Principal

Pituitaire

La dose létale de l'hormone insuline

L'insuline est une substance hormonale protéique produite et régulée par le pancréas, responsable des processus métaboliques des glucides. Une telle substance assure l'absorption du glucose, ce qui fournit un apport énergétique supplémentaire à notre corps. La dose mortelle d'insuline est individuelle pour chaque patient. Si la dose d'insuline est même légèrement dépassée, des conséquences dangereuses telles qu'un coma hypoglycémique peuvent déjà se développer, lorsqu'une baisse critique du glucose est observée. De telles conditions sont mortelles..

Fonctions hormonales

Lorsque le glucose entre dans notre corps, la stimulation des émetteurs commence. Ce sont les régulateurs qui atténuent le sentiment d'anxiété et de peur, qui induisent le calme et un sentiment confiant de sécurité totale. Si la teneur en glucides alimentaires est réduite, ce qui est souvent le cas avec les régimes, les patients sont constamment dans un état apathique, leur vitalité est diminuée et il y a une anxiété sans cause..

L'hormone insulinique active le transport du glucose de la circulation sanguine vers les structures cellulaires. Ce transfert est réalisé grâce à des composés protéiques contenus dans la composition cellulaire. Ces protéines sont dirigées vers la coque externe, où elles capturent et conduisent le glucose dans la structure cellulaire, où il sera davantage brûlé.

S'il s'avère que les normes standard de l'insuline sont violées, cela indique le développement de toute anomalie pathologique. Le contenu de ce composant hormonal est évalué par une mesure en laboratoire de la glycémie. Si la glycémie est dépassée, on peut affirmer que le corps souffre d'une carence en insuline.

Parfois, des interruptions d'insuline se produisent également chez des personnes relativement en bonne santé, ce qui est associé à une surcharge de stress, à une intoxication et à une intoxication fréquentes. Dans de telles conditions, les patients veulent vraiment quelque chose de sucré. Mais avec le temps, la sécrétion hormonale est rétablie. L'hormone insuline est responsable de plusieurs fonctions, stabilisant le cours des processus intra-organiques:

  1. Premièrement, l'hormone aide à absorber le glucose dans les cellules et augmente la synthèse du glycogène;
  2. Deuxièmement, l'insuline assure le transfert des acides aminés dans les structures cellulaires, augmente la réplication de l'ADN, synthétise les acides gras et les composés protéiques, tout en aidant à réduire leur pénétration dans la circulation systémique.

Dans certains sports, lors de l'entraînement, il y a une augmentation notable des taux d'hormones insuliniques, ce qui est nécessaire à la régulation de la glycémie. C'est juste que le traitement des sucres est d'une importance primordiale pour le corps, alors seulement la combustion des graisses des dépôts en excès. Lorsque l'hormone qui utilise le glucose est fournie, l'accélération de la combustion des graisses commence. Mais il est très dangereux d'effectuer vous-même une telle régulation de l'insuline, car une approche non professionnelle d'un tel problème peut conduire au coma d'insuline..

Symptômes de surapprovisionnement

Si, après des facteurs provoquant une augmentation de l'insuline, son niveau n'est pas revenu à la normale, cela indique le développement de troubles nécessitant une intervention sérieuse de spécialistes. Si vous injectez une dose d'insuline à une personne qui ne souffre pas de diabète, la substance sera considérée par l'organisme comme un poison et sera donc rejetée par celui-ci..

Si une personne en bonne santé reçoit de l'insuline supplémentaire de l'extérieur, les événements suivants se produisent:

  • Le tremblement commence;
  • La pression monte;
  • Perturbé par la nervosité;
  • La nausée se produit et les pupilles se dilatent;
  • La coordination motrice est altérée.

Une dose excessive chez un diabétique, qui a ensuite conduit au développement d'une hypoglycémie, nécessite des mesures d'urgence immédiates. Le patient doit mesurer le sucre avec un glucomètre. Avec une forte diminution, vous devez manger quelque chose de riche en glucides facilement digestibles, par exemple des bonbons, des cubes de sucre, du miel, boire du thé sucré ou toute autre boisson très sucrée. Les chocolats, gaufres ou biscuits qui sont absorbés dans la circulation sanguine pendant une longue période ne conviennent pas à l'augmentation rapide de la glycémie.

Si vous n'assurez pas la prise rapide de sucre, une hypoglycémie sévère se produit. La formation de cet état ne se produit pas instantanément, il se forme à un certain moment, alors que pour chacun il est différent. Chaque organisme dispose d'une protection individuelle contre l'hypoglycémie, qui repose sur l'action des substances hormonales adrénaline et glucagon, qui augmentent le taux de glucose dans le sang. De plus, les réserves de glucose sont stockées dans les tissus musculaires et hépatiques sous forme d'hormone glycogène, qui est rapidement absorbée sous la forme nécessaire à l'organisme..

En fait, chaque patient a sa propre marge de temps individuelle pendant laquelle un état hypoglycémique sévère peut être évité. Par conséquent, il est important de reconnaître en temps opportun les manifestations d'une détérioration naissante. Les médecins recommandent aux diabétiques de toujours porter au moins 5 morceaux de sucre. Si des signes d'augmentation de l'insuline apparaissent, ils doivent être consommés immédiatement afin d'augmenter rapidement la concentration de glucose et de neutraliser l'excès d'insuline..

Une dose mortelle pour les diabétiques

Les personnes atteintes de diabète sont familières avec les conditions hypoglycémiques. Les formes légères de telles attaques dans leur état sont considérées comme inévitables et perturbent au moins une fois par semaine. Il s'agit d'une norme acceptable si elle n'est pas liée à une surdose excessive d'hormone insuline. Si cela se produit en raison de la prise de doses accrues du médicament, cela se traduit par une détérioration rapide du bien-être et de la mort..

Différentes doses d'insuline sont sélectionnées pour chaque patient. Certaines personnes tolèrent facilement 300 à 500 UI, et d'autres patients déjà avec l'introduction de 100 UI montrent des signes de début de coma. La tolérance est due à de nombreux facteurs, cependant, le plus décisif et le plus significatif est le poids du diabétique. Par exemple, un patient de 60 kilos a besoin d'injecter 60 unités du composant hormonal, 100 unités seront largement dépassées pour lui, une dose mortelle d'insuline. Et pour un patient pesant 90 kg, 100 UI d'insuline seront une dose facilement tolérée.

Un excès important de médicament est extrêmement dangereux pour un diabétique, en raison de divers troubles indésirables, d'une complication de santé générale et de conséquences négatives qui surviennent presque inévitablement après un coma expérimenté..

Une dose mortelle pour les personnes en bonne santé

Il y a une idée fausse chez les gens ordinaires que, même si une quantité minimale d'hormone insuline est administrée à des personnes en bonne santé, le développement d'un coma est probable. Mais il existe certains dosages qui provoquent un état hypoglycémique sévère, ainsi que des doses mortelles d'insuline pour une personne en bonne santé..

Pour l'insuline, la dose létale pour une personne en bonne santé est de 100 U - c'est la quantité de médicament dans une seringue. Cette quantité d'hormone est considérée comme la dose létale minimale. Certains patients peuvent survivre à des doses 20 à 30 fois plus élevées. L'essentiel est d'appeler une ambulance en temps opportun, jusqu'au moment où la perte de conscience se produit. Le coma ne viendra qu'après environ 3-4 heures.

Coma d'insuline après une dose létale

Si le dosage est dépassé plusieurs fois, le taux de glucose est réduit à 2,7 mmol / l et en dessous, les processus de développement d'un coma sont déclenchés. Le glucose est une source d'énergie irremplaçable pour le cerveau, par conséquent, lorsque son approvisionnement ralentit ou s'arrête, des troubles de l'activité cérébrale se produisent. Premièrement, la lésion affecte le cortex cérébral, puis les structures sous-corticales et le cervelet, puis la moelle allongée.

