Principal

Écrevisse

Description des symptômes d'une tumeur hypophysaire chez la femme: causes de la pathologie, traitement, pronostic

À partir de l'article, vous apprendrez les caractéristiques d'une tumeur hypophysaire chez la femme, les raisons du développement et les principaux symptômes de la pathologie, les caractéristiques du diagnostic et du traitement.

Une tumeur hypophysaire est un néoplasme de nature bénigne, moins souvent maligne, provenant de cellules du lobe antérieur de la glande (adénohypophyse) ou postérieure (neurohypophyse).

informations générales

Les tumeurs de l'hypophyse, selon les statistiques, représentent environ 15% des néoplasmes de localisation intracrânienne. Ils sont également souvent diagnostiqués chez les deux sexes, généralement entre 30 et 40 ans.

L'hypophyse est une glande endocrine qui remplit une fonction de régulation et de coordination par rapport à d'autres glandes endocrines. La glande pituitaire est située dans la fosse de la selle turcique de l'os sphénoïde du crâne, anatomiquement et fonctionnellement reliée à une section du cerveau - l'hypothalamus. Avec l'hypothalamus, l'hypophyse forme un système neuroendocrinien unique qui assure la constance de l'homéostasie du corps.

Dans l'hypophyse, on distingue deux lobes: le antérieur - l'adénohypophyse et le postérieur - la neurohypophyse. Les hormones du lobe antérieur, produites par l'adénohypophyse, sont: la prolactine, qui stimule la sécrétion de lait; l'hormone somatotrope, qui affecte la croissance du corps par la régulation du métabolisme des protéines; hormone stimulant la thyroïde, qui stimule les processus métaboliques de la glande thyroïde; ACTH, qui régule la fonction des glandes surrénales; hormones gonadotropes qui affectent le développement et la fonction des gonades. Dans la neurohypophyse, il se forme de l'ocytocine, qui stimule la contractilité de l'utérus, et une hormone antidiurétique, qui régule le processus de réabsorption d'eau dans les tubules rénaux.

Une prolifération anormale des cellules glandulaires entraîne la formation de tumeurs de l'hypophyse antérieure ou postérieure et une perturbation de l'équilibre hormonal. Parfois, les méningiomes se développent dans la glande pituitaire - les tumeurs des méninges, moins souvent le fer est affecté par les dépistages métastatiques des néoplasmes malins d'autres localisations.

Causes des tumeurs hypophysaires

Actuellement, les raisons exactes de la formation et du développement de tumeurs n'ont pas été établies. Pour des raisons possibles, les experts incluent:

  • facteurs négatifs affectant le corps pendant la grossesse;
  • l'utilisation de médicaments hormonaux - cela se produit généralement pour éliminer une autre maladie;
  • traumatisme mécanique du crâne (ouvert, fermé), hémorragie cérébrale, provoquant une inflammation;
  • maladies infectieuses transférées - méningite, qui est facile à infecter par des gouttelettes en suspension dans l'air;
  • hérédité - les gènes mutés sont hérités; l'apparition de néoplasmes à la suite d'un stress.

Classification

Les tumeurs de l'hypophyse sont classées en fonction de leur taille, de leur emplacement anatomique, des fonctions endocriniennes, des caractéristiques de la coloration microscopique, etc..

Par localisation dans la glande, on distingue les tumeurs de l'adénohypophyse et de la neurohypophyse. Les tumeurs de l'hypophyse en topographie par rapport à la selle turque et ses structures environnantes sont endosellaires (s'étendant au-delà de la selle turque) et intrasellaires (situées à l'intérieur de la selle turque). En tenant compte de la structure histologique, les tumeurs hypophysaires sont divisées en néoplasmes malins et bénins (adénomes). Les adénomes proviennent du tissu glandulaire de l'hypophyse antérieure (adénohypophyse).

Selon leur activité fonctionnelle, les tumeurs hypophysaires sont divisées en adénomes hormonalement inactifs («muets», inidentalomes) et hormonalement actifs (produisant l'une ou l'autre hormone), qui surviennent dans 75% des cas. Parmi les tumeurs hormono-actives de l'hypophyse, on trouve:

  • Adénomes producteurs de somatotropine: adénome somatotrope, somatotropinome - une tumeur hypophysaire qui synthétise la somatotropine - hormone de croissance;
  • Adénomes sécrétant de la prolactine: adénome de la prolactine, prolactinome - une tumeur hypophysaire qui synthétise l'hormone prolactine;
  • Adénomes producteurs d'adrénocorticotropine: adénome corticotrope, corticotropinome - une tumeur de la glande pituitaire, sécrétant de l'ACTH, stimulant la fonction du cortex surrénalien;
  • Adénomes producteurs de tyrotropine: adénome thyrotrope, thyrotropinome - une tumeur hypophysaire sécrétant une hormone thyréotrope qui stimule la fonction de la glande thyroïde;
  • Adénomes producteurs de folltropine ou de lutropine (gonadotropes). Ces tumeurs de la glande pituitaire sécrètent des gonadotrophines qui stimulent la fonction des gonades..

Les tumeurs de l'hypophyse inactives aux hormones et les prolactinomes sont les plus courants (dans 35% des cas, respectivement), les adénomes producteurs de somatotropine et d'ACTH - dans 10 à 15% de toutes les tumeurs hypophysaires, les autres types de tumeurs sont rares. Selon les caractéristiques de la microscopie, les tumeurs chromophobes de la glande pituitaire (adénomes hormonalement inactifs), acidophiles (prolactinomes, thyrotropinomes, somatotropinomes) et basophiles (gonadotropinomes, corticotropinomes).

Le développement de tumeurs hypophysaires hormono-actives produisant une ou plusieurs hormones peut entraîner le développement d'une hypothyroïdie centrale, d'un syndrome de Cushing, d'une acromégalie ou d'un gigantisme, etc. Chez 20% des patients, il existe une évolution asymptomatique des tumeurs hypophysaires, qui ne sont retrouvées que lors de l'autopsie. Les manifestations cliniques des tumeurs hypophysaires dépendent de l'hypersécrétion de l'une ou l'autre hormone, de la taille et du taux de croissance de l'adénome.

Symptômes des tumeurs hypophysaires

Dans 20% des cas, la pathologie est asymptomatique, ce qui complique grandement le diagnostic. Les manifestations cliniques des tumeurs diffèrent chez les enfants et les adultes. Cela est dû aux différents effets des hormones sur les enfants et les adultes..

Tableau - Manifestations de différents types hormonaux de tumeurs

Un typeSymptômes
ProlactinomeChez la femme, le cycle menstruel est perturbé, le lait est libéré du sein. L'état de la peau change - elle devient grasse, l'acné apparaît et la quantité de poils augmente. Une infertilité secondaire est observée en raison d'irrégularités menstruelles
SomatotropinomeL'acromégalie se développe - un épaississement et une expansion des os du visage et des doigts. Il y a un aplatissement du nez, une hypertrophie des arcades sourcilières et zygomatiques, une saillie du menton. L'acromégalie s'accompagne d'une augmentation de la pression artérielle et de douleurs musculaires. Lorsqu'une tumeur se forme chez un enfant, lorsque la croissance des os n'est pas encore terminée, le gigantisme, la malocclusion, se développe
GonadotrophinomeChez les femmes, le cycle menstruel est perturbé, des saignements utérins apparaissent, une infertilité secondaire se forme
ThyrotropinomeLa thyréotoxicose se développe - hyperfonctionnement de la glande thyroïde. Cela se manifeste par une diminution de la libido, une perte de poids, une irritabilité accrue, une peau sèche, une exophtalmie. Une personne atteinte de thyrotoxicose a une fréquence cardiaque rapide et une pression artérielle élevée
Adénome ACTHLa maladie d'Itsenko-Cushing se forme - obésité dans l'abdomen et les cuisses, visage rond, vergetures sur la peau. Il y a un rythme cardiaque lent, une pression artérielle basse, une faiblesse constante

En outre, le tableau clinique comprend des signes de compression des structures cérébrales par la tumeur en croissance. Selon la fonction de la zone comprimée, les symptômes suivants se développent:

  • réduction de la clarté et de l'acuité visuelle jusqu'à la cécité;
  • vision double;
  • tombant des paupières;
  • maux de tête;
  • rhinite chronique;
  • syndrome convulsif;
  • les adolescents développent un déficit d'attention;
  • diminution de l'intelligence;
  • évanouissement.

