Principal

Glandes surrénales

Grande encyclopédie médicale, traitement à Moscou

Une tumeur hypophysaire est une croissance anormale de l'hypophyse - la partie du cerveau qui régule l'équilibre des hormones dans le corps et appartient au genre des tumeurs cérébrales.

Causes d'une tumeur hypophysaire

L'hypophyse est une glande endocrine de la taille d'un pois située à la base du cerveau qui aide à contrôler la production d'hormones provenant d'autres glandes endocrines, telles que la thyroïde et les glandes surrénales. Dans le même temps, elle produit elle-même également des hormones qui affectent directement les tissus du corps, par exemple les os..

Liste des hormones produites par l'hypophyse:
- hormone adrénocorticotrope (ACTH),
- hormone de croissance (GH),
- prolactine
- hormone stimulant la thyroïde (TSH)

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, la libération de l'hormone par les cellules hypophysaires peut être endommagée, provoquant un hypopituitarisme.
Les causes de la tumeur hypophysaire sont encore inconnues. Cependant, certains d'entre eux sont une maladie héréditaire connue sous le nom de néoplasie endocrinienne multiple..

Autres types de tumeurs:
- craniopharyngiomes
- kystes
- germinomes
- tumeurs qui se sont propagées du cancer à une autre partie du corps (métastases)

Tumeur hypophysaire - signes

Maladies résultant d'une violation de la croissance normale de l'hypophyse:
- hyperthyroïdie
- syndrome de Cushing
- gigantisme ou acromégalie.

Il est important de souligner que les signes causés par la pression d'une grosse tumeur hypophysaire peuvent inclure:
- mal de crâne
- léthargie
- nez qui coule
- nausée et vomissements
- difficulté à sentir
- vision double
- paupières tombantes
- perte de coordination
Parfois, ces symptômes peuvent apparaître soudainement et être très graves.

Tumeur hypophysaire - photo

Tumeur hypophysaire - traitement

Une tumeur pituitaire n'est généralement pas cancéreuse et ne se propage donc pas à d'autres parties du corps, mais à mesure qu'elle se développe, elle peut exercer une pression sur les nerfs et les gros vaisseaux sanguins..

Une chirurgie pour enlever la tumeur est souvent nécessaire de toute façon, surtout si elle appuie sur les nerfs optiques, ce qui peut conduire à la cécité. En pratique, les tumeurs hypophysaires peuvent être retirées par le nez et les sinus. Cependant, certains d'entre eux doivent être enlevés par le crâne.
La radiothérapie peut être utilisée pour réduire la taille de la formation (en combinaison avec une intervention chirurgicale ou si le patient ne peut pas subir une opération complète pour une raison ou une autre).

Médicaments pour le traitement des tumeurs

Les médicaments suivants peuvent réduire certains types de tumeurs:
- La bromocriptine ou la cabergoline est la première ligne de traitement des tumeurs produisant de la prolactine. Ces médicaments abaissent les taux de prolactine et réduisent le gonflement.
- L'octréotide ou le pegvisomant est parfois utilisé pour les tumeurs qui libèrent de l'hormone de croissance, en particulier lorsqu'il est peu probable que la chirurgie guérisse..

Tumeur hypophysaire - la mort est-elle possible?

La réponse à cette question est assez simple - Si la formation peut être enlevée chirurgicalement, les perspectives sont plutôt bonnes et la personne après la chirurgie et la rééducation pourra continuer à mener une vie presque normale.

5 mythes sur les tumeurs hypophysaires

La glande pituitaire est une glande endocrine située à la base du cerveau. C'est l'un des organes les plus importants du système endocrinien: il produit des hormones qui régulent les processus de croissance, le métabolisme et la fonction de reproduction. Les néoplasmes hypophysaires représentent près de 15% de toutes les tumeurs intracrâniennes.

Bien que la médecine moderne réussisse à faire face au traitement de pathologies de ce type, elles sont toujours entourées de nombreux mythes. Aujourd'hui, nous dissiperons les plus courants..

Toutes les tumeurs hypophysaires sont malignes

La grande majorité des tumeurs hypophysaires sont bénignes. Le plus souvent, il s'agit d'adénomes (tumeurs des cellules du tissu glandulaire). Ils ne sont pas aussi dangereux que malins, mais ils peuvent avoir un effet significatif sur les niveaux hormonaux dans le corps..

Les patients atteints de tumeurs hypophysaires souffrent généralement de dysfonctionnements des surrénales, de la thyroïde et des gonades. De plus, un gros adénome comprime les nerfs crâniens et optiques, ce qui entraîne des maux de tête et des convulsions persistants, ainsi que le développement d'une déficience visuelle..

Les tumeurs hypophysaires sont difficiles à diagnostiquer

Ce n'est pas vrai. Les tumeurs de l'hypophyse sont parfaitement visualisées à l'aide de rayons X, d'imagerie par résonance magnétique et de tomodensitométrie du cerveau. Pour clarifier le diagnostic, un examen ophtalmologique est effectué, une évaluation du taux d'hormones dans le sang, l'urine et la salive du patient.

Une étude détaillée des résultats de la recherche et la prise en compte des plaintes du patient permettent en règle générale non seulement d'établir la présence d'un néoplasme hypophysaire, mais également de déterminer le type de tumeur et d'évaluer sa taille..

L'hérédité est la principale cause des tumeurs hypophysaires

On suppose que le développement de certaines de ces tumeurs peut effectivement être déterminé génétiquement, mais la raison de leur apparition n'a pas encore été établie de manière fiable. Aujourd'hui, on sait que parmi les facteurs de provocation, une place importante est occupée par les blessures au crâne, les neuroinfections, les maladies chroniques des organes ORL (par exemple, la sinusite) et les néoplasmes d'autres glandes endocrines..

Les tumeurs hypophysaires sont traitées exclusivement par chirurgie

Chaque patient souffrant d'une tumeur hypophysaire reçoit un traitement individuel, dont la tactique est déterminée par le type et le stade du néoplasme. Par exemple, dans le traitement du prolactinome (une tumeur qui affecte la production de l'hormone prolactine), les médicaments en comprimés jouent un rôle majeur. Leur réception conduit dans la plupart des cas à une diminution et parfois à une résorption complète du néoplasme..

Les tumeurs qui affectent la production d'hormone de croissance sont souvent éliminées par chirurgie endoscopique (l'intervention se fait par les voies nasales). Dans la période de récupération, un traitement médicamenteux est effectué. Dans certains cas, la radiothérapie est également utilisée..

Les tumeurs hypophysaires n'apparaissent pas à l'extérieur

L'une des principales fonctions de l'hypophyse est la production de somatotropine, la soi-disant hormone de croissance. La violation de ses produits s'accompagne de changements importants dans l'apparence d'une personne (par exemple, acromégalie).

Les personnes atteintes de ce trouble grandissent plus vite que leurs pairs dès la petite enfance. Tous leurs os deviennent anormalement gros. En arrivant à maturité, les patients ont une très grande taille, des traits du visage excessivement grands et rugueux, des pieds et des mains larges. Les changements externes sont accompagnés d'une fonction de reproduction altérée, de multiples lésions articulaires, de maux de tête. Le risque de développer des maladies cardiovasculaires, pulmonaires et oncologiques pour ces patients est extrêmement élevé..

Les tumeurs hypophysaires qui affectent la production d'hormones peuvent être indiquées par des amas graisseux dans certaines zones du corps, une hypertrophie des glandes mammaires chez l'homme, des manifestations cutanées, des modifications des cheveux et des ongles et d'autres signes externes.

Une fatigue ou une nervosité constante, des maux de tête persistants, un écoulement nasal chronique, des convulsions, des troubles visuels périodiques (vision double, diminution de l'acuité visuelle ou rétrécissement du champ de vision) sont des raisons de consulter un médecin et de subir un examen qui comprend la détermination du taux d'hormones hypophysaires dans le sang. En outre, les femmes doivent prêter attention à la stabilité du cycle menstruel et les hommes aux troubles de la puissance. Les tumeurs de la glande pituitaire sont diagnostiquées avec succès et, dans la plupart des cas, peuvent être traitées. Consulter un médecin plus tôt augmente les chances de guérison complète.

