Principal

Écrevisse

Goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde

Dans cet article, vous apprendrez:

L'une des maladies courantes de la glande thyroïde est le goitre nodulaire non toxique. Pourquoi des nœuds se forment-ils, quels sont-ils, sont-ils dangereux, cette maladie est-elle traitée? Pour obtenir des réponses à ces questions, vous devez comprendre l'anatomie et la physiologie de la glande thyroïde..

La glande thyroïde est un organe de sécrétion interne

La glande est formée à partir des cellules de l'épithélium folliculaire, qui produisent des hormones thyroïdiennes et de l'épithélium interfolliculaire, qui remplit une fonction de soutien. Les cellules de l'épithélium folliculaire produisent de la thyroglobuline, puis elle s'accumule à l'intérieur du follicule sous forme de colloïde et, si nécessaire, est hydrolysée en thyroxine (T4), la thyroxine pénètre dans le sang. La triiodothyronine (T3) est une hormone à action rapide qui se décompose rapidement; Contrairement à la thyroxine, la détermination de la teneur en sang de la triiodothyronine n'est pas largement utilisée dans la pratique clinique. La synthèse des hormones thyroïdiennes est contrôlée par l'hormone hypophysaire, l'hormone thyréostimuline (TSH), il existe une relation inverse entre elles: plus la T4 circule dans le sang, moins la TSH est synthétisée, et vice versa.

Le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde est une maladie dans laquelle des phoques (nœuds) se forment dans l'organe, mais en même temps sa fonction en souffre de manière insignifiante, c'est-à-dire la concentration d'hormones thyroïdiennes dans le sang ne change pas ou diminue légèrement. Un goitre morphologiquement non toxique peut se manifester sous la forme d'un nœud (simple nodulaire) ou de plusieurs (multinodulaires ou diffus-nodulaires), les nœuds peuvent être actifs et inactifs. Les nœuds actifs ou "chauds" synthétisent les hormones, accumulent l'iode radioactif pendant la scintigraphie, les nœuds inactifs ou "froids", respectivement, ne synthétisent pas les hormones et n'accumulent pas d'iode.

Quelle est la cause du goitre?

Il existe de nombreuses théories, y compris la théorie des troubles génétiques dans la croissance et le fonctionnement des thyrocytes, mais les causes les plus courantes sont la carence en iode (goitre endémique) et la thyroïdite auto-immune de Hashimoto.

Goitre endémique non toxique

En cas de carence en iode, la glande thyroïde synthétise une quantité insuffisante d'hormones, la sécrétion de l'hormone thyréostimulante (TSH) augmente, ce qui, à son tour, stimule davantage les cellules de la glande. En raison de la production excessive d'hormones, les cellules de la glande thyroïde augmentent de taille, se divisent intensément - leur hyperplasie se produit. Dans certains foyers, un plus grand nombre de cellules s'accumulent, elles forment des nœuds; dans d'autres parties de l'organe, les cellules perdent leur capacité à se diviser, à subir une nécrose, des hémorragies dans le tissu glandulaire se produisent.

Dans les régions carencées en iode, l'iodation du sel, de l'eau potable, l'ajout d'iode à l'alimentation humaine et animale sont largement utilisés. Ces mesures ont permis récemment de réduire l'incidence du goitre endémique. Dans les régions touchées par l'accident de Tchernobyl et contaminées par de l'iode radioactif, la situation est plus difficile. L'iode-131 s'est activement accumulé dans les tissus de la glande thyroïde et a rapidement subi une demi-vie. En conséquence, la carence primaire en iode a été aggravée et les cellules de l'organe ont été exposées à des radiations à la suite de réactions de désintégration. Par conséquent, après l'accident de Tchernobyl, il y a eu une augmentation des maladies thyroïdiennes: le nombre de cas de goitre nodulaire non toxique a augmenté et le cancer s'est développé dans le contexte de la dégénérescence nodulaire..

Thyroïdite auto-immune de Hashimoto

Comme pour de nombreuses autres maladies auto-immunes, la cause de la maladie n'est pas claire. À la suite de la réaction «antigène-auto-anticorps», les thyrocytes sont affectés, la synthèse des hormones diminue et toutes les autres étapes se produisent comme dans le goitre endémique non toxique.

Symptômes

Les symptômes de la maladie dépendent du tableau morphologique (un ou plusieurs nœuds), du degré de compensation de la fonction thyroïdienne (euthyroïdie ou hypothyroïdie), du stade (degré) de la maladie.

En fonction du nombre de nœuds, la glande thyroïde peut conserver une consistance élastique avec des formations denses individuelles ou être homogène dense, pierreuse au toucher.

Symptômes de l'hypothyroïdie (la teneur en thyroxine dans le sang est réduite): faiblesse, fatigue, prise de poids, peau sèche, ongles cassants, chute de cheveux, dysménorrhée. Avec l'euthyroïdie (le contenu en T3 et T4 est normal), l'état général du corps n'est pas perturbé.

Grades de goitre nodulaire non toxique

  • La glande n'est pas agrandie, les ganglions ne sont pas palpables, l'état du patient n'est pas perturbé.
  • Extérieurement, l'organe n'est pas changé, les ganglions peuvent être palpés, les premiers symptômes de dysfonctionnement apparaissent.
  • La glande est hypertrophiée, visible lors de la déglutition ("roule" sous la peau), il y a une gêne lors de la déglutition, une sensation de corps étranger dans la gorge, une toux obsessionnelle.
  • L'organe déforme le contour du cou, les symptômes augmentent, l'essoufflement peut perturber.
  • La croissance de l'organe se poursuit, le contour du cou change de manière significative, l'essoufflement devient plus lourd, des difficultés respiratoires apparaissent.
  • Le goitre nodulaire atteint une taille importante, le cou est déformé, les organes internes (trachée, œsophage) sont comprimés, la déglutition, la respiration et la parole sont altérées. Un évanouissement peut survenir si les veines jugulaires sont comprimées.

Diagnostique

Le diagnostic de goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde repose sur:

  1. Plaintes des patients et symptômes cliniques.
  2. Inspection et palpation: des changements dans la taille de l'organe, des nœuds solitaires ou multiples sont révélés.
  3. Test sanguin biochimique pour les hormones thyroïdiennes: T4 normale ou basse; augmentation de la TSH.
  4. Méthodes instrumentales: échographie, imagerie par résonance calculée ou magnétique, scintigraphie à l'iode. De plus, tous les nodules d'un diamètre supérieur à 1 cm sont soumis à une biopsie par ponction obligatoire afin de rechercher des cellules cancéreuses atypiques..

Traitement

Le traitement le plus courant est la lévothyroxine pour abaisser les niveaux de TSH et des suppléments d'iode pour une fonction thyroïdienne normale.

Avec une augmentation du taux de thyroxine dans le sang, la synthèse de l'hormone stimulant la thyroïde diminue, la stimulation de la glande thyroïde diminue et la croissance des cellules pathologiques s'arrête. Avec un apport prolongé de thyroxine exogène à des fins de traitement (sous le contrôle du niveau de T4 et de TSH), l'organe diminue progressivement, retrouve sa taille normale. Le contrôle du niveau de ces hormones est obligatoire, car il existe des nœuds autonomes qui synthétisent la thyroxine quel que soit le niveau de TSH dans le sang; le traitement avec l'ajout de lévothyroxine peut provoquer une hyperthyroïdie et une thyrotoxicose.

Un traitement chirurgical est nécessaire pour le goitre non toxique à croissance rapide, comprimant les organes et les vaisseaux du cou. Le goitre nodulaire non toxique est rarement sensible à la dégénérescence cancéreuse, mais si la glande thyroïde augmente excessivement, appuie sur les organes adjacents, ils ont recours à sa résection jusqu'à une strumectomie complète.

La prévention

L'utilisation préventive de suppléments d'iode, en particulier dans les zones d'endémie, réduit le risque de maladie. Dans de nombreux cas, le goitre nodulaire non toxique est de nature familiale, par conséquent, tous les membres de la famille du patient doivent subir des examens préventifs périodiques par un endocrinologue..

Goitre non toxique et ses types. Facteurs de risque, symptômes, traitement

Types de goitre non toxique

Goitre diffus

Le goitre diffus non toxique (ou expansion nodulaire de la glande thyroïde) est une affection qui n'est pas le résultat d'un processus inflammatoire ou néoplasique et n'est pas associée à un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Le goitre endémique est défini comme une glande thyroïde hypertrophiée et est présent dans plus de 10% de la population mondiale. Cette condition est le résultat de facteurs environnementaux et génétiques qui, à un degré ou à un autre, affectent la santé des personnes sur terre..

Figure 1. Emplacement et apparence de la glande thyroïde

En règle générale, la glande thyroïde en goitre diffus non toxique fait saillie vers l'extérieur en raison de son emplacement à l'avant de la trachée (voir Fig.1). Parfois, la glande thyroïde circule et comprime la trachée et / ou l'œsophage, ou se dilate vers le bas dans le médiastin antérieur.

Goitre nodulaire colloïdal

Le goitre nodulaire colloïdal est également connu sous le nom de goitre endémique. Il se forme s'il n'y a pas assez d'iode dans l'alimentation d'une personne. Le goitre nodulaire colloïdal est plus fréquent chez les personnes vivant dans des régions aux sols appauvris en iode. Ces zones sont généralement éloignées de la côte maritime. Une région est définie comme endémique du goitre si plus de 10% des enfants âgés de 6 à 12 ans ont une glande thyroïde hypertrophiée.

Plusieurs facteurs environnementaux peuvent également provoquer une hypertrophie de la glande thyroïde. L'utilisation quotidienne de sel iodé résout ce problème.