Ces manifestations sont causées par la compression de divers nerfs crâniens et une altération de la circulation sanguine dans la moelle.

Le mal de tête causé par la tumeur est d'un caractère toujours terne et n'est pas éliminé par la prise d'analgésiques. La tête fait la même chose à différents moments de la journée et avec différentes positions du corps. La douleur à l'arrière de la tête est localisée.

Lorsque l'hypothalamus, situé au-dessus de l'hypophyse, est comprimé, les symptômes suivants se forment:

  • violation de la régulation de la température du corps;
  • Augmentation de l'appétit;
  • troubles du sommeil;
  • changement d'état émotionnel.

Les ventricules du cerveau sont situés sous la glande pituitaire. Si la tumeur les appuie, le liquide céphalo-rachidien peut s'accumuler et une hydrocéphalie se forme - hydropisie cérébrale.

Bénin

Les manifestations d'une tumeur bénigne sont causées par la surproduction de l'hormone et la compression des parties du cerveau par la formation volumétrique. Les petites excroissances ne provoquent généralement pas de symptômes graves. Le tableau clinique devient clair lorsque l'adénome atteint une taille telle qu'il commence à serrer le tissu.

Malin

Ces tumeurs sont extrêmement rares. Avec le cancer de l'hypophyse, il y aura tout d'abord des signes d'intoxication générale du corps:

  • maux de tête;
  • nausée et vomissements;
  • perdre du poids;
  • fatigue accrue;
  • pâleur de la peau;
  • perte d'appétit;
  • fonte musculaire.

Le carcinome se développe rapidement dans les tissus environnants, des métastases dans d'autres organes. Ceci est fatal en quelques mois. Les métastases apparaissent généralement dans les ganglions lymphatiques régionaux puis distants.

Si vous présentez des signes suspects, vous devez contacter un endocrinologue ou un neurologue.

Diagnostique

Le diagnostic d'une tumeur hypophysaire est l'une des principales procédures de traitement. Si une tumeur hypophysaire est suspectée, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  • tests sanguins, tests d'urine pour détecter les niveaux d'hormones;
  • études ophtalmologiques pour diagnostiquer la taille et la direction de la tumeur;
  • analyse du liquide de la moelle épinière pour les composés protéiques qui peuvent informer sur le développement du cancer;
  • diagnostic matériel de l'IRM et du scanner du cerveau, permettant d'identifier les petits adénomes et leur localisation.

En plus des tests sanguins généraux et biochimiques, les tests suivants sont utilisés pour un meilleur diagnostic:

  • Stimulation de l'hormone adrénocorticotrope - administration d'ACTH, qui stimule activement les glandes surrénales et contrôle le niveau de cortisol dans le sang; si la production d'ACTH est bloquée par un adénome, les glandes surrénales ne libèrent pas de cortisol en réponse à la stimulation;
  • Effectuer un test de méthyropane - le patient consomme 3 grammes de méthyropane avant de se coucher et de prendre le résultat le matin; une augmentation des taux d'hormones le matin indique l'effet de l'adénome sur la synthèse hormonale;
  • Effectuer un test de tolérance à l'insuline - utiliser l'insuline pour abaisser la glycémie; avec le développement d'un adénome, il n'y aura pas de sécrétion d'hormone de croissance et d'ACTH.

Une attention particulière est portée aux femmes enceintes. Pendant la grossesse, le diagnostic de la maladie se fait avec une extrême prudence. Les méthodes d'imagerie par résonance magnétique sont exclues et ne sont effectuées qu'après l'accouchement. Pour le reste, le patient se voit confier des examens par un ophtalmologiste, un neurologue, des analyses de sang et d'urine. Une augmentation de la taille d'une tumeur peut être jugée par une diminution de la production de lait maternel..

Dans l'enfance, un adénome hypophysaire se manifeste assez rarement. Lorsque les premiers signes apparaissent, vous devez immédiatement consulter un médecin et ne pas vous soigner vous-même.

Caractéristiques du traitement

Comment traiter une tumeur, les médecins décident en fonction du type de tumeur. Le traitement est effectué sous la supervision d'un oncologue et d'un endocrinologue. En médecine moderne, un traitement conservateur (thérapie médicamenteuse), une radiothérapie, un traitement chirurgical et complexe de la pathologie sont utilisés.

Avec la pharmacothérapie, le médecin prescrit des médicaments - des agonistes de la dopamine, qui provoquent un rétrécissement par la prolactine. Les agonistes de la dopamine sont des médicaments tels que la bromocriptine, la cabergoline, la cyproheptadine, qui normalisent les niveaux d'hormones.

La radiothérapie est utilisée si le néoplasme ne peut être enlevé par chirurgie pour quelque raison que ce soit. Cette méthode est souvent utilisée pour éliminer les microtumeurs. Une contre-indication est l'emplacement du néoplasme près des nerfs optiques. La radiothérapie est efficace avec une utilisation prolongée. La dose de rayonnement est déterminée par le médecin en fonction du type de tumeur, de sa taille et de sa localisation. L'utilisation d'un cyber couteau est également possible. La radiothérapie est plus souvent prescrite aux patients plus âgés.

La chirurgie endonasale est le moyen le plus efficace d'éliminer l'adénome de l'épididyme. De cette manière, il est plus facile de retirer la masse. L'opération est effectuée par les voies nasales. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de faire des incisions, ce qui signifie que le risque d'infection des patients est insignifiant..

Un traitement complet combine une intervention chirurgicale, suivie d'une radiothérapie, et un traitement conservateur de la maladie grâce à l'utilisation de médicaments hormonaux.

Dans certains cas, ils ont recours à une procédure appelée cryodestruction. La zone de l'épididyme touchée par le cancer est congelée à l'aide d'une sonde spéciale insérée à travers l'os sphénoïde du crâne. Après son introduction, la congélation et la destruction de l'adénome hypophysaire se produisent.

Nutrition pour l'adénome hypophysaire

Pour le fonctionnement normal de l'épididyme, il est tout d'abord nécessaire de bien manger. La consommation de produits contenant des exhausteurs de goût, des conservateurs, des colorants n'est pas recommandée. Vous devez également exclure les boissons alcoolisées, les viandes et saucisses grasses, les craquelins salés et les chips. La liste des aliments utiles pour la glande pituitaire comprend les noix, les fruits secs, les œufs, le chocolat noir, le poisson, le poulet, les légumes et les herbes, riches en toutes les vitamines et minéraux nécessaires au fonctionnement normal de la glande pituitaire.

Complications possibles

Les tumeurs de l'hypophyse sont pour la plupart bénignes, mais nécessitent un traitement chirurgical, car elles peuvent être mortelles, nécessitent un diagnostic rapide et un traitement de haute qualité. Les adénomes peuvent entraîner les complications suivantes:

  • déficience visuelle;
  • cécité partielle ou totale;
  • violation du cycle menstruel;
  • Déséquilibre hormonal;
  • violations de l'appareil vocal;
  • hémorragie dans le cerveau;
  • problèmes avec le système nerveux;
  • déviation du développement;
  • dysfonctionnement de la glande thyroïde;
  • invalidité;
  • écrevisse;
  • décès.

