Principal

Glandes surrénales

Pression et hypothyroïdie

Les organes et les systèmes du corps sont étroitement interconnectés. L'hypothyroïdie, ou diminution de la fonction thyroïdienne, est indiquée par la fréquence cardiaque et la tension artérielle. Ce dernier diminue régulièrement et reste à ce niveau jusqu'à la thérapie de remplacement avec des médicaments hormonaux. Une pression artérielle basse est dangereuse pour le corps, car avec elle, tous les organes et tissus, principalement le cerveau, reçoivent une quantité insuffisante d'oxygène. Le système nerveux central réagit négativement à la fois à une baisse de pression et à une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes.

Causes de l'hypothyroïdie

Une diminution de la fonction thyroïdienne se produit pour les raisons suivantes:

  • Thyroïdite auto-immune. Il s'agit d'une inflammation de la glande thyroïde causée par l'attaque des propres cellules du corps par des anticorps.
  • Chirurgie thyroïdienne. Une intervention chirurgicale sur la glande nuit à son activité fonctionnelle et réduit la production d'hormones.
  • Thérapie à l'iode. Puisque l'élément est radioactif, il abaisse la synthèse des hormones thyroïdiennes.
  • Infections. Lorsque le corps combat un pathogène, il met toute sa force dans la production d'anticorps immunitaires. La glande thyroïde compense la redistribution de l'énergie en réduisant son activité fonctionnelle.
  • Agénésie thyroïdienne. Ce terme signifie l'involution progressive de la glande sous l'influence de l'âge et d'autres facteurs..
  • Tumeur cancéreuse de l'organe thyroïdien. Un néoplasme malin absorbe des nutriments et des molécules d'ATP, qui fournissent de l'énergie pour la synthèse des hormones.
  • Défauts génétiques dans la biosynthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine.
  • Carence en iode. Il existe des zones d'endémie où la nourriture et l'eau contiennent de faibles concentrations d'iode. Les produits de ces régions sont en outre iodés.
  • Prendre des médicaments. Préparations de lithium, médicaments qui inhibent la glande thyroïde, bloquent la synthèse des hormones qu'elle contient.

Une cause courante mais difficile à diagnostiquer de l'hypothyroïdie est une insuffisance de la glande pituitaire, qui produit une hormone thyréostimulante. Dans cette maladie, des pics de pression de haut en bas sont souvent observés..

Symptômes de l'hypothyroïdie

Cette pathologie présente des symptômes cliniques vifs. Les symptômes d'une fonction thyroïdienne diminuée sont:

  • Myasthénie grave symptomatique. Cela signifie une faiblesse musculaire, provoquée par un manque d'énergie, accompagnée d'une fatigue accrue.
  • Tendance au frisson. Les patients tolèrent le froid douloureusement, ressentent avec sensibilité l'augmentation de l'humidité de l'air.
  • Somnolence. Le patient veut constamment dormir, même quelques tasses de café ne l'aident pas.
  • Obésité. Une augmentation du poids corporel est observée à la suite d'une diminution des processus métaboliques, qui sont régulés par les hormones thyroïdiennes..
  • Détérioration de la mémorisation. Il est noté sur les tests psychologiques.
  • Syndrome œdémateux. Un gonflement apparaît sur le visage, les membres et le tronc.
  • Rétention des selles.
  • Discours lent et monotone.
  • Détérioration de la qualité de la peau, des cheveux et des ongles.
  • Diminution de la libido.
  • Altération des fonctions sensorielles, en particulier audition.
Retour à la table des matières

Comment les hormones affectent la pression artérielle?

Avec l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde, lorsque trop de substances hormonales sont libérées, la pression artérielle est souvent élevée. Dans l'hypothyroïdie chronique, le contraire est vrai. Une carence en triiodothyronine entraîne une diminution de la fréquence cardiaque et une baisse de la pression artérielle. Cette condition est dangereuse par le développement d'un choc, dans lequel les vaisseaux se dilatent, la pression artérielle est considérablement réduite. Tout cela est dû à l'élimination de l'effet stimulant des hormones thyroïdiennes sur les cardiomyocytes. Les hormones activent les cellules du muscle cardiaque, les forçant à générer des impulsions et à les transmettre plus loin le long du système conducteur. Si le cœur pompe mal, selon le principe de l'interconnexion, la pression dans les vaisseaux principaux diminue, puis à la périphérie.

Méthodes de diagnostic

L'insuffisance de la glande thyroïde et l'hypotension artérielle sont étudiées à l'aide des méthodes de laboratoire et instrumentales suivantes:

  • Mesure du taux de thyroxine, de triiodothyronine et d'hormone thyréostimulante dans le sang. Avec l'hypothyroïdie, le niveau des deux premiers est augmenté et la TSH, au contraire, augmente.
  • Examen échographique de la région du cou. Avec elle, il y a une augmentation de la glande, son compactage partiel, la présence de nœuds ou de diffuseur.
  • Tonométrie. La pression systolique et diastolique est mesurée sur les deux bras. Les valeurs obtenues sont comparées pour déterminer la moyenne..
  • Électrocardiographie. Effectué pour rechercher d'autres affections cardiaques pouvant avoir causé une baisse de la pression artérielle.
  • Tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique. La technique instrumentale de haute précision est utilisée pour le diagnostic différentiel des maladies thyroïdiennes et pour le diagnostic final.
Retour à la table des matières

Traitement de l'hypothyroïdie et correction des changements de pression

Les médicaments utilisés pour traiter une thyroïde sous-active comprennent les hormones et les glucocorticostéroïdes. Ces derniers sont recommandés pour les processus auto-immuns pour soulager l'inflammation. Les hormones sont utilisées comme thérapie de remplacement pour combler leur propre déficit. Pour augmenter la pression artérielle, le médicament "Mezaton" est utilisé. Dans les cas avancés, un stimulateur cardiaque est placé.

Hypothyroïdie et pression artérielle basse

Hypothyroïdie et hypertension artérielle

La prévalence globale de l'hypothyroïdie manifeste dans la population est de 0,2 à 2,0%, sous-clinique - 7 à 10% chez les femmes et 2 à 3% chez les hommes. L'hypothyroïdie sous-jacente est comprise comme une fonction thyroïdienne insuffisante, dans laquelle un niveau accru d'hormone thyréostimuline (TSH) est détecté - généralement plus de 10 mM / ml, avec une diminution du niveau de thyroxine libre (sv.

T4), généralement accompagnée des symptômes caractéristiques de l'hypothyroïdie. Il existe de nombreuses causes sous-jacentes de l'hypothyroïdie. Distinguer entre l'hypothyroïdie primaire (thyrogène), elle souffre de la majorité des patients, secondaire (hypophyse), tertiaire (hypothalamique) et périphérique.

Les causes les plus courantes d'hypothyroïdie primaire sont la thyroïdite auto-immune (AIT) et l'hypothyroïdie postopératoire.

Il est à noter que l'AIT au cours des deux dernières générations est diagnostiqué beaucoup plus souvent qu'auparavant. Elle touche environ 3 à 4% de la population et avec l'âge, le nombre de patients augmente, atteignant 16% chez les femmes âgées. Selon les recommandations de l'Association russe des endocrinologues, les «grands» signes diagnostiques, dont la combinaison permet d'établir le diagnostic de l'AIT, sont:

  • hypothyroïdie primaire (subclinique manifeste ou persistante);
  • la présence d'anticorps dirigés contre le tissu thyroïdien - anticorps contre la peroxydase thyroïdienne (AT-TPO), anticorps contre la thyroglobuline (AT-TG) et signes échographiques de pathologie auto-immune (zones locales d'échogénicité réduite, alternant avec des zones d'échogénicité accrue, simples ou multiples).

