Principal

Écrevisse

Causes et conséquences de la perturbation de l'hypophyse

Causes de dysfonctionnement de l'hypophyse (affaiblissement de la formation d'hormones): troubles circulatoires du cerveau (accidents vasculaires cérébraux); perte de sang massive; processus tumoraux ou métastases; traumatisme crânien; traitement chirurgical des pathologies cérébrales, radiothérapie; évolution sévère de maladies virales, infections; encéphalite, méningite; toxicose tardive de la grossesse; inflammation auto-immune; hypophyse congénitale.

La principale raison de l'augmentation de la production d'hormones est un adénome.

Une tumeur, des maladies vasculaires du cerveau, un traumatisme, une intervention chirurgicale, une hémorragie, des malformations congénitales peuvent entraîner une perturbation de l'hypophyse. Ils se manifestent sous la forme d'une production insuffisante ou excessive d'hormones. Chez les patients, la croissance, le travail des glandes génitales et thyroïdiennes, les reins, les glandes surrénales, la sécrétion de lait, le travail chez la femme changent. Les hommes souffrent d'impuissance, de perte de libido.

L'hypophyse comprend deux parties: la partie antérieure (adénohypophyse) et la partie postérieure (neurohypophyse). Les premières formes: prolactine, somatotrophine, thyrotropine, hormones adrénocorticotropes, gonadotropes. Dans la partie arrière, la vasopressine s'accumule; dans les cellules intermédiaires, un facteur de stimulation des mélanocytes est synthétisé, responsable de la couleur de la peau et de l'adaptation des yeux à l'obscurité. Ces propriétés des hormones tropiques de l'hypophyse sont les principales. Le manque ou l'excès de l'un d'entre eux provoque une chaîne de réactions pathologiques dans le corps. Souvent diagnostiqué d'infertilité, d'émaciation ou d'obésité.

Symptômes de dysfonctionnement de l'hypophyse chez les femmes, les hommes se distinguent par une variété de signes. Toutes les conditions pathologiques, en fonction du changement de fonction, sont divisées en: avec une diminution de la formation d'hormones:

  • hypopituitarisme (syndrome de Simmonds et Sheehan), nanisme hypophysaire, diabète insipide;
  • avec augmentation de la synthèse hormonale: acromégalie, gigantisme, maladie d'Itsenko-Cushing, hyperprolactinémie.

Les diagnostics de la maladie comprennent: des tests sanguins et urinaires pour les hormones, une radiographie des os du crâne, une IRM et un scanner, une TEP du cerveau, une angiographie pour détecter les troubles vasculaires, des tests avec des libérines hypothalamiques, car ils contrôlent l'hypophyse.

TEP-TDM du cerveau avec méthionine

Pour évaluer le travail des organes cibles, il est nécessaire de déterminer le sexe, les hormones thyroïdiennes, le cortisol dans le sang.

En cas d'insuffisance hormonale, un traitement substitutif par des analogues d'hormones hypophysaires est utilisé. Si une tumeur est détectée, un traitement médical, radiologique ou chirurgical peut être sélectionné. Ils sont souvent utilisés en combinaison. Une autre méthode consiste à congeler une partie de la glande avec un cathéter qui passe à travers l'os sphénoïde à la base du crâne..

En savoir plus dans notre article sur le dysfonctionnement de la glande pituitaire, les maladies probables, leurs signes et leur traitement.

Causes de perturbation de la glande pituitaire

L'affaiblissement de la formation d'hormones peut entraîner:

  • troubles circulatoires du cerveau - accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique;
  • perte de sang massive - les femmes ayant des avortements fréquents, des accouchements difficiles, les patients présentant des anomalies ulcéreuses de l'estomac, des intestins, qui ont subi un traumatisme ou une intervention chirurgicale étendue sont à risque;
  • processus tumoraux ou métastases;
  • traumatisme crânien;
  • traitement chirurgical des pathologies cérébrales, radiothérapie;
  • évolution sévère de maladies virales, paludisme, tuberculose ou infections syphilitiques;
  • encéphalite, méningite;
  • toxicose tardive de la grossesse;
  • inflammation auto-immune;
  • hypophyse congénitale.

La principale raison de l'augmentation de la production d'hormones est un adénome. Ses cellules sont capables de production hormonale, tandis que le reste de la glande pituitaire est comprimé par la tumeur, ce qui entraîne une diminution significative des autres hormones hypophysaires.

Et voici plus sur le diagnostic et le traitement de l'hypothyroïdie.

Quelles maladies surviennent avec des changements

L'hypophyse comprend deux parties: la partie antérieure (adénohypophyse) et la partie postérieure (neurohypophyse). Les premières formes:

  • prolactine (stimule la formation de lait pendant la lactation);
  • somatotropine (régule la croissance);
  • thyrotropine (assure la synthèse des hormones thyroïdiennes);
  • hormone adrénocorticotrope (active le cortex surrénalien);
  • gonadotrope - folliculo-stimulant et lutéinisant (responsable de la formation d'hormones sexuelles, de la maturation des ovules et du sperme).

La vasopressine s'accumule dans le dos, elle retient l'eau dans le corps et l'ocytocine, ce qui améliore les contractions utérines et la sécrétion de lait. Dans les cellules intermédiaires, un facteur de stimulation des mélanocytes est synthétisé, qui est responsable de la couleur de la peau et de l'adaptation des yeux à l'obscurité. Ces propriétés des hormones tropiques de l'hypophyse sont les principales. En plus d'eux, ils ont de nombreuses fonctions supplémentaires. Le manque ou l'excès de l'un d'entre eux provoque une chaîne de réactions pathologiques dans le corps.

Prolactine

Avec une diminution de l'éducation chez la femme, les glandes mammaires sont peu développées, le débit de lait diminue ou s'arrête après l'accouchement. Une augmentation pathologique de la formation de l'hormone provoque une galactorrhée - la sortie de lait en dehors de la grossesse et de l'accouchement, associée à une violation du cycle menstruel.

Somatotropine

Un déficit en hormone de croissance conduit au nanisme (nanisme hypophysaire), en retard par rapport à la norme d'âge ou au gigantisme, à l'acromégalie avec un excès d'hormone de croissance.

Thyrotropine

Avec une augmentation de la concentration, il stimule la formation et la libération de thyroxine et de triiodothyronine dans le sang par la glande thyroïde, entraînant une hyperthyroïdie, une thyrotoxicose. De faibles niveaux d'hormones stimulant la thyroïde provoquent une hypothyroïdie. Cette condition est plus fréquente, se produit avec des adénomes ou la destruction de cellules dans l'hypophyse antérieure.

Hormone adrénocorticotrope

Avec sa production accrue, la sécrétion de l'hormone du cortex surrénalien (cortisol), des hormones sexuelles (androgènes, œstrogènes et progestérone) augmente. Il existe un syndrome d'hypercortisolisme (maladie d'Itsenko-Cushing). De faibles quantités d'hormone adrénocorticotrope (ACTH) entraînent une insuffisance surrénalienne.

L'ACTH et le cortisol étant en rétroaction, en cas de lésion primaire des glandes surrénales (syndrome d'Itsenko-Cushing, cancer), l'ACTH est inférieure à la normale.

