Principal

Écrevisse

Hormone LH chez les femmes - qu'est-ce que c'est, tableau des indicateurs de norme

L'hormone lutéinisante (LH) est responsable du fonctionnement normal du système reproducteur.

Dans le corps féminin, il est chargé de produire des œstrogènes et d'assurer le début de l'ovulation. Pour les représentants de la moitié forte de l'humanité, l'hormone est importante en ce qu'elle participe au processus de production de testostérone.

Conclusion

  • La LH est produite par l'hypophyse antérieure;
  • le taux d'hormones change selon les différentes périodes de la vie d'une femme et la phase du cycle menstruel;
  • l'examen ne nécessite pratiquement aucune préparation;
  • avec une augmentation de la quantité de l'hormone, la prescription de préparations d'œstrogènes, de progestérone et d'androgènes est considérée comme justifiée;
  • avec un déficit en LH, la thérapie vise à combattre la cause qui a causé le changement;
  • le médecin doit évaluer les résultats.

Le but fonctionnel de l'hormone

  • le début de l'ovulation;
  • la formation du corps jaune;
  • régulation du processus de production de progestérone par les ovaires;
  • régularité du cycle menstruel.

Taux d'hormones

À l'âge de 11 ans (quel que soit le sexe), le taux d'hormones est considéré comme normal de 0,03 à 3,9 mUI / ml. Après la puberté chez les hommes, elle varie de 0,8 à 8,4 mUI / ml.

Tableau des indicateurs du taux de lg à différentes périodes du cycle

Phase de cycleTaux hormonal (miel / ml)
folliculaire1,45-10
ovulatoire6,15-16,8
lutéale1.07-9.1

Lors de la prise de médicaments hormonaux, une inhibition de la production de LH est observée; dans une telle situation, un niveau allant jusqu'à 8 miel / ml est considéré comme acceptable. Les indicateurs de la norme, dans certains cas, peuvent différer de ceux indiqués dans le tableau. Tout dépend des caractéristiques individuelles du corps de la femme.

Déterminer les faibles valeurs

Une diminution du taux d'hormone lutéinisante est observée lorsque:

  • dysfonctionnement des gonades;
  • diagnostiquer des néoplasmes sur les ovaires ou les testicules;
  • dysfonctionnement de l'hypothalamus ou de l'hypophyse;
  • aménorrhée;
  • identification de l'anovulation;
  • l'utilisation de médicaments à base de progestérone, de digoxine, d'œstrogènes;
  • diagnostic du syndrome de Kallman;
  • anorexie;
  • exposition prolongée à des situations stressantes.

Quand se faire tester

Il est jugé justifié de mener une étude pour déterminer l'indicateur LH lorsque:

  • puberté prématurée ou retard de la puberté;
  • aménorrhée;
  • violation du développement physique;
  • écoulement menstruel maigre;
  • saignement utérin acyclique de genèse inexpliquée;
  • diagnostiquer l'infertilité;
  • Avortement;
  • l'apparition de l'endométriose;
  • hyperhidrose;
  • ovaire polykystique identifié;
  • diminution de la libido.

Comment se faire tester

Pour que le résultat de l'analyse soit fiable, il est préférable de mener des études sur des femmes en âge de procréer à 3-8, 12-14 ou 19-21 jours du cycle. Les femmes ménopausées peuvent être examinées n'importe quel jour.

L'étude de l'hormone lutéinisante ne nécessite pas de préparation particulière, mais à la veille du don de sang, il est recommandé de respecter certaines règles, à savoir:

  • deux jours avant l'analyse, arrêtez de prendre des hormones thyroïdiennes et stéroïdes;
  • la veille du don de sang, ne pas surcharger physiquement et éviter également l'exposition au stress;
  • la clôture est réalisée à jeun, de préférence le matin de la journée;
  • la veille de l'analyse, arrêtez de manger des aliments gras et épicés;
  • ne pas fumer au moins 3 heures avant le test.

Les raisons

Les valeurs de LH peuvent être inférieures à la norme ou l'exagérer. Dans de rares cas, les raisons de ces changements sont physiologiques, cependant, le plus souvent, elles indiquent la présence d'un processus pathologique dans le corps.

Haute performance

Une variante de la norme est la croissance de l'hormone lutéinisante pendant la ménopause, ainsi qu'à l'adolescence avec un dysfonctionnement de l'axe hypothalamo-hypophyso-ovarien. Une augmentation de la quantité de LH peut être observée avec:

  • ovaire polykystique;
  • début prématuré de la ménopause;
  • néoplasmes hypophysaires;
  • castration;
  • diagnostic du syndrome de Turner;
  • hypoplasie congénitale des glandes surrénales;
  • fonction ovarienne insuffisante;
  • identifier le syndrome de Swier;
  • exposition à des situations stressantes pendant une longue période.

Il convient de noter que pour déterminer la cause exacte de l'augmentation du niveau de l'hormone, seule l'analyse ne suffit pas. Le processus pathologique nécessite un examen complet.

Chez les hommes, une augmentation de la quantité de LH peut être observée avec une cryptorchidie ou un dysfonctionnement sexuel..

Niveaux de LH réduits

La quantité de lutropine peut diminuer avec:

  • néoplasmes de l'hypothalamus;
  • traumatisme cérébral;
  • les maladies de nature héréditaire, par exemple, telles que le syndrome de Kallman et Prader-Willi;
  • hypopituitarisme;
  • l'ingestion d'une quantité insuffisante de nutriments;
  • hypovitaminose;
  • exposition prolongée à des situations stressantes;
  • hyperprolactinémie;
  • effort physique intense.

La LH peut diminuer avec l'utilisation d'antagonistes de la gonadolibérine. Cette position est considérée comme une option normale pendant la grossesse et l'allaitement..

Réglage du niveau de gauche

Le schéma thérapeutique dépendra de la pathologie qui a causé le trouble. Avec une diminution de la valeur LH provoquée par une anovulation ou une infertilité, des médicaments tels que Pergonal ou Luveris sont utilisés.

Seul un médecin doit prescrire un traitement, cela est dû au fait qu'il est recommandé de prendre de tels médicaments avec une extrême prudence.

Le taux d'hormone lutéinisante chez les femmes, sur les écarts; qu'est-ce que l'analyse du mensonge

Dans l'article d'aujourd'hui sur ce qu'est l'hormone lutéinisante, quelle est sa norme chez les femmes. Que signifient les écarts détectés?.

L'hormone lutéinisante fait référence aux hormones gonadotropes sécrétées par le lobe hypophysaire antérieur. L'effet principal de la LH est réalisé grâce à la stimulation de la sécrétion d'hormones sexuelles.

Les synonymes courants de l'hormone lutéinisante sont la LH, la lutéotropine, la ghormone lutéinizine, l'hormone stimulant les cellules interstitielles. La réalisation d'analyses de laboratoire pour le niveau de LH est nécessaire afin d'évaluer l'activité fonctionnelle du système reproducteur et pour déterminer les causes de l'infertilité.

Comment une femme détecte-t-elle un déséquilibre de cette hormone? Le premier signe de déséquilibre est une menstruation irrégulière, des saignements utérins dysfonctionnels et une infertilité prolongée d'étiologie inconnue. Il est à noter qu'en association avec cette hormone, le taux de prolactine, d'estradiol et d'hormone folliculo-stimulante est déterminé.