Une carence en glucose provoque une hypoxie aiguë du système nerveux, tandis que la clinique pathologique a lieu même dans les cas où l'approvisionnement en oxygène du sang fonctionne et est entièrement fourni. En raison d'un manque d'énergie dans les structures cellulaires, le patient développe un état de nervosité et de vertiges, la parole et l'activité physique deviennent incontrôlables. Si la privation d'oxygène progresse, des convulsions, des tremblements apparaissent, les réflexes sont inhibés et des symptômes tachycardiques apparaissent:

  1. Au premier stade du coma en développement, les patients présentent une surexcitabilité manifeste ou une dépression et une léthargie sévères. Les patients éprouvent de la peur et de l'anxiété, de la faim, des sueurs froides.
  2. À l'étape suivante du développement du coma, une hyper-persistance est observée, les caractéristiques de la parole et du comportement deviennent inadéquates. Le patient fait des mouvements brusques et imprévisibles, agités et des tics nerveux sur ses muscles faciaux.
  3. Au troisième stade de la formation d'un coma hypoglycémique, des troubles morphologiques commencent, entraînant un œdème ou la mort des divisions cérébrales. En raison d'une violation du tonus vasculaire, le flux sanguin ralentit, ce qui entraîne une thrombose avec complications. Dans le même temps, les pupilles se dilatent, le tonus musculaire augmente, provoquant des convulsions et des sauts de tension artérielle. Extérieurement, l'état du patient est similaire à une crise d'épilepsie..
  4. La dernière étape est caractérisée par une forte baisse de pression et une augmentation des symptômes comateux. Le tonus musculaire s'affaiblit, le mouvement chaotique des membres commence, le rythme cardiaque devient instable, la transpiration s'arrête.

Si un retard est autorisé, les processus comateux peuvent entraîner des complications et des conséquences néfastes. Les premières complications comprennent une crise cardiaque. Troubles de l'apport sanguin cérébral, etc. Et les experts considèrent l'épilepsie, l'hypoglycémie progressive ou le parkinsonisme comme persistants, des complications ultérieures qui peuvent se manifester des mois plus tard.

Si l'insuline est administrée à une personne en bonne santé,

Il est inacceptable d'injecter de l'insuline à des personnes en bonne santé, car leur corps perçoit l'apport excessif de la substance hormonale comme une intoxication par une sorte de poison. Pour les non-diabétiques, les injections d'insuline ne sont administrées que par des médecins et uniquement en cas d'indications particulières telles qu'une dépression sévère ou un effort physique excessif, lorsque le corps souffre d'une carence en insuline.

Si une personne en bonne santé reçoit à plusieurs reprises des injections d'insuline sans indication, elle commencera à développer activement des processus tumoraux dans les structures pancréas-glandulaires, augmentera les risques de développer des pathologies du système endocrinien et des troubles de l'échange de matière. C'est pourquoi cette hormone ne doit être administrée que s'il existe des indications strictes..

Afin d'éviter une dose mortelle d'hormone insuline, la posologie du médicament pour les diabétiques doit être calculée par un endocrinologue spécialisé, en tenant compte du poids corporel du patient et du taux de sucre dans sa circulation sanguine. Afin d'éviter des conditions dangereuses, les dosages et les recommandations médicales doivent être respectés..

L'erreur est sortie: une surdose d'insuline et ses conséquences


Les protéines, les graisses et les glucides pénètrent dans le corps humain en mangeant. Pour décomposer les glucides, la glande thyroïde produit de l'insuline.

Dans le diabète de type 2, le corps ne peut pas faire face seul à la production d'insuline naturelle et doit donc parfois stimuler la création d'insuline avec des médicaments.

Dans le diabète de type 1, le pancréas ne produit pas du tout d'insuline, les glucides ne sont donc pas dégradés, puis une insulinothérapie est utilisée (injections ou pompe - un appareil qui mesure indépendamment la glycémie et injecte de l'insuline).

Combien d'insuline est nécessaire en cas de surdosage?

Pour une personne en bonne santé qui ne souffre pas de diabète sucré, une dose allant jusqu'à 4 UI est sans danger. Compte tenu des propriétés anabolisantes du peptide, les bodybuilders dépassent cette quantité. Ils utilisent généralement jusqu'à 20 UI / jour. La dose d'un diabétique varie de 20 à 50 UI par jour. Tout ce qui précède peut provoquer des signes de surdosage. La dose létale de préparations d'insuline pour les diabétiques est variée. Pour la plupart d'entre eux, la mort survient lorsque 100 UI de l'hormone ont été injectées. Mais il y a des cas où les patients ont pris 3000 UI de médicament, et pour eux ce n'était pas mortel.

Attention! La quantité appropriée de médicament est sélectionnée par l'endocrinologue individuellement pour chaque patient.

Un surdosage peut survenir pour diverses raisons. Le principal facteur étiologique est la sélection incorrecte de la dose du médicament. Il existe également de tels cas:

  1. Erreurs médicales (administration d'un remède à une personne qui ne souffre pas de maladie).
  2. Activité physique excessive sans manger de glucides.
  3. Technique d'injection incorrecte (pas par voie sous-cutanée, mais par voie intramusculaire).
  4. L'utilisation d'un nouveau médicament.
  5. Utilisation d'un autre type de seringue d'injection.
  6. Ignorer la prise de nourriture après l'injection.
  7. Mauvaise utilisation par le patient de préparations d'insuline à action lente et rapide.

De plus, la sensibilité des tissus aux molécules d'insuline augmente dans certaines conditions physiologiques et pathologiques. Ceci est observé lors du transport d'un enfant au cours du premier trimestre. Parmi les conditions pathologiques, on distingue la dégénérescence graisseuse du foie (stéatose) et l'insuffisance rénale chronique..


L'infiltration graisseuse du foie augmente la sensibilité à l'insuline

En outre, une détérioration est possible si le patient ne suit pas les recommandations du médecin concernant l'utilisation de boissons alcoolisées. Si le patient ne peut pas se nier, certains principes importants doivent être pris en compte. Tout d'abord, il faut privilégier les boissons alcoolisées légères. Il est également important de comprendre qu'avant et après avoir bu, vous devez inclure dans votre alimentation un plat contenant des glucides lents. Réduire la dose d'insuline avant de boire de l'alcool sur l'avis d'un médecin.

Une dose mortelle pour les personnes en bonne santé

Il y a une idée fausse chez les gens ordinaires que, même si une quantité minimale d'hormone insuline est administrée à des personnes en bonne santé, le développement d'un coma est probable. Mais il existe certains dosages qui provoquent un état hypoglycémique sévère, ainsi que des doses mortelles d'insuline pour une personne en bonne santé..

Pour l'insuline, la dose létale pour une personne en bonne santé est de 100 U - c'est la quantité de médicament dans une seringue. Cette quantité d'hormone est considérée comme la dose létale minimale. Certains patients peuvent survivre à des doses 20 à 30 fois plus élevées. L'essentiel est d'appeler une ambulance en temps opportun, jusqu'au moment où la perte de conscience se produit. Le coma ne viendra qu'après environ 3-4 heures.


Si, cependant, le taux de glucose normal est rétabli aussi rapidement que possible, l'état du patient peut être stabilisé en arrêtant la réaction hypoglycémique..

Signes de surdosage

L'empoisonnement avec une dose d'insuline se manifeste par une diminution du glucose. L'hypoglycémie est une condition lorsque la glycémie chute à 3,3 mmol / L. La durée du développement des manifestations cliniques dépend du type d'agent utilisé. Si le patient a reçu une injection d'insuline à action rapide, les symptômes apparaissent également après une courte période..

La première étape d'un surdosage est caractérisée par une sensation de faim prononcée. Il existe également une faiblesse, une tachycardie et des maux de tête. Le patient devient irritable, une labilité émotionnelle est observée.