Gonadotrope

La perturbation de la formation de l'hormone folliculo-stimulante et lutéinisante chez les femmes entraîne des saignements utérins et des irrégularités menstruelles, et chez les hommes, elles provoquent l'impuissance et l'infertilité, l'élargissement du sein (gynécomastie)

Vasopressine

Avec sa carence, le diabète insipide se développe - l'urine est excrétée en abondance, un excès de vasopressine conduit à une rétention d'eau dans le corps, une augmentation de l'œdème.

Ocytocine

Une diminution de la synthèse hormonale ralentit le travail, inhibe les contractions, conduit à des saignements post-partum en raison d'une contraction insuffisante de l'utérus, perturbe l'activité de la glande mammaire lors de l'alimentation d'un bébé.

Symptômes de dysfonctionnement de l'hypophyse chez les femmes et les hommes

Les symptômes cliniques des maladies de l'hypophyse sont caractérisés par une variété de symptômes. Cela est dû à la proximité des cellules responsables de différents paramètres de l'activité vitale et au rôle important des hormones tropiques dans la régulation du système endocrinien..

Toutes les conditions pathologiques, en fonction du changement de fonction, sont divisées en:

  • avec une diminution de la formation d'hormones: hypopituitarisme (syndrome de Simmonds et Sheehan), nanisme hypophysaire, diabète insipide;
  • avec augmentation de la synthèse hormonale: acromégalie, gigantisme, maladie d'Itsenko-Cushing, hyperprolactinémie.

Regardez la vidéo sur le fond hormonal et la glande pituitaire:

Syndrome de Simmonds

La formation de toutes les hormones hypophysaires est perturbée, ce qui s'accompagne du développement d'un tel complexe de symptômes:

  • émaciation aiguë avec perte de graisse sous-cutanée, volume de tissu musculaire et diminution de la taille des organes internes;
  • transpiration réduite, peau grise-terreuse sèche et ridée, cyanose des doigts;
  • les dents sont détruites et les cheveux tombent;
  • chez les enfants, la croissance ralentit (nanisme), la formation de caractéristiques sexuelles, le développement mental;
  • chez les hommes - faible puissance et désir sexuel, les cheveux tombent sur le menton, dans la région pubienne, les aisselles, la taille de la prostate et des organes génitaux externes diminue;
  • chez la femme, la menstruation s'arrête, les glandes mammaires, l'atrophie de l'utérus, la pigmentation des mamelons disparaît;
  • en raison du faible niveau d'hormones thyroïdiennes, la léthargie, la faiblesse musculaire, la somnolence, la constipation apparaissent, le pouls ralentit et la pression baisse, la température corporelle diminue;
  • une diminution de l'ACTH s'accompagne d'une hypotension, d'une faible immunité, d'une baisse de la glycémie;
  • du système nerveux - faible activité motrice et mentale, apathie, réactions dépressives, vieillissement rapide, radiculite avec douleur intense, polynévrite, convulsions.

Syndrome de Sheehan

Se produit après un accouchement ou un avortement avec une perte de sang sévère. Chez les patientes, le débit de lait s'arrête, les menstruations diminuent ou disparaissent complètement. On note un gonflement du corps, une faiblesse, une faible activité, une somnolence. La peau perd de son élasticité, les cheveux tombent, les ongles deviennent cassants. Les patients signalent des étourdissements et des évanouissements fréquents..

Nanisme hypophysaire

La violation de la formation de l'hormone de croissance entraîne une inhibition de la croissance et de la formation des organes internes. Accompagné par:

  • retard dans le développement du système musculaire et squelettique, la hauteur maximale des patients atteint 120-130 cm à l'âge adulte;
  • sous-développement des organes génitaux, du cœur, des poumons, des reins, du foie;
  • pression artérielle basse, bradycardie;
  • le développement mental est proche de la normale, la sphère émotionnelle est proche de la jeunesse.

Diabète insipide

Les patients ont une forte soif, un flux urinaire abondant, ce qui interfère avec le sommeil. Le volume de perte de liquide peut atteindre 5 à 20 litres par jour. Si le patient essaie de boire moins, les piliers réduisent la miction, ce qui entraîne une déshydratation sévère.

Acromégalie

Apparaît chez l'adulte sous la forme d'un élargissement du nez, des oreilles, de la mâchoire inférieure, des lèvres, des bras et des jambes démesurément grands. En raison du niveau élevé d'hormone de croissance, les patients notent des douleurs dans les os et les articulations, des maux de tête, une vision altérée, un travail du cœur, des poumons et des organes génitaux. Les patients présentent souvent des tumeurs malignes et bénignes.

Gigantisme

Si l'hormone de croissance se forme en excès avant la fin de l'ossification du squelette, la croissance des enfants est en avance sur leurs pairs et atteint plus de 2 mètres à l'adolescence. En même temps, la tête semble petite et les membres sont disproportionnellement longs. Les patients ont des troubles mentaux, des processus métaboliques, une fonction sexuelle. Souvent stérile.

Dysfonctionnement de l'hypophyse (gigantisme)

Maladie d'Itsenko-Cushing

Les manifestations typiques sont:

  • visage de lune rouge;
  • vergetures sur la peau;
  • obésité;
  • augmentation de la croissance des poils sur le corps et le visage;
  • assombrissement de la peau dans la zone des coudes, du cou et des zones de frottement avec les vêtements;
  • hypertension artérielle;
  • ostéoporose avec fractures fréquentes.

Hyperprolactinémie

Avec une augmentation de la formation de prolactine chez la femme, le cycle menstruel est perturbé par le type de règles rares (oligoménorrhée) ou leur absence (aménorrhée). Suite à cela, les gouttes ressemblant à du lait des glandes mammaires des femmes nullipares commencent à se démarquer, la croissance des poils sur le corps et le menton augmente. La décharge des mamelons se produit également chez les hommes. Ils se caractérisent par une impuissance et une faible libido, une augmentation mammaire. L'excès de prolactine conduit à l'infertilité chez les deux sexes.

Regardez la vidéo sur l'hyperprolactinémie:

Diagnostic d'état

Pour l'examen des patients, ce qui suit est prescrit:

  • tests sanguins et urinaires pour les hormones;
  • Radiographie des os du crâne;
  • IRM et CT, TEP du cerveau;
  • angiographie pour détecter les troubles vasculaires;
  • tests avec des libérines hypothalamiques, car ils contrôlent le travail de l'hypophyse.
Tomographie par émission de positrons du cerveau

Pour évaluer le travail des organes cibles, il est nécessaire de déterminer le sexe, les hormones thyroïdiennes, le cortisol dans le sang.

Traitement des pathologies

En cas d'insuffisance hormonale, un traitement substitutif par des analogues d'hormones hypophysaires est utilisé. Si une tumeur est détectée, un traitement médical, radiologique ou chirurgical peut être sélectionné. Ils sont souvent utilisés en combinaison.

Une tumeur, des maladies vasculaires du cerveau, un traumatisme, une intervention chirurgicale, une hémorragie, des malformations congénitales peuvent entraîner une perturbation de l'hypophyse. Ils se manifestent par une production insuffisante ou excessive d'hormones.

Chez les patients, la croissance, le travail des glandes génitales et thyroïdiennes, les reins, les glandes surrénales, la sécrétion de lait, le travail chez la femme changent. Les hommes souffrent d'impuissance, de perte de libido.