Le taux d'hormone lutéinisante chez la femme

Lors du décodage des résultats des recherches en laboratoire, le médecin détermine le taux d'hormone lutéinisante, en tenant compte de l'âge de la patiente et de son cycle menstruel. Chez les filles qui n'ont pas atteint la puberté, la valeur de l'indicateur est minime. C'est parce qu'ils n'ont pas besoin de stimuler le processus d'ovulation..

Lorsqu'une fille atteint l'âge de procréer, la teneur en LH du sang change tout au long du cycle. Le tableau montre le taux d'hormone LH chez la femme en fonction de l'âge et de la phase du cycle menstruel.

ÂgeNiveau normal de LH (mUI / ml)Niveau normal de LH (mUI / ml), en tenant compte du stade du cycle
Jusqu'à 1 anMoins de 3,3Non déterminé
15 ansMoins de 0,25
5 à 9 ansMoins de 0,45
9-14 ansStade folliculaire: 1,59 - 14,9
Ovulation: 22 à 55,7
Stade lutéal: 0,6 - 16,2
14-25 ansStade folliculaire: 1,59 - 14,9
Ovulation: 21,2 - 57
Stade lutéal: 0,55 - 16,4
Après 25 ansStade folliculaire: 1,63 - 16,2
Ovulation: 20,9 - 56
Stade lutéal: 0,51 - 16,3
Après la ménopause14,2 à 52,3

Faites attention:

  • la phase folliculaire correspond à 3-14 jours du cycle;
  • la phase ovulatoire est considérée de 13 à 15 jours du cycle;
  • le stade lutéal survient au jour 15 et dure jusqu'à l'apparition des saignements menstruels.

Après le début de la ménopause, le niveau d'hormones sexuelles féminines dans le corps de la femme diminue et la menstruation s'arrête.

Les écarts par rapport à la norme de la lutéotropine indiquent le développement d'un certain nombre de processus pathologiques dans le corps..

Qu'est-ce que cela signifie si l'hormone lutéinisante est élevée chez la femme?

La teneur normale en hormones chez les femmes varie. Cela détermine que la valeur des valeurs de référence est présentée comme un intervalle et non comme des valeurs exactes. La principale raison de l'augmentation de la LH chez les femmes en phase folliculaire est l'ovulation rapprochée. En règle générale, l'ovulation se produit dans les 24 heures suivantes et la concentration de LH revient à des valeurs normales dans les deux jours..

Si la teneur en LH s'écarte de moins de 5 à 10 unités, il n'y a pas de quoi s'inquiéter: le patient est re-mesuré l'hormone après quelques jours. Dans le même temps, il est important d'exclure le stress physique et émotionnel pendant cette période..

Une concentration constamment élevée de LH dans le sang indique:

  • violation de la fonction hormonale sécrétoire du lobe antérieur de l'hypophyse, lorsqu'elle commence à sécréter de manière incontrôlable l'hormone en excès;
  • dysfonctionnement primaire des gonades;
  • maladie des ovaires polykystiques (syndrome de Stein-Leventhal), dans laquelle se produisent des perturbations à grande échelle du fonctionnement des organes du système endocrinien. Des modifications de l'activité fonctionnelle sont observées dans le travail des ovaires, du cortex surrénalien, de l'hypophyse et de l'hypothalamus. La maladie se manifeste par une oligoménorrhée, une infertilité, un hirsutisme, une masculinisation, une obésité, une alopécie, une acné sévère, des troubles dépressifs, etc.
  • lésion maligne de l'hypophyse;
  • début prématuré de la puberté chez une fille. L'âge moyen de la première ménarche est estimé à 11-13 ans. Le syndrome de la puberté prématurée est réalisé si la menstruation et la formation de caractères sexuels secondaires chez une fille ont commencé à l'âge de 8 ans. Il ne faut pas oublier qu'au cours des 30 dernières années, parmi la population féminine, il y a eu une tendance à une puberté plus précoce. Qu'est-ce qui rend nécessaire la révision des normes modernes;
  • troubles génétiques congénitaux affectant le nombre de chromosomes. Par exemple, avec le syndrome de Shereshevsky-Turner, une fille n'a qu'un seul des deux chromosomes XX. Dans la plupart des cas, les patients sont stériles;
  • l'endométriose;
  • insuffisance rénale, etc..

Parmi les aspects non pathologiques, il faut souligner l'effet des médicaments. Par exemple, le clomifène ®, la naloxone ®, la bombésine ®, le pyronol ®, le mestranol ® et les médicaments à base d'hormones sexuelles féminines faussent considérablement la fiabilité des tests de laboratoire..

Qu'indique une diminution des taux d'hormones lutéinisantes??

De faibles taux de LH chez les femmes sont observés lorsque:

  • néoplasmes tumoraux malins qui bloquent le fonctionnement normal des gonades;
  • aménorrhée hypothalamique secondaire;
  • hyperprolactinémie;
  • nanisme hypophysaire;
  • Syndrome de Sheehan;
  • formes atypiques du syndrome des ovaires polykystiques;
  • une forme extrême d'anorexie mentale, alors que le début de la menstruation ne se produit pas;
  • fortes expériences stressantes;
  • début tardif de la puberté;
  • ne pas tenir compte des règles de préparation de la collecte de biomatériau. De faux résultats négatifs se produisent lors de la prise de contraceptifs oraux, de doses élevées d'hormones sexuelles féminines et de phénothiazine.

Analyse de la LH chez les femmes - qu'est-ce que c'est?

Le peptide lutéotropine est produit par l'hypophyse antérieure. Sa fonction est de stimuler la sécrétion d'hormones sexuelles. Ayant un effet direct sur la membrane ovarienne, la lutéotropine active la synthèse des œstrogènes et de la progestérone. Lorsque la teneur en LH atteint ses valeurs maximales, le processus de croissance folliculaire et de différenciation des cellules de la couche granulaire des ovaires commence. L'ovulation se produit.

Le contrôle de la LH est effectué par le facteur de libération de gonadotrophine selon le principe de la relation inverse. En d'autres termes, dès que la teneur en LH diminue, le facteur de libération de gonadotrophine commence à stimuler sa sécrétion, et vice versa..

L'examen du patient est prescrit par un gynécologue, un endocrinologue ou un reproductologue. Les indications pour la réalisation sont:

  • infertilité à long terme d'étiologie inconnue;
  • début précoce de la première menstruation chez une fille;
  • la nécessité de sélectionner un traitement hormonal pour stimuler l'ovulation naturelle;
  • hirsutisme (augmentation de la pilosité corporelle);
  • acné;
  • sécheresse du vagin;
  • violation du développement sexuel;
  • retard de croissance;
  • affaiblissement du désir sexuel;
  • manque d'ovulation ou cycle menstruel irrégulier:
  • saignement d'étiologie inconnue;
  • fausse couche habituelle;
  • tableau clinique du développement de l'ovaire polykystique;
  • l'endométriose.

Comment se faire tester pour la LH?

