Principal

Pituitaire

Goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde

Dans cet article, vous apprendrez:

L'une des maladies courantes de la glande thyroïde est le goitre nodulaire non toxique. Pourquoi des nœuds se forment-ils, quels sont-ils, sont-ils dangereux, cette maladie est-elle traitée? Pour obtenir des réponses à ces questions, vous devez comprendre l'anatomie et la physiologie de la glande thyroïde..

La glande thyroïde est un organe de sécrétion interne

La glande est formée à partir des cellules de l'épithélium folliculaire, qui produisent des hormones thyroïdiennes et de l'épithélium interfolliculaire, qui remplit une fonction de soutien. Les cellules de l'épithélium folliculaire produisent de la thyroglobuline, puis elle s'accumule à l'intérieur du follicule sous forme de colloïde et, si nécessaire, est hydrolysée en thyroxine (T4), la thyroxine pénètre dans le sang. La triiodothyronine (T3) est une hormone à action rapide qui se décompose rapidement; Contrairement à la thyroxine, la détermination de la teneur en sang de la triiodothyronine n'est pas largement utilisée dans la pratique clinique. La synthèse des hormones thyroïdiennes est contrôlée par l'hormone hypophysaire, l'hormone thyréostimuline (TSH), il existe une relation inverse entre elles: plus la T4 circule dans le sang, moins la TSH est synthétisée, et vice versa.

Le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde est une maladie dans laquelle des phoques (nœuds) se forment dans l'organe, mais en même temps sa fonction en souffre de manière insignifiante, c'est-à-dire la concentration d'hormones thyroïdiennes dans le sang ne change pas ou diminue légèrement. Un goitre morphologiquement non toxique peut se manifester sous la forme d'un nœud (simple nodulaire) ou de plusieurs (multinodulaires ou diffus-nodulaires), les nœuds peuvent être actifs et inactifs. Les nœuds actifs ou "chauds" synthétisent les hormones, accumulent l'iode radioactif pendant la scintigraphie, les nœuds inactifs ou "froids", respectivement, ne synthétisent pas les hormones et n'accumulent pas d'iode.

Quelle est la cause du goitre?

Il existe de nombreuses théories, y compris la théorie des troubles génétiques dans la croissance et le fonctionnement des thyrocytes, mais les causes les plus courantes sont la carence en iode (goitre endémique) et la thyroïdite auto-immune de Hashimoto.

Goitre endémique non toxique

En cas de carence en iode, la glande thyroïde synthétise une quantité insuffisante d'hormones, la sécrétion de l'hormone thyréostimulante (TSH) augmente, ce qui, à son tour, stimule davantage les cellules de la glande. En raison de la production excessive d'hormones, les cellules de la glande thyroïde augmentent de taille, se divisent intensément - leur hyperplasie se produit. Dans certains foyers, un plus grand nombre de cellules s'accumulent, elles forment des nœuds; dans d'autres parties de l'organe, les cellules perdent leur capacité à se diviser, à subir une nécrose, des hémorragies dans le tissu glandulaire se produisent.

Dans les régions carencées en iode, l'iodation du sel, de l'eau potable, l'ajout d'iode à l'alimentation humaine et animale sont largement utilisés. Ces mesures ont permis récemment de réduire l'incidence du goitre endémique. Dans les régions touchées par l'accident de Tchernobyl et contaminées par de l'iode radioactif, la situation est plus difficile. L'iode-131 s'est activement accumulé dans les tissus de la glande thyroïde et a rapidement subi une demi-vie. En conséquence, la carence primaire en iode a été aggravée et les cellules de l'organe ont été exposées à des radiations à la suite de réactions de désintégration. Par conséquent, après l'accident de Tchernobyl, il y a eu une augmentation des maladies thyroïdiennes: le nombre de cas de goitre nodulaire non toxique a augmenté et le cancer s'est développé dans le contexte de la dégénérescence nodulaire..

Thyroïdite auto-immune de Hashimoto

Comme pour de nombreuses autres maladies auto-immunes, la cause de la maladie n'est pas claire. À la suite de la réaction «antigène-auto-anticorps», les thyrocytes sont affectés, la synthèse des hormones diminue et toutes les autres étapes se produisent comme dans le goitre endémique non toxique.

Symptômes

Les symptômes de la maladie dépendent du tableau morphologique (un ou plusieurs nœuds), du degré de compensation de la fonction thyroïdienne (euthyroïdie ou hypothyroïdie), du stade (degré) de la maladie.

En fonction du nombre de nœuds, la glande thyroïde peut conserver une consistance élastique avec des formations denses individuelles ou être homogène dense, pierreuse au toucher.

Symptômes de l'hypothyroïdie (la teneur en thyroxine dans le sang est réduite): faiblesse, fatigue, prise de poids, peau sèche, ongles cassants, chute de cheveux, dysménorrhée. Avec l'euthyroïdie (le contenu en T3 et T4 est normal), l'état général du corps n'est pas perturbé.

Grades de goitre nodulaire non toxique

  • La glande n'est pas agrandie, les ganglions ne sont pas palpables, l'état du patient n'est pas perturbé.
  • Extérieurement, l'organe n'est pas changé, les ganglions peuvent être palpés, les premiers symptômes de dysfonctionnement apparaissent.
  • La glande est hypertrophiée, visible lors de la déglutition ("roule" sous la peau), il y a une gêne lors de la déglutition, une sensation de corps étranger dans la gorge, une toux obsessionnelle.
  • L'organe déforme le contour du cou, les symptômes augmentent, l'essoufflement peut perturber.
  • La croissance de l'organe se poursuit, le contour du cou change de manière significative, l'essoufflement devient plus lourd, des difficultés respiratoires apparaissent.
  • Le goitre nodulaire atteint une taille importante, le cou est déformé, les organes internes (trachée, œsophage) sont comprimés, la déglutition, la respiration et la parole sont altérées. Un évanouissement peut survenir si les veines jugulaires sont comprimées.

Diagnostique

Le diagnostic de goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde repose sur:

  1. Plaintes des patients et symptômes cliniques.
  2. Inspection et palpation: des changements dans la taille de l'organe, des nœuds solitaires ou multiples sont révélés.
  3. Test sanguin biochimique pour les hormones thyroïdiennes: T4 normale ou basse; augmentation de la TSH.
  4. Méthodes instrumentales: échographie, imagerie par résonance calculée ou magnétique, scintigraphie à l'iode. De plus, tous les nodules d'un diamètre supérieur à 1 cm sont soumis à une biopsie par ponction obligatoire afin de rechercher des cellules cancéreuses atypiques..

Traitement

Le traitement le plus courant est la lévothyroxine pour abaisser les niveaux de TSH et des suppléments d'iode pour une fonction thyroïdienne normale.

Avec une augmentation du taux de thyroxine dans le sang, la synthèse de l'hormone stimulant la thyroïde diminue, la stimulation de la glande thyroïde diminue et la croissance des cellules pathologiques s'arrête. Avec un apport prolongé de thyroxine exogène à des fins de traitement (sous le contrôle du niveau de T4 et de TSH), l'organe diminue progressivement, retrouve sa taille normale. Le contrôle du niveau de ces hormones est obligatoire, car il existe des nœuds autonomes qui synthétisent la thyroxine quel que soit le niveau de TSH dans le sang; le traitement avec l'ajout de lévothyroxine peut provoquer une hyperthyroïdie et une thyrotoxicose.

Un traitement chirurgical est nécessaire pour le goitre non toxique à croissance rapide, comprimant les organes et les vaisseaux du cou. Le goitre nodulaire non toxique est rarement sensible à la dégénérescence cancéreuse, mais si la glande thyroïde augmente excessivement, appuie sur les organes adjacents, ils ont recours à sa résection jusqu'à une strumectomie complète.

La prévention

L'utilisation préventive de suppléments d'iode, en particulier dans les zones d'endémie, réduit le risque de maladie. Dans de nombreux cas, le goitre nodulaire non toxique est de nature familiale, par conséquent, tous les membres de la famille du patient doivent subir des examens préventifs périodiques par un endocrinologue..

Goitre multinodulaire non toxique: symptômes, causes, traitement

Lorsque la glande thyroïde grossit avec la formation de nœuds, mais que l'activité fonctionnelle de l'organe ne change pas, un goitre multinodulaire non toxique de la glande thyroïde est diagnostiqué. En cas de maladie, la quantité d'hormones thyroïdiennes synthétisées dans la glande reste normale. Selon la CIM-10, la pathologie porte le code E-04.2.

Causes de la maladie

Par origine, les néoplasmes nodulaires sont:

  • colloïdal;
  • tumeurs bénignes;
  • tumeurs malignes.