En l'absence d'au moins un des «grands» signes diagnostiques, le diagnostic d'AIT n'est que probabiliste..

Ces dernières années, il y a également eu une augmentation de l'hypothyroïdie postopératoire, qui est associée à l'évolution des idées sur le traitement chirurgical des maladies thyroïdiennes. En cas d'hypothyroïdie postopératoire, il est nécessaire d'évaluer le volume du résidu thyroïdien par échoscopie, et également de clarifier le moment et, si possible, le volume de l'intervention réalisée sur la glande thyroïde..

L'urgence du problème est due aux difficultés de diagnostic du syndrome d'hypothyroïdie en cas d'évolution malosymptomatique ou atypique, de nombreux «masques» cliniques du syndrome d'hypothyroïdie.

En particulier, la recherche diagnostique peut être dirigée dans la mauvaise direction lorsque l'hypertension artérielle (AH) est détectée chez un patient en raison de l'idée répandue mais dépassée d'un niveau de tension artérielle (TA) normal ou même faible dans l'hypothyroïdie..

Cette idée fausse conduit souvent à des difficultés de diagnostic et à l'initiation intempestive d'une thérapie étiotropique. Actuellement, de nombreux chercheurs ont noté la présence d'hypertension chez des patients ayant une fonction thyroïdienne insuffisante avec une fréquence de 10 à 50% des cas.

À titre d'exemple illustratif, nous présentons l'observation du patient K., 47 ans, hospitalisé dans le service d'endocrinologie de l'hôpital clinique régional de Nizhny Novgorod du nom de V.I. SUR. Semashko en décembre 2006.

Au moment de son admission, elle se plaignait de faiblesse générale, de peau sèche, de perte de cheveux sur le cuir chevelu, de constipation, de lourdeur dans l'épigastre après avoir mangé, de troubles de la mémoire, de léthargie, de gonflement du visage et des jambes..

Les symptômes ci-dessus sont apparus il y a environ 2 ans.

Le patient a été traité dans le service de gastro-entérologie, où, après un examen approfondi instrumental, le diagnostic a été posé «gastrite atonique atrophique chronique à faible acidité. Syndrome du côlon irritable avec clinique de constipation ». Aucune dynamique positive significative n'a été notée après le traitement.

En outre, selon les dossiers médicaux, le patient avait une hypertension de grade I avec des chiffres de 140-150 / 90-95 mm Hg au cours de la dernière année. Art., Qui était de nature non critique, et la patiente elle-même n'a pas ressenti une augmentation de la pression artérielle.

Sur la recommandation d'un thérapeute, elle a commencé à prendre du captopril il y a environ six mois, cependant, en raison d'une forte baisse de la pression artérielle - jusqu'à 90/60 mm Hg. Art. après avoir pris la première dose (25 mg) - le traitement médicamenteux a été arrêté.

Le syndrome d'œdème a été considéré comme une manifestation d'insuffisance cardiaque, mais ne s'est pas arrêté lors de la prise de diurétiques (hypothiazide).

Lors du renvoi à un endocrinologue, une hypothyroïdie primaire a été diagnostiquée en raison de l'AIT (T4 légère - 4,3 pmol / L, TSH - 75 mUI / ml, AT à TPO - 356 UI / ml, selon l'examen échographique de la glande thyroïde - signes de forme atrophique de l'AIT).

Lors de la surveillance quotidienne de la pression artérielle (MAPA), une hypertension systolique-diastolique modérée a été détectée à la fois pendant la journée et la nuit. Des violations du profil quotidien de la pression artérielle systolique et diastolique de type "non-glissant" ont été révélées, indicateurs insatisfaisants de la dynamique matinale.

Après la nomination d'un traitement de remplacement par la L-thyroxine et l'obtention d'une compensation adéquate pour l'hypothyroïdie, la pression artérielle est revenue à la normale, le syndrome de l'œdème a été arrêté, le patient a noté une amélioration du bien-être.

Selon les recommandations de l'OMS (1999), l'hypertension symptomatique dans le contexte de l'hypothyroïdie est actuellement reconnue comme l'une des formes d'hypertension secondaire de la genèse endocrinienne..

La pathogenèse de l'hypertension dans l'hypothyroïdie reste largement floue..

On suppose qu'une augmentation prononcée du tonus vasculaire chez les patients hypothyroïdiens est une réponse hémodynamique inadéquate à une diminution du volume sanguin minime..

De plus, un œdème mucoïde et une diminution de l'élasticité de la paroi vasculaire des artérioles sont d'une grande importance pour augmenter la résistance vasculaire, qui dans l'hypothyroïdie augmente de plus de 50%..

Un certain rôle dans le développement de l'hypertension chez les patients atteints d'hypothyroïdie est joué par la rétention de sodium et d'eau dans les tissus, qui est due à un excès de glycosaminoglycanes acides et à une augmentation de la concentration de vasopressine.

Les liens nodaux de la pathogenèse de l'hypertension dans l'hypothyroïdie comprennent une diminution de la vasodilatation dépendante de l'endothélium et du NO, une diminution du taux de facteur natriurétique auriculaire.

La plupart des chercheurs ont noté la nature peu profonde de l'hypertension symptomatique dans l'hypothyroïdie.

Le syndrome d'hypothyroïdie est associé à une augmentation des taux plasmatiques de catécholamines endogènes, cependant, leurs effets physiologiques dans des conditions de déficit en hormone thyroïdienne ne sont souvent pas réalisés en raison d'une diminution de la sensibilité des récepteurs β-adrénergiques et d'une diminution de leur nombre, ce qui est associé à une moindre probabilité d'arythmies dans l'hypothyroïdie.

L'hypothyroïdie est une cause fréquente de dyslipidémie athérogène. En particulier, il a été noté que la fréquence des cas nouvellement diagnostiqués d'hypothyroïdie manifeste chez les patients dyslipidémiques est environ 2 fois plus élevée que dans la population générale..

Le fait généralement admis est une augmentation de la teneur en cholestérol, triglycérides, lipoprotéines de basse densité, phospholipides; tandis que la teneur en lipoprotéines de haute densité reste normale ou diminue.

La dyslipidémie athérogène est un facteur important qui aggrave le risque cardiovasculaire dans l'hypothyroïdie, dont le rôle est particulièrement prononcé en cas d'hypertension artérielle.

Ainsi, la fonction diminuée de la glande thyroïde dans la très grande majorité des cas conduit à des modifications pathologiques du système cardiovasculaire, qui peuvent se manifester dans le tableau clinique, et un patient atteint d'hypothyroïdie devient un patient «cardiaque».

En relation avec les symptômes non spécifiques de l'hypothyroïdie, un diagnostic rapide dans certains cas est difficile, et il est souvent diagnostiqué lorsque des changements non seulement fonctionnels, mais aussi organiques se sont produits dans le système cardiovasculaire, nécessitant un examen complet du patient (ECG, EchoCG, MAPA, si nécessaire, une étude de la variabilité rythme cardiaque).