Tumeur hypophysaire - qu'est-ce que c'est? Signes de la maladie chez les femmes

La glande pituitaire est un petit appendice du cerveau étroitement associé à l'hypothalamus. Ses fonctions sont de réguler le système endocrinien du corps. Les cas de développement de tumeurs oncologiques ne sont pas rares. Cet article traite plus en détail des questions - qu'est-ce qu'une tumeur hypophysaire et ses symptômes chez la femme.

Une tumeur hypophysaire est une tumeur bénigne, moins souvent maligne, qui survient dans les lobes antérieur et postérieur de la glande pituitaire. Cette maladie survient à la fois chez les femmes et les hommes âgés de 30 à 40 ans. Les raisons du développement d'une tumeur hypophysaire sont encore inconnues..

  1. Classification des tumeurs hypophysaires
  2. Macroadénome hypophysaire chez la femme et ses symptômes
  3. Tumeurs hypophysaires chez les femmes causées par une altération de la production d'hormone de croissance et leurs symptômes
  4. Prolactinome
  5. Adénome hypophysaire sécrétant de la thyrotropine
  6. Corticotropinome. syndrome de Cushing
  7. Tumeur sécrétant de la gonadotrophine chez la femme
  8. Diagnostique
  9. Traitement des tumeurs hypophysaires
  10. Pronostic tumoral et ses conséquences
  11. Nutrition pour l'adénome hypophysaire
  12. Vidéos connexes:
  13. Prévention des tumeurs

Classification des tumeurs hypophysaires

Les néoplasmes de la glande pituitaire peuvent être de deux types:

  • Néoplasmes fonctionnels - perturbent l'équilibre d'une certaine hormone;
  • Néoplasmes non fonctionnels - à mesure qu'ils se développent, ils pressent les centres du cerveau, sans être accompagnés d'aucun symptôme. Peut atteindre de grandes tailles.

La plus courante est une tumeur hypophysaire non fonctionnelle. Dans le même temps, les symptômes chez les femmes n'apparaissent pas toujours. Des problèmes de glande pituitaire sont détectés par hasard lors de la TDM et de l'IRM.

Cliniques de premier plan en Israël

Ceux-ci inclus:

  • Hérédité;
  • Infections du système nerveux;
  • Lésion cérébrale traumatique;
  • Médicaments hormonaux.

Les tumeurs hypophysaires peuvent être malignes et bénignes. Une tumeur bénigne, ou adénome, est plus fréquente. L'adénome est caractérisé par une croissance lente. En comprimant les parties adjacentes du cerveau, il ne pénètre pas dans celles-ci et s'enlève facilement à l'aide d'une intervention chirurgicale. Une tumeur maligne se développe rapidement, est capable de pénétrer dans les zones environnantes du cerveau, des vaisseaux sanguins et lymphatiques, tout en donnant des métastases aux organes. Il est difficile de traiter.

Les glandes pituitaires bénignes peuvent être de plusieurs types:

  • Picoadénome, d'une taille inférieure à 3 mm;
  • Microadénome, d'une taille inférieure à 1 cm;
  • Macroadénome de plus de 1 cm;
  • Adénome hypophysaire géant.

Macroadénome hypophysaire chez la femme et ses symptômes

En pressant les centres nerveux voisins, un macroadénome entraîne une diminution de la production d'hormones telles que le cortisol, l'hormone de croissance, les hormones sexuelles et les hormones thyroïdiennes.

Ceci est accompagné de symptômes tels que:

  • Mal de crâne;
  • Étourdissements et perte de conscience;
  • Vision trouble ou cécité;
  • La nausée;
  • Fatigue, faiblesse;
  • Menstruations irrégulières ou absentes;
  • Diminution de la libido.

Parfois, un néoplasme bénin, serrant les lobes postérieurs de l'hypophyse, provoque une carence en hormone vasopressine. En conséquence, le diabète insipide se développe, accompagné de mictions fréquentes. En raison de la grande perte de liquide, une déshydratation se produit, ce qui peut conduire au coma. Pour éliminer ces symptômes, des médicaments sont utilisés pour remplacer la vasopressine..

Tumeurs hypophysaires chez les femmes causées par une altération de la production d'hormone de croissance et leurs symptômes

Les principaux signes de ces formations sont dus à la production accrue d'hormone somatotrope, ou hormone de croissance. La manifestation de la pathologie dépend de l'âge du patient. Fondamentalement, la maladie s'accompagne des symptômes suivants:

  • Augmentation de la taille des membres;
  • Agrandissement des lèvres et du nez;
  • Lobes d'oreille élargis
  • Menton, pommettes et crâne élargis;
  • Arthrite provoquant une déformation osseuse;
  • Articulations et maux de tête;
  • Augmentation de la transpiration;
  • Violation de l'activité cardiovasculaire;
  • Augmentation de la glycémie.

Chez les enfants, cette maladie peut être accompagnée de transpiration, de croissance osseuse accélérée et de douleurs articulaires..

Prolactinome

Le prolactinome est une tumeur bénigne de l'hypophyse antérieure, plus fréquente chez les jeunes femmes en âge de procréer. Le manque de prolactine provoque un dysfonctionnement des ovaires et des glandes mammaires. Elle se caractérise par des irrégularités menstruelles, une sensibilité des seins et une production de lait anormale indépendamment de l'accouchement. Le prolactinome peut entraîner une infertilité secondaire.

Adénome hypophysaire sécrétant de la thyrotropine

Ce type de tumeur est rare. À mesure que le cancer se développe, il entraîne une production accrue de l'hormone thyrotropine, qui affecte directement la glande thyroïde. Il provoque une perte de poids, une transpiration excessive, de l'insomnie, une augmentation du rythme cardiaque, une altération de la sensibilité tactile.

Corticotropinome. syndrome de Cushing

Le corticotropinome est une masse bénigne dans la glande pituitaire antérieure. En raison de niveaux élevés de corticotropine, les glandes surrénales produisent des quantités excessives d'hormones stéroïdes.

À cet égard, le syndrome de Cushing se développe, qui se manifeste par les symptômes suivants:

  • Rougeur et gonflement de la peau du visage;
  • Éruption cutanée et inflammation sous forme d'acné;
  • Irritabilité;
  • Gain de poids dans la région de l'abdomen et de la poitrine;
  • Vergetures violettes sur l'abdomen;
  • Augmentation de la glycémie, diabète;
  • Ostéoporose;
  • Violation de la menstruation.

Tumeur sécrétant de la gonadotrophine chez la femme

La maladie s'accompagne d'une diminution du désir sexuel chez la femme, d'irrégularités menstruelles, d'une diminution de la production de l'hormone testostérone. Le néoplasme atteint plus de 1 cm de taille, entraînant des symptômes tels qu'une vision trouble, des nausées et des vomissements, une migraine, une perte de poids, de la fièvre, des saignements utérins.

Diagnostique

Pour diagnostiquer la maladie, ils ont recours aux procédures suivantes:

  • Analyse du sang et de l'urine - vous permet de déterminer le niveau d'hormones;
  • L'examen par un ophtalmologiste - permet de connaître la taille du néoplasme et de comprendre dans quelle direction il se développe;
  • Examen du liquide céphalo-rachidien pour les protéines, car elles peuvent indiquer la présence d'un cancer dans le cerveau;
  • La TDM (tomodensitométrie) et l'IRM (imagerie par résonance magnétique) du cerveau - occupent une place de premier plan parmi les méthodes de diagnostic des tumeurs hypophysaires. Avec leur aide, il est possible d'identifier même les plus petits adénomes hypophysaires et leur localisation..

Vous voulez connaître le coût du traitement du cancer à l'étranger?

* Ayant reçu des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Traitement des tumeurs hypophysaires

Comment traiter une tumeur, les médecins décident en fonction du type de tumeur. Le traitement est effectué sous la supervision d'un oncologue et d'un endocrinologue. En médecine moderne, un traitement conservateur (thérapie médicamenteuse), une radiothérapie, un traitement chirurgical et complexe de la pathologie sont utilisés.