Les mutations génétiques somatiques ou héréditaires sont souvent des provocateurs de la maladie. En outre, un goitre non toxique peut survenir en raison de:

  • carence sévère en iode;
  • exposition aux toxines;
  • manque de vitamines et de minéraux dans le corps (en particulier le fer, le sélénium et le zinc);
  • fumeur;
  • influences stressantes fréquentes provoquant des troubles nerveux;
  • maladies chroniques souvent exacerbées de nature infectieuse;
  • prendre des médicaments qui altèrent la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Symptômes de la maladie

La gravité des symptômes est due au nombre et à la taille des nœuds, à la négligence de la maladie, au niveau de compensation des fonctions des organes.

Si la pathologie ne s'accompagne pas d'une diminution du sang de la triiodothyronine et de la thyroxine, le bien-être du patient reste normal. S'il y a une diminution de la thyroxine, alors chez une personne malade:

  • la faiblesse se produit;
  • augmente le poids;
  • une fatigue chronique se développe;
  • la peau sèche devient;
  • les cheveux tombent abondamment;
  • les plaques à ongles se cassent;
  • chez la femme, la menstruation est douloureuse.

Le goitre nodulaire non toxique passe par plusieurs étapes de développement:

  1. L'élargissement de la glande n'est pas noté. Les nœuds ne sont pas sondés. Le bien-être du patient est normal.
  2. Visuellement, l'augmentation de l'organe n'est pas perceptible. Les nœuds sont sondés. Les premiers signes d'une violation de l'activité sécrétoire de la glande sont enregistrés.
  3. L'organe est tellement élargi qu'il devient clairement visible lors des mouvements de déglutition. Le patient se plaint d'une boule dans la gorge, d'une toux persistante, d'une gêne lors de la déglutition de la nourriture.
  4. En raison de l'organe envahi, les contours du cou sont déformés. Les symptômes de la maladie deviennent prononcés, la respiration peut s'aggraver.
  5. La glande envahie déforme considérablement la forme du cou. Il devient difficile pour le patient de respirer.
  6. Le goitre pousse tellement qu'il comprime les voies respiratoires et digestives supérieures, ce qui provoque de graves problèmes de fonction respiratoire, de déglutition et de parole. Le cou a une forme non naturelle. Si les tissus hypertrophiés appuient sur la veine jugulaire, le patient peut perdre connaissance.

Diagnostique

Le médecin examine le patient, recueille l'anamnèse, palpe la glande thyroïde, prescrit les tests instrumentaux et de laboratoire suivants:

  • Échographie de la glande;
  • tests sanguins pour les anticorps thyroïdiens et les hormones thyroïdiennes;
  • scintigraphie d'organes;
  • radiographie pulmonaire;
  • imagerie par résonance magnétique ou calculée;
  • biopsie des nœuds de plus de 1 cm de diamètre.

Un diagnostic rapide du goitre nodulaire non toxique est essentiel. Lorsque le traitement est commencé à temps, la probabilité de transformation des nodules en tumeurs malignes diminue.

Traitement

Le traitement consiste généralement à prendre de la «lévothyroxine» pour normaliser le contenu des hormones thyroïdiennes dans le sang et des préparations d'iode pour améliorer le fonctionnement de la glande thyroïde.

Lorsque la thyroxine est prise, la production d'hormone stimulant la thyroïde diminue, la prolifération pathologique des tissus glandulaires s'arrête. Le traitement médicamenteux est effectué avec une surveillance constante du niveau d'hormones thyroïdiennes, de sorte que le fer revient progressivement à la normale.

Une intervention chirurgicale est nécessaire si le goitre non toxique se développe rapidement et comprime les tissus adjacents et les vaisseaux sanguins cervicaux. Les nodules avec un goitre non toxique se transforment rarement en tumeurs malignes. Mais si une maladie oncologique survient, la glande thyroïde est complètement excisée.

La prévention

Pour réduire la probabilité d'un goitre multinodulaire non toxique, les personnes vivant dans des zones avec un environnement carencé en iode devraient périodiquement prendre des préparations d'iode. Dans certains cas, la maladie est héréditaire. Par conséquent, si un goitre survient chez une personne, il est recommandé à tous les membres de la famille de subir un examen préventif par un endocrinologue..

Goitre multinodulaire non toxique (E04.2)

Version: Manuel des maladies de MedElement

informations générales

Brève description

Le goitre multinodulaire non toxique est une maladie non néoplasique de la glande thyroïde (TG), pathogénétiquement associée à une carence chronique en iode dans le corps, se manifestant par la formation de plusieurs nodules à la suite d'une prolifération focale La prolifération est une augmentation du nombre de cellules de tout tissu en raison de leur multiplication
thyrocytes Thyrocyte - cellule épithéliale; les parois des follicules thyroïdiens sont construites à partir de thyrocytes
et accumulation de colloïdes.

Le goitre nodulaire est un concept clinique collectif qui unit toutes les formations palpables de la glande thyroïde, qui ont des caractéristiques morphologiques différentes. Terme utilisé par les cliniciens avant la vérification cytologique du diagnostic..

Nodule thyroïdien (nœud) - une formation dans la glande thyroïde, déterminée par palpation et / ou à l'aide de toute méthode d'imagerie de recherche et d'une taille de 1 cm ou plus.

- Ouvrages de référence médicaux professionnels. Normes de traitement

- Communication avec les patients: questions, avis, prise de rendez-vous

Téléchargez l'application pour ANDROID / iOS

- Guides médicaux professionnels

- Communication avec les patients: questions, avis, prise de rendez-vous

Téléchargez l'application pour ANDROID / iOS

Classification

Classification du goitre recommandée par l'OMS (2001)

Par grossissement:
- degré 0 - pas de goitre (le volume de chaque lobe ne dépasse pas le volume de la phalange distale du pouce examiné);
- degré 1 - le goitre est palpable, mais non visible dans la position normale du cou, cela comprend également les nodules qui ne conduisent pas à une augmentation de la glande elle-même;
- grade 2 - le goitre est clairement visible dans la position normale du cou.

Par le nombre de nodules:
- le goitre nodulaire est la seule formation encapsulée dans la glande thyroïde (nœud solitaire);
- goitre multinodulaire - plusieurs nodules encapsulés dans la glande thyroïde, non soudés ensemble;
- goitre nodulaire de conglomérat - plusieurs formations encapsulées dans la glande thyroïde, soudées les unes aux autres et formant un conglomérat;
- goitre nodulaire diffus (mixte) - nœuds (nœud) dans le contexte de l'élargissement diffus de la thyroïde.

Étiologie et pathogenèse

Étiologie
La cause la plus fréquente de goitre nodulaire non toxique est la carence en iode..

Pathogénèse
Dans des conditions de carence en iode, la glande thyroïde est exposée à un complexe de facteurs stimulants qui assurent la production d'une quantité adéquate d'hormones thyroïdiennes dans des conditions de carence du substrat principal pour leur synthèse. Le résultat est une augmentation du volume de la glande thyroïde - un goitre euthyroïdien diffus se forme. Selon la gravité de la carence en iode, elle peut se former chez 10 à 80% de la population totale.
Les thyrocytes ont initialement une activité proliférative différente (ils ont une microhétérogénéité). Certains pools de thyrocytes absorbent l'iode plus activement, d'autres prolifèrent rapidement et d'autres encore ont une faible activité fonctionnelle et proliférative. Dans des conditions de carence en iode, la microhétérogénéité des thyrocytes devient pathologique: les thyrocytes, qui ont la plus grande capacité à proliférer, répondent plus à l'hyperstimulation. Ainsi, un goitre euthyroïdien nodulaire et multinodulaire est formé..

La principale caractéristique du goitre multinodulaire est l'hétérogénéité morphologique et fonctionnelle du tissu thyroïdien. La prolifération cellulaire active du goitre carencé en iode est associée à un risque accru de mutations somatiques. Cela inclut des mutations activantes conduisant à la fonction autonome des thyrocytes. Parmi ces mutations, la mutation la plus étudiée du récepteur TSH, conduisant à son activation persistante même en l'absence de ligand, ainsi qu'une mutation de la protéine Gs-alpha impliquée dans la transmission du signal du récepteur à l'adénylate cyclase.

Épidémiologie

Parmi la population saine, à la palpation de la glande thyroïde, un goitre nodulaire est enregistré chez 3 à 5% des personnes examinées, lors de l'autopsie du tissu thyroïdien, des formations nodulaires sont retrouvées dans 50% des cas..
La prévalence du goitre nodulaire est plus élevée dans les régions de carence en iode (de 10 à 40%), ainsi que dans les régions exposées aux rayonnements ionisants.
L'incidence de la maladie augmente avec l'âge et est plus élevée chez les femmes que chez les hommes (1:10).