Et voici plus sur le goitre toxique diffus.

Souvent diagnostiqué d'infertilité, d'émaciation ou d'obésité. Pour étudier la fonction de la glande pituitaire, il est nécessaire de réaliser des tests sanguins et urinaires pour les hormones, ainsi que des IRM, CT, TEP du cerveau pour exclure une tumeur. Le traitement des maladies est un médicament, en cas de néoplasmes, il est associé à la chirurgie et à la radiothérapie.

Les raisons exactes pour lesquelles un adénome hypophysaire peut apparaître n'ont pas été identifiées. Les symptômes d'une tumeur cérébrale diffèrent chez les femmes et les hommes, en fonction de l'hormone en tête. Le pronostic est favorable pour les petits.

Il est assez difficile d'identifier l'hypothyroïdie, seul un médecin expérimenté déterminera les symptômes et le traitement. Il est subclinique, périphérique, souvent caché jusqu'à un certain point. Par exemple, chez les femmes, il peut être trouvé après l'accouchement, chez les hommes - après une chirurgie, un traumatisme.

Les patients ne réalisent pas pleinement à quel point le goitre nodulaire de la glande thyroïde peut être dangereux. Mais il a de nombreuses manifestations - diffuses, colloïdales, toxiques, non toxiques. Dans les premiers stades, les symptômes peuvent être cachés. Le traitement est sélectionné par un médecin, parfois il s'agit d'une ablation complète de l'organe.

Très souvent, l'adénome toxique aux stades initiaux est complètement caché. Les symptômes apparaissent avec la prolifération du nœud avec une augmentation des yeux, des interruptions du rythme cardiaque, etc. Initialement, le traitement est effectué sans chirurgie, s'il n'y a pas d'effet, la sclérose à l'éthanol peut être utilisée.

Souvent, le goitre à toxicité diffuse est congénital, mais il est provoqué par certains facteurs à l'âge adulte. Les symptômes dépendent de l'étendue de la lésion. Une analyse importante est celle des hormones dans la maladie de Graves. Les diagnostics comprennent l'échographie, la tomodensitométrie, la biopsie et autres, après quoi un traitement est prescrit.

Pathologies de la glande pituitaire

La glande pituitaire est le «commandant en chef» de notre corps. Cette petite glande est responsable de la production d'hormones, qui à leur tour régulent les autres glandes et la production de dizaines d'autres hormones. Si la glande pituitaire commence à produire des substances en quantités excessives ou insuffisantes, cela conduit au développement de diverses maladies..

La clinique SANMEDEXPERT diagnostique et traite avec succès les dysfonctionnements hypophysaires, ce qui aide à traiter efficacement les patients et à prévenir des dizaines de maladies.

Liste des maladies possibles

Si l'hypophyse ne fonctionne pas à pleine capacité, cela conduit au développement de:

  • hypothyroïdie;
  • nanisme;
  • hypopituitarisme;
  • diabète insipide.

Lorsque la glande fonctionne de manière améliorée, elle provoque des maladies telles que:

  • hyperprolactinémie;
  • acromégalie (gigantisme);
  • Maladie d'Itsenko-Cushing.

Raisons de dysfonctionnement

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne, la principale raison pour laquelle la glande commence à produire une grande quantité de l'hormone.

Une diminution de la sécrétion peut provoquer un plus grand nombre de facteurs:

  • irradiation;
  • hémorragie cérébrale;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • intervention chirurgicale;
  • pathologies congénitales de l'hypophyse;
  • tumeurs cérébrales qui compriment la glande;
  • toute forme d'accident cérébrovasculaire;
  • maladies inflammatoires (encéphalite, méningite).

Symptômes de troubles de la glande pituitaire

Les symptômes de dysfonctionnement doivent également être divisés en deux groupes..

Ainsi, vous pouvez suspecter un manque d'hormones produites par l'hypophyse si vous présentez les symptômes suivants:

  • L'hypothyroïdie se développe à la suite d'une diminution des performances de la glande thyroïde. Il se manifeste par une fatigue constante, une faiblesse des membres, des muscles et des maux de tête, des ongles cassants et une peau sèche, une humeur constamment déprimée.
  • Le nanisme est dangereux car les premiers signes de la maladie n'apparaissent qu'à 2-3 ans. La croissance et le développement physique du bébé ralentissent. Mais si vous commencez immédiatement le traitement, la maladie peut être surmontée et la croissance de l'enfant sera normalisée..
  • La perturbation de la glande pituitaire antérieure conduit au développement d'un hypopituitarisme. Ses symptômes dépendent de l'hormone qui manque dans le corps. En règle générale, la maladie est la cause de l'infertilité. Les femmes n'ont pas de règles, les hommes reçoivent un diagnostic d'impuissance, d'atrophie testiculaire, de diminution du nombre de spermatozoïdes.
  • Avec le diabète insipide, qui se développe en raison d'un manque de vasopressine, le patient éprouve une sensation constante de soif et une envie fréquente d'uriner. La maladie est également signalée par une augmentation du volume d'urine excrétée (jusqu'à 20 litres).

Les maladies causées par un excès d'hormones se manifestent comme suit:

  • L'hyperprolactinémie est une cause fréquente d'infertilité masculine et féminine. Le principal symptôme de la maladie, tant chez l'homme que chez la femme, est le lait sécrété par les glandes mammaires..
  • Un excès d'hormone de croissance conduit au développement du gigantisme. La caractéristique principale est une petite tête avec une grande croissance (2 mètres) et de longs membres. De nombreux patients avec un tel diagnostic ne vivent pas jusqu'à un âge avancé, car la maladie s'accompagne d'un grand nombre de complications..
  • La différence entre l'acromégalie est que l'hormone de croissance commence à être produite en excès après l'achèvement du développement du corps. Dans ce cas, les os, les pieds et la partie faciale du crâne augmentent..
  • La maladie d'Itsenko-Cushing est une maladie grave. L'obésité, la diminution de l'immunité, l'hypertension artérielle, le dysfonctionnement sexuel sont les principaux signes.

Parlons séparément des symptômes de l'adénome hypophysaire. Il est nécessaire de réussir l'examen dans les cas suivants:

  • Forte diminution de la vision.
  • Les maux de tête ne s'arrêtent pas même après avoir pris des médicaments spéciaux.
  • L'apparition de signes de l'une des maladies ci-dessus.

Diagnostic et traitement

Si vous soupçonnez un dysfonctionnement de l'hypophyse, vous devez contacter les endocrinologues expérimentés de notre clinique.

Le diagnostic est réalisé en plusieurs étapes:

  • Une conversation avec un patient, dont le sujet est des plaintes, des maladies chroniques, la présence d'une prédisposition génétique.
  • Des études cliniques telles que des tests sanguins pour mesurer les niveaux d'hormones.
  • L'échographie du cerveau et / ou la tomographie est une partie obligatoire de l'examen.

Le traitement du dysfonctionnement hypophysaire est un processus à long terme. Dans la plupart des cas, c'est pour la vie. La lutte contre les maladies est menée en prescrivant un traitement de remplacement, en comblant le manque d'hormones ou en prenant des médicaments pour supprimer l'activité accrue de la glande. La chirurgie et la radiothérapie sont prescrites lorsqu'une tumeur est présente.