Avec la pharmacothérapie, le médecin prescrit des médicaments - des agonistes de la dopamine, qui provoquent un rétrécissement par la prolactine. Les agonistes de la dopamine sont des médicaments tels que la bromocriptine, la cabergoline, la cyproheptadine, qui normalisent les niveaux d'hormones.

La radiothérapie est utilisée si le néoplasme ne peut être enlevé par chirurgie pour quelque raison que ce soit. Cette méthode est souvent utilisée pour éliminer les microtumeurs. Une contre-indication est l'emplacement du néoplasme près des nerfs optiques. La radiothérapie est efficace avec une utilisation prolongée. La dose de rayonnement est déterminée par le médecin en fonction du type de tumeur, de sa taille et de sa localisation. L'utilisation d'un cyber couteau est également possible. La radiothérapie est plus souvent prescrite aux patients plus âgés.

La chirurgie endonasale est le moyen le plus efficace d'éliminer l'adénome de l'épididyme. De cette manière, il est plus facile de retirer la masse. L'opération est effectuée par les voies nasales. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de faire des incisions, ce qui signifie que le risque d'infection des patients est insignifiant..

Un traitement complet combine une intervention chirurgicale, suivie d'une radiothérapie, et un traitement conservateur de la maladie grâce à l'utilisation de médicaments hormonaux.

Dans certains cas, ils ont recours à une procédure appelée cryodestruction. La zone de l'épididyme touchée par le cancer est congelée à l'aide d'une sonde spéciale insérée à travers l'os sphénoïde du crâne. Après son introduction, la congélation et la destruction de l'adénome hypophysaire se produisent.

Pronostic tumoral et ses conséquences

La mort par adénome hypophysaire est-elle possible chez la femme? Le pronostic dépend de la rapidité avec laquelle le cancer est diagnostiqué, de la taille de la formation et de son hyperplasie (croissance accélérée des cellules pathologiques).

Les plus difficiles à traiter sont les prolactinomes et les somatotropinomes. Une guérison complète de ces types de néoplasmes, comme le montre la pratique, n'est observée que dans 25% des cas. Une tumeur qui a atteint plus de 2 cm de taille ne peut pas être complètement éliminée. Dans les 5 ans suivant la chirurgie, il peut rechuter. Le reste des types de formations de l'hypophyse sont traités avec plus de succès..

Nutrition pour l'adénome hypophysaire

Pour le fonctionnement normal de l'épididyme, il est tout d'abord nécessaire de bien manger. La consommation de produits contenant des exhausteurs de goût, des conservateurs, des colorants n'est pas recommandée. Vous devez également exclure les boissons alcoolisées, les viandes et saucisses grasses, les craquelins salés et les chips. La liste des aliments utiles pour la glande pituitaire comprend les noix, les fruits secs, les œufs, le chocolat noir, le poisson, le poulet, les légumes et les herbes, riches en toutes les vitamines et minéraux nécessaires au fonctionnement normal de la glande pituitaire.

Vidéos connexes:

Prévention des tumeurs

Bien que la médecine ne soit pas pleinement consciente des causes des tumeurs de la glande pituitaire, il existe encore un certain nombre de mesures qui peuvent empêcher leur développement. Cela nécessite:

  • Ne prenez pas de pilules contraceptives pendant une longue période;
  • À temps pour identifier et traiter les troubles hormonaux dans le corps;
  • Évitez les lésions cérébrales traumatiques et la neuroinfection.

Afin d'éviter le re-développement de la maladie après le traitement, vous devez continuer à prendre les médicaments recommandés par votre médecin, et également subir un examen préventif une fois par an..

Traitement et symptômes d'une tumeur hypophysaire

Une tumeur pituitaire est un terme collectif qui comprend les néoplasmes bénins et malins de la glande. Selon les statistiques, les tumeurs sont diagnostiquées dans 15% de tous les problèmes de l'hypophyse. La maladie est également fréquente chez les hommes et les femmes, principalement entre 20 et 40 ans. Le tableau clinique comprend des symptômes cérébraux et des troubles hormonaux, car l'hypophyse est une glande endocrine. Pour le diagnostic, des méthodes de visualisation sont utilisées - imagerie par ordinateur et par résonance magnétique. Le traitement est effectué par des méthodes conservatrices et chirurgicales.

Le concept de la maladie

Une tumeur hypophysaire est une prolifération pathologique de tissu organique qui provoque son dysfonctionnement. Cela est dû à un dysfonctionnement du cycle de vie des cellules, qui commencent à se multiplier de manière intensive. La pathologie se développe principalement chez les jeunes hommes et femmes, moins souvent chez les enfants et les personnes âgées.

La glande pituitaire est une glande endocrine qui produit des hormones qui régulent d'autres glandes et fonctions corporelles. La glande pituitaire est située dans la selle turque - un approfondissement de l'os sphénoïde du crâne. L'organe est divisé en deux sections qui produisent des hormones différentes - l'adénohypophyse et la neurohypophyse.

Les tumeurs peuvent être indépendantes, provenant du tissu pituitaire ou métastatiques - d'autres organes.

Classification

Les maladies tumorales de l'hypophyse sont classées selon différents critères..

Tableau - Classification des néoplasmes.

SigneTypesCaractéristique
Type de tumeurBéninDiffère par une croissance relativement lente, ne se développe pas dans les tissus environnants, a presque toujours une capsule, ne donne pas de métastases
MalinIl se caractérise par une croissance rapide, peut se développer dans les tissus voisins, provoque une intoxication générale du corps, donne des métastases
LocalisationAdénohypophyseDevant de la glande
NeurohypophyseL'arrière de la glande
La tailleMicroadénomeMoins de 10 mm de diamètre
MacroadénomePlus de 1 cm de diamètre
Activité fonctionnelleMuet ou non hormonalNe conduit pas à une augmentation de la production d'hormones
actifProvoque un excès de production d'hormones, selon la localisation: somatotropinome, thyrotropinome, gonadotropinome, adénome ACTH, prolactinome.

Les tumeurs hormono-actives sont le plus souvent observées, parmi lesquelles la plus courante est le prolactinome. Il existe des adénomes dits hétérogènes qui produisent plusieurs hormones à la fois. Les formations malignes sont extrêmement rares.

Selon la CIM 10, la maladie est codée par la désignation C75.1.

Les raisons

Les causes spécifiques des maladies tumorales de l'hypophyse n'ont pas encore été établies. Il n'y a que des hypothèses théoriques expliquant l'apparition de la maladie:

  • Prédisposition génétique;
  • Déséquilibre hormonal dans le corps;
  • Traumatisme cérébral;
  • Infections neurotropes;
  • Sinusite chronique - inflammation des sinus dans les os du crâne;
  • Dommages causés par les radiations;
  • Effets indésirables sur le fœtus pendant la grossesse;
  • Accouchement pathologique.

La maladie est généralement causée par une combinaison de facteurs prédisposants.

Image clinique

Les symptômes d'une tumeur hypophysaire chez les femmes et les hommes sont déterminés par la nature du néoplasme, sa taille et son activité fonctionnelle.

Dans 20% des cas, la pathologie est asymptomatique, ce qui complique grandement le diagnostic.

Les manifestations cliniques des tumeurs diffèrent chez les enfants et les adultes. Cela est dû aux différents effets des hormones sur les enfants et les adultes..

Tableau - Manifestations de différents types hormonaux de tumeurs

Un typeSymptômes
ProlactinomeChez les hommes, cela provoque une gynécomastie - une augmentation des glandes mammaires. Chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, le lait est libéré du sein. L'état de la peau change - elle devient grasse, l'acné apparaît et la quantité de poils augmente. Une infertilité secondaire est observée en raison d'irrégularités menstruelles.
SomatotropinomeUn adulte développe une acromégalie - épaississement et expansion des os du visage et des doigts. Il y a un aplatissement du nez, une hypertrophie des arcades sourcilières et zygomatiques, une saillie du menton. L'acromégalie s'accompagne d'une augmentation de la pression artérielle et de douleurs musculaires. Lorsqu'une tumeur se forme chez un enfant, lorsque la croissance des os n'est pas encore terminée, le gigantisme, la malocclusion, se développe.
GonadotrophinomeChez la femme, le cycle menstruel est perturbé, des saignements utérins apparaissent. Chez les hommes, la maladie provoque l'impuissance, le manque de libido. L'infertilité secondaire se développe chez les deux sexes.
ThyrotropinomeLa thyréotoxicose se développe - hyperfonctionnement de la glande thyroïde. Cela se manifeste par une diminution de la libido, une perte de poids, une irritabilité accrue, une peau sèche, une exophtalmie. Une personne atteinte de thyrotoxicose a une fréquence cardiaque rapide et une pression artérielle élevée.
Adénome ACTHLa maladie d'Itsenko-Cushing se forme - obésité dans l'abdomen et les cuisses, visage rond, vergetures sur la peau. Il y a un rythme cardiaque lent, une pression artérielle basse, une faiblesse constante.