Facteurs de risque du goitre nodulaire colloïdal:

  • âge à partir de 40 ans;
  • femme;
  • une histoire familiale de maladie thyroïdienne;
  • vivant dans une zone endémique dangereuse;
  • régime pauvre en iode

Goitre simple non toxique

Un simple goitre non toxique peut être diffus ou globulaire. Il s'agit d'une hypertrophie thyroïdienne non cancéreuse sans hyperthyroïdie, hypothyroïdie ou inflammation. À l'exception d'une carence en iode sévère, la fonction thyroïdienne des personnes atteintes de ce type de goitre est normale et les patients ne présentent aucun symptôme. Le traitement vise à éliminer le principal symptôme - une glande hypertrophiée, mais dans certains cas, il peut être nécessaire de retirer une partie de l'organe hypertrophié.

Le goitre simple et non toxique est le type le plus courant d'élargissement de la glande thyroïde, apparaissant souvent pendant la puberté, pendant la grossesse et pendant la ménopause. Les raisons de son apparition pendant ces périodes ne sont pas entièrement précisées..

Les causes connues de cette maladie sont des défauts de fabrication internes des hormones thyroïdiennes résultant de la consommation d'aliments contenant des substances qui inhibent la synthèse des hormones thyroïdiennes - goitrogènes (par exemple, manioc, brocoli, chou-fleur, chou commun). Autres raisons: utilisation de médicaments pouvant réduire la synthèse des hormones thyroïdiennes (par exemple, l'amiodarone ou d'autres composés contenant de l'iode, ainsi que le lithium).

Goitre multinodulaire

Les causes du goitre multinodulaire sont dans la plupart des cas inconnues. Sur une période de temps, des nodules dans les tissus se forment en raison des différents taux de croissance des différentes parties de la glande. Parfois, cela se produit sous l'influence de médicaments, d'une mauvaise alimentation, de troubles génétiques. Ce processus prend parfois plusieurs années, donc très souvent, une telle violation se trouve déjà à l'âge adulte..

Symptômes de différents types de goitre non toxique

Le goitre est rarement douloureux et se développe généralement lentement. Une croissance rapide n'est possible qu'en présence d'hémorragie dans l'un des nodules (avec goitre multinodulaire) ou de facteurs supplémentaires tels que les radiations, d'autres maladies et une mauvaise nutrition. Une condition concomitante - compression de la trachée - conduit au fait que les patients commencent à tousser, à des difficultés respiratoires. Cependant, ce symptôme ne se manifeste qu'avec un degré sévère d'hypertrophie thyroïdienne..

Autres symptômes communs à différents types de goitre non toxique:

  • toux sèche, essoufflement;
  • stridor (bruyant, respiration sifflante), surtout la nuit, lorsqu'une personne dort les bras levés sur un oreiller;
  • hémorragie dans un nodule ou un kyste sur la glande (conduisant à une aggravation des symptômes respiratoires);
  • dysphagie (gravité de l'ingestion d'aliments solides, en particulier lorsque l'œsophage est pressé par la glande);
  • compression du nerf laryngé récurrent;
  • voix rauque;
  • sueurs nocturnes;
  • mauvaise tolérance au froid, à la chaleur;
  • peau trop sensible;
  • irritabilité, insomnie, anxiété, états obsessionnels;
  • constipation, quelle que soit la composition du régime.

Diagnostic du goitre non toxique

Pour un diagnostic précis du goitre non toxique, il est nécessaire d'évaluer plusieurs paramètres: la forme, l'asymétrie, la taille et sa consistance. L'évaluation commence par un examen du cou pour des glandes hypertrophiées. L'isthme de cet organe important se situe généralement au niveau ou juste en dessous du niveau du cartilage cricoïde de la trachée. Les lobes de la glande thyroïde sont situés en travers, et en cas d'élargissement, ils peuvent être bien palpés. Jusqu'à 80% des patients peuvent avoir un pétale pyramidal situé au-dessus de l'isthme de la glande thyroïde (en haut).

Le poids normal de la glande thyroïde est de 15 à 20 grammes. Si un ou plusieurs nodules sont présents, une biopsie par aspiration peut être réalisée pour évaluer le tissu.

Goitre diffus ou nodulaire sans nodules ne nécessite pas de biopsie pour l'évaluation.

Les patients sont également testés pour des signes de dysfonctionnement thyroïdien. L'hypothyroïdie est caractérisée par un teint jaunâtre, une prise de poids, une intolérance à la chaleur, une arythmie, une transpiration, un érythème, des tremblements et une vigilance des réflexes.

Traitement du goitre non toxique

Le goitre non toxique se développe généralement très lentement et peut ne pas provoquer de symptômes pendant des décennies. Sans symptômes de croissance rapide (dysphagie, stridor, toux, essoufflement), aucun traitement n'est nécessaire. Un traitement est nécessaire en cas de croissance de la glande entière ou d'un nodule spécifique, de thyrotoxicose, de compression de la trachée ou de l'œsophage. L'élargissement intrathoracique du goitre n'est pas diagnostiqué par palpation ou biopsie. Pour cela, il est nécessaire de procéder à un examen complet. Une glande thyroïde surdimensionnée peut être enlevée chirurgicalement. Des traitements tels que la thyroïdectomie, l'iode radioactif ou la lévothyroxine sont désormais également disponibles. L'iode radioactif est indiqué chez les patients âgés qui ont des contre-indications à la chirurgie.

La méthode d'utilisation de l'hormone T4 reste controversée, car les résultats de la recherche sont plutôt contradictoires. Certains experts affirment que lorsque les sujets prennent cette hormone, les symptômes sont soulagés et la taille de la glande diminue, d'autres insistent sur le fait que les résultats ne prouvent pas pleinement l'efficacité de la T4. Il existe un risque de diminution de la densité minérale osseuse et un risque accru de fibrillation auriculaire. La croissance du goitre reprend généralement après l'arrêt du traitement hormonal T4.

Vaut-il la peine de s'inquiéter si un goitre non toxique est détecté

Un goitre non toxique est une prolifération de tissu thyroïdien due à un manque d'iode, tandis que les fonctions de l'organe sont préservées. Conséquences particulièrement désagréables pendant la grossesse, car non seulement la santé de la femme se détériore, mais il est possible de développer un crétinisme chez l'enfant. Découvrez ce qu'est un goitre non toxique, ses manifestations, ses conséquences et son traitement dans notre article..

Qu'est-ce qu'un goitre non toxique

Un goitre signifie une augmentation de la taille de la glande thyroïde. Son endocrinologue détermine sur la base de la palpation (sondage) de l'organe, parfois un changement du contour antérieur du cou est également visible lors d'un examen externe. L'échographie permet de confirmer avec précision le degré de prolifération tissulaire. Le goitre est considéré comme non toxique si la fonction de la glande thyroïde est normale - euthyroïdie. Dans ce cas, la condition préalable est l'absence d'inflammation et de processus tumoral.

La cause la plus fréquente de la maladie est la carence en iode. Il survient généralement lors d'une résidence de longue durée dans des zones éloignées de la côte maritime. Des études ont montré que ce n'est pas le seul facteur du goitre. Trouvé des bactéries qui inhibent l'absorption du micro-élément, son incorporation dans les hormones thyroïdiennes. Dans le même temps, il est important que la correction nutritionnelle ne neutralise pas leur effet..

La carence en iode est également favorisée par:

  • manque de vitamine A, molybdène, cuivre, zinc et cobalt, excès de calcium dans l'eau, nourriture;
  • prédominance dans l'alimentation de tous les types de choux, de maïs, de soja;
  • besoin élevé d'iode (adolescence, grossesse, allaitement, après la ménopause).

Et voici plus sur le goitre endémique.

Euthyroïdie chez les patients

Un état euthyroïdien signifie que la glande produit la quantité d'hormones dont le corps a besoin. Dans le même temps, les patients ne présentent aucun symptôme de fatigue, de changements de poids avec un régime alimentaire standard, d'anomalies dans le travail du cœur, du système nerveux..

Une glande thyroïde hypertrophiée (goitre euthyroïdien) se produit en réponse à un manque d'iode. Les principales phases de ce processus sont:

  • une diminution du taux de graisses associées à l'iode dans la cellule (normalement, elles inhibent les substances qui stimulent la croissance de la glande thyroïde);
  • les facteurs de croissance contribuent à une division cellulaire accélérée, le volume des tissus fonctionnels augmente (hyperplasie);
  • en réponse à un manque d'iode, il se forme plus de triiodothyronine (elle contient 1 molécule d'iode de moins que la thyroxine), ce qui permet de consommer économiquement l'oligo-élément déficient;
  • diminution relative de la concentration de thyroxine;
  • selon le principe de rétroaction, la formation d'hormone thyréostimuline par l'hypophyse, qui stimule la glande thyroïde, augmente;
  • les cellules sous l'action de la thyrotropine augmentent leur volume (hypertrophie).
Goitre euthyroïdien diffus

Types de formation thyroïdienne

Le goitre non toxique se présente sous plusieurs variantes. Dans certains cas, ils sont combinés les uns aux autres..

Diffuser

Si un patient a une augmentation uniforme de l'organe en raison du grand nombre de cellules et de la taille de chacune d'elles, le goitre est appelé diffus. Le processus de croissance tissulaire et d'élargissement cellulaire couvre tout l'organe; lors de l'examen échographique, les ganglions ne sont pas détectés. En règle générale, le goitre endémique se produit sous cette forme dans les régions présentant une carence en iode. Le manque d'iode est généralement léger à modéré. Plus souvent, les enfants, les jeunes femmes et les adolescents sont malades.

Nodal, un seul nodal

Si, avec une carence en iode, des facteurs supplémentaires (tabagisme, infections, médicaments, amygdalite fréquente) affectent le patient, une partie des cellules de la glande commence à se diviser rapidement. Un tel cluster focal (nœud) a une capsule claire et dense, d'une taille de plus de 1-1,5 cm, il est ressenti comme un sceau local. Un nœud plus petit ne peut être vu qu'à l'échographie.

Chez les patients âgés, cette condition est un signe de changements liés à l'âge dans le fond hormonal du corps..

