Principal

Glandes surrénales

Comment la carence en hormones sexuelles est diagnostiquée et traitée

Un déficit en œstrogène-progestérone chez les femmes peut survenir à la fois en âge de procréer et au début de la ménopause.

Cela entraîne de nombreuses conséquences désagréables: irrégularités menstruelles, règles douloureuses, syndromes prémenstruels et climatériques prononcés, fausses couches en début de grossesse et le plus dangereux - le développement de l'infertilité.

Dans cet article, nous examinerons les causes et les symptômes de ces troubles hormonaux, ainsi que la manière dont ils sont diagnostiqués et traités..

Les hormones féminines les plus importantes

Les hormones sexuelles féminines, les œstrogènes et la progestérone sont synthétisés en grande partie par les ovaires. Une petite quantité d'entre eux est produite par le cortex surrénalien. Le cycle menstruel comporte 3 phases, qui se produisent sous l'influence d'une hormone sexuelle particulière.

Considérons plus en détail:

  1. La phase folliculaire est affectée par l'hormone œstrogène.
    Sous son influence, un follicule dominant est libéré dans les ovaires, dans lesquels un ovule se développe pour une fécondation ultérieure. Dans le même temps, dans l'utérus, sous l'influence des œstrogènes, l'endomètre se développe - la couche interne de l'organe. Pour qu'un ovule fécondé soit mis en œuvre dans l'endomètre, il doit avoir une épaisseur de 11 à 12 mm. Dans le contexte d'un taux croissant d'œstrogènes, l'endomètre est saturé de sang et de nutriments, de sorte qu'en cas de grossesse, l'ovule a toutes les conditions de croissance et de développement.
  2. La phase ovulatoire dure un jour.
    Environ 12 à 16 jours après le début du cycle menstruel, l'ovulation se produit - l'ovule quitte le follicule et se déplace le long des trompes de Fallope vers le sperme. Avec une combinaison réussie de toutes les circonstances, la conception se produira dans le corps de la femme.
  3. La phase lutéale se produit sous l'influence de l'hormone progestérone.
    Il est produit par le corps jaune - une glande endocrine temporaire, qui se forme dans l'ovaire sur le site de l'ovule libéré. Si un ovule est fécondé dans le corps de la femme, sous l'influence de la progestérone, la grossesse se déroulera, et sinon, les menstruations commenceront.

Comme vous pouvez le voir, une carence en œstrogène-progestérone entraînera soit un manque d'ovulation, soit un échec de grossesse..

Quels sont les symptômes d'une carence hormonale

Vous devez savoir que la carence en œstrogène-progestérone survient de manière asymptomatique ou avec des manifestations. Dans le premier cas, il est détecté par hasard. Par exemple, lorsqu'une femme n'arrive pas à tomber enceinte pendant une longue période et qu'elle subit un examen complet.

Les symptômes suivants d'un manque de progestérone sont distingués:

  • le cycle menstruel s'allonge;
  • pendant longtemps, les tentatives de concevoir un bébé ne donnent pas de résultat positif;
  • le début de la grossesse se termine par des fausses couches;
  • il y a une maladie des glandes mammaires;
  • la dame a une température corporelle basse;
  • les membres gonflent;
  • des écoulements vaginaux étalés apparaissent soit au milieu du cycle, soit avant la menstruation;
  • le syndrome prémenstruel a des manifestations vives de symptômes spécifiques: irritabilité, larmoiement, sautes d'humeur fréquentes et autres.

De plus, des manifestations telles que le développement de flatulences ou l'apparition de douleurs dans l'abdomen peuvent indiquer une diminution du corps de la femme en progestérone. Souvent, les femmes ne les associent pas au problème de la non-grossesse prolongée et ne les signalent donc pas au gynécologue.

Comment le corps signale les faibles niveaux d'oestrogène

Les œstrogènes sont appelés les principales hormones féminines. Ils affectent non seulement le cycle menstruel, mais participent à de nombreux processus importants dans le corps du beau sexe..

En particulier, ils jouent un rôle important dans le métabolisme des graisses et des glucides, ainsi que dans l'absorption du calcium. Ils affectent l'état de la peau, des muqueuses, des vaisseaux sanguins, des cheveux et des plaques à ongles.

Les symptômes suivants indiquent une carence en œstrogènes:

  • irritabilité déraisonnable;
  • troubles du sommeil jusqu'au développement de l'insomnie;
  • peau sèche;
  • sensation de sécheresse dans la zone intime;
  • l'apparition de maladies infectieuses des organes génitaux non sexuellement transmissibles;
  • douleur dans l'utérus.

Quelles raisons provoquent des troubles hormonaux

Les scientifiques étudient toujours les raisons qui conduisent au manque d'hormones sexuelles dans le corps féminin..

À ce jour, ils ont publié la liste suivante de facteurs de provocation:

  1. Utilisation fréquente d'hormones avec de la nourriture.
    Le fait est que dans l'agriculture moderne, pour augmenter les revenus, les animaux sont nourris avec des hormones de croissance. Par conséquent, la viande et les produits laitiers cultivés industriellement contiennent des hormones. Si les hormones pénètrent constamment dans le corps d'une femme pendant un repas, elles inhibent le travail des ovaires et commencent à produire moins de leurs propres hormones..
  2. Troubles du travail de l'hypophyse et de l'hypothalamus.
    La synthèse des hormones sexuelles par les ovaires est stimulée par des hormones spéciales de l'hypophyse. L'hypothalamus affecte le travail de la glande pituitaire. Les perturbations de cette chaîne conduisent à des déséquilibres hormonaux. Des processus inflammatoires et infectieux dans le cerveau, un stress sévère ou fréquent, ainsi qu'une activité physique excessive peuvent conduire à de tels problèmes..
  3. Dysfonctionnement thyroïdien.
    Après tout, dans le corps féminin, tout est interconnecté. Par conséquent, une modification du taux d'hormones thyroïdiennes provoque un déséquilibre des hormones sexuelles.
  4. Synthèse des androgènes en excès par le cortex surrénalien et les ovaires.
  5. Production excessive de l'hormone prolactine par la glande pituitaire.
  6. La présence de processus inflammatoires dans l'utérus et les appendices.

Avec le début de la ménopause, les ovaires s'endorment progressivement et le niveau d'hormones sexuelles dans le sang de la femme diminue. De plus, une prise incontrôlée de médicaments hormonaux peut entraîner une carence hormonale. Ces médicaments doivent être prescrits par un médecin et uniquement après avoir examiné le patient.

Comment diagnostique-t-on une carence hormonale?

Afin de prescrire un traitement compétent, il est nécessaire de diagnostiquer correctement.

A cet effet, les méthodes suivantes sont utilisées:

  1. Dépistage des hormones dans le sang veineux.
    Afin d'obtenir des résultats adéquats de tests sanguins, avec un cycle menstruel de 28 jours, il est nécessaire de passer un test sanguin pour déterminer le niveau d'œstrogène le 3ème jour du cycle et le niveau de progestérone - les 21-22 jours.
  2. Lorsque le cycle menstruel d'une femme dépasse 28 jours ou est plus court, la méthode de diagnostic par ultrasons est utilisée en dynamique.
    Il vous permet de suivre le stade de l'ovulation et le développement du corps jaune.
  3. S'il n'est pas possible d'utiliser l'échographie, la femme mesure la température basale.
    Il s'agit d'une méthode très simple mais efficace qui vous permet de déterminer le début de l'ovulation par une forte baisse de la température basale. Pendant la phase lutéale du cycle, la température basale augmente progressivement.
  4. Une étude spéciale est réalisée - un frottis pour la présence d'infections dans les voies urinaires.

