Principal

Écrevisse

Quels sont les symptômes de la thyroïdite auto-immune?

Dans cet article, vous apprendrez:

Lors de l'examen des symptômes de la thyroïdite auto-immune, se réfèrent le plus souvent aux symptômes traditionnels d'un manque d'hormones thyroïdiennes - fatigue, sensibilité au froid, perte de cheveux, constipation, etc. L'AIT interfère avec la capacité de la glande thyroïde à produire les hormones dont le corps a besoin pour maintenir un métabolisme normal (à savoir, la conversion de l'oxygène et des calories en énergie), cela se poursuit jusqu'à ce que l'inflammation associée de la glande thyroïde provoque une hypothyroïdie.

Symptômes fréquents

Bien que la plupart des personnes aux stades précoces de la thyroïdite auto-immune ne présentent aucun symptôme manifeste, certaines peuvent présenter un léger gonflement de l'avant de la gorge (goitre) causé par une inflammation directe de la glande..

La maladie progresse généralement lentement sur plusieurs années et cause des dommages à la glande thyroïde qui entraînent une diminution de la production d'hormones.

Vous pouvez voir que les symptômes de ces maladies sont les mêmes. Les plus courants sont:

  • Fatigue
  • Hypersensibilité au froid
  • Constipation
  • Peau pâle et sèche
  • Gonflement du visage
  • Ongles cassants
  • Chute de cheveux
  • Langue enflée
  • Prise de poids inexpliquée malgré aucun changement dans votre alimentation ou votre mode de vie
  • Douleurs musculaires (myalgie)
  • Douleurs articulaires (arthralgie)
  • Faiblesse musculaire
  • Saignements menstruels abondants
  • Menstruations irrégulières
  • La dépression
  • Pannes de mémoire ("brouillard dans la tête")
  • Diminution de l'activité sexuelle
  • Retard de croissance chez les enfants

Complications

La thyroïdite auto-immune peut entraîner des dommages permanents à la glande thyroïde, car la glande commence à augmenter afin de produire plus d'hormones, ce qui conduit au développement du goitre.

Il existe différents types de goitre:

  1. Diffus, caractérisé par un œdème lisse;
  2. Nodulaire, caractérisé par une bosse;
  3. Multimodulaire, caractérisé par un grand nombre de grumeaux;
  4. Rétrosternale.

Un trouble métabolique progressif, un déséquilibre hormonal croissant peut affecter d'autres organes, ce qui entraînera une nouvelle cascade de complications.

Infertilité

De faibles taux d'hormones thyroïdiennes peuvent interférer avec le mécanisme hormonal qui régule le cycle menstruel et l'ovulation. Cela peut conduire à l'infertilité. Ce diagnostic peut affecter jusqu'à 50% des femmes atteintes de thyroïdite auto-immune, selon une étude publiée dans l'International Journal of Endocrinology. Même avec un traitement réussi de l'hypothyroïdie, il n'y a aucune garantie que la fertilité sera complètement rétablie..

Maladies cardiaques

Même une hypothyroïdie légère peut avoir un effet profond sur votre santé cardiaque. Une régulation hormonale thyroïdienne altérée augmente le taux de «mauvais» cholestérol LDL (lipoprotéine de basse densité), ce qui entraîne un durcissement des artères (athérosclérose) et augmente le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.

Une hypothyroïdie sévère peut entraîner une tamponnade péricardique, une condition qui rend plus difficile pour le cœur de pomper le sang. Dans certains cas, cela peut entraîner une diminution de la pression artérielle et la mort..

Complications de la grossesse

Parce que l'hormone thyroïdienne de la mère est vitale pour le développement du fœtus, une hypothyroïdie non traitée pendant la grossesse peut entraîner des complications potentiellement graves pour la mère et le bébé..

La recherche a montré que l'hypothyroïdie double presque le risque de naissance prématurée et augmente considérablement le risque d'insuffisance pondérale à la naissance, de rupture prématurée du placenta, de battements cardiaques irréguliers et d'insuffisance respiratoire chez le fœtus..

L'encéphalopathie de Hashimoto

L'encéphalopathie de Hashimoto est une complication rare dans laquelle l'œdème cérébral peut provoquer des symptômes neurologiques sévères. Cette maladie ne touche que 2 personnes sur 100 000 par an et se situe généralement entre 41 et 44 ans. Les femmes tombent malades quatre fois plus souvent que les hommes.

La maladie se manifeste généralement de deux manières:

  • Diminution persistante de la fonction cognitive, entraînant des tremblements, de la somnolence, du brouillard dans la tête, des hallucinations, une démence et, dans de rares cas, un coma;
  • Convulsions ou crises soudaines similaires à un accident vasculaire cérébral.

L'encéphalopathie de Hashimoto est généralement traitée avec des corticostéroïdes intraveineux, tels que la prednisone, pour réduire rapidement l'œdème cérébral.

Myxœdème

Le myxœdème est une forme grave d'hypothyroïdie dans laquelle le métabolisme ralentit à un point tel qu'une personne peut tomber dans le coma. Elle est associée à une maladie non traitée et peut être reconnue par les changements caractéristiques de la peau et d'autres organes. Les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • Peau enflée;
  • Paupières tombantes;
  • Intolérance sévère au froid;
  • Baisse de la température corporelle;
  • Respiration lente;
  • Épuisement extrême;
  • Ralenti;
  • Psychose.

Le myxœdème nécessite des soins médicaux urgents.

La thyroïdite auto-immune vous expose à un risque accru non seulement de cancer de la thyroïde, mais également de cancer de la gorge. En fait, le dérèglement de l'activité hormonale résultant de la maladie augmente le risque de tous les cancers d'un facteur 1,68, selon une étude de Taiwan, qui comprenait 1521 personnes avec ce diagnostic et 6084 personnes sans..

C'est pourquoi, dans le cas du diagnostic de l'AIT, il convient de renforcer les mesures de prévention du cancer de la thyroïde. À savoir, modifiez le régime alimentaire, suivez le régime. Et en cas de risque élevé, la glande doit être retirée prématurément avant que des conséquences irréversibles ne surviennent..

Mesures diagnostiques

Le diagnostic de la thyroïdite auto-immune repose sur plusieurs étapes.

  1. Recueil de plaintes et antécédents médicaux. Le patient doit dire au médecin quels symptômes et depuis combien de temps il les a remarqués, dans quel ordre ils sont apparus. Lorsque cela est possible, les facteurs de risque sont identifiés.
  2. Diagnostic de laboratoire - détermine le niveau d'hormones thyroïdiennes. Avec la thyroïdite auto-immune, les niveaux de thyroxine seront réduits et la TSH augmentera. De plus, les anticorps dirigés contre la thyroperoxydase, la thyroglobuline ou les hormones thyroïdiennes de la glande thyroïde sont déterminés.
  3. Le diagnostic instrumental de tout implique un examen échographique de l'organe. Avec l'AIT, la glande thyroïde sera agrandie, la structure tissulaire est modifiée et l'échogénicité est réduite. Sur fond de zones sombres, de zones plus claires - des pseudo-nœuds peuvent être visualisés. Contrairement aux vrais nœuds, ils ne sont pas constitués de follicules glandulaires, mais représentent une zone d'organe enflammée et saturée de lymphocytes. Dans les cas peu clairs, pour clarifier la structure de la formation, effectuez une biopsie.