Les modifications ECG dans l'hypothyroïdie indiquent une dystrophie myocardique. Dans ce cas, une violation des processus de repolarisation du myocarde est révélée - une diminution, une douceur, une inversion de l'onde T, un allongement de l'intervalle QT.

Une diminution de la tension et une expansion du complexe QRS sont souvent déterminées, ce qui s'explique également par la dystrophie myocardique, mais peut également dépendre de la présence d'un épanchement dans la cavité péricardique. Les troubles du rythme et de la conduction chez les patients atteints d'hypothyroïdie sont assez rares..

Un allongement de la conduction auriculo-ventriculaire est observé chez 2 à 6%, dans certains cas un blocage intraventriculaire est détecté. Dans le contexte de la compensation de la fonction thyroïdienne, les changements ci-dessus en l'absence de maladie cardiaque indépendante sont nivelés.

La MAPA vous permet d'avoir une idée objective des caractéristiques typiques du profil quotidien, du rythme circadien de la pression artérielle, du caractère systolique et / ou diastolique, du niveau d'hypertension ainsi que de la variabilité de la pression artérielle et d'évaluer l'efficacité du traitement médicamenteux..

Les données ABPM indiquent que l'hypertension symptomatique dans l'hypothyroïdie est généralement de nature diastolique ou systolique-diastolique, a principalement une augmentation de degré I de la pression artérielle et est aggravée la nuit..

De plus, les patients souffrant d'hypothyroïdie et d'hypertension artérielle présentent une variabilité de la tension artérielle plus élevée que les patients ayant une pression artérielle normale. Selon les opinions existantes, il s'agit d'un facteur de risque pronostique défavorable pour les dommages aux organes cibles de l'hypertension..

Les indicateurs insatisfaisants de la dynamique de la pression artérielle matinale (élévation excessive de la pression artérielle systolique et diastolique) sont dus à l'activation des systèmes sympathoadrénal et rénine-angiotensine-aldostérone tôt le matin..

L'échocardiographie est aujourd'hui l'une des méthodes d'examen cardiaque non invasives les plus informatives. Avec cette pathologie combinée, les deux facteurs pathologiques affectent le myocarde - déficit thyroïdien lui-même et pression de postcharge.

Chez les patients atteints d'hypothyroïdie, des signes de cardiomégalie sont révélés, principalement en raison d'une augmentation de la taille du ventricule gauche sous la forme d'un épaississement du septum interventriculaire et de la paroi postérieure du ventricule gauche.

Évidemment, dans ce cas, nous ne parlons pas d'hypertrophie myocardique, puisque ces changements se retrouvent également chez les patients normotendus, dans ce cas il y a une régression rapide de ces changements dans le contexte du traitement substitutif par la L-thyroxine..

Les facteurs de la pathogenèse de la cardiomégalie dans l'hypothyroïdie peuvent être une augmentation du volume de liquide interstitiel (y compris l'hydropéricarde), une violation de la synthèse de la myosine, accompagnée d'un allongement de ses fibres et d'une diminution de la contractilité myocardique.

L'AH, comme indiqué précédemment, est assez fréquente chez les patients atteints d'hypothyroïdie, sert de déterminant indépendant du développement d'une véritable hypertrophie ventriculaire gauche, qui est détectée chez 75% des patients de cette catégorie..

Le remodelage du myocarde ventriculaire gauche se déroule principalement sous forme d'hypertrophie excentrique non dilatée, associée à un risque accru de complications cardiovasculaires et de mortalité par rapport aux patients sans hypertrophie, comparable en termes de tension artérielle.

Yu.A. ORLOVA, Assistant, Département de thérapie hospitalière du nom V.G. Vogralik de l'Académie de médecine d'État de Nizhny Novgorod, candidat aux sciences médicales

Pression et hypothyroïdie

Les organes et les systèmes du corps sont étroitement interconnectés. L'hypothyroïdie, ou diminution de la fonction thyroïdienne, est indiquée par la fréquence cardiaque et la tension artérielle. Ce dernier diminue régulièrement et reste à ce niveau jusqu'à la thérapie de substitution avec des médicaments hormonaux.

Une pression artérielle basse est dangereuse pour le corps, car avec elle, tous les organes et tissus, principalement le cerveau, reçoivent une quantité insuffisante d'oxygène..

Le système nerveux central réagit négativement à la fois à une baisse de pression et à une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes.

Causes de l'hypothyroïdie

Une diminution de la fonction thyroïdienne se produit pour les raisons suivantes:

  • Thyroïdite auto-immune. Il s'agit d'une inflammation de la glande thyroïde causée par l'attaque des propres cellules du corps par des anticorps.
  • Chirurgie thyroïdienne. Une intervention chirurgicale sur la glande nuit à son activité fonctionnelle et réduit la production d'hormones.
  • Thérapie à l'iode. Puisque l'élément est radioactif, il abaisse la synthèse des hormones thyroïdiennes.
  • Infections. Lorsque le corps combat un pathogène, il met toute sa force dans la production d'anticorps immunitaires. La glande thyroïde compense la redistribution de l'énergie en réduisant son activité fonctionnelle.
  • Agénésie thyroïdienne. Ce terme signifie l'involution progressive de la glande sous l'influence de l'âge et d'autres facteurs..
  • Tumeur cancéreuse de l'organe thyroïdien. Un néoplasme malin absorbe des nutriments et des molécules d'ATP, qui fournissent de l'énergie pour la synthèse des hormones.
  • Défauts génétiques dans la biosynthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine.
  • Carence en iode. Il existe des zones d'endémie où la nourriture et l'eau contiennent de faibles concentrations d'iode. Les produits de ces régions sont en outre iodés.
  • Prendre des médicaments. Préparations de lithium, médicaments qui inhibent la glande thyroïde, bloquent la synthèse des hormones qu'elle contient.

Une cause courante mais difficile à diagnostiquer de l'hypothyroïdie est une insuffisance de la glande pituitaire, qui produit une hormone thyréostimulante. Dans cette maladie, des pics de pression de haut en bas sont souvent observés..

Symptômes de l'hypothyroïdie

Avec cette maladie, une personne souffre de somnolence..

Cette pathologie présente des symptômes cliniques vifs. Les symptômes d'une fonction thyroïdienne diminuée sont:

  • Myasthénie grave symptomatique. Cela signifie une faiblesse musculaire, provoquée par un manque d'énergie, accompagnée d'une fatigue accrue.
  • Tendance au frisson. Les patients tolèrent le froid douloureusement, ressentent avec sensibilité l'augmentation de l'humidité de l'air.
  • Somnolence. Le patient veut constamment dormir, même quelques tasses de café ne l'aident pas.
  • Obésité. Une augmentation du poids corporel est observée à la suite d'une diminution des processus métaboliques, qui sont régulés par les hormones thyroïdiennes..
  • Détérioration de la mémorisation. Il est noté sur les tests psychologiques.
  • Syndrome œdémateux. Un gonflement apparaît sur le visage, les membres et le tronc.
  • Rétention des selles.
  • Discours lent et monotone.
  • Détérioration de la qualité de la peau, des cheveux et des ongles.
  • Diminution de la libido.
  • Altération des fonctions sensorielles, en particulier audition.

Comment les hormones affectent la pression artérielle?

L'hypertension artérielle est souvent associée à une surproduction d'hormones thyroïdiennes.