La fréquence de détection du goitre nodulaire dépend en grande partie de la méthode de recherche. À la palpation dans les zones non endémiques pour le goitre, des nodules dans la glande thyroïde se trouvent chez 4 à 7% de la population adulte et à l'échographie - chez 10 à 20%. Dans des conditions de carence en iode, ces chiffres augmentent considérablement.

Facteurs et groupes de risque

Le principal groupe à risque pour le développement de maladies dues à une carence en iode:
- les enfants de moins de 3 ans;
- femmes enceintes;
- allaitement maternel;

Un groupe de risque particulier pour la formation des conséquences les plus menaçantes de la carence en iode dans le plan médical et social:
- les filles pendant la puberté;
- les femmes en âge de procréer (fertiles);
- enceinte et allaitante;
- enfants et adolescents.

Image clinique

Symptômes, bien sûr

Diagnostique

Anamnèse
Il faut tenir compte de la présence de goitre nodulaire chez les parents, de la présence d'un cancer médullaire dans la famille, d'une irradiation antérieure de la tête et du cou, vivant dans des régions de carence en iode et des zones exposées aux rayonnements ionisants.
Il est important d'avoir une croissance rapide, l'apparition rapide d'un «nœud», qui peut être noté par le patient lui-même. Changement de voix, étouffement de nourriture, boisson, changement de voix.

Examen physique
À l'examen, le cou du patient peut ne pas être altéré, mais le nodule peut être visible avec la tête rejetée en arrière.
À la palpation, vous pouvez distinguer le goitre nodulaire, diffus et multinodulaire. La palpation évalue la sensibilité du noeud, sa consistance, le déplacement par rapport aux tissus environnants, la propagation du goitre derrière le sternum (atteignabilité du pôle inférieur lors de la déglutition).
Avec un gros nœud (plus de 5 cm de diamètre), une déformation du cou, un gonflement des veines cervicales peut survenir (c'est rare, uniquement avec de très gros nœuds).
Les signes de compression dans le cas d'un grand goitre rétrosternal apparaissent généralement lorsque les bras sont levés au-dessus de la tête (symptôme de Pemberton); en même temps, une hyperémie faciale, des étourdissements ou des évanouissements se développent.
Assurez-vous d'examiner les ganglions lymphatiques du cou.

1. L'échographie thyroïdienne est la méthode la plus courante d'imagerie de la glande thyroïde. Permet de confirmer ou de nier la présence d'un goitre nodulaire et / ou diffus chez un patient.
Une caractéristique distinctive et principale d'un vrai goitre nodulaire avec échographie est la présence d'une capsule. La capsule est la bordure du nœud, qui, en règle générale, a une échogénicité plus élevée que le tissu réel de formation.

3. Biopsie par aspiration à l'aiguille fine (TAB) de la glande thyroïde - méthode de diagnostic morphologique (cytologique) direct du goitre nodulaire, permet le diagnostic différentiel des maladies se manifestant par un goitre nodulaire et exclut la pathologie thyroïdienne maligne.
Indications pour la réalisation:
- nodules thyroïdiens d'un diamètre égal ou supérieur à 1 cm (détectés par palpation et / ou échographie de la glande thyroïde);
- formations accidentellement diagnostiquées de plus petite taille avec suspicion d'une tumeur maligne de la glande thyroïde (selon l'échographie), à ​​condition qu'il soit techniquement possible d'effectuer une ponction sous contrôle par ultrasons;
- une augmentation cliniquement significative (plus de 5 cm) d'un nodule thyroïdien précédemment détecté lors de l'observation dynamique.

L'efficacité de l'obtention d'un matériel cytologique adéquat avec TAB augmente considérablement si la procédure est effectuée sous contrôle échographique. Avec un goitre multinodulaire, lorsqu'une biopsie par ponction de chacune des formations nodulaires n'est pas possible, une étude ciblée des formations est réalisée, qui, selon les signes échographiques, sont suspectes d'une tumeur thyroïdienne.

4. Radiographie thoracique avec contraste baryté de l'œsophage: recommandée si le patient a un gros goitre nodulaire, avec une localisation partiellement rétrosternale du goitre nodulaire.

5. IRM et CT. Indications de traitement: cas isolés de goitre rétrosternal et formes courantes de cancer de la thyroïde.

6. Consultation d'autres spécialistes: en cas de syndrome de compression, une consultation avec un oto-rhino-laryngologiste est nécessaire.

Dans le cas de TAB un seul "dominant" ou le plus gros nodule, il existe une possibilité de transmettre un cancer de la thyroïde. À cet égard, ce n'est pas la taille des nodules qui est la plus importante, mais leurs caractéristiques échographiques, y compris la présence de microcalcifications, l'hypoéchogénicité du nœud de nœuds solides (plus sombre que le parenchyme environnant) et l'hypervascularisation intra-nodale..

En cas de détection de deux nœuds ou plus d'une taille supérieure à 1-1,5 cm, il est nécessaire de percer principalement des nœuds présentant des caractéristiques échographiques suspectes..

Diagnostic de laboratoire

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel est effectué avec les maladies suivantes:
- adénome folliculaire;
- forme hypertrophique de thyroïdite auto-immune avec formation de faux ganglions $
- kyste solitaire;
- cancer de la thyroïde.

La biopsie par aspiration à l'aiguille fine, ainsi que les résultats de l'échographie et de la scintigraphie thyroïdienne, des études hormonales, aident à la différenciation.

Complications

Traitement

Le but du traitement est de stabiliser la taille du nodule thyroïdien (TG).
Aujourd'hui, il existe plusieurs des approches de traitement suivantes.

1. L'observation dynamique est la tactique privilégiée chez les patients présentant des formations nodulaires non palpables découvertes par hasard lors de l'échographie et ayant un diamètre allant jusqu'à 10 mm (1 cm), ainsi que chez les personnes âgées présentant un goitre multinodulaire et un tableau cytologique bénin avec une pathologie prononcée du système cardiovasculaire.
L'observation dynamique s'entend comme une évaluation de la fonction thyroïdienne (détermination de la teneur en TSH) et de la taille d'une formation nodulaire (échographie de la glande thyroïde) une fois par an.

2. Traitement suppressif par la lévothyroxine sodique, dont le but est de supprimer la sécrétion de TSH. Cette approche se justifie dans une situation où un goitre nodulaire solitaire est associé à une augmentation diffuse du volume thyroïdien. Avec le goitre multinodulaire, cette thérapie n'est pas efficace.

3. Le traitement chirurgical est indiqué pour le goitre multinodulaire avec des signes de compression des organes environnants et / ou un défaut esthétique, révélée une autonomie fonctionnelle. La prévention postopératoire de la récidive du goitre nodulaire (dans 50 à 80% des cas) comprend l'administration de lévothyroxine sodique à des fins suppressives (TSH inférieure à 0,5 UI / L) à une dose de 2 à 4 μg / (kg × jour).

Prévoir

Hospitalisation

La prévention

Le but de la prévention est de normaliser la consommation d'iode de la population. Le besoin d'iode est:
- 90 mcg par jour - à l'âge de 0-59 mois;
- 120 mcg par jour - à l'âge de 6-12 ans;
- 150 mcg / jour - pour les adolescents et les adultes;
- 250 mcg / jour - pour les femmes enceintes et allaitantes.

Il est possible d'assurer une consommation normale d'iode dans les régions de carence en iode grâce à l'introduction de méthodes de prévention de masse, de groupe et individuelle.

Prévention de masse
L'iodation universelle du sel est recommandée par l'OMS, le Ministère de la santé de la République du Kazakhstan et la Fédération de Russie, comme méthode universelle et hautement efficace de prévention massive de l'iode.
L'iodation universelle du sel signifie que pratiquement tout le sel destiné à la consommation humaine (c'est-à-dire vendu dans les magasins et utilisé dans l'industrie alimentaire) doit être iodé. Pour obtenir un apport optimal en iode (150 mcg / jour), l'OMS et le Conseil international pour le contrôle des maladies dues à une carence en iode recommandent d'ajouter en moyenne 20 à 40 mg d'iode pour 1 kg de sel. L'iodure de potassium est recommandé comme supplément iodé.
À l'avenir, la prophylaxie de masse à l'iode entraîne une diminution significative de la prévalence de toutes les formes de goitre.