Habituellement, ces étapes sont suffisantes pour diagnostiquer l'AIT..

Traitement AIT

Le traitement de la thyroïdite auto-immune est effectué tout au long de la vie du patient. Cette tactique ralentit considérablement la progression de la maladie et a un effet positif sur la durée et la qualité de vie du patient..

Malheureusement, jusqu'à présent, il n'existe aucun traitement spécifique de la thyroïdite auto-immune. Le traitement symptomatique reste l'objectif principal.

  1. Pour l'hyperthyroïdie, des médicaments sont prescrits qui inhibent la fonction de la glande thyroïde - thiamazole, mercazolil, carbimazole.
  2. Pour le traitement de la tachycardie, de l'hypertension artérielle, des tremblements, des bêta-bloquants sont prescrits. Ils réduisent la fréquence cardiaque, abaissent la pression artérielle, éliminent les tremblements dans le corps.
  3. Pour éliminer l'inflammation et réduire la production d'anticorps, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits - diclofénac, nimésulide, méloxicam.
  4. Si subaiguë est lié à une thyroïdite auto-immune, des glucocorticoïdes sont prescrits - prednisolone, dexaméthasone.
  1. Dans l'hypothyroïdie, la L-thyroxine, un analogue synthétique des hormones thyroïdiennes, est prescrite comme thérapie de remplacement..
  2. S'il existe une forme hypertrophique qui serre les organes internes, un traitement chirurgical est indiqué.
  3. Des immunocorrecteurs, des vitamines, des adaptogènes sont prescrits comme thérapie d'accompagnement.

Le traitement d'une crise thyréotoxique ou d'un coma est effectué dans l'unité de soins intensifs et vise à éliminer les manifestations de la thyrotoxicose, à rétablir l'équilibre hydrique et électrolytique, à normaliser la température corporelle, à réguler la pression artérielle et la fréquence cardiaque. L'utilisation de thyrostatiques dans ce cas n'est pas souhaitable..

Quand voir un médecin

Maladie largement invisible à ses débuts, l'AIT n'est souvent détectée lors de l'examen que lorsque les taux d'hormones thyroïdiennes sont anormalement bas..

Étant donné que la thyroïdite auto-immune a tendance à se propager dans les familles, vous devriez vous faire tester si un membre de votre famille a la maladie ou présente des signes classiques d'hypothyroïdie, y compris une fatigue persistante, un gonflement du visage, une peau sèche, une perte de cheveux, des règles anormales et gain de poids malgré une diminution de l'apport calorique. Le diagnostic et le traitement précoces réussissent presque toujours..

Que sont les maladies auto-immunes en termes simples et une liste de maladies

Contenu

  • 1 Qu'est-ce que c'est et les raisons du développement
  • 2 Principaux symptômes
  • 3 Liste des maladies
  • 4 Quel médecin peut diagnostiquer
  • 5 traitements de base
  • 6 Prévention

Les maladies auto-immunes sont des pathologies qui surviennent lorsque les défenses de l'organisme échouent. Les femmes sont plus susceptibles de souffrir de ces maladies que les hommes..

De quoi s'agit-il et les raisons du développement

Les pathologies auto-immunes surviennent en raison de troubles du corps, qui peuvent être provoqués par un certain nombre de facteurs. Le plus souvent, la base est une prédisposition héréditaire. Les cellules immunitaires, au lieu d'agents étrangers, commencent à attaquer les tissus de divers organes. Souvent, ce processus pathologique se produit dans la glande thyroïde et les articulations..

Les substances nécessaires n'ont pas le temps de reconstituer les pertes subies par les effets destructeurs de leur propre système immunitaire. De tels troubles dans le corps peuvent être provoqués:

  • conditions de travail néfastes;
  • infections virales et bactériennes;
  • mutations génétiques au cours du développement intra-utérin.

Les principaux symptômes

Les processus auto-immuns dans le corps se manifestent sous la forme de:

  • chute de cheveux;
  • processus inflammatoire dans les articulations, le tractus gastro-intestinal et la glande thyroïde;
  • thrombose artérielle;
  • de nombreuses fausses couches;
  • douleur articulaire;
  • la faiblesse;
  • la peau qui gratte;
  • élargissement de l'organe affecté;
  • Irrégularités menstruelles;
  • douleur abdominale;
  • désordres digestifs;
  • détérioration de l'état général;
  • changements de poids;
  • violations de la miction;
  • ulcères trophiques;
  • Augmentation de l'appétit;
  • des changements d'humeur;
  • les troubles mentaux;
  • crampes et tremblements des membres.

Les maladies auto-immunes provoquent une pâleur, des réactions allergiques au froid, ainsi que des pathologies cardiovasculaires.

Liste des maladies

Les maladies auto-immunes les plus courantes avec des causes similaires sont:

  1. Alopécie areata - la calvitie survient lorsque le système immunitaire attaque les follicules pileux.
  2. Hépatite auto-immune - une inflammation du foie se produit, car ses cellules tombent sous l'influence agressive des lymphocytes T. La couleur de la peau devient jaune, l'organe causal augmente en taille.
  3. La maladie cœliaque est une intolérance au gluten. Dans le même temps, le corps répond à l'utilisation de céréales par une réaction violente sous forme de nausées, de vomissements, de diarrhée, de flatulences et de douleurs à l'estomac..
  4. Diabète de type 1 - Le système immunitaire attaque les cellules productrices d'insuline. Avec le développement de cette maladie, une personne est constamment accompagnée de soif, de fatigue accrue, de vision floue, etc..
  5. Maladie de Graves - accompagnée d'une production accrue d'hormones thyroïdiennes. Dans ce cas, des symptômes tels qu'une instabilité émotionnelle, des tremblements de la main, de l'insomnie et des perturbations du cycle menstruel se produisent. De la fièvre et une perte de poids peuvent survenir.
  6. Maladie de Hashimoto - se développe à la suite d'une diminution de la production d'hormones par la glande thyroïde. Dans ce cas, une personne est accompagnée de fatigue constante, de constipation, de sensibilité aux basses températures, etc..
  7. Le syndrome de Julian-Barré - se manifeste sous la forme de lésions du faisceau nerveux qui relie la moelle épinière et le cerveau. La paralysie peut se développer à mesure que la maladie progresse..
  8. Anémie hémolytique - le système immunitaire détruit les globules rouges, provoquant une hypoxie des tissus.
  9. Purpura idiopathique - la destruction des plaquettes se produit, à la suite de laquelle la capacité de coagulation du sang en souffre. Il y a un risque accru de saignement, de menstruations prolongées et abondantes et d'ecchymoses.
  10. La maladie inflammatoire de l'intestin est la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse. Les cellules immunitaires affectent la membrane muqueuse, provoquant l'apparition d'un ulcère, qui se traduit par des saignements, des douleurs, une perte de poids et d'autres troubles.
  11. Myopathie inflammatoire - des dommages au système musculaire se produisent. La personne est faible et insatisfaisante..
  12. Sclérose en plaques - les propres cellules des cellules immunitaires infectent la gaine nerveuse. Dans ce cas, la coordination des mouvements est altérée, des problèmes d'élocution peuvent survenir.
  13. Cirrhose biliaire - le foie et les voies biliaires sont détruits. Il y a un teint jaune, des démangeaisons, des nausées et d'autres troubles digestifs.
  14. Myasthénie grave - les nerfs et les muscles pénètrent dans la zone touchée. Une personne se sent constamment faible, tout mouvement est donné avec difficulté.
  15. Psoriasis - la destruction des cellules de la peau se produit, en conséquence, les couches de l'épiderme ne sont pas réparties correctement.
  16. La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune systémique. Les défenses du corps attaquent la muqueuse des articulations. La maladie s'accompagne d'inconfort pendant le mouvement, de processus inflammatoires.
  17. Sclérodermie - il y a une prolifération pathologique du tissu conjonctif.
  18. Vitiligo - les cellules qui produisent de la mélanine sont détruites. Dans ce cas, la peau est colorée de manière inégale.
  19. Lupus érythémateux disséminé - la zone touchée comprend les articulations, le cœur, les poumons, la peau et les reins. La maladie est extrêmement difficile.
  20. Syndrome de Sjögren - le système immunitaire affecte les glandes salivaires et lacrymales.
  21. Syndrome des antiphospholipides - lésions de la muqueuse des vaisseaux sanguins, des veines et des artères.