En outre, le tableau clinique comprend des signes de compression des structures cérébrales par la tumeur en croissance. Selon la fonction de la zone comprimée, les symptômes suivants se développent:

  • réduction de la clarté et de l'acuité visuelle jusqu'à la cécité;
  • vision double;
  • tombant des paupières;
  • maux de tête;
  • rhinite chronique;
  • syndrome convulsif;
  • les adolescents développent un déficit d'attention;
  • diminution de l'intelligence;
  • évanouissement.

Ces manifestations sont causées par la compression de divers nerfs crâniens et une altération de la circulation sanguine dans la moelle.

Le mal de tête causé par la tumeur est d'un caractère toujours terne et n'est pas éliminé par la prise d'analgésiques. La tête fait la même chose à différents moments de la journée et avec différentes positions du corps. La douleur à l'arrière de la tête est localisée.

Lorsque l'hypothalamus, situé au-dessus de l'hypophyse, est comprimé, les symptômes suivants se forment:

  • violation de la régulation de la température du corps;
  • Augmentation de l'appétit;
  • troubles du sommeil;
  • changement d'état émotionnel.

Les ventricules du cerveau sont situés sous la glande pituitaire. Si la tumeur les appuie, le liquide céphalo-rachidien peut s'accumuler et une hydrocéphalie se forme - hydropisie cérébrale.

Bénin

Les manifestations d'une tumeur bénigne sont causées par la surproduction de l'hormone et la compression des parties du cerveau par la formation volumétrique. Les petites excroissances ne provoquent généralement pas de symptômes graves. Le tableau clinique devient clair lorsque l'adénome atteint une taille telle qu'il commence à serrer le tissu.

Malin

Ces tumeurs sont extrêmement rares. Avec le cancer de l'hypophyse, il y aura tout d'abord des signes d'intoxication générale du corps:

  • maux de tête;
  • nausée et vomissements;
  • perdre du poids;
  • fatigue accrue;
  • pâleur de la peau;
  • perte d'appétit;
  • fonte musculaire.

Le carcinome se développe rapidement dans les tissus environnants, des métastases dans d'autres organes. Ceci est fatal en quelques mois. Les métastases apparaissent généralement dans les ganglions lymphatiques régionaux puis distants.

Si vous présentez des signes suspects, vous devez contacter un endocrinologue ou un neurologue.

Diagnostique

Le trouble tumoral de l'hypophyse est diagnostiqué selon un algorithme spécifique:

  • Identification des plaintes des patients;
  • Examen objectif;
  • Méthodes de laboratoire;
  • Méthodes instrumentales.

Tableau - Etudes pour le diagnostic d'une tumeur.

MéthodeRésultat
Test sanguin pour les niveaux d'hormonesContenu anormal d'une ou plusieurs hormones hypophysaires
Examen du fond d'œilGonflement de la tête du nerf optique. De plus, l'acuité visuelle est vérifiée.
Radiographie du crâneExpansion de la selle turque, atrophie de son fond, épaississement des os du visage. La radiographie se fait en deux projections.
CT et IRMVisualisation de la tumeur elle-même - il est possible de déterminer la formation de 2 mm de diamètre. L'IRM vous permet de reconnaître avec précision la croissance tumorale invasive.
Angiographie des vaisseaux cérébrauxDéplacement de l'artère carotide

Des signes positifs sont nécessaires dans plusieurs études pour poser un diagnostic. Il est nécessaire de différencier la tumeur avec d'autres processus volumétriques - kyste, anévrisme vasculaire. Il est également nécessaire de distinguer la pathologie du syndrome d'une selle turque vide, qui présente également des symptômes ophtalmiques. Pour le diagnostic différentiel, il est nécessaire de procéder à un examen complet du patient.

Méthodes de traitement

Les tactiques de traitement sont déterminées individuellement pour chaque patient par un endocrinologue et un neurochirurgien. En fonction des caractéristiques de la tumeur et de l'état général du corps, une thérapie médicamenteuse, une radiothérapie et une chirurgie sont utilisées. Le traitement est effectué dans un dispensaire oncologique.

Conservateur

Aucun régime spécial n'est requis pour les patients présentant une insuffisance hypophysaire. Il est recommandé de respecter les principes d'une alimentation saine. Exclure du régime:

  • aliments gras et frits;
  • conservateurs;
  • colorants et exhausteurs de goût;
  • pimenter;
  • de l'alcool.

Sains sont les noix, les fruits secs, la viande maigre, le poisson de mer, les légumes, les fruits et les légumes verts.

Pour le traitement des adénomes de la prolactine et de l'ACTH, des agonistes de la dopamine sont utilisés. Ceux-ci inclus:

  • Cabergoline;
  • Bromocriptine;
  • Octréotide;
  • Cyproheptadine.

Le médicament Cabergoline aide non seulement à réduire la formation de tumeurs, mais normalise également le fond hormonal du corps. Chez les hommes, la puissance et la libido sont restaurées. La grossesse est possible chez les femmes pendant le traitement par Cabergoline.

Le traitement à l'hormone de croissance est effectué avec des analogues synthétiques de la somatostatine - une substance qui supprime la production d'hormone de croissance. Ceux-ci incluent le médicament Sandostatine.

Avec la thyrotoxicose causée par le thyrotropinome, les thyrostatiques sont indiqués, par exemple Tyrozol. Il convient de rappeler que le traitement médicamenteux dans ce cas n'est que symptomatique, éliminant les conséquences d'une augmentation de la production d'hormones. Pour influencer la cause de la pathologie, c'est-à-dire l'adénome, nécessite une radiothérapie ou une chirurgie.

La prise de médicaments se poursuit pendant une longue période - au moins deux ans. Le traitement médicamenteux est indiqué pour les macroadénomes qui ne peuvent pas être enlevés chirurgicalement.

La radiothérapie est préférée chez les patients âgés et chez ceux présentant des contre-indications à la chirurgie. Il est prescrit dans le cas de l'oncologie, c'est-à-dire de la nature maligne du processus tumoral. Une méthode non chirurgicale de destruction de la tumeur est réalisée à l'aide d'un couteau gamma. Dans ce cas, l'effet du rayonnement sur le néoplasme de tous les côtés est effectué, les tissus adjacents ne sont pas affectés à ce moment. Le rayonnement provoque un processus involutif dans le tissu tumoral et permet de le réduire plusieurs fois. L'effet de la radiothérapie ne vient pas immédiatement; plusieurs procédures sont nécessaires. Un tel traitement est associé au développement d'effets secondaires désagréables - fatigue, nausées et vomissements, maux de tête, inflammation des muqueuses..

La radiothérapie est recommandée dans les situations suivantes:

  • le processus n'affecte pas les nerfs optiques;
  • le processus volumétrique ne s'étend pas au-delà de la selle turque;
  • il n'y a pas d'hypertrophie de la selle turque;
  • la taille du néoplasme ne dépasse pas 3 cm.

Des recettes populaires pour le traitement des tumeurs hypophysaires sont également connues..