Une prophylaxie iodée de groupe et individuelle est réalisée à certaines périodes de la vie (grossesse, allaitement, enfance et adolescence), lorsque le besoin physiologique en iode augmente, et consiste à prendre des agents pharmacologiques contenant une dose physiologique d'iodure de potassium.
Dans les groupes à haut risque, il est permis d'utiliser uniquement des agents pharmacologiques contenant une dose d'iode précisément standardisée. Dans ces groupes de population, la prévalence du goitre endémique est particulièrement élevée et, par conséquent, la prise de médicaments avec un dosage précis a non seulement une valeur préventive, mais également thérapeutique..
Doses recommandées d'iodure de potassium pour la prophylaxie dans les groupes à haut risque:

Goitre multinodulaire non toxique de la glande thyroïde

L'une des maladies courantes de la glande thyroïde est le goitre nodulaire non toxique. Pourquoi des nœuds se forment-ils, quels sont-ils, sont-ils dangereux, cette maladie est-elle traitée? Pour obtenir des réponses à ces questions, vous devez comprendre l'anatomie et la physiologie de la glande thyroïde..

La glande est formée à partir des cellules de l'épithélium folliculaire, qui produisent des hormones thyroïdiennes et de l'épithélium interfolliculaire, qui remplit une fonction de soutien. Les cellules de l'épithélium folliculaire produisent de la thyroglobuline, puis elle s'accumule à l'intérieur du follicule sous forme de colloïde et, si nécessaire, est hydrolysée en thyroxine (T4), la thyroxine pénètre dans le sang. La triiodothyronine (T3) est une hormone à action rapide qui se décompose rapidement; Contrairement à la thyroxine, la détermination de la teneur en sang de la triiodothyronine n'est pas largement utilisée dans la pratique clinique. La synthèse des hormones thyroïdiennes est contrôlée par l'hormone hypophysaire, l'hormone thyréostimuline (TSH), il existe une relation inverse entre elles: plus la T4 circule dans le sang, moins la TSH est synthétisée, et vice versa.

Le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde est une maladie dans laquelle des phoques (nœuds) se forment dans l'organe, mais en même temps sa fonction en souffre de manière insignifiante, c'est-à-dire la concentration d'hormones thyroïdiennes dans le sang ne change pas ou diminue légèrement. Un goitre morphologiquement non toxique peut se manifester sous la forme d'un nœud (simple nodulaire) ou de plusieurs (multinodulaires ou diffus-nodulaires), les nœuds peuvent être actifs et inactifs. Les nœuds actifs ou "chauds" synthétisent les hormones, accumulent l'iode radioactif pendant la scintigraphie, les nœuds inactifs ou "froids", respectivement, ne synthétisent pas les hormones et n'accumulent pas d'iode.

Il existe de nombreuses théories, y compris la théorie des troubles génétiques dans la croissance et le fonctionnement des thyrocytes, mais les causes les plus courantes sont la carence en iode (goitre endémique) et la thyroïdite auto-immune de Hashimoto.

En cas de carence en iode, la glande thyroïde synthétise une quantité insuffisante d'hormones, la sécrétion de l'hormone thyréostimulante (TSH) augmente, ce qui, à son tour, stimule davantage les cellules de la glande. En raison de la production excessive d'hormones, les cellules de la glande thyroïde augmentent de taille, se divisent intensément - leur hyperplasie se produit. Dans certains foyers, un plus grand nombre de cellules s'accumulent, elles forment des nœuds; dans d'autres parties de l'organe, les cellules perdent leur capacité à se diviser, à subir une nécrose, des hémorragies dans le tissu glandulaire se produisent.

Dans les régions carencées en iode, l'iodation du sel, de l'eau potable, l'ajout d'iode à l'alimentation humaine et animale sont largement utilisés. Ces mesures ont permis récemment de réduire l'incidence du goitre endémique. Dans les régions touchées par l'accident de Tchernobyl et contaminées par de l'iode radioactif, la situation est plus difficile. L'iode-131 s'est activement accumulé dans les tissus de la glande thyroïde et a rapidement subi une demi-vie. En conséquence, la carence primaire en iode a été aggravée et les cellules de l'organe ont été exposées à des radiations à la suite de réactions de désintégration. Par conséquent, après l'accident de Tchernobyl, il y a eu une augmentation des maladies thyroïdiennes: le nombre de cas de goitre nodulaire non toxique a augmenté et le cancer s'est développé dans le contexte de la dégénérescence nodulaire..

Comme pour de nombreuses autres maladies auto-immunes, la cause de la maladie n'est pas claire. À la suite de la réaction «antigène-auto-anticorps», les thyrocytes sont affectés, la synthèse des hormones diminue et toutes les autres étapes se produisent comme dans le goitre endémique non toxique.

Les symptômes de la maladie dépendent du tableau morphologique (un ou plusieurs nœuds), du degré de compensation de la fonction thyroïdienne (euthyroïdie ou hypothyroïdie), du stade (degré) de la maladie.

En fonction du nombre de nœuds, la glande thyroïde peut conserver une consistance élastique avec des formations denses individuelles ou être homogène dense, pierreuse au toucher.

Symptômes de l'hypothyroïdie (la teneur en thyroxine dans le sang est réduite): faiblesse, fatigue, prise de poids, peau sèche, ongles cassants, chute de cheveux, dysménorrhée. Avec l'euthyroïdie (le contenu en T3 et T4 est normal), l'état général du corps n'est pas perturbé.

Grades de goitre nodulaire non toxique

  • La glande n'est pas agrandie, les ganglions ne sont pas palpables, l'état du patient n'est pas perturbé.
  • Extérieurement, l'organe n'est pas changé, les ganglions peuvent être palpés, les premiers symptômes de dysfonctionnement apparaissent.
  • La glande est hypertrophiée, visible lors de la déglutition ("roule" sous la peau), il y a une gêne lors de la déglutition, une sensation de corps étranger dans la gorge, une toux obsessionnelle.
  • L'organe déforme le contour du cou, les symptômes augmentent, l'essoufflement peut perturber.
  • La croissance de l'organe se poursuit, le contour du cou change de manière significative, l'essoufflement devient plus lourd, des difficultés respiratoires apparaissent.
  • Le goitre nodulaire atteint une taille importante, le cou est déformé, les organes internes (trachée, œsophage) sont comprimés, la déglutition, la respiration et la parole sont altérées. Un évanouissement peut survenir si les veines jugulaires sont comprimées.

Le diagnostic de goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde repose sur:

  1. Plaintes des patients et symptômes cliniques.
  2. Inspection et palpation: des changements dans la taille de l'organe, des nœuds solitaires ou multiples sont révélés.
  3. Test sanguin biochimique pour les hormones thyroïdiennes: T4 normale ou basse; augmentation de la TSH.
  4. Méthodes instrumentales: échographie, imagerie par résonance calculée ou magnétique, scintigraphie à l'iode. De plus, tous les nodules d'un diamètre supérieur à 1 cm sont soumis à une biopsie par ponction obligatoire afin de rechercher des cellules cancéreuses atypiques..

Le traitement le plus courant est la lévothyroxine pour abaisser les niveaux de TSH et des suppléments d'iode pour une fonction thyroïdienne normale.

Avec une augmentation du taux de thyroxine dans le sang, la synthèse de l'hormone stimulant la thyroïde diminue, la stimulation de la glande thyroïde diminue et la croissance des cellules pathologiques s'arrête. Avec un apport prolongé de thyroxine exogène à des fins de traitement (sous le contrôle du niveau de T4 et de TSH), l'organe diminue progressivement, retrouve sa taille normale. Le contrôle du niveau de ces hormones est obligatoire, car il existe des nœuds autonomes qui synthétisent la thyroxine quel que soit le niveau de TSH dans le sang; le traitement avec l'ajout de lévothyroxine peut provoquer une hyperthyroïdie et une thyrotoxicose.

Un traitement chirurgical est nécessaire pour le goitre non toxique à croissance rapide, comprimant les organes et les vaisseaux du cou. Le goitre nodulaire non toxique est rarement sensible à la dégénérescence cancéreuse, mais si la glande thyroïde augmente excessivement, appuie sur les organes adjacents, ils ont recours à sa résection jusqu'à une strumectomie complète.

L'utilisation préventive de suppléments d'iode, en particulier dans les zones d'endémie, réduit le risque de maladie. Dans de nombreux cas, le goitre nodulaire non toxique est de nature familiale, par conséquent, tous les membres de la famille du patient doivent subir des examens préventifs périodiques par un endocrinologue..