Quel médecin peut diagnostiquer

Un immunologiste est un médecin spécialisé dans le traitement de telles pathologies. Le spécialiste prend en compte le test sanguin du patient, qui confirme ou réfute le prétendu diagnostic. De plus, des consultations peuvent être nécessaires:

  • urologue;
  • thérapeute;
  • rhumatologue;
  • endocrinologue;
  • dermatologue;
  • neurologue;
  • hématologue;
  • gastro-entérologue.

Méthodes de traitement de base

Le traitement des maladies auto-immunes vise à soulager les symptômes de la maladie. Pour cela, des analgésiques sont souvent prescrits, tels que: Ibuprofène, Analgin, Spazmalgon, etc. Une étape importante du traitement est la reconstitution de la carence en substances essentielles qui doivent être produites normalement. Par exemple, avec le diabète sucré, des injections d'insuline sont prescrites et, avec une diminution de la fonction thyroïdienne, les hormones correspondantes.

La principale chose dans le traitement de ces types de maladies est de supprimer l'activité du système immunitaire. Cela est nécessaire pour que les cellules protectrices ne détruisent pas complètement les tissus de l'organe et ne provoquent pas de complications potentiellement mortelles. Dans ce cas, les immunosuppresseurs suppriment la production d'anticorps. Ces médicaments ne sont prescrits que par un médecin, car s'ils sont mal pris, un certain nombre de conséquences dangereuses peuvent être provoquées, y compris l'ajout d'une infection.

La prévention

Afin de réduire le risque de maladies auto-immunes, il est nécessaire de mener une vie saine, en abandonnant les mauvaises habitudes. Il est important de ne pas prendre de médicaments puissants sans prescription médicale. Il est nécessaire de réduire la quantité de stress, de se reposer plus souvent et d'être à l'air frais.

Le traitement opportun des pathologies infectieuses et virales joue un rôle important. Il n'est pas recommandé de commencer des maladies et de s'automédiquer. Vous devriez bouger davantage et éviter l'inactivité physique. S'il existe une prédisposition génétique aux maladies auto-immunes, il est important de consulter un immunologiste une fois par an et de surveiller l'état du corps..

Thyroïdite auto-immune (thyroïdite de Hashimoto)

La thyroïdite auto-immune est une maladie inflammatoire de la glande thyroïde qui, en règle générale, a une évolution chronique.

Cette pathologie a une origine auto-immune et est associée à des dommages et à la destruction des cellules folliculaires et des follicules de la glande thyroïde sous l'influence d'autoanticorps antithyroïdiens. Habituellement, la théroïdite auto-immune ne présente aucune manifestation aux stades initiaux, ce n'est que dans de rares cas qu'il y a une augmentation de la glande thyroïde.

Cette maladie est la plus courante de toutes les pathologies thyroïdiennes. Le plus souvent, les femmes après l'âge de 40 ans souffrent de thyroïdite auto-immune, mais le développement de cette maladie à un âge plus précoce est également possible, dans de rares cas, des signes cliniques de thyroïdite auto-immune surviennent même dans l'enfance.

Le deuxième nom de cette maladie est souvent entendu - la thyroïdite de Hashimoto (en l'honneur du scientifique japonais Hashimoto, qui a décrit pour la première fois cette pathologie). Mais en réalité, la thyroïdite de Hashimoto n'est qu'un type de thyroïdite auto-immune, qui comprend plusieurs types.

Statistiques

La fréquence d'apparition de la maladie, selon diverses sources, varie de 1 à 4%, dans la structure de la pathologie thyroïdienne, ses lésions auto-immunes représentent tous les 5 à 6 cas. Beaucoup plus souvent (4 à 15 fois) les femmes sont exposées à la thyroïdite auto-immune.

L'âge moyen au début d'un tableau clinique détaillé, indiqué dans les sources, varie considérablement: selon certaines données, il est de 40 à 50 ans, selon d'autres - 60 ans et plus, certains auteurs indiquent l'âge de 25 à 35 ans. Il est connu de manière fiable que la maladie est extrêmement rare chez les enfants, dans 0,1 à 1% des cas.

Raisons de développement

La principale cause de ce type de thyroïdite, telle qu'elle a été établie par le scientifique japonais Hakaru Hashimoto, est la réponse immunitaire spécifique du corps. Le plus souvent, le système immunitaire protège le corps humain des facteurs externes négatifs, des virus et des infections, produisant des anticorps spéciaux à ces fins. Dans certains cas, en raison d'un dysfonctionnement auto-immun, le système immunitaire peut attaquer les cellules de son propre corps, y compris les cellules de la glande thyroïde, ce qui conduit à leur destruction.

Selon les experts, la principale raison de ce type de réponse immunitaire est une prédisposition génétique, mais il existe d'autres facteurs de risque pouvant conduire au développement d'une thyroïdite:

  • maladies infectieuses: c'est pendant cette période que l'immunité du corps peut échouer, par conséquent, chez un enfant, par exemple, une thyroïdite auto-immune chronique peut être observée dans le contexte d'une maladie infectieuse une fois transférée;
  • autres maladies auto-immunes: on suppose que le corps du patient a ce type de réaction à ses propres cellules;
  • les situations stressantes peuvent également causer des problèmes d'immunité;
  • mauvaise écologie du lieu de résidence permanente, y compris les rayonnements radioactifs: contribue à l'affaiblissement général du corps, à sa sensibilité aux infections, qui, là encore, peuvent déclencher une réaction du système immunitaire à ses propres tissus;
  • prendre un certain ensemble de médicaments qui peuvent affecter la production d'hormones thyroïdiennes;
  • manque ou, au contraire, excès d'iode dans les aliments et, par conséquent, dans le corps du patient;
  • fumeur;
  • possible subi une intervention chirurgicale sur la glande thyroïde ou des processus inflammatoires chroniques dans le nasopharynx.

