminution de la sensibilité des ovaires aux gonadotrophines chorioniques (hCG).

Pendant la puberté, il est nécessaire de procéder à un examen approfondi de l'organisme en développement. Cela est dû au fait qu'en l'absence de la plupart des symptômes, le diagnostic révélera plusieurs processus pathologiques se produisant simultanément: douleur dans le bas de l'abdomen pendant la menstruation, prolapsus des reins, anémie et troubles du système endocrinien.

Traitement et prévention

Le traitement consiste en une thérapie de remplacement. Pour cela, des hormones thyroïdiennes synthétiques sont utilisées. Malheureusement, cette thérapie dure toute la vie. Déjà au XXe siècle, en plus des préparations contenant de l'iode, des hormones artificielles de composition similaire à la thyroïde étaient utilisées pour traiter l'hypothyroïdie..

La nomination d'un régime est extrêmement nécessaire pour le corps en raison d'une altération du métabolisme.

Auparavant, en raison de l'impossibilité d'un dosage précis d'une solution alcoolique d'iode pour le traitement, un surdosage s'est produit, entraînant une intoxication à l'iode. Aujourd'hui, des médicaments dosés avec précision sont utilisés pour exclure une surdose. Des préparations contenant à la fois de l'iode et des hormones thyroïdiennes ont été créées.

Le médecin sélectionne la dose requise du médicament, en fonction de la gravité et de la durée de la maladie, de la présence d'autres maladies et de l'âge du patient. Les médicaments modernes ont moins d'effets secondaires. Ils sont faciles à prendre, une seule fois par jour suffit..

Pour suivre le traitement en dynamique, il est nécessaire de consulter un endocrinologue une fois par an.

N'oubliez pas la simple prévention des maladies. Pour ce faire, vous devez manger des aliments riches en iode. Ceux-ci incluent une variété de fruits de mer. Vous devez également inclure des aliments iodés dans l'alimentation: sel, pain, pâtisseries. Suivez un régime qui exclut diverses graisses. Il est nécessaire d'arrêter de prendre des somnifères, de l'alcool et de fumer.