Plusieurs facteurs affectent la fiabilité d'un test sanguin pour la LH. La violation de la technologie de prélèvement de sang veineux provoque la dégradation des érythrocytes et la libération de leur contenu dans le tube à essai. Ainsi, les résultats obtenus à partir de l'échantillon avec hémolyse ne sont pas fiables. Un rééchantillonnage du biomatériau est nécessaire.

De même, l'analyse du sang pour la LH est affectée par la scintrigraphie (une méthode radio-isotopique pour le diagnostic des os). L'intervalle minimum entre la scintrigraphie et une visite au service du laboratoire est de 1 semaine.

La précision des résultats dépend de la façon dont le patient aborde la préparation des diagnostics de laboratoire. Les 30% restants sont attribués au personnel du laboratoire et aux réactifs utilisés.

Il est nécessaire de faire un don de sang le matin, le dernier repas doit être de 8 à 12 heures avant d'aller au laboratoire. L'alcool est exclu 2-3 jours, fumer pendant 3 heures avant la collecte du biomatériau.

L'entraînement sportif doit être annulé pendant au moins trois jours. Négliger une règle est la raison d'obtenir de faux résultats. Vous devez également éviter le stress émotionnel le soir et le matin avant les tests.

L'étape du cycle menstruel est d'une importance particulière. C'est sur elle que le taux de teneur en hormone lutéinisante dans le sang est déterminé individuellement pour chaque patient..

Il est préférable que le médecin indique le jour où il est préférable de faire le test. En l'absence de telles instructions, la date d'échéance standard recommandée est du cinquième au septième jour du cycle.

Résumé de l'hormone lutéinisante

  • si l'hormone lutéinisante est élevée dans la première phase du cycle menstruel, cela est considéré comme normal. Son augmentation physiologique est nécessaire pour stimuler le processus d'ovulation;
  • la détermination du taux de LH chez la femme est effectuée de manière optimale le 3ème jour du cycle menstruel;
  • les valeurs de référence pour les différentes catégories d'âge et phases du cycle sont différentes;
  • l'obtention des résultats de laboratoire les plus précis est possible si le patient respecte toutes les règles de la formation préanalytique.
  • A propos de l'auteur
  • Publications récentes

Spécialiste diplômée, elle a obtenu en 2014 un diplôme en microbiologie de l'établissement d'enseignement supérieur budgétaire de l'État fédéral de l'Université d'État d'Orenbourg. Diplômé de l'étude de troisième cycle de l'établissement d'enseignement supérieur budgétaire de l'État fédéral Orenburg GAU.

En 2015. à l'Institut de Symbiose Cellulaire et Intracellulaire de la Branche de l'Oural de l'Académie des Sciences de Russie a réussi un programme de formation avancée dans le cadre du programme professionnel supplémentaire "Bactériologie".

Lauréat du concours panrusse pour le meilleur travail scientifique dans la nomination "Sciences biologiques" 2017.

Que faire si le niveau d'hormone lutéinisante est bas

Par Gulnara Cleveland Mis à jour le 15 janvier 2019 Q&R No comments

L'hormone lutéinisante (LH) joue un rôle important dans le corps féminin - elle est responsable de la plénitude de l'ovulation. La violation de ce processus physiologique réduit ou élimine la probabilité de grossesse. La baisse de l'hormone lutéinisante chez la femme affecte la qualité du fonctionnement du système reproducteur.

Cette substance biologiquement active détermine la durée et la nature du cycle menstruel. Aux premiers signes de déséquilibre LH dans le corps féminin, un certain nombre de symptômes cliniques évidents apparaissent. Le gynécologue s'occupe du traitement de la pathologie sous-jacente, de la correction du niveau d'hormone lutéinisante dans le sang.

Causes de la diminution de la LH

La plus faible concentration d'hormone lutéinisante est observée le 3ème jour du cycle menstruel (en dessous de 2 mU / ml).

Les gynécologues identifient plusieurs raisons pour une diminution du niveau de LH dans le corps du patient:

  • Grossesse (en particulier, 1 trimestre), allaitement, entraînant une augmentation des taux de prolactine.
  • Les processus inflammatoires dans les ovaires sont les principales causes de la production altérée de l'hormone lutéinisante.
  • Choc psychoémotionnel, manque de sommeil, présence de troubles neurologiques de longue date.
  • Syndrome de Shereshevsky-Turner (maladie génétique).
  • Échec de la phase lutéale.
  • Syndrome des ovaires polykystiques (se manifestant par une peau grasse accrue, une perte de cheveux et la présence d'une acné abondante).
  • Déficit en hormone de croissance (observé à un âge précoce).
  • Le syndrome de Marfan. Se réfère au nombre de maladies héréditaires dans lesquelles la structure du tissu conjonctif est perturbée.
  • Syndrome de Sheehan (survient souvent après l'accouchement). Elle se caractérise par la destruction du tissu hypophysaire due au développement du processus tumoral. Cela conduit à l'échec de la partie du cerveau - cela change sa fonction. La probabilité d'hémorragie augmente, la production d'hormones diminue.
  • Être en surpoids jusqu'à l'obésité.
  • Interventions chirurgicales reportées pour lésions des ovaires ou présence d'un néoplasme à l'intérieur (résection, ablation du kyste).
  • Prendre des médicaments de certains groupes pharmacologiques. Plus souvent, la LH est abaissée chez les femmes en raison de l'utilisation de contraceptifs oraux, les œstrogènes. Mais parfois, une diminution de l'hormone lutéinisante est causée par des médicaments pour normaliser l'activité du cœur, les stéroïdes anabolisants. Moins fréquemment, une diminution de la concentration de LH est causée par des agents conçus pour maintenir l'état de la glande thyroïde et des anticonvulsivants.
  • Violation de l'activité fonctionnelle de l'hypothalamus, glande pituitaire. Manifesté par des maux de tête, une circulation cérébrale altérée.

L'aménorrhée secondaire, le tabagisme, l'intoxication chronique de genèse différente (lors de travaux dangereux) sont des facteurs prédisposants. L'absence de phase du corps jaune entraîne également une diminution de la LH dans le corps féminin..

Symptômes d'une diminution de la concentration de LH

Il existe plusieurs manifestations d'une diminution de la LH dans le corps féminin. Le patient explique souvent la symptomatologie par une tension nerveuse, une fatigue et une activité sexuelle irrégulière..

  • Affaiblissement ou absence de désir sexuel dans le contexte d'un état psycho-émotionnel complet.
  • Modification du volume sanguin menstruel, réduisant de moitié la période de menstruation.
  • L'apparition de poils abondants sur des zones du corps qui ne sont pas typiques des femmes (indique la présence d'un symptôme d'ovaire polykystique).
  • Saignement de contact - écoulement de sang du vagin après l'intimité.
  • Syndrome de la douleur. Maux d'estomac ou de dos.
  • Augmentation de la température corporelle. En même temps que le syndrome de la douleur, cela indique la présence d'un processus inflammatoire dans les organes génitaux féminins..
  • Écoulement vaginal de nature purulente-muqueuse - confirmation du processus inflammatoire du système reproducteur.
  • Saignement utérin, y compris saignement entre les règles.

Manifestations indirectes d'une concentration réduite de LH dans le corps de la femme - apparition d'éruptions cutanées sur le visage et le corps, retard du développement sexuel ou son apparition prématurée.

La base du passage ultérieur du diagnostic est une interruption involontaire de grossesse. Cela peut se produire après la procédure de FIV..

Diagnostique

Dans un premier temps, le gynécologue effectue une enquête et un examen du patient. À ce stade, il est important de lister les symptômes inquiétants au spécialiste. Y compris ceux dont on a réussi à se débarrasser avant la visite chez le médecin (syndrome douloureux, spasmes, saignements).

  1. Diagnostics de laboratoire. La détermination du niveau de LH dans le sang du patient est effectuée en examinant le sang veineux. De plus, des analyses cliniques et biochimiques sont effectuées. Le résultat de l'étude aide à identifier le processus inflammatoire (par le nombre de VS, les leucocytes), l'anémie (par le niveau d'hémoglobine).
  2. Ultrason. L'examen des organes du système reproducteur au moyen d'une échographie permet d'établir la présence de processus inflammatoires.
  3. IRM ou TDM. Elle est effectuée strictement selon les indications (ce n'est pas une méthode de base d'imagerie par rayonnement). L'étude vous permet d'identifier les processus tumoraux dans le cerveau.

Des méthodes de diagnostic supplémentaires sont prescrites en tenant compte de la pathologie alléguée ou identifiée.

Traitement

Le traitement des patients présentant des taux de LH réduits implique une combinaison de médicaments et de physiothérapie, l'adhésion à une alimentation diététique.

La normalisation du métabolisme est réalisée au moyen de progestérone, d'œstrogènes et d'androgènes. Les processus inflammatoires à l'intérieur des organes génitaux sont arrêtés avec une antibiothérapie, des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les procédures de physiothérapie permettent de régénérer la couche interne de l'utérus, d'améliorer la circulation sanguine. S'il existe un traitement pour l'infertilité, des médicaments contenant de la lutéotropine sont utilisés dans la composition.

Les troubles hypophysaires sont éliminés principalement par chirurgie. Ensuite, le patient a besoin d'une longue période de rééducation, associée à une hormonothérapie.

La durée totale du cours thérapeutique dépend de la cause profonde du trouble. Si l'on suppose que les hormones sont nécessaires, la durée du traitement prend de 2 mois à six mois.

Pendant toute la durée de la thérapie, une femme est contre-indiquée pour s'exposer à un effort physique et à une surcharge psycho-émotionnelle..

Le régime alimentaire implique l'utilisation de vitamine E - elle est présente dans les amandes, l'huile de soja, le brocoli, les légumes à feuilles vertes. Il est important d'arrêter de boire de l'alcool.

La prévention

Les mesures préventives pour réduire le niveau de LH dans le corps féminin impliquent de maintenir une vie sexuelle ordonnée, empêchant l'hypothermie. Une visite régulière chez un gynécologue vous permet d'identifier en temps opportun les troubles de la reproduction ou endocriniens.

Pendant la grossesse, il est important de subir un dépistage génétique - cela permettra de détecter une maladie héréditaire du fœtus. Un retard dans la croissance et le développement d'un enfant devrait alerter les parents: la visite d'un pédiatre et d'un généticien est un must.

Enseignement médical supérieur, spécialité obstétrique et gynécologie, étudié à l'Université médicale d'État de Kazan. Co-auteur de publications scientifiques.

Hormone lutéinisante chez la femme

Publication: 20 août 2019

L'hormone lutéinisante (LH) est une protéine à deux composants produite par des cellules glandulaires spéciales (cellules) de la glande pituitaire antérieure. Il appartient au groupe des hormones tropiques qui ciblent les glandes du système endocrinien. Avec une autre hormone gonadotrope synthétisée par l'hypophyse - l'hormone folliculo-stimulante (FSH), la LH agit sur les tissus cibles du système reproducteur et est produite à la fois dans le corps féminin et masculin.

Quand l'analyse LH est-elle prescrite??

Une analyse du niveau d'hormone lutéinisante dans le sang est prescrite pour les écarts suivants:

  • violation du cycle menstruel;
  • manque d'ovulation (anovulation);
  • diminution de la libido;
  • hirsutisme - croissance excessive des poils chez les hommes;
  • retard de croissance;
  • infertilité;
  • saignements utérins de nature inconnue;
  • violation du développement sexuel - en avance ou en retard;
  • fausse couche habituelle;
  • absence de menstruation (aménorrhée);
  • l'endométriose;
  • détection des néoplasmes producteurs d'hormones;
  • pour surveiller l'efficacité de l'hormonothérapie.

La sécrétion de LH est contrôlée par un facteur de libération de gonadotrophine. Entrer dans la glande pituitaire avec du sang veineux, il active la production de LH. La production de LH est également régulée par les hormones stéroïdes produites par les glandes sexuelles. Pour la recherche, une femme reçoit un prélèvement de sang veineux. En règle générale, la collecte de matériel est prescrite le 5-7e jour du cycle menstruel, sauf si d'autres conditions sont indiquées par le médecin. Les règles de préparation à l'étude et de délivrance du test sont les mêmes que pour tous les types de tests sanguins veineux.

Ce que signifient les résultats de l'analyse

Les facteurs qui peuvent augmenter les niveaux de LH comprennent:

  • régime à jeun ou appauvrissant;
  • activité physique intense, y compris lors de la pratique de sports;
  • insuffisance rénale;
  • syndrome de dépérissement prématuré et syndrome des ovaires polykystiques;
  • tumeur bénigne de l'adénohypophyse (lobe antérieur);
  • l'endométriose.

En plus des troubles pathologiques qui affectent le niveau de LH, les scientifiques ont établi un lien avec des facteurs externes - les saisons de l'année, l'habitat, les rythmes circadiens. Par exemple, la quantité de LH dans le sang des femmes en bonne santé atteint sa valeur maximale au printemps et sa valeur minimale en hiver. Ces fluctuations sont associées à la durée des heures de clarté..

Si, au cours de l'étude, le résultat montre une concentration réduite de LH dans le sérum sanguin, des facteurs externes et des facteurs internes pathogènes peuvent en être la cause. L'hormonothérapie substitutive, la formation de néoplasmes producteurs d'œstrogènes dans le corps, peut réduire l'activité de la LH. Une diminution des indicateurs de gonadotrophines peut également être observée avec une insuffisance de type hypophysaire. En outre, les éléments suivants peuvent réduire la teneur en LH dans le corps:

  • augmentation de la prolactine;
  • nanisme;
  • kystes ovariens multiples;
  • en surpoids;
  • mauvaises habitudes;
  • stress;
  • intervention chirurgicale.

Certains types de médicaments affectent également le niveau de la substance. Par exemple, les stéroïdes, les pilules contraceptives orales, les anticonvulsivants, les antifongiques, les antagonistes des récepteurs aux opiacés, etc..

Chez les femmes en âge de procréer, la sécrétion de gonadotrophines joue un rôle important dans la régulation du cycle menstruel. Pendant la ménopause, la production d'hormones sexuelles diminue. En raison des commentaires négatifs, la production d'hormones gonadotropes de l'hypophyse est considérablement augmentée par rapport à la période de reproduction du corps.

Chez les femmes pendant la ménopause, une faible quantité de gonadotrophines est détectée pendant le traitement hormonal substitutif, ainsi que pendant la formation de tumeurs produisant des œstrogènes dans le corps.

De quoi l'hormone lutéinisante est-elle responsable?

Dans le corps humain, l'hormone lutéinisante est responsable de la fonction de reproduction. L'hormone folliculo-stimulante active la maturation des cellules germinales féminines, qui produisent des hormones sexuelles - les œstrogènes. Lorsque la quantité d'oestrogène devient maximale, l'hypothalamus est «activé», ce qui stimule les fonctions de production d'hormones de l'hypophyse. La glande commence à produire de manière intensive de la LH et de la FSH.

L'activité maximale de l'hormone lutéinisante aide à libérer l'ovule et favorise la transformation du follicule résiduel en corps jaune, une glande temporaire dans l'ovaire. Il synthétise la progestérone, une hormone qui prépare la surface interne de l'utérus (couche endométriale) à l'introduction d'un ovule fécondé. L'hormone lutéinisante chez la femme maintient le corps jaune pendant 2 semaines. Il agit également sur les cellules thèques qui synthétisent les précurseurs des hormones sexuelles féminines.

Le taux d'hormone lutéinisante chez la femme

Les niveaux de LH diffèrent à différents moments de la vie d'une femme. Sa quantité maximale est observée pendant la phase d'ovulation et est normalement de 24 à 150 UI / l. Dans la phase folliculaire - 2,0-14 mU / l et dans la phase lutéale - 2-17 mU / l. L'indicateur moyen est de 0,4 à 3,0 μg / l de sérum sanguin. Les fluctuations des niveaux de LH sont semblables à des vagues et changent en fonction de l'âge, de l'activité du système reproducteur, de la saison et de la phase du cycle menstruel..

Tableau de la norme des indicateurs de l'hormone LH par âge

Le tableau ci-dessous présente les normes de teneur en LH dans le sang d'une femme, en fonction de l'âge, de la phase du cycle menstruel et de la ménopause:

ÂgeNiveau, mUI / ml
jusqu'à 12 ans0,3 - 3,9
13-18 ans0,5 - 18
18 ans 1 phase1,1 - 11,6
Ovulation de 18 ans17 - 77
18 ans 2 phase0,1 - 14,7
18 ans de ménopause11,3 - 40
Contraception orale de 18 ans0,1 - 8

Normalement, une augmentation de l'activité hormonale est notée au milieu du cycle menstruel, lorsque le follicule de l'ovaire atteint une certaine taille. C'est le moment le plus favorable pour la conception. Cette période ne dure pas longtemps - elle commence 36 heures avant l'ovulation et dure encore 1 jour après la libération de l'ovule par l'ovaire. Par conséquent, il est nécessaire de contrôler le niveau de l'hormone pour déterminer le moment le plus favorable de la fécondation. Les faibles valeurs de LH sont normales chez les enfants avant la puberté et élevées chez les femmes ménopausées..

Hormone lutéinisante LH - normale, augmentée, diminuée

La glande pituitaire sécrète trois types d'hormones sexuelles: l'hormone folliculo-stimulante (FSH), la prolactine et l'hormone lutéinisante (LH). L'hormone lutéinisante est responsable du bon fonctionnement des gonades, de la production d'hormones sexuelles - testostérone (homme) et progestérone (femme). La glande pituitaire produit cette hormone chez les hommes et les femmes..

Un test sanguin pour l'hormone lutéinisante LH (normal, augmenté, diminué) est utilisé dans le diagnostic de l'infertilité et l'évaluation de l'état fonctionnel du système reproducteur.

Des taux sanguins élevés de LH chez une femme sont un signe d'ovulation. Cette hormone en quantité accrue chez les femmes est libérée environ 12 à 16 jours après le début des règles. Cette période est appelée la phase lutéale du cycle..

Chez les hommes, la concentration de LH est constante. Dans le corps masculin, cette hormone augmente le niveau de testostérone, qui est responsable de la maturation du sperme..

Le principe des tests d'ovulation est simple: ils mesurent la quantité d'hormones dans l'urine. Lorsque la concentration d'hormone lutéinisante augmente, l'ovulation a déjà commencé ou est sur le point de commencer. Lorsque vous envisagez de concevoir, c'est le bon moment..

Lorsqu'un test de LH est prescrit

Le médecin peut prescrire cette analyse dans les cas suivants:

  • périodes courtes et rares (d'une durée inférieure à trois jours);
  • absence de menstruation;
  • fausses couches;
  • infertilité;
  • développement sexuel prématuré ou retardé;
  • retard de croissance;
  • l'endométriose;
  • saignement utérin;
  • déterminer la période d'ovulation;
  • diminution de la libido;
  • surveillance de l'efficacité de l'hormonothérapie;
  • examens pendant la fécondation in vitro (FIV);
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • hirsutisme (les femmes ont une pilosité excessive sur l'abdomen, le dos, la poitrine, le menton).

Pour une évaluation correcte des résultats, lorsqu'un test de LH est prescrit, un prélèvement sanguin dans une veine doit être effectué le 19-21 ou le 3-8ème jour du cycle. Étant donné que les hommes n'ont pas de fluctuations de cette hormone, des prélèvements sanguins peuvent être effectués n'importe quel jour..

Pour que les résultats de l'analyse soient corrects avant l'étude, il faut:

  • ne pas manger avant le prélèvement sanguin pendant 2-3 heures, vous pouvez utiliser de l'eau propre non gazeuse;
  • arrêtez de prendre des hormones thyroïdiennes et stéroïdes en consultation avec votre médecin 48 heures avant le prélèvement sanguin;
  • exclure le stress émotionnel et physique un jour avant l'étude;
  • ne pas fumer pendant 3 heures avant le test.

L'hormone lutéinisante est la norme

L'hormone LH chez les hommes en bonne santé après la puberté est au même niveau, et chez les femmes, le taux fluctue tout au long du cycle.

LH faible ou élevée

L'hormone lutéinisante ou hormone lutéotrope (LH) est l'une des substances importantes pour le développement sexuel, qui est produite chez les femmes et les hommes. Son niveau change tout au long de la vie et chez les femmes en période de reproduction pendant le cycle menstruel. La LH affecte le développement sexuel et la production de cellules germinales. Souvent, son augmentation ou sa diminution chez les hommes est la cause de l'infertilité. Considérez ce qui est causé et comment traiter l'augmentation ou la diminution de la LH chez les hommes.

Détermination des niveaux de LH

L'hormone lutéotrope chez les hommes affecte la production de testostérone dans les cellules de Ledding. La structure ressemble à d'autres hormones de l'hypophyse, ce qui affecte la régulation de la production de l'hormone lutéotrope.Par conséquent, lors de la détermination du niveau de LH dans le sang, le niveau de FSH et de TG est également pris en compte. Sa quantité est régulée de plusieurs manières, y compris la réponse à la concentration d'hormones sexuelles dans le sang. En particulier, l'augmentation de la testostérone diminue la production de LH et vice versa. La norme de LH chez les hommes est de 1,8 à 8,16 mU / ml.

Une LH élevée chez l'homme est observée avec une lésion primaire des gonades, par exemple avec la varicocèle. Il peut être influencé par l'activité physique, le jeûne. Avec les tumeurs endocrines de l'hypophyse, la fonction rénale altérée, la LH augmente également. Habituellement, chez les hommes, une augmentation et une diminution de l'hormone lutéinisante provoquent des problèmes de fonction sexuelle..

Une faible LH chez l'homme est assez courante, elle peut être causée par des maladies héréditaires et des pathologies:

  • Syndrome de Kalman;
  • Syndrome de Denny-Morphan;
  • Syndrome de Sheehan;
  • Maladie de Symonds;
  • insuffisance primaire des glandes sexuelles;
  • stress sévère;
  • tumeurs testiculaires;
  • exposition aux médicaments;
  • processus inflammatoires et infections des voies urinaires;
  • fumeur;
  • obésité;
  • manque de nutriments, famine.

Diminution de la LH

Il est intéressant de noter que la LH est abaissée chez les hommes qui prennent des stéroïdes. Une diminution de l'hormone lutéinisante entraîne une infertilité, une spermatogenèse altérée et une diminution de la puissance. Comment augmenter la LH chez les hommes?

Tout d'abord, vous devez vous assurer que les fluctuations des niveaux d'hormones ne sont associées à aucun facteur externe. Pour ce faire, avant de donner du sang pour analyse, vous devez exclure certains facteurs, tels que le stress, l'activité physique. Quelques jours avant, il n'est pas souhaitable de prendre de l'alcool, de fumer. Vous ne pouvez pas manger 3-4 heures avant l'examen, mais il est préférable de donner du sang à jeun.

Si une personne prend des médicaments ou des compléments alimentaires, vous devez en informer votre médecin. Il est préférable de prendre LH en association avec d'autres hormones afin de déterminer plus précisément la cause de son changement.

Traitement des faibles taux de LH dans le corps

Lorsque le niveau d'hormone lutéinisante dans le corps est faible, le traitement varie. Il est impossible de prendre des médicaments stimulants sans ordonnance d'un médecin, car dans certains cas, des processus inflammatoires, des maladies des organes génitaux, qui nécessitent un traitement, sont à l'origine de la diminution de la LH. Ce n'est qu'après le traitement et la thérapie de rééducation terminés que le niveau de l'hormone peut revenir à la normale.

Un rôle important dans le rétablissement de la LH est joué par les recommandations générales qui concernent le mode de vie d'un homme. Ainsi, en l'absence de pathologies graves, le niveau de LH aidera à rétablir une nutrition normale et riche en nutriments, une activité physique modérée et un bon sommeil. Il est nécessaire de ne pas abuser d'alcool, d'arrêter de fumer, d'essayer d'éviter le stress et le surmenage. Mais surtout, découvrez la véritable cause et, si nécessaire, commencez un traitement en temps opportun..

Effet de la testostérone sur les niveaux de LH

L'une des principales fonctions de la LH est d'améliorer la production d'hormones mâles androgènes. Plus la glande pituitaire produit des gonadotrophines, plus les testicules travaillent fort, produisant de la testostérone. En conséquence, il existe une relation inverse entre ces hormones:

  • plus le taux de testostérone est élevé, plus la concentration de LH est basse;
  • et vice versa: plus la testostérone est basse, plus la concentration de LH est élevée.

Cela est dû au fait que la sécrétion de l'hormone lutéinisante est régulée selon le principe de la rétroaction. Si l'hypophyse "voit" qu'il y a trop de testostérone dans le sang, elle arrête de produire de la LH. Et vice versa: si les androgènes sont peu nombreux, la production de gonadotrophines augmente, ce qui conduit à une stimulation des testicules.

Normalement, ce mécanisme est en équilibre. Si l'hypophyse et les testicules fonctionnent normalement, la concentration d'hormones gonadotropes et de testostérone est également normale. Mais parfois, il y a diverses violations, telles que:

  • l'introduction de préparations de testostérone de l'extérieur (par exemple, par des athlètes pour développer la masse musculaire) - le niveau d'hormone lutéinisante est alors considérablement réduit;
  • dommages aux testicules, entraînant une altération de la production de testostérone - conduit à une hypersécrétion de gonadotrophines (la glande pituitaire «essaie» de compenser le manque d'androgènes, forçant ainsi les testicules à travailler plus intensément);
  • dommages à la glande pituitaire - si elle est incapable de produire des quantités adéquates de gonadotrophines, elles ne stimulent pas les testicules et les niveaux de testostérone diminuent (ce qui conduit invariablement à une détérioration de la qualité du sperme et à l'infertilité).

LH et hypogonadisme

L'hypogonadisme fait référence à une diminution du taux de testostérone dans le sang. C'est un problème courant chez les hommes souffrant d'infertilité. Il existe deux types d'hypogonadisme:

  • hypogonadotrope;
  • hypergonadotrope.

Ce sont deux maladies d'origines différentes. Ils sont traités de manière complètement différente..

  • Hypogonadisme hypogonadotrope. Hypo signifie peu. Dans le même temps, les troubles endocriniens des hormones gonadotropes, y compris la LH, sont faibles et la testostérone est également faible. Cela suggère que la glande pituitaire est principalement touchée. Il ne peut pas produire des quantités adéquates de LH et de FSH. Ceux-ci ne stimulent pas les testicules et les niveaux de testostérone diminuent. Le problème est résolu en utilisant des médicaments contre la LH. Il stimule les testicules ainsi que la propre hormone de l'hypophyse.
  • Hypogonadisme hypergonadotrope. Signifie que le niveau de FSH et de LH est très élevé. C'est la situation inverse: les testicules sont principalement touchés. Ils ne peuvent pas produire suffisamment de testostérone. Mais l'hypophyse «ne comprend pas». Il voit seulement que les androgènes ne suffisent pas et augmente donc la production de gonadotrophines. Le résultat est une augmentation de la LH chez les hommes. Dans le même temps, la testostérone est encore faible et la qualité du sperme est faible. Le problème est résolu par l'introduction d'androgènes sous forme de médicaments. Sous l'influence de ces médicaments, non seulement le nombre de spermatozoïdes dans l'éjaculat se normalise, mais aussi la concentration de LH diminue..

Bloqueurs d'oestrogène pour augmenter la LH

Nous avons donc découvert ce qu'est l'hormone LH chez l'homme. Il affecte les indices du spermogramme, car il régule la fonction de reproduction. Par conséquent, une interférence avec le profil hormonal, y compris ceux visant à modifier la concentration des niveaux de LH, peut être utilisée pour normaliser la fertilité..

L'une des méthodes consiste à utiliser des médicaments anti-œstrogènes, dont le représentant classique est le clomifène. Il est intégré dans la rétroaction négative de la régulation de la production d'hormones FSH et LH dans l'hypophyse chez l'homme. Des études cliniques ont confirmé que cela conduit à une amélioration de la qualité du sperme.

Il a été établi que ce traitement chez l'homme, en augmentant la production de l'hormone LH et FSH, augmente non seulement la fertilité naturelle, mais augmente également les chances de succès des programmes de fécondation in vitro. Ainsi, une étude a montré que l'utilisation du clomifène pendant 3 à 9 mois conduisait à:

  • une augmentation du nombre et de la qualité du sperme chez tous les hommes;
  • augmentation de la concentration de cellules germinales dans l'éjaculat d'un maximum de 1 à 16 millions;
  • une augmentation du nombre de spermatozoïdes dans le sperme jusqu'à une moyenne de 3,8 millions.

Une autre étude a montré que le clomifène augmentait également la motilité des spermatozoïdes. Il a été constaté que cela est le résultat d'une augmentation de la sécrétion des hormones LH et FSH chez l'homme, qui stimulent la maturation des cellules germinales dans les testicules. Ce traitement était plus efficace chez les patients atteints d'hypogonadisme hypogonadotrope (déficit en testostérone associé à une diminution de la production d'hormone folliculo-stimulante et lutéinisante chez l'homme).

En plus du clomifène, le tamoxifène est également utilisé dans le traitement de l'infertilité. C'est également un bloqueur des œstrogènes. Il est le plus souvent utilisé en pratique clinique pour le traitement des tumeurs hormono-dépendantes chez la femme (la suppression de l'activité œstrogène entraîne un ralentissement de la croissance des néoplasmes). Mais il est également utilisé dans le traitement de l'infertilité masculine. Il a été constaté que l'utilisation du tamoxifène augmente la production d'hormones LH et FSH, ce qui conduit à une augmentation de la concentration de spermatozoïdes..

Utilisation des gonadotrophines chez les hommes

Les gonadotrophines sont principalement utilisées pour stimuler la spermatogenèse chez les hommes. Ceux-ci incluent HCG, LH et FSH. Dans ce cas, le médicament de premier choix est l'hCG. L'hormone folliculo-stimulante et lutéinisante chez les hommes n'est prescrite que comme médicaments de deuxième intention, si l'hCG n'a pas donné de résultat positif (il y avait une augmentation du taux d'androgènes sans augmentation de la qualité du sperme).

Dans la grande majorité des cas, la LH et la FSH sont contenues dans le même médicament et sont administrées simultanément. HCG n'est pas non plus noté. Ainsi, la stimulation est réalisée avec trois hormones à la fois:

  • HCG à une dose de 2000 UI, deux fois par semaine;
  • LH et FSH 75 UI, trois fois par semaine.

Cette thérapie se poursuit pendant 4 mois. Un spermogramme est effectué chaque mois, évaluant la dynamique. Si après 4 mois il n'y a pas de résultat, la dose de LH et de FSH est doublée. La thérapie est poursuivie pendant 3 mois supplémentaires. S'il n'y a pas encore de dynamique positive, une stimulation supplémentaire de la spermatogenèse est inappropriée. De tels cas d'infertilité sont surmontés avec la FIV.

Pourquoi la LH est-elle basse et comment l'augmenter

L'hormone lutéinisante chez la femme est produite par la glande pituitaire et est responsable de la régulation de l'activité des gonades. Avec son manque, la grossesse est impossible, par conséquent, pour la maturation et la fécondation de l'ovule, il est nécessaire d'augmenter le niveau de LH dans le corps de la femme.

Normes

Le niveau dépend de l'âge:

  • jusqu'à 1 an - environ 0,7 mU / ml;
  • de 1 à 4 ans - 0,8-2,0;
  • 10-14 ans - 0,5-4,6;
  • 15-16 ans - 0,4-16;
  • de 18 ans au début de la ménopause - 2,2-11,2;
  • après la ménopause - 11,3-53,0.

Normalement, le contenu de l'hormone dans le corps varie en fonction du cycle menstruel. Au milieu du cycle, à la fin de la maturation de l'ovule, une poussée d'hormone se produit, ce qui indique l'ovulation. En fonction de la période du cycle menstruel, les indicateurs de LH sont les suivants:

  • phase folliculaire - 1,45-10;
  • le début de l'ovulation - 6,15-16,8;
  • phase du corps jaune - 1.07-9.1.

Les niveaux de LH dépendent également des caractéristiques individuelles du corps. Chez certaines femmes, la quantité d'hormone dans la phase folliculaire est de 4 dollars à 14 mU / ml, pendant l'ovulation jusqu'à 25-150 unités.

Raisons de bas niveau

Un niveau bas n'indique pas toujours la présence d'une maladie. Cela peut être les conséquences du stress, des changements d'alimentation, de la prise de médicaments..

Une diminution persistante des taux de LH indique le développement de pathologies dans le corps:

  • faibles niveaux d'hémoglobine;
  • affaiblissement du corps par un effort physique intense;
  • maladie thyroïdienne;
  • défaillance de la glande pituitaire;
  • traitement avec certains médicaments (anticonvulsivants, œstrogènes, glycosides cardiaques, stéroïdes anabolisants);
  • puberté retardée;
  • maladies génétiques (hyperandrogénie);
  • maladie Shereshevsky-Turner, Marfan;
  • aménorrhée secondaire;
  • maladie des ovaires polykystiques;
  • retard de croissance.

Conséquences possibles

L'hormone lutéinisante stimule l'ovulation. Avec de faibles niveaux de cette hormone:

  • l'ovulation ne se produit pas;
  • le corps jaune n'est pas formé;
  • dans la deuxième phase, les modifications de l'endomètre ne se produisent pas, ce qui est nécessaire pour l'implantation de l'embryon;
  • la grossesse ne se produit pas ou est interrompue.

Traitement

Pour la normalisation, il est nécessaire d'éliminer la raison de la diminution. Le niveau de production d'hormones reviendra tout seul à la normale:

  • l'ajustement de la glande pituitaire est effectué à l'aide d'un traitement hormonal. Progestérone prescrite, œstrogène, androgène. La posologie du médicament est prescrite par le médecin sur la base des études hormonales effectuées;
  • pour l'infertilité, des médicaments contenant de la LH sont prescrits: Pergonal, Luveris, gonadotrophine chorionique, lutéotropine;
  • si la diminution du taux de LH est due à la production excessive de prolactine, un traitement par Cabergoline, Bromocriptine est prescrit;
  • les tumeurs hypophysaires nécessitent une intervention chirurgicale.

Les remèdes populaires peuvent aider à augmenter les niveaux de LH. La médecine alternative recommande un traitement avec des décoctions à base de plantes (cônes de houblon, menthe et tilleul), framboises, fraises, mûres, soja, huile de lin.

L'apport de jus de pomme, de grenade, d'agrumes a un effet bénéfique sur l'organisme (1 verre par jour).

Mais nous vous recommandons fortement de ne pas vous soigner vous-même, mais assurez-vous de consulter un médecin.

La quantité requise de toutes les hormones dans le corps d'une femme est importante pour la santé et le fonctionnement normal. Ils sont nécessaires non seulement pour le système reproducteur. L'humeur et l'apparence en dépendent. Par conséquent, chaque femme doit contrôler son propre fond hormonal et le normaliser dans le temps.

Hormone lutéinisante chez la femme: valeurs normales, raisons de l'augmentation et de la diminution

L'hormone lutéinisante chez la femme est produite tout au long de la vie, mais atteint ses valeurs les plus élevées pendant la fertilité, au milieu du cycle menstruel. La concentration de LH détermine directement la probabilité de conception. Si la synthèse de l'hormone diminue, l'ovulation ne se produit pas. Une concentration accrue entraîne également des problèmes: des perturbations dans le cycle se produisent, ce qui entraîne l'infertilité. Le traitement consiste en des changements de mode de vie et une hormonothérapie.

  • 1 Description
  • 2 Indications et procédure
  • 3 Valeurs normales
  • 4 Augmentation des niveaux d'hormones
  • 5 Symptômes de faibles niveaux de LH
  • 6 Traitement

L'hormone lutéinisante (LH) est sécrétée par l'hypophyse et régule l'activité des gonades et la production de progestérone et de testostérone. Il est produit chez les femmes et les hommes. Dans le corps masculin, le niveau de LH est constant. Il est responsable de la synthèse de la testostérone, qui est impliquée dans le processus de spermatogenèse.

Une concentration accrue de l'hormone dans le sang d'une femme est le principal symptôme du début de l'ovulation. Le pic de sa production est noté le 12ème - 16ème jour du cycle, en phase lutéale.

Les tests d'ovulation sont basés sur l'évaluation du taux de cette hormone dans le sang. Son ascension signifie que l'ovule sera libéré du follicule dans les prochaines 24 à 36 heures. Lors de la planification d'une grossesse, cette période est la plus propice aux rapports sexuels..

Indications pour les tests:

  • infertilité;
  • hirsutisme (poils excessifs sur le menton, la poitrine, le dos);
  • violation des périodes de la puberté;
  • retard de croissance;
  • l'endométriose;
  • recherche pendant la FIV;
  • évaluation de l'efficacité du traitement hormonal;
  • ménorragie et métrorragie (saignement utérin);
  • détermination d'une période favorable pour la conception;
  • manque de menstruation;
  • fausse couche habituelle;
  • menstruations rares et courtes;
  • diminution de la libido;
  • ovaire polykystique.

Un test sanguin est effectué à jeun. Il est nécessaire de réduire l'activité physique et le stress quelques jours avant l'accouchement, de manger des aliments légers la veille de l'intervention. L'utilisation de médicaments et le tabagisme sont interdits le jour du prélèvement sanguin.

En présence d'une maladie aiguë, une étude doit être menée au cours du cycle suivant. Pendant une semaine, les médicaments hormonaux sont arrêtés. Si des médicaments vitaux sont pris, vous devez en informer le médecin qui a ordonné le test.

Les femmes sont testées pour les hormones certains jours du cycle. Pour la lutéotropine, ceux-ci sont considérés comme du 3e au 7e ou du 19 au 22.

Après la puberté, chez les femmes en bonne santé, le taux d'hormones fluctue tout au long du cycle:

PériodeIntervalle de tempsNiveau LH (mU / l)
Phase folliculaireDu début du cycle jusqu'au 12ème - 14ème jour3-15
Période d'ovulation12ème - 16ème jour25-151
Phase lutéale du cycle menstruelDe l'ovulation au début de la prochaine période3-17

Chez les hommes en bonne santé, la quantité de LH est comprise entre 0,5 et 10 mU / l.

À différentes périodes de la vie, les valeurs normales de l'hormone peuvent également différer:

Années d'âge)Concentration en LH, mU / l
1-30,90-1,85
4-50,70-0,90
7-80,70-2,05
9-100,70-2,30
Onze0,30 à 6,20
120,50 à 9,81
130,40-4,60
14-160,50-25,1
171,70-11,2
18-192,30-11,2

Le niveau de lutéotropine pendant la ménopause est de 14,2 à 52,3 mU / l. Une augmentation des résultats d'analyse ne doit pas conduire à des conclusions prématurées. Un décryptage correct ne peut être effectué que par un médecin.

Lors du diagnostic de l'absence de grossesse ou de maladies du système reproducteur, le rapport LH et FSH est pris en compte. C'est cela qui peut indiquer aux médecins la présence de problèmes dans le corps féminin..

Pendant l'ovulation, il y a une augmentation significative de la concentration de LH (d'un ordre de grandeur). Cela se produit pendant toute la période de fertilité, à l'exception de la grossesse. En dehors de l'ovulation avant la ménopause, des taux élevés de LH peuvent indiquer ce qui suit:

  • fonte des ovaires;
  • perturbation des glandes sexuelles et des reins;
  • prolifération pathologique de la muqueuse utérine (endométriose);
  • néoplasmes hypophysaires.

Une augmentation de la LH à un niveau constant conduit à une anovulation, une modification de la nature du flux menstruel (abondant, maigre, coagulé, douloureux). Le manque d'ovulation conduit à l'incapacité de tomber enceinte avec des rapports sexuels réguliers.

Souvent, une augmentation des niveaux de LH est provoquée par des régimes basés sur le jeûne. Il y a une augmentation de la concentration de l'hormone et avec une activité physique accrue, un stress sévère.

Des taux bas se trouvent normalement chez les femmes enceintes. Cette période s'accompagne d'une absence naturelle d'ovulation, lorsqu'il n'y a pas besoin de niveaux élevés d'hormone. En dehors de la grossesse, cette condition peut conduire à diverses pathologies..

De faibles niveaux de LH provoquent des perturbations du cycle menstruel chez les femmes. De nombreuses maladies infectieuses, telles que l'hépatite B, la gonorrhée, la pyélonéphrite, les oreillons, etc., sont considérées comme les raisons de sa diminution..

Il existe d'autres facteurs qui conduisent à une carence en LH:

  • Maladie de Simmonds;
  • aménorrhée secondaire;
  • l'abus d'alcool;
  • fumeur;
  • médicaments non contrôlés (pilules contraceptives);
  • en surpoids;
  • opérations;
  • formation de la glande pituitaire;
  • aménorrhée;
  • retard de croissance;
  • maladie des ovaires polykystiques;
  • stress;
  • augmentation de la prolactine.

Pour normaliser le contenu en lutéotropine, une maladie est traitée qui provoque un écart par rapport à la norme:

  • Si une production insuffisante de LH par la glande pituitaire est détectée, le traitement est effectué en la stimulant avec des médicaments à base d'autres hormones. Des pilules ou des injections d'œstrogènes, de progestérone ou d'androgènes sont utilisées. Le médicament est prescrit par un médecin, l'automédication est exclue.
  • La tumeur qui produit l'hormone est enlevée chirurgicalement. Après l'opération, un traitement conservateur supplémentaire est effectué.
  • L'hypoplasie endométriale est éliminée avec des médicaments hormonaux. Parfois, cela conduit à des résultats positifs pendant une courte période ou sans effet du tout. Dans ce cas, un dispositif intra-utérin est placé: il a moins d'effet pathologique sur le foie et le tractus gastro-intestinal que les contraceptifs oraux combinés (COC).
  • Les kystes ovariens sont éliminés avec des COC, ils sont également capables de réduire la lutéotropine. Le médicament choisi par le médecin est prescrit pendant 3 mois. Si nécessaire, un cours supplémentaire est donné après une courte pause. Tout changement de posologie ou de médicament doit être discuté avec le gynécologue.
  • Si la diminution de la LH est associée à un stress persistant, il est conseillé à la femme de consulter un psychologue.