Entre autres, le sexe et l'âge du patient sont considérés comme un autre facteur de risque: par exemple, les femmes souffrent de thyroïdite auto-immune plusieurs fois plus souvent que les hommes, et l'âge moyen des patients varie de 30 à 60 ans, bien que dans certains cas la maladie puisse également être diagnostiquée chez les femmes de moins de 30 ans. ans, ainsi que chez les enfants et les adolescents.

Classification

La thyroïdite auto-immune peut être divisée en plusieurs maladies, bien qu'elles aient toutes la même nature:

1. La thyroïdite chronique (aka thyroïdite lymphomateuse, anciennement appelée thyroïdite auto-immune de Hashimoto ou goitre de Hashimoto) se développe en raison d'une forte augmentation des anticorps et d'une forme particulière de lymphocytes (lymphocytes T), qui commencent à détruire les cellules thyroïdiennes. En conséquence, la glande thyroïde réduit considérablement la quantité d'hormones qu'elle produit. Ce phénomène est appelé hypothyroïdie par les médecins. La maladie a une forme génétique prononcée et les proches du patient souffrent très souvent de diabète sucré et de diverses formes de lésions thyroïdiennes.

2. La thyroïdite post-partum est la mieux comprise car c'est la maladie la plus courante. Une maladie survient en raison d'une surcharge du corps féminin pendant la grossesse, ainsi que dans le cas d'une prédisposition existante. C'est cette relation qui conduit au fait que la thyroïdite post-partum se transforme en thyroïdite auto-immune destructrice.

3. La thyroïdite indolore (silencieuse) est similaire à celle du post-partum, mais la raison de son apparition chez les patients n'a pas encore été identifiée.

4. La thyroïdite induite par les cytokines peut survenir chez les patients atteints d'hépatite C ou d'hémopathie en cas de traitement de ces maladies par interféron.

Selon les manifestations cliniques et en fonction des modifications de la taille de la glande thyroïde, la thyroïdite auto-immune se divise sous les formes suivantes:

  • Latent - lorsque les symptômes cliniques sont absents, mais que des signes immunologiques apparaissent. Dans cette forme de maladie, la glande thyroïde est soit de taille normale, soit légèrement élargie. Ses fonctions ne sont pas altérées et aucun sceau n'est observé dans le corps de la glande;
  • Hypertrophique - lorsque les fonctions de la glande thyroïde sont perturbées et que sa taille augmente, formant un goitre. Si l'augmentation de la taille de la glande dans tout le volume est uniforme, il s'agit d'une forme diffuse de la maladie. Si la formation de nœuds dans le corps de la glande se produit, la maladie est appelée forme nodulaire. Cependant, il existe des cas fréquents de combinaison simultanée de ces deux formes;
  • Atrophique - lorsque la taille de la glande thyroïde est normale ou même réduite, mais que la quantité d'hormones produites est considérablement réduite. Une telle image de la maladie est courante chez les personnes âgées et chez les jeunes - uniquement dans le cas de leur exposition radioactive..

Symptômes de la thyroïdite auto-immune

Il convient de noter tout de suite que la thyroïdite auto-immune se déroule souvent sans symptômes prononcés et n'est détectée que lors de l'examen de la glande thyroïde.

Au début de la maladie, dans certains cas tout au long de la vie, la fonction normale de la glande thyroïde peut rester, la soi-disant euthyroïdie - une condition dans laquelle la glande thyroïde produit des quantités normales d'hormones. Cette condition n'est pas dangereuse et est la norme, elle ne nécessite qu'une surveillance dynamique supplémentaire..

Les symptômes de la maladie surviennent si, à la suite de la destruction des cellules thyroïdiennes, une diminution de sa fonction se produit - hypothyroïdie. Souvent, au tout début de la thyroïdite auto-immune, une augmentation de la fonction de la glande thyroïde se produit, elle produit plus d'hormones que la normale. Cette condition est appelée thyrotoxicose. La thyréotoxicose peut persister ou se transformer en hypothyroïdie.

Les symptômes de l'hypothyroïdie et de la thyrotoxicose sont différents.

Les symptômes de l'hypothyroïdie sont:

Faiblesse, diminution de la mémoire, apathie, dépression, humeur dépressive, peau pâle sèche et froide, peau rugueuse sur les paumes et les coudes, retard d'élocution, gonflement du visage, paupières, surpoids ou obésité, frissons, intolérance au froid, diminution de la transpiration, augmentation, gonflement de la langue, augmentation de la chute des cheveux, ongles cassants, œdème des jambes, enrouement, nervosité, irrégularités menstruelles, constipation, douleurs articulaires.

Les symptômes sont souvent non spécifiques, surviennent chez un grand nombre de personnes et peuvent ne pas être associés à un dysfonctionnement thyroïdien. Cependant, si vous présentez la plupart des symptômes suivants, les hormones thyroïdiennes doivent être testées.

Les symptômes de la thyrotoxicose sont:

Irritabilité accrue, perte de poids, sautes d'humeur, larmoiement, palpitations cardiaques, sensation d'interruption du travail du cœur, augmentation de la pression artérielle, diarrhée (selles molles), faiblesse, tendance à la fracture (la force osseuse diminue), sensation de chaleur, intolérance aux climats chauds, transpiration, augmentation de la perte de cheveux, irrégularités menstruelles, diminution de la libido (libido).

Diagnostique

Avant l'apparition de l'hypothyroïdie, le diagnostic de l'AIT est difficile. Le diagnostic de thyroïdite auto-immune est établi par les endocrinologues en fonction du tableau clinique, des données de laboratoire. La présence de maladies auto-immunes chez d'autres membres de la famille confirme la probabilité d'une thyroïdite auto-immune.

Les tests de laboratoire pour la thyroïdite auto-immune comprennent:

  • numération globulaire complète - une augmentation du nombre de lymphocytes est déterminée
  • immunogramme - caractérisé par la présence d'anticorps dirigés contre la thyroglobuline, la thyroperoxydase, le deuxième antigène colloïde, des anticorps contre les hormones thyroïdiennes de la glande thyroïde
  • détermination de la T3 et de la T4 (totale et libre), des taux sériques de TSH. Une augmentation du taux de TSH avec une teneur normale en T4 indique une hypothyrose subclinique, une augmentation du taux de TSH avec une concentration réduite de T4 - sur l'hypothyroïdie clinique
  • L'échographie de la glande thyroïde - montre une augmentation ou une diminution de la taille de la glande, un changement de sa structure. Les résultats de cette étude complètent le tableau clinique et d'autres résultats de laboratoire.
  • La biopsie à l'aiguille fine de la glande thyroïde - vous permet d'identifier un grand nombre de lymphocytes et d'autres cellules caractéristiques de la thyroïdite auto-immune. Il est utilisé lorsqu'il existe des preuves d'une possible dégénérescence maligne du nodule thyroïdien.