Avec l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde, lorsque trop de substances hormonales sont libérées, la pression artérielle est souvent élevée. Dans l'hypothyroïdie chronique, le contraire est vrai..

Une carence en triiodothyronine entraîne une diminution de la fréquence cardiaque et une baisse de la pression artérielle. Cette condition est dangereuse par le développement d'un choc, dans lequel les vaisseaux sanguins se dilatent, la pression artérielle est considérablement réduite..

Tout cela est dû à l'élimination de l'effet stimulant des hormones thyroïdiennes sur les cardiomyocytes. Les hormones activent les cellules du muscle cardiaque, les forçant à générer des impulsions et à les transmettre plus loin le long du système conducteur.

Si le cœur pompe mal, selon le principe de l'interconnexion, la pression dans les vaisseaux principaux diminue, puis à la périphérie.

Méthodes de diagnostic

L'insuffisance de la glande thyroïde et l'hypotension artérielle sont étudiées à l'aide des méthodes de laboratoire et instrumentales suivantes:

  • Mesure du taux de thyroxine, de triiodothyronine et d'hormone thyréostimulante dans le sang. Avec l'hypothyroïdie, le niveau des deux premiers est augmenté et la TSH, au contraire, augmente.
  • Examen échographique de la région du cou. Avec elle, il y a une augmentation de la glande, son compactage partiel, la présence de nœuds ou de diffuseur.
  • Tonométrie. La pression systolique et diastolique est mesurée sur les deux bras. Les valeurs obtenues sont comparées pour déterminer la moyenne..
  • Électrocardiographie. Effectué pour rechercher d'autres affections cardiaques pouvant avoir causé une baisse de la pression artérielle.
  • Tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique. La technique instrumentale de haute précision est utilisée pour le diagnostic différentiel des maladies thyroïdiennes et pour le diagnostic final.

Traitement de l'hypothyroïdie et correction des changements de pression

Les médicaments utilisés pour traiter une thyroïde sous-active comprennent les hormones et les glucocorticostéroïdes. Ces derniers sont recommandés pour les processus auto-immuns pour soulager l'inflammation.

Les hormones sont utilisées comme thérapie de remplacement pour combler leur propre déficit. Pour augmenter la pression artérielle, le médicament "Mezaton" est utilisé. Dans les cas avancés, un stimulateur cardiaque est placé.

Vérité ou mythe - l'influence de la glande thyroïde sur la pression

Il a été prouvé que la glande thyroïde et la pression artérielle sont étroitement liées. Cela est dû au fait que toute perturbation de la production d'hormones thyroïdiennes (T3, T4) entraîne une modification du tonus des parois des vaisseaux sanguins et du cœur..

Par conséquent, avec l'hyperthyroïdie, une hypertension artérielle se développe, avec une carence en hormones, la pression peut diminuer.

Le traitement complet des troubles de la pression causés par les maladies thyroïdiennes doit inclure des médicaments, un régime alimentaire, une activité physique accrue.

La glande thyroïde peut-elle affecter la pression artérielle?

Le cardiologue ne peut pas toujours établir les causes d'une pression artérielle élevée ou basse. Souvent, il s'agit d'une violation du statut hormonal en raison de pathologies de la glande thyroïde.

La glande thyroïde produit des hormones contenant de l'iode triiodothyronine (T3) et thyroxine (T4), dont la fonction principale est de réguler le métabolisme et la production d'énergie dans le corps.

Une modification de leur contenu dans le sang perturbe le travail de tous les organes, y compris le système cardiovasculaire.

Régule le niveau des hormones T3 et T4 de l'hypophyse (TSH) et des glandes surrénales (cortisol).

Cependant, avec un manque ou un excès d'iode, la glande thyroïde peut commencer à fonctionner «de manière autonome», ce qui entraîne une augmentation (hyperthyroïdie) ou une diminution de la production de T3 et T4 (hypothyroïdie).

Avec hyperthyroïdie

Une production excessive d'hormones contenant de l'iode par la glande est appelée hyperthyroïdie, ce qui entraîne une accélération du métabolisme. Ses signes:

  • excitation;
  • irritabilité accrue;
  • anxiété, insomnie;
  • transpiration;
  • une augmentation de la taille de la glande;
  • gonflement des jambes;
  • diarrhée fréquente;
  • perte de poids rapide avec un bon appétit.

Un excès d'hormones augmente le tonus vasculaire, et agissant sur le muscle cardiaque, augmente la fréquence de ses contractions, une tachycardie se développe.

En raison d'une augmentation de la libération de sang dans la circulation artérielle, une pression élevée (principalement systolique) est observée. Avec une forte relaxation du myocarde, une diminution de la pression diastolique est possible.

D'autres symptômes de dysfonctionnement cardiaque apparaissent: fibrillation auriculaire, extrasystole, angine de poitrine, progression de l'insuffisance cardiaque.

Avec hypothyroïdie

Lorsque la production de thyroxine et de triiodothyronine par la glande thyroïde diminue, le métabolisme ralentit. Dans ce cas, les éléments suivants sont observés:

  • somnolence constante;
  • état inhibé, dépression;
  • des frissons;
  • température corporelle basse;
  • diminution des performances;
  • gonflement du visage et des jambes;
  • constipation persistante;
  • obésité.

En raison d'une diminution du tonus myocardique, la fréquence cardiaque diminue et une bradycardie se développe. Dans le même temps, le tonus vasculaire diminue, tandis que la pression supérieure diminue, la diastolique devient supérieure à la normale.

L'effet de la glande thyroïde sur l'hypotension est caractérisé par les caractéristiques suivantes:

  • petite différence entre la pression supérieure et inférieure;
  • après 60 à 65 ans, en présence d'obésité, la pression systolique commence à augmenter, l'hypertension se développe;
  • des sauts d'indicateurs de pression sont observés pendant la journée;
  • la pression maximale augmente le matin, le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral augmente.

Au cours du diagnostic, une hypertrophie du ventricule gauche du cœur est détectée.

Avec thyroïdite

La thyroïdite est un groupe de maladies inflammatoires de la glande thyroïde. Les raisons qui ont causé la maladie comprennent:

  • infections purulentes et virales;
  • processus auto-immuns;
  • hyperthyroïdie;
  • prédisposition héréditaire.

L'inflammation en développement entraîne la destruction des cellules de la glande (thyrocytes), sa fonction diminue, une hypothyroïdie se produit. La fibrose agit de la même manière que la glande thyroïde, lorsqu'une partie des thyrocytes est remplacée par du tissu conjonctif.

Avec la thyroïdite auto-immune, lorsque les lymphocytes T commencent à attaquer leurs propres cellules thyroïdiennes, la régulation de la production de T3, T4, TSH est perturbée, une hypo- ou une hyperthyroïdie se développe.

La façon dont la thyroïdite affecte la pression artérielle dépend de la cause de la pathologie et de son degré de développement. Avec une inflammation fibreuse ou purulente de la glande, les symptômes d'un faible métabolisme se manifestent par des signes caractéristiques:

  • somnolence, fatigue;
  • constipation;
  • gonflement des muqueuses et des membres;
  • peau sèche, perte de cheveux;
  • pouls rare, hypotension.