  1. Teinture de Bedwort. L'herbe est coupée et versée avec 70% d'alcool dans un rapport de 1:10. Placer dans un plat en verre, secouer. Insistez dans un endroit sombre pendant une semaine. Prendre 10 gouttes le matin, à dissoudre dans un demi-verre d'eau.
  2. Pour préparer un autre remède, prenez des quantités égales de graines de lin et de citrouille, de racine de gingembre hachée, de miel. Tout est soigneusement broyé dans un mélangeur. Le mélange est conservé au réfrigérateur et pris dans une cuillère à café avant les repas..
  3. Teinture de pruche. Il s'agit d'une plante vénéneuse, les dosages doivent donc être soigneusement observés. L'herbe est versée avec 70% d'alcool dans un rapport de 1:10, a insisté pendant une semaine dans un endroit sombre. Vous devez prendre le remède selon un certain schéma. Commencez avec une goutte de teinture, puis ajoutez chaque jour goutte à goutte. À partir du quarantième jour, prenez dans l'ordre inverse - une goutte de moins chaque jour.

Il n'est pas recommandé de traiter les tumeurs avec des remèdes populaires, car leur efficacité n'a pas été prouvée et le report du traitement approprié peut entraîner le développement de complications.

Chirurgical

La méthode de traitement la plus efficace. L'accès se fait par l'os frontal ou sphénoïde. Une méthode plus moderne est l'accès transsphénoïdal (par les voies nasales à l'aide d'un équipement endoscopique). L'opération est réalisée lorsque la taille de la tumeur est supérieure à 5 mm. La guérison par chirurgie endoscopique est beaucoup plus rapide qu'avec la chirurgie ouverte..

  1. Élimination transnasale. Il est recommandé si la tumeur est située à l'intérieur de la selle turque ou s'étend légèrement au-delà. Elle est réalisée sous anesthésie locale, moins souvent sous anesthésie intraveineuse. L'endoscope est passé à travers les voies nasales, puis à travers le sinus ethmoïde, atteignant la glande pituitaire. La progression de l'opération est contrôlée en transférant l'image sur l'écran de l'ordinateur. Les tissus tumoraux sont retirés, le saignement est arrêté par un électrocautérisation.
  2. Craniotomie. Il est indiqué pour la croissance asymétrique des tissus tumoraux, leur germination dans les organes voisins. L'accès se fait par l'os frontal ou temporal. L'opération est réalisée sous anesthésie générale. Après l'ouverture du crâne, le tissu tumoral et une zone de tissu externe sain autour de celui-ci sont retirés. Ceci est nécessaire pour réduire le risque de récidive..

Après la chirurgie, le patient est dans un établissement médical pendant une période de 5 à 15 jours, reçoit une antibiothérapie, des médicaments hormonaux. Cela est nécessaire pour prévenir les complications inflammatoires postopératoires, pour restaurer le corps. Un traitement supplémentaire est effectué par des endocrinologues et des neurologues. Après la chirurgie, une IRM est nécessaire chaque année pour surveiller l'état de l'hypophyse.

Pourquoi les médecins recommandent-ils un traitement chirurgical le plus tôt possible? Plus la lésion est petite, plus il est facile de la retirer avec le plus faible risque de récidive. Une grosse tumeur entraîne le développement de complications irréversibles. Par conséquent, le traitement chirurgical est l'option la plus optimale aux premiers stades de la maladie. Une indication directe de la chirurgie est une tumeur hormono-active. Parfois, une combinaison de chirurgie et de radiothérapie est nécessaire.

Les complications de l'opération peuvent être:

  • dommages aux nerfs optiques et cécité;
  • saignement des vaisseaux endommagés;
  • maux de tête dus à un écoulement massif de liquide céphalo-rachidien;
  • infection du tissu cérébral.

Une chirurgie correctement réalisée permet de restaurer les fonctions visuelles altérées dans 67% des cas, les troubles endocriniens disparaissent dans 23% des cas. Une récidive de la pathologie est observée chez 13% des patients.

Complications

La plupart des complications sont associées à des troubles endocriniens:

  • diabète insipide;
  • hypertension artérielle;
  • l'ostéoporose;
  • ulcère stéroïdien de l'estomac;
  • psychose;
  • cardiomyopathie;
  • insuffisance cardiaque.

La proportion de complications en développement est d'environ 10%, sous réserve d'un traitement rapide, et augmente à 80% en l'absence de mesures thérapeutiques.

Prévoir

Dans le cas d'une tumeur bénigne, le pronostic pour la vie est favorable - 80% des cas peuvent être guéris. L'espérance de vie humaine ne souffre pas. Les grosses tumeurs de plus de 2 cm de diamètre sont difficiles à éliminer, de sorte que la maladie peut réapparaître dans les cinq ans. Il est nécessaire d'être traité en temps opportun, sans attendre une augmentation du néoplasme. Une longue évolution de la maladie peut entraîner des conséquences irréversibles associées à la compression des structures cérébrales.

Le carcinome est mortel dans presque 100% des cas. Une détection rapide de la maladie et un traitement adéquat peuvent prolonger la vie de 5 à 7 ans. Le carcinome entraîne souvent une récidive. Il est totalement impossible de guérir une tumeur maligne de l'hypophyse.

Les patients avec un adénome guéri peuvent vivre une vie bien remplie malgré les complications. La plupart d'entre eux peuvent travailler dans leur emploi précédent, certains se voient attribuer un handicap.

Il n'y a pas de prévention de la maladie. Pour réduire le risque de maladie, il est nécessaire d'éviter les situations traumatiques, de traiter les maladies infectieuses en temps opportun et de gérer correctement la grossesse et l'accouchement..

Microadénome de la glande pituitaire: symptômes, traitement et pronostic de vie

Microadénome hypophysaire: symptômes, traitement et pronostic de vie

Panneaux

Les symptômes du microadénome hypophysaire dépendent de la question de savoir s'il affecte l'équilibre hormonal dans le corps. Les signes seront différents chez les hommes et les femmes en raison des particularités de l'activité endocrinienne.

Si le phoque est hormonalement inactif, il est difficile à diagnostiquer. Il n'y a pas de changement de la part du système endocrinien, par conséquent, une petite tumeur ne provoque pas de signes caractéristiques. Les néoplasmes hormono-actifs provoquent de graves changements dus à un déséquilibre hormonal.

Les symptômes courants chez les femmes comprennent:

Prendre du poids.

  • prendre un excès de poids;
  • l'apparition du lait maternel même en l'absence de lactation;
  • incapacité de tomber enceinte en raison de la suppression de l'activité ovarienne;
  • perturbations du cycle menstruel.

Chez les hommes, l'augmentation de la libération de prolactine est nettement moins prononcée, bien que les signes soient similaires. Les hommes ne prennent généralement pas leur propre poids aussi au sérieux, ils peuvent donc ignorer son augmentation. Il y a aussi des problèmes de puissance.

Si l'adénome est situé sur des tissus responsables de la production d'hormone thyréostimuline, les symptômes seront différents. Les patients notent l'apparition d'un goitre nodulaire sur la glande thyroïde, une perte de poids brutale, des sautes d'humeur, une tachycardie et d'autres troubles cardiaques.

Troubles cardiaques.

Avec l'augmentation de la production d'hormone somatotrope, une croissance excessive de tous les tissus se produit. Chez les enfants, cela se manifeste par un gigantisme, des troubles des organes internes (tractus gastro-intestinal, poumons, organes génitaux internes, etc.) Si un adulte a un microadénome de ce type, une augmentation disproportionnée de la taille des différentes parties du corps est notée. La voix devient plus rugueuse, le diabète insipide apparaît, il y a un risque accru de développer un cancer.

Les symptômes courants comprennent le diabète..

Le type suivant de compactage (microadénome corticotrope) affecte les glandes surrénales, provoquant une augmentation de leur travail. Cela se manifeste par une augmentation du poids corporel. Cependant, la prise de poids est inégale. La graisse est déposée principalement dans le cou, l'abdomen et les cuisses. Les vergetures se produisent en raison de l'augmentation rapide de la masse, les poils du corps deviennent plus gros (cela est particulièrement visible chez les femmes). Les symptômes courants comprennent le diabète, les troubles mentaux.

Si la tumeur contribue à la production excessive d'hormones gonadotropes, elle provoque un dysfonctionnement sexuel. Cela conduit à l'infertilité, à l'impuissance et à un risque élevé de néoplasmes malins..

Traitement nécessaire à la guérison

Lorsqu'une tumeur hypophysaire est détectée, le traitement dépend du type de tumeur. Il est des types suivants:

  • médicinal;
  • faisceau;
  • traditionnellement chirurgical;
  • complexe.