Les critères diagnostiques de la thyroïdite auto-immune sont:

  • augmentation des taux d'anticorps circulants dirigés contre la glande thyroïde (AT-TPO);
  • détection de l'hypoéchogénicité de la glande thyroïde par échographie;
  • signes d'hypothyroïdie primaire.

En l'absence d'au moins un de ces critères, le diagnostic de thyroïdite auto-immune n'est que probabiliste. Étant donné qu'une augmentation du taux d'AT-TPO, ou une hypoéchogénicité de la glande thyroïde, en soi, ne prouve pas encore une thyroïdite auto-immune, cela ne permet pas d'établir un diagnostic précis. Le traitement est indiqué pour le patient uniquement en phase hypothyroïdienne, par conséquent, il n'y a généralement pas de besoin urgent de diagnostic en phase euthyroïdienne.

Pire chose à attendre: complications possibles de la thyroïdite

Différents stades de la thyroïdite ont des complications différentes. Ainsi, le stade hyperthyroïdien peut être compliqué par une arythmie, une insuffisance cardiaque et même provoquer un infarctus du myocarde..

L'hypothyroïdie peut provoquer:

  • infertilité;
  • fausse couche habituelle;
  • hypothyroïdie congénitale chez un enfant né;
  • démence;
  • l'athérosclérose;
  • la dépression;
  • myxœdème, qui ressemble à une intolérance au moindre froid, une somnolence constante. Si dans cet état vous entrez dans des sédatifs, souffrez d'un stress sévère ou d'une maladie infectieuse, vous pouvez provoquer un coma hypothyroïdien.

Heureusement, cette condition répond bien au traitement, et si vous prenez des médicaments à une dose ajustée au niveau d'hormones et d'AT-TPO, vous risquez de ne pas ressentir la présence de la maladie pendant longtemps..

Quel est le danger de la thyroïdite pendant la grossesse?

La glande thyroïde ne pèse que quinze grammes, mais son influence sur les processus se produisant dans le corps est énorme. Les hormones produites par la glande thyroïde sont impliquées dans le métabolisme, dans la production de certaines vitamines, ainsi que dans de nombreux processus vitaux.

La thyroïdite auto-immune provoque un dysfonctionnement de la glande thyroïde dans les deux tiers des cas. Et la grossesse donne très souvent une impulsion à l'aggravation de la maladie. Avec la thyroïdite, la glande thyroïde produit moins d'hormones qu'elle ne le devrait. Cette maladie est classée comme une maladie auto-immune. La thyroïdite diffère des autres maladies thyroïdiennes en ce que même l'utilisation de médicaments n'aide pas souvent à augmenter la production d'hormones. Et ces hormones sont nécessaires à la fois au corps de la mère et au corps en développement du bébé. La thyroïdite peut provoquer des perturbations dans la formation du système nerveux chez un enfant à naître.

Pendant la grossesse, ne soyez pas négligent face à une maladie telle que la thyroïdite. Le fait est qu'il est particulièrement dangereux au premier trimestre, lorsque la thyroïdite peut provoquer une fausse couche. Selon des études, quarante-huit pour cent des femmes souffrant de thyroïdite ont eu une grossesse avec un risque de fausse couche, et douze et demi pour cent souffraient de formes sévères de toxicose dans les premiers stades..

Comment traiter la thyroïdite?

Le traitement de la pathologie est entièrement médicamenteux et dépend du stade auquel se trouve la thyroïdite auto-immune. Le traitement est prescrit quel que soit l'âge et ne s'arrête pas même en cas de grossesse, bien sûr, s'il y a des indications nécessaires. Le but du traitement est de maintenir les hormones thyroïdiennes à leur niveau physiologique (indicateurs de contrôle tous les six mois, le premier contrôle doit être effectué après 1,5 à 2 mois).

Au stade de l'euthyroïdie, le traitement médicamenteux n'est pas effectué.

En ce qui concerne les tactiques de traitement du stade thyrotoxique, la décision est laissée au médecin. Habituellement, les thyrostatiques du type "Mercazolil" ne sont pas prescrits. La thérapie est symptomatique: pour la tachycardie, des bêta-bloquants sont utilisés (Anaprilin, Nebivolol, Atenolol), en cas d'excitabilité psycho-émotionnelle sévère, des sédatifs sont prescrits. En cas de crise thyrotoxique, le traitement hospitalier est réalisé à l'aide d'injections d'homones glucocorticoïdes ("Prednisolone", "Dexamethasone"). Les mêmes médicaments sont utilisés lorsque la thyroïdite auto-immune est associée à une thyroïdite subaiguë, mais le traitement est effectué en ambulatoire.

Au stade de l'hypothyroïdie, une T4 synthétique (thyroxine) appelée «L-thyroxine» ou «Eutirox» est prescrite et, en cas de pénurie de triiodothyronine, ses analogues créés en laboratoire. La posologie de la thyroxine pour les adultes est de 1,4 à 1,7 mcg / kg de poids corporel, chez les enfants - jusqu'à 4 mcg / kg.

La thyroxine est prescrite aux enfants s'il y a une augmentation de la TSH et un taux normal ou faible de T4, si la glande est augmentée de 30 pour cent ou plus de la norme d'âge. S'il est augmenté, sa structure est hétérogène, tandis que l'AT-TPO est absent, l'iode est prescrit sous forme d'iodure de potassium à une dose de 200 mcg / jour.

Lorsque le diagnostic de thyroïdite auto-immune est posé à une personne vivant dans une zone carencée en iode, des doses physiologiques d'iode sont utilisées: 100-200 mcg / jour.

La L-thyroxine est prescrite aux femmes enceintes si la TSH est supérieure à 4 mU / L. S'ils ont seulement AT-TPO et que la TSH est inférieure à 2 mU / L, la thyroxine n'est pas utilisée, mais la TSH est surveillée chaque trimestre. En présence d'AT-TPO et de TSH 2-4 mU / l, la L-thyroxine est nécessaire à des doses prophylactiques.

Si la thyroïdite est nodulaire, dans laquelle un cancer ne peut être exclu, ou si la glande thyroïde comprime les organes du cou, compliquant considérablement la respiration, un traitement chirurgical est effectué.

Nourriture

Le régime alimentaire doit être normal en calories (valeur énergétique d'au moins 1500 kcal), et il vaut mieux le calculer selon Mary Chaumont: (poids * 25) moins 200 kcal.

Les protéines doivent être augmentées à 3 g par kg de poids corporel, et les graisses saturées et les glucides digestibles doivent être limités. Vous devez manger toutes les 3 heures.

  • plats de légumes;
  • poisson rouge cuit au four;
  • graisse de poisson;
  • foie: morue, porc, bœuf;
  • Pâtes;
  • produits laitiers;
  • fromage;
  • les légumineuses;
  • des œufs;
  • beurre;
  • bouillie;
  • pain.

Les aliments salés, frits, épicés et fumés, l'alcool et les épices sont exclus. Eau - pas plus de 1,5 l / jour.

Besoin de déchargement - une fois par semaine ou 10 jours - jours sur les jus et fruits.