Afin d'obtenir le maximum d'informations, les médecins prescrivent toutes les méthodes de diagnostic dans un complexe. La dame mesure indépendamment la température basale.

Pour obtenir des informations fiables, vous devez respecter les exigences suivantes:

  • utilisez le même thermomètre tous les jours;
  • mesurer la température en même temps;
  • effectuer la procédure sans sortir du lit.

Il existe plusieurs façons de mesurer la température basale. Le thermomètre peut être pris par la bouche ou placé dans le vagin ou l'anus.

Les indicateurs les plus fiables de la température basale sont obtenus en plaçant un thermomètre chaque matin dans l'anus à la même distance.

Caractéristiques du traitement

Il n'existe pas de schéma unique permettant de traiter avec succès un déficit en œstrogène-progestérone chez différents patients. Le traitement est toujours individuel. Cela dépend des résultats des diagnostics effectués et des raisons du développement d'un déséquilibre hormonal. Le médecin vous prescrira un médicament hormonal spécifique, sa dose et son traitement.

Il n'est catégoriquement pas recommandé de traiter seul les troubles hormonaux. Chaque médicament a ses propres indications et contre-indications. Seul un spécialiste pourra choisir le médicament optimal, en fonction des résultats du test, et en tenant compte de la santé du patient.

Les médicaments les plus populaires pour le traitement d'un tel trouble hormonal sont le Dyufaston et l'Utrozhestan. Le traitement du déficit en œstrogènes-progestérone peut être effectué avec de tels médicaments hormonaux: Janet, Novinet, Mersilon, Ovidon, Tri-Regol et autres. Avec une carence en œstrogènes uniquement, les médicaments suivants sont prescrits: Proginova, Ovestin, Ovepol, Estrogel, Hormoplex, Hormoplex et autres.

Un déficit en œstrogène-progestérone peut survenir chez les femmes à différents âges et pour différentes raisons. Mais toujours un tel trouble hormonal constitue une menace pour la santé de la femme. Par conséquent, il est important de connaître les symptômes d'un déséquilibre des hormones sexuelles et, s'ils apparaissent, de consulter immédiatement un médecin qualifié..

Le médecin prescrira un diagnostic complet, puis, sur la base de ses résultats, prescrira un traitement compétent. L'automédication pour les troubles hormonaux n'en vaut pas la peine. Nous vous souhaitons une bonne santé!

Partagez vos connaissances sur le traitement du déficit hormonal ovarien.

Signes d'un manque d'hormone progestérone dans le corps féminin

La progestérone est une hormone très importante qui participe activement au fonctionnement du système reproducteur. Les fluctuations de sa concentration indiquent la présence de processus pathologiques dans le corps..

Le manque de progestérone est l'une des principales causes d'infertilité et augmente également le risque d'avortement spontané.

Un diagnostic rapide, l'établissement des causes des perturbations hormonales et une thérapie compétente, y compris la prise de médicaments, la correction nutritionnelle, une activité physique modérée, aideront à prévenir la survenue de complications graves..

Conclusion

  • Le manque de progestérone indique des processus anormaux dans le corps féminin;
  • Pour éliminer le manque de substance, vous devez prendre des médicaments contenant des hormones et bien manger;
  • Pour diagnostiquer une carence hormonale, les patients doivent faire un don de sang d'une veine, puis subir un examen plus détaillé pour identifier les causes de l'état pathologique;
  • En l'absence de traitement opportun, un manque de progestérone peut entraîner de graves complications..

Signes d'un manque (manque) de progestérone chez la femme

Les symptômes suivants peuvent indiquer un manque de progestérone:

  • migraine;
  • instabilité émotionnelle;
  • sautes d'humeur;
  • problèmes sanglants;
  • règles douloureuses;
  • gonflement;
  • augmentation de la végétation;
  • dessèchement des muqueuses du vagin;
  • lourdeur dans les membres inférieurs;
  • gonflement des glandes mammaires;
  • gain de poids avant la menstruation;
  • chute de cheveux;
  • dessèchement de la peau;
  • l'apparition de l'acné;
  • trouble du sommeil;
  • pâleur de la peau, etc..

Climax

Pendant la ménopause, des changements hormonaux se produisent dans le corps féminin. En raison d'une diminution de la fonctionnalité du système reproducteur, la concentration de progestérone diminue, donc sa carence est considérée comme un phénomène naturel..

Échec de la phase lutéale

Si un manque de progestérone est détecté au stade lutéal, alors, très probablement, les processus suivants se produisent dans le corps du patient:

  • néoplasmes de nature bénigne ou maligne;
  • polykystique;
  • résistance ovarienne;
  • ménopause prématurée.

Dysfonctionnement thyroïdien

Le manque de progestérone est souvent observé avec un dysfonctionnement thyroïdien. Par exemple, si une femme reçoit un diagnostic d'hypothyroïdie, le foie en quantité insuffisante commence à générer une protéine qui élimine la testostérone du corps..

En conséquence, l'ovulation est supprimée, le corps jaune ne peut pas mûrir et il y a un manque de progestérone.

Maladies de l'hypophyse et / ou de l'hypothalamus

Si les gonades cessent de fonctionner pleinement, les patients subissent une défaillance hormonale. Un apport sanguin insuffisant au cerveau ou le développement de processus tumoraux dans celui-ci peut entraîner une telle anomalie..

Pathologie placentaire

Après la grossesse, le placenta commence à se former à partir de la 16e semaine. Pendant cette période, l'hormone est activement générée. Si la patiente a un manque de progestérone, cela signifie qu'il y a des échecs dans son corps.

Hyperandrogénie

En règle générale, une telle pathologie est observée dans les processus tumoraux qui ont affecté les glandes surrénales ou les ovaires. Chez la femme, il existe une génération active d'androgènes, ce qui provoque une anovulation. L'ovule ne peut pas percer la capsule dense, le corps jaune ne peut pas se former.

Hyperprolactinémie

La prolactine est une hormone qui affecte directement le développement et la croissance des glandes mammaires. Après l'accouchement, il est responsable de l'allaitement et prévient la grossesse pendant toute la durée de l'allaitement..

Avec une augmentation de sa concentration, des processus tumoraux sont observés dans la glande pituitaire. En conséquence - le manque d'ovulation et les ovocytes immatures.

À quoi cela peut-il conduire

Le manque de progestérone peut entraîner le développement de complications graves:

  1. Perte de fertilité.
  2. Naissance prématurée.
  3. Interruption spontanée de grossesse.
  4. Développement de l'endométriose.
  5. Absence de contraction du myomètre.
  6. Formation de processus malins dans les organes du système reproducteur.

Fonctionnalités de synthèse

La génération de progestérone commence dans la deuxième phase du cycle. Le processus de synthèse de l'hormone dépend directement du corps jaune, qui ne peut se former qu'après la rupture du follicule.