Les tumeurs hypophysaires avec un traitement rapide ont un pronostic favorable - le risque de récidive est assez faible. La tomodensitométrie doit être effectuée chaque année. De plus, le patient doit être inscrit auprès d'un neurochirurgien et subir un examen médical complet chaque année..

La prévention

Les conséquences d'une tumeur hypophysaire peuvent être irréversibles, par conséquent, des mesures doivent être prises pour prévenir la maladie:

  • éviter les lésions cérébrales traumatiques;
  • traiter en temps opportun les maladies infectieuses et inflammatoires;
  • surveiller les niveaux hormonaux;
  • n'abusez pas des contraceptifs hormonaux;
  • manger bien et de qualité.

Il est nécessaire de mener une vie saine, de ne pas se surmener, de ne pas abuser d'alcool et de produits génétiquement modifiés, ainsi que de se soumettre systématiquement à un examen médical complet.

Prévoir

Le pronostic ultérieur des tumeurs hypophysaires est largement déterminé par la taille des adénomes, la possibilité de leur élimination des radicaux et l'activité hormonale. Chez les patients atteints de prolactinomes et de somatotropinomes, une restauration complète de la fonction hormonale est observée dans un quart des cas, avec des adénomes producteurs d'adrénocorticotropine - dans 70 à 80% des cas.

Les macroadénomes hypophysaires de plus de 2 cm ne peuvent pas être complètement éliminés, leur récidive est donc possible dans les 5 ans suivant la chirurgie.

Les symptômes d'une tumeur hypophysaire

L'hypophyse joue un rôle important dans la physiologie humaine, par conséquent, toutes les pathologies associées à l'appendice cérébral affectent l'état de tous les organes. En cas de suspicion de tumeur hypophysaire, les symptômes chez les femmes sont divisés en deux types - locaux et périphériques. Avant de procéder à leur description, il est nécessaire d'expliquer pourquoi l'organe est important pour une personne, ainsi que les causes de cette maladie..

L'hypophyse est responsable de la production d'hormones qui affectent la croissance, les processus reproductifs et métaboliques dans le corps. Cet organe est le centre du système endocrinien humain. Avec une prolifération cellulaire anormale, une tumeur se forme sur la surface avant ou arrière, ce qui provoque un déséquilibre des hormones. Une tumeur hypophysaire (adénome) provoque également des problèmes neurologiques de diverses natures.

Le plus souvent, la maladie survient chez les femmes et les hommes âgés de 30 à 40 ans. La germination des méninges en elle peut avoir un effet négatif sur l'organe. Dans de rares cas, les néoplasmes n'auront aucun effet sur le corps. Mais le plus souvent, l'adénome devient la cause de 15% de tous les néoplasmes intracrâniens.

Causes et signes d'une tumeur hypophysaire chez les femmes et les hommes

Même les méthodes de recherche modernes ne peuvent pas déterminer avec précision les causes de la maladie. Le facteur héréditaire joue également un rôle important. Mais parmi les raisons possibles, les médecins distinguent la présence de:

  • sinusite chronique;
  • infections du système nerveux;
  • blessures à la tête.

Un adénome peut se développer en raison de la prise de substances hormonales, ainsi que si des facteurs indésirables ont été impactés sur le fœtus pendant la grossesse. Il existe d'autres théories expliquant pourquoi une tumeur hypophysaire peut se développer. Par exemple, en raison d'un excès d'hormone hypothalamique ou d'anomalies génétiques dans les cellules de l'épididyme.

Les symptômes de la maladie dépendent du type de néoplasmes. Avec une tumeur, des hormones peuvent être produites de manière anormale chez les femmes, telles que:

  • prolactine;
  • corticostéroïdes;
  • la somatotroline;
  • thyrotrope;
  • gonadotrope.

Lorsqu'un adénome appuie sur le cerveau, il peut être déterminé par des symptômes locaux. Ceux-ci comprennent les éléments suivants:

  • trouble du sommeil;
  • maux de tête persistants et incontrôlables;
  • changements dans la psyché.

Dès que la tumeur grossit, elle conduit aux troubles visuels susmentionnés. Les symptômes périphériques dépendent de l'hormone qui est fortement augmentée ou diminuée. Souvent, des changements négatifs ne se produisent pas avec un, mais avec plusieurs hormones. Pourquoi le nombre de symptômes augmente.

Un adénome hypophysaire, tout d'abord, est signalé par des déséquilibres hormonaux et les symptômes locaux apparaissent beaucoup plus tard. Par exemple, si la production d'hormone somatropique a augmenté, une augmentation de la quantité de tissu conjonctif est observée. Cette condition peut être identifiée par les lobes d'oreille allongés et épaissis et le bout du nez. Et aussi les arcades sourcilières se développent, les phalanges terminales des doigts augmentent.

Si la tumeur affecte l'hormone produite par les glandes surrénales, un syndrome de type Cushing se développe. Ses symptômes sont:

  • la peau grasse;
  • l'apparition de poils sur le visage et la poitrine;
  • la présence d'ecchymoses sur la peau, apparues sans raison;
  • chute de cheveux;
  • voix endurcie;
  • obésité, mais seuls l'abdomen, les jambes et les bras restent minces.

La tumeur peut contrôler la production d'hormone stimulant la thyroïde, ce qui conduit au développement d'une hypothyroïdie ou d'une thyrotoxicose. Dans le premier cas, les symptômes sont les suivants:

  • diminution de l'activité intellectuelle;
  • ralenti;
  • peau enflée;
  • frilosité constante des membres.

Dans le second, d'autres signes apparaissent, comme un changement de caractère qui devient nerveux et irritable. Et aussi il y a une perturbation dans le sommeil, la position des globes oculaires de l'orbite.

En raison de la nature mixte de la tumeur, les symptômes peuvent se chevaucher, ce qui complique l'état de la femme.

Tumeur hypophysaire - symptômes chez l'homme

L'adénome hypophysaire est une maladie courante qui peut être traitée avec succès avec un diagnostic rapide. Chez l'homme, cette pathologie est observée dans 10 à 20 cas sur 100. Mais le plus souvent, le néoplasme se développe pendant une longue période sans symptômes évidents.

Chez les hommes, la maladie survient pour les raisons suivantes:

  • infection par des maladies infectieuses telles que la méningite ou la tuberculose;
  • lésion cérébrale traumatique grave;
  • prendre des médicaments hormonaux;
  • prédisposition génétique.

Comment reconnaître une tumeur hypophysaire? Les symptômes chez les hommes apparaissent pendant la croissance active du néoplasme, lorsque l'adénome dépasse 2 cm et commence à appuyer sur le cerveau. L'ensemble du processus s'accompagne de troubles des systèmes endocrinien et nerveux.

Les principales caractéristiques sont:

  • une forte détérioration de la vision, possible dans un seul œil;
  • maux de tête dans la région des tempes, le front et autour des yeux, qui ne disparaissent pas avec un changement de position du corps ou la prise d'analgésiques;
  • fatigue chronique;
  • pression artérielle basse et sensibilité au froid.

Différentes tumeurs peuvent se former dans l'épididyme, chacune ayant ses propres caractéristiques individuelles..

Symptômes chez la femme, diagnostic

Des signes biochimiques ou certaines manifestations cliniques aident à déterminer la maladie. Par exemple, le gigantisme chez les enfants, l'acromégalie chez les adultes. En cas de suspicion de tumeur hypophysaire, les symptômes chez la femme et le diagnostic confirment le diagnostic, à moins que:

  • un examen approfondi de l'équilibre des hormones, ainsi qu'un examen ophtalmique. Faites un test sanguin et vérifiez également votre vue;
  • examiner le liquide céphalo-rachidien, car il peut contenir des protéines. Ceci est un signe indirect de l'apparition de néoplasmes;
  • faire une tomodensitométrie et une angriraphie, une radiographie du cerveau pour la neuroimagerie de la tumeur.