Questions les plus fréquentes

Combien de temps dure le nanisme?

Réponse: Ce type de dysfonctionnement hypophysaire est traité jusqu'à ce que l'enfant atteigne la puberté. L'ensemble et la posologie des médicaments hormonaux sont ajustés en fonction de l'âge du patient. Si le traitement est commencé rapidement, les chances de succès sont élevées..

L'adénome hypophysaire ne peut être traité que chirurgicalement?

Réponse: Oui. C'est un moyen rapide et efficace de se débarrasser des maladies associées au dysfonctionnement de la glande pituitaire..

Ce qui détermine l'efficacité du traitement des maladies hypophysaires?

Réponse: Comme pour d'autres maladies, l'efficacité du traitement des dysfonctionnements des glandes dépend de la précision et de la rapidité du diagnostic. Notre clinique emploie des spécialistes expérimentés qui ont à leur disposition des équipements modernes permettant les diagnostics les plus précis. Votre tâche en tant que patient est de consulter un spécialiste en temps opportun.

Microadénome de la glande pituitaire: symptômes, traitement et pronostic de vie

Microadénome de la glande pituitaire: symptômes, traitement et pronostic de vie

Panneaux

Les symptômes du microadénome hypophysaire dépendent de la question de savoir s'il affecte l'équilibre hormonal dans le corps. Les signes seront différents chez les hommes et les femmes en raison des particularités de l'activité endocrinienne.

Si le phoque est hormonalement inactif, il est difficile à diagnostiquer. Il n'y a pas de changement de la part du système endocrinien, par conséquent, une petite tumeur ne provoque pas de signes caractéristiques. Les néoplasmes hormono-actifs provoquent de graves changements dus à un déséquilibre hormonal.

Les symptômes courants chez les femmes comprennent:

Prendre du poids.

  • prendre un excès de poids;
  • l'apparition du lait maternel même en l'absence de lactation;
  • incapacité de tomber enceinte en raison de la suppression de l'activité ovarienne;
  • perturbations du cycle menstruel.

Chez les hommes, l'augmentation de la libération de prolactine est nettement moins prononcée, bien que les signes soient similaires. Les hommes ne prennent généralement pas leur propre poids aussi au sérieux, ils peuvent donc ignorer son augmentation. Il y a aussi des problèmes de puissance.

Si l'adénome est situé sur des tissus responsables de la production d'hormone thyréostimuline, les symptômes seront différents. Les patients notent l'apparition d'un goitre nodulaire sur la glande thyroïde, une perte de poids brutale, des sautes d'humeur, une tachycardie et d'autres troubles cardiaques.

Troubles cardiaques.

Avec l'augmentation de la production d'hormone somatotrope, une croissance excessive de tous les tissus se produit. Chez les enfants, cela se manifeste par un gigantisme, des troubles des organes internes (tractus gastro-intestinal, poumons, organes génitaux internes, etc.) Si un adulte a un microadénome de ce type, une augmentation disproportionnée de la taille des différentes parties du corps est notée. La voix devient plus rugueuse, le diabète insipide apparaît, il y a un risque accru de développer un cancer.

Les symptômes courants comprennent le diabète..

Le type suivant de compactage (microadénome corticotrope) affecte les glandes surrénales, provoquant une augmentation de leur travail. Cela se manifeste par une augmentation du poids corporel. Cependant, la prise de poids est inégale. La graisse est déposée principalement dans le cou, l'abdomen et les cuisses. Les vergetures se produisent en raison de l'augmentation rapide de la masse, les poils du corps deviennent plus gros (cela est particulièrement visible chez les femmes). Les symptômes courants comprennent le diabète, les troubles mentaux.

Si la tumeur contribue à la production excessive d'hormones gonadotropes, elle provoque un dysfonctionnement sexuel. Cela conduit à l'infertilité, à l'impuissance et à un risque élevé de néoplasmes malins..

Traitement nécessaire à la guérison

Lorsqu'une tumeur hypophysaire est détectée, le traitement dépend du type de tumeur. Il est des types suivants:

  • médicinal;
  • faisceau;
  • traditionnellement chirurgical;
  • complexe.

Chez les enfants, l'adénome est rarement diagnostiqué, mais pour un âge tendre, il s'agit d'une maladie grave.

Par conséquent, il est important de subir un examen en temps opportun afin de prévenir les complications pouvant affecter les systèmes vitaux du corps. L'enfant doit être montré au médecin dès les premiers signes de maladie.

Pour un résultat favorable, vous devez respecter les règles suivantes:

  • consulter régulièrement un médecin, sous la stricte surveillance duquel suivre un cours thérapeutique;
  • ne vous soignez pas;
  • allouer rationnellement du temps à l'activité physique et au repos;
  • éviter les situations stressantes, les expériences;
  • fournir à l'enfant une alimentation rationnelle et équilibrée;
  • suivre la routine quotidienne;
  • éviter les efforts mentaux et physiques excessifs

Si une tumeur de l'hypophyse chez la femme est traitée avec une méthode médicamenteuse, le médecin prescrit le plus souvent des pilules telles que les agonistes de la dopamine, qui provoquent une réduction des adénomes de la prolactine et de la corticotropine. Dans le même cas, la cabergoline et d'autres médicaments sont utilisés pour réguler le niveau d'hormones dans le corps..

Lorsque l'opération n'est pas possible, ils ont recours à un traitement radiochirurgical. Il est souvent prescrit aux patients âgés. La dose de rayonnement dépendra de la taille et du type de tumeurs. Cependant, la radiothérapie a un certain nombre de contre-indications, par exemple, la tumeur ne doit pas être située trop près des nerfs optiques. De plus, cette méthode a des effets secondaires..

Par conséquent, des méthodes innovantes telles que le cyber couteau ou le couteau gamma sont souvent utilisées à la place. Cela signifie que la tumeur est irradiée de tous les côtés avec le rayonnement de stylos minces. Mais la chirurgie reste le traitement le plus efficace. Son acceptabilité dépend de l'emplacement de l'adénome et de sa taille.

La tumeur est retirée soit frontalement avec un appareil optique, soit par résection à travers l'os crânien sphénoïde. En chirurgie moderne, une intervention transsphénoïdale endonasale est utilisée, c'est-à-dire que la tumeur est retirée par le passage nasal. La méthode est sûre et ne nécessite pas d'incisions, ne provoque pas de complications telles qu'une infection. Pour réaliser leurs plans, les médecins utilisent des instruments chirurgicaux miniatures, une sonde endoscopique.

Si une tumeur hypophysaire est suspectée, le traitement peut être mélangé. Dans ce cas, après l'ablation chirurgicale des néoplasmes, une radiothérapie supplémentaire est effectuée et un médicament hormonal est prescrit. Le pronostic favorable dépendra du diagnostic opportun, de la taille de l'adénome et de son activité hormonale. Dans 25% des cas, les prolactinomes et les somatotropinomes peuvent être guéris.

Mais d'autres types de tumeurs sont guéris avec succès à 88%

Il est important de prévenir la propagation de processus pathologiques, car il n'est plus possible de restaurer les nerfs optiques à ce stade.