S'il y a un manque d'oestrogène dans le corps d'une femme, la libération de l'œuf ne se produira pas et, par conséquent, la génération de progestérone ne commencera pas.

Dans la deuxième phase lutéale

Après le début de cette étape, une couche dense de l'endomètre commence à se former. Il est nécessaire de fixer un œuf fécondé. Le manque de progestérone rendra la grossesse impossible, car l'ovule ne peut pas se fixer.

Attention! Si dans cette phase il n'y a pas assez d'hormone, la raison réside dans le dysfonctionnement du corps jaune.

Méthodes de diagnostic

Il est possible de détecter un manque de progestérone par des tests de laboratoire sur du matériel biologique, dans ce cas du sang.

Les femmes à qui des médecins ont adressé une saisine pour examen doivent la subir le 22 ou 23 du cycle, dont la durée moyenne est de 28 jours. C'est pendant cette période que la concentration de l'hormone dans le sang sera maximale..

Traitement

Pour corriger le niveau de progestérone, les patients se voient prescrire un traitement médicamenteux. Si la raison de la fluctuation de sa concentration est associée à des processus tumoraux, un oncologue doit s'occuper du traitement d'une telle catégorie de patients..

Dans le cas où la cause de l'état pathologique réside dans le dysfonctionnement de la glande thyroïde, le schéma thérapeutique est développé par l'endocrinologue.

Important! Lorsqu'une hyperprolactinémie est détectée, les femmes se voient prescrire de la bromcriptine, de la cabergoline.

Que faire

En cas de manque de progestérone, les patients doivent, en plus du traitement médicamenteux, ajuster leur alimentation. Il leur est également conseillé de donner au corps des charges modérées chaque jour, de passer plus de temps à l'extérieur, d'éliminer les situations stressantes de la vie..

Lors de la planification d'une grossesse

Si une femme veut bientôt devenir mère, elle devra prendre des médicaments contenant des hormones selon un schéma développé individuellement par un médecin. Souvent, en cas de manque d'hormones, Utrozhestan, Dyufaston, Ingesta, etc. sont prescrits..

Duphaston

Ce médicament est une progestérone synthétique. En cas d'insuffisance du corps jaune, le médicament doit être pris deux fois par jour, 10 mg, entre le 11e et le 25e jour du cycle.

Pour éviter un avortement spontané, vous devez boire des comprimés de 10 mg toutes les 8 heures jusqu'à ce que la menace soit exclue.

Oxyprogestérone

Ce médicament se présente sous la forme d'une solution huileuse destinée à une administration intramusculaire. Il est prescrit aux patients présentant un manque de progestérone, une aménorrhée ou une menace de fausse couche.

3-5 injections suffisent pour appeler la menstruation, et une semaine après la fin du traitement, le flux menstruel apparaîtra.

Normalisation de la nutrition

Les femmes peuvent corriger la carence hormonale en modifiant le régime et le menu. Le régime doit contenir des aliments riches en zinc et en sélénium. Les patients de plus de 40 ans doivent suivre un menu végétarien..

Attention! Pour cette catégorie de patients présentant un manque de progestérone, les experts recommandent de prendre de l'huile de poisson, des vitamines B.

Comment identifier une carence en progestérone

Le manque de progestérone est déterminé par un test sanguin spécial. De plus, les experts procèdent à un examen plus approfondi, qui consiste à identifier la cause de l'état pathologique. À ces fins, il est attribué:

  • Ultrason;
  • biochimie du sang;
  • tests pour d'autres hormones;
  • examen en écho de la glande thyroïde;
  • tomodensitométrie ou IRM;
  • laparoscopie diagnostique, etc..

Commentaires

J'avais une carence en progestérone lors de la préparation de la grossesse. Le médecin lui a prescrit de l'Utrozhestan, qu'elle a bu pendant trois mois. Après cela, j'ai réussi les tests, tous les indicateurs étaient normaux. Déjà au cinquième mois, je prends des médicaments contenant des hormones selon le schéma, pour soutenir.

Carence en progestérone

Le déficit en progestérone est un trouble endocrinien caractérisé par une sécrétion insuffisante de l'hormone progestérone par le corps jaune au cours de la deuxième phase du cycle menstruel. Les symptômes de la maladie sont des menstruations irrégulières et douloureuses, une grossesse anormale ou une infertilité due à des troubles d'implantation. Pour le diagnostic, le niveau des principales hormones sexuelles dans le sérum sanguin est déterminé, un examen échographique de l'utérus et de ses appendices, une biopsie et une histologie de l'endomètre sont effectués. Le traitement est réduit à un traitement de substitution avec des médicaments à base de progestérone, dont le régime est développé individuellement.

  • Causes de la carence en progestérone
  • Pathogénèse
  • Symptômes de carence en progestérone
  • Complications
  • Diagnostique
  • Traitement du déficit en progestérone
  • Prévision et prévention
  • Prix ​​des traitements

informations générales

La carence en progestérone est également appelée insuffisance du corps jaune ou phase lutéale. Les noms synonymes sont associés au fait que le corps jaune produit normalement l'hormone progestérone pendant la deuxième phase (lutéale) du cycle menstruel - si sa fonction est réduite, ce syndrome endocrinien se produit. Il n'y a pas de données exactes sur la prévalence du trouble en gynécologie, car il est souvent confondu avec d'autres formes de déséquilibre hormonal chez la femme. Le diagnostic est posé lorsqu'il y a un faible taux d'hormone dans le contexte d'un cycle menstruel ovulatoire. Dans le même temps, cette condition peut elle-même provoquer une cascade de troubles endocriniens, conduisant notamment à un cycle anovulatoire, ce qui complique encore le diagnostic de la pathologie sous-jacente. On pense que le trouble se développe plus souvent chez les femmes âgées de 18 à 25 ans.

Causes de la carence en progestérone

Les causes fiables du syndrome endocrinien sont inconnues, il n'y a que des hypothèses sur l'influence de violations de nature différente sur son développement. Parmi eux:

  • Les facteurs génétiques, par exemple, les aberrations du chromosome X et certaines mutations affectant le travail des ovaires, de la glande pituitaire et des systèmes enzymatiques. Ces troubles peuvent conduire à la transmission héréditaire de troubles endocriniens de la mère aux filles..
  • Lésions ovariennes. La pathologie peut être due à une maladie polykystique, à des lésions traumatiques ou à des tumeurs ovariennes.
  • Perturbation de la glande pituitaire. Les blessures et les tumeurs de la glande entraînent de nombreuses perturbations endocriniennes, y compris celles affectant les hormones sexuelles.
  • Maladies d'autres organes et systèmes. Le développement d'un déficit en progestérone est noté dans le contexte de pathologies rénales (insuffisance rénale chronique, pyélonéphrite), du foie, du diabète sucré, de la thyrotoxicose et d'autres troubles.
  • Le style de vie de la femme. Les mauvaises habitudes (fumer, boire de l'alcool), l'obésité, les charges physiques excessives (y compris les sports), les régimes peuvent également contribuer au développement d'une carence en progestérone.