Une photo d'une tumeur hypophysaire chez les femmes qui ont été diagnostiquées avec précision avec la maladie, ainsi que les symptômes de la maladie, démontre clairement ses manifestations neuroanatomiques.

Tumeur bénigne de l'hypophyse

Le plus souvent, les néoplasmes de l'appendice cérébral sont bénins, c'est-à-dire des adénomes. Une tumeur bénigne de l'hypophyse conserve les propriétés et les fonctions inhérentes aux cellules saines. Il pousse lentement, ne poussant pratiquement pas dans les tissus environnants, mais ne fait que les presser. L'adénome est facilement enlevé par chirurgie et le nombre de rechutes est très faible.

La tumeur bénigne de l'hypophyse, dont les symptômes sont énumérés ci-dessus, varient en fonction de la taille et des hormones contrôlées. L'adénome peut ou non être impliqué dans la production d'hormones. Les premiers symptômes de la maladie sont:

  • changement de forme du visage;
  • élargissement du nez;
  • la présence d'arcs sourcils;
  • changement de morsure et divergence dentaire.

En raison de l'apparition de néoplasmes, la neurophysiologie humaine évolue également. La tumeur exerce une pression sur les cellules cérébrales, ce qui contribue à l'apparition de migraines, de dystonie végétative-vasculaire et d'évanouissements. Le pire des cas est la démence et les changements dramatiques de personnalité.

La tumeur maligne envahit les tissus, organes et ganglions lymphatiques environnants. Elle se caractérise par une croissance rapide et la formation de métastases. Une tumeur maligne est plus difficile à traiter, les rechutes se produisent beaucoup plus souvent. Seul un médecin peut déterminer si une chirurgie est possible. Tout dépend de la taille de la tumeur. Dans les premiers stades, lorsque la tumeur est plutôt petite, une issue favorable est possible.

Symptômes chez les enfants

Il est encore plus difficile d'identifier la cause de l'apparition d'un néoplasme chez les enfants. Les principales causes de la maladie sont:

  • prédisposition héréditaire;
  • violations dans la formation du fœtus;
  • dommages mécaniques à la tête;
  • effet sur le corps des substances radioactives.

Si une tumeur pituitaire est suspectée, les symptômes chez les enfants doivent être les suivants:

  • léthargie;
  • malaise général;
  • larmoiement;
  • nausée et vomissements;
  • un changement soudain d'humeur inhabituel pour un enfant;
  • sous-développement physique ou développement trop rapide;
  • détérioration de la vision;
  • l'apparition d'un goitre de la glande thyroïde;
  • Palpitations cardiaques;
  • violation des selles, le plus souvent l'apparition de la constipation;
  • sensation de soif;
  • intolérance au froid;
  • évanouissement;
  • fatigabilité rapide en l'absence d'activité physique.

Un diagnostic rapide de la présence de la maladie chez les enfants n'est possible qu'à l'aide d'un examen clinique. Pour ce faire, vous devez subir un examen général par un médecin, prélever une anamnèse du patient, examiner le sang et l'urine pour les hormones, faire un scanner ou une IRM du cerveau. Et vous aurez également besoin d'une consultation avec des spécialistes du profil suivant - un ophtalmologiste, un endocrinologue, un test sanguin de tolérance au glucose pour mesurer les niveaux de sucre. Un adénome hypophysaire chez un enfant est dangereux pour une rechute après le traitement, ainsi qu'une perte complète de vision, une diminution de la concentration et de la mémoire, un dysfonctionnement de la parole ou de la thyroïde. En raison d'un traitement inopportun, même une tumeur bénigne peut entraîner une invalidité ou des complications dans le fonctionnement du système nerveux..

Conséquences de l'apparition d'une tumeur dans le processus cérébral

La glande pituitaire du cerveau, qu'il s'agisse d'une tumeur bénigne ou maligne, provoque une douleur constante dans les régions frontale, temporale et infra-orbitaire. Il s'accompagne de nausées constantes, d'une vision floue et ne dépend pas de la position du corps, et réagit également mal aux analgésiques. S'il y a une rupture des méninges en raison d'une pression excessive de la tumeur dessus, la douleur s'arrête.

Mais cela ne résout pas le problème. Après tout, la poursuite de la croissance des néoplasmes exercera une pression sur les nerfs optiques, ce qui entraînera des défauts, puis la mort complète des nerfs optiques et la cécité. Parfois, un seul œil devient aveugle. La croissance de l'adénome vers le haut entraîne une pression sur l'hypothalamus. Les signes de ce processus sont:

  • les fluctuations de température;
  • trouble du sommeil;
  • changements émotionnels.

Dans le même temps, la tumeur affecte les ventricules du cerveau, ce qui peut conduire à l'hydropisie. Avec une pression sur les lobes temporal et frontal du cerveau, des convulsions, une double vision ou une paralysie des nerfs optiques se produisent. L'adénome se développe progressivement et ses signes apparaissent les uns après les autres..

Mais dans certains cas, une hémorragie soudaine, une apoplexie est également possible. De telles complications entraînent une atrophie complète de l'hypophyse et une grave déficience visuelle..

Traitement - ce qui est nécessaire pour la guérison

Lorsqu'une tumeur hypophysaire est détectée, le traitement dépend du type de tumeur. Il est des types suivants:

  • médicinal;
  • faisceau;
  • traditionnellement chirurgical;
  • complexe.

Chez les enfants, l'adénome est rarement diagnostiqué, mais pour un âge tendre, il s'agit d'une maladie grave. Par conséquent, il est important de subir un examen en temps opportun afin de prévenir les complications pouvant affecter les systèmes vitaux du corps. L'enfant doit être montré au médecin dès les premiers signes de maladie. Pour un résultat favorable, vous devez respecter les règles suivantes:

  • consulter régulièrement un médecin, sous la stricte surveillance duquel suivre un cours thérapeutique;
  • ne vous soignez pas;
  • allouer rationnellement du temps à l'activité physique et au repos;
  • éviter les situations stressantes, les expériences;
  • fournir à l'enfant une alimentation rationnelle et équilibrée;
  • suivre la routine quotidienne;
  • éviter les efforts mentaux et physiques excessifs

Si une tumeur de l'hypophyse chez la femme est traitée avec une méthode médicamenteuse, le médecin prescrit le plus souvent des pilules telles que les agonistes de la dopamine, qui provoquent une réduction des adénomes de la prolactine et de la corticotropine. Dans le même cas, la cabergoline et d'autres médicaments sont utilisés pour réguler le niveau d'hormones dans le corps..

Lorsque l'opération n'est pas possible, ils ont recours à un traitement radiochirurgical. Il est souvent prescrit aux patients âgés. La dose de rayonnement dépendra de la taille et du type de tumeurs. Cependant, la radiothérapie a un certain nombre de contre-indications, par exemple, la tumeur ne doit pas être située trop près des nerfs optiques. De plus, cette méthode a des effets secondaires..

Par conséquent, des méthodes innovantes telles que le cyber couteau ou le couteau gamma sont souvent utilisées à la place. Cela signifie que la tumeur est irradiée de tous les côtés avec le rayonnement de stylos minces. Mais la chirurgie reste le traitement le plus efficace. Son acceptabilité dépend de l'emplacement de l'adénome et de sa taille.