Colloïdal

La carence en iode contribue à l'augmentation de la formation d'une substance colloïdale par la glande thyroïde. Il s'agit d'un «stockage» de thyroglobuline utilisé pour la synthèse ultérieure de la thyroxine et de la triiodothyronine. Les follicules débordent de colloïde, ce qui entraîne une augmentation de la taille de l'organe. Le goitre colloïdal est également appelé simple, car la structure de la glande elle-même ne change pas, sa fonction peut être normale pendant longtemps.

Polynodose

Nodus signifie nœud en traduction. Un goitre à polynodose (multinodulaire) est considéré si plusieurs foyers de croissance (plus d'un) se trouvent dans le tissu de la glande. Sa formation est causée par le fait que les cellules (thyrocytes) ont une capacité inégale à répondre aux facteurs de croissance et à la thyrotropine hypophysaire. Certains d'entre eux sont capables de se diviser et de croître plus rapidement que d'autres, ce qui provoque la formation de nombreux nœuds.

La fréquence de détection de la maladie est plus élevée chez les patients d'âge mûr et âgés, les femmes souffrent plus souvent de goitre multinodulaire que les hommes.

Symptômes de l'apparence

Avec une petite augmentation et un petit nœud, le goitre non toxique est asymptomatique. Si les tissus de la glande grossissent rapidement, il y a une douleur dans le cou. Le plus souvent, ce sont des sensations inconfortables lors de la rotation, de l'inclinaison de la tête. Une grosse glande devient perceptible, elle peut être identifiée par un changement symétrique ou unilatéral des contours du cou. Lorsque le goitre commence à presser les tissus adjacents, le patient présente les manifestations suivantes:

  • difficulté à avaler,
  • boule dans la gorge,
  • voix rauque et rauque,
  • toux constante.

Avec une augmentation de la pression mécanique sur le tissu, et notamment avec la localisation rétrosternale de la glande, il apparaît:

  • crises d'asthme;
  • essoufflement au repos;
  • bruit dans la tête, vertiges;
  • violation de la sortie de sang du tissu cérébral avec maux de tête persistants, gonflement du visage;
  • évanouissement.

Quel est le danger du goitre non toxique chez les enfants et les adultes

La prolifération tissulaire exprimée entraîne des troubles de la respiration, de la déglutition et de la circulation cérébrale. Le manque d'iode est particulièrement dangereux pour un organisme en développement. Si une femme enceinte a un goitre non toxique, il s'agit d'une manifestation d'un apport insuffisant en iode et d'une diminution de la formation d'hormones thyroïdiennes. Les conséquences d'un tel déficit peuvent être:

  • malformations fœtales;
  • fausse couche spontanée;
  • retard mental congénital d'un enfant - crétinisme.

Même des écarts mineurs par rapport à la norme de la teneur en iode dans le sang s'accompagnent de:

  • un ralentissement du taux de croissance de l'enfant;
  • difficulté dans l'apparence de la parole et de la motricité (les enfants commencent à parler et à marcher tard);
  • détérioration du processus d'apprentissage, mémoire faible;
  • incapacité à retenir l'attention, distraction.

Les formes plus sévères provoquent une perte auditive, un strabisme, des déformations squelettiques.

Expert en endocrinologie

Avec un goitre nodulaire, les cellules risquent d'acquérir une autonomie fonctionnelle. Cela signifie qu'ils libèrent des hormones en grande quantité hors de contrôle. Cette condition s'accompagne d'une thyrotoxicose (augmentation du taux de thyroxine) avec un effet négatif sur le cœur, le système nerveux, le métabolisme..

Chez les patients, la température corporelle monte à 37,1-37,3 degrés, l'appétit, le poids corporel, la force musculaire diminue. La fréquence cardiaque s'accélère, l'insomnie, la tenue de la main, la nervosité, les changements de vision sont inquiets.

Diagnostic du patient

Si l'endocrinologue, lors de l'examen, a trouvé une hypertrophie de la glande, un examen est alors prescrit pour poser le diagnostic final:

  • Échographie - le volume de tissu dépasse la norme d'âge, il y a des changements diffus (étendus), un nœud ou plusieurs;
  • hormone stimulant la thyroïde dans le sang - si c'est normal, la recherche sur la thyroxine n'est pas nécessaire et le patient souffre d'euthyroïdie. En cas d'écarts, les formes asymptomatiques de fonction faible ou élevée doivent être exclues;
  • les anticorps anti-thyroperoxydase sont examinés pour détecter les signes d'une structure hétérogène à l'échographie, car cela peut être un symptôme de thyroïdite auto-immune (inflammation avec formation d'anticorps contre ses cellules).
Échographie thyroïdienne

En présence d'un goitre rétrosternal, il est nécessaire de compléter le diagnostic par une scintigraphie (scintigraphie après administration d'un isotope radioactif) et une radiographie thoracique avec contraste baryté de l'œsophage.

Un seul gros nœud de faible densité (hypoéchogène à l'échographie) peut être suspect d'une tumeur, par conséquent, en cas de doute, une biopsie à l'aiguille fine est prescrite (prélèvement de cellules pour la recherche).

Les critères pour le diagnostic du goitre non toxique sont:

  • une augmentation de volume avec des ultrasons (forme diffuse);
  • trouvé 1 nœud (goitre nodulaire), plusieurs (multinodulaire);
  • norme de la thyrotropine (selon le test sanguin);
  • exclu une tumeur bénigne maligne avec une biopsie du nœud.
Biopsie thyroïdienne

Thérapie médicamenteuse

Pour les enfants, les adolescents, avec une légère prolifération de tissus, l'iode est utilisé pour restaurer la taille de la glande thyroïde. Cette technique donne un résultat lent mais stable..

La deuxième option est l'utilisation de la lévothyroxine (Eutirox). Il vous permet de réduire rapidement le volume de la glande, mais après l'arrêt de la prise, un syndrome de sevrage se produit. Le plus souvent, cette thérapie se déroule en deux étapes. Au cours des 6 premiers mois, ils s'efforcent de réduire la taille de la glande thyroïde en raison du fait que l'effet stimulant de l'hormone hypophysaire, la thyrotropine, diminue.

Une fois le volume tissulaire normalisé, l'iode est utilisé à une dose prophylactique. Ce schéma est montré aux jeunes patients.

Après 40 ans, l'utilisation de la lévothyroxine augmente le risque de maladie cardiaque, de diminution de la densité osseuse (ostéoporose et fractures). Avec une taille importante de goitre et des contre-indications au traitement chirurgical, le patient se voit prescrire de l'iode radioactif.

L'une des méthodes alternatives est l'injection locale d'alcool éthylique pour remplacer le nœud par du tissu cicatriciel. Une telle procédure est douloureuse et doit être répétée; avec une grande lésion, elle peut être inefficace..

Chirurgie thyroïdienne

La grande taille du goitre, qui provoque un défaut esthétique, la compression des organes adjacents, fait référence aux indications de la chirurgie. Le retrait de la glande est nécessaire pour la localisation rétrosternale de l'organe hypertrophié, quels que soient les symptômes. Si l'examen exclut la probabilité d'une tumeur cancéreuse, l'une des méthodes opératoires est recommandée:

  • décorticage (énucléation) du nœud;
  • ablation d'un lobe (seul ou avec un isthme);
  • résection subtotale (il reste environ 5 g de chaque lobe).
Ablation du lobe thyroïdien

Lorsqu'un goitre se reproduit, tous les tissus restants sont coupés, à l'exception d'une zone ne dépassant pas 1,5 g. Une telle opération répétée provoque souvent des lésions des glandes parathyroïdes (diminution du calcium dans le sang) et des nerfs récurrents (perte de la voix). Par conséquent, avec un degré élevé de prolifération, la quantité maximale possible de tissu est le plus souvent éliminée. Avec une diminution du niveau d'hormones après la chirurgie, Eutirox (ou ses analogues) est prescrit pour un traitement de remplacement.

Récupération après le traitement

En fin de traitement médical ou chirurgical, il est important de prendre des mesures pour assurer un apport adéquat en iode. Pour ça:

  • remplacer le sel de table ordinaire par du sel iodé, l'ajouter uniquement à des plats préparés froids ou chauds (lorsqu'il est chauffé, l'oligo-élément s'évapore);
  • le régime comprend: algues, fruits de mer, poissons de mer;
  • les vitamines contenant de l'iode sont présentées - Alphabet, Centrum de A au zinc, Pregnavit, Vitrum Prénatal ou des préparations d'iode à une dose physiologique sont utilisées pendant la grossesse (adultes, adolescents 150 mcg, enceintes et allaitantes 200 mcg, jeunes enfants 90 mcg);
  • le nombre de produits au menu à effet goitrogénique (chou frais, maïs, légumineuses, soja, arachides) doit être réduit.

Un goitre non toxique se produit lorsqu'il y a un manque d'iode. La glande thyroïde augmente uniformément, un ou plusieurs nœuds s'y forment. Les manifestations de la maladie se produisent avec une prolifération excessive de tissus, serrant les organes adjacents. Le manque d'iode pendant la grossesse est particulièrement dangereux, car un enfant peut naître avec un crétinisme.

Et voici plus sur le goitre toxique diffus.

Pour confirmer le diagnostic, une échographie et la détection d'une prolifération diffuse de tissu, d'un nœud, du taux de thyrotropine dans le sang et de l'absence de tumeur à la biopsie sont nécessaires. Pour le traitement, les préparations d'iode, la lévothyroxine, la chirurgie, l'introduction d'alcool dans le nœud, la thérapie à l'iode radioactif sont prescrites.