Quant au traitement des enfants, 89% des médecins prescrivent un traitement médicamenteux ou un traitement hormonal substitutif. Dans de rares cas, s'il existe des contre-indications à l'utilisation de certains médicaments, ils ont recours à une chirurgie mini-invasive.

La radiothérapie est également possible. Dans les cas les plus extrêmes, si la formation est déjà trop importante, une craniotomie est réalisée. La méthode de traitement à choisir dépend de l'âge de l'enfant et de ses caractéristiques individuelles, conséquences possibles.

Symptômes

Les signes qu'un adénome peut présenter diffèrent selon le type de tumeur..

Un microadénome hormonalement actif se manifeste par des troubles endocriniens, et un microadénome inactif peut exister pendant plusieurs années jusqu'à ce qu'il atteigne une taille significative ou soit détecté accidentellement lors d'un examen pour d'autres maladies. 12% des personnes ont des microadénomes asymptomatiques.

Le macroadénome se manifeste non seulement par des troubles endocriniens, mais également par des troubles neurologiques causés par la compression des nerfs et des tissus environnants.

Prolactinome

La tumeur hypophysaire la plus courante se produit dans 30 à 40% de tous les adénomes. En règle générale, la taille du prolactinome ne dépasse pas 2 à 3 mm. Il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Il se manifeste par des signes tels que:

  • irrégularités menstruelles chez la femme - cycles irréguliers, allongement du cycle de plus de 40 jours, cycles anovulatoires, absence de menstruation
  • galactorrhée - écoulement continu ou intermittent de lait maternel (colostrum) des glandes mammaires, non associé à la période post-partum
  • incapacité de tomber enceinte en raison du manque d'ovulation
  • chez les hommes, le prolactinome se manifeste par une diminution de la puissance, une augmentation des glandes mammaires, une dysfonction érectile, une violation de la formation de spermatozoïdes, conduisant à l'infertilité.

Somatotropinome

Il représente 20 à 25% du nombre total d'adénomes hypophysaires. Chez les enfants, il occupe le troisième rang en termes de fréquence d'apparition après le prolactinome et le corticotropinome. Elle se caractérise par une augmentation du taux d'hormone de croissance dans le sang. Signes de somatotropinome:

  • chez les enfants, il se manifeste par des symptômes de gigantisme. L'enfant prend rapidement du poids et de la taille, ce qui est dû à la croissance uniforme des os en longueur et en largeur, ainsi qu'à la croissance du cartilage et des tissus mous. En règle générale, le gigantisme commence dans la période prépubère, quelque temps avant le début de la puberté et peut progresser jusqu'à la fin de la formation du squelette (jusqu'à environ 25 ans). Le gigantisme est considéré comme une augmentation de la taille d'un adulte de plus de 2 à 2,05 m.
  • si le somatotropinome survient à l'âge adulte, il se manifeste par des symptômes d'acromégalie - augmentation des mains, des pieds, des oreilles, du nez, de la langue, modification et grossissement des traits du visage, apparition d'une pilosité accrue, de la barbe et de la moustache chez la femme, irrégularités menstruelles. Une augmentation des organes internes entraîne une violation de leurs fonctions.

Corticotropinome

Il survient dans 7 à 10% des cas d'adénome hypophysaire. Elle se caractérise par une production excessive d'hormones du cortex surrénalien (glucocorticoïdes), c'est ce qu'on appelle la maladie d'Itsenko-Cushing.

  • Obésité de type «cushingoïde» - il y a une redistribution de la couche adipeuse et un dépôt de graisse dans la ceinture scapulaire, sur le cou, dans les zones supraclaviculaires. Le visage prend une forme ronde "lunaire". Les membres deviennent plus minces en raison de processus atrophiques dans le tissu sous-cutané et les muscles.
  • troubles cutanés - rose - vergetures violettes (stries) sur la peau de l'abdomen, de la poitrine, des cuisses; augmentation de la pigmentation de la peau des coudes, des genoux, des aisselles; sécheresse accrue et desquamation de la peau du visage
  • hypertension artérielle
  • les femmes peuvent avoir des irrégularités menstruelles et de l'hirsutisme - augmentation de la croissance des poils de la peau, de la barbe et de la moustache
  • chez les hommes, une diminution de la puissance est souvent observée

Gonadotrophinome

Rarement trouvé parmi les adénomes hypophysaires. Il se manifeste par des irrégularités du cycle menstruel, plus souvent l'absence de menstruation, une diminution de la fertilité chez l'homme et la femme, dans le contexte d'organes génitaux externes et internes réduits ou absents.

Thyrotropinome

Il est également très rare, seulement dans 2 à 3% des adénomes hypophysaires. Ses manifestations dépendent du fait que cette tumeur soit primaire ou secondaire..

  • pour le thyréthropinome primitif, l'hyperthyroïdie est caractéristique - perte de poids, tremblements des membres et de tout le corps, gonflement, mauvais sommeil, augmentation de l'appétit, augmentation de la transpiration, hypertension, tachycardie.
  • pour le thyrotropinome secondaire, c'est-à-dire résultant d'une fonction réduite à long terme de la glande thyroïde, les phénomènes d'hypothyroïdie sont caractéristiques - œdème du visage, élocution lente, prise de poids, constipation, bradycardie, peau sèche et squameuse, voix rauque, dépression.

Manifestations neurologiques de l'adénome hypophysaire

  • déficience visuelle - vision double, strabisme, diminution de l'acuité visuelle d'un ou des deux yeux, limitation des champs visuels. Une taille importante de l'adénome peut entraîner une atrophie complète du nerf optique et la cécité
  • maux de tête qui ne sont pas accompagnés de nausées, ne changent pas avec un changement de position du corps, souvent non soulagés par la prise de médicaments contre la douleur
  • congestion nasale due à l'invasion du fond de la sella turcica

Pronostic de l'issue de la maladie

Le diagnostic opportun de la pathologie de l'hypophyse et son traitement donnent un pronostic positif pour le traitement. Dans 93% des cas, la chirurgie permet de faire face au développement de la maladie. Mais chez les patients, même après cela, les conséquences peuvent apparaître:

  • trouble du fonctionnement du système reproducteur;
  • perturbation de la glande thyroïde;
  • trouble des glandes surrénales;
  • problèmes de vue;
  • troubles persistants de la mémoire, de la parole, de l'attention.

Selon les résultats d'analyses et d'IRM, une correction de l'état du patient avec des préparations médicales est prescrite afin de réduire les conséquences de la maladie.

La récidive d'adénome survient dans 14 à 16% des cas. La mort de la maladie survient rarement et dans le cas où la tumeur est en outre accompagnée de maladies concomitantes graves.

Une régression des symptômes est observée dans 92% des cas lors d'un traitement chirurgical et médicamenteux. L'association simultanée de tous les types de traitement garantit l'absence de rechute dans un délai d'un an chez 82%, dans les 5 prochaines années - 68%.

La restauration de la fonction visuelle se produit généralement lorsque la tumeur hypophysaire détectée était petite et était présente chez le patient pendant moins d'un an. Si plus de temps s'est écoulé depuis l'apparition de l'adénome, il n'est pas possible de restaurer les fonctions visuelles et l'équilibre hormonal même après un traitement chirurgical. Dans ces situations, le patient se voit attribuer une invalidité indéfinie..