La tumeur est retirée soit frontalement avec un appareil optique, soit par résection à travers l'os crânien sphénoïde. En chirurgie moderne, une intervention transsphénoïdale endonasale est utilisée, c'est-à-dire que la tumeur est retirée par le passage nasal. La méthode est sûre et ne nécessite pas d'incisions, ne provoque pas de complications telles qu'une infection. Pour réaliser leurs plans, les médecins utilisent des instruments chirurgicaux miniatures, une sonde endoscopique.

Si une tumeur hypophysaire est suspectée, le traitement peut être mélangé. Dans ce cas, après l'ablation chirurgicale des néoplasmes, une radiothérapie supplémentaire est effectuée et un médicament hormonal est prescrit. Le pronostic favorable dépendra du diagnostic opportun, de la taille de l'adénome et de son activité hormonale. Dans 25% des cas, les prolactinomes et les somatotropinomes peuvent être guéris.

Mais d'autres types de tumeurs sont guéris avec succès à 88%. Il est important de prévenir la propagation de processus pathologiques, car il n'est plus possible de restaurer les nerfs optiques à ce stade..

La radiothérapie est également possible. Dans les cas les plus extrêmes, si la formation est déjà trop importante, une craniotomie est réalisée. La méthode de traitement à choisir dépend de l'âge de l'enfant et de ses caractéristiques individuelles, conséquences possibles.

Que faire pour éviter l'apparition de la maladie

En tant que méthode préventive, il est recommandé d'éviter les traumatismes cranio-cérébraux et les situations stressantes, de traiter les maladies infectieuses en temps opportun. Si un enfant ou un adulte suit un traitement à long terme avec des médicaments hormonaux, il est conseillé de consulter un médecin après cela.

L'inflammation de l'hypophyse est déterminée par la ponction de la moelle épinière. La cause de la maladie peut être une méningite antérieure, une encéphalite ou d'autres maladies qui provoquent un processus inflammatoire aigu. Après un diagnostic précis, un traitement médicamenteux ou chirurgical est prescrit. Si des troubles du fonctionnement de l'appendice cérébral ont été identifiés, le patient doit s'accorder sur un traitement à long terme. Pour certains diagnostics, vous devez respecter une certaine routine et prendre des médicaments pour le reste de votre vie..

La glande pituitaire est responsable de la production d'environ 10 hormones différentes et contrôle le travail des organes internes et des systèmes corporels. Par conséquent, toute perturbation de son fonctionnement affecte l'activité des systèmes reproducteur, urinaire, cardiovasculaire et respiratoire, et affecte également les fonctions de reproduction. L'hypophyse augmente à mesure qu'une personne vieillit et pendant la grossesse d'une femme. Mais les changements peuvent également être causés par des facteurs pathologiques. Par conséquent, un soin constant de votre santé, un examen régulier par un médecin aidera à prévenir une maladie grave. Après tout, les médecins modernes disposent de toutes les méthodes nécessaires pour un traitement sûr et efficace..

Signes d'une tumeur hypophysaire et comment la traiter

Une tumeur hypophysaire est une maladie dans laquelle il existe une prolifération pathologique de cellules hypophysaires. Dans ce cas, le processus normal de production d'hormones est perturbé, divers types de changements neurologiques et de troubles du système reproducteur se produisent..

La glande pituitaire est un organe appartenant au système endocrinien qui affecte le processus métabolique, la fonction de reproduction et la croissance de toutes les parties du corps. Il est situé dans le cerveau à la base de la selle turcique et comprend les parties antérieure (adénohypophyse) et postérieure (neurohypophyse). Le processus inflammatoire peut survenir dans n'importe lequel d'entre eux, provoquant divers types de troubles. La pathologie affecte à la fois les hommes et les femmes, principalement après 30 ans.

Facteurs à l'origine de la formation de la maladie

Dans la science moderne, les causes d'une tumeur hypophysaire restent floues. Habituellement, ils parlent d'une prédisposition héréditaire à la maladie. Ceux dont les parents et amis souffrent de cette maladie doivent faire plus attention à leur santé et subir périodiquement un examen par un spécialiste..

En plus de la cause de nature génétique, les facteurs suivants sont possibles dans la formation de la pathologie:

  • traumatisme crânien avec lésion de l'hypophyse, hémorragie;
  • inflammation chronique de la cavité nasale;
  • prendre des médicaments hormonaux;
  • maladies infectieuses du système nerveux;
  • diminution de la fonction thyroïdienne.

En science médicale, il existe une théorie selon laquelle la pathologie de l'hypophyse est la conséquence d'une perturbation de l'activité du système endocrinien, en particulier de ses glandes périphériques, ainsi que d'un excès d'hormones dans l'hypothalamus - une section du diencéphale.

Classification des tumeurs

La systématisation est basée sur différents critères. De par la nature de l'événement, on trouve des tumeurs:

Bénin (adénomes).

Le néoplasme se compose de cellules de la glande elle-même, qui ont une activité de sécrétion, ce qui conduit à une hyperfonction des organes. Ils poussent lentement et peuvent être actifs ou gelés. Ne pénètre pas dans les tissus adjacents.

En taille, parmi les tumeurs bénignes, il y a:

  • picoadénomes - moins de 2 mm;
  • microadénomes - jusqu'à 1 cm;
  • macroadénomes - plus de 1 cm;
  • adénomes de plusieurs cm.

Malin.

Les cellules malignes sont incapables de remplir leurs fonctions normales et de contrôler le processus de croissance. Ils pénètrent dans les tissus voisins, pénètrent dans les organes et les vaisseaux sanguins environnants. Forme de métastases réfractaires.

Par emplacement par rapport à la selle turque, les néoplasmes sont divisés en 2 groupes:

  • endosellaire, qui dépassent les frontières de la selle turque;
  • intrasellaire - situé dans les limites désignées.

Compte tenu de l'activité fonctionnelle, on peut parler de plusieurs types de tumeurs:

  • inactif;
  • hormone active, dans laquelle une hormone est produite. Selon son type, les types de tumeurs suivants sont classés: corticotropinomes, gonadotropinomes, thyrotropinomes, prolactinomes, somatotropinomes.

Symptômes typiques

Les signes d'une tumeur hypophysaire sont différents. Cela dépend du type de néoplasme:

  • Les corticotropinomes provoquent un excès de poids. La peau se dessèche, des vergetures spécifiques se forment. La tumeur se forme lentement, les symptômes n'apparaissent pas immédiatement.
  • Les thyrotropinomes entraînent une perte de poids, des troubles de la mémoire et une diminution de l'attention. Il n'y a pas de libido, de menstruation chez les femmes.
  • Les prolactinomes provoquent des conditions associées à un dysfonctionnement sexuel du corps. Dans le même temps, chez les hommes, la zone de la poitrine augmente sensiblement, chez les femmes, le cycle menstruel est perturbé (les menstruations sont absentes pendant une longue période), des saignements utérins peuvent commencer. Très souvent, avec ces types de tumeurs, les cellules pathologiques se développent lentement, pendant longtemps presque sans se révéler.
  • Les somatotropinomes contribuent au développement de l'acromégalie et du gigantisme - des conditions dans lesquelles les os du squelette deviennent disproportionnés. Si vous regardez les photos de patients, une augmentation significative des os du visage, des membres supérieurs et inférieurs est perceptible.

En raison de la croissance de la tumeur, une pression apparaît sur les tissus environnants, ce qui provoque des troubles du fonctionnement du système nerveux, des déficiences visuelles, qui progressent avec le temps.

Lorsque les terminaisons nerveuses du crâne humain sont comprimées, les symptômes suivants, indiquant des tumeurs hypophysaires, peuvent être dérangeants:

  • maux de tête, migraines;
  • Difficulté à bouger ou globes oculaires tremblants
  • nez qui coule sous une forme chronique;
  • évanouissement;
  • convulsions;
  • les troubles du sommeil;
  • troubles du travail du système cardiovasculaire;
  • démence.