De nombreux facteurs jouent un rôle dans le développement du syndrome. Il existe des indications d'une diminution persistante des taux de progestérone pendant la phase lutéale chez certaines femmes après une utilisation à long terme et l'annulation des contraceptifs oraux combinés. Décrit des cas individuels de déficit en progestérone pendant le traitement de l'hypothyroïdie, l'utilisation d'hormone de croissance et d'autres médicaments hormonaux.

Pathogénèse

En cas de déficit en progestérone, le corps jaune formé après l'ovulation produit une quantité insuffisante de progestérone, ce qui provoque une cascade de troubles. Normalement, cette hormone transfère l'endomètre dans la phase de sécrétion, préparant les conditions pour l'implantation de l'embryon. Au début de la grossesse, il réduit l'activité motrice de l'utérus et arrête le développement des réponses immunitaires du fœtus. Un niveau insuffisant de progestérone perturbe la structure de l'endomètre, rendant l'implantation difficile. Si cela se produit, une diminution insuffisante du tonus de l'utérus et de l'activité du système immunitaire crée une menace d'interruption de grossesse. À l'avenir, selon le principe du feedback, une carence en progestérone entraîne une formation réduite de FSH, une diminution de la libération d'œstrogène et un ralentissement de la formation des follicules pour la prochaine ovulation. Une carence en œstrogène-progestérone se développe, un cycle menstruel anovulatoire se produit.

Il existe plusieurs théories sur la pathogenèse moléculaire du déficit en progestérone. L'hypothèse généralement acceptée voit la cause du syndrome dans un changement de rétroaction endocrinienne, ce qui conduit à une violation de la proportion entre les niveaux d'hormones folliculo-stimulantes (FSH) et lutéinisantes (LH). Cela peut être dû à des modifications de la sensibilité des récepteurs ou à des anomalies de signalisation dues à un défaut génétique. Le niveau anormal d'autres hormones (sexe, thyroïde, hypophyse) conduit à la même violation. D'autres théories du développement du trouble indiquent la possibilité de défauts dans les récepteurs de l'endomètre ou l'apparition d'un stress oxydatif avec la libération de grandes quantités de radicaux libres dans les tissus de l'utérus et des ovaires.

Symptômes de carence en progestérone

Dans un premier temps, les manifestations sont effacées, les symptômes augmentent progressivement au fur et à mesure que la perturbation hormonale progresse. Le premier signe est une violation du cycle menstruel - sa durée augmente ou diminue, la menstruation devient douloureuse, la quantité de décharge change. Ce modèle peut persister pendant une longue période (des mois et des années). La deuxième manifestation la plus courante du syndrome est l'infertilité, qui se manifeste soit par l'absence de conception, soit par de fréquentes fausses couches spontanées. Si le fœtus est préservé, la grossesse se poursuit avec des complications - hypoxie fœtale, eau haute ou basse, naissance prématurée..

Les symptômes concomitants d'une carence en progestérone sont une anémie ferriprive due à des menstruations abondantes, une diminution de la libido chez les femmes et des signes d'autres troubles endocriniens. Les femmes qui utilisent la méthode de mesure de la température basale pour la contraception, révèlent son augmentation insuffisante dans la deuxième phase du cycle menstruel. Une diminution de la libération de progestérone est indiquée par une différence de température inférieure à 0,4-0,5 degrés entre les phases ovulatoire (première) et lutéale (deuxième). En outre, il peut y avoir un œdème associé à la rétention d'eau dans le corps, au vieillissement prématuré de la peau, à l'irritabilité.

Complications

Les complications les plus courantes d'un déficit en progestérone sont l'infertilité et les fausses couches. L'affaiblissement de la rétroaction entre la libération de progestérone, d'hormone folliculo-stimulante et d'œstrogène entraîne un plus grand déséquilibre de la partie endocrinienne du système reproducteur. La conséquence en est le développement de kystes ovariens et d'un cycle menstruel anovulatoire. Les anomalies du trophisme endométrial et les changements dans la nature de la sécrétion du canal cervical augmentent le risque d'infection de la muqueuse utérine par une microflore pathogène (endométrite). Le déséquilibre hormonal conduit à des pathologies mammaires. Dans le contexte de cette condition, une mastopathie se produit; pendant la grossesse avec un manque de progestérone, la galactorrhée est très souvent enregistrée. Une évolution prolongée de troubles endocriniens sans traitement peut provoquer le développement de tumeurs du sein, à la fois bénignes et malignes..

Diagnostique

Pour confirmer le diagnostic de déficit en progestérone, un examen complet et multilatéral est nécessaire. Cela peut prendre beaucoup de temps, car un certain nombre de procédures de diagnostic ne sont informatives que dans certaines phases du cycle menstruel..

  1. Consultation et examen par un gynécologue. Au cours de son cours, le médecin découvre la phase du cycle menstruel et l'état général du système reproducteur. Lors de l'interrogatoire, les dates et la durée des dernières règles sont déterminées, des phénomènes inhabituels se produisant au cours de leur évolution (douleur, modification du volume d'écoulement). Sur la base de ces données, une date est fixée pour les études suivantes..
  2. Analyse du niveau d'hormones sexuelles. L'étude est réalisée en mode criblage, c'est-à-dire sur plusieurs mois à différents jours du cycle pour déterminer la dynamique des changements. Étudier le taux de progestérone, d'œstrogène, d'hormones folliculo-stimulantes et lutéinisantes.
  3. Échographie des organes pelviens. Lors du diagnostic, la structure et la structure des ovaires, de l'endomètre, de l'utérus, leur conformité avec l'âge de la femme et le jour du cycle, la présence ou l'absence de follicules principaux sont déterminées. En plus de l'analyse des hormones, une échographie est réalisée à plusieurs reprises dans différentes phases pour évaluer l'activité fonctionnelle du système reproducteur.
  4. Biopsie endométriale avec microcurette ou aspiration. La détermination de la structure histologique de l'endomètre en différentes phases est utilisée comme méthode supplémentaire pour diagnostiquer l'infertilité et les causes de fausses couches fréquentes. Dans certains cas, des tests biochimiques sont effectués pour déterminer la réponse des tissus aux hormones sexuelles féminines.

Parfois, des tests sont également prescrits pour déterminer le niveau d'hormones thyroïdiennes, l'activité des reins et du foie et les principaux systèmes enzymatiques. Il est également recommandé de diagnostiquer les maladies inflammatoires de la région génitale féminine. Si une femme est enceinte, l'état du fœtus est déterminé, la conformité de son développement avec le terme, la présence ou l'absence de pathologie intra-utérine.

Traitement du déficit en progestérone

En cas de déficit en progestérone, un traitement de substitution est utilisé - des préparations de progestérone. Ils peuvent être utilisés sous forme de comprimés, de capsules, de suppositoires vaginaux; en milieu hospitalier, des solutions d'huile sont prescrites pour une administration intramusculaire. Le cours du traitement est développé par un obstétricien-gynécologue ou un endocrinologue, en tenant strictement compte des caractéristiques individuelles. Ce sont la présence ou l'absence de grossesse, la durée du cycle menstruel, le taux de progestérone endogène dans les différentes phases. La durée du traitement dépend de ses objectifs (par exemple, une grossesse réussie et avoir un enfant), les causes du syndrome, l'âge et d'autres facteurs.