Vidéo utile

Regardez la vidéo sur le traitement du goitre thyroïdien:

Goitre nodulaire non toxique

Le goitre nodulaire non toxique est une maladie de la glande thyroïde dans laquelle dominent les troubles focaux de sa structure, résultant le plus souvent d'une hyperplasie, mais aussi de modifications dégénératives ou fibreuses, sans dysfonctionnement de la glande thyroïde; se développe à la suite de l'action combinée d'une carence en iode (initialement sous forme de simple goitre), d'une prédisposition héréditaire, de l'effet de substances goitrogéniques, d'une exposition aux rayonnements ionisants, d'une thyroïdite précédemment subie, etc. Le goitre est une glande thyroïde hypertrophiée (en échographie> 18 ml chez la femme et> 25 ml chez les hommes). Le goitre simple (endémique, sporadique) est une hypertrophie de la glande thyroïde sans perturber son échostructure, qui se développe le plus souvent à la suite d'une carence en iode déjà dans l'enfance et l'adolescence; est un facteur de risque de goitre nodulaire chez l'adulte. Le goitre rétrosternal est un élargissement de la glande thyroïde, dont 1/3 du volume est situé sous le bord supérieur de la poignée sternale; peuvent rester non diagnostiqués pendant une longue période, jusqu'à l'apparition des symptômes de compression. Un goitre non toxique est un goitre chez un patient en état d'euthyroïdie. Le terme «nœud» se réfère à une masse déterminée par palpation, par conséquent, en relation avec les formations décrites dans une étude échographique, il est préférable d'utiliser le terme «formation focale» ou «foyer», mais pas «nœud». Euthyroïdie - fonction normale de la glande thyroïde à l'examen subjectif et objectif, confirmée par les résultats normaux des études hormonales.

IMAGE CLINIQUE ET COURANT NATUREL top

Le goitre nodulaire non toxique se développe lentement et passe souvent inaperçu pendant de nombreuses années; il ne présente aucun symptôme de dysfonctionnement thyroïdien. Une glande thyroïde hypertrophiée et nodulaire peut devenir perceptible en raison d'une augmentation de la circonférence du cou et d'une asymétrie apparente. Rarement, l'essoufflement, la toux ou des problèmes de déglutition causés par la compression des tissus adjacents par un gros goitre ou un goitre rétrosternal sont les premiers symptômes..

Méthodes de recherche supplémentaires

1. Méthodes de recherche en laboratoire: TSH dans le sérum sanguin - un résultat normal exclut généralement le dysfonctionnement thyroïdien, sans qu'il soit nécessaire de déterminer les hormones thyroïdiennes libres.

2. Méthodes de recherche en imagerie: échographie de la glande thyroïde - sert à évaluer et surveiller la taille de la glande thyroïde et des formations focales - leur localisation, taille (3 tailles), échogénicité (ganglions diffus: normo, hyper- et hypogénique; kystes anéchogènes), structure interne (homo- ou hétérogène); frontières (claires et lisses ou floues, irrégulières), calcifications (micro- ou macrocalcifications), vascularisation de toute la pulpe et changements focaux (étude avec un Doppler couleur ou Doppler énergétique), ainsi que la dureté (élasticité) des changements focaux en élastographie (une étude utilisant l'échographie pour mesurer le degré de déformation des changements focaux de la glande thyroïde). Les tissus altérés par une tumeur ont généralement moins d'élasticité par rapport aux tissus environnants (cela s'applique aux cancers papillaires, médullaires et anaplasiques), dans le même temps, les changements avec un coefficient d'élasticité élevé sont le plus souvent bénins (à l'exception du cancer folliculaire), ce qui en fait l'étude est utile dans la sélection des foyers pour TAB, et dans le cas d'une nature mixte d'un seul changement - pour déterminer le lieu de l'échantillonnage des matériaux pendant TAB. Sur la base de l'image échographique, même avec élastographie, il est impossible d'affirmer sans équivoque un risque accru de malignité → voir ci-dessous. Vous devriez vérifier la palpation des changements focaux de l'échostructure trouvés en échographie. Scintigraphie thyroïdienne - indiquée pour la suspicion de goitre rétrosternal, ainsi que pour les faibles taux sériques de TSH (en particulier avec l'augmentation des niveaux de FT4) à différencier avec un goitre nodulaire toxique (la détermination de l'activité autonome du nodule indique un risque minimal de malignité). En outre, l'étude a une utilisation limitée dans le diagnostic du goitre non toxique et ne doit généralement pas être réalisée à cette fin..

3. Biopsie par aspiration à l'aiguille fine (TAB) du nodule thyroïdien - examen cytologique et indications de TAB: pour différencier les tumeurs bénignes et malignes ou les tumeurs à risque accru de malignité (critères de choix d'un site pour TAB → voir ci-dessous); important pour prendre une décision sur le traitement chirurgical → Sect. 9.4 ou pour une observation plus approfondie. Le cytologiste doit associer le résultat d'un examen cytologique de la glande thyroïde à l'une des 6 catégories de diagnostic → tableau. 9.4-1. TAB permet de diagnostiquer sans ambiguïté le cancer papillaire, cependant, en utilisant cette méthode, il est impossible d'effectuer un diagnostic fiable du cancer folliculaire - TAB ne permet pas une différenciation sans ambiguïté entre un ganglion bénin (ganglion hyperplasique, thyroïdite ou adénome folliculaire, qui est une tumeur bénigne) et le cancer folliculaire de la thyroïde; l'examen histologique postopératoire est essentiel. Par conséquent, au lieu du diagnostic «tumeur folliculaire», le diagnostic «suspicion de tumeur folliculaire» a été introduit et, par conséquent, le variant oxyphile. L'oxyphilicité est associée à un grand nombre de mitochondries dans les cellules thyroïdiennes et peut concerner à la fois des cancers papillaires et folliculaires. La détection même des signes de métaplasie oncocytaire (oxyphile) n'équivaut pas à la conclusion «suspicion de tumeur oxyphile», sauf que le médicament est dominé par les oncocytes (> 75% des cellules); la métaplasie oxyphile est souvent observée dans la thyroïdite chronique et le goitre nodulaire. Le diagnostic d'un nœud hyperplasique, en même temps, équivaut au diagnostic d'un goitre nodulaire.

Indications pour TAB:

1) les critères cliniques et / ou échographiques du risque de malignité sont déterminés, quelle que soit la taille de la lésion focale (en règle générale ≥ 5 mm dans toutes les dimensions);

2) si les signes échographiques du risque de malignité sont déterminés dans la formation de la taille de RET, prédisposant à la survenue d'un cancer médullaire de la thyroïde;

5) TAB est nécessaire pour chaque lésion «chaude» de la glande thyroïde détectée par TEP avec fluorodésoxyglucose (l'étude est généralement réalisée pour une autre raison), si la présence d'une lésion focale est confirmée par échographie; dans un tel foyer, le risque de cancer de la thyroïde est augmenté.

Compte tenu du risque élevé de malignité, dans les cas suivants, vous pouvez refuser TAB:

1) hypertrophie concomitante des ganglions lymphatiques cervicaux;

2) métastases aux ganglions lymphatiques ou métastases à distance d'un foyer inconnu;

3) une augmentation de la taille d'une lésion focale: avec le contrôle échographique, une augmentation au cours d'une année de ≥20% dans chaque dimension est considérée comme significative (ce critère ne s'applique pas aux lésions de 4 cm;

6) l'enrouement de la voix résultant de la défaite du nerf laryngé récurrent;

7) antécédents d'exposition aux rayonnements ionisants sur le cou;

8) antécédents familiaux de cancer de la thyroïde;

9) âge de 60 ans (lorsque de nouveaux nœuds apparaissent).

Critères échographiques pour le risque de malignité du nœud ou de formation focale de la glande thyroïde détectée par échographie:

1) signes de métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux;

2) des signes d'infiltration de la capsule thyroïdienne ou des organes environnants du cou;

3) la présence de microcalcifications dans la formation focale (Lorsque, compte tenu du faible risque de malignité, vous pouvez refuser TAB:

1) formation thyroïdienne focale ≤ 5 mm dans toutes les dimensions (TAB n'est pas indiqué en raison du faible risque clinique);

2) kyste simple selon les critères échographiques;

3) éducation, pour ≥50% du volume de la structure spongieuse (selon l'échographie);

4) Formation focale avec activité autonome selon les résultats de la scintigraphie thyroïdienne avec 131 I (nœud chaud).

Préparation au TAB pour un patient prenant des anticoagulants: avant le TAB programmé, les anticoagulants doivent être arrêtés:

1) héparines de bas poids moléculaire - en 8 heures;

2) dabigatran - pendant ≥ 24 heures;

3) rivaroxaban - pendant ≥ 24 heures.

L'utilisation d'acénocoumarol ou de warfarine n'est pas une contre-indication absolue à la TAB, en particulier si des aiguilles d'un diamètre de 0,4 mm sont utilisées avec un INR de 2,5–3; la réalisation d'une biopsie de la glande thyroïde est autorisée chez un patient prenant du clopidogrel s'il est impossible d'annuler le médicament, et les indications pour effectuer une biopsie sont absolues; il n'est pas nécessaire d'annuler l'acide acétylsalicylique s'il est pris à une dose ≤ 0,3 g / jour.

Critères diagnostiques du goitre nodulaire non toxique

1) ≥ 1 nodule dans la glande thyroïde, palpable à l'examen objectif, qui peut être détecté par échographie (quel que soit le volume de la glande thyroïde entière) ou la glande thyroïde est agrandie> 20 ml chez la femme et> 25 ml chez l'homme par échographie, avec une structure d'écho focale de diamètre > 1 cm;

2) taux de TSH sérique normal;

3) exclusion d'une tumeur maligne pendant TAB

Tests de contrôle pour exclure le cancer de la thyroïde

La faisabilité de la réalisation de TAB dans chaque cas de goitre nodulaire doit être évaluée. Critères de sélection des lésions pour TAB → voir. plus haute. Pour les changements focaux multiples → exclure le cancer dans 3-4 lésions à risque le plus élevé.