Remèdes populaires

Le traitement avec des remèdes populaires pour la thyroïdite auto-immune est contre-indiqué. Avec cette maladie, vous devez généralement vous abstenir de toute auto-médication. Un traitement adéquat dans ce cas ne peut être prescrit que par un médecin expérimenté et doit être effectué sous le contrôle systématique obligatoire des analyses.

Les immunomodulateurs et immunostimulants pour la thyroïdite auto-immune ne sont pas recommandés. Il est très important de suivre certains principes d'une bonne alimentation saine, à savoir: manger plus de fruits et légumes. Pendant la maladie, ainsi que pendant les périodes de stress, de stress émotionnel et physique, il est recommandé de prendre des micro-éléments et des vitamines contenant des vitamines nécessaires à l'organisme (telles que des préparations vitaminées comme Supradin, Centrum, Vitrum, etc.)

Prévisions pour la vie

La santé et les performances normales des patients peuvent parfois persister pendant 15 ans ou plus, malgré des exacerbations à court terme de la maladie.

La thyroïdite auto-immune et les taux élevés d'anticorps peuvent être considérés comme un facteur d'augmentation du risque d'hypothyroïdie à l'avenir, c'est-à-dire une diminution de la quantité d'hormones produites par la glande.

En cas de thyroïdite post-partum, le risque de récidive après une grossesse répétée est de 70%. Cependant, environ 25 à 30% des femmes ont par la suite une thyroïdite auto-immune chronique avec la transition vers une hypothyroïdie persistante.

La prévention

Il est actuellement impossible de prévenir la manifestation d'une thyroïdite aiguë ou subaiguë à l'aide de mesures préventives spécifiques.

Les experts conseillent de suivre les règles générales pour éviter un certain nombre de maladies. Il est important de durcir régulièrement un traitement opportun pour les maladies des oreilles, de la gorge, du nez, des dents et l'utilisation d'une quantité suffisante de vitamines. Une personne qui a eu des cas de thyroïdite auto-immune dans sa famille doit faire très attention à sa propre santé et consulter un médecin au premier soupçon.

Pour éviter la rechute de la maladie, il est important de suivre très attentivement toutes les prescriptions du médecin..

Maladies auto-immunes

Les maladies auto-immunes sont des maladies humaines qui se manifestent par une activité trop élevée du système immunitaire du corps par rapport à ses propres cellules. Le système immunitaire perçoit ses tissus comme des éléments étrangers et commence à les endommager. Ces maladies sont également appelées systémiques, car un certain système du corps dans son ensemble est endommagé et parfois tout le corps est affecté..

Pour les médecins modernes, les raisons et le mécanisme de manifestation de tels processus restent flous. Donc, il y a une opinion que le stress, les traumatismes et les infections de toutes sortes et l'hypothermie peuvent provoquer des maladies auto-immunes..

Parmi les maladies qui appartiennent à ce groupe de maladies, il convient de noter la polyarthrite rhumatoïde, un certain nombre de maladies auto-immunes de la glande thyroïde. En outre, le mécanisme de développement du diabète sucré de type 1, de la sclérose en plaques et du lupus érythémateux disséminé est auto-immun. Il existe également des syndromes de nature auto-immune..

Causes des maladies auto-immunes

Le système immunitaire humain mûrit le plus intensément, de la naissance à quinze ans. En cours de maturation, les cellules acquièrent la capacité de reconnaître par la suite certaines protéines d'origine étrangère, ce qui devient la base de la lutte contre diverses infections.

Il y a aussi une partie des lymphocytes qui perçoivent les protéines de leur propre corps comme étrangères. Cependant, dans l'état normal du corps, le système immunitaire exerce un contrôle étroit sur ces cellules, de sorte qu'elles remplissent la fonction de détruire les cellules malades ou défectueuses..

Mais dans certaines conditions du corps humain, le contrôle de ces cellules peut être perdu et, par conséquent, elles commencent à agir plus activement, détruisant des cellules déjà normales et à part entière. Ainsi, le développement d'une maladie auto-immune se produit..

À ce jour, il n'y a pas d'informations exactes sur les causes des maladies auto-immunes. Cependant, la recherche par des spécialistes permet de subdiviser toutes les causes en interne et externe.

Les causes externes du développement de maladies de ce type sont déterminées par l'impact sur le corps d'agents infectieux, ainsi que par un certain nombre d'effets physiques (rayonnement, rayonnement ultraviolet, etc.). Si, pour ces raisons, un certain tissu du corps est endommagé, les molécules modifiées sont parfois perçues par le système immunitaire comme des éléments étrangers. En conséquence, il attaque l'organe affecté, un processus inflammatoire chronique se développe et les tissus sont encore plus endommagés..

Une autre cause externe du développement de maladies auto-immunes est le développement de l'immunité croisée. Ce phénomène se produit si l'agent causal de l'infection est similaire à ses propres cellules. En conséquence, l'immunité humaine affecte à la fois les micro-organismes pathogènes et ses propres cellules, les affectant.

Les mutations génétiques, héréditaires, sont définies comme des causes internes. Certaines mutations peuvent modifier la structure antigénique de tout tissu ou organe. En conséquence, les lymphocytes ne peuvent plus les reconnaître comme les leurs. Les maladies auto-immunes de ce type sont généralement appelées spécifiques à un organe. Dans ce cas, une certaine maladie est héréditaire, c'est-à-dire qu'un certain organe ou système est endommagé de génération en génération..

En raison d'autres mutations, l'équilibre du système immunitaire est perturbé, ce qui ne se produit pas en raison du bon contrôle des lymphocytes autoagressifs. Si, dans de telles circonstances, certains facteurs stimulants agissent sur le corps humain, une maladie auto-immune spécifique à un organe peut alors se manifester, ce qui affectera un certain nombre de systèmes et d'organes..

À ce jour, il n'y a pas d'informations exactes sur le mécanisme de développement de ce type de maladie. Selon la définition générale, l'apparition de maladies auto-immunes provoque une violation de la fonction générale du système immunitaire ou de certains de ses composants. On pense que des facteurs directement défavorables ne peuvent pas provoquer l'apparition d'une maladie auto-immune. De tels facteurs ne font qu'augmenter le risque de développer des maladies chez ceux qui ont une tendance héréditaire à une telle pathologie..

Les maladies auto-immunes classiques sont rarement diagnostiquées dans la pratique médicale. Les complications auto-immunes d'autres affections sont beaucoup plus fréquentes. Dans le processus de progression de certaines maladies, la structure des tissus change partiellement, ce qui leur permet d'acquérir les propriétés d'éléments étrangers. Dans ce cas, les réponses auto-immunes sont dirigées vers les tissus sains. Par exemple, des réactions auto-immunes peuvent survenir en raison d'un infarctus du myocarde, de brûlures, de maladies virales, de blessures. Il arrive que le tissu de l'œil ou du testicule subisse une attaque auto-immune due à une inflammation.

Parfois, l'attaque du système immunitaire est dirigée vers des tissus sains en raison du fait qu'un antigène étranger leur est attaché. Cela est possible, par exemple, avec l'hépatite virale B.Il existe un autre mécanisme de développement de réactions auto-immunes dans les organes et tissus sains: le développement de réactions allergiques chez eux.

La plupart des maladies auto-immunes sont des maladies chroniques qui se développent avec une alternance d'exacerbations et de périodes de rémission. Dans la plupart des cas, les maladies auto-immunes chroniques provoquent de graves changements négatifs dans les fonctions des organes, ce qui conduit finalement à un handicap humain..

Diagnostic des maladies auto-immunes

Dans le processus de diagnostic des maladies auto-immunes, le point le plus important est de déterminer le facteur immunitaire, qui provoque des dommages aux tissus et aux organes humains. Pour la plupart des maladies auto-immunes, de tels facteurs ont été identifiés. Dans chaque cas, différentes méthodes de recherche en laboratoire immunologique sont utilisées pour déterminer le marqueur requis..

En outre, lors du processus d'établissement du diagnostic, le médecin doit prendre en compte toutes les informations sur le développement clinique de la maladie, ainsi que ses symptômes, qui sont déterminés lors de l'examen et de l'interrogatoire du patient..

Traiter les maladies auto-immunes

Aujourd'hui, grâce à la recherche constante de spécialistes, le traitement des maladies auto-immunes est mené avec succès. Lors de la prescription de médicaments, le médecin tient compte du fait que c'est l'immunité humaine qui est le principal facteur qui affecte négativement les organes et les systèmes. Par conséquent, la nature du traitement des maladies auto-immunes est immunosuppressive et immunomodulatrice..

Les médicaments immunosuppresseurs ont un effet déprimant sur le fonctionnement du système immunitaire. Ce groupe de médicaments comprend les cytostatiques, les antimétabolites, les hormones corticostéroïdes, ainsi que certains antibiotiques, etc. Après la prise de ces médicaments, la fonction du système immunitaire est nettement supprimée et le processus d'inflammation est suspendu.

Cependant, lors du traitement de maladies à l'aide de ces médicaments, il faut tenir compte du fait qu'ils provoquent la survenue d'effets indésirables. Ces médicaments n'agissent pas localement: leur effet s'étend au corps humain dans son ensemble..

En raison de leur consommation, l'hématopoïèse peut être inhibée, les organes internes peuvent être affectés, le corps devient plus sensible aux infections. Après avoir pris certains médicaments de ce groupe, le processus de division cellulaire est inhibé, ce qui peut provoquer une perte de cheveux intense. Si le patient est traité avec des médicaments hormonaux, un effet secondaire peut être l'apparition du syndrome de Cushing, qui se caractérise par une hypertension artérielle, une obésité et une gynécomastie chez les hommes. Par conséquent, le traitement avec de tels médicaments n'est effectué qu'après une clarification complète du diagnostic et sous la surveillance d'un médecin expérimenté..

Le but de l'utilisation de médicaments immunomodulateurs est de parvenir à un équilibre entre les différents composants du système immunitaire. Les médicaments de ce type sont prescrits pendant le traitement avec des immunosuppresseurs comme moyen de prévenir les complications infectieuses.

Les médicaments immunomodulateurs sont des médicaments majoritairement d'origine naturelle. Ces préparations contiennent des substances biologiquement actives qui aident à rétablir l'équilibre entre les différents types de lymphocytes. Les immunomodulateurs les plus couramment utilisés sont l'alfétine, ainsi que la Rhodiola rosea, l'Echinacea purpurea et l'extrait de ginseng..

En outre, dans la thérapie complexe des maladies auto-immunes, des complexes spécialement développés et équilibrés de minéraux et de vitamines sont utilisés..

Aujourd'hui, il existe un développement actif de méthodes fondamentalement nouvelles de traitement des maladies auto-immunes. L'une des méthodes prometteuses est considérée comme la thérapie génique - une méthode visant à remplacer un gène défectueux dans le corps. Mais cette méthode de traitement n'en est qu'au stade de développement..

En outre, des médicaments sont développés à partir d'anticorps capables de résister aux attaques du système immunitaire visant leurs propres tissus..

Maladies auto-immunes de la glande thyroïde

Aujourd'hui, les maladies auto-immunes de la glande thyroïde sont divisées en deux types. Dans le premier cas, il y a une sécrétion excessive d'hormones thyroïdiennes. La maladie de Graves appartient à ce type. Avec un autre type de telles maladies, il y a une diminution de la synthèse des hormones. Dans ce cas, nous parlons de la maladie de Hashimoto ou du myxœdème..

Au cours du fonctionnement de la glande thyroïde dans le corps humain, la thyroxine est synthétisée. Cette hormone est très importante pour le fonctionnement harmonieux de l'organisme dans son ensemble - elle participe à un certain nombre de processus métaboliques et participe également au fonctionnement normal des muscles, du cerveau et de la croissance osseuse..

Ce sont les maladies auto-immunes de la glande thyroïde qui deviennent la principale raison du développement de l'hypothyroïdie auto-immune dans le corps..

Thyroïdite auto-immune

La thyroïdite auto-immune est le type de thyroïdite le plus courant. Les experts distinguent deux formes de cette maladie: la thyroïdite atrophique et la thyroïdite hypertrophique (le goitre de Hashimoto).

La thyroïdite auto-immune est caractérisée par la présence d'une carence à la fois qualitative et quantitative en lymphocytes T. Les symptômes de la thyroïdite auto-immune se manifestent par une infiltration lymphoïde du tissu thyroïdien. Cette condition se manifeste comme une conséquence de l'influence de facteurs de nature auto-immune..

La thyroïdite auto-immune se développe chez les personnes qui ont une tendance héréditaire à cette maladie. De plus, il se manifeste sous l'influence d'un certain nombre de facteurs externes. La conséquence de tels changements dans la glande thyroïde est la survenue ultérieure d'une hypothyroïdie auto-immune secondaire..

Dans la forme hypertrophique de la maladie, les symptômes de la thyroïdite auto-immune se manifestent par une hypertrophie générale de la glande thyroïde. Cette augmentation peut être déterminée à la fois par palpation et visuellement. Très souvent, le diagnostic des patients présentant une pathologie similaire sera un goitre nodulaire..

Dans la forme atrophique de la thyroïdite auto-immune, le tableau clinique de l'hypothyroïdie apparaît le plus souvent. Le résultat final de la thyroïdite auto-immune est l'hypothyroïdie auto-immune, dans laquelle il n'y a pas du tout de cellules thyroïdiennes. Les symptômes de l'hyperthyroïdie sont des tremblements des doigts, une transpiration intense, une augmentation du rythme cardiaque et une augmentation de la pression artérielle. Mais le développement de l'hypothyroïdie auto-immune survient plusieurs années après le début de la thyroïdite.

Parfois, il existe des cas de thyroïdite sans signes spécifiques. Mais encore, dans la plupart des cas, les premiers signes d'une telle affection sont souvent un inconfort dans la glande thyroïde. En cours de déglutition, le patient peut constamment ressentir une boule dans la gorge, une sensation de pression. Pendant la palpation, la glande thyroïde peut faire un peu mal.