À mesure que la maladie progresse, le patient se plaindra d'une augmentation de la transpiration et de la salivation (salivation). La faiblesse et la faim deviendront plus intenses. Il y aura des tremblements de la main (tremblements), un engourdissement des doigts, des pupilles dilatées et une baisse de l'acuité visuelle. À l'examen, la pâleur du patient sera déterminée.

D'autres changements pathologiques correspondent à la troisième étape du développement du coma hypoglycémique. Dans le même temps, il y a une détérioration significative du bien-être: le patient est incapable de bouger, les tremblements des membres et de la fréquence cardiaque augmentent, la transpiration augmente. Elle s'accompagne également d'agitation psychomotrice, de vertiges, d'une baisse de la pression artérielle, d'une perte de conscience et de convulsions..

L'hypoglycémie au quatrième stade est caractérisée par une diminution de la glycémie de 5 mmol / l par rapport à la valeur initiale. Dans ce cas, le patient est inconscient, semble pâle extérieurement. De plus, la tachycardie se transforme en bradycardie (ralentissement des contractions cardiaques), il n'y a pas de réflexe pupillaire. Dans ce cas, avec une surdose d'insuline, la mort est possible en raison de la suppression des systèmes vitaux du corps - les systèmes nerveux, respiratoire et circulatoire.

Un surdosage chronique est également possible. Elle est provoquée par une synthèse accrue d'hormones contre-insullaires - somatotropine, glucagon, thyroxine, adrénaline. Cette condition est appelée «syndrome de Somoji».

Cette condition se manifeste par l'évolution sévère de la maladie sous-jacente - le diabète sucré. Le patient note une augmentation de l'appétit, une prise de poids rapide avec glucosurie (augmentation de la concentration de glucose dans l'urine). Dans les études cliniques, l'acétonurie, une tendance à développer une acidocétose, est déterminée. La mesure de la glycémie indique les fluctuations de l'indicateur tout au long de la journée.

Effets

Les conséquences doivent être analysées plus en détail, car la connaissance de leurs principaux paramètres à l'avenir peut devenir un facteur déterminant pour le maintien de la santé.

Tout d'abord, il convient de considérer, qui se développe progressivement et peut accompagner le patient pendant longtemps. Cette condition est dangereuse, mais pas mortelle..

Mais il est également important de se rappeler que des manifestations fréquentes peuvent entraîner des changements de personnalité mentale chez les patients adultes, ainsi qu'un développement intellectuel altéré chez les patients pédiatriques.... À cet égard, il convient de noter les symptômes par lesquels une attaque peut être reconnue:

À cet égard, il convient de noter les symptômes par lesquels une attaque peut être reconnue:

  • petite sensation de tremblement et de picotement dans les doigts;
  • pâleur soudaine de la peau;
  • beaucoup de transpiration;
  • le nombre de battements de cœur augmente;
  • mal de crâne.

Il est important que si ces signes sont ignorés et que l'inaction se poursuit, l'hypoglycémie peut se transformer en un évanouissement ou un coma.

Ce dernier se développe également en raison de l'utilisation d'une dose trop importante du médicament et d'une diminution rapide des taux de sucre. Au premier examen, un coma présente tous les signes d'hypoglycémie, mais avec le temps il acquiert de nouvelles caractéristiques:

  • pas de transpiration;
  • la pression artérielle baisse considérablement;
  • il y a une forte probabilité de crise épileptique;
  • la respiration devient rapide et intermittente;
  • les élèves ne répondent pas à un stimulus lumineux;
  • les globes oculaires commencent à bouger fréquemment et avec une asymétrie;
  • le tonus musculaire diminue fortement;
  • les réflexes tendineux et abdominaux se détériorent - des convulsions peuvent survenir.

Une condition similaire sans soins médicaux en temps opportun peut être fatale..

Premiers secours en cas de surdosage d'insuline

Les soins d'urgence dépendent de la gravité de la maladie. Si le développement de l'hypoglycémie est encore au premier stade, il est nécessaire de prendre un peu d'aliments sucrés ou féculents par voie orale. Cela peut être 3-4 morceaux de sucre, chocolat, une tranche de pain ou simplement du thé au miel..

Attention! Après avoir consommé des glucides, il est nécessaire d'appeler d'urgence une ambulance pour éviter que l'état du patient ne s'aggrave à l'avenir..

Un patient qui est inconscient ou qui ne peut pas avaler a besoin de liquides intraveineux de glucose. Cela se fait à l'aide d'un compte-gouttes, jusqu'à 80 ml d'une solution de glucose à 40% sont injectés. Après cette procédure, vous pouvez injecter une hormone contre-insulaire, par exemple 1 millilitre de glucagon par voie intramusculaire ou sous-cutanée, ainsi que du chlorhydrate d'épinéphrine à une dose de 0,1% 0,5-1 ml. Si l'administration de médicaments n'a pas été efficace et que l'état du patient ne change pas, la procédure est répétée dans une quantité de glucose 60 ml.

Antidote

L'antidote pour empêcher la mort de l'insuline est le glucose. Elle doit être introduite lors de la fourniture d'une assistance immédiate à un diabétique si son état est grave et qu'il n'est pas en mesure de le supporter seul. En cas d'hypoglycémie légère, qui correspond aux première et deuxième étapes du développement d'une diminution pathologique du sucre, cela peut être fait par le patient en buvant du thé sucré ou une tranche de pain.


Antidote de l'insuline - glucose

Les diabétiques atteints d'une maladie insulino-dépendante doivent toujours avoir un lecteur de glycémie avec eux. Il est également nécessaire d'emporter avec vous des jus de fruits, quelques chocolats, afin de normaliser l'état aux premières manifestations d'hypoglycémie.

Lorsque des soins médicaux sont nécessaires?

Les patients atteints de pathologie aux premiers stades de développement peuvent faire face seuls. Mais quand même, après avoir pris l'antidote, il est recommandé de consulter un endocrinologue. Cela aidera à déterminer la cause de la pathologie et, si nécessaire, à ajuster la dose du médicament..

Si un diabétique a un troisième ou un quatrième stade de développement du coma, une hospitalisation immédiate est nécessaire. Fournir les mesures nécessaires sous la forme d'une administration de glucose à l'aide de compte-gouttes peut sauver le patient. Il est également possible d'utiliser des hormones, dans lesquelles l'action vise à réduire la concentration d'insuline. Par exemple, le glucagon, l'adrénaline. Si la condition s'est aggravée en comatose d'insuline aiguë, les médecins dirigeront le traitement pour corriger les troubles du corps - troubles respiratoires, apport sanguin aux organes.

Un patient présentant un excès d'hormone a besoin de la surveillance d'un médecin pour éviter une récidive de la pathologie. Il est très important de rester sous la surveillance des patients qui ont une sensibilité cellulaire accrue à l'hormone. Ce sont des femmes enceintes (en particulier les trois premiers mois de gestation), des patientes souffrant d'insuffisance rénale chronique. En outre, la sensibilité à l'insuline augmente chez les patients atteints de stéatose hépatique, lorsque l'organe est infiltré de tissu adipeux et ne fonctionne pas pleinement..


La grossesse est une raison de rester longtemps sous la surveillance d'un spécialiste

Complications possibles

Les conséquences d'une intoxication hormonale diffèrent selon le degré de surdosage. Si le patient présente des signes d'hypoglycémie légère, les complications ne surviennent généralement pas. Le danger des baisses fréquentes de glucose réside dans le syndrome de Somoji. Dans ce cas, le contrôle du diabète est altéré et le bien-être du patient s'aggrave souvent..

Le développement de conditions plus sévères menace de graves conséquences. L'empoisonnement peut provoquer des dommages neurologiques. Parmi les troubles du système nerveux figurent:

  • gonflement du cerveau;
  • manifestations méningées (Brudzinsky, Kernig);
  • oppression des capacités cognitives humaines (mémoire);
  • démence.