Aussi: colloïde, à des degrés divers, goitre nodulaire proliférant, goitre nodulaire proliférant colloïdal, goitre nodulaire colloïdal, goitre multinodulaire, goitre sporadique simple, goitre simple non toxique

Version: Manuel des maladies de MedElement

Catégories ICD: Goitre multinodulaire non toxique (E04.2)

Sections de médecine: endocrinologie

Informations générales Brève description

Le goitre multinodulaire non toxique est une maladie non tumorale de la glande thyroïde (TG), associée pathogénétiquement à une carence chronique en iode dans le corps, se manifestant par la formation de plusieurs nodules à la suite de

prolifération Prolifération - une augmentation du nombre de cellules de tout tissu en raison de leur multiplication
thyrocytes Thyrocyte - cellule épithéliale; les parois des follicules thyroïdiens sont construites à partir de thyrocytes

et accumulation de colloïdes.

Le goitre nodulaire est un concept clinique collectif qui unit toutes les formations palpables de la glande thyroïde, qui ont des caractéristiques morphologiques différentes. Terme utilisé par les cliniciens avant la vérification cytologique du diagnostic..

Nodule thyroïdien (nœud) - formation dans la glande thyroïde, déterminée par palpation et / ou à l'aide de toute méthode de recherche par imagerie et d'une taille de 1 cm ou plus.

Classification du goitre recommandée par l'OMS (2001)

Par le degré d'augmentation: - degré 0 - pas de goitre (le volume de chaque lobe ne dépasse pas le volume de la phalange distale du pouce de la main examinée);

- degré 1 - le goitre est palpable, mais non visible dans la position normale du cou, cela inclut également les nodules qui ne conduisent pas à une augmentation de la glande elle-même;

- grade 2 - le goitre est clairement visible dans la position normale du cou.

Par le nombre de nodules: - le goitre nodulaire est la seule formation encapsulée dans la glande thyroïde (nodule solitaire);

- goitre multinodulaire - plusieurs nodules encapsulés dans la glande thyroïde, non soudés ensemble;

- goitre nodulaire de conglomérat - plusieurs formations encapsulées dans la glande thyroïde, soudées les unes aux autres et formant un conglomérat;

- goitre nodulaire diffus (mixte) - nœuds (nœud) dans le contexte d'une hypertrophie thyroïdienne diffuse.

Étiologie et pathogenèse

Étiologie La cause la plus fréquente du développement du goitre nodulaire non toxique est la carence en iode. Pathogenèse Dans des conditions de carence en iode, la glande thyroïde est exposée à un complexe de facteurs stimulants qui assurent la production d'une quantité adéquate d'hormones thyroïdiennes dans des conditions de carence du substrat principal pour leur synthèse. Le résultat est une augmentation du volume de la glande thyroïde - un goitre euthyroïdien diffus se forme. Selon la sévérité de la carence en iode, elle peut se former dans 10 à 80% de la population totale.Les thyrocytes ont initialement une activité proliférative différente (possèdent une microhétérogénéité). Certains pools de thyrocytes absorbent l'iode plus activement, d'autres prolifèrent rapidement et d'autres encore ont une faible activité fonctionnelle et proliférative. Dans des conditions de carence en iode, la microhétérogénéité des thyrocytes devient pathologique: les thyrocytes, qui ont la plus grande capacité à proliférer, répondent plus à l'hyperstimulation. Ainsi, un goitre euthyroïdien nodulaire et multinodulaire est formé. La principale caractéristique du goitre multinodulaire est l'hétérogénéité morphologique et fonctionnelle du tissu thyroïdien. La prolifération cellulaire active du goitre carencé en iode est associée à un risque accru de mutations somatiques. Cela inclut des mutations activantes conduisant à la fonction autonome des thyrocytes. Parmi ces mutations, la mutation la plus étudiée du récepteur TSH, conduisant à son activation persistante même en l'absence de ligand, ainsi qu'une mutation de la protéine Gs-alpha impliquée dans la transmission du signal du récepteur à l'adénylate cyclase.

Parmi la population saine, à la palpation de la glande thyroïde, un goitre nodulaire est enregistré chez 3 à 5% des personnes examinées, lors de l'autopsie du tissu thyroïdien, des formations nodulaires sont retrouvées dans 50% des cas. La prévalence du goitre nodulaire est plus élevée dans les régions carencées en iode (10-40%), ainsi que dans les régions exposées aux rayonnements ionisants. La fréquence de la maladie augmente avec l'âge et est plus élevée chez les femmes que chez les hommes (1:10). La fréquence de détection du goitre nodulaire dépend en grande partie de la méthode de recherche. À la palpation dans les zones non endémiques pour le goitre, des nodules dans la glande thyroïde se trouvent chez 4 à 7% de la population adulte et avec l'échographie - chez 10 à 20%. Dans des conditions de carence en iode, ces chiffres augmentent considérablement.

Facteurs et groupes de risque

Le principal groupe à risque de développement de maladies dues à une carence en iode: - enfants de moins de 3 ans, - femmes enceintes; - l'allaitement maternel; Un groupe de risque spécial pour la formation des conséquences les plus menaçantes de la carence en iode dans le plan médical et social: - filles pendant la puberté; - femmes en âge de procréer (fertile); - enceintes et allaitantes; - enfants et adolescents.

Tableau clinique Symptômes, cours

Les plaintes des patients atteints de nodules thyroïdiens ne sont pas spécifiques. La seule plainte peut être une sensation d'inconfort dans le cou. Le plus souvent, les patients présentant de petits nodules ne présentent aucune plainte.
Dyspnée, qui peut s'aggraver en tournant la tête, dysphagie La dysphagie est un nom commun pour les troubles de la déglutition
, une sensation de pression dans le cou est typique chez les patients avec un goitre nodulaire situé dans la poitrine ou avec de gros nodules.

Les principales tâches d'un endocrinologue lors de la détection d'une formation nodulaire de la glande thyroïde (TG) sont:
- l'exclusion ou la confirmation de la présence d'une tumeur thyroïdienne et l'établissement d'un diagnostic clinique, confirmé morphologiquement;
- détermination de la tactique de traitement / observation d'un patient avec des formations nodulaires.
Ces tâches sont résolues aux principales étapes de l'enquête..

Anamnèse Il faut tenir compte de la présence de goitre nodulaire chez les parents, de la présence d'un cancer médullaire dans la famille, d'une irradiation antérieure de la tête et du cou, vivant dans des régions de carence en iode et des zones exposées aux rayonnements ionisants.

Il est important d'avoir une croissance rapide, l'apparition rapide d'un «nœud», que le patient lui-même peut constater. Changement de voix, étouffement de nourriture, boisson, changement de voix.

Examen physique À l'examen, le cou du patient peut ne pas être altéré, mais un nodule peut être visible avec la tête rejetée en arrière.

À la palpation, vous pouvez distinguer le goitre nodulaire, diffus et multinodulaire. La palpation évalue la sensibilité du noeud, sa consistance, le déplacement par rapport aux tissus environnants, la propagation du goitre derrière le sternum (atteignabilité du pôle inférieur lors de la déglutition).

Avec un gros nœud (plus de 5 cm de diamètre), une déformation du cou, un gonflement des veines cervicales peut survenir (c'est rare, uniquement avec de très gros nœuds).

Les signes de compression dans le cas d'un grand goitre rétrosternal apparaissent généralement lorsque les bras sont levés au-dessus de la tête (symptôme de Pemberton); en développant

visage, étourdissements ou évanouissement.

Assurez-vous d'examiner les ganglions lymphatiques du cou.

Méthodes instrumentales:

L'échographie thyroïdienne est la méthode la plus courante d'imagerie de la glande thyroïde. Permet de confirmer ou de nier la présence d'un goitre nodulaire et / ou diffus chez un patient.

Une caractéristique distinctive et principale d'un vrai goitre nodulaire avec échographie est la présence d'une capsule. La capsule est la bordure du nœud, qui, en règle générale, a une échogénicité plus élevée que le tissu réel de formation.

2. Scintigraphie thyroïdienne au technétium 99 mTc - une méthode de diagnostic de l'autonomie thyroïdienne fonctionnelle.

Les principales indications de recherche chez les patients atteints de goitre nodulaire sont:

- diminution de la teneur en TSH (diagnostic différentiel des maladies survenant avec la thyrotoxicose);

- suspicion d'autonomie fonctionnelle thyroïdienne;

- grand goitre à distribution rétrosternale;

Pour le diagnostic primaire du goitre nodulaire, cette méthode n'est pas informative et n'est utilisée que selon les indications.

Biopsie par aspiration à l'aiguille fine (TAB)

Glande thyroïde - une méthode de diagnostic morphologique (cytologique) direct du goitre nodulaire, permet un diagnostic différentiel des maladies se manifestant par un goitre nodulaire et exclut la pathologie thyroïdienne maligne.