1. Si aucun signe de malignité des nodules étudiés n'est détecté lors du premier TAB («benign change» → Tableau 9.4-1) et une fiabilité suffisante de l'étude, il n'y a pas besoin d'une deuxième biopsie, il suffit de réaliser une échographie de contrôle de la glande thyroïde. En cas de doute clinique, la TAB peut être répétée après 6 à 12 mois, notamment en présence de nodules présentant des signes échographiques de malignité. Il est impératif de répéter TAB avec une augmentation significative du nœud ou l'apparition de nouveaux signes de risque à l'échographie, ainsi qu'avec un nombre insuffisant de foyers examinés à l'aide de TAB.

Tableau 9.4-1. Catégories de diagnostics lors de l'examen cytologique de la glande thyroïde

Risque de cancer de la thyroïde

Diagnostics histopathologiques les plus courants

Indications pour TAB ultérieur

Traitement le plus couramment recommandé

I - biopsie non diagnostique

peut correspondre à chaque diagnostic

un TAB de suivi est nécessaire, généralement de 3 à 12 mois, selon le risque; en cas de suspicion clinique de cancer non différenciable, il est nécessaire de poursuivre immédiatement le diagnostic

- les indications du traitement chirurgical dépendent du risque clinique de malignité

- les résultats peu clairs de la biopsie diagnostique sont fréquents avec les kystes et l'inflammation de la glande thyroïde

II - changement bénin

goitre nodulaire, y compris les nœuds hyperplasiques et colloïdaux; thyroïdite

oui, si dès le début des signes de risque de malignité sont détectés lors de l'échographie, si l'augmentation du nœud est cliniquement significative ou si de nouveaux signes de risque apparaissent lors de l'échographie)

III - changement folliculaire indéfini

la catégorie n'est utilisée que s'il n'y a pas de possibilité de détails cytologiques du diagnostic

oui (après 3-12 mois, selon le risque)

un tel diagnostic en soi est la base pour considérer la nécessité d'un traitement chirurgical en cas de signes de risque significatifs dans l'image échographique

IV - tumeur folliculaire suspectée

peut correspondre à la fois à une lésion non néoplasique et à une tumeur bénigne, qui ne peuvent être distinguées d'une tumeur maligne en cytologie

non, mais si un traitement chirurgical est prévu, la confirmation du diagnostic par un autre cytologue est nécessaire

avec des nœuds de 3-4 cm, un traitement chirurgical est généralement nécessaire, si aucune activité autonome n'est détectée à la scintigraphie

V - suspicion de malignité

cancer de la thyroïde suspecté

non, mais la confirmation du diagnostic par un autre cytologiste est requise

VI - tumeur maligne

cancer papillaire; cancer médullaire de la thyroïde; cancer de la thyroïde anaplasique; autre néoplasme malin

non, mais la confirmation du diagnostic par un autre cytologiste est requise

et basé sur des données polonaises: Diagnostyka i leczenie raka tarczycy - rekomendacje polskie. Endokr. Pol., 2016; 67: 74 à 145; b Données NCI selon Baloch et al. Le National Cancer Institute Thyroid fine aiguille d'aspiration état de la conférence scientifique: un résumé. CytoJournal, 2008; 5: 6; c Le diagnostic de «suspicion de tumeur folliculaire» inclut également la «suspicion de tumeur oxyphile», qui est alourdie par un risque 15 à 20% plus élevé de malignité et constitue le plus souvent une indication sans ambiguïté pour un traitement chirurgical. basé sur: Cibas E.S. et al.: Le système Bethesda pour signaler la cytopathologie thyroïdienne. Thyroid 2009; 19: 1159-1165

2. Au premier résultat TAB indiquant "changement folliculaire non classé", il est nécessaire de répéter le TAB après 3-12 mois, en fonction de la suspicion clinique de malignité.

3. Avant le traitement chirurgical prévu, si une tumeur folliculaire, y compris oxyphile, est suspectée, un autre cytologiste doit confirmer le diagnostic. Les patients qui n'ont pas subi de chirurgie nécessitent une surveillance étroite.

Avantages et inconvénients des différentes méthodes → tab. 9.4-2.

Tableau 9.4-2. Traitement du goitre nodulaire non toxique - avantages et inconvénients des différentes options de traitement

chirurgie (suspicion de malignité, compression de la trachée)

complications chirurgicales; le besoin d'hospitalisation

élimination du nœud; disparition complète des symptômes; diagnostic histologique

thérapie thyroxine suppressive

généralement rarement utilisé car inefficace chez la plupart des patients; dure longtemps; ré-augmentation après le retrait du L-T4; risque d'hyperthyroïdie iatrogène

il est possible de ralentir la croissance du nœud ou d'empêcher l'apparition de nouveaux nœuds, principalement chez les personnes de 40 à 60 ans, goitre> 60 ml, contre-indications à la chirurgie)

diminution lente du goitre; hypothyroïdie (10% sur 5 ans); thyroïdite après irradiation (1–2%); besoin de contraception

symptômes secondaires mineurs; réduction du volume des nœuds de 40% en 2 ans

injections transdermiques d'éthanol (nodules subtoxiques, kystes simples)

complique l'évaluation cytologique ultérieure; la nécessité d'injections répétées; l'inefficacité aux grands nœuds; manipulation douloureuse; dysphonie transitoire (1-2%)

ne provoque pas d'hypothyroïdie

1) conclusion cytologique «tumeur maligne» ou «suspicion de malignité» (→ Tableau 9.4-1), signifiant suspicion de cancer de la thyroïde → Sect. 9.5 ou son exclusion incomplète (indication absolue); «Suspicion de tumeur oxyphile» est associée à un risque de cancer de 15 à 25% et est une indication significative de traitement chirurgical, il est impératif d'évaluer la faisabilité de sa mise en œuvre en présence de ganglions> 1 cm «suspicion de tumeur folliculaire» est une indication relative de traitement chirurgical (décision pris individuellement, en fonction de la taille du nœud et de la présence de signes de cancer; l'opération est obligatoire s'il y a des nœuds> 4 cm);

2) gros goitre (généralement> 60 ml), comprimant les voies respiratoires;

3) goitre rétrosternal (quelle que soit la compression des voies respiratoires).

Champ d'intervention: cancer de la thyroïde suspecté - thyroïdectomie totale → Sec. 9,5; dans les autres cas, thyroïdectomie subtotale ou ablation d'un lobe avec un nodule avec un risque accru de malignité et d'isthme, ainsi que l'ablation subtotale d'un autre lobe en cas de modifications focales de l'échographie (indiquée si une tumeur folliculaire est suspectée, y compris oxyphile). Avec l'examen peropératoire, il est impossible de tirer une conclusion définitive sur la présence d'un cancer folliculaire de la thyroïde ou d'une tumeur bénigne - l'examen histologique postopératoire est déterminant. Complications → Sec. 9.2.

Il est nécessaire d'évaluer la faisabilité de l'utilisation en l'absence de suspicion de cancer de la thyroïde lors du TAB et de l'essai clinique.

1. Observation: au premier stade (1 ou 2 ans), il est nécessaire d'examiner le patient tous les 6 mois et de réaliser une échographie dans les 6 à 12 mois. (en fonction du risque), si indiqué (→ voir ci-dessus), le TAB doit être répété après 3-12 mois. Un résultat négatif de TAB fiable suffit pour exclure une tumeur maligne. En l'absence de suspicion de malignité et d'augmentation de la formation focale, d'autres examens de suivi peuvent être effectués moins fréquemment, mais il n'est pas permis de les arrêter. Chez les patients avec une conclusion cytologique: «modification folliculaire non classée» ou «suspicion de tumeur folliculaire», le risque de malignité est faible, si l'activité autonome du ganglion est révélée lors de la scintigraphie (il est nécessaire de surveiller la TSH). La surveillance des petits nodules peut également être recommandée (2. Traitement de la L-T4: l'utilisation systématique de la L-T4 n'est généralement pas recommandée chez les patients atteints d'un goitre multinodulaire non toxique, chez qui le maintien de la concentration de TSH près de la limite inférieure de la normale est associé à un risque accru d'ostéoporose chez les femmes ménopausées, et augmente également le risque de fibrillation auriculaire, en particulier chez les patientes de plus de 60 ans; le traitement de la L-T4 n'est envisagé que chez les jeunes, en particulier avec une légère augmentation de la glande thyroïde et des nodules d'un diamètre de 3. Injection percutanée d'éthanol dans le nodule: provoque une nécrose du nœud et, en présence de nœuds uniques, peut entraîner une réduction significative de leur volume.Haute efficacité en présence de kystes, ainsi que de formations kystiques solides.Après une intervention réussie dans ce type de formation, le taux de récidive est faible, mais il peut être nécessaire de répéter la manipulation plusieurs fois. Nécessite une exclusion extrêmement prudente du cancer, expérimenté et n'est justifiée qu'en présence de nodules uniques, y compris en présence de nodules prétoxiques (autonomes selon les résultats de la scintigraphie, même sans augmentation du FT4), mais pas en présence de nodules toxiques, avec une hyperthyroïdie cliniquement manifeste, dans laquelle il y a une fréquence élevée de rechutes en la perspective.

4. Traitement par 131 I: indications: âge> 40-60 ans, grand volume de goitre> 60 ml, contre-indications à la chirurgie, après exclusion prudente du cancer de la thyroïde et risque de rétrécissement significatif des voies respiratoires (la faisabilité d'une utilisation prophylactique de GCS doit être évaluée). En règle générale, une réduction de ≈40% du volume de goitre est obtenue, mais ≈20% des patients ne répondent pas au traitement.

5. Ablation par laser ou par ondes radio

Une technique rarement utilisée qui peut être une alternative à la chirurgie chez les patients présentant des nodules thyroïdiens bénins à croissance lente provoquant des symptômes locaux ou pour des raisons esthétiques. Avant d'utiliser la technique, il est nécessaire d'exclure le cancer de la thyroïde.