Lorsque la tumeur affecte les tissus adjacents, d'autres troubles associés à l'état mental de la personnalité s'ajoutent aux symptômes ci-dessus..

Tests diagnostiques

En cas de suspicion de tumeur hypophysaire, des consultations d'un endocrinologue, d'un ophtalmologiste, d'un neurologue sont nécessaires, suivies d'un examen approfondi du corps.

Une technique permettant d'établir la présence ou l'absence d'une maladie est associée au diagnostic de troubles ophtalmiques et hormonaux, ainsi qu'à la neuroimagerie du néoplasme..

L'ophtalmologiste examine le fond, évalue l'état du nerf optique, mesure l'acuité et le champ de vision. Avec une tumeur, il y a des troubles de la fonction visuelle associés à l'incapacité de voir les objets de côté, ainsi qu'au mouvement involontaire des pupilles.

Le diagnostic peut être posé sur la base de signes externes de la maladie. Dans ce cas, une enquête est également attribuée en utilisant les méthodes ci-dessus. Il est important de prendre en compte la symptomatologie générale de l'état pathologique, car individuellement, les signes peuvent indiquer une variété de maladies..

L'endocrinologue vous enverra pour des tests d'urine et de sang veineux, en fonction des résultats desquels le niveau d'hormones hypophysaires est déterminé. Si leur contenu est dépassé, il est logique de vérifier l'hypophyse elle-même.

Pour clarifier le diagnostic, un neurologue peut prescrire les examens suivants:

  • Radiographie du crâne et de la sella turcica, qui permet de voir le changement de taille et de diagnostiquer une érosion de son fond, une augmentation des sinus du nez et de la mâchoire inférieure, un changement d'épaisseur osseuse et un élargissement des espaces entre les dents.
  • Tomodensitométrie (TDM), avec laquelle la taille exacte de la tumeur est établie.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM), qui permet de diagnostiquer de petits néoplasmes (moins de 5 mm), ainsi que d'établir la nature de la tumeur formée.
  • Angiographie des vaisseaux cérébraux, révélant le processus pathologique de déplacement de l'artère carotide et permettant de distinguer un anévrisme des vaisseaux cérébraux (néoplasme sur un vaisseau sanguin) et une tumeur hypophysaire.
  • Examen du liquide céphalo-rachidien à la recherche de protéines pouvant être l'un des symptômes d'une tumeur.

Conséquences possibles et pronostic

Une maladie à un stade avancé en l'absence de traitement approprié entraîne de graves complications. Il peut contribuer au développement de dysfonctionnements visuels, d'hémorragie cérébrale, d'infertilité, d'impuissance et d'autres troubles sexuels, ainsi que d'entraîner des dépressions nerveuses et une instabilité mentale de la personnalité..

Il est impossible de dire sans équivoque quel sera le pronostic de cette maladie. Tout dépend de nombreux facteurs: la taille de la tumeur, sa localisation, la nature de la formation. L'activité hormonale humaine est également prise en compte. Avec un néoplasme bénin, le pronostic est largement favorable. La maladie est traitable, l'équilibre hormonal est rétabli avec le temps.

Un diagnostic précoce avec un traitement ultérieur affecte également un résultat positif. La restauration de la viabilité des nerfs optiques n'est possible qu'au début du processus inflammatoire.

Afin d'éviter le développement d'une tumeur hypophysaire, il est important de maintenir un mode de vie sain, de diagnostiquer et de traiter en temps opportun les anomalies hormonales et les troubles fonctionnels du système nerveux..

Traitement

Plus la maladie est détectée tôt, plus grandes sont les chances de trouver une solution positive au problème. Le traitement est prescrit par des spécialistes - un neurochirurgien et un endocrinologue - en fonction des résultats des examens, lorsque le type de pathologie, sa taille et son emplacement sont identifiés.

Il existe plusieurs façons de traiter une tumeur:

  1. Médicament.
    Médicaments prescrits, dont l'action vise à réduire les adénomes, ainsi qu'à réguler le niveau d'hormones dans le sang.
  2. Intervention opératoire.
    Une méthode efficace associée à la pénétration dans la zone du processus inflammatoire par les sinus. Cela évite les incisions et le risque d'infection du corps lors des actions opératoires..
  3. Radiothérapie.
    Il est utilisé dans les cas où une intervention chirurgicale est impossible. Dans la pratique médicale moderne, une méthode radiochirurgicale est utilisée, impliquant l'utilisation d'un cyberknife. Il irradie la zone touchée de tous les côtés et évite les interférences invasives dans le corps. La dose est choisie individuellement, en tenant compte des caractéristiques de la tumeur, ainsi que de l'état du patient.

Dans la vidéo, le spécialiste parle de l'adénome hypophysaire:

Dans certains cas, des traitements mixtes sont utilisés pour obtenir un effet maximal en peu de temps..

Au moment de décider du choix du traitement, il est important de prendre en compte toutes les composantes de ce processus. La prise de médicaments doit être convenue avec votre médecin. L'automédication et l'auto-administration de médicaments sont interdites.

Traitement et symptômes d'une tumeur hypophysaire

Une tumeur pituitaire est un terme collectif qui comprend les néoplasmes bénins et malins de la glande. Selon les statistiques, les tumeurs sont diagnostiquées dans 15% de tous les problèmes de l'hypophyse. La maladie est également fréquente chez les hommes et les femmes, principalement entre 20 et 40 ans. Le tableau clinique comprend des symptômes cérébraux et des troubles hormonaux, car l'hypophyse est une glande endocrine. Pour le diagnostic, des méthodes de visualisation sont utilisées - imagerie par ordinateur et par résonance magnétique. Le traitement est effectué par des méthodes conservatrices et chirurgicales.

Le concept de la maladie

Une tumeur hypophysaire est une prolifération pathologique de tissu organique qui provoque son dysfonctionnement. Cela est dû à un dysfonctionnement du cycle de vie des cellules, qui commencent à se multiplier de manière intensive. La pathologie se développe principalement chez les jeunes hommes et femmes, moins souvent chez les enfants et les personnes âgées.

La glande pituitaire est une glande endocrine qui produit des hormones qui régulent d'autres glandes et fonctions corporelles. La glande pituitaire est située dans la selle turque - un approfondissement de l'os sphénoïde du crâne. L'organe est divisé en deux sections qui produisent des hormones différentes - l'adénohypophyse et la neurohypophyse.

Les tumeurs peuvent être indépendantes, provenant du tissu pituitaire ou métastatiques - d'autres organes.

Classification

Les maladies tumorales de l'hypophyse sont classées selon différents critères..

Tableau - Classification des néoplasmes.

SigneTypesCaractéristique
Type de tumeurBéninDiffère par une croissance relativement lente, ne se développe pas dans les tissus environnants, a presque toujours une capsule, ne donne pas de métastases
MalinIl se caractérise par une croissance rapide, peut se développer dans les tissus voisins, provoque une intoxication générale du corps, donne des métastases
LocalisationAdénohypophyseDevant de la glande
NeurohypophyseL'arrière de la glande
La tailleMicroadénomeMoins de 10 mm de diamètre
MacroadénomePlus de 1 cm de diamètre
Activité fonctionnelleMuet ou non hormonalNe conduit pas à une augmentation de la production d'hormones
actifProvoque un excès de production d'hormones, selon la localisation: somatotropinome, thyrotropinome, gonadotropinome, adénome ACTH, prolactinome.

Les tumeurs hormono-actives sont le plus souvent observées, parmi lesquelles la plus courante est le prolactinome. Il existe des adénomes dits hétérogènes qui produisent plusieurs hormones à la fois. Les formations malignes sont extrêmement rares.