Indications pour la réalisation:

- nodules thyroïdiens d'un diamètre égal ou supérieur à 1 cm (détectés par palpation et / ou échographie de la glande thyroïde);

- formations accidentellement diagnostiquées de plus petite taille avec suspicion d'une tumeur maligne de la glande thyroïde (selon l'échographie), sous réserve de la capacité technique d'effectuer une ponction sous contrôle échographique;

- une augmentation cliniquement significative (plus de 5 cm) d'un nodule thyroïdien préalablement détecté lors de l'observation dynamique.

L'efficacité de l'obtention d'un matériel cytologique adéquat avec TAB augmente considérablement si la procédure est effectuée sous contrôle échographique. Avec un goitre multinodulaire, lorsqu'une biopsie par ponction de chacune des formations nodulaires n'est pas possible, une étude ciblée des formations est réalisée, qui, selon les signes échographiques, sont suspectes d'une tumeur thyroïdienne.

4. Radiographie thoracique avec contraste baryté de l'œsophage: recommandée si le patient a un gros goitre nodulaire, avec une localisation partiellement rétrosternale du goitre nodulaire.

5. IRM et CT. Indications de traitement: cas isolés de goitre rétrosternal et formes courantes de cancer de la thyroïde.

6. Consultation d'autres spécialistes: en cas de syndrome de compression, une consultation avec un oto-rhino-laryngologiste est nécessaire.

Lignes directrices de pratique clinique de l'American Thyroid Association Goiter (TAB)

Dans le cas de TAB one

seul le nodule «dominant» ou le plus gros est susceptible de manquer un cancer de la thyroïde. À cet égard, ce n'est pas la taille des nodules qui est la plus importante, mais leurs caractéristiques échographiques, y compris la présence de microcalcifications, l'hypoéchogénicité du nœud de nœuds solides (plus sombre que le parenchyme environnant) et l'hypervascularisation intra-nodale.

En cas de détection de deux nœuds ou plus d'une taille supérieure à 1-1,5 cm, il est nécessaire de percer principalement les nœuds présentant des caractéristiques échographiques suspectes.

Dans le cas où aucun des nœuds ne présente de signes échographiques caractéristiques des formations malignes et que des nodules de conglomérat avec une structure échographique similaire sont trouvés, la probabilité de malignité est faible. La ponction du plus gros nœud est conseillée.

Des taux de TSH bas ou bas-normaux peuvent indiquer la présence d'une autonomie thyroïdienne fonctionnelle. Dans ce cas, il est nécessaire d'effectuer une scintigraphie et d'effectuer une analyse comparative de l'image obtenue avec des données échographiques afin de déterminer la fonctionnalité de tous les nœuds de plus de 1-1,5 cm. Seules les formations nodales «froides» et «chaudes» doivent être percées, avec principalement ceux qui ont des caractéristiques échographiques suspectes.

L'étude du taux de TSH est indiquée pour tous les patients atteints de goitre nodulaire..

Évaluation du contenu du taux d'hormones thyroïdiennes dans le sang.
Si un contenu TSH modifié est détecté:

- en cas de diminution, la concentration de St. T4 et St. T3;
- avec une augmentation, la concentration de St. T4.

Le diagnostic différentiel est effectué avec les maladies suivantes: - adénome folliculaire; - forme hypertrophique de thyroïdite auto-immune avec formation de faux nodules $ - kyste solitaire; - cancer de la thyroïde. Biopsie par aspiration à l'aiguille fine, ainsi que les résultats de l'échographie et de la scintigraphie de la glande thyroïde, hormonale.

Au fil du temps, le développement de l'autonomie fonctionnelle de la glande thyroïde est possible (indépendamment de l'influence de la TSH, de l'absorption d'iode et de la production de thyroxine par les thyrocytes).

Le risque de développer un syndrome de compression, selon certains auteurs, est assez faible.

Le but du traitement est de stabiliser la taille du nodule de la glande thyroïde (TG) Aujourd'hui, il existe plusieurs des approches de traitement suivantes: 1. L'observation dynamique est la tactique privilégiée chez les patients présentant des formations nodulaires non palpables découvertes par hasard lors de l'échographie et ayant un diamètre allant jusqu'à 10 mm (1 cm), ainsi que chez les personnes âgées atteintes de goitre multinodulaire et d'un tableau cytologique bénin présentant une pathologie sévère du système cardiovasculaire.

L'observation dynamique s'entend comme une évaluation de la fonction thyroïdienne (détermination de la teneur en TSH) et de la taille d'une formation nodulaire (échographie de la glande thyroïde) une fois par an.

2. Traitement suppressif par la lévothyroxine sodique, dont le but est de supprimer la sécrétion de TSH. Cette approche se justifie dans une situation où un goitre nodulaire solitaire est associé à une augmentation diffuse du volume thyroïdien. Avec le goitre multinodulaire, cette thérapie n'est pas efficace.

3. Le traitement chirurgical est indiqué pour le goitre multinodulaire avec des signes de compression des organes environnants et / ou un défaut esthétique, révélée une autonomie fonctionnelle. La prévention postopératoire de la récidive du goitre nodulaire (dans 50 à 80% des cas) comprend l'administration de lévothyroxine sodique à des fins suppressives (TSH inférieure à 0,5 UI / L) à une dose de 2 à 4 μg / (kg × jour).

4. Thérapie à l'iode radioactif: au cours des dernières décennies, le monde a accumulé une vaste expérience d'application réussie de cette méthode de traitement du goitre multinodulaire de petite taille (moins de 50 ml). La méthode permet d'obtenir une diminution du volume thyroïdien de 40 à 50% en quelques mois même après une seule injection de l'isotope.

Le pronostic du goitre multinodulaire non toxique, confirmé cytologiquement, est favorable pour la vie et la capacité de travail. Au fil du temps, le développement de l'autonomie fonctionnelle de la glande thyroïde est possible, ce qui dicte la nécessité d'un traitement radical (chirurgie ou thérapie à l'iode radioactif).

L'hospitalisation n'est pas indiquée dans la plupart des cas, sauf en cas de gros goitre nodulaire avec syndrome de compression.

Le but de la prévention est de normaliser la consommation d'iode de la population. Le besoin d'iode est:

- 90 mcg par jour - à l'âge de 0-59 mois;

- 120 mcg par jour - à l'âge de 6-12 ans;

- 150 mcg / jour - pour les adolescents et les adultes;

- 250 mcg / jour - pour les femmes enceintes et allaitantes.

Il est possible d'assurer une consommation normale d'iode dans les régions de carence en iode grâce à l'introduction de méthodes de prévention de masse, de groupe et individuelle.

Prévention de masse L'iodation universelle du sel est recommandée par l'OMS, le Ministère de la santé de la République du Kazakhstan et la Fédération de Russie, comme méthode universelle et hautement efficace de prévention massive de l'iode..

L'iodation universelle du sel signifie que pratiquement tout le sel destiné à la consommation humaine (c'est-à-dire vendu dans les magasins et utilisé dans l'industrie alimentaire) doit être iodé. Pour obtenir un apport optimal en iode (150 mcg / jour), l'OMS et le Conseil international pour le contrôle des maladies dues à une carence en iode recommandent d'ajouter en moyenne 20 à 40 mg d'iode pour 1 kg de sel. L'iodure de potassium est recommandé comme supplément iodé.

À l'avenir, la prophylaxie de masse à l'iode entraîne une diminution significative de la prévalence de toutes les formes de goitre.

Une prophylaxie iodée de groupe et individuelle est réalisée à certaines périodes de la vie (grossesse, allaitement, enfance et adolescence), lorsque le besoin physiologique en iode augmente, et consiste à prendre des agents pharmacologiques contenant une dose physiologique d'iodure de potassium.

Dans les groupes à haut risque, il est permis d'utiliser uniquement des agents pharmacologiques contenant une dose d'iode précisément standardisée. Dans ces groupes de population, la prévalence du goitre endémique est particulièrement élevée et, par conséquent, la prise de médicaments avec un dosage précis a non seulement une valeur préventive, mais également thérapeutique..

Doses recommandées d'iodure de potassium pour la prophylaxie dans les groupes à haut risque:

- iodure de potassium pendant une longue période entre 50 et 100 mcg / jour. - les enfants de moins de 12 ans;
- 100-200 mcg / jour. - adolescents et adultes;
- 200 mcg / jour. - femmes enceintes et allaitantes.