Les symptômes neurologiques sont causés par un trouble du trophisme des structures cérébrales dû à une diminution de la teneur en sucre dans le sang. De plus, des troubles mentaux sont possibles. Rarement, comme complication d'un surdosage sévère, une crise d'épilepsie survient. Les patients qui ont des troubles cardiovasculaires peuvent développer une hémorragie rétinienne, un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral.


Une des complications de l'intoxication médicamenteuse est l'hémorragie sous la rétine.

L'importance de l'hormone insuline

L'insuline a des fonctions essentielles liées à la régulation de la glycémie. L'hormone participe aux processus de conservation de l'énergie, et convertit et transporte également le sucre entrant vers les structures cellulaires. L'hormone joue également un rôle important dans la production d'acides aminés, ainsi que dans d'autres processus de transformation de ces acides..

Chaque patient a son propre contenu en hormone insuline, dont les normes sont déterminées par des spécialistes pour toutes les catégories d'âge. En cas de changement des indicateurs normaux, toutes sortes de troubles métaboliques et d'autres troubles pouvant entraîner des conséquences dangereuses commencent. Une surdose d'insuline affecte de nombreux processus dans le corps, car un élément hormonal similaire:

  • Améliore les processus de synthèse des protéines;
  • Favorise la préservation de la structure structurelle moléculaire des substances protéiques;
  • Participe à la synthèse du glycogène, ces substances aident à maintenir le glucose dans les tissus musculaires;
  • Conserve les composés d'acides aminés dans les structures musculaires, ce qui affecte la croissance musculaire.

En cas de surdosage d'insuline, des processus intra-organiques négatifs sont déclenchés: la conservation et le dépôt de graisse commencent, la synthèse d'acides gras augmente, les indicateurs de pression artérielle augmentent, l'élasticité vasculaire diminue et les risques de développer des structures cellulaires tumorales de nature maligne augmentent.

Conséquences d'un surdosage d'insuline, dose létale, premiers soins

L'insuline est une substance hormonale protéique produite et régulée par le pancréas, responsable des processus métaboliques des glucides. Une telle substance assure l'absorption du glucose, ce qui fournit un apport énergétique supplémentaire à notre corps. La dose mortelle d'insuline est individuelle pour chaque patient. Si la dose d'insuline est même légèrement dépassée, des conséquences dangereuses telles qu'un coma hypoglycémique peuvent déjà se développer, lorsqu'une baisse critique du glucose est observée. De telles conditions sont mortelles..

Comment les diabétiques peuvent-ils avoir une surdose d'insuline??

Dans la plupart des cas, les préparations d'insuline sont utilisées pour le diabète sucré. Cependant, le médicament est également utilisé dans le sport (musculation).

Si une personne souffre de diabète insulino-dépendant, les cellules β du pancréas ne produisent pas cette substance. Pour cette raison, le patient doit régulièrement injecter de l'insuline de l'extérieur. Ces préparations contiennent un substitut artificiel de cette hormone. Avec leur aide, ils effectuent un traitement d'entretien pour le diabète sucré de type 1. Après l'injection, la concentration de sucre dans le sang diminue et l'état du patient s'améliore.

Cela prend en compte le niveau de glucose dans le corps. Pour éviter que le médicament ne cause des dommages, le patient doit constamment surveiller la maladie..

Les médecins identifient plusieurs raisons qui provoquent une surdose d'insuline:

  • Le médecin injecte une préparation d'insuline à une personne en bonne santé;
  • L'endocrinologue ou le patient a choisi la mauvaise dose d'insuline;
  • Parfois, les patients dépassent la dose du médicament lorsqu'ils passent à un nouveau type de médicament ou utilisent un autre type de seringue;
  • Le patient n'injecte pas d'insuline sous la peau, mais dans le muscle;
  • Activité physique élevée avec un manque de glucides après l'injection;
  • Un diabétique se trompe lorsqu'il prend de l'insuline à la fois rapide et lente;
  • Le patient saute un repas après l'administration d'un médicament contenant de l'insuline.

De plus, la sensibilité à l'insuline augmente jusqu'à la 13e semaine de grossesse, avec insuffisance rénale fonctionnelle chronique, stéatose (stéatose hépatique).

Il est interdit aux diabétiques de consommer des boissons alcoolisées, mais si le patient décide néanmoins de prendre le risque, il doit alors respecter les règles suivantes:

  • Avant de boire de l'alcool, la dose habituelle du médicament est réduite;
  • Avant et après avoir bu des boissons chaudes, vous devez manger de la nourriture, qui est une source de glucides lents;
  • Il est recommandé de consommer des boissons à faible teneur en alcool;
  • Si le patient a bu de l'alcool fort, le lendemain, vous devez mesurer la glycémie et ajuster la dose en fonction de ces mesures..

En suivant ces règles, le diabétique pourra éviter une surdose d'insuline..

Lorsque des soins médicaux sont nécessaires?

Les patients atteints de pathologie aux premiers stades de développement peuvent faire face seuls. Mais quand même, après avoir pris l'antidote, il est recommandé de consulter un endocrinologue. Cela aidera à déterminer la cause de la pathologie et, si nécessaire, à ajuster la dose du médicament..

Si un diabétique a un troisième ou un quatrième stade de développement du coma, une hospitalisation immédiate est nécessaire. Fournir les mesures nécessaires sous la forme d'une administration de glucose à l'aide de compte-gouttes peut sauver le patient. Il est également possible d'utiliser des hormones dans lesquelles l'action vise à réduire la concentration d'insuline. Par exemple, le glucagon, l'adrénaline. Si la condition s'est aggravée en comatose d'insuline aiguë, les médecins dirigeront le traitement pour corriger les troubles du corps - troubles respiratoires, apport sanguin aux organes.

Un patient présentant un excès d'hormone a besoin de la surveillance d'un médecin pour éviter une récidive de la pathologie. Il est très important de rester sous la surveillance des patients qui ont une sensibilité cellulaire accrue à l'hormone. Ce sont des femmes enceintes (en particulier les trois premiers mois de gestation), des patientes atteintes d'insuffisance rénale chronique. En outre, la sensibilité à l'insuline augmente chez les patients atteints de stéatose hépatique, lorsque l'organe est infiltré de tissu adipeux et ne fonctionne pas pleinement..


La grossesse est une raison de rester longtemps sous la surveillance d'un spécialiste

Symptômes d'une surdose d'insuline chez les diabétiques

Une dose excessive de médicaments contenant de l'insuline provoque une forte diminution des taux de sucre dans le corps. L'hypoglycémie se manifeste lorsque la quantité de sucre dans le volume est inférieure à 5 mmol / L de sang. Le taux d'apparition des symptômes diffère selon les types de médicaments. Si le patient injecte de l'insuline rapide, les symptômes apparaissent plus rapidement qu'après l'administration du médicament à action prolongée..

Une surdose d'insuline dans le corps se manifeste par les symptômes suivants:

  • À un stade précoce, l'état du patient s'aggrave quelques minutes après l'administration du médicament. Ensuite, il y a une faiblesse du corps, des palpitations, des maux de tête, une forte augmentation de l'appétit;
  • Dans la première phase d'une surdose, les médecins recommandent de manger ou de boire quelque chose de sucré. Si le patient n'agit pas, son état continue de se détériorer. Ensuite, il y a une sécrétion excessive de sueur, de salive, des tremblements des membres supérieurs (tremblements) et la faiblesse continue d'augmenter. Des troubles visuels apparaissent, les pupilles se dilatent. À ce stade, l'hypoglycémie peut encore être évitée; pour cela, le patient doit manger des aliments contenant des glucides rapides (confiserie ou sucre);
  • Dans la troisième phase, la faiblesse du patient continue d'augmenter et il n'est plus en mesure de prendre des mesures. Le patient ne peut pas bouger de manière autonome, une transpiration excessive est observée, une tachycardie, des tremblements et une opacification de la conscience s'intensifient. De plus, des troubles mentaux se manifestent. Pendant cette période, il est nécessaire d'introduire du glucose dans la veine, sinon il y a un risque de coma hypoglycémique;
  • Le degré extrême d'hypoglycémie se manifeste par une forte diminution de la concentration en glucose (plus de 5 mmol / l). Le patient pâlit, la fréquence cardiaque ralentit, le diamètre de la pupille ne change pas en fonction de l'intensité de l'éclairage.