La formation et le développement d'un adénome dans la glande pituitaire est une maladie grave dont le traitement intempestif a des résultats sanitaires graves et irréversibles. Et seule une visite opportune chez un médecin aidera à éviter les graves conséquences de la maladie..

Méthodes de traitement appliqué

La tactique de traitement de la maladie est choisie individuellement pour le patient, en fonction des manifestations de la tumeur, de sa taille et de son activité. Les traitements suivants sont utilisés:

  1. Médicament.
  2. Rayon.
  3. Chirurgical.

Le traitement médicamenteux repose sur la prescription de médicaments antagonistes de la dopamine. La méthode conduit au rétrécissement de la tumeur et à l'arrêt complet de son fonctionnement. Les résultats du traitement étape par étape sont surveillés par les résultats des tests et par IRM.

La radiothérapie est prescrite lors du diagnostic d'un microadénome à faible activité. Elle est généralement réalisée en conjonction avec un cours de médication tout en surveillant les résultats à l'IRM. Elle est réalisée de deux manières:

  1. Gamma thérapie.
  2. Radiochirurgie stéréotaxique Cyber ​​Knife.

Lors du traitement chirurgical, 2 méthodes de retrait sont utilisées:

  1. Par le nez - transphénoïdal.
  2. Craniotomie - transcrânienne.

Avant de commencer tout type d'opération, le patient subit un ECG, une radiographie, une IRM, des tests pour contrôler les paramètres hormonaux.

L'ablation de la tumeur est réalisée de manière transphénoïdale avec des micro et macroadénomes qui n'affectent pas les tissus adjacents. Ce type d'opération est indiqué dans le cas d'une pathologie de la selle turque, ou en sortant de pas plus de 20 mm. La trépanation est réalisée dans les formes sévères d'adénome en ouvrant le crâne. Cette méthode est rarement utilisée en raison du risque de blessure, du risque de complications graves.

Les symptômes de l'adénome

Les signes de la maladie dépendront du type d'adénome de la glande pituitaire du cerveau formé, de l'hormone formée en excès, de la taille de la tumeur et du taux de sa croissance..

  1. Microadénome. Diagnostiqué avec 2 types: hormonalement actif et passif. Le signe actif est la manifestation de troubles endocriniens. La forme passive peut ne pas se manifester pendant des années jusqu'à ce qu'une IRM soit accidentellement révélée lors d'une étude d'une autre maladie. Le microadénome est asymptomatique dans de nombreux cas.
  2. Prolactinome. Adénome hypophysaire commun, dans la plupart des cas, il est diagnostiqué chez la femme. Il se manifeste par des symptômes:

- irrégularité ou arrêt du cycle menstruel;

- écoulement du sein de colostrum, non associé à l'allaitement de l'enfant;

- des difficultés à concevoir des enfants;

- diminution de la puissance chez les hommes, gonflement de leurs glandes mammaires, problèmes de formation de spermatozoïdes.

Somatotropinome. Elle se caractérise par un taux élevé d'hormone de croissance. Tous les signes de la maladie sont associés à son niveau:

- les enfants font preuve de gigantisme. L'enfant commence à prendre du poids, sa taille augmente. Le gigantisme commence à se manifester à l'âge prépubère (de 7 à 12 ans) et se poursuit jusqu'à l'âge de 25 ans. Les parents doivent surveiller attentivement la croissance de leurs enfants et, si un écart par rapport à la norme d'âge est détecté, contacter un établissement médical pour effectuer leur examen..

- chez l'adulte, des symptômes d'acromégalie apparaissent en cas d'augmentation de certaines parties du corps. Les traits du visage deviennent plus grossiers, la croissance des cheveux augmente, de nombreux organes augmentent en taille et leurs fonctions sont perturbées.

Corticotropinome. Parmi tous les cas d'adénome, il ne survient que chez 8 à 10% des patients, y compris les enfants. Caractéristiques principales:

- obésité. On observe une redistribution de la masse grasse et son dépôt dans le haut du corps. Le visage est arrondi. Dans la partie inférieure du corps, les processus opposés sont observés: une atrophie musculaire se produit. En conséquence, les membres inférieurs perdent du poids..

- troubles de la peau: des vergetures apparaissent, la pigmentation de la peau augmente. Sa surface devient plus sèche et un pelage est observé.

- augmentation de la pression artérielle.

- les femmes ont des troubles de la menstruation, une augmentation de la croissance des cheveux.

- chez les hommes, il y a une diminution de la puissance.

Le gonadotrophinome est un type rare de tumeur. Elle se manifeste par un échec de la menstruation, un problème de conception d'enfants. Le thyrotropinome est également un adénome rare. Ses signes dépendent de la forme de la tumeur:

- primaire: caractérisée par une perte de poids, des tremblements des membres ou du corps, un mauvais sommeil, une augmentation de l'appétit, des sueurs, une tachycardie, une hypertension;

- les secondaires se distinguent par: œdème facial, prise de poids, retard d'élocution, bradycardie, constipation, desquamation de la peau, enrouement de la voix, état de dépression.

Si un diagnostic incorrect est posé pour ces raisons, le développement ultérieur de l'adénome entraînera des complications persistantes..

Symptômes de la tumeur hypophysaire

Les néoplasmes provoquent des dysfonctionnements du système endocrinien, inhibant la fonction de l'hypophyse ou, au contraire, provoquant un hyperfonctionnement. De plus, ils affectent la neuroanatomie humaine et la neurophysiologie..

Les symptômes sont déterminés par le type de tumeur. Donc:

  • Les somatotropinomes provoquent le développement de l'acromégalie chez l'adulte (une pathologie dans laquelle les mains, les pieds, la partie faciale du crâne s'épaississent et se dilatent) et le gigantisme chez les enfants.
  • Les prolactinomes contribuent au développement de la gynécomastie (augmentation mammaire chez l'homme), de l'aménorrhée, de la galactorrhée (il s'agit de la libération de lait du sein sans raison apparente). Il convient de noter que ces adénomes se développent lentement et ne produisent pas toujours de prolactine à part entière, de sorte qu'ils peuvent ne pas apparaître en aucune manière..
  • Adénomes qui produisent de l'ACTH - en raison d'une augmentation de la sécrétion d'hormones du cortex surrénalien, ils provoquent le développement de la maladie d'Itsenko-Cushing, qui se manifeste par un excès de poids, un séchage excessif de la peau et l'apparition de stries sur eux. Pendant ce temps, ces néoplasmes ne sont pas détectés immédiatement, car ils se développent très lentement..
  • Les adénomes gonadotropes chez les femmes provoquent des irrégularités menstruelles et des saignements utérins, et chez les hommes - impuissance et gynécomastie - gonflement des glandes mammaires.
  • Les adénomes produisant de la thyrotropine entraînent le développement de la thyrotoxicose - une maladie thyroïdienne qui se manifeste par une diminution de la libido chez l'homme, une aménorrhée chez la femme, une altération de la mémoire, de l'attention, une perte de poids.

En raison d'une augmentation de la taille du néoplasme et de la pression sur les tissus adjacents, des perturbations du fonctionnement du système nerveux apparaissent. Lorsque l'adénome atteint 2 cm de diamètre, la vision diminue. Au départ, le champ de vision peut simplement se rétrécir, mais en l'absence de traitement qualifié, la cécité se produit souvent.