Un rôle auxiliaire dans la thérapie de la maladie est joué par la normalisation du fond hormonal général, l'élimination ou le soulagement des pathologies d'autres organes et systèmes. Il est nécessaire de se débarrasser des mauvaises habitudes, le cas échéant, pour éviter les régimes épuisants, les efforts physiques importants. Pour réduire les effets du stress émotionnel, des sédatifs et, dans certains cas, des antidépresseurs peuvent être prescrits. Le traitement des complications de la carence en progestérone - anémie ferriprive, endométrite, mastopathie - est effectué par les spécialistes appropriés selon les indications. Dans certains cas (avec ovaire polykystique), une intervention chirurgicale peut être prescrite.

Prévision et prévention

Le pronostic de la vie est généralement favorable, le syndrome endocrinien conduit rarement à des conditions graves potentiellement mortelles. En ce qui concerne la capacité d'une femme à devenir enceinte et à avoir un enfant, l'issue de la pathologie dépend de nombreux facteurs - les causes de la carence en progestérone, la durée de son évolution, le respect du plan de traitement. Avec des dosages correctement sélectionnés de progestérone, la conception est possible dans les 2-3 mois après le début du traitement, pendant la grossesse, elle se poursuit en tenant compte des changements des niveaux hormonaux. Pour la prévention de la maladie, le début et la fin de chaque menstruation doivent être notés dans le calendrier, surveillant ainsi la durée du cycle, le traitement rapide des maladies inflammatoires des organes génitaux, du système endocrinien et des reins. Si vous modifiez la durée de votre cycle menstruel ou la nature de vos règles, vous devriez consulter votre médecin..

Carence en progestérone

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

  • Code CIM-10
  • Épidémiologie
  • Les raisons
  • Facteurs de risque
  • Pathogénèse
  • Symptômes
  • Complications et conséquences
  • Diagnostique
  • Quels tests sont nécessaires?
  • Diagnostic différentiel
  • Traitement
  • Qui contacter?
  • La prévention
  • Prévoir

La carence en progestérone est une cause fréquente d'infertilité ou d'interruption précoce de grossesse, qui n'est pas souvent diagnostiquée à temps. Les violations du cycle ovario-menstruel sont aujourd'hui une pathologie très courante, et elle se classe au premier rang des pathologies diagnostiquées chez les femmes en âge de procréer et les jeunes filles. Cela est dû à des facteurs exogènes, à de forts stress et à des tensions qui entourent les femmes en ce moment et contribuent au déséquilibre hormonal..

Code CIM-10

Épidémiologie

L'épidémiologie de ce problème a évolué récemment de telle sorte que les troubles ovariens-menstruels, qui conduisent à l'infertilité, occupent une place prioritaire dans la gynécologie des jeunes femmes en âge de procréer. Quant à la carence en progestérone, plus de 80% de l'infertilité hormonale est associée à ce problème. La raison d'une fausse couche précoce dans 25% des cas est précisément une carence en progestérone. Ce problème est diagnostiqué à 80%, ce qui est un bon indicateur et prouve la possibilité d'un traitement préventif.

Causes de la carence en progestérone

La progestérone est l'une des hormones les plus importantes du corps d'une femme. Il est synthétisé par les ovaires et cette quantité est suffisante pour un cycle menstruel normal. Lorsqu'une femme tombe enceinte, le placenta devient également le centre de la synthèse de la progestérone, c'est pourquoi la progestérone est également appelée hormone de grossesse. Il soutient la placentation normale et la croissance des cellules fœtales.

Parlant des causes de la carence en progestérone, il est nécessaire de distinguer primaire et secondaire. Les principales causes comprennent l'échec dû à des troubles congénitaux des ovaires, leur hypoplasie ou aplasie congénitale, ainsi que des troubles génétiquement déterminés des taux de progestérone. Les causes secondaires de carence en progestérone sont plus fréquentes. Ce sont des maladies inflammatoires des ovaires, des ovaires polykystiques, des kystes ovariens, des traumatismes ou un dysfonctionnement ovarien postopératoire. Chacune de ces pathologies conduit à un dysfonctionnement des ovaires et peu ou pas de progestérone est synthétisée. Cela contribue à la manifestation de certains signes cliniques..

Facteurs de risque

Il est également nécessaire de mettre en évidence les facteurs de risque qui augmentent la probabilité de cette pathologie. Ces facteurs comprennent:

  1. menstruations irrégulières;
  2. grossesses précoces;
  3. maladies inflammatoires des organes génitaux, principalement des ovaires;
  4. kyste de l'ovaire;
  5. l'endométriose de l'utérus, externe ou interne;
  6. maladies endocriniennes de la glande thyroïde ou des glandes surrénales;
  7. une histoire d'hyperplasie mammaire fibrokystique.

Ce sont les principaux facteurs qui peuvent affecter la fonction ovarienne et perturber secondairement la synthèse de la progestérone..

Pathogénèse

La pathogenèse du développement des modifications de la carence en progestérone dépend des principales fonctions que cette hormone remplit dans le corps. Principalement, la progestérone constitue la première étape du cycle menstruel. Sous l'influence de facteurs de libération, sécrétés par l'hypothalamus, l'hypophyse est stimulée et le niveau d'hormone foliculo-stimulante augmente. Cette hormone augmente la production de progestérone et assure la maturation du follicule ovarien. C'est le follicule qui assure la synthèse de la progestérone, qui affecte l'endomètre - il stimule la prolifération des cellules de l'endomètre, sa couche fonctionnelle, c'est-à-dire la préparation à l'implantation d'ovules. Par conséquent, cette hormone s'appelle l'hormone de grossesse. En outre, lorsque l'ovulation se produit, la synthèse de la progestérone diminue, ce qui stimule le début de la phase de sécrétion dans l'endomètre. Ces changements cycliques des taux de progestérone assurent une ovulation et une grossesse normales. Par conséquent, la pathogenèse du développement de tout changement avec une carence en progestérone réside dans le dysfonctionnement des organes même avec les moindres fluctuations du niveau de cette hormone. Par conséquent, des changements dans le fonctionnement des organes et les symptômes cliniques correspondants se développent non seulement avec une carence en progestérone, mais également avec une violation de ses fluctuations, c'est-à-dire lorsqu'il n'y a pas d'augmentation ou de diminution physiologique du niveau de cette hormone.

Quant à la pathogenèse du développement des changements pendant la grossesse en cas de déficit en progestérone, cette hormone est synthétisée par le placenta, qui est un facteur important dans le développement des troubles du portage fœtal. Avec son insuffisance, la placentation est perturbée et son attachement à l'endomètre de l'utérus - tous ces changements peuvent avoir des conséquences différentes. Les complications qui peuvent survenir dans ce cas sont une mauvaise fixation du placenta, une insuffisance fœtoplacentaire, une fausse couche spontanée en début de grossesse.

Toutes ces caractéristiques et le rôle de la progestérone dans le corps d'une femme doivent être connus afin de prévenir d'éventuels symptômes de cette pathologie, affectant principalement le déficit en progestérone.

Symptômes de carence en progestérone

Si une fille naît avec une carence en progestérone, en tant que trait héréditaire, les symptômes peuvent ne pas être exprimés de quelque manière que ce soit avant la période de menstruation ou même avant la grossesse. Le plus souvent, une carence en progestérone présente des signes sous forme d'irrégularités menstruelles - il peut s'agir d'un flux menstruel insuffisant en raison du fait que l'endomètre n'est pas assez mature et pas assez fonctionnel, car la progestérone n'a pas assuré la prolifération normale de ses cellules. Cela peut être le seul symptôme clinique auquel, dans la plupart des cas, aucune attention n'est accordée. Dans ce cas, les premiers signes d'une carence manifeste en progestérone peuvent déjà apparaître lors de la tentative de grossesse. Ensuite, l'endomètre ne mûrit pas complètement et l'ovule fécondé ne peut pas s'implanter - ce qui conduit à de vaines tentatives pour avoir un enfant. En cas de grossesse, la placentation est perturbée, de sorte que l'embryon n'a pas de flux sanguin normal, ce qui entraîne des troubles tels qu'une fausse couche prématurée. Par conséquent, le principal symptôme d'une carence en progestérone peut être considéré comme une infertilité ou une fausse couche habituelle - lorsqu'il y a trois fausses couches ou plus.

Une carence en progestérone pendant la grossesse peut se manifester au cours du premier trimestre, alors nous parlons d'une violation de la structure normale du placenta, de sa fonction, du lieu d'attachement et de la fonction trophique des organes fœtaux. Cela peut se manifester plus tard - un écoulement sanglant de l'utérus apparaît, qui n'est pas accompagné de douleur dans le bas de l'abdomen et d'une augmentation du tonus utérin, mais un tel saignement inquiète la femme. Dans ce cas, nous parlons de placenta praevia, qui se produit en raison de violations de son attachement, en particulier en raison d'une carence en progestérone. Une telle grossesse peut être sauvée, mais d'autres complications peuvent survenir lors de l'accouchement. Des symptômes de décollement prématuré du placenta peuvent apparaître - puis il y aura un écoulement sanguin de l'utérus et des douleurs dans le bas-ventre, et il peut également y avoir une insuffisance placentaire. Dans ce cas, le fœtus souffre déjà et une hypoxie fœtale chronique se produit..

Une carence en progestérone peut affecter négativement le processus de lactation. Dans des conditions normales, la progestérone assure la croissance et le développement de la structure glandulaire de la glande, le nombre d'alvéoles et la prolifération de leurs cellules augmentent. Cela garantit le fonctionnement normal des canaux lactifères et le processus de lactation lui-même. De plus, la progestérone pendant la lactation inhibe le développement de nouveaux œufs. Par conséquent, une carence en progestérone chez les femmes qui allaitent peut se manifester par un manque de lait ou son absence en raison d'une violation de la structure alvéolaire de la glande mammaire..

Ainsi, on peut voir que les symptômes d'une carence en œstrogènes peuvent être exprimés de différentes manières et il est nécessaire de savoir exactement quelle peut être exactement la cause de ces troubles. Après tout, une violation du cycle menstruel à l'avenir peut entraîner des problèmes de grossesse, donc tout doit être soigneusement considéré.

Complications et conséquences

Les principales complications qui peuvent survenir avec une carence en cette hormone sont l'infertilité. C'est un problème très courant qui peut déranger les femmes en âge de procréer. Une carence en progestérone dès le début peut entraîner une insuffisance fonctionnelle des glandes endométriales, ce qui est très difficile à corriger à l'avenir, même avec l'aide d'un traitement de remplacement. Par conséquent, il est important d'identifier ce problème à temps et de commencer le traitement. La conséquence d'une carence en progestérone déjà pendant la grossesse aux premiers stades peut être une fausse couche et, aux stades ultérieurs, une pathologie du placenta ou une naissance prématurée avec complications.

Diagnostiquer une carence en progestérone

Le diagnostic de tout trouble associé à la fonction menstruelle et à l'infertilité doit commencer par une anamnèse approfondie. Il est nécessaire de connaître le début de la première menstruation, car cela peut être un début tardif. Vous devez également déterminer la nature de la fonction menstruelle, sa régularité. Aux fins du diagnostic différentiel, il est nécessaire d'exclure les pathologies pouvant conduire à l'infertilité, par conséquent, il est également nécessaire d'examiner attentivement la femme.

Si nous parlons d'une jeune femme, il est possible d'identifier les maladies inflammatoires des ovaires, qui peuvent être la cause d'un déficit secondaire en progestérone. Dans ce cas, les ovaires douloureux et hypertrophiés seront palpés d'un côté ou des deux côtés..

Le "gold standard" pour diagnostiquer une carence en progestérone est sans aucun doute les tests. Il est important de réaliser des analyses à la fois générales et spécialisées. Un test sanguin général et un test urinaire général sont obligatoires, car ils permettent de réaliser un diagnostic différentiel de certains symptômes. Une méthode de diagnostic spéciale est la détermination de la progestérone dans le sang, ainsi que la détermination d'autres hormones féminines. Pour déterminer le marqueur du panel de progestérone reproductrice, le sang veineux est pris comme matériau. Il est important pour un diagnostic précis d'effectuer cette analyse le dix-neuvième à vingt et unième jour du cycle menstruel. Les résultats de l'analyse avec une diminution du taux de progestérone peuvent indiquer une aménorrhée utérine fonctionnelle, la menace d'avortement, une insuffisance placentaire, un vieillissement prématuré du placenta et un retard de croissance fœtale intra-utérine. Mais vous devez comparer le résultat de l'analyse avec la phase du cycle menstruel et prendre en compte la valeur normative pendant cette période..

Le diagnostic instrumental du déficit en progestérone vise principalement à identifier la cause de ce déficit. Il est nécessaire de procéder à un examen échographique des organes pelviens avec visualisation de l'ovaire. Dans ce cas, il est possible de déterminer un kyste ovarien, une inflammation, des adhérences - ces changements peuvent entraîner une perturbation du fonctionnement du corps jaune et la synthèse de la progestérone diminue. Si un déficit en progestérone est diagnostiqué pendant la grossesse, une échographie du fœtus doit être effectuée pour évaluer l'état du fœtus. Dans ce cas, il est possible de déterminer l'état du placenta, le poids du fœtus et son éventuel retard dans son développement. À l'aide de l'échographie Doppler, vous pouvez déterminer le flux sanguin dans le placenta et savoir si le fœtus souffre d'un déficit en progestérone et s'il existe une hypoxie chronique..

Quels tests sont nécessaires?

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel du déficit en progestérone doit être effectué avec des troubles du cycle ovarien-menstruel, qui sont causés par un déficit de la phase lutéale. Dans ce cas, il est très important d'effectuer des diagnostics avec la définition d'un panel hormonal, ce qui permettra de déterminer la quantité de certains types d'hormones.

En cas d'infertilité causée par un déficit en progestérone, il est nécessaire de réaliser un diagnostic différentiel avec d'autres causes d'infertilité. Tout d'abord, si une fausse couche en début de grossesse survient une deuxième ou une troisième fois, il est probable qu'elle soit causée par une carence en progestérone. Il est nécessaire de diagnostiquer les infections inflammatoires intracellulaires - uréoplasmose et gonorrhée. Cela peut être fait avec un écouvillon vaginal bactérioscopique. S'il n'est pas possible d'identifier le déficit en progestérone, un examen histologique du frottis endométrial dans la phase de foliculine peut être effectué - tandis que les modifications de l'endomètre, qui devrait être à un niveau normal de progestérone, seront moins prononcées et la boule de cellules sera insuffisante. C'est la principale caractéristique différentielle d'un tel manque de progestérone..

Qui contacter?

Traitement du déficit en progestérone

Pendant le traitement, avant de commencer une thérapie, vous devez déterminer l'objectif qui vous attend. Toute violation avec une carence en progestérone nécessite la nomination d'un traitement de remplacement de la progestérone. Mais si le but du traitement est la préparation à la grossesse et à l'implantation normale d'ovules, il est en outre nécessaire de maintenir un niveau normal d'oestrogène pour une sécrétion suffisante des glandes de la couche fonctionnelle de l'endomètre. Le manque de progestérone doit être reconstitué avec des médicaments, mais il existe également des méthodes de traitement non médicamenteuses - ce sont des remèdes populaires et physiothérapeutiques.

Les principaux médicaments utilisés sont des médicaments hormonaux à base de progestérone, mais ils doivent également contenir une petite quantité d'œstrogènes:

  1. Utrozhestan Est un médicament analogue à la progestérone, une hormone féminine. Il a tous les effets caractéristiques de cette hormone naturelle - il améliore la sécrétion des glandes endométriales et aide à préparer l'utérus à l'implantation d'ovules. Ce médicament est disponible sous forme de capsules et de suppositoires vaginaux. Dans le cas de la préparation pour la fécondation, les suppositoires sont préférés, mais lorsqu'il est nécessaire de reconstituer le déficit en progestérone, une administration orale est recommandée, ce qui augmente sa concentration tout au long de la journée. Dosage du médicament - une capsule cent milligrammes deux fois par jour. Des effets secondaires sont possibles sous la forme de pertes vaginales sanglantes mineures, ainsi que de modifications du système nerveux - étourdissements, somnolence, irritabilité. Précautions - le médicament ne doit pas être pris en cas d'écoulement sanglant de l'utérus, c'est-à-dire en cas de suspicion d'interruption de grossesse, et il doit également être pris avec précaution en cas de dysfonctionnement hépatique.
  2. Crynon Est un médicament hormonal dont le composant est la progestérone. Ses effets sont similaires à la substance progestérone - il affecte non seulement l'endomètre de l'utérus, mais également les glandes mammaires, améliorant la prolifération et la différenciation des cellules alvéolaires. Pendant la grossesse, le médicament est utilisé pour éliminer le processus de menace d'interruption causé par un manque de progestérone. Le médicament est disponible sous forme de gel vaginal dans des applicateurs doseurs jetables. La posologie est sélectionnée individuellement, en règle générale, un applicateur par jour. Méthode d'application - il est nécessaire d'insérer l'applicateur dans le vagin, puis de presser le contenu et de jeter l'applicateur. Les effets secondaires sont possibles sous la forme de manifestations locales et systémiques. Les symptômes locaux sont des brûlures, des démangeaisons, des douleurs, une gêne ou un léger écoulement sanglant de l'utérus. Parmi les manifestations systémiques, des étourdissements et des maux de tête sont le plus souvent observés. Précautions - il est nécessaire de prescrire soigneusement le médicament lors de l'allaitement, ainsi que si une femme a une maladie rénale et une pathologie du système de coagulation.
  3. Duphaston Est un médicament contenant principalement de la progestérone. Il aide à combler la carence en cette hormone et normalise son taux dans le sang. L'avantage du médicament est son action sélective sur les récepteurs de la progestérone, situés dans l'utérus. Cela contribue au fait que le médicament n'agit pas sur l'œuf, mais agit uniquement sur l'épithélium de l'endomètre. Il n'a pas d'effet virilisant, ce qui est particulièrement important lorsqu'il est utilisé pour maintenir la grossesse. Le médicament est disponible sous forme de comprimés de dix milligrammes. La posologie de Dufaston pour combler sa carence est d'un comprimé deux fois par jour. En cas de menace d'interruption de grossesse, afin de prolonger la grossesse, une dose de deux fois plus est utilisée. Des effets secondaires sont possibles sous la forme de manifestations allergiques, ainsi que de saignements utérins, ce qui nécessite une augmentation de la dose et une consultation répétée avec un médecin. Précautions - lors de l'allaitement, vous devez arrêter de prendre le médicament. Il est nécessaire de prendre des préparations différenciées avec des œstrogènes si un traitement de remplacement est nécessaire.
  4. Progestérone Est une hormone naturelle qui, grâce à la forme de libération, vous permet de reconstituer rapidement le déficit en progestérone. Le médicament est disponible en ampoules pour injection sous la forme d'une solution d'huile en solutions à 1% et 2,55. Ce remède est utilisé lorsqu'il existe une menace d'interruption de grossesse ou dans le cas où il est nécessaire d'atteindre rapidement le niveau normal d'épaisseur de l'endomètre. Dans ce cas, la dose est sélectionnée individuellement. Des effets secondaires sont possibles - rétention de sodium et d'eau, ce qui peut augmenter la pression artérielle et stimuler la formation d'un œdème. Des précautions sont prises chez les femmes présentant une insuffisance rénale et hépatique.

Vitamines pour la carence en progestérone jouent un rôle important, car ils améliorent le trophisme du tissu endométrial et de la circulation sanguine, ce qui augmente les effets positifs de la thérapie de remplacement de la progestérone et normalise son niveau. Les préparations vitaminées sont recommandées - Actovegin, Ascorutin, ainsi que des préparations vitaminées complexes.

Le traitement de physiothérapie a un bon effet dans le traitement des fausses couches courantes causées par une carence en progestérone due à une carence en corps jaune. Ils utilisent la magnétothérapie sur la région pelvienne, ainsi que la radiothérapie pour améliorer la circulation sanguine dans l'ovaire et stimuler l'ovulation. Une circulation accrue stimule également la régénération de l'endomètre.

Le traitement chirurgical du déficit en progestérone pure n'est pas utilisé, mais un traitement complexe de l'infertilité par des méthodes chirurgicales est possible en cas de pathologies concomitantes sous forme d'adhérences sur les ovaires ou d'obstruction des tubes. Ensuite, les méthodes de traitement avec une thérapie de remplacement de la progestérone peuvent être combinées avec des méthodes chirurgicales..