Sources d'information et documentation

  1. Braverman L. Maladies de la thyroïde. - Humana Press, 2003
  2. Balabolkin M.I., Klebanova E.M., Kreminskaya V.M. Diagnostic différentiel et traitement des maladies endocriniennes. Guide, M., 2002
    1. pp. 278-281
  3. Bodnar P.N. Endocrinologie. Guide d'étude pour étudiants étrangers, Kiev, 1999
  4. Valdina E.A. Maladies de la glande thyroïde. Leadership, Saint-Pétersbourg: Peter, 2006
  5. Dedov I.I., Melnichenko G.A. Endocrinologie. Guide national, 2012.
    1. 535-541
  6. Dedov I.I., Melnichenko G.A., Andreeva V.N. Pharmacothérapie rationnelle des maladies du système endocrinien et des troubles métaboliques. Lignes directrices pour les praticiens, M., 2006
    1. 370-378
  7. Dedov I.I., Melnichenko G.A., Pronin V.S. Tableau clinique et diagnostic des troubles endocriniens. Aide pédagogique, M., 2005
  8. Endocrinologie factuelle / ed. Poline M. Camacho. Un guide pour les médecins, M.: GOETAR-Media, 2008
  9. Kubarko A.I., glande thyroïde S. Yamashita. Aspects fonctionnels, Minsk-Nagasaki, 1997
  10. Lavigne N. Endocrinologie. M.: Pratique, 1999
  11. McDermott Michael T. Secrets of Endocrinology, Moscou: Binom, 2003
  12. Petunina N.A., Trukhina L.V. Maladies de la glande thyroïde, M.: GEOTAR-Media, 2011
  13. Starkova N.T. Guide d'endocrinologie clinique, Saint-Pétersbourg, 1996
  14. Shulutko A.M., Semikov V.I. Maladies bénignes de la thyroïde et des glandes parathyroïdes. Guide d'étude, 2008
  15. «Maladies de la glande thyroïde dans les régimes» Fadeev V.V., Melnichenko G.A., Dedov I.I..
    1. http://thyronet.rusmedserv.com -
  16. "Directives cliniques de l'American Thyroid Association pour le diagnostic et le traitement du goitre nodulaire" Fadeev VV, Podzolko AV, Journal of Clinical and Experimental Thyroidology, n ° 1, 2006
  17. "Directives de pratique clinique pour le diagnostic et le traitement du goitre nodulaire" Mahmoud Harib, Hossein Harib, Thyroid International, n ° 1, 2011
  18. "Goitre euthyroïdien: pathogenèse, diagnostic, traitement" Fadeev VV, revue "Clinical thyroidology", n ° 1, 2003

Application mobile "Doctor.kz"

L'application mobile gratuite "Doctor.kz" vous aidera à trouver: où le médecin requis visite, où se faire tester, où se faire tester, où acheter des médicaments. La base de données la plus complète de cliniques, de spécialistes et de pharmacies dans toutes les villes du Kazakhstan.

Télécharger: Google Play Market | Magasin d'applications

Attention! Si vous n'êtes pas un professionnel de la santé:

  • L'automédication peut causer des dommages irréparables à votre santé..
  • Les informations publiées sur le site Web de MedElement ne peuvent et ne doivent pas remplacer une consultation médicale en personne. Assurez-vous de contacter un professionnel de la santé si vous avez une maladie ou des symptômes qui vous dérangent..
  • Le choix des médicaments et leur posologie doivent être discutés avec un spécialiste. Seul un médecin peut prescrire le médicament nécessaire et sa posologie, en tenant compte de la maladie et de l'état du corps du patient.
  • Le site Web de MedElement est exclusivement une ressource de référence. Les informations publiées sur ce site ne doivent pas être utilisées pour des modifications non autorisées de l'ordonnance du médecin.
  • Les éditeurs de MedElement ne sont pas responsables des dommages à la santé ou des dommages matériels résultant de l'utilisation de ce site.

L'élargissement de la thyroïde dû aux nœuds affecte les contours du cou

Le goitre multinodulaire non toxique est un trouble thyroïdien assez courant dans lequel se forment des nodules. Leur nombre peut être absolument quelconque, de 2 ou plus, ainsi que les tailles et la localisation. Le goitre non toxique se caractérise par le fait que le taux d'hormones thyroïdiennes reste normal et, dans de très rares cas, une hypothyroïdie légère peut être observée, en raison de laquelle il n'y a pas de symptômes associés à une intoxication aux hormones thyroïdiennes.

Cet article abordera les causes et les manifestations du goitre nodulaire, ainsi que les méthodes utilisées pour diagnostiquer cette maladie..

Causes du goitre nodulaire

Le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde est déterminé chez environ 30% de la population et est jusqu'à 3 fois plus fréquent chez les femmes en association avec des fibromes utérins. Un goitre est considéré comme un seul nodal si un nœud est déterminé dans la glande thyroïde, multinodulaire - si le nombre de nœuds est supérieur à deux.

Par nature, les nœuds peuvent être:

  • colloïdal;
  • tumeur bénigne;
  • tumeur maligne.

Cette classification comprend les adénomes de la glande thyroïde, diverses formes de cancer de la thyroïde (folliculaire, papillaire, médullaire et autres formes non différenciables). Le goitre nodulaire non toxique de la glande thyroïde se produit souvent en raison de mutations dans divers gènes héréditaires ou somatiques.

Les autres raisons influençant le développement du goitre non toxique comprennent:

  1. Carence sévère en iode due à un apport insuffisant en iode provenant des aliments et de l'environnement.
  2. «Pannes» génétiques dans le corps, accompagnées de divers syndromes (Down, Klyindfelter).
  3. Exposition à des substances toxiques - cela peut inclure le travail dans des entreprises dangereuses, la pollution de l'air, l'influence des vernis, des peintures, de l'essence, des solvants, etc.).
  4. Le manque de vitamines et de minéraux, en particulier le zinc, le sélénium, le cobalt et le fer, affecte l'état de la glande thyroïde.
  5. Tabagisme (voir Thyroïde et tabagisme: les dangers se cachent).
  6. Situations stressantes fréquentes, névroses.
  7. Exacerbation fréquente de maladies chroniques, virales ou bactériennes.
  8. Exposition à certains médicaments à action strumogène.

Le goitre nodulaire non toxique ne présente aucune manifestation dans plus de la moitié des cas, cela est dû à la petite taille des nœuds. Si les nœuds se développent, il y a un épaississement de la surface antérieure du cou, et si leur taille dépasse 1 cm, une déformation des contours du cou est possible.

De plus, le goitre est généralement classé en fonction du degré d'élargissement de la glande:

  1. 0 degré - la glande thyroïde n'est pas agrandie, il n'y a pas de données sur le goitre.
  2. Grade I - la taille d'un lobe ou de la glande entière est plus grande que la taille de la phalange distale du doigt du patient. Le goitre peut être déterminé par palpation, visuellement, ce n'est pas perceptible.
  3. II degré - le goitre est clairement visible et peut être déterminé par palpation.

Un goitre non toxique simple ou multinodulaire, lorsqu'il est gros, provoque un mal de gorge et une sensation de boule, toux sèche réflexe, essoufflement, crises d'asthme, surtout en position horizontale.

La voix change également - elle devient plus rauque ou rauque, la parésie des cordes vocales est possible; difficulté à avaler de la nourriture, vertiges, acouphènes, maux de tête fréquents apparaissent. Ces symptômes sont associés à une constriction des vaisseaux sanguins, des nerfs, de la trachée et du larynx.

Le goitre multinodulaire non toxique est plus fréquent chez les femmes

Important! Un goitre monodulaire ou multinodulaire non toxique peut être douloureux en cas de croissance rapide des nodules, d'inflammation ou d'hémorragie.

Si un goitre non toxique s'accompagne d'une fonction thyroïdienne diminuée, un œdème de localisation et de gravité diverses se produit; somnolence, apathie, douleur dans la région du cœur, prise de poids rapide, diminution de la température corporelle. De plus, l'état des cheveux, de la peau et des ongles s'aggrave, la fonction érectile chez l'homme et la fonction menstruelle chez la femme sont altérées..

Dans le diagnostic du goitre non toxique, sa taille joue un rôle important. Habituellement, les patients se tournent vers un endocrinologue lorsque le goitre peut déjà être ressenti de leurs propres mains. De plus, le goitre nodulaire non toxique est important à diagnostiquer et à surveiller à temps afin d'exclure la possibilité de sa transformation en cancer de la thyroïde..

Les instructions utilisées pour faire le diagnostic comprennent les méthodes suivantes:

  • collection d'anamnèse de la vie et des maladies existantes passées;
  • examen général du patient;
  • palpation de la glande thyroïde;
  • Échographie de la glande thyroïde;
  • tests d'hormones thyroïdiennes;
  • un test sanguin pour les anticorps contre la glande thyroïde;
  • scintigraphie thyroïdienne;
  • radiographie pulmonaire;
  • CT ou IRM;
  • biopsie par ponction des nœuds de plus de 1 cm.