Selon la CIM 10, la maladie est codée par la désignation C75.1.

Les raisons

Les causes spécifiques des maladies tumorales de l'hypophyse n'ont pas encore été établies. Il n'y a que des hypothèses théoriques expliquant l'apparition de la maladie:

  • Prédisposition génétique;
  • Déséquilibre hormonal dans le corps;
  • Traumatisme cérébral;
  • Infections neurotropes;
  • Sinusite chronique - inflammation des sinus dans les os du crâne;
  • Dommages causés par les radiations;
  • Effets indésirables sur le fœtus pendant la grossesse;
  • Accouchement pathologique.

La maladie est généralement causée par une combinaison de facteurs prédisposants.

Image clinique

Les symptômes d'une tumeur hypophysaire chez les femmes et les hommes sont déterminés par la nature du néoplasme, sa taille et son activité fonctionnelle.

Dans 20% des cas, la pathologie est asymptomatique, ce qui complique grandement le diagnostic.

Les manifestations cliniques des tumeurs diffèrent chez les enfants et les adultes. Cela est dû aux différents effets des hormones sur les enfants et les adultes..

Tableau - Manifestations de différents types hormonaux de tumeurs

Un typeSymptômes
ProlactinomeChez les hommes, cela provoque une gynécomastie - une augmentation des glandes mammaires. Chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, le lait est libéré du sein. L'état de la peau change - elle devient grasse, l'acné apparaît et la quantité de poils augmente. Une infertilité secondaire est observée en raison d'irrégularités menstruelles.
SomatotropinomeUn adulte développe une acromégalie - épaississement et expansion des os du visage et des doigts. Il y a un aplatissement du nez, une hypertrophie des arcades sourcilières et zygomatiques, une saillie du menton. L'acromégalie s'accompagne d'une augmentation de la pression artérielle et de douleurs musculaires. Lorsqu'une tumeur se forme chez un enfant, lorsque la croissance des os n'est pas encore terminée, le gigantisme, la malocclusion, se développe.
GonadotrophinomeChez la femme, le cycle menstruel est perturbé, des saignements utérins apparaissent. Chez les hommes, la maladie provoque l'impuissance, le manque de libido. L'infertilité secondaire se développe chez les deux sexes.
ThyrotropinomeLa thyréotoxicose se développe - hyperfonctionnement de la glande thyroïde. Cela se manifeste par une diminution de la libido, une perte de poids, une irritabilité accrue, une peau sèche, une exophtalmie. Une personne atteinte de thyrotoxicose a une fréquence cardiaque rapide et une pression artérielle élevée.
Adénome ACTHLa maladie d'Itsenko-Cushing se forme - obésité dans l'abdomen et les cuisses, visage rond, vergetures sur la peau. Il y a un rythme cardiaque lent, une pression artérielle basse, une faiblesse constante.

En outre, le tableau clinique comprend des signes de compression des structures cérébrales par la tumeur en croissance. Selon la fonction de la zone comprimée, les symptômes suivants se développent:

  • réduction de la clarté et de l'acuité visuelle jusqu'à la cécité;
  • vision double;
  • tombant des paupières;
  • maux de tête;
  • rhinite chronique;
  • syndrome convulsif;
  • les adolescents développent un déficit d'attention;
  • diminution de l'intelligence;
  • évanouissement.

Ces manifestations sont causées par la compression de divers nerfs crâniens et une altération de la circulation sanguine dans la moelle.

Le mal de tête causé par la tumeur est d'un caractère toujours terne et n'est pas éliminé par la prise d'analgésiques. La tête fait la même chose à différents moments de la journée et avec différentes positions du corps. La douleur à l'arrière de la tête est localisée.

Lorsque l'hypothalamus, situé au-dessus de l'hypophyse, est comprimé, les symptômes suivants se forment:

  • violation de la régulation de la température du corps;
  • Augmentation de l'appétit;
  • troubles du sommeil;
  • changement d'état émotionnel.

Les ventricules du cerveau sont situés sous la glande pituitaire. Si la tumeur les appuie, le liquide céphalo-rachidien peut s'accumuler et une hydrocéphalie se forme - hydropisie cérébrale.

Bénin

Les manifestations d'une tumeur bénigne sont causées par la surproduction de l'hormone et la compression des parties du cerveau par la formation volumétrique. Les petites excroissances ne provoquent généralement pas de symptômes graves. Le tableau clinique devient clair lorsque l'adénome atteint une taille telle qu'il commence à serrer le tissu.

Malin

Ces tumeurs sont extrêmement rares. Avec le cancer de l'hypophyse, il y aura tout d'abord des signes d'intoxication générale du corps:

  • maux de tête;
  • nausée et vomissements;
  • perdre du poids;
  • fatigue accrue;
  • pâleur de la peau;
  • perte d'appétit;
  • fonte musculaire.

Le carcinome se développe rapidement dans les tissus environnants, des métastases dans d'autres organes. Ceci est fatal en quelques mois. Les métastases apparaissent généralement dans les ganglions lymphatiques régionaux puis distants.

Si vous présentez des signes suspects, vous devez contacter un endocrinologue ou un neurologue.

Diagnostique

Le trouble tumoral de l'hypophyse est diagnostiqué selon un algorithme spécifique:

  • Identification des plaintes des patients;
  • Examen objectif;
  • Méthodes de laboratoire;
  • Méthodes instrumentales.

Tableau - Etudes pour le diagnostic d'une tumeur.

MéthodeRésultat
Test sanguin pour les niveaux d'hormonesContenu anormal d'une ou plusieurs hormones hypophysaires
Examen du fond d'œilGonflement de la tête du nerf optique. De plus, l'acuité visuelle est vérifiée.
Radiographie du crâneExpansion de la selle turque, atrophie de son fond, épaississement des os du visage. La radiographie se fait en deux projections.
CT et IRMVisualisation de la tumeur elle-même - il est possible de déterminer la formation de 2 mm de diamètre. L'IRM vous permet de reconnaître avec précision la croissance tumorale invasive.
Angiographie des vaisseaux cérébrauxDéplacement de l'artère carotide

Des signes positifs sont nécessaires dans plusieurs études pour poser un diagnostic. Il est nécessaire de différencier la tumeur avec d'autres processus volumétriques - kyste, anévrisme vasculaire. Il est également nécessaire de distinguer la pathologie du syndrome d'une selle turque vide, qui présente également des symptômes ophtalmiques. Pour le diagnostic différentiel, il est nécessaire de procéder à un examen complet du patient.

Méthodes de traitement

Les tactiques de traitement sont déterminées individuellement pour chaque patient par un endocrinologue et un neurochirurgien. En fonction des caractéristiques de la tumeur et de l'état général du corps, une thérapie médicamenteuse, une radiothérapie et une chirurgie sont utilisées. Le traitement est effectué dans un dispensaire oncologique.

Conservateur

Aucun régime spécial n'est requis pour les patients présentant une insuffisance hypophysaire. Il est recommandé de respecter les principes d'une alimentation saine. Exclure du régime:

  • aliments gras et frits;
  • conservateurs;
  • colorants et exhausteurs de goût;
  • pimenter;
  • de l'alcool.

Sains sont les noix, les fruits secs, la viande maigre, le poisson de mer, les légumes, les fruits et les légumes verts.

Pour le traitement des adénomes de la prolactine et de l'ACTH, des agonistes de la dopamine sont utilisés. Ceux-ci inclus:

  • Cabergoline;
  • Bromocriptine;
  • Octréotide;
  • Cyproheptadine.

Le médicament Cabergoline aide non seulement à réduire la formation de tumeurs, mais normalise également le fond hormonal du corps. Chez les hommes, la puissance et la libido sont restaurées. La grossesse est possible chez les femmes pendant le traitement par Cabergoline.