Avec une planification et une mise en œuvre appropriées de la TAB, le risque de ne pas reconnaître un nœud malin dans le goitre nodulaire est ≤ 5 à 10%. Le nodule non cancéreux peut également grossir et provoquer des symptômes de constriction; il existe également un certain risque de développement progressif d'une hyperfonction thyroïdienne → Sec. 9.2, fig. 9.2-4.

Figure 9.2-4. Dynamique du développement d'un nodule thyroïdien autonome

Qu'est-ce que le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde?

Le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde est une augmentation de la taille de la glande avec la formation de phoques ou de nodules dans ses tissus. Il produit des hormones qui aident à réguler le métabolisme du corps humain. Il est situé sur le cou dans sa zone avant juste en dessous de la pomme d'Adam. Les nœuds sont rarement douloureux et ont tendance à se développer très lentement.

Le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde est situé juste sous la pomme d'Adam.

Il existe différents types de goitre. Considérez un goitre non toxique ou sporadique. C'est un type de goitre simple qui peut être:

  • Diffus - impliquant tout le tissu de la glande dans le processus.
  • Uzlov. Dans ce cas, la formation et la croissance de nodules sur la glande se produisent. Il peut y avoir un goitre multinodulaire.

Le développement de bosses est un marqueur de la progression du goitre. Dans cette situation, il est nécessaire de consulter un endocrinologue, qui décide des autres méthodes de traitement pour un tel patient..

Qu'est-ce qu'un goitre multinodulaire non toxique (E 04.2) ?

Le goitre multinodulaire non toxique est une maladie qui consiste en une augmentation du volume de la glande thyroïde avec présence de ganglions, sans changer sa fonction (les niveaux d'hormones qui y sont produites restent normaux). La maladie est diagnostiquée par échographie. Le diagnostic est confirmé par un médecin, même si nous ne parlons que d'un seul nœud, sans augmenter le volume de toute la glande.

Le goitre nodulaire non toxique dans les populations avec un apport normal d'iode est d'environ 5,3% chez les femmes et 0,8% chez les hommes..

Détails sur la pathologie

Il est nécessaire de faire attention au fait que l'histoire de la maladie commence par la perte de la sensibilité du corps humain à ses capacités de réception. Ce processus intervient dans les structures cellulaires nodales et concerne principalement la perte de sensibilité des récepteurs à l'hormone thyréostimulante.

Ainsi, le fonctionnement de la glande thyroïde ne dépend pas des besoins immédiats du corps humain, mais de la concentration d'hormones dans le sang. Dans le cas de la maladie ci-dessus, c'est l'hormone thyréostimulante qui a le principal effet sur la vigueur de la production de substances hormonales par la glande thyroïde..

Étant donné que sa présence et sa production par le corps soutiennent l'équilibre hormonal normal dans la circulation sanguine, une quantité excessive due au fonctionnement anormal de la glande thyroïde s'accompagne d'un certain nombre de conséquences indésirables pour le corps humain..


Cela ressemble à un goitre

Dans le cas où les organes récepteurs d'un patient atteint de goitre nodulaire sont désactivés, la glande thyroïde commence à percevoir leur activité comme une demande constante de l'organisme pour la production d'hormones. Cette étape est connue en médecine moderne sous le nom d '«autonomie des nœuds».

Malgré cela, il convient de souligner que les cas de tumeurs malignes de la glande thyroïde sont assez rares (même si une telle tumeur se produit, sa taille lui permet d'être éliminée en toute sécurité dès le début et d'empêcher sa propagation dans tout le corps malade).

L'effet négatif du nodule commence à se manifester lorsque sa taille augmente à 245-30 mm. Cela est dû à une augmentation directe de la quantité d'hormones qui apparaissent dans la circulation sanguine - une condition pathologique de la thyrotoxicose.

Dans la plupart des cas, une glande pituitaire saine détermine indépendamment une augmentation pathologique des hormones et commence à inhiber la synthèse de l'hormone stimulant la thyroïde. Mais, malgré cela, les formations focales dans l'organe endocrinien continuent de produire de la thyroxine et de la triiodothyronine, les jetant dans la circulation sanguine..


Régulation normale de la fonction thyroïdienne

Ainsi, un goitre avec formation de nœuds multiples et thyrotoxicose est caractérisé par un état dormant de la glande thyroïde et un fonctionnement pathologique du nodule. En médecine moderne, diverses options sont considérées qui prédisposent le corps au développement de la maladie ci-dessus..

Les facteurs de provocation les plus courants sont:

  • quantité insuffisante d'iode dans le corps;
  • dysfonctionnements dans le fonctionnement d'un organisme d'origine génétique;
  • exposition du corps aux radiations;
  • influence à long terme de substances nocives sur le corps, qui provoquent une intoxication;
  • quantité insuffisante de minéraux nécessaires au corps;
  • l'usage du tabac et des produits alcoolisés;
  • le séjour du corps dans des situations stressantes fréquentes;
  • maladies d'origine infectieuse et virale (l'inflammation du nasopharynx est considérée comme un facteur provoquant particulièrement courant).

Classification et codage du goitre multinodulaire non toxique selon la CIM-10

Afin de systématiser les données sur les maladies selon leur type et leur évolution, la Classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10) a été créée. Ce classificateur aide le médecin et le patient à établir rapidement un diagnostic précis et à choisir un traitement plus efficace. Le goitre multinodulaire non toxique dans la CIM-10 a un code E 04.2.

Diviser la maladie par degrés:

  1. Le premier degré - visuellement et la palpation ne détermine pas les changements dans la glande thyroïde. Les nœuds inférieurs à 10 mm ne peuvent être détectés que par examen échographique.
  2. Deuxième degré - il y a des changements dans la glande, qui sont détectés par palpation et échographie.
  3. Le troisième degré est diagnostiqué visuellement par un médecin. Un gonflement clair du cou est visible, souvent plus élargi du côté droit. Le patient ressent un inconfort nodulaire.

Division par le nombre de nœuds formés:

  • goitre nodulaire - un nodule encapsulé formé dans la glande thyroïde;
  • type multi-nœuds - plusieurs changements encapsulés, clairement séparés les uns des autres;
  • type nodal de conglomérat - plusieurs nœuds encapsulés soudés ensemble pour former un conglomérat;
  • type nodulaire diffus - élargissement diffus d'un ou plusieurs nœuds.

Non toxique signifie pas dangereux?

Une autre raison pour laquelle les patients retardent la visite d'un endocrinologue et sautent les examens préventifs en raison de biais existants.

Certaines personnes sont convaincues que si le néoplasme n'interfère pas avec la glande thyroïde, il n'y a aucun danger pour la vie et la santé. Malheureusement ce n'est pas vrai.

Sans traitement, une hypertrophie incontrôlée de la glande thyroïde aura nécessairement un effet néfaste sur l'état physique et mental..

Comment le goitre affecte-t-il la psyché:

  1. La plupart des femmes considèrent la déformation du cou comme un défaut esthétique grave. Les patients commencent à se considérer laids, à s'envelopper dans des écharpes, à porter des cols roulés. Une faible estime de soi est mauvaise pour votre vie personnelle et la nervosité à propos de votre apparence conduit à la timidité et au retrait.
  2. La sensation obsessionnelle d'un objet étranger dans la gorge provoque une anxiété consciente et inconsciente. Les patients toussent, avalent de la salive, touchent souvent le cou. Ces actions et mouvements peuvent irriter les autres ou la personne elle-même..
  3. Avec une augmentation importante de la glande thyroïde, une sensation subjective de pulsation apparaît dans la gorge. En réalité, ce signe signifie que les tissus de la glande exercent une pression sur les vaisseaux sanguins. Plus la taille diffère de la norme, plus le patient est anxieux..

En termes de bien-être physique, le tableau est encore plus triste..

Avec une augmentation de la glande thyroïde

de 5 à 10%, les victimes commencent à se plaindre de douleurs et de brûlures dans l'organe, et avec une augmentation de plus de 20%, l'essoufflement commence.

Si le goitre se développe rapidement et que le corps n'a pas le temps d'adapter ses structures anatomiques, un rétrécissement de la lumière de la trachée et de l'œsophage peut se produire..

Cela se traduit par l'incapacité d'avaler, de respirer et de manger.

Selon les médecins, plus l'opération d'élimination des nœuds est effectuée tôt, moins le corps dans son ensemble sera endommagé..

Les néoplasmes non toxiques ne sont pas moins une menace que toxique.

Causes de la maladie

Dans les régions où le régime alimentaire est adéquat en iode, la principale cause des nodules thyroïdiens est la prédisposition génétique, tandis que dans les régions présentant une carence en iode, les causes des symptômes peuvent varier. Cela pourrait être:

  • carence en iode dans l'alimentation;
  • prédisposition génétique;
  • l'influence des produits chimiques et des hormones sexuelles;
  • fumeur;
  • rayonnement ionisant;
  • thyroïdite;
  • maladies auto-immunes.

Certains composés chimiques nuisent à l'absorption de l'iode par l'organisme. On les trouve dans les légumes verts tels que les choux de Bruxelles et le chou-fleur, le soja, les navets et les arachides. En raison de leur composition défavorable, ces produits ne conviennent pas aux maladies de la glande thyroïde, en particulier sous forme brute. Le traitement thermique réduit d'environ un tiers la quantité de matières volatiles contenues dans les légumes.

Classification

Les endocrinologues utilisent une échelle spéciale pour déterminer le niveau de développement de la pathologie. Pour poser un diagnostic de goitre toxique nodulaire, deux types de classification sont utilisés: l'échelle internationale généralement acceptée et la classification Nikolaev. L'essence de ce dernier dans la définition élargie des étapes suivantes de la progression de la pathologie:

  • la détermination visuelle du degré zéro est impossible;
  • au premier degré, la glande thyroïde n'est pas très proéminente, mais elle est enflammée au toucher;
  • dans le cas du deuxième degré, le fer est clairement visible, le patient se plaint d'une gêne lors de la déglutition;
  • le troisième degré est caractérisé par l'apparition d'un goitre;
  • au quatrième degré, en raison d'un goitre, le cou est considérablement déformé;
  • les principaux signes du cinquième degré - la fourniture d'une glande agrandie, une pression significative sur les organes les plus proches.