Les néoplasmes de plus de 2 cm de diamètre commencent à comprimer les nerfs crâniens, à la suite de quoi le patient a:

  • mal de crâne;
  • ptosis ou affaissement de la paupière supérieure;
  • Difficulté à bouger les globes oculaires
  • convulsions;
  • nystagmus - pathologie oculomotrice, exprimée en tremblement des globes oculaires;
  • rhinite chronique;
  • tremblement;
  • migraine;
  • évanouissement;
  • insomnie;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • insuffisance cardiovasculaire aiguë, accompagnée d'hémorragies dans l'hypophyse;
  • démence et changements de personnalité;
  • parfois hyperphagie (suralimentation en tant que trouble mental).

Si l'adénome touche l'hypothalamus, on observe des troubles de la conscience dans lesquels une personne cesse de naviguer dans le temps, le lieu, dans sa propre personnalité. Si les ventricules du cerveau sont affectés, une hydrocéphalie (hydropisie) se développe. La pression sur les lobes temporaux et frontaux provoque des convulsions, des problèmes de vision.

Remarque! Il est facile de distinguer un mal de tête avec tumeurs hypophysaires d'une douleur d'une autre origine. Il est terne, constant, persistant dans n'importe quelle position du corps

Il se fait sentir dans les régions temporale, frontale et infra-orbitaire et ne répond pratiquement pas aux analgésiques. Il ne peut s'arrêter que si les méninges se rompent en raison de la forte pression de l'adénome, en attendant ce problème ne résout pas. À partir de ce moment, les problèmes de vision commencent généralement..

Il convient de noter que les tumeurs hypophysaires sont trouvées chez les enfants, bien que rarement. Pendant ce temps, en raison de leur âge et de leur sensibilité aux moindres changements, ils sont diagnostiqués beaucoup plus rapidement que chez les adultes..

Méthodes de traitement

Après avoir clarifié le diagnostic, le médecin sélectionne le traitement approprié pour le microadénome hypophysaire. Les thérapies dépendent de l'activité hormonale des tissus. Les néoplasmes inactifs peuvent être laissés en observation sans prescription de médicaments ni chirurgie. Dans ce cas, des examens réguliers sont présentés qui vous permettront de suivre la dynamique de croissance..

Avec une augmentation de la taille, le traitement nécessaire est prescrit. Les tumeurs hormono-actives nécessitent un traitement obligatoire. Pour cela, une thérapie conservatrice, une chirurgie ou une radiochirurgie sont utilisées..

Le traitement conservateur implique l'utilisation de médicaments hormonaux. Des moyens appropriés sont choisis en fonction des caractéristiques du joint. Le médecin prescrit des médicaments après la recherche et le diagnostic. Pour les petits épaississements, les médicaments peuvent être efficaces. Ils contribuent au fait qu'en un à deux ans, l'adénome se résout et la synthèse des hormones revient à la normale.

Le retrait est effectué avec un endoscope à travers les sinus nasaux.

Cependant, la thérapie conservatrice ne donne pas toujours des résultats. En l'absence d'effet et de croissance du néoplasme, une intervention chirurgicale est prescrite. Avec le microadénome de l'hypophyse, ils essaient de le retirer avec un endoscope à travers les sinus nasaux. Cette méthode est utilisée pour les petites capsules. Il vous permet d'éviter de graves complications et de récupérer rapidement le patient. Quelques jours après la procédure, il sort de l'hôpital.

Avec de grandes tailles de formations kystiques, une opération abdominale classique est prescrite, ce qui est très complexe. Par conséquent, les médecins essaient d'éviter cette méthode d'intervention. Il existe un risque élevé de complications, de sorte que l'opération n'est effectuée que par un chirurgien spécialisé dans ces néoplasmes..

La dernière méthode d'exposition est la radiochirurgie. Il s'agit d'une manière moderne d'influencer l'épaississement des tissus, qui ne nécessite pas d'opération. Un couteau radio est utilisé pour la procédure. Il s'agit d'un faisceau de rayons qui agissent directement sur les tissus pathologiques. Quelque temps après cela, l'adénome diminue progressivement de taille. S'il appartient au type hormonal actif, les médicaments sont prescrits en thérapie complexe.

Maux de tête avec maladies de l'hypophyse

L'apparition d'un mal de tête (céphalalgie) avec un néoplasme de l'hypophyse est associée à une augmentation de l'adénome, à la compression des structures cérébrales adjacentes, ainsi qu'à des troubles hormonaux.

Avec adénome

Les grosses tumeurs de l'hypophyse dépassant 1 cm sont appelées macroadénomes. À mesure qu'elles se développent, ces formations exercent une pression sur les tissus osseux (selle turque), où se trouve l'hypophyse et les nerfs optiques situés à proximité. Cela se manifeste par l'apparition d'un mal de tête constant et monotone..

Il est le plus souvent décrit par les patients comme une pression ou une compression, des sensations douloureuses derrière les yeux, moins souvent il est «explosif» dans les tempes ou la partie frontale.

Caractéristiques caractéristiques du syndrome douloureux:

  • ne change pas en fonction de la position du corps, de l'activité physique, de la diminution ou de l'augmentation de la pression artérielle;
  • pas de nausées et pas de nausées;
  • les analgésiques, même puissants, atténuent un peu l'intensité, mais ne les suppriment pas complètement;
  • avec une augmentation rapide de la tumeur ou une hémorragie soudaine, elle devient aiguë et intolérable;
  • combiné avec un rétrécissement des champs visuels (les patients cessent de voir les objets situés de côté), une diminution de son acuité, une vision double;
  • il y a une congestion nasale constante.

Par la suite, la croissance tumorale conduit à une augmentation de la pression intracrânienne. La nature de la douleur change:

  • le mal de tête devient intense, éclatant, il est intensifié par la toux, le rire, la tension, la flexion en avant;
  • les patients ont du mal à bouger les yeux;
  • rejoint la nausée et les nausées.

Ces symptômes se produisent généralement avec de très gros néoplasmes, accompagnés d'une déficience visuelle. Il existe également des crises avec une douleur accrue et une brève perte de conscience..

Avec microadénome

Une tumeur bénigne mesurant jusqu'à 1 cm appartient aux microadénomes. Il ne provoque pas de compression significative des structures cérébrales, cependant, il peut se manifester comme un mal de tête. La raison de cette condition est un niveau élevé d'hormones - hormone de croissance, prolactine, corticotropine, thyrotropine.

Sous leur influence, les fluides et les sels dans le corps sont retenus, la pression artérielle augmente, le vasospasme augmente. Tous ces facteurs peuvent provoquer des maux de tête. Si la taille de la tumeur du patient est minimale et qu'elle n'entraîne pas de changement du fond hormonal, il est alors nécessaire de rechercher une autre cause de céphalalgie.

Qu'est-ce qui provoque des maladies de la glande pituitaire?

Actuellement, les maladies de l'hypophyse occupent l'une des premières places en termes de fréquence des pathologies endocriniennes. Cependant, ils sont diagnostiqués relativement rarement, car les manifestations peuvent être très diverses et non spécifiques. Vous devriez en savoir plus sur ces pathologies, car l'hypophyse est la principale glande endocrine du corps.