Chez les enfants, l'adénome est rarement diagnostiqué, mais pour un âge tendre, il s'agit d'une maladie grave.

Par conséquent, il est important de subir un examen en temps opportun afin de prévenir les complications pouvant affecter les systèmes vitaux du corps. L'enfant doit être montré au médecin dès les premiers signes de maladie.

Pour un résultat favorable, vous devez respecter les règles suivantes:

  • consulter régulièrement un médecin, sous la stricte surveillance duquel suivre un cours thérapeutique;
  • ne vous soignez pas;
  • allouer rationnellement du temps à l'activité physique et au repos;
  • éviter les situations stressantes, les expériences;
  • fournir à l'enfant une alimentation rationnelle et équilibrée;
  • suivre la routine quotidienne;
  • éviter les efforts mentaux et physiques excessifs

Si une tumeur de l'hypophyse chez la femme est traitée avec une méthode médicamenteuse, le médecin prescrit le plus souvent des pilules telles que les agonistes de la dopamine, qui provoquent une réduction des adénomes de la prolactine et de la corticotropine. Dans le même cas, la cabergoline et d'autres médicaments sont utilisés pour réguler le niveau d'hormones dans le corps..

Lorsque l'opération n'est pas possible, ils ont recours à un traitement radiochirurgical. Il est souvent prescrit aux patients âgés. La dose de rayonnement dépendra de la taille et du type de tumeurs. Cependant, la radiothérapie a un certain nombre de contre-indications, par exemple, la tumeur ne doit pas être située trop près des nerfs optiques. De plus, cette méthode a des effets secondaires..

Par conséquent, des méthodes innovantes telles que le cyber couteau ou le couteau gamma sont souvent utilisées à la place. Cela signifie que la tumeur est irradiée de tous les côtés avec le rayonnement de stylos minces. Mais la chirurgie reste le traitement le plus efficace. Son acceptabilité dépend de l'emplacement de l'adénome et de sa taille.

La tumeur est retirée soit frontalement avec un appareil optique, soit par résection à travers l'os crânien sphénoïde. En chirurgie moderne, une intervention transsphénoïdale endonasale est utilisée, c'est-à-dire que la tumeur est retirée par le passage nasal. La méthode est sûre et ne nécessite pas d'incisions, ne provoque pas de complications telles qu'une infection. Pour réaliser leurs plans, les médecins utilisent des instruments chirurgicaux miniatures, une sonde endoscopique.

Si une tumeur hypophysaire est suspectée, le traitement peut être mélangé. Dans ce cas, après l'ablation chirurgicale des néoplasmes, une radiothérapie supplémentaire est effectuée et un médicament hormonal est prescrit. Le pronostic favorable dépendra du diagnostic opportun, de la taille de l'adénome et de son activité hormonale. Dans 25% des cas, les prolactinomes et les somatotropinomes peuvent être guéris.

Mais d'autres types de tumeurs sont guéris avec succès à 88%

Il est important de prévenir la propagation de processus pathologiques, car il n'est plus possible de restaurer les nerfs optiques à ce stade.

Quant au traitement des enfants, 89% des médecins prescrivent un traitement médicamenteux ou un traitement hormonal substitutif. Dans de rares cas, s'il existe des contre-indications à l'utilisation de certains médicaments, ils ont recours à une chirurgie mini-invasive.

La radiothérapie est également possible. Dans les cas les plus extrêmes, si la formation est déjà trop importante, une craniotomie est réalisée. La méthode de traitement à choisir dépend de l'âge de l'enfant et de ses caractéristiques individuelles, conséquences possibles.

Symptômes

Les signes qu'un adénome peut présenter diffèrent selon le type de tumeur..

Un microadénome hormonalement actif se manifeste par des troubles endocriniens, et un microadénome inactif peut exister pendant plusieurs années jusqu'à ce qu'il atteigne une taille significative ou soit détecté accidentellement lors d'un examen pour d'autres maladies. 12% des personnes ont des microadénomes asymptomatiques.

Le macroadénome se manifeste non seulement par des troubles endocriniens, mais également par des troubles neurologiques causés par la compression des nerfs et des tissus environnants.

Prolactinome

La tumeur hypophysaire la plus courante se produit dans 30 à 40% de tous les adénomes. En règle générale, la taille du prolactinome ne dépasse pas 2 à 3 mm. Il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Il se manifeste par des signes tels que:

  • irrégularités menstruelles chez la femme - cycles irréguliers, allongement du cycle de plus de 40 jours, cycles anovulatoires, absence de menstruation
  • galactorrhée - écoulement continu ou intermittent de lait maternel (colostrum) des glandes mammaires, non associé à la période post-partum
  • incapacité de tomber enceinte en raison du manque d'ovulation
  • chez les hommes, le prolactinome se manifeste par une diminution de la puissance, une augmentation des glandes mammaires, une dysfonction érectile, une violation de la formation de spermatozoïdes, conduisant à l'infertilité.

Somatotropinome

Il représente 20 à 25% du nombre total d'adénomes hypophysaires. Chez les enfants, il occupe le troisième rang en termes de fréquence d'apparition après le prolactinome et le corticotropinome. Elle se caractérise par une augmentation du taux d'hormone de croissance dans le sang. Signes de somatotropinome:

  • chez les enfants, il se manifeste par des symptômes de gigantisme. L'enfant prend rapidement du poids et de la taille, ce qui est dû à la croissance uniforme des os en longueur et en largeur, ainsi qu'à la croissance du cartilage et des tissus mous. En règle générale, le gigantisme commence dans la période prépubère, quelque temps avant le début de la puberté et peut progresser jusqu'à la fin de la formation du squelette (jusqu'à environ 25 ans). Le gigantisme est considéré comme une augmentation de la taille d'un adulte de plus de 2 à 2,05 m.
  • si le somatotropinome survient à l'âge adulte, il se manifeste par des symptômes d'acromégalie - augmentation des mains, des pieds, des oreilles, du nez, de la langue, modification et grossissement des traits du visage, apparition d'une pilosité accrue, de la barbe et de la moustache chez la femme, irrégularités menstruelles. Une augmentation des organes internes entraîne une violation de leurs fonctions.

Corticotropinome

Il survient dans 7 à 10% des cas d'adénome hypophysaire. Elle se caractérise par une production excessive d'hormones du cortex surrénalien (glucocorticoïdes), c'est ce qu'on appelle la maladie d'Itsenko-Cushing.

  • Obésité de type «cushingoïde» - il y a une redistribution de la couche adipeuse et un dépôt de graisse dans la ceinture scapulaire, sur le cou, dans les zones supraclaviculaires. Le visage prend une forme ronde "lunaire". Les membres deviennent plus minces en raison de processus atrophiques dans le tissu sous-cutané et les muscles.
  • troubles cutanés - rose - vergetures violettes (stries) sur la peau de l'abdomen, de la poitrine, des cuisses; augmentation de la pigmentation de la peau des coudes, des genoux, des aisselles; sécheresse accrue et desquamation de la peau du visage
  • hypertension artérielle
  • les femmes peuvent avoir des irrégularités menstruelles et de l'hirsutisme - augmentation de la croissance des poils de la peau, de la barbe et de la moustache
  • chez les hommes, une diminution de la puissance est souvent observée

Gonadotrophinome

Rarement trouvé parmi les adénomes hypophysaires. Il se manifeste par des irrégularités du cycle menstruel, plus souvent l'absence de menstruation, une diminution de la fertilité chez l'homme et la femme, dans le contexte d'organes génitaux externes et internes réduits ou absents.

Thyrotropinome

Il est également très rare, seulement dans 2 à 3% des adénomes hypophysaires. Ses manifestations dépendent du fait que cette tumeur soit primaire ou secondaire..

  • pour le thyréthropinome primitif, l'hyperthyroïdie est caractéristique - perte de poids, tremblements des membres et de tout le corps, gonflement, mauvais sommeil, augmentation de l'appétit, augmentation de la transpiration, hypertension, tachycardie.
  • pour le thyrotropinome secondaire, c'est-à-dire résultant d'une fonction réduite à long terme de la glande thyroïde, les phénomènes d'hypothyroïdie sont caractéristiques - œdème du visage, élocution lente, prise de poids, constipation, bradycardie, peau sèche et squameuse, voix rauque, dépression.