Traitement alternatif du déficit en progestérone

Un traitement alternatif du déficit en progestérone peut être utilisé sous la forme d'une thérapie complexe, dans laquelle cet effet n'est que renforcé. Lorsqu'il agit non seulement sur l'endomètre, mais également sur les ovaires, les trompes, le système immunitaire de la femme, la probabilité d'une récupération plus rapide et d'une grossesse augmente. Ces remèdes populaires sont utilisés:

  1. Récemment, il a été démontré que les avocats augmentaient les niveaux de progestérone. Mais son absorption n'est pas si grande lorsqu'elle est prise par voie orale, donc des moyens spéciaux sont utilisés. À des fins médicinales, l'avocat est pelé, coupé et un os est retiré, puis la pulpe de ce légume est frottée sur une râpe fine. Un tampon de gaze est plongé dans cette pulpe et inséré dans le vagin pendant deux heures le soir avant le coucher. Le cours du traitement dure environ une semaine.
  2. Broyez les graines de tournesol avec les noix et ajoutez deux cuillères à café de miel. Ce mélange doit être broyé à un état fin et pris dans une cuillère à café deux fois par jour, le matin et le soir. La durée du traitement est de deux semaines.
  3. Trois cuillères à soupe d'utérus de bore doivent être insérées dans une tasse d'eau bouillante, puis douche avec une solution pendant trois jours la nuit, puis laver avec cette solution. Ce traitement peut être effectué pendant deux semaines..

Traitement à base de plantes il est nécessaire d'effectuer avec quelques particularités. La phytothérapie doit être pratiquée dans la deuxième phase du cycle menstruel, lorsqu'il existe une telle carence hormonale. Dans ce cas, il est nécessaire de surveiller l'état général de la femme et un traitement concomitant avec un médicament de substitution. Les principales herbes médicinales utilisées à cet effet sont les suivantes:

  1. Borovaya utérus est une plante largement utilisée depuis très longtemps pour le traitement de l'infertilité et de diverses pathologies du système reproducteur féminin. Cette plante, en plus de stimuler la fonction du corps jaune et la sécrétion de progestérone, a un effet anti-inflammatoire. Cela améliore la fonction des ovaires et de l'endomètre, ce qui contribue au traitement de l'infertilité. Pour l'infusion médicinale, vous devez prendre trois cuillères à soupe de l'herbe, verser de l'eau bouillante dessus et laisser mijoter pendant encore cinq minutes, couvrir cette infusion et laisser reposer pendant trois heures. Vous devez prendre une telle infusion chaude cinq fois par jour, deux cuillères à soupe. La durée du traitement est de trois semaines.
  2. La teinture d'alcool de l'utérus de bore en combinaison avec des feuilles de plantain a un effet plus prononcé, car le plantain renforce l'effet de cette plante. Pour préparer la teinture, vous devez prendre une cuillère à café de feuilles de l'utérus des hautes terres et une cuillère à café de plantain et verser 50 millilitres d'alcool, puis insister pendant trois jours et prendre une cuillère à café deux fois par jour.
  3. Les feuilles de framboisier ont également un bon effet stimulant sur les ovaires. Dans ce cas, vous devez prendre des feuilles de framboise sèches, verser de l'eau bouillante et laisser reposer plusieurs minutes. Cette heure, vous devez boire un verre tout au long de la journée au lieu du thé ordinaire. Cette solution augmente également l'immunité locale et normalise la quantité de prostaglandines, ce qui détend l'endomètre et améliore la circulation sanguine..
  4. La sauge réduit le spasme de la couche musculaire de l'utérus et améliore la circulation sanguine, ce qui augmente la sensibilité des récepteurs à la progestérone, et normalise également la sécrétion de progestérone par le corps jaune. Vous pouvez utiliser une infusion de sauge, ainsi que des douches douces avec cette solution. Pour préparer une infusion médicinale, vous devez prendre dix grammes de feuilles de sauge et verser de l'eau bouillante, puis prendre un demi-verre de ce thé trois fois par jour. La douche doit être effectuée avec la même solution pendant la nuit, au moins cinq fois de suite.
  5. Prutnyak est une plante dont les fruits sont capables d'augmenter la synthèse de la progestérone grâce à l'action centrale et à l'amélioration du travail non seulement du corps jaune, mais aussi des glandes surrénales, qui synthétisent également la progestérone. Pour préparer une infusion médicinale, vous devez prendre les fruits de cette plante, les broyer et verser de l'eau bouillante dessus, laisser reposer pendant cinq heures, puis prendre une cuillère à café de teinture cinq à six fois par jour tout au long de la journée. La durée du traitement est de dix jours.

Remèdes homéopathiques est également largement utilisé pour stimuler la production de progestérone. Ces médicaments ont à la fois un effet hystérotrope et un effet central systémique sur l'hypothalamus, ce qui augmente la production de facteurs de libération et augmente la production de progestérone avec les œstrogènes. La posologie des différents médicaments peut être différente, ce qui détermine le niveau sélectif de progestérone sécrété. Remèdes homéopathiques de base:

  1. Zhensymax est un remède homéopathique combiné à base de plantes qui n'est pas un médicament purement, mais qui est utilisé comme complément alimentaire pour divers troubles hormonaux chez les jeunes femmes, y compris une carence en progestérone. Ce produit est disponible sous forme de gouttes. La posologie est de cinq millilitres de sirop deux fois par jour. Des effets secondaires sont possibles sous la forme d'éruptions cutanées allergiques, d'autres effets secondaires ne sont pas décrits. Précautions - vous devez prendre en compte la composition du médicament pour les patients atteints de diabète sucré concomitant.
  2. Cyclovita est un médicament qui contient des plantes, des composants vitaminiques, ainsi que de la lutéine, qui favorise la synthèse de la progestérone par le corps jaune. Par conséquent, le médicament est indiqué pour le déficit en progestérone, ainsi que pour les troubles circulatoires et pour améliorer le trophisme endométrial. Le médicament est disponible sous forme de comprimés à deux composants.Par conséquent, vous devez prendre en compte la phase du cycle menstruel et ne prendre que les comprimés qui y correspondent. La posologie est d'un comprimé par jour. Les effets secondaires lors de la prise du médicament n'ont pas été identifiés. Précautions - ne peut pas être utilisé chez les filles de moins de 14 ans et une hypervitaminose est possible lors de la prise de préparations vitaminées d'autres groupes.
  3. Mastodinon est un remède homéopathique qui a un mécanisme d'action central en inhibant la production de prolactine, ce qui augmente l'activité du corps jaune et stimule la production de progestérone. Par conséquent, avec une carence en progestérone chez les femmes qui n'allaitent pas afin d'augmenter la concentration de cette hormone, Mastodinon est un remède très efficace. Il se présente sous forme de gouttes et de comprimés et est pris deux fois par jour. Dosage - un comprimé ou 30 gouttes à la fois. Effets secondaires - symptômes dyspeptiques et sensation de lourdeur dans l'estomac.
  4. Le soufre est un remède homéopathique d'origine inorganique. Le médicament a un effet cicatrisant, antibactérien et régénérant, ce qui a un bon effet sur la restauration de l'endomètre et augmente la sensibilité des récepteurs à l'action de la progestérone. Le médicament est disponible sous forme pharmacologique de granules homéopathiques et les gouttes sont dosées en trois granules trois fois par jour une demi-heure avant les repas ou une heure après. Il est nécessaire de dissoudre les granulés jusqu'à dissolution complète et de ne pas boire avec de l'eau. Les effets secondaires ne sont pas courants, mais des troubles des selles, des symptômes dyspeptiques et des réactions allergiques peuvent survenir. Précautions - le médicament ne doit pas être utilisé immédiatement après une fausse couche.

Ce sont les principaux remèdes populaires qui accompagnent la normalisation de la carence en progestérone en conjonction avec l'hormonothérapie..