En l'absence de tentative d'éliminer les symptômes d'un excès d'insuline, la mort survient. Une issue mortelle est possible avec la suppression de toutes les fonctions (respiration, circulation sanguine, manque de réflexes).

Antidote

L'antidote pour empêcher la mort de l'insuline est le glucose. Elle doit être introduite lors de la fourniture d'une assistance immédiate à un diabétique si son état est grave et qu'il n'est pas en mesure de le supporter seul. En cas d'hypoglycémie légère, qui correspond aux première et deuxième étapes du développement d'une diminution pathologique du sucre, cela peut être fait par le patient en buvant du thé sucré ou une tranche de pain.


Antidote de l'insuline - glucose

Les diabétiques atteints d'une maladie insulino-dépendante doivent toujours avoir un lecteur de glycémie avec eux. Il est également nécessaire d'emporter avec vous des jus de fruits, quelques chocolats, afin de normaliser l'état aux premières manifestations d'hypoglycémie.

Premiers secours en cas de surdosage d'insuline

De nombreux patients s'intéressent à la prévention du coma hypoglycémique et de la mort après une administration excessive d'insuline.

Selon les médecins, la victime doit recevoir une aide d'urgence dans les quelques minutes suivant l'apparition des symptômes caractéristiques.

Le patient peut s'aider de manière indépendante à éviter un coma hypoglycémique, pour cela, les règles suivantes doivent être respectées:

  • À un stade précoce d'une surdose avec un médicament contenant de l'insuline, vous devez manger 100 g de pain blanc. Ce produit aidera à normaliser la concentration de sucre dans le corps;
  • Si après 5 minutes les signes ne disparaissent pas, il est recommandé de manger des aliments contenant des glucides rapides (bonbons, confiture ou 2 cuillères à café de sucre);
  • Si les symptômes persistent après 5 minutes, les glucides rapides doivent être à nouveau consommés.

En cas d'hypoglycémie extrême (évanouissements, convulsions), le patient reçoit une injection intraveineuse d'une solution de glucose. Pour restaurer le taux de sucre au stade critique d'un surdosage, la victime reçoit une injection de glucose (40%) dans un volume d'environ 50 ml. Si la victime ne reprend pas conscience 10 minutes après l'injection, la procédure est répétée.

Coma hypoglycémique: premiers soins

Si une personne est toujours tombée dans un coma hypoglycémique, elle doit être hospitalisée immédiatement. De plus, la non-survenue de conséquences graves dépend de la rapidité de l'assistance. Dans les murs de l'hôpital, les spécialistes peuvent réhabiliter rapidement un patient en lui administrant diverses injections. Pour le traitement du coma, le médicament "Glucagon" est utilisé sous forme d'injection sous-cutanée. Il affecte le glycogène du foie, le forçant à le quitter et à être immédiatement absorbé dans le sang sous forme de glucose.

Dès qu'une personne reprend ses esprits, ils lui donnent un verre de jus sucré et un morceau de pain pour que la situation ne se répète pas. À l'avenir, vous devrez contrôler la concentration de sucre et poursuivre le traitement en ajustant la dose d'insuline.

Les diabétiques sont bien conscients que les crises d'hypoglycémie légères sont inévitables et considèrent même leur manifestation une fois par semaine comme une règle. Dans le cas où il y a une forte surdose d'insuline - la position du patient peut se détériorer soudainement et la mort peut survenir.

Conséquences d'une surdose d'insuline

Les complications après l'administration de quantités excessives d'insuline dépendent de la gravité de la réaction. Une légère hypoglycémie survient chez tous les diabétiques.

Ensuite, le principal danger est une surdose chronique d'insuline, qui se développe chez les patients ayant un mauvais contrôle de l'évolution de la maladie. En conséquence, le traitement est effectué de manière incorrecte, l'état du diabétique ne s'améliore pas, la probabilité d'acidocétose augmente (une condition menaçante qui menace le coma acidocétosique et la mort).

Même un léger excès d'insuline dans le sang entraîne des conséquences telles que:

  • Méningite;
  • Œdème du cerveau;
  • Les troubles mentaux;
  • Accident vasculaire cérébral;
  • Crise cardiaque;
  • Saignement dans le tissu rétinien.

Selon les médecins, il existe une forte probabilité d'hypoglycémie légère chez les patients âgés et les diabétiques atteints de maladies cardiovasculaires..

Au stade critique du surdosage, il existe un risque de coma hypoglycémique. Dans ce cas, il est nécessaire de fournir à la victime une aide d'urgence, car la probabilité d'un arrêt cardiaque augmente..

Un choc hypoglycémique se développe lorsque les taux de glucose chutent à 5 mmol / L sous la normale.

Si le patient n'a pas eu le temps d'injecter une solution de glucose par voie intraveineuse, la mort survient. Cela est dû à la suppression des fonctions des organes respiratoires et du système circulatoire..

Une dose mortelle d'insuline pour une personne en bonne santé et pour un diabétique

L'endocrinologue décide de la dose d'insuline appropriée en fonction de la glycémie..

La dose létale pour chaque patient est différente. Certains diabétiques souffrent d'hypoglycémie légère après l'administration de 300 à 500 UI, tandis que d'autres développent déjà un choc hypoglycémique à 100 UI. La réponse du corps à l'insuline dépend de nombreux facteurs, mais le plus important est le poids corporel..

Par exemple, le poids d'une personne est de 60 kg, puis une dose appropriée pour elle est de 60 unités. Et une portion d'un médicament contenant de l'insuline dans 100 unités menace déjà la mort. La posologie optimale d'insuline pour un diabétique pesant 90 kg est de 90 U.

Le surdosage est très dangereux pour une personne malade et en bonne santé. Dans le même temps, non seulement les signes et la détérioration générale de la maladie, mais également les conséquences du coma hypoglycémique, constituent une menace mortelle..

Jeux dangereux avec insuline

Malheureusement, tout le monde ne comprend pas tout le danger d'une hormone synthétique. Ces dernières années, les adolescents ont utilisé ces injections au lieu de l'alcool et d'autres drogues..

L'état dans lequel une personne tombe après une petite dose de l'hormone est similaire à une intoxication alcoolique, mais il est impossible de détecter la présence de substances interdites dans le sang..

Ces jeux dangereux sont courants dans le monde entier. Chez les adolescents, les injections constantes d'insuline ont des conséquences graves. Lorsque le corps est au stade de croissance active, les organes internes ne sont pas encore complètement formés, il est absolument impossible de perturber leur travail de diverses manières..

Les adolescents qui «se livrent» de cette manière risquent de tomber dans le coma et de mourir. Même si ces conséquences extrêmement négatives ne se produisent pas, les jeunes risquent de contracter une maladie incurable. Il est dans l'intérêt des parents et des proches de transmettre tout le danger de ces addictions et divertissements atypiques..

Que se passe-t-il si vous injectez de l'insuline à une personne en bonne santé?

Une dose d'insuline sûre pour une personne en bonne santé est de 2 à 4 UI. Et les athlètes injectent environ 20 UI d'une substance par jour pour augmenter la masse musculaire.

Les patients adultes qui souffrent de diabète sucré peuvent utiliser 20 à 50 UI.

Parfois, les médecins font une erreur et injectent un médicament à une personne en bonne santé. Ensuite, la solution a un effet néfaste sur le corps, l'empoisonnant.

En règle générale, en cas d'intoxication, les symptômes suivants apparaissent:

  • Perturbation du cœur;
  • Hypertension;
  • Mal de crâne;
  • Crise de panique;
  • Troubles de la coordination;
  • Une forte augmentation de l'appétit;
  • Faiblesse générale du corps.