Le coût de la plupart des tests sanguins et des examens échographiques de la glande thyroïde n'est pas élevé, ce qui affecte leur disponibilité, néanmoins, ces méthodes sont les principales et les plus informatives dans le diagnostic de nombreuses maladies thyroïdiennes. Par exemple, à l'aide d'ultrasons, vous pouvez déterminer la taille des nœuds, s'il y a une capsule en eux, évaluer la nature du contenu et suivre la dynamique de croissance.

À partir des photos et des vidéos de cet article, nous avons découvert le goitre multinodulaire non toxique, à savoir ses symptômes et les méthodes utilisées pour le diagnostiquer..

Un goitre non toxique à un seul nodal (mononodose) est caractérisé comme une maladie dans laquelle une formation dense est observée dans la glande thyroïde - un nœud, mais la fonction de l'organe change de manière insignifiante, ou n'a pas du tout changé.

Dans le registre CIM 10, qui classe les maladies pour un diagnostic précis, cette pathologie est désignée E 04.1.

Dans la pratique médicale, la classification du goitre nodulaire est utilisée en fonction du degré d'augmentation de l'éducation.

Cette procédure de description de la maladie a été adoptée en 2001 par l'Organisation mondiale de la santé..

Au total, six degrés de pathologie sont distingués:

  1. Zéro degré.

La pathologie de la glande n'est déterminée ni par palpation ni visuellement.

  1. Premier degré.

Une légère augmentation de l'organe peut être déterminée par palpation.

Dans ce cas, les premiers symptômes d'un dysfonctionnement thyroïdien peuvent apparaître..

  1. Second degré.

Le goitre est visible lors de la déglutition, il se sent facilement.

Les patients se plaignent généralement de difficultés à manger, ainsi que de douleurs dans le cou.

  1. Troisième degré.

Les contours du cou sont déformés en raison d'une augmentation de la glande thyroïde.

Les patients se sentent faibles, la pression artérielle diminue et il n'y a pas d'appétit.

  1. Quatrième degré.

Les contours du cou changent considérablement, ce qui attire immédiatement le regard.

Augmentation des symptômes désagréables - la respiration devient difficile, la transpiration est importante, la peau devient sèche.

  1. Cinquième degré.

Le goitre est gros, il appuie sur l'œsophage et la trachée.

Les patients ressentent des frissons, il devient difficile de respirer et d'avaler, des névroses et des insomnies apparaissent.

Le goitre mononodose non toxique peut ne pas apparaître pendant longtemps.

Un endocrinologue ne vient presque jamais à un rendez-vous aux premiers stades de la maladie, car l'insidiosité de la maladie réside dans l'absence de symptômes.

Les patients vigilants savent détecter les premiers signes de malaise et, lorsqu'un mal de gorge ou une sensation de boule dans la gorge apparaît, ils consultent immédiatement un spécialiste..

Une autre raison pour laquelle les patients retardent la visite d'un endocrinologue et sautent les examens préventifs en raison de biais existants.

Certaines personnes sont convaincues que si le néoplasme n'interfère pas avec la glande thyroïde, il n'y a aucun danger pour la vie et la santé. Malheureusement ce n'est pas vrai.

Sans traitement, une hypertrophie incontrôlée de la glande thyroïde aura nécessairement un effet néfaste sur l'état physique et mental..

Comment le goitre affecte-t-il la psyché:

  1. La plupart des femmes considèrent la déformation du cou comme un défaut esthétique grave. Les patients commencent à se considérer laids, à s'envelopper dans des écharpes, à porter des cols roulés. Une faible estime de soi est mauvaise pour votre vie personnelle et la nervosité à propos de votre apparence conduit à la timidité et au retrait.
  2. La sensation obsessionnelle d'un objet étranger dans la gorge provoque une anxiété consciente et inconsciente. Les patients toussent, avalent de la salive, touchent souvent le cou. Ces actions et mouvements peuvent irriter les autres ou la personne elle-même..
  3. Avec une augmentation importante de la glande thyroïde, une sensation subjective de pulsation apparaît dans la gorge. En réalité, ce signe signifie que les tissus de la glande exercent une pression sur les vaisseaux sanguins. Plus la taille diffère de la norme, plus le patient est anxieux..

En termes de bien-être physique, le tableau est encore plus triste..

Avec une augmentation de la glande thyroïde

de 5 à 10%, les victimes commencent à se plaindre de douleurs et de brûlures dans l'organe, et avec une augmentation de plus de 20%, l'essoufflement commence.

Si le goitre se développe rapidement et que le corps n'a pas le temps d'adapter ses structures anatomiques, un rétrécissement de la lumière de la trachée et de l'œsophage peut se produire..

Cela se traduit par l'incapacité d'avaler, de respirer et de manger.

Selon les médecins, plus l'opération d'élimination des nœuds est effectuée tôt, moins le corps dans son ensemble sera endommagé..

Les néoplasmes non toxiques ne sont pas moins une menace que toxique.

En premier lieu, dans le groupe à risque pour la pathologie, il y a les personnes qui vivent depuis longtemps dans des zones contenant une quantité minimale d'iode et de sélénium.

Ce sont des zones éloignées de la mer, des contreforts.

De plus, les personnes dont des parents ont reçu un diagnostic de cancer ou de néoplasie endocrinienne multiple sont à risque..

Après irradiation de la tête et du cou, en particulier dans l'enfance, un goitre nodulaire non toxique peut également apparaître.

Pour déterminer les bonnes tactiques de traitement de la pathologie, il est nécessaire d'établir la morphologie du nœud et son activité fonctionnelle..

Pour ce faire, les spécialistes utilisent les méthodes de diagnostic suivantes:

Les techniques préopératoires comprennent:

  • examen par un spécialiste;
  • tests de laboratoire;
  • Ultrason;
  • biopsie par aspiration à l'aiguille fine;
  • balayage radio-isotopique.

Après les tests, le spécialiste détecte la présence de symptômes d'hypothyroïdie ou d'hyperthyroïdie.

L'échographie thyroïdienne aide à identifier les nodules avec une précision de 95%.

Lors d'une biopsie, les cellules sont prélevées sur un nœud pour analyse.

Pour cela, le spécialiste effectue une ponction de la capsule tumorale sous contrôle échographique.

La biopsie par aspiration à l'aiguille fine est une procédure suffisamment douloureuse pour le patient.

Sa tâche principale est d'identifier ou d'exclure une tumeur cancéreuse..

Une biopsie est réalisée dans les cas où il y a:

  • nœud dont la section transversale est supérieure à 1 cm;
  • la prolifération du nœud dépasse 5 mm en six mois;
  • identification des symptômes indirects du cancer.

Tous les patients présentant des symptômes de goitre nodulaire mononodose sont testés pour les niveaux d'hormones..

Après le diagnostic, la plupart sont atteints d'euthyroïdie, dans laquelle la teneur en hormones est normale.

Selon les statistiques,

dans 3% des cas, un goitre nodulaire de la glande thyroïde se développe avec l'hypothyroïdie.

Ceci est facilité par un manque à long terme d'iode dans le corps.

L'échographie et l'histologie sont utilisées si un adénocarcinome est suspecté.

Portée chirurgicale

déterminé par les données de diagnostic.

Après l'opération, l'examen histologique du tissu glandulaire est obligatoire.

Les statistiques révèlent un écart entre les données de biopsie (environ 10%) et les données obtenues avec l'histologie postopératoire.

Le traitement de la pathologie est utilisé pour stabiliser la taille du nœud..

Pour cela, plusieurs approches sont utilisées, en fonction du degré de la maladie..

  1. L'échographie prophylactique et la thérapie à l'iode sont indiquées lorsqu'un petit goitre est détecté. Ce traitement est utilisé pour évaluer la fonction thyroïdienne et la croissance possible du nodule une fois par an. Si la dynamique inspire des inquiétudes, une opération est effectuée.
  2. Le traitement par la lévothyroxine est utilisé dans des cas particuliers. Avec un goitre non toxique à nœud unique, l'efficacité d'un tel traitement n'a pas été prouvée..
  3. Opération - cette approche est applicable en cas de compression des organes voisins par un néoplasme et avec un défaut esthétique du cou. L'opération consiste en une ablation complète ou partielle du tissu thyroïdien.
  4. Thérapie à l'iode radioactif - efficacement utilisée pour traiter le petit goitre nodulaire, moins de 50 ml.

L'opération en tant que traitement du goitre non toxique à un nœud est utilisée après la détection d'une formation à croissance rapide, ainsi que si la tumeur comprime la trachée et l'œsophage.

Le résultat de l'opération peut être la résection du nœud, du lobe de la glande ou l'ablation complète de l'organe..