Si une personne est constamment agitée, tourmentée par l'insomnie, la tachycardie et l'hypertension artérielle, on peut supposer la présence d'une thyroïdite auto-immune avec hyperfonction de la glande. Les tests diagnostiques montreront une diminution des niveaux de TSH avec des valeurs accrues de T3 et T4.

Aux nœuds

Une prolifération anormale des cellules thyroïdiennes entraîne la formation de nœuds. Les raisons sont:

  • manque d'iode dans l'eau et la nourriture;
  • situation écologique défavorable dans la région;
  • augmentation des niveaux de rayonnement;
  • stress fréquent;
  • processus inflammatoires dans l'organe;
  • pathologie de l'hypophyse ou des glandes surrénales;
  • facteur héréditaire.

Les petits nœuds uniques n'affectent pas les fonctions de l'organe, mais lorsqu'ils se développent, une hyperthyroïdie se forme. Une augmentation du nombre de nœuds dans la glande thyroïde conduit souvent à la formation de goitre.

Si la maladie progresse, la pression artérielle peut augmenter. À l'avenir, une arythmie, une hypertension artérielle se développe, un essoufflement apparaît au repos. En l'absence de traitement adéquat, des signes d'insuffisance cardiaque apparaissent..

Signes indiquant un lien entre tension artérielle et maladie thyroïdienne

Des études ont montré que la glande thyroïde et la pression artérielle sont interdépendantes, des changements à long terme du taux d'hormones thyroïdiennes dans le sang entraînent une hypertension, dans de rares cas - une hypotension. Si la cause de la pression n'est pas identifiée, des tests TSH, T3 et T4 sont prescrits.

Pour déterminer comment la glande thyroïde et la pression artérielle sont connectées, un certain nombre de signes qui se développent parallèlement à ses changements permettent.

SymptômeHyperthyroïdieHypothyroïdie
État généralExcitéDépressif
PoidsDiminue rapidementL'obésité se développe
AppétitÉlevéFaible ou absent
Problèmes gastro-intestinauxDiarrhée fréquenteConstipation
Température corporelleSubfébrileRéduit
Rythme cardiaqueTachycardieBradycardie
PressionAugmentation systolique (supérieure)Augmentation diastolique (inférieure)

Si, avec des pics de pression ou une hypertension artérielle persistante, il y a des signes d'hyper- ou d'hypothyroïdie, il est nécessaire de passer une analyse des hormones thyroïdiennes (elles sont effectuées dans presque tous les laboratoires). Si les indicateurs diffèrent de la norme, vous devez immédiatement contacter un endocrinologue.

Comment restaurer une pression artérielle normale

Étant donné que dans les pathologies de la glande thyroïde, l'hyper- et l'hypotension sont une maladie secondaire, pour réussir à normaliser la pression artérielle, une thérapie thyroïdienne est nécessaire.

Médicaments

Le traitement de l'hypertension artérielle dans les maladies de la glande thyroïde est effectué de manière complexe, en utilisant les groupes de médicaments suivants:

  • les bêta-bloquants qui réduisent le tonus vasculaire (Egilok);
  • les alpha-bloquants (Prazosin) soulagent les spasmes vasculaires;
  • Les inhibiteurs de l'ECA (Kapoten), qui dilatent les vaisseaux sanguins;
  • inhibiteurs calciques (vérapamil);
  • diurétiques épargneurs de potassium (Veroshpiron);
  • diurétiques (furosémide).

Dans le même temps, des médicaments de différents groupes sont prescrits. Il est plus pratique de prendre des comprimés contenant 2-3 médicaments, par exemple, Caposide (Capoten + Hypothiazide).

À basse pression, on recommande des médicaments qui tonifient les parois des vaisseaux sanguins (Caféine, Citramon, Eleutherococcus), du chocolat à haute teneur en beurre de cacao (70% ou plus).

En raison des nombreuses contre-indications et complications possibles, seuls les médicaments prescrits par le médecin sont pris.

Régime alimentaire et mode de vie

Lors du traitement de l'hypertension provoquée par des maladies thyroïdiennes, vous devez suivre les recommandations de votre médecin:

  • arrêter de fumer et de boire de l'alcool, qui affectent négativement les vaisseaux sanguins;
  • éviter les situations stressantes, car l'adrénaline augmente la pression artérielle;
  • assister à des séances de massage de la zone du col;
  • dormir 7 à 9 heures, de préférence du côté droit dans un endroit bien ventilé;
  • marcher régulièrement au grand air.

Il est nécessaire de bien manger, pour lesquels exclure les aliments gras et frits de l'alimentation, manger moins de farine et de sucreries, plus de légumes et de fruits, utiliser un minimum de sel (pas plus de 2-3 g par jour). En cas de consommation insuffisante d'iode, ajoutez des fruits de mer, du sarrasin, du raisin, des poivrons aux aliments.

Éducation physique

L'activité physique pour les troubles de la pression artérielle causés par les maladies thyroïdiennes est un facteur nécessaire dans la thérapie. L'impact positif de l'éducation physique se manifeste par ce qui suit:

  • le métabolisme est normalisé;
  • le tonus vasculaire s'améliore, la pression se stabilise;
  • la stagnation de l'eau dans les tissus diminue, l'œdème diminue;
  • le métabolisme des graisses est activé, le poids est réduit;
  • l'amélioration de l'état hormonal général contribue à la normalisation de la glande thyroïde;
  • l'état psychologique revient à la normale.

Souvent, le médecin recommande des cours de physiothérapie, lorsque l'entraîneur sélectionne la charge optimale, le type d'exercice et la durée des cours. S'il n'est pas possible d'assister à une thérapie par l'exercice, après consultation d'un spécialiste, il vaut la peine de développer votre propre système d'événements sportifs.

Les types d'exercices les plus appropriés pour les problèmes de pression artérielle et de glande thyroïde sont les exercices du matin, la marche, le vélo (en hiver - ski), la visite de la piscine, les cours de danse.Dans ce cas, il est nécessaire de surveiller l'état général, de compter le pouls. La fréquence cardiaque maximale est déterminée par la formule 190 - âge, c'est-à-dire que pour une personne de 70 ans, le pouls ne doit pas dépasser 120 bpm après une charge.

L'éducation physique ne doit pas être effectuée en cas de déviations sévères des lectures de pression par rapport à la norme, de mauvaise santé, d'arythmies, de douleurs au cœur ou à la glande thyroïde.

Que se passe-t-il si la pression thyroïdienne n'est pas traitée

L'hyper- ou l'hypotension dans les maladies de la glande thyroïde sont plus difficiles, plus difficiles à traiter, entraînent plus souvent des conséquences graves que les «vraies» pathologies artérielles.

Une pression artérielle constante affecte certains systèmes organiques:

  1. Cardiovasculaire, entraînant une athérosclérose, une insuffisance cardiaque, un risque accru de crise cardiaque.
  2. Nerveux. La mémoire se détériore, des saignements cérébraux, un accident vasculaire cérébral se produit en raison de l'hypertension artérielle.
  3. Excréteur. Une pression accrue endommage les néphrons rénaux, une fonction rénale altérée et un œdème se développe.
  4. En raison d'une circulation sanguine altérée, la rétine des yeux s'atrophie progressivement, ce qui conduit à la cécité.

Avec l'hypothyroïdie, un choc cardiogénique peut survenir, caractérisé par une forte baisse du pouls, de la pression et des évanouissements. Des pics de pression soudains provoquent des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

Pendant la grossesse chez une femme, l'hypothyroïdie est particulièrement dangereuse: le fœtus développe une carence en oxygène, entraînant des anomalies congénitales.