Sur la base de ce qui précède, une surdose d'insuline est une condition extrêmement dangereuse qui menace de graves conséquences pouvant aller jusqu'à la mort. Une légère hypoglycémie peut être évitée avec des aliments contenant des glucides rapides et des aliments critiques avec une solution de glucose. Pour éviter un surdosage, il est nécessaire de surveiller en permanence la glycémie et de suivre les recommandations d'un endocrinologue.

Victor Sistemov - expert du site 1Travmpunkt


Les protéines, les graisses et les glucides pénètrent dans le corps humain en mangeant. Pour décomposer les glucides, la glande thyroïde produit de l'insuline.

Dans le diabète de type 2, le corps ne peut pas faire face seul à la production d'insuline naturelle et doit donc parfois stimuler la création d'insuline avec des médicaments.

Dans le diabète de type 1, le pancréas ne produit pas du tout d'insuline, les glucides ne sont donc pas dégradés, puis une insulinothérapie est utilisée (injections ou pompe - un appareil qui mesure indépendamment la glycémie et injecte de l'insuline).

Comment éviter le coma

L'insulinothérapie n'est effectuée qu'après consultation d'un endocrinologue. L'utilisation de l'hormone à des fins sportives et à d'autres fins non médicales est dangereuse et doit être remplacée par d'autres médicaments anabolisants, mieux sous la surveillance d'un médecin.

Lorsque les premiers signes d'hypoglycémie apparaissent, vous devez manger un morceau de pain de seigle noir ou des bonbons, boire 200 à 400 ml de jus. En cas de manifestations plus graves, des médicaments sont fournis - une solution de glucose à 40% est injectée chez les enfants - glucagon.

Il est important de porter une attention particulière à la technique d'injection, à leur fréquence, à leur fréquence. En cas de glycémie incontrôlée et d'épisodes fréquents d'hypoglycémie, il est nécessaire de consulter un médecin et de sélectionner une dose de l'hormone ou de changer complètement de médicament.

Interaction avec l'alcool


Les glucides jouent un rôle énorme dans le corps humain, ils remplissent à la fois des fonctions de construction et de nutrition, il est donc très important que lorsqu'ils entrent dans le corps, ils remplissent ces rôles.

Cela n'est possible que lorsque l'insuline les décompose en éléments utiles..

Sinon, les glucides provoquent l'épaississement du sang, la formation de caillots sanguins et de nombreux organes n'ont pas la capacité de se nourrir et, par conséquent, un fonctionnement sain..

Avec le diabète, il est conseillé aux patients d'abandonner les mauvaises habitudes, en particulier de boire de l'alcool.

Cette règle est particulièrement importante pour les patients qui sont passés à l'insulinothérapie..

Le fait est que l'alcool réduit considérablement la glycémie, donc la dose habituelle n'est pas applicable, elle doit être ajustée. Sinon, une diminution du sucre entraînera un état d'hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang), ce qui peut provoquer un coma hypoglycémique, voire la mort (si vous ne cherchez pas une aide médicale qualifiée à temps).

Ce n'est que lorsque vous avez déjà suffisamment étudié votre corps et les changements de taux de sucre que vous pouvez vous permettre de boire de l'alcool, mais n'oubliez pas le concept de norme, car l'effet exact de l'alcool sur le corps n'a pas encore été clarifié. Il est impossible de dire exactement combien de sucre va baisser..

Règles de base pour boire de l'alcool avec un régime insulino-dépendant:

  • Alcool pas plus de 2 fois par semaine, mais pas deux jours de suite;
  • Pour éviter une forte baisse de sucre dans le corps, il vaut la peine de réduire la dose d'insuline;
  • Vous ne pouvez pas boire l'estomac vide. Il est préférable de combiner la nourriture et l'alcool;
  • Une dose sûre d'alcool pour un diabétique est de 30 grammes. alcool pur par jour. C'est 50 ml de vodka, 150 ml de vin sec, 350 ml de bière légère.

Les raisons


L'autorégulation des hormones, y compris l'insuline, se produit dans le corps d'une personne qui n'a pas de diabète..

Cependant, en raison de médicaments incorrectement prescrits par les médecins, l'insuline injectée artificiellement peut pénétrer dans le corps d'une personne en bonne santé..

Et aussi, souvent, les personnes qui souhaitent augmenter rapidement leur masse musculaire, s'injectent délibérément de l'insuline. De telles actions peuvent entraîner une forte baisse de la glycémie..

Il existe des cas d'hypoglycémie chez des personnes émotionnellement instables, ou souffrant de boulimie ou d'anorexie. Cela provoque des perturbations hormonales et, comme l'insuline est également une hormone, elle peut ne pas être produite par l'organisme dans les quantités nécessaires à un fonctionnement sain..

Si, au début de l'hypoglycémie, le sucre dans le corps n'augmente pas avec le temps et que l'aide professionnelle des médecins n'est pas sollicitée, une issue mortelle.

Le plus souvent, il s'agit d'une arythmie, d'un accident vasculaire cérébral ou d'un infarctus du myocarde. Beaucoup moins souvent, à cause de la mort des cellules cérébrales, car le cerveau doit mourir de faim pendant plusieurs heures pour que cela se produise. Et cela n'est possible qu'avec l'apparition d'une hypoglycémie pendant le sommeil..

Diabétique:

Un surdosage chez un patient diabétique peut être provoqué par:

  • Faites de l'exercice, après quoi vous prenez votre dose habituelle d'insuline (vous devez la réduire);
  • Alcool à jeun ou en grande quantité (lorsque vous buvez des boissons alcoolisées, il convient également de réduire la dose d'insuline);
  • Malnutrition;
  • Unités de pain mal calculées (XE);
  • Oubli d'une dose d'insuline

Symptômes:

Les principaux signes d'un surdosage sont:

  • La faiblesse;
  • Maux de tête;
  • Un vif sentiment de peur;
  • Faim;
  • Perdu dans l'espace;
  • Assombrissement des yeux;
  • Comportement inhabituellement agité, voire agressif;
  • Hypertension artérielle;
  • Coordination altérée.

Il n'est pas difficile de remarquer de tels changements chez une personne, très probablement, il comprendra lui-même ce qui se passe.

Si le patient était capable de se fournir les premiers soins à temps et avec compétence, le taux de sucre devrait revenir à la normale dans un proche avenir. Cependant, le patient doit dans tous les cas consulter un médecin pour un ajustement de la dose. Dans le cas où l'hypoglycémie persiste, vous devez demander l'aide d'un professionnel.


Il y a 4 étapes de la maladie causée par une surdose d'insuline dans le corps:

Léger: les symptômes indiqués ci-dessus apparaissent. L'hypoxie des cellules du cortex cérébral commence;

Moyenne: lésion de la région hypothalamo-hypophysaire du cerveau. Aggravation de la condition, la transpiration augmente;

Sévère: l'activité fonctionnelle du mésencéphale est détruite. Les convulsions commencent, les pupilles se dilatent - le comportement d'une personne ressemble à une crise d'épilepsie;

Aigu (mortel): la personne perd connaissance, le pouls et la fréquence cardiaque sont rapides. Si rien n'a été fait jusqu'à présent, un œdème cérébral et la mort sont possibles. La perturbation du cerveau peut conduire au développement de la démence; pour les personnes âgées, il est dangereux pour un accident vasculaire cérébral, une crise cardiaque ou une hémorragie rétinienne.

Comment augmenter efficacement et rapidement les niveaux de sucre

Le remède le plus rapide est une injection de glucose, qui pénètre instantanément dans votre circulation sanguine et peut augmenter votre glycémie. Si cela n'est pas possible, il est nécessaire de manger des aliments qui se dissolvent et se décomposent rapidement dans le sang. Par exemple, un morceau de sucre, des bâtonnets de sucre ou des boissons sucrées (eau douce, thé sucré, etc.).

À quoi conduit une surdose?

Le dépassement de la dose d'insuline prescrite par le médecin conduit inévitablement au développement d'un syndrome hypoglycémique. Cette condition est caractérisée par un faible taux de sucre dans le sang, qui peut être fatal. Dans le cas d'une dose mortelle d'insuline, des premiers soins immédiats sont nécessaires, ce qui peut sauver la vie du diabétique

Cependant, pendant cette période, il est très important de pouvoir faire la distinction entre le syndrome hypoglycémique et hyperglycémique, car parfois après l'administration d'insuline, la détérioration de l'état du patient peut être causée par une glycémie élevée..

Pour le syndrome hyperglycémique, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • soif excessive;
  • urination fréquente;
  • se sentir fatigué;
  • Vision floue;
  • sécheresse et démangeaisons de la peau;
  • bouche sèche;
  • arythmie;
  • violation de la conscience;
  • coma.

Dans cette condition, la fonctionnalité du cerveau est altérée, ce qui devient particulièrement dangereux pour les personnes âgées. Ils peuvent développer une paralysie, une parésie et une capacité mentale considérablement réduite. Le système cardiovasculaire en souffre également - la pression artérielle diminue, ce qui entraîne souvent un infarctus du myocarde, une thrombose vasculaire et des ulcères trophiques peuvent également apparaître rapidement. Dans ce cas, le patient doit être aidé à injecter l'hormone insuline avant l'arrivée de l'ambulance..

Si une forte dose d'insuline provoque un état hypoglycémique, qui nécessite des premiers soins immédiats, les symptômes suivants apparaissent:

  • agressivité accrue, peur;
  • transpiration;
  • tonus musculaire;
  • pupilles dilatées;
  • nausées et même vomissements;
  • étourdissements, maux de tête;
  • comportement inapproprié;
  • étourdissement.

Dans le cas où une forte dose d'insuline a été administrée, il est nécessaire de prendre des mesures pour éviter la mort du patient. Si l'aide n'est pas fournie par les personnes qui se trouvent à proximité, un œdème cérébral se produira inévitablement, ce qui entraînera à son tour des dommages irréversibles au système nerveux central. Les conditions hypoglycémiques fréquentes chez les adultes entraînent de graves changements dans la personnalité du patient et, chez les enfants, une diminution du niveau d'intelligence. De plus, une issue létale n'est pas exclue d'une surdose d'insuline..

Forme chronique


Chez certains patients diabétiques, un surdosage chronique est observé, sinon un syndrome de surdose d'insuline chronique (CIOS), le phénomène Somoji est un taux de sucre dans le sang constamment bas, qui est causé par une grande quantité d'insuline. Il se produit également lors d'un déséquilibre hormonal dans le corps..
Les symptômes de l'hypoglycémie chronique sont les mêmes que ceux de l'hypoglycémie spontanée - maux de tête, faiblesse, désorientation.

Une exposition fréquente à cet état peut entraîner la mort massive des cellules cérébrales..

Dans le syndrome de Somoji, le sucre se comporte différemment - il augmente brusquement, puis diminue, puis ne change pas de valeur pendant longtemps, malgré les injections et les glucides pris.

Avec le diabète sucré, il est dangereux d'être souvent dans cette condition. Peu à peu, l'hypoglycémie est ressentie plus faible et elle est latente. Une personne devient retirée, de mauvaise humeur éternelle. Le traitement de ces cas est difficile..

Diabète sucré et son traitement - Dia-Club

Nous parlons de situations cliniques résultant d'une augmentation du nombre d'unités administrées du médicament décrit. Mais en même temps, il devrait y avoir une diminution de la consommation de produits glucidiques de l'extérieur, avec de la nourriture, ou un travail musculaire intense avec leur consommation rapide. Comment identifier et suspecter une surdose d'insuline? Les symptômes associés à l'effet de faibles taux de sucre sur les tissus les plus sensibles à ce facteur sont mis en évidence. Ceux-ci incluent le cerveau. Par conséquent, les symptômes sont appelés neuroglycopéniques. De plus, les patients se plaignent souvent de troubles de la vision. Les diabétiques expérimentés ont généralement une rétinopathie - des troubles de l'acuité visuelle associés à une dystrophie vasculaire rétinienne. En cas de surdosage d'insuline, il est possible d'aggraver les manifestations oculaires précédemment existantes.

Calcul de dosage

Lors du calcul de la dose d'insuline, il faut garder à l'esprit que l'adhésion à un régime pauvre en glucides est le point le plus important pour l'exécution. Si le patient ne s'y conforme pas, il sera alors impossible de calculer une dose spécifique. La dose d'insuline dépend de la quantité de glucides dans le corps. Si vous utilisez constamment une quantité différente, la dose d'insuline changera..

Règles de calcul de base:

  • Règle d'adhésion à un régime pauvre en glucides. Il est nécessaire de réduire dans votre alimentation les aliments qui contiennent des glucides, notamment: tous les produits à base de farine; les céréales et les céréales légères sont plus riches en calories que les céréales foncées; fruit; tout produit fabriqué non pas avec des édulcorants, mais avec du sucre.
  • Il est important de mesurer fréquemment la glycémie avec un lecteur de glycémie pendant les premiers stades de la maladie. En étudiant ce qui conduit à des changements dans la glycémie, vous pouvez en déduire une dépendance, qui peut être guidée à l'avenir;
  • Gardez à l'esprit que votre glycémie diminue également après l'exercice. Il est nécessaire d'étudier ce processus pour l'ajustement correct de la dose après un effort physique;

Il existe un système spécial pour mesurer les glucides / calories, le système d'unités de pain (XE). 1 XE est égal à environ 10 unités de glucose. Il existe des tableaux spéciaux qui indiquent la quantité de glucose contenue dans différents aliments;

Dosages courants:

  • Avec l'insuline récemment découverte, 0,5 unité d'insuline est nécessaire pour 1 kg de poids;
  • Diabète, qui se déroule sans complications pendant un an ou plus - 0,6 unité;
  • Avec le diabète, procéder avec des complications - 0,7;
  • Le diabète décompensé nécessite 0,8 unité;
  • Avec acidocétose compliquée - 0,9;
  • En fin de grossesse - 1 unité pour 1 kg de poids corporel.

Ce sont principalement les glucides qui augmentent les taux de sucre, les protéines et les graisses jouent un rôle très insignifiant, de sorte qu'ils ne sont souvent pas pris en compte du tout;

Et rappelez-vous que l'effet de l'insuline dépend de l'heure de la journée - elle est moins efficace le matin qu'au déjeuner ou le soir..

Une surdose d'insuline peut entraîner les conséquences les plus désastreuses - la mort des cellules d'organes, cela provoque une violation du bon fonctionnement du corps humain. Si les crises sont fréquentes, une hypoglycémie d'un jour peut provoquer le coma ou même la mort..

Avec une surdose d'insuline, les processus pathologiques suivants peuvent se développer:

  • Mort des cellules cérébrales, ce qui peut entraîner une diminution du fonctionnement mental et même le développement de la démence, l'apparition de symptômes méningés, un œdème cérébral;
  • Augmentation de la probabilité de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral;
  • Hémorragie rétinienne;
  • Une hypoglycémie fréquente et une correction ultérieure provoquent des sauts de sucre dans le sang, ce qui a un effet néfaste sur les vaisseaux sanguins, des caillots sanguins peuvent se former;
  • Coma hypoglycémique;
  • Augmentation de la dépendance à l'insuline après un coma;
  • Dégradation des cellules tissulaires et déshydratation;
  • Décès.

Il est très important de suivre les règles de base pour éviter cela:

  • Surveillance périodique des niveaux de sucre;
  • Ayez du glucose ou des aliments riches en sucre (miel, caramel, eau douce, sucre) avec vous;
  • Consommation d'alcool réglementée et non-abus d'autres mauvaises habitudes;
  • Les personnes familières et proches doivent être conscientes de votre maladie et comprendre ce qu'il faut faire en cas de surdosage.
  • Effets de l'injection d'insuline sur une personne en bonne santé

    L'insuline affecte la glycémie, c'est pourquoi les diabétiques ont besoin d'injections quotidiennes. Si vous les présentez à une personne en bonne santé, même la mort par insuline est possible..