Hormones produites par la glande pituitaire

La glande pituitaire est une glande endocrine située dans la cavité crânienne. Il est situé dans la zone de la "selle turque", qui a la forme correspondante.

Fer de petite taille: sa longueur ne dépasse pas 10 cm, sa largeur de 12 à 15 mm et sa hauteur de 5 à 6 mm.

La masse de la glande pituitaire est d'environ 0,5 g. Elle est entourée de structures anatomiques vitales - deux nerfs optiques et un sinus veineux. La glande reçoit un apport sanguin des branches de l'artère carotide interne.

La glande pituitaire se compose de 2 lobes - antérieur et postérieur. Ce dernier accumule les hormones que produit l'hypothalamus:

  • Vasopressine (hormone antidiurétique). Il augmente la pression artérielle et diminue le débit urinaire.
  • Oxytocine. Cette substance affecte la contraction des muscles lisses de l'utérus, ce qui est particulièrement important lors de l'accouchement..

Le lobe postérieur de l'hypophyse régule la libération de vasopressine et d'ocytocine dans le sang.

Dans la partie antérieure de la glande, des hormones sont synthétisées qui affectent l'activité d'autres organes importants du système endocrinien.

Le deuxième nom est tropique ou libérant des hormones. Ceux-ci inclus:

  • Hormone adrénocorticotrope (ACTH). La substance active agit sur le cortex surrénalien, stimulant la libération de glucocorticoïdes, de minéralocorticoïdes, d'adrénaline et de noradrénaline.
  • Hormone stimulant la thyroïde (TSH). Régule la sécrétion de thyroxine et de triiodothyronine - substances produites dans la glande thyroïde.
  • Hormone folliculo-stimulante (FSH). Affecte le travail des ovaires, ou plutôt stimule la maturation des follicules et la libération de l'ovule dans la cavité utérine, c'est-à-dire le processus d'ovulation. Le plus actif dans la première phase du cycle menstruel.
  • Hormone lutéinisante (LH). Le travail commence dans la deuxième phase du cycle, après l'ovulation. Affecte la formation du corps jaune si la fécondation n'a pas eu lieu. En cas de grossesse, il régule l'attachement correct du zygote à la paroi utérine (implantation) et le développement ultérieur du fœtus.
  • Hormone de croissance (STH, hormone de croissance). Fournit une croissance corporelle proportionnelle, affecte tous les types de métabolisme, ainsi que la formation de glucose dans le corps.

En plus des tropiques, des hormones telles que la mélatonine et la prolactine sont produites dans la glande pituitaire antérieure. La mélatonine régule nos rythmes biologiques (alternance de sommeil et d'éveil), assure un bon repos du corps et affecte également le métabolisme. Cela ne se distingue que si la personne dort dans l'obscurité totale. La prolactine est essentielle à la production et à l'excrétion du lait pendant l'allaitement.

L'hypophyse fonctionne sur le principe de la rétroaction, qui consiste dans le fait que les hormones tropiques agissent sur la glande endocrine correspondante, stimulent la production de substances biologiquement actives.

Dès que la quantité de substances actives dans le sang atteint le niveau requis, un signal est envoyé à l'hypophyse concernant l'inhibition de la libération d'hormones tropiques. Avec une diminution du niveau de substances biologiquement actives, le fer augmente la production d'hormones régulatrices.

Maladies hypophysaires: causes de la pathologie

Si l'on soupçonne que c'est l'hypophyse qui est touchée, les causes de la maladie peuvent être très différentes. Tout dépend du type de dysfonctionnement de la glande observé.

L'hyperfonction hypophysaire est le plus souvent déclenchée par un adénome - une tumeur bénigne productrice d'hormones. En conséquence, les niveaux de toutes les hormones, souvent même toutes, qui sont synthétisées dans la glande principale peuvent augmenter..

L'hypophyse de la glande pituitaire peut être déclenchée par les raisons suivantes:

  • Apport sanguin insuffisant.
  • Hémorragie glandulaire.
  • Pathologie congénitale du développement.
  • La présence d'une tumeur qui comprime la glande pituitaire.
  • Méningite ou encéphalite reportée.
  • Lésion de la glande pituitaire.
  • Une forte dose de rayonnement, en particulier, ionisante.
  • Prendre des médicaments qui inhibent la fonction de la glande.
  • Chirurgie reportée pour enlever une partie de l'hypophyse.

Maladies associées à l'hypophyse

Tout patient lors d'un rendez-vous chez le médecin peut poser une question: "Si ma glande pituitaire est affectée, quelles maladies peuvent survenir?" Il existe de nombreuses violations possibles. Tout dépend de la façon dont la fonction de la glande pituitaire est prononcée - pas assez ou en excès.

Avec une production excessive d'hormones hypophysaires, les pathologies suivantes peuvent se développer:

  • Gigantisme (acromégalie). Développé avec une quantité excessive d'hormone de croissance.
  • Hyperthyroïdie (thyrotoxicose). Se produit en cas de sécrétion excessive d'hormone thyrétropique.
  • Syndrome d'Intsenko-Cushing. Apparaît lorsque l'hormone adrénocorticotrope est libérée en grande quantité.
  • Naissance prématurée - Pathologie possible en cas de production excessive d'ocytocine.

En cas d'hypofonction de l'hypophyse, les maladies suivantes peuvent survenir:

  • Nanisme. Se développe avec un manque d'hormone de croissance.
  • Insuffisance des glandes surrénales. Se produit lorsque le niveau d'hormone adrénocorticotrope est bas.
  • Hypothyroïdie secondaire. Apparaît avec un manque de TSH.
  • Faiblesse du travail. Souvent vu lorsque les niveaux d'ocytocine sont faibles.
  • Toute irrégularité menstruelle et infertilité. Cela dépend directement de la quantité et de l'activité des hormones folliculo-stimulantes et lutéinisantes, ainsi que de la prolactine.
  • Diabète insipide. Se produit lorsque la glande pituitaire ne libère pas suffisamment de vasopressine accumulée.
  • Troubles du rythme circadien. S'il y a un changement brusque dans les cycles de sommeil et d'éveil, cela peut indiquer un manque de mélatonine..

L'insuffisance pituitaire totale conduit au développement d'un hypopituitarisme.

Symptômes de lésions de la glande pituitaire

Les maladies hypophysaires de toute étiologie peuvent se manifester par une variété de symptômes.

Les manifestations cliniques suivantes se produisent le plus souvent:

  • Diminution de la croissance ou vice versa, une forte augmentation de la taille des parties du corps individuelles.
  • Peau sèche et chaude au toucher.
  • Perte ou gain de poids soudain.
  • Irrégularités menstruelles.
  • Incapacité de tomber enceinte.
  • Augmentation constante de la pression artérielle.
  • L'apparition de vergetures sur la peau.
  • Mictions fréquentes, jusqu'à 10 litres par jour.
  • Perturbations de sommeil.
  • Écoulement du lait maternel en l'absence de grossesse et d'allaitement.
  • Travail prématuré ou insuffisant.
  • Chute de cheveux.
  • Ongles cassants.
  • Faiblesse sévère.
  • Manque d'intérêt pour toute activité.

Il faut comprendre qu'en cas de maladie de l'hypophyse, les symptômes peuvent masquer d'autres pathologies. Si vous présentez des signes, vous devez consulter un médecin.