Quelle est la pression dans l'hypothyroïdie

Une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie) entraîne une perturbation des organes internes. Le système cardiovasculaire est le plus sensible aux changements de concentration des hormones thyroïdiennes. Environ un patient sur trois a augmenté ses indicateurs.

L'hypertension artérielle présente les caractéristiques suivantes du cours:

  • le plus souvent, l'indicateur diastolique (inférieur) augmente;
  • chez les patients âgés, il y a une augmentation de la pression systolique et diastolique;
  • dans la plupart des cas, les indicateurs ne dépassent pas 160-170 / 95-110 unités;
  • la pression nocturne augmente et il y a un saut aux petites heures du matin;
  • pendant la journée, la pression est instable, le risque de lésions des reins, des vaisseaux sanguins des yeux et du cerveau augmente;
  • avec l'âge, les chances de développer une hypertension symptomatique sont plus élevées que chez les patients ayant une fonction thyroïdienne normale.

Une pression artérielle basse est moins courante. On le trouve principalement avec une dystrophie myocardique concomitante ou avec le développement d'une complication sévère - coma hypothyroïdien avec décompensation. Le plus souvent, l'hypotension affecte les patients atteints d'hypothyroïdie non traitée ou avec une dose incorrectement sélectionnée d'antihypertenseurs.

Les raisons suivantes conduisent également au développement de l'hypertension artérielle:

  • violation des processus d'expansion des artères sous l'influence de l'azote et des facteurs endothéliaux (formés dans la membrane interne);
  • faible concentration de facteur natriurétique auriculaire;
  • augmentation de la libération d'adrénaline et de norépinéphrine par les glandes surrénales;
  • progression de l'athérosclérose.

La plupart des patients présentent une faible différence entre la pression artérielle systolique et diastolique.

En augmentant le tonus des artères, leur résistance accrue au flux sanguin, la pression diastolique reste élevée. La dépendance de l'hypertension à l'apport de sel de table dans le corps est notée.

L'un des problèmes de détection des changements de pression artérielle dans l'hypothyroïdie est son instabilité. Avec une seule mesure, des valeurs normales peuvent être trouvées chez les patients et l'apparition de changements soudains n'est pas toujours perceptible pour le patient.

Une surveillance quotidienne de la pression artérielle est une condition préalable. Il est important de le réaliser non seulement avant le traitement, mais également après avoir atteint le niveau normal d'hormone thyréostimulante de l'hypophyse.

Les patients subissent également un examen pour détecter les lésions des organes cibles - les reins, les vaisseaux sanguins des yeux, le cœur et le cerveau:

  • analyse de sang et d'urine, échantillons de Reberg, recherche selon Zimnitsky, Nechiporenko;
  • biochimie du sang - le niveau de potassium, de sucre, de cholestérol et de lipides, de créatinine;
  • ECG, EEG;
  • examen du fond d'œil par un ophtalmologiste;
  • Échographie du cœur, des reins, des glandes surrénales, des vaisseaux de la tête et du cou.

L'hypertension artérielle avec une fonction thyroïdienne faible est difficile à traiter avec les schémas thérapeutiques standard. La condition principale pour obtenir un effet stable est l'obtention d'une concentration en hormone thyréostimulante de l'hypophyse ne dépassant pas 4-4,2 μUI / ml.

Pour cela, les patients se voient prescrire un traitement de remplacement par la lévothyroxine. Eutirox, Bagotyrox ou L-thyroxine sont utilisés dans un premier temps à dose minimale, puis ils sont augmentés sous contrôle ECG.

Pour le traitement antihypertenseur, les médicaments des groupes suivants sont recommandés:

  • les inhibiteurs calciques (Amlo, Norvask, Felodip);
  • inhibiteurs de l'ECA à action prolongée (Prenesa, Lisinopril);
  • bêta-bloquants sélectifs (Concor, Nebilet).

Si un médicament ne parvient pas à obtenir l'effet souhaité, des schémas thérapeutiques combinés sont utilisés. Dans l'hypertension artérielle sévère, des diurétiques peuvent également être utilisés (Hypothiazid, Lasix).

Avec l'annulation complète des médicaments pour la pression chez les patients, le risque de fortes augmentations (crises hypertensives) et de complications de l'hypertension augmente.

Pour en savoir plus, lisez notre article sur la pression artérielle dans l'hypothyroïdie..

Quelle est la pression dans l'hypothyroïdie - haute, basse?

Une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie) entraîne une perturbation des organes internes. Le système cardiovasculaire est le plus sensible aux changements de concentration des hormones thyroïdiennes. L'examen des patients a révélé des schémas de changements de la pression artérielle. Environ un patient sur trois a augmenté ses indicateurs.

Dans ce cas, l'hypertension artérielle présente les caractéristiques suivantes du cours:

  • le plus souvent, l'indicateur diastolique (inférieur) augmente;
  • chez les patients âgés, dans le contexte de modifications vasculaires athéroscléreuses, une augmentation de la pression systolique et diastolique est notée;
  • dans la plupart des cas, les indicateurs ne dépassent pas 160-170 / 95-110 unités;
  • selon les données de surveillance, la pression nocturne augmente et il y a un saut dans les premières heures du matin, ce qui est défavorable par rapport au risque d'accidents vasculaires aigus;
  • pendant la journée, la pression est instable, le risque de lésions des reins, des vaisseaux sanguins des yeux et du cerveau augmente;
  • avec l'âge, les chances de développer une hypertension symptomatique sont plus élevées que chez les patients ayant une fonction thyroïdienne normale.

Une pression artérielle basse est moins courante. On le trouve principalement avec une dystrophie myocardique concomitante ou avec le développement d'une complication sévère - coma hypothyroïdien avec décompensation. Le plus souvent, l'hypotension affecte les patients atteints d'hypothyroïdie non traitée ou avec une dose incorrectement sélectionnée d'antihypertenseurs.

Nous vous recommandons de lire l'article sur la thyrotoxicose et le cœur. De là, vous en apprendrez davantage sur les dommages myocardiques possibles, les causes de la tachycardie, la cardiomyopathie, l'arythmie, le diagnostic des lésions cardiaques et le traitement.

Et voici plus sur la dystrophie myocardique dysmétabolique.

Raisons du changement d'indicateurs

Le muscle cardiaque en l'absence de la quantité normale d'hormones thyroïdiennes réduit la force et la fréquence des contractions. Cela conduit à une diminution du volume infime de la circulation sanguine. En réponse, les vaisseaux changent de diamètre - la lumière est réduite pour maintenir un niveau normal de flux sanguin vers les organes internes.

La résistance périphérique des artères augmente progressivement. L'œdème des parois vasculaires et leur faible extensibilité y contribuent également largement. Cette dernière violation est causée par la rétention de sodium et d'eau dans le corps.

Normalement, la formation excessive de vasopressine hypophysaire, qui empêche l'excrétion de liquide et de sels, est résistée par les hormones thyroïdiennes.

Avec leur manque, l'eau et le sodium s'accumulent, son volume augmente dans les vaisseaux, leurs parois, les tissus mous.