Le traitement à l'hormone de croissance est effectué avec des analogues synthétiques de la somatostatine - une substance qui supprime la production d'hormone de croissance. Ceux-ci incluent le médicament Sandostatine.

Avec la thyrotoxicose causée par le thyrotropinome, les thyrostatiques sont indiqués, par exemple Tyrozol. Il convient de rappeler que le traitement médicamenteux dans ce cas n'est que symptomatique, éliminant les conséquences d'une augmentation de la production d'hormones. Pour influencer la cause de la pathologie, c'est-à-dire l'adénome, nécessite une radiothérapie ou une chirurgie.

La prise de médicaments se poursuit pendant une longue période - au moins deux ans. Le traitement médicamenteux est indiqué pour les macroadénomes qui ne peuvent pas être enlevés chirurgicalement.

La radiothérapie est préférée chez les patients âgés et chez ceux présentant des contre-indications à la chirurgie. Il est prescrit dans le cas de l'oncologie, c'est-à-dire de la nature maligne du processus tumoral. Une méthode non chirurgicale de destruction de la tumeur est réalisée à l'aide d'un couteau gamma. Dans ce cas, l'effet du rayonnement sur le néoplasme de tous les côtés est effectué, les tissus adjacents ne sont pas affectés à ce moment. Le rayonnement provoque un processus involutif dans le tissu tumoral et permet de le réduire plusieurs fois. L'effet de la radiothérapie ne vient pas immédiatement; plusieurs procédures sont nécessaires. Un tel traitement est associé au développement d'effets secondaires désagréables - fatigue, nausées et vomissements, maux de tête, inflammation des muqueuses..

La radiothérapie est recommandée dans les situations suivantes:

  • le processus n'affecte pas les nerfs optiques;
  • le processus volumétrique ne s'étend pas au-delà de la selle turque;
  • il n'y a pas d'hypertrophie de la selle turque;
  • la taille du néoplasme ne dépasse pas 3 cm.

Des recettes populaires pour le traitement des tumeurs hypophysaires sont également connues..

  1. Teinture de Bedwort. L'herbe est coupée et versée avec 70% d'alcool dans un rapport de 1:10. Placer dans un plat en verre, secouer. Insistez dans un endroit sombre pendant une semaine. Prendre 10 gouttes le matin, à dissoudre dans un demi-verre d'eau.
  2. Pour préparer un autre remède, prenez des quantités égales de graines de lin et de citrouille, de racine de gingembre hachée, de miel. Tout est soigneusement broyé dans un mélangeur. Le mélange est conservé au réfrigérateur et pris dans une cuillère à café avant les repas..
  3. Teinture de pruche. Il s'agit d'une plante vénéneuse, les dosages doivent donc être soigneusement observés. L'herbe est versée avec 70% d'alcool dans un rapport de 1:10, a insisté pendant une semaine dans un endroit sombre. Vous devez prendre le remède selon un certain schéma. Commencez avec une goutte de teinture, puis ajoutez chaque jour goutte à goutte. À partir du quarantième jour, prenez dans l'ordre inverse - une goutte de moins chaque jour.

Il n'est pas recommandé de traiter les tumeurs avec des remèdes populaires, car leur efficacité n'a pas été prouvée et le report du traitement approprié peut entraîner le développement de complications.

Chirurgical

La méthode de traitement la plus efficace. L'accès se fait par l'os frontal ou sphénoïde. Une méthode plus moderne est l'accès transsphénoïdal (par les voies nasales à l'aide d'un équipement endoscopique). L'opération est réalisée lorsque la taille de la tumeur est supérieure à 5 mm. La guérison par chirurgie endoscopique est beaucoup plus rapide qu'avec la chirurgie ouverte..

  1. Élimination transnasale. Il est recommandé si la tumeur est située à l'intérieur de la selle turque ou s'étend légèrement au-delà. Elle est réalisée sous anesthésie locale, moins souvent sous anesthésie intraveineuse. L'endoscope est passé à travers les voies nasales, puis à travers le sinus ethmoïde, atteignant la glande pituitaire. La progression de l'opération est contrôlée en transférant l'image sur l'écran de l'ordinateur. Les tissus tumoraux sont retirés, le saignement est arrêté par un électrocautérisation.
  2. Craniotomie. Il est indiqué pour la croissance asymétrique des tissus tumoraux, leur germination dans les organes voisins. L'accès se fait par l'os frontal ou temporal. L'opération est réalisée sous anesthésie générale. Après l'ouverture du crâne, le tissu tumoral et une zone de tissu externe sain autour de celui-ci sont retirés. Ceci est nécessaire pour réduire le risque de récidive..

Après la chirurgie, le patient est dans un établissement médical pendant une période de 5 à 15 jours, reçoit une antibiothérapie, des médicaments hormonaux. Cela est nécessaire pour prévenir les complications inflammatoires postopératoires, pour restaurer le corps. Un traitement supplémentaire est effectué par des endocrinologues et des neurologues. Après la chirurgie, une IRM est nécessaire chaque année pour surveiller l'état de l'hypophyse.

Pourquoi les médecins recommandent-ils un traitement chirurgical le plus tôt possible? Plus la lésion est petite, plus il est facile de la retirer avec le plus faible risque de récidive. Une grosse tumeur entraîne le développement de complications irréversibles. Par conséquent, le traitement chirurgical est l'option la plus optimale aux premiers stades de la maladie. Une indication directe de la chirurgie est une tumeur hormono-active. Parfois, une combinaison de chirurgie et de radiothérapie est nécessaire.

Les complications de l'opération peuvent être:

  • dommages aux nerfs optiques et cécité;
  • saignement des vaisseaux endommagés;
  • maux de tête dus à un écoulement massif de liquide céphalo-rachidien;
  • infection du tissu cérébral.

Une chirurgie correctement réalisée permet de restaurer les fonctions visuelles altérées dans 67% des cas, les troubles endocriniens disparaissent dans 23% des cas. Une récidive de la pathologie est observée chez 13% des patients.

Complications

La plupart des complications sont associées à des troubles endocriniens:

  • diabète insipide;
  • hypertension artérielle;
  • l'ostéoporose;
  • ulcère stéroïdien de l'estomac;
  • psychose;
  • cardiomyopathie;
  • insuffisance cardiaque.

La proportion de complications en développement est d'environ 10%, sous réserve d'un traitement rapide, et augmente à 80% en l'absence de mesures thérapeutiques.

Prévoir

Dans le cas d'une tumeur bénigne, le pronostic pour la vie est favorable - 80% des cas peuvent être guéris. L'espérance de vie humaine ne souffre pas. Les grosses tumeurs de plus de 2 cm de diamètre sont difficiles à éliminer, de sorte que la maladie peut réapparaître dans les cinq ans. Il est nécessaire d'être traité en temps opportun, sans attendre une augmentation du néoplasme. Une longue évolution de la maladie peut entraîner des conséquences irréversibles associées à la compression des structures cérébrales.

Le carcinome est mortel dans presque 100% des cas. Une détection rapide de la maladie et un traitement adéquat peuvent prolonger la vie de 5 à 7 ans. Le carcinome entraîne souvent une récidive. Il est totalement impossible de guérir une tumeur maligne de l'hypophyse.

Les patients avec un adénome guéri peuvent vivre une vie bien remplie malgré les complications. La plupart d'entre eux peuvent travailler dans leur emploi précédent, certains se voient attribuer un handicap.

Il n'y a pas de prévention de la maladie. Pour réduire le risque de maladie, il est nécessaire d'éviter les situations traumatiques, de traiter les maladies infectieuses en temps opportun et de gérer correctement la grossesse et l'accouchement..