Manifestations neurologiques de l'adénome hypophysaire

  • déficience visuelle - vision double, strabisme, diminution de l'acuité visuelle d'un ou des deux yeux, limitation des champs visuels. Une taille importante de l'adénome peut entraîner une atrophie complète du nerf optique et la cécité
  • maux de tête qui ne sont pas accompagnés de nausées, ne changent pas avec un changement de position du corps, souvent non soulagés par la prise de médicaments contre la douleur
  • congestion nasale due à l'invasion du fond de la sella turcica

Pronostic de l'issue de la maladie

Le diagnostic opportun de la pathologie de l'hypophyse et son traitement donnent un pronostic positif pour le traitement. Dans 93% des cas, la chirurgie permet de faire face au développement de la maladie. Mais chez les patients, même après cela, les conséquences peuvent apparaître:

  • trouble du fonctionnement du système reproducteur;
  • perturbation de la glande thyroïde;
  • trouble des glandes surrénales;
  • problèmes de vue;
  • troubles persistants de la mémoire, de la parole, de l'attention.

Selon les résultats d'analyses et d'IRM, une correction de l'état du patient avec des préparations médicales est prescrite afin de réduire les conséquences de la maladie.

La récidive d'adénome survient dans 14 à 16% des cas. La mort de la maladie survient rarement et dans le cas où la tumeur est en outre accompagnée de maladies concomitantes graves.

Une régression des symptômes est observée dans 92% des cas lors d'un traitement chirurgical et médicamenteux. L'association simultanée de tous les types de traitement garantit l'absence de rechute dans un délai d'un an chez 82%, dans les 5 prochaines années - 68%.

La restauration de la fonction visuelle se produit généralement lorsque la tumeur hypophysaire détectée était petite et était présente chez le patient pendant moins d'un an. Si plus de temps s'est écoulé depuis l'apparition de l'adénome, il n'est pas possible de restaurer les fonctions visuelles et l'équilibre hormonal même après un traitement chirurgical. Dans ces situations, le patient se voit attribuer une invalidité indéfinie..

La formation et le développement d'un adénome dans la glande pituitaire est une maladie grave dont le traitement intempestif a des résultats sanitaires graves et irréversibles. Et seule une visite opportune chez un médecin aidera à éviter les graves conséquences de la maladie..

Méthodes de traitement appliqué

La tactique de traitement de la maladie est choisie individuellement pour le patient, en fonction des manifestations de la tumeur, de sa taille et de son activité. Les traitements suivants sont utilisés:

  1. Médicament.
  2. Rayon.
  3. Chirurgical.

Le traitement médicamenteux repose sur la prescription de médicaments antagonistes de la dopamine. La méthode conduit au rétrécissement de la tumeur et à l'arrêt complet de son fonctionnement. Les résultats du traitement étape par étape sont surveillés par les résultats des tests et par IRM.

La radiothérapie est prescrite lors du diagnostic d'un microadénome à faible activité. Elle est généralement réalisée en conjonction avec un cours de médication tout en surveillant les résultats à l'IRM. Elle est réalisée de deux manières:

  1. Gamma thérapie.
  2. Radiochirurgie stéréotaxique Cyber ​​Knife.

Lors du traitement chirurgical, 2 méthodes de retrait sont utilisées:

  1. Par le nez - transphénoïdal.
  2. Craniotomie - transcrânienne.

Avant de commencer tout type d'opération, le patient subit un ECG, une radiographie, une IRM, des tests pour contrôler les paramètres hormonaux.

L'ablation de la tumeur est réalisée de manière transphénoïdale avec des micro et macroadénomes qui n'affectent pas les tissus adjacents. Ce type d'opération est indiqué dans le cas d'une pathologie de la selle turque, ou en sortant de pas plus de 20 mm. La trépanation est réalisée dans les formes sévères d'adénome en ouvrant le crâne. Cette méthode est rarement utilisée en raison du risque de blessure, du risque de complications graves.

Les symptômes de l'adénome

Les signes de la maladie dépendront du type d'adénome de la glande pituitaire du cerveau formé, de l'hormone formée en excès, de la taille de la tumeur et du taux de sa croissance..

  1. Microadénome. Diagnostiqué avec 2 types: hormonalement actif et passif. Le signe actif est la manifestation de troubles endocriniens. La forme passive peut ne pas se manifester pendant des années jusqu'à ce qu'une IRM soit accidentellement révélée lors d'une étude d'une autre maladie. Le microadénome est asymptomatique dans de nombreux cas.
  2. Prolactinome. Adénome hypophysaire commun, dans la plupart des cas, il est diagnostiqué chez la femme. Il se manifeste par des symptômes:

- irrégularité ou arrêt du cycle menstruel;

- écoulement du sein de colostrum, non associé à l'allaitement de l'enfant;

- des difficultés à concevoir des enfants;

- diminution de la puissance chez les hommes, gonflement de leurs glandes mammaires, problèmes de formation de spermatozoïdes.

Somatotropinome. Elle se caractérise par un taux élevé d'hormone de croissance. Tous les signes de la maladie sont associés à son niveau:

- les enfants font preuve de gigantisme. L'enfant commence à prendre du poids, sa taille augmente. Le gigantisme commence à se manifester à l'âge prépubère (de 7 à 12 ans) et se poursuit jusqu'à l'âge de 25 ans. Les parents doivent surveiller attentivement la croissance de leurs enfants et, si un écart par rapport à la norme d'âge est détecté, contacter un établissement médical pour effectuer leur examen..

- chez l'adulte, des symptômes d'acromégalie apparaissent en cas d'augmentation de certaines parties du corps. Les traits du visage deviennent plus grossiers, la croissance des cheveux augmente, de nombreux organes augmentent en taille et leurs fonctions sont perturbées.

Corticotropinome. Parmi tous les cas d'adénome, il ne survient que chez 8 à 10% des patients, y compris les enfants. Caractéristiques principales:

- obésité. On observe une redistribution de la masse grasse et son dépôt dans le haut du corps. Le visage est arrondi. Dans la partie inférieure du corps, les processus opposés sont observés: une atrophie musculaire se produit. En conséquence, les membres inférieurs perdent du poids..

- troubles de la peau: des vergetures apparaissent, la pigmentation de la peau augmente. Sa surface devient plus sèche et un pelage est observé.

- augmentation de la pression artérielle.

- les femmes ont des troubles de la menstruation, une augmentation de la croissance des cheveux.

- chez les hommes, il y a une diminution de la puissance.

Le gonadotrophinome est un type rare de tumeur. Elle se manifeste par un échec de la menstruation, un problème de conception d'enfants. Le thyrotropinome est également un adénome rare. Ses signes dépendent de la forme de la tumeur:

- primaire: caractérisée par une perte de poids, des tremblements des membres ou du corps, un mauvais sommeil, une augmentation de l'appétit, des sueurs, une tachycardie, une hypertension;

- les secondaires se distinguent par: œdème facial, prise de poids, retard d'élocution, bradycardie, constipation, desquamation de la peau, enrouement de la voix, état de dépression.

Si un diagnostic incorrect est posé pour ces raisons, le développement ultérieur de l'adénome entraînera des complications persistantes..

Symptômes de la tumeur hypophysaire

Les néoplasmes provoquent des dysfonctionnements du système endocrinien, inhibant la fonction de l'hypophyse ou, au contraire, provoquant un hyperfonctionnement. De plus, ils affectent la neuroanatomie humaine et la neurophysiologie..