Les raisons suivantes conduisent également au développement de l'hypertension artérielle:

  • violation des processus d'expansion des artères sous l'influence de l'azote et des facteurs endothéliaux (formés dans la membrane interne);
  • faible concentration de facteur natriurétique auriculaire (favorise l'excrétion des sels de sodium);
  • augmentation de la libération d'adrénaline et de norépinéphrine par les glandes surrénales;
  • progression de l'athérosclérose.

La progression de l'athérosclérose est l'une des causes de l'hypertension artérielle

La plupart des patients présentent une faible différence entre les valeurs de pression artérielle systolique et diastolique. Cela est dû au fait que dans le contexte d'une faible fonction de pompage du muscle cardiaque, la libération de sang diminue, ce qui signifie que le niveau de pression supérieur diminue également.

En augmentant le tonus des artères, leur résistance accrue au flux sanguin, la pression diastolique reste élevée. Il existe une activité réduite de la rénine rénine et la dépendance de l'hypertension à l'apport en sel de table dans le corps.

Diagnostic de l'hypertension dans l'hypothyroïdie

L'un des problèmes de détection des changements de pression artérielle dans l'hypothyroïdie est son instabilité. Avec une seule mesure, des valeurs normales peuvent être trouvées chez les patients et l'apparition de changements brusques n'est pas toujours perceptible pour le patient.

Ce sont ces fluctuations qui entraînent la destruction des parois artérielles, le développement de lésions athéroscléreuses, des troubles de la circulation périphérique, cérébrale et coronaire..

Par conséquent, une surveillance quotidienne de la pression artérielle est une condition préalable. Cette méthode vous permet d'évaluer le profil des changements de pression et de sélectionner un schéma thérapeutique individuel. Il est important de le réaliser non seulement avant le traitement, mais également après avoir atteint le niveau normal d'hormone thyréostimulante de l'hypophyse.

Les patients subissent également un examen pour détecter les lésions des organes cibles - les reins, les vaisseaux sanguins des yeux, le cœur et le cerveau:

  • analyse de sang et d'urine, échantillons de Reberg, recherche selon Zimnitsky, Nechiporenko;
  • biochimie du sang - le niveau de potassium, de sucre, de cholestérol et de lipides, de créatinine;
  • ECG, EEG;
  • examen du fond d'œil par un ophtalmologiste;
  • Échographie du cœur, des reins, des glandes surrénales, des vaisseaux de la tête et du cou.

Regardez la vidéo sur les manifestations de l'hypothyroïdie:

Pilules de pression contre l'hypothyroïdie

L'hypertension artérielle avec une fonction thyroïdienne faible est difficile à traiter avec les schémas thérapeutiques standard. La principale condition pour obtenir un effet stable est l'obtention d'une concentration d'hormone thyréostimuline de l'hypophyse ne dépassant pas 4-4,2 μUI / ml.

Pour cela, les patients se voient prescrire un traitement de remplacement par la lévothyroxine. L'Eutirox, le Bagothyrox ou la L-thyroxine sont utilisés dans un premier temps à la dose minimale, puis il est augmenté sous le contrôle d'un ECG. Approche particulièrement prudente de la sélection des dosages chez les patients âgés en présence d'ischémie myocardique ou d'arythmie.

Pour le traitement antihypertenseur, les médicaments des groupes suivants sont recommandés:

  • les inhibiteurs calciques (Amlo, Norvask, Felodip);
  • inhibiteurs de l'ECA à action prolongée (Prenesa, Lisinopril);
  • bêta-bloquants sélectifs (Concor, Nebilet).

Si un médicament ne parvient pas à obtenir l'effet souhaité, des schémas thérapeutiques combinés sont utilisés. Dans l'hypertension artérielle sévère, des diurétiques peuvent également être utilisés (Hypothiazid, Lasix).

Il convient de garder à l'esprit qu'il reste nécessaire de traiter les patients même après la normalisation de la teneur en hormones thyroïdiennes dans le sang, la thyrotropine hypophysaire, mais une correction de la posologie à la baisse est généralement nécessaire. Avec l'annulation complète des médicaments pour la pression chez les patients, le risque de fortes augmentations (crises hypertensives) et de complications de l'hypertension augmente.

Nous vous recommandons de lire l'article sur les hormones cardiaques. De là, vous en apprendrez davantage sur la production d'hormones cardiaques, leur effet sur le myocarde et le cœur en présence de maladies.

Et voici plus sur l'hypertension artérielle endocrinienne.

La pression dans l'hypothyroïdie est souvent augmentée, tandis que l'indicateur diastolique augmente davantage et que la différence entre elle et systolique diminue. La raison en est la rétention de sodium et d'eau dans le corps, une augmentation de la résistance vasculaire périphérique dans un contexte de faible débit cardiaque..

Pour détecter l'hypertension, vous avez besoin d'une surveillance quotidienne obligatoire de la pression et d'un examen des reins, des vaisseaux du fond, du cœur et du cerveau. Le traitement comprend la lévothyroxine et des antihypertenseurs.

Hypertension sévère dans l'hypothyroïdie: signes et traitement

L'hypertension dans l'hypothyroïdie est causée par la réaction des artères à un manque d'hormones thyroïdiennes. L'indice diastolique augmente plus souvent, il y a des pics de pression et des troubles du rythme. En savoir plus sur la façon de suspecter une hypothyroïdie chez un patient hypertendu, le type d'examen, le traitement dont les patients ont besoin, en savoir plus dans notre article.

La relation entre l'hypertension et l'hypothyroïdie

Avec une fonction faible de la glande thyroïde, la formation de ses hormones diminue - thyroxine, triiodothyronine. En réponse, le cerveau (hypothalamus et hypophyse) produit des facteurs stimulants. Ce sont eux qui agissent non seulement sur la glande thyroïde, mais aussi sur tout le corps dans son ensemble. Un des effets indésirables est l'hypertension artérielle dans l'hypothyroïdie..

Plusieurs facteurs sont impliqués dans le développement de l'hypertension:

  • rétention de sel et d'eau avec gonflement de la paroi vasculaire;
  • une augmentation du taux de cholestérol sanguin avec le développement de l'athérosclérose, les membranes artérielles deviennent rigides, ne peuvent pas se détendre efficacement;
  • vasospasme en réponse à des contractions rares et faibles du cœur;
  • diminution de la réponse aux composés vasodilatateurs.

Les changements des niveaux hormonaux jouent un rôle important. Chez les patients, la teneur en cortisol surrénalien et en aldostérone augmente, ce qui entraîne une hypertension persistante, la réaction des artères à l'action des hormones du stress est perturbée.

Nous vous recommandons de lire l'article sur l'alimentation pour l'hypothyroïdie. De là, vous apprendrez les règles de construction d'un régime pour l'hypothyroïdie, ce qui doit être limité, les particularités du régime en cas d'insuffisance thyroïdienne, ainsi que la construction d'un menu pendant une semaine.

Et voici plus sur les herbes pour la glande thyroïde.

Caractéristiques du tableau clinique

En raison du faible taux de thyroxine et de triiodothyronine dans le sang, l'hypothyroïdie se produit avec une augmentation de la pression, ainsi que les signes suivants:

  • augmentation du poids corporel;
  • gonflement du visage, des membres;
  • peau sèche, cheveux fragilisés et perdus;
  • somnolence, léthargie;
  • fatigue accrue lors d'un effort physique normal, parfois perte de capacité de travail;
  • froid constant, faible tolérance au froid;
  • troubles de la mémoire, capacité de concentration;
  • troubles de l'élocution dus à un gonflement de la langue;
  • constipation;
  • fréquence cardiaque rare.