La classification de l'OMS distingue zéro (aucune donnée sur l'apparition d'un goitre), le premier (une légère augmentation de la taille de la glande thyroïde) et le deuxième degré de pathologie (la glande thyroïde est palpable).

Symptômes et diagnostic

Le goitre nodulaire non toxique reste longtemps asymptomatique. Les patients ne ressentent que dans certains cas une hypertrophie de la glande thyroïde ou des ganglions dans le parenchyme. Leurs plaintes n'apparaissent généralement que lorsqu'une glande considérablement élargie commence à appuyer sur les voies respiratoires ou l'œsophage, provoquant des difficultés à respirer et à avaler de la nourriture..

Le goitre thyroïdien multinodulaire non toxique est diagnostiqué sur la base de l'examen effectué par le médecin lors de la première visite, des données de l'examen échographique et des taux d'hormones sériques. Les principaux tests hormonaux dans ce cas comprennent la détermination de la TSH et des hormones T3 et T4.

Dans tous les cas, en cas de soupçon de goitre multinodulaire non toxique, une biopsie thyroïdienne (biopsie par aspiration fine) est indiquée, car le risque de développer des cancers est élevé. La procédure est réalisée sous guidage échographique.

Si une maladie est suspectée par un médecin de soins primaires, il ou elle oriente le patient vers un spécialiste de la thyroïde - un endocrinologue qui décidera du traitement ultérieur..

Symptômes de la maladie, diagnostic

Un goitre nodulaire est généralement asymptomatique à moins qu'il ne devienne trop grand. Si l'un des symptômes se produit, ne pensez pas que la cause était précisément la présence du nœud. Ils peuvent être causés par des conditions médicales moins graves. Si ces symptômes persistent pendant une longue période, vous devriez consulter un médecin:

  • gonflement du cou;
  • difficulté à respirer, apparition d'une toux, respiration sifflante;
  • difficulté à avaler;
  • une sensation de pincement du cou;
  • Enrouement ou changement de hauteur.

Si vous présentez les symptômes ci-dessus, vous devez contacter un endocrinologue qui effectuera un examen objectif.

L'endocrinologue posera certainement des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux. Un examen objectif sera également effectué.

Les tests suivants peuvent être prescrits et réalisés par un endocrinologue:

  • examen du cou pour évaluer le degré d'élargissement de la glande;
  • l'échographie utilise des ondes sonores pour identifier les nodules et leurs tailles, et vous permet également de déterminer le degré d'augmentation, il y en a trois;
  • un test sanguin pour évaluer les niveaux d'hormones, par exemple, stimulant la thyroïde, ou auto-anticorps contre le tissu glandulaire;
  • une scintigraphie radioactive de la glande thyroïde, appelée scintigraphie. Il s'agit d'une photographie d'un organe après l'introduction d'isotopes radioactifs dans le corps. Cette technique vous permet de diagnostiquer son fonctionnement et d'exclure le cancer;
  • une biopsie peut être effectuée - un échantillon de tissu est prélevé avec une petite aiguille pour déterminer s'il est bénin ou malin;
  • le test de baryum vous permet de déterminer le clampage de l'œsophage si vous avez des difficultés à avaler;
  • radiographie du cou et de la poitrine pour voir la compression trachéale.

Méthodes de traitement

L'objectif principal du traitement du goitre multinodulaire non toxique est de normaliser la fonction de la partie saine du parenchyme de la glande et d'empêcher l'apparition d'autres changements pour le pire..

La thérapie de la maladie comprend:

  1. Suivi de l'évolution de la maladie du patient en dynamique.
  2. Réduire la taille de la glande avec de l'iode radioactif. Cette méthode n'est utilisée que pour les petits nœuds et lorsque les autres traitements sont inefficaces.
  3. Le traitement pharmacologique est la principale méthode de traitement du goitre multinodulaire non toxique du 2ème degré. Il est réalisé avec des préparations contenant de la lévothyroxine sodique. Son action est de supprimer l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde et d'empêcher la poursuite de la croissance du conglomérat nodal, ce qui provoque une détérioration de l'état du patient..
  4. Chirurgie - Retrait des zones de glande modifiées.

Les principales indications pour prendre une décision concernant le traitement interventionnel sont:

  • maladie maligne suspectée - cancer de la thyroïde;
  • gros nœuds qui oppriment les voies respiratoires et l'œsophage, ce qui rend difficile la respiration et la déglutition des aliments.

Une méthode supplémentaire de traitement est la destruction de l'alcool, qui conduit à une nécrose. Un tel traitement devrait également entraîner une réduction significative de la masse des nodules. La procédure doit être effectuée après l'exclusion exacte du cancer. Malheureusement, la méthode est surchargée par le risque d'effets secondaires tels que des troubles de la parole. Les inconvénients de la thérapie incluent la nécessité de répéter la procédure et sa douleur.

Autres formes de thyrotoxicose

La thyréotoxicose des adénomes toxiques et diverses formes de thyroïdite est décrite dans d'autres sections de ce chapitre. D'autres causes et manifestations inhabituelles de la thyrotoxicose sont considérées ici..

Causes inhabituelles de thyrotoxicose

Rarement, l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde est causé par un excès de TSH, qui, à son tour, est dû à un thyrotropinome ou à une résistance sélective de l'hypophyse aux hormones thyroïdiennes. La suspicion de thyrotropine peut dans de nombreux cas être confirmée par radiographie, TDM ou IRM de l'hypophyse, par une augmentation significative de la concentration des sous-unités α des hormones hypophysaires glycoprotéiques et par une réponse fortement réduite ou absente à la thyrolibérine. Avec une résistance sélective de la glande pituitaire aux hormones thyroïdiennes, la concentration des sous-unités α est modérément augmentée et la réaction à la thyrolibérine est normale.

Dans les tumeurs du trophoblaste - choriocarcinome ou dérive kystique - une augmentation, parfois significative, des T4 et T3 totales et libres est souvent détectée. Les symptômes de la grossesse peuvent être accompagnés des signes classiques de thyrotoxicose, mais l'ophtalmopathie de Graves ne l'est pas. La glande thyroïde hyperactive est causée par l'hCG, qui est produite par les cellules trophoblastiques. Le diagnostic est confirmé si des concentrations très élevées de la sous-unité β de l'hCG sont trouvées dans le sérum ou l'urine. Après l'ablation de la tumeur, les taux de T4 et T3 reviennent rapidement à la normale.

Une thyréotoxicose sans glande thyroïde hyperactive peut être causée par l'abus d'hormones thyroïdiennes. Cette variante de la thyrotoxicose est généralement une forme de simulation. Il est le plus souvent observé chez les femmes ayant des problèmes de santé mentale (en particulier les femmes du personnel infirmier) et chez les personnes qui ont déjà pris des hormones thyroïdiennes ou dont des parents prennent ces hormones..

Dans tous ces cas, la fonction de la glande thyroïde est supprimée, comme en témoigne une diminution de l'absorption d'iode radioactif par la glande thyroïde et du taux de thyroglobuline dans le sérum. Le niveau de TSH est inférieur à la normale. Si vous prenez un médicament contenant du T4 (ou à la fois T4 et T3), la T4 totale et la T3 totale augmentent. Si le médicament ne contient que du T3, le T3 total augmente et le T4 total diminue. Des cas de thyrotoxicose ont été décrits lors de la consommation de produits à base de viande hachée avec un mélange de tissu thyroïdien.

Très rarement, la thyrotoxicose avec diminution de l'absorption d'iode par la glande thyroïde est causée par la T4 et la T3, qui sont sécrétées par la glande thyroïde ectopique, des métastases à distance du cancer de la thyroïde ou des tératomes ovariens sécréteurs de T4 et T3.

Une thyrotoxicose à l'iode (phénomène à base d'iode) est observée chez les patients euthyroïdiens présentant un goitre non toxique. Cette forme de thyrotoxicose est généralement détectée dans les zones présentant une carence en iode après des mesures visant à prévenir une carence en iode.

On suppose que l'apport d'iode supplémentaire dans le corps permet au tissu autonome de la glande thyroïde de synthétiser l'excès de T4 et de T3. Un phénomène similaire est observé chez les patients atteints de goitre multinodulaire non toxique lors de la prise de fortes doses d'iodures. Comme il s'agit principalement de personnes âgées et qu'elles présentent un risque d'exacerbation des maladies cardiaques avec thyrotoxicose, de fortes doses d'iode leur sont contre-indiquées..

Des agents de contraste pour rayons X contenant de l'iode, par exemple, sont prescrits à ces patients strictement selon les indications et en tenant compte du risque de thyrotoxicose. Si une étude radio-opaque est prévue, une semaine commence à prendre du propylthiouracile à fortes doses (450-600 mg / jour) et la continue pendant une semaine après l'étude. La thyréotoxicose après la prise de fortes doses d'iode survient également chez les personnes dont la fonction thyroïdienne est normale. Dans de tels cas, la thyrotoxicose disparaît rapidement après l'arrêt de la prise d'iode..

L'amiodarone (un agent antiarythmique) supprime la désiodation de la T4 dans la glande thyroïde et peut provoquer à la fois une hypothyroïdie et une thyrotoxicose. Ce médicament contient 37% d'iode, par conséquent, la thyrotoxicose causée par l'amiodarone chez les patients atteints d'un goitre toxique diffus ou d'un adénome toxique est similaire dans la pathogenèse à la thyrotoxicose à l'iode.