Les symptômes cliniques ultérieurs de la thyroïdite auto-immune chez l'homme se manifestent par un grossissement des traits du visage, une bradycardie et l'apparition d'un excès de poids. Le patient modifie le timbre de la voix, la mémoire et la parole deviennent moins claires, lors d'un effort physique, un essoufflement apparaît. L'état de la peau change également: elle s'épaissit, il y a sécheresse de la peau, changement de couleur de la peau. Les femmes notent une violation du cycle mensuel, dans le contexte de la thyroïdite auto-immune, l'infertilité se développe souvent. Malgré un si large éventail de symptômes de la maladie, il est presque toujours difficile de la diagnostiquer. Dans le processus d'établissement d'un diagnostic, la palpation de la glande thyroïde, un examen approfondi de la région du cou est souvent utilisé. Il est également important de vérifier le taux d'hormones thyroïdiennes et de déterminer les anticorps dans le sang. si absolument nécessaire, une échographie de la glande thyroïde est réalisée.

Le traitement de la thyroïdite auto-immune est généralement effectué à l'aide d'un traitement conservateur, qui implique le traitement de divers troubles de la glande thyroïde. Dans les cas particulièrement graves, la thyroïdine auto-immune est traitée chirurgicalement par la méthode de la thyroïdectomie.

Si le patient développe une hypothyroïdie, le traitement est effectué à l'aide d'un traitement de substitution, pour lequel des préparations thyroïdiennes d'hormones thyroïdiennes sont utilisées.

Hépatite auto-immune

Les raisons pour lesquelles une personne développe une hépatite auto-immune ne sont pas complètement connues jusqu'à aujourd'hui. On pense que les processus auto-immunes dans le foie du patient sont provoqués par divers virus, par exemple, les virus de l'hépatite de divers groupes, le cytomégalovirus, le virus de l'herpès. L'hépatite auto-immune affecte le plus souvent les filles et les jeunes femmes, et est beaucoup moins fréquente chez les hommes et les femmes plus âgées..

Il est généralement admis que dans le processus de développement de l'hépatite auto-immune chez un patient, la tolérance immunologique du foie est altérée. Autrement dit, la formation d'auto-anticorps contre certaines parties des cellules hépatiques se produit dans le foie..

L'hépatite auto-immune est de nature progressive et les rechutes de la maladie surviennent très souvent. Un patient atteint de cette maladie présente des lésions hépatiques très graves. Les symptômes de l'hépatite auto-immune sont la jaunisse, une augmentation de la température corporelle, des douleurs dans le foie. Il y a l'apparition d'hémorragies sur la peau. Ces hémorragies peuvent être à la fois petites et suffisamment grandes. En outre, lors du diagnostic de la maladie, les médecins découvrent une hypertrophie du foie et de la rate..

Dans le processus de progression de la maladie, il y a également des changements qui affectent d'autres organes. Chez les patients, il y a une augmentation des ganglions lymphatiques, des douleurs dans les articulations se manifestent. Plus tard, de graves lésions articulaires peuvent se développer, entraînant un gonflement. La manifestation d'éruptions cutanées, de sclérodermie focale, de psoriasis est également possible. Le patient peut souffrir de douleurs musculaires, parfois de lésions rénales et cardiaques, le développement d'une myocardite.

Lors du diagnostic de la maladie, un test sanguin est effectué, dans lequel il y a une augmentation des enzymes hépatiques, un niveau trop élevé de bilirubine, une augmentation du test de thymol, une violation de la teneur en fractions protéiques. L'analyse révèle également des changements caractéristiques de l'inflammation. Cependant, les marqueurs de l'hépatite virale ne sont pas détectés.

Dans le processus de traitement de cette maladie, des hormones corticostéroïdes sont utilisées. Au premier stade du traitement, des doses très élevées de ces médicaments sont prescrites. Plus tard, sur plusieurs années, vous devrez prendre des doses d'entretien de ces médicaments..

Éducation: Diplômé du Rivne State Basic Medical College avec un diplôme en pharmacie. Diplômé de l'Université médicale d'État de Vinnitsa du nom de I. M.I. Pirogov et stage à sa base.

Expérience de travail: De 2003 à 2013 - a travaillé comme pharmacien et chef d'un kiosque de pharmacie. Elle a reçu des certificats et distinctions pour de nombreuses années de travail consciencieux. Des articles sur des sujets médicaux ont été publiés dans des publications locales (journaux) et sur divers portails Internet.

commentaires

salut! Veuillez me dire où la maladie auto-immune vitiligo est traitée pour les enfants de 8 ans. a commencé il y a un an et maintenant il progresse fortement si une transfusion sanguine est nécessaire?

salut! Je souffre de polyarthrite psoriasique depuis 30 ans, et maintenant que l'infection par le papillomavirus est activée, de multiples éruptions cutanées apparaissent sur le corps. Je panique, puis-je me faire dépister et obtenir des conseils d'un spécialiste de la politique médicale? J'habite à Nizhny Novgorod.

jusqu'à ce que la médecine ait trouvé des moyens de traiter ces maladies. Les géomopathes ont des tentatives difficiles, mais vous devez suivre de longs traitements avec divers médicaments.

IRINA! SALUT! VOUS ALLEZ À MOSCOU À 71 HÔPITAUX SUR LA ROUTE MOZHAYSKY IL EST SITUÉ. À ALEXANDER LEONIDOVICH MYASNIKOV, IL EST LE MÉDECIN EN CHEF. Là, en vertu de la police d'assurance, vous serez examiné et guéri.

J'ai 57 ans. Il y a 2 ans, on lui a diagnostiqué une sclérodermie, un lupus érythémateux, un syndrome de Raynaud. Un tas de pilules, l'état s'est fortement détérioré. J'ai trouvé une issue en arrivant à l'école IAM. Les énergies font des merveilles. Les analyses sont presque la norme. (biochimie, urine, sang en coin) Je prends les pilules comme le médecin le recommande. Je pratique depuis 1 an et demi, beaucoup d'énergie, une grande envie de guérir, je crois que je suis déjà sur le chemin de la guérison. J'invite tout le monde à l'école IAM pour voir Konstantin Friedland. Ce n'est pas pour la publicité, je sais à quel point le diagnostic est terrible quand personne ne peut aider. Vous pouvez trouver une vidéo sur YouTube. Je serai heureux d'aider.

J'ai 42 ans. Je souffre de thyroïdite auto-immune. Je prends des hormones depuis 2010 (thyroxine). Depuis 2012, toutes les articulations ont commencé à faire mal. Ils ont diagnostiqué une polyarthrite rhumatoïde. Depuis 2015, ils ont commencé à perturber considérablement la douleur de la colonne vertébrale. Ils ont dit que c'était une spondylarthrose. Le rhumatologue a envoyé à un endocrinologue, et un endocrinologue à un rhumatologue. Qui doit prendre en charge mon traitement. Chaque jour, de plus en plus de soucis de douleur. Les médicaments prescrits ont peu d'effet. J'ai 42 ans et j'en ressens 80. Dites-moi quoi et avec qui je dois être traité.