Les symptômes sont déterminés par le type de tumeur. Donc:

  • Les somatotropinomes provoquent le développement de l'acromégalie chez l'adulte (une pathologie dans laquelle les mains, les pieds, la partie faciale du crâne s'épaississent et se dilatent) et le gigantisme chez les enfants.
  • Les prolactinomes contribuent au développement de la gynécomastie (augmentation mammaire chez l'homme), de l'aménorrhée, de la galactorrhée (il s'agit de la libération de lait du sein sans raison apparente). Il convient de noter que ces adénomes se développent lentement et ne produisent pas toujours de prolactine à part entière, de sorte qu'ils peuvent ne pas apparaître en aucune manière..
  • Adénomes qui produisent de l'ACTH - en raison d'une augmentation de la sécrétion d'hormones du cortex surrénalien, ils provoquent le développement de la maladie d'Itsenko-Cushing, qui se manifeste par un excès de poids, un séchage excessif de la peau et l'apparition de stries sur eux. Pendant ce temps, ces néoplasmes ne sont pas détectés immédiatement, car ils se développent très lentement..
  • Les adénomes gonadotropes chez les femmes provoquent des irrégularités menstruelles et des saignements utérins, et chez les hommes - impuissance et gynécomastie - gonflement des glandes mammaires.
  • Les adénomes produisant de la thyrotropine entraînent le développement de la thyrotoxicose - une maladie thyroïdienne qui se manifeste par une diminution de la libido chez l'homme, une aménorrhée chez la femme, une altération de la mémoire, de l'attention, une perte de poids.

En raison d'une augmentation de la taille du néoplasme et de la pression sur les tissus adjacents, des perturbations du fonctionnement du système nerveux apparaissent. Lorsque l'adénome atteint 2 cm de diamètre, la vision diminue. Au départ, le champ de vision peut simplement se rétrécir, mais en l'absence de traitement qualifié, la cécité se produit souvent.

Les néoplasmes de plus de 2 cm de diamètre commencent à comprimer les nerfs crâniens, à la suite de quoi le patient a:

  • mal de crâne;
  • ptosis ou affaissement de la paupière supérieure;
  • Difficulté à bouger les globes oculaires
  • convulsions;
  • nystagmus - pathologie oculomotrice, exprimée en tremblement des globes oculaires;
  • rhinite chronique;
  • tremblement;
  • migraine;
  • évanouissement;
  • insomnie;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • insuffisance cardiovasculaire aiguë, accompagnée d'hémorragies dans l'hypophyse;
  • démence et changements de personnalité;
  • parfois hyperphagie (suralimentation en tant que trouble mental).

Si l'adénome touche l'hypothalamus, on observe des troubles de la conscience dans lesquels une personne cesse de naviguer dans le temps, le lieu, dans sa propre personnalité. Si les ventricules du cerveau sont affectés, une hydrocéphalie (hydropisie) se développe. La pression sur les lobes temporaux et frontaux provoque des convulsions, des problèmes de vision.

Remarque! Il est facile de distinguer un mal de tête avec tumeurs hypophysaires d'une douleur d'une autre origine. Il est terne, constant, persistant dans n'importe quelle position du corps

Il se fait sentir dans les régions temporale, frontale et infra-orbitaire et ne répond pratiquement pas aux analgésiques. Il ne peut s'arrêter que si les méninges se rompent en raison de la forte pression de l'adénome, en attendant ce problème ne résout pas. À partir de ce moment, les problèmes de vision commencent généralement..

Il convient de noter que les tumeurs hypophysaires sont trouvées chez les enfants, bien que rarement. Pendant ce temps, en raison de leur âge et de leur sensibilité aux moindres changements, ils sont diagnostiqués beaucoup plus rapidement que chez les adultes..

Méthodes de traitement

Après avoir clarifié le diagnostic, le médecin sélectionne le traitement approprié pour le microadénome hypophysaire. Les thérapies dépendent de l'activité hormonale des tissus. Les néoplasmes inactifs peuvent être laissés en observation sans prescription de médicaments ni chirurgie. Dans ce cas, des examens réguliers sont présentés qui vous permettront de suivre la dynamique de croissance..

Avec une augmentation de la taille, le traitement nécessaire est prescrit. Les tumeurs hormono-actives nécessitent un traitement obligatoire. Pour cela, une thérapie conservatrice, une chirurgie ou une radiochirurgie sont utilisées..

Le traitement conservateur implique l'utilisation de médicaments hormonaux. Des moyens appropriés sont choisis en fonction des caractéristiques du joint. Le médecin prescrit des médicaments après la recherche et le diagnostic. Pour les petits épaississements, les médicaments peuvent être efficaces. Ils contribuent au fait qu'en un à deux ans, l'adénome se résout et la synthèse des hormones revient à la normale.

Le retrait est effectué avec un endoscope à travers les sinus nasaux.

Cependant, la thérapie conservatrice ne donne pas toujours des résultats. En l'absence d'effet et de croissance du néoplasme, une intervention chirurgicale est prescrite. Avec le microadénome de l'hypophyse, ils essaient de le retirer avec un endoscope à travers les sinus nasaux. Cette méthode est utilisée pour les petites capsules. Il vous permet d'éviter de graves complications et de récupérer rapidement le patient. Quelques jours après la procédure, il sort de l'hôpital.

Avec de grandes tailles de formations kystiques, une opération abdominale classique est prescrite, ce qui est très complexe. Par conséquent, les médecins essaient d'éviter cette méthode d'intervention. Il existe un risque élevé de complications, de sorte que l'opération n'est effectuée que par un chirurgien spécialisé dans ces néoplasmes..

La dernière méthode d'exposition est la radiochirurgie. Il s'agit d'une manière moderne d'influencer l'épaississement des tissus, qui ne nécessite pas d'opération. Un couteau radio est utilisé pour la procédure. Il s'agit d'un faisceau de rayons qui agissent directement sur les tissus pathologiques. Quelque temps après cela, l'adénome diminue progressivement de taille. S'il appartient au type hormonal actif, les médicaments sont prescrits en thérapie complexe.

Maux de tête avec maladies de l'hypophyse

L'apparition d'un mal de tête (céphalalgie) avec un néoplasme de l'hypophyse est associée à une augmentation de l'adénome, à la compression des structures cérébrales adjacentes, ainsi qu'à des troubles hormonaux.

Avec adénome

Les grosses tumeurs de l'hypophyse dépassant 1 cm sont appelées macroadénomes. À mesure qu'elles se développent, ces formations exercent une pression sur les tissus osseux (selle turque), où se trouve l'hypophyse et les nerfs optiques situés à proximité. Cela se manifeste par l'apparition d'un mal de tête constant et monotone..

Il est le plus souvent décrit par les patients comme une pression ou une compression, des sensations douloureuses derrière les yeux, moins souvent il est «explosif» dans les tempes ou la partie frontale.

Caractéristiques caractéristiques du syndrome douloureux:

  • ne change pas en fonction de la position du corps, de l'activité physique, de la diminution ou de l'augmentation de la pression artérielle;
  • pas de nausées et pas de nausées;
  • les analgésiques, même puissants, atténuent un peu l'intensité, mais ne les suppriment pas complètement;
  • avec une augmentation rapide de la tumeur ou une hémorragie soudaine, elle devient aiguë et intolérable;
  • combiné avec un rétrécissement des champs visuels (les patients cessent de voir les objets situés de côté), une diminution de son acuité, une vision double;
  • il y a une congestion nasale constante.

Par la suite, la croissance tumorale conduit à une augmentation de la pression intracrânienne. La nature de la douleur change:

  • le mal de tête devient intense, éclatant, il est intensifié par la toux, le rire, la tension, la flexion en avant;
  • les patients ont du mal à bouger les yeux;
  • rejoint la nausée et les nausées.

Ces symptômes se produisent généralement avec de très gros néoplasmes, accompagnés d'une déficience visuelle. Il existe également des crises avec une douleur accrue et une brève perte de conscience..

Avec microadénome

Une tumeur bénigne mesurant jusqu'à 1 cm appartient aux microadénomes. Il ne provoque pas de compression significative des structures cérébrales, cependant, il peut se manifester comme un mal de tête. La raison de cette condition est un niveau élevé d'hormones - hormone de croissance, prolactine, corticotropine, thyrotropine.

Sous leur influence, les fluides et les sels dans le corps sont retenus, la pression artérielle augmente, le vasospasme augmente. Tous ces facteurs peuvent provoquer des maux de tête. Si la taille de la tumeur du patient est minimale et qu'elle n'entraîne pas de changement du fond hormonal, il est alors nécessaire de rechercher une autre cause de céphalalgie.