    Les cas où une surdose est réelle sont plutôt monotones:

    • curiosité banale: surtout s'il n'y a pas de concept clair de l'hormone,
    • erreur lors de la saisie du médicament: confusion si un diabétique habite à proximité,
    • calcul incorrect de l'apport d'insuline en musculation,
    • automédication.

    Certaines femmes recourent aux moyens les plus inhabituels pour perdre du poids rapidement - l'insuline parmi eux. La plupart d'entre eux ne pensent même pas aux conséquences, considérant la mort d'une surdose d'insuline irréelle. Cependant, c'est une idée fausse profonde.

    Avant de commencer à examiner les conséquences de ce qui se passera si une personne en bonne santé reçoit une injection d'insuline, vous devez étudier son importance pour le corps..

    L'insuline est-elle importante

    L'équilibre hormonal est la clé du bon fonctionnement du corps. L'insuline est responsable des processus énergétiques au niveau intracellulaire et est impliquée dans le métabolisme des lipides. Fournit une meilleure absorption des acides aminés, les empêchant de se dégrader en glucose.

    Le manque d'insuline entraîne une glycémie élevée et le développement du diabète.

    Chez une personne en bonne santé, cet indicateur est normal, par conséquent, lorsqu'on lui demande ce qui se passera si une personne en bonne santé reçoit une injection d'insuline, on peut donner une réponse simple: le taux de glucose baissera brusquement, il y aura un risque de coma hypoglycémique.

    Excès d'insuline

    Si cette hormone est présente en excès, des problèmes glycémiques commencent. En outre, les patients notent les manifestations négatives suivantes de ce processus:

    • augmentation de la pression artérielle,
    • problèmes avec le système cardiovasculaire: l'élasticité vasculaire s'aggrave,
    • la probabilité d'apparition de tumeurs malignes augmente,
    • dépôt de graisse dans les tissus.

    Une maladie chronique dans laquelle le taux d'insuline dans le corps est élevé présente de nombreux problèmes et nécessite une surveillance attentive. Si, cependant, une dose importante de l'hormone est administrée une fois, il est dangereux de surdoser avec de l'insuline, ce qui peut entraîner la mort..

    Décès par surdose d'insuline

    Une dose mortelle d'insuline pour une personne en bonne santé est une seringue pleine, c.-à-d. 100 UNITÉS Cependant, des cas ont été enregistrés lorsque des personnes ont survécu même lorsque cette frontière était largement dépassée..

    Si la dose de l'hormone qui est entrée dans le corps était faible, il n'y a pratiquement aucune menace. Les signes suivants apparaîtront, qui disparaîtront rapidement:

    • nausées, maux de tête, vomissements,
    • arythmie, faiblesse,
    • étourdissements, mauvaise coordination,
    • membres tremblants.

    L'excès d'insuline signifie une baisse du taux de glucose, ce qui entraîne une détérioration des fonctions cérébrales, une léthargie. Cependant, une intervention chirurgicale dans le processus localise rapidement les symptômes..

    Beaucoup sont intéressés par la question de savoir ce qui se passera si vous buvez de l'insuline - curieusement, ça va. Une fois qu'il pénètre dans l'estomac, il «ne survivra tout simplement pas» dans l'environnement agressif de l'estomac. Par conséquent, il n'est utilisé que pour l'injection.

    Coma hypoglycémique

    La dose mortelle d'insuline pour les gens ordinaires et les diabétiques est différente, ces derniers ont une perception individuelle de l'hormone. Il est impossible de donner un chiffre exact.

    Si une personne en bonne santé reçoit une injection d'insuline, ce qui ne sera pas difficile à prévoir, un coma hypoglycémique deviendra la pire réaction du corps. Le taux de glucose tombera en dessous de 3 mmol / L, le glucose cessera de s'écouler dans le cerveau, la privation d'oxygène commencera - le système nerveux central échouera. En conséquence, des convulsions et une perte de réflexes commenceront. La phase finale est la mort des cellules cérébrales.

    Il existe un certain nombre de caractéristiques qui caractérisent chaque étape du processus:

    • une demi-heure après l'entrée de l'insuline dans le corps, une sensation de faim de la «bête» apparaît, l'état nerveux subit de forts «sauts» - périodes d'agitation et de dépression,
    • la deuxième phase est associée à des manifestations physiques - transpiration accrue, crampes faciales et discours incohérent,
    • en outre, il y a un «fantôme» d'épilepsie - convulsions sévères, pupilles dilatées et pression accrue,
    • la dernière étape - la pression artérielle subit une forte diminution, une perte de contrôle des membres, une arythmie sévère.

    Un tel scénario ne peut être évité que si des mesures de sauvetage sont prises rapidement.

    À un moment donné, une surdose d'insuline était considérée comme un substitut au suicide. Au début, on a supposé que cette option était acceptable en raison de sa fatalité. Cependant, plus tard, les prédictions ont été analysées de manière plus approfondie si une personne en bonne santé recevait une injection d'insuline. Il s'est avéré qu'il est impossible d'utiliser cette méthode pour le suicide autorisé: la mort par insuline s'accompagne d'une douleur intense, ne vient pas rapidement.

    Coma d'insuline après une dose létale

    Si le dosage est dépassé plusieurs fois, le taux de glucose est réduit à 2,7 mmol / l et en dessous, les processus de développement d'un coma sont déclenchés. Le glucose est une source d'énergie irremplaçable pour le cerveau, par conséquent, lorsque son approvisionnement ralentit ou s'arrête, des troubles de l'activité cérébrale se produisent. Premièrement, la lésion affecte le cortex cérébral, puis les structures sous-corticales et le cervelet, puis la moelle allongée.

    Une carence en glucose provoque une hypoxie aiguë du système nerveux, tandis que la clinique pathologique a lieu même dans les cas où l'approvisionnement en oxygène du sang fonctionne et est entièrement fourni. En raison d'un manque d'énergie dans les structures cellulaires, le patient développe un état de nervosité et de vertiges, la parole et l'activité physique deviennent incontrôlables. Si la privation d'oxygène progresse, des convulsions, des tremblements apparaissent, les réflexes sont inhibés et des symptômes tachycardiques apparaissent:

    1. Au premier stade du coma en développement, les patients présentent une surexcitabilité manifeste ou une dépression et une léthargie sévères. Les patients éprouvent de la peur et de l'anxiété, de la faim, des sueurs froides.
    2. À l'étape suivante du développement du coma, une hyper-persistance est observée, les caractéristiques de la parole et du comportement deviennent inadéquates. Le patient fait des mouvements brusques et imprévisibles, agités et des tics nerveux sur ses muscles faciaux.
    3. Au troisième stade de la formation d'un coma hypoglycémique, des troubles morphologiques commencent, entraînant un œdème ou la mort des divisions cérébrales. En raison d'une violation du tonus vasculaire, le flux sanguin ralentit, ce qui entraîne une thrombose avec complications. Dans le même temps, les pupilles se dilatent, le tonus musculaire augmente, provoquant des convulsions et des sauts de tension artérielle. Extérieurement, l'état du patient est similaire à une crise d'épilepsie..
    4. La dernière étape est caractérisée par une forte baisse de pression et une augmentation des symptômes comateux. Le tonus musculaire s'affaiblit, le mouvement chaotique des membres commence, le rythme cardiaque devient instable, la transpiration s'arrête.

    Si un retard est autorisé, les processus comateux peuvent entraîner des complications et des conséquences néfastes. Les premières complications comprennent une crise cardiaque. Troubles de l'apport sanguin cérébral, etc. Et les experts considèrent l'épilepsie, l'hypoglycémie progressive ou le parkinsonisme comme persistants, des complications ultérieures qui peuvent se manifester des mois plus tard.