L'hypothalamus essaie d'activer la glande thyroïde à travers l'hypophyse. Cela conduit non seulement à l'augmentation attendue de la thyréostimuline (TSH), mais stimule également la formation de prolactine. Cette hormone est responsable de la lactation après l'accouchement et supprime la fonction sexuelle chez les hommes et les femmes non enceintes..

Par conséquent, l'impuissance, l'infertilité se produit. Chez les deux sexes, le désir sexuel diminue, les glandes mammaires grossissent. Les femmes sont également caractérisées par une diminution du volume des menstruations, un retard.

Le plus souvent, une carence en iode et une thyroïdite auto-immune entraînent le développement d'une hypothyroïdie. Dans cette maladie, le corps produit des anticorps contre les tissus de la glande thyroïde, qui provoquent un processus inflammatoire..

Au premier stade de la maladie, il y a une brève augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes, puis elles diminuent régulièrement..

Menace pour les patients des pics de pression

L'hypertension artérielle dans le contexte d'une lésion thyroïdienne diffère en ce que la pression artérielle et la fréquence cardiaque changent de manière répétée tout au long de la journée. Cela conduit à un effet indésirable sur le cœur et la circulation cérébrale. Les conséquences de changements brusques d'indicateurs peuvent être:

  • chagrin;
  • étourdissements, instabilité de la démarche;
  • assombrissement des yeux, évanouissement, en particulier lors du changement de la position du corps de l'horizontale à la verticale;
  • perte auditive, bruit dans la tête;
  • mal de tête résistant à la douleur.

Les coups de bélier compliquent le choix de la dose de médicaments pour le traitement de l'hypertension. Ils sont considérés comme l'un des facteurs de risque de troubles aigus de la circulation sanguine - infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral..

Il existe un danger particulier avec les crises hypertensives nocturnes et pré-matinales. Ils sont caractéristiques des patients présentant un dysfonctionnement thyroïdien. Ils sont causés par une importante libération d'hormones vasoconstricteurs - cortisol, aldostérone, adrénaline.

Qu'est-ce qui aidera à poser un diagnostic correct

Si une maladie thyroïdienne n'est pas détectée en temps opportun chez un patient souffrant d'hypertension, l'efficacité du traitement est généralement faible. La situation est compliquée par le fait que l'hypothyroïdie n'a pas toujours de manifestations évidentes. Chez certains patients, il ne peut être détecté que par des données de laboratoire:

  • diminution de la thyroxine et de la triiodothyronine, augmentation de la TSH;
  • cortisol sanguin, prolactine, aldostérone au-dessus de la normale ou à sa limite supérieure, la rénine est réduite;
  • une augmentation du cholestérol et des complexes de lipoprotéines de basse densité;
  • forte concentration de sodium et faibles sels de potassium;
  • augmentation de l'excrétion urinaire des 17-cétostéroïdes.

Échographie thyroïdienne

Avec l'échographie et la tomographie, une augmentation de la glande thyroïde (goitre diffus, nodulaire diffus), de l'épaisseur du cortex surrénalien (hyperplasie).

L'hypothyroïdie ne se produit pas seulement avec des maladies de la glande thyroïde elle-même. Elle peut également être causée par des lésions de la glande pituitaire. Dans ce cas, la TSH est réduite. Il est caractéristique que la pression chez ces patients soit généralement proche de la normale ou même réduite..

Est seulement diastolique toujours augmenté

L'effet d'un manque d'hormones thyroïdiennes sur le travail du système cardiovasculaire n'est pas toujours le même. Le plus souvent, l'hypothyroïdie se produit avec une pression diastolique élevée. Néanmoins, chez les patients âgés atteints d'athérosclérose généralisée, une longue évolution de la maladie, les deux indicateurs sont également augmentés..

De plus, le degré d'hypertension ne reflète pas toujours la gravité de la glande thyroïde. L'hypertension artérielle se produit même avec une évolution subclinique d'hypothyroïdie, qui n'est détectée que par des tests sanguins. Une relation stable entre l'hyperthyroïdie et l'hypertension n'a été établie que pour 30% des patients, les autres ont des indicateurs normaux, faibles et labiles (avec gouttes).

Traitement de l'hypertension dans l'hypothyroïdie

Afin de parvenir à une normalisation stable de la pression, vous devez d'abord restaurer la fonction de la glande thyroïde..

Médicaments contre l'hypothyroïdie

Le traitement de remplacement de la lévothyroxine est le pilier du traitement de l'hypertension dans l'hypothyroïdie. La dose d'Eutirox ou de L-thyroxine est choisie de manière à ramener la TSH à la normale. Dans ce cas, un traitement antihypertenseur spécial peut ne pas être nécessaire ou un bon résultat peut être obtenu avec de faibles doses d'entretien de médicaments..

La correction d'autres troubles hormonaux détectés est tout aussi importante. Avec une augmentation de la prolactine, Parlodel est inclus dans le traitement, et avec des signes d'excès d'aldostérone, Veroshpiron est nécessaire.

Ils sont utilisés à des doses minimales sous le contrôle obligatoire de la pression artérielle..

Il est recommandé d'effectuer un suivi quotidien au moins une fois par mois (mesures répétées tout au long de la journée) pour évaluer la diminution des indicateurs jour et nuit.

Médicaments contre l'hypertension

Les médicaments antihypertenseurs sont d'importance secondaire, moins de la moitié des patients en ont besoin. Ils sont nécessaires pour 2 et 3 degrés d'hypertension artérielle. Il faut également garder à l'esprit que l'utilisation de la lévothyroxine a un effet stimulant sur le cœur, ce qui n'est pas souhaitable dans ses maladies (angine de poitrine, cardiomyopathie), ainsi que dans la vieillesse.

Les groupes de médicaments suivants pour l'hypertension ont prouvé leur efficacité:

  • bloqueurs des canaux calciques à action prolongée - Norvask, Plendil;
  • inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine - Diroton, Prenesa;
  • bêta-bloquants, affectant sélectivement le cœur - Concor, Nebilet.

Si nécessaire, il est possible d'utiliser des combinaisons de médicaments du premier groupe avec des médicaments du deuxième ou du troisième, ajoutez des diurétiques au traitement. En cas d'œdème et d'hypertension artérielle, il est important de limiter la teneur en sel de table dans l'alimentation..

Nous vous recommandons de lire l'article sur les symptômes et le traitement de l'hypothyroïdie. De là, vous en apprendrez sur les causes, les symptômes de l'hypothyroïdie chez les hommes et les femmes, ainsi que sur le diagnostic, le traitement de la maladie et la prévention.

Et voici plus sur la thyroïdite auto-immune.

L'hypertension dans l'hypothyroïdie est due à des troubles hormonaux et vasculaires.

Son évolution est caractérisée par une instabilité des indicateurs de pression, une augmentation des niveaux diastoliques et parfois systoliques. Pour un diagnostic, il est impératif de réaliser des tests sanguins pour les hormones.

Pour le traitement, il est d'abord nécessaire d'amener la TSH à la norme, puis, si nécessaire, d'utiliser des antihypertenseurs.

Regardez la vidéo sur les types et les symptômes de l'hypertension: