Principal

Goitre

Le pancréas a diminué de taille

Une diminution du pancréas est observée moins souvent qu'une augmentation. Cependant, l'état pathologique n'est pas moins dangereux. Elle s'accompagne d'une altération fonctionnelle, dans laquelle la production d'enzymes digestives, d'insuline et de glucagon est altérée. Le début du traitement en temps opportun aide à arrêter le développement de changements pathologiques et à normaliser l'état du patient.

Une diminution du pancréas s'accompagne d'une défaillance fonctionnelle, dans laquelle la production d'enzymes digestives, d'insuline et de glucagon est altérée.

Caractéristiques et causes du développement de la pathologie

Avec une diminution prononcée de la taille de la glande, des dommages complets et partiels aux tissus de l'organe sont détectés. L'atrophie de la tête, du corps ou de la queue entraîne une diminution du volume et un épaississement du pancréas. Le début du processus pathologique est caractérisé par la prolifération des fibres du tissu conjonctif. Ils compriment les lobes de la glande, provoquant la sclérose. Les facteurs suivants contribuent à l'apparition de changements atrophiques:

  1. La vieillesse du patient. Après 70 ans, il y a un changement physiologique dans la structure des tissus organiques.
  2. Évolution sévère de la pancréatite chronique. Les cellules glandulaires sont remplacées par des cellules fibreuses, ce qui s'accompagne d'un dysfonctionnement de l'organe.
  3. Formes décompensées de diabète sucré. Ils s'accompagnent d'une forte baisse du taux de fer dans le sang et d'une altération de l'apport sanguin à tous les organes et tissus. Dans ce cas, l'atrophie pancréatique a un caractère prononcé. Au lieu des 90 g normaux, l'organe ne pèse pas plus de 15 g. La glande est soudée aux tissus environnants, ce qui s'accompagne de la désintégration d'une partie du parenchyme.
  4. Lipomatose pancréatique. Les cellules actives de l'organe sont remplacées par des cellules graisseuses inertes. Une insuffisance endocrinienne se développe, dans laquelle la production de glucagon diminue fortement.
  5. Stades terminaux de la pancréatite alcoolique.
  6. Tumeurs de la tête pancréatique, serrant le reste de l'organe.
  7. Obstruction des canaux pancréatiques avec des calculs.

Symptômes

Le tableau clinique de l'atrophie pancréatique comprend:

  1. Signes de problèmes digestifs. Quelle que soit la cause des changements pathologiques, la production d'enzymes pancréatiques diminue. L'absorption des nutriments est altérée, la diarrhée apparaît.
  2. Douleur dans le haut de l'abdomen. Renforcé en mangeant des aliments gras et frits. Vous coupez ou avez des crampes dans la nature.
  3. Changements dans la nature des matières fécales. Il est observé avec une diminution prononcée de la taille du pancréas. La teneur élevée en matières grasses rend les selles collantes et brillantes.
  4. Perte de poids rapide. Associé à l'arrêt de l'apport de nutriments dans le corps.
  5. Perte d'appétit. En raison d'un manque de vitamines et de minéraux dans le corps.
  6. Nausée entraînant des vomissements. Les convulsions surviennent dans les maladies pancréatiques aiguës. Le nettoyage de l'estomac n'apporte pas de soulagement au patient.
  7. Syndrome hyperglycémique. Comprend une miction accrue, une bouche sèche, une soif constante, une faiblesse générale et des étourdissements.

Diagnostique

Pour identifier les causes d'une diminution du pancréas, les procédures suivantes sont utilisées:

  1. Examen et interrogatoire du patient. Aide à identifier la détérioration de l'état de la peau caractéristique des problèmes de pancréas. Prendre l'anamnèse et analyser les données héréditaires permet de déterminer les causes possibles de la maladie. Si une douleur aiguë survient à la palpation du haut de l'abdomen, on parle de pancréatite ou de nécrose pancréatique.
  2. Chimie sanguine. Destiné à déterminer le niveau d'enzymes, de glucose et d'hémoglobine.
  3. Examen des selles. Aide à déterminer la quantité de graisse dans les selles du patient.
  4. Échographie de la cavité abdominale. Il permet de déterminer avec précision la taille du pancréas, d'identifier les tumeurs et les zones de densité accrue. L'atrophie contribue aux modifications des contours du pancréas, qui peuvent être détectées par ultrasons.
  5. IRM. Utilisé pour les néoplasmes malins suspectés de la glande et des organes environnants.
  6. Rétropancréatocholangiographie. Destiné à évaluer l'état des voies pancréatiques et biliaires, à identifier les calculs et les néoplasmes.

Biopsie

Cette méthode de recherche vise à déterminer la prévalence de l'atrophie, le degré de lésion tissulaire. Cette méthode est également utilisée pour déterminer la nature des néoplasmes pancréatiques. Les résultats de la procédure aident à établir un schéma thérapeutique et un pronostic de guérison..

La biopsie vise à déterminer la prévalence de l'atrophie, le degré de lésion tissulaire.

Méthodes de traitement

Pour le traitement de l'atrophie pancréatique, utilisez:

  1. Préparations enzymatiques (Créon, Pancréatine). Reconstituer la carence en enzymes pancréatiques, restaurer l'absorption des nutriments dans l'intestin. Les comprimés se prennent à chaque repas, ils ne perturbent pas le travail de la glande. Après la fin du traitement, la fonction des organes est complètement rétablie.
  2. Antispasmodiques (Papaverine, No-shpa). Élimine le syndrome douloureux sévère causé par le spasme des canaux de la glande. Le plus souvent utilisé par injection.
  3. Insuline. Prescrit pour le diabète. Le médecin sélectionne la posologie et la fréquence d'administration, aidant à normaliser les processus de dégradation du glucose.
  4. Médicaments de désintoxication (Hemodez N). La solution est administrée par voie intraveineuse en milieu hospitalier. Le produit élimine les toxines, maintient l'équilibre eau-sel, prévient la déshydratation.
  5. Probiotiques (Bifiform). Ils sont utilisés à la fois à la maison et dans des conditions stationnaires. Normaliser la microflore intestinale, améliorer l'absorption des nutriments.

Les interventions chirurgicales sont indiquées pour la dégradation du tissu pancréatique et des tumeurs. Après l'opération, une thérapie de remplacement enzymatique est effectuée.

Régime

Le régime alimentaire du patient devra être complètement changé, mais il existe des recettes de produits diététiques qui aident à diversifier le menu. Les produits suivants sont autorisés à la consommation:

  • soupes de légumes et purée de pommes de terre;
  • viande et poisson maigres;
  • gelée, gelée;
  • biscuits biscuits;
  • bouillie de sarrasin, d'avoine et de riz;
  • omelettes à la vapeur;
  • produits laitiers faibles en gras.

Complications et pronostic

Avec l'atrophie du pancréas, les complications suivantes se produisent:

  • jaunisse obstructive causée par une violation de l'écoulement de la bile;
  • dommages aux gros vaisseaux, accompagnés de saignements;
  • infection de la paroi abdominale;
  • la formation de fistules et de kystes;
  • formes sévères de diabète sucré;
  • maladies oncologiques du pancréas.

Le pronostic dépend de la raison de la diminution de la glande. Avec l'initiation rapide du traitement de la pancréatite, de la fibrose et de la lipomatose, les chances de guérison sont assez élevées. Si l'atrophie est causée par une tumeur maligne, le pronostic est mauvais. Plus de la moitié des patients décèdent dans les 2 premières années suivant le diagnostic..

L'atrophie pancréatique est une diminution du volume d'un organe, se manifestant par une insuffisance des fonctions exocrines (production d'enzymes digestives, bicarbonate) et intrasécrétoires (synthèse d'insuline, glucagon). Les causes les plus courantes de pathologie sont la pancréatite chronique, le diabète sucré, les maladies somatiques avec épuisement sévère, ainsi que la cirrhose du foie, une insuffisance sanguine et la compression tumorale. Le diagnostic repose sur des données de laboratoire révélant des carences enzymatiques et de faibles taux d'insuline, une échographie du pancréas et des résultats de biopsie. Le traitement consiste à prescrire un traitement de substitution: préparations enzymatiques, insuline; restauration de la flore intestinale; corriger les carences nutritionnelles.

informations générales

L'atrophie pancréatique est une affection caractérisée par une diminution de la taille d'un organe, un épaississement de sa structure et des fonctions insuffisantes. Ce processus peut se développer à la suite de changements physiologiques liés à l'âge, ainsi que de maladies accompagnées de lésions du parenchyme, d'une compression, d'une altération de l'apport sanguin, avec des maladies débilitantes de longue durée. Dans ce cas, le poids de la glande, qui est normalement d'environ 80-90 g, diminue à 30-40 et moins.

Atrophie pancréatique

Les raisons

L'atrophie pancréatique peut être physiologique, se développant à la suite des processus naturels de vieillissement du corps. Il accompagne les maladies débilitantes sévères (forme cachectique). De plus, l'atrophie est le résultat de toutes les formes de pancréatite chronique, tandis qu'une partie importante du stroma est remplacée par du tissu fibreux, qui s'accompagne de la progression de l'insuffisance endocrinienne et exocrine.

Un type particulier d'atrophie est la lipomatose, dans laquelle la majeure partie du parenchyme de l'organe est remplacée par du tissu adipeux. Une place séparée est occupée par l'atrophie du pancréas dans le diabète sucré. Les cas plus rares de la maladie en gastro-entérologie comprennent l'atrophie de la glande avec cirrhose du foie, la sclérodermie systémique, la compression de la tumeur, le blocage des canaux excréteurs avec des calculs.

Pathologie

Cette pathologie s'accompagne d'une diminution significative de la taille de la glande - jusqu'à 20-18 g, la consistance est considérablement compactée, la surface de l'organe est tubéreuse, la capsule est fusionnée avec le tissu adipeux environnant, ainsi que les organes voisins. La structure du pancréas change, caractérisée par un développement excessif du tissu conjonctif, qui peut proliférer autour des lobules (sclérose périlobulaire) ou de manière diffuse (sclérose intralobulaire). Au niveau microscopique, la lésion est caractérisée par une prolifération diffuse de tissu fibreux (sclérose intraacineuse), la mort des cellules du parenchyme glandulaire.

Dans la lipomatose, malgré le fait que cette condition se caractérise par la préservation voire l'augmentation de la taille de l'organe (pseudohypertrophie), la majeure partie est remplacée par du tissu adipeux, dans lequel se trouvent des zones glandulaires séparées. Selon les observations de spécialistes dans le domaine de la gastro-entérologie clinique et de l'endocrinologie, dans la plupart des cas, avec cette pathologie, l'appareil des îlots et la fonction endocrinienne de l'organe restent.

Symptômes d'atrophie

Le tableau clinique de l'atrophie pancréatique est déterminé par la cause de son développement (diabète sucré, pancréatite chronique et autres). Cependant, dans tous les cas, les insuffisances exocrine et endocrinienne sont des symptômes caractéristiques. L'insuffisance exocrine (exocrine) de la glande se caractérise par une production réduite d'enzymes digestives, ainsi que de bicarbonates et d'autres électrolytes, qui neutralisent le contenu de l'estomac, offrant un environnement favorable à l'action des enzymes pancréatiques. Des selles molles, un manque d'appétit, une perte de poids sont des symptômes typiques..

Un symptôme précoce d'une fonction exocrine insuffisante est la stéatorrhée (augmentation de l'excrétion des graisses dans les selles). Ce symptôme se développe avec une diminution de la sécrétion de 10% de la norme. La perte de poids est due à une digestion altérée des aliments, à l'absorption de substances dans l'intestin, à une perte d'appétit. Avec une pathologie à long terme, des signes de carence en vitamines se développent.

L'insuffisance endocrinienne (intrasécrétoire) se manifeste par des troubles du métabolisme glucidique, évoluant selon le type de syndrome hyperglycémique. Dans le même temps, les symptômes du diabète sucré ne se développent que chez la moitié des patients. Cela est dû au fait que les cellules productrices d'insuline ont la capacité de mieux survivre en pathologie par rapport aux cellules acineuses. Une carence en insuline, le glucagon se développe. Le patient peut être dérangé par une faiblesse sévère, des étourdissements, une soif.

Diagnostique

Lors de l'examen d'un patient atteint d'atrophie pancréatique, une insuffisance de poids corporel est déterminée. La peau est sèche, squameuse. Avec une diminution de la taille de la glande, elle ne peut pas être palpée. Si la pancréatite est la cause de la maladie, une douleur est possible lors de la palpation. L'algorithme de diagnostic comprend:

  • Analyses. Lors de la réalisation de tests sanguins biochimiques, une diminution de l'activité des enzymes pancréatiques est déterminée. Les symptômes typiques sont la stéatorrhée (détection dans les selles de plus de 9% de l'apport quotidien en graisses) et la créorrhée (teneur élevée en fibres musculaires dans les selles), détectées au cours du coprogramme. Souvent, une augmentation de la glycémie est diagnostiquée, ce qui est la raison de consulter un endocrinologue ou un diabétologue.
  • Techniques d'imagerie. Avec l'échographie du pancréas, une diminution de sa taille, un épaississement de la structure, une augmentation de l'échogénicité et des contours inégaux sont déterminés. Pour une visualisation plus détaillée de l'organe, pour découvrir la cause de l'atrophie, une IRM du pancréas est réalisée. Afin d'évaluer l'état du système canalaire, dont les changements sont caractéristiques de la pancréatite chronique, la RCP est indiquée - cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (examen aux rayons X de contraste). Avec son aide, il est possible de révéler le rétrécissement du canal pancréatique principal, les parois inégales, la tortuosité. Pour exclure les néoplasmes du pancréas, une angiographie est réalisée.
  • Biopsie. La biopsie pancréatique est une méthode de diagnostic importante. Lors de l'étude d'une biopsie, le degré de fibrose et de destruction du parenchyme, le degré d'endommagement des éléments glandulaires, des îlots de Langerhans (zones productrices d'insuline) sont évalués. Dans le cas de la lipomatose, on constate une dégénérescence graisseuse de l'organe. Une biopsie vous permet d'évaluer le pronostic de la maladie.

CT OBP. Amincissement diffus sévère du pancréas, modifications de sa structure.

Traitement de l'atrophie pancréatique

Activités conservatrices

Avec l'atrophie du pancréas, une thérapie diététique est nécessairement prescrite. Les repas doivent être faibles en gras. Une attention suffisante doit être accordée à la carence en protéines-énergie, à la correction de l'hypovitaminose. Une mesure obligatoire est l'arrêt complet du tabagisme, car la nicotine perturbe la production de bicarbonates par le pancréas, ce qui entraîne une augmentation significative de l'acidité du contenu du duodénum..

La principale direction du traitement de cette pathologie est le remplacement de la sécrétion exocrine et endocrine du pancréas. Pour compenser les processus perturbés de la digestion de la cavité, un gastro-entérologue prescrit des préparations enzymatiques. Pour obtenir un effet clinique, les médicaments doivent avoir une activité lipasique élevée, résister à l'action du suc gastrique, assurer la libération rapide d'enzymes dans l'intestin grêle et favoriser activement la digestion de la cavité. Les enzymes sous forme de microgranules répondent à ces exigences.

Comme c'est la lipase de toutes les enzymes du pancréas qui perd le plus rapidement son activité, la correction est effectuée en tenant compte de sa concentration dans la préparation et de la sévérité de la stéatorrhée. L'efficacité du traitement est évaluée par la teneur en élastase dans les selles et le degré de réduction de la stéatorrhée. L'action des préparations enzymatiques vise également à éliminer le syndrome douloureux, à réduire l'entérite secondaire, à créer les conditions de normalisation de la microbiocénose intestinale et à améliorer le métabolisme des glucides..

La correction de l'insuffisance endocrinienne est réalisée par insulinothérapie. Avec l'atrophie du pancréas, les îlots de Langerhans sont partiellement préservés, donc l'insuline est produite dans le corps, mais en petites quantités. La posologie et le schéma d'administration d'insuline sont déterminés individuellement, en fonction de l'évolution de la pathologie, du facteur étiologique, des données de surveillance quotidienne de la glycémie. La nomination de préparations enzymatiques améliore considérablement la fonction du pancréas dans son ensemble et le métabolisme des glucides. Par conséquent, le schéma thérapeutique d'insuline est déterminé en fonction de la posologie et de l'efficacité du traitement enzymatique substitutif..

Une condition importante pour une correction efficace des fonctions digestives est la normalisation de la microbiocénose intestinale, car dans le contexte de l'apport d'enzymes, des conditions favorables sont créées pour la colonisation de la flore pathogène. Des probiotiques, des prébiotiques sont utilisés. La thérapie vitaminique est prescrite par injection, ainsi que des préparations de magnésium, de zinc, de cuivre.

Chirurgie

Le traitement chirurgical de cette pathologie est effectué dans des centres spécialisés. La transplantation d'îlots de Langerhans est effectuée, suivie de l'ablation de la glande et d'une thérapie de remplacement enzymatique. Cependant, comme l'atrophie est souvent la conséquence de maladies graves avec une violation prononcée de l'état général du patient, un tel traitement est rarement effectué..

Prévision et prévention

Le pronostic de l'atrophie du pancréas est déterminé par le degré de lésion des structures exocrines et endocrines de l'organe. Puisque l'appareil d'îlots est partiellement préservé, il y a également synthèse d'insuline résiduelle. Compte tenu de cela, l'acidocétose se développe rarement, mais des conditions hypoglycémiques se produisent souvent. Détermination de l'étiologie de la maladie, élimination de la pathologie sous-jacente, initiation rapide du traitement peut donner de bons résultats.

La prévention consiste en un traitement rapide des maladies pouvant provoquer une atrophie du pancréas. En présence de pancréatite chronique, un rejet complet de l'alcool, le respect d'un régime alimentaire et le maintien d'un niveau suffisant d'activité enzymatique de la glande sont nécessaires.

Le pancréas rétrécit généralement chez les personnes âgées, mais ce fait n'a aucune signification clinique. Avec une atrophie totale du pancréas, une diminution de la taille a lieu dans toutes les parties du pancréas. Si une atrophie isolée de la queue du pancréas apparaît (la tête semble normale), une tumeur de la tête pancréatique doit être suspectée. La tête doit être examinée particulièrement attentivement, car la pancréatite chronique du corps et de la queue peut être associée à une tumeur du pancréas à croissance lente.

Si le pancréas est petit, inégalement hyperéchogène et hétérogène par rapport au foie, la pancréatite chronique est plus susceptible de provoquer cela..

Hypertrophie diffuse du pancréas

Dans la pancréatite aiguë, le pancréas peut être élargi de façon diffuse ou il peut être de taille normale et hypoéchogène par rapport au foie adjacent. L'amylase sérique est généralement élevée et une occlusion intestinale locale peut être présente à la suite d'une irritation intestinale.

Si le pancréas est inégalement hyperéchogène et dilaté de manière diffuse, cela est dû à une pancréatite aiguë dans le contexte d'une pancréatite chronique existante.

Augmentation locale (non kystique)

Presque toutes les tumeurs pancréatiques sont hypoéchogènes par rapport au pancréas normal. Il est impossible de faire la distinction entre la pancréatite focale et la tumeur pancréatique uniquement par échographie. Même s'il y a une augmentation des taux d'amylase sérique, il est nécessaire de répéter l'échographie après 2 semaines pour déterminer la dynamique. La tumeur et la pancréatite peuvent être combinées. Lorsqu'il y a une structure d'écho mixte, une biopsie est nécessaire.

L'examen échographique ne peut pas différencier la pancréatite focale de la tumeur pancréatique.

Kystes pancréatiques

Les vrais kystes pancréatiques sont rares. Ils sont généralement solitaires, anéchoïques, aux contours lisses, remplis de liquide. Plusieurs petits kystes peuvent être congénitaux. Les abcès ou hématomes pancréatiques auront une structure d'échogénicité mixte et sont souvent associés à une pancréatite sévère.

Les pseudokystes résultant d'un traumatisme ou d'une pancréatite aiguë sont fréquents; ils peuvent grossir et éclater. Ces kystes peuvent être uniques ou multiples. Aux premiers stades, ils ont une structure d'écho complexe avec des réflexions internes et des contours indistincts, mais en dynamique, ces kystes acquièrent des parois uniformes, deviennent anéchogènes et conduisent bien les ultrasons. Les pseudokystes pancréatiques peuvent être trouvés dans n'importe quelle partie de l'abdomen ou du bassin, s'éloignant du pancréas. Lorsque les kystes sont infectés ou endommagés, les structures d'écho internes ou les septa peuvent être identifiés.

Les cystadénomes pancréatiques ou autres tumeurs kystiques apparaissent généralement à l'échographie sous forme de masses kystiques multi-septales accompagnées d'un composant solide. Dans la microcystadénomatose, les kystes sont très petits et mal visualisés.

Les kystes parasites sont rares dans le pancréas. Effectuer une échographie du foie et du reste de l'abdomen pour exclure une maladie parasitaire.

Raisons d'une augmentation du pancréas, tableau clinique et diagnostic

Si l'examen révèle que le pancréas (PJ) est hypertrophié, il est nécessaire d'en rechercher les raisons et de commencer le traitement