Dans de tels cas, il y a une glande thyroïde hypertrophiée, une absorption significative d'iode radioactif par la glande thyroïde et des taux normaux ou légèrement élevés d'IL-6. Chez les patients sans goitre, une autre variante de la thyrotoxicose à l'amiodarone est observée. Elle est causée par l'effet toxique de l'amiodarone sur les thyrocytes, conduisant à la thyroïdite et à la libération de T4 et T3, et se caractérise par une très faible absorption d'iode par la glande thyroïde et des niveaux très élevés d'IL-6. Dans de tels cas, en plus du traitement symptomatique, un traitement par perchlorate et glucocorticoïdes peut être nécessaire..

Manifestations inhabituelles de thyrotoxicose

Toxicose T3

Il s'agit d'une condition dans laquelle la T4 totale est normale ou faible, la globuline liant la thyroxine est normale et la T3 totale est augmentée. Dans toutes les formes d'hyperfonction thyroïdienne, la production de T3 augmente plus que la production de T4, mais chez certains patients atteints d'un goitre non toxique, d'un goitre toxique multinodulaire et d'un adénome toxique, cette disproportion augmente.

La toxicose T3 peut être suspectée chez les patients présentant des signes cliniques de thyrotoxicose, lorsque la T4 totale et libre est normale ou faible et que l'absorption d'iode radioactif par la glande thyroïde est normale ou augmentée. Ces signes, associés au goitre, permettent de distinguer la toxicose T3 d'un surdosage ou d'un abus de liothyronine. Contrairement aux maladies non thyroïdiennes, dans lesquelles la T3 totale est augmentée, avec la toxicose T3, la TSH n'est pas déterminée, et les résultats du test avec la thyrolibérine et le test suppressif avec T3 sont anormaux.

Chez de nombreux patients atteints de goitre toxique diffus, une augmentation de la T3 totale dans un contexte de T4 totale normale précède l'augmentation des deux hormones, typique de cette maladie. La toxicose T3 survient parfois aux stades initiaux du goitre toxique diffus, mais plus souvent - avec rechute après le traitement. Chez certains patients atteints de goitre toxique diffus, après un traitement avec des médicaments antithyroïdiens, la T4 totale se normalise, mais les symptômes de la thyrotoxicose ne disparaissent pas et la T3 totale reste élevée. Ces patients sont sujets à une récidive de la thyrotoxicose après l'arrêt des médicaments antithyroïdiens..

Toxicose T4

Comme déjà mentionné, chez la plupart des patients souffrant d'hyperthyroïdie, la T3 totale augmente plus que la T4 totale. En effet, une quantité importante de T3 sécrétée par la glande thyroïde est ajoutée au T3 produit par la désiodation périphérique de T4. Cependant, la thyrotoxicose se produit avec une augmentation significative de la T4 totale avec une T3 totale normale.

La toxicose T4 survient le plus souvent après la prise d'iode chez des patients âgés ou avec des maladies concomitantes sévères. Un apport excessif en iode stimule la production de T4. Si un excès d'iode est exclu, une T4 totale élevée et une T3 totale normale sont très probablement dues à la suppression de la désiodation périphérique de T4 en association avec une hypersécrétion persistante de T4 et T3..

Suivi du développement de la maladie

Prendre une décision sur un traitement conservateur nécessite une grande précision et des soins de la part du médecin traitant et du patient. Avec un traitement non invasif, une surveillance régulière et obligatoire de la glande thyroïde du patient, réalisée dans une clinique d'endocrinologie, est nécessaire. La fréquence des contrôles dépend de la gravité de la maladie et du risque de cancer.

Au départ, pendant environ 2 ans, un patient atteint d'un goitre multinodulaire non toxique de grade 1 devrait consulter un endocrinologue tous les six mois. Le contrôle endocrinologique obligatoire s'applique non seulement aux patients sous observation, mais également en postopératoire et aux patients après d'autres types de traitement, par exemple après une injection d'éthanol.

Le profil du test de contrôle est similaire à celui lors du diagnostic et comprend des tests de laboratoire hormonaux (TSH et hormones thyroïdiennes), une palpation par un médecin et une échographie. Si le test de base est anormal, le médecin peut décider de subir une deuxième biopsie..

En plus des examens de suivi programmés, le patient doit immédiatement informer le médecin d'une détérioration de l'état de santé, telle qu'une fièvre d'origine inconnue, un gonflement des ganglions lymphatiques ou un élargissement soudain et perceptible de la glande thyroïde.

Les principales complications de la thyrotoxicose

Insuffisance cardiaque

La thyréotoxicose améliore à la fois la fonction cardiaque systolique et diastolique, probablement en raison de l'effet sur l'expression du gène de la myosine. Sans traitement, l'augmentation du travail du cœur conduit progressivement à une insuffisance cardiaque. Les effets périphériques de la T4 et de la T3 et leur effet direct sur le myocarde entraînent une surcharge cardiaque.

Une augmentation du métabolisme dans les tissus périphériques entraîne une augmentation du flux sanguin (pour répondre aux besoins métaboliques des tissus et pour améliorer le transfert de chaleur), et l'action directe de T4 et T3 sur le myocarde entraîne une accélération du remplissage, une augmentation de la force et du taux de contraction des ventricules et de la fréquence cardiaque. En conséquence, le travail du cœur et le débit cardiaque sont augmentés. Une excitabilité auriculaire accrue provoque des arythmies, dont la plus dangereuse est la fibrillation auriculaire.

Les patients sans maladie cardiovasculaire tolèrent généralement ces troubles facilement. Si de telles maladies sont présentes, la thyrotoxicose peut provoquer ou intensifier une insuffisance cardiaque. La cardiopathie thyréotoxique est plus fréquente chez les patients âgés et les patients atteints de goitre toxique multinodulaire et parfois c'est la manifestation la plus prononcée de la thyrotoxicose.

Chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque, la thyrotoxicose latente est indiquée par une fibrillation auriculaire, une augmentation relative de la vitesse du flux sanguin, une augmentation du débit cardiaque et une résistance aux doses conventionnelles de glycosides cardiaques. Une observation de dix ans des participants à l'étude Framingham a montré que les personnes âgées avec de faibles taux de TSH (c'est-à-dire avec une thyrotoxicose latente) ont un risque 3 fois plus élevé de fibrillation auriculaire.

Chirurgie

La chirurgie thyroïdienne (stumectomie, thyroïdectomie) n'est généralement qu'une des étapes du traitement du goitre multinodulaire non toxique. Le médecin décide si cela est nécessaire après une série d'études spécialisées (cytologie, échographie) et après avoir discuté avec le patient.

Indications de la chirurgie thyroïdienne:

  • gros goitre (nodulaire, parenchymateux), déprimant les voies respiratoires ou provoquant un effet esthétique indésirable (même si la fonction normale de la glande thyroïde est préservée);
  • la présence d'une tumeur maligne;
  • développement de la maladie malgré l'utilisation de médicaments appropriés.

La glande thyroïde est située sur le cou et se compose de deux pétales (droit et gauche) reliés l'un à l'autre par une fine bande de tissu glandulaire. Selon la décision du médecin, seule une partie ou la glande entière peut être retirée.

Comment fonctionne la chirurgie thyroïdienne??

L'opération est réalisée sous anesthésie complète et dure environ deux heures. La période de récupération du patient à l'hôpital prend environ 7 à 10 jours.

Après l'opération, le plus important est de rester sous la surveillance constante d'un endocrinologue. Cela aidera à éviter les complications indésirables. Après la chirurgie, une hypoparathyroïdie, causée par une glande rétrécie, ou un enrouement (qui disparaît généralement dans les 6 à 12 mois) peut survenir. La cicatrice laissée après la chirurgie doit avoir la forme d'un arc d'environ 10 cm de long, elle n'est généralement pas visible car les points de suture disparaissent très rapidement.

Tableau - Taux de consommation d'iode (μg / jour)

Enfants de moins de 5 ansEnfants de 5 à 12 ansEnfants à partir de 12 ans et adultesFemmes pendant la grossesse et l'allaitement
90 - 100100 - 130130 - 160160 - 200

Des mesures préventives peuvent empêcher complètement l'apparition de pathologies d'un organe aussi important que la glande thyroïde. Dans le même temps, la prévention ne doit pas se limiter à l’utilisation de produits contenant de l’iode. Il est également important de s'en tenir à un mode de vie sain. Si, néanmoins, le diagnostic retentit, vous ne devez pas le prendre comme une phrase..

Conseils nutritionnels

L'application d'un régime alimentaire approprié est essentielle à la santé et améliore également l'impact de la thérapie que le patient suit. Par conséquent, de nombreux nutritionnistes recommandent de manger des aliments riches en iode - fruits de mer, crustacés et sel iodé.

Les aliments qui inhibent l'activité thyroïdienne comprennent de nombreux types de légumes, notamment: le brocoli, les choux de Bruxelles, le chou-fleur, les épinards, les navets, les haricots et la moutarde. Les aliments tels que le sucre raffiné, le lait, le blé, les boissons contenant de la caféine, l'alcool doivent être évités.

Les troubles thyroïdiens peuvent être causés par l'accumulation d'acides dans le corps. Ceci, à son tour, provoque des problèmes métaboliques. La clé ici est d'éliminer les aliments acides de l'alimentation, ce qui affectera la régulation du pH et maintiendra le fonctionnement de tous les organes internes..

Traitement à l'iode radioactif

La glande thyroïde est capable de stocker l'iode entrant dans le corps. Mais lorsque l'organe lui-même est dans un état inerte et que les formations nodulaires sont actives, ces formations accumulent de l'iode, mais uniquement dans les tissus nodulaires.

Lors de l'utilisation de cette méthode, l'iode-131 est injecté dans le sang du patient, qui s'accumule dans les tissus nodulaires. Cette accumulation permet à I -131 d'agir de manière destructive sur la composition du tissu nodulaire.

Le tissu thyroïdien non infecté n'est pas endommagé.

Cette méthode est la plus efficace. Il ne reste aucune trace après cela et la maladie elle-même disparaît. Mais il y a une attitude sceptique des gens envers cette méthode. Il est très difficile d'accepter que le rayonnement dans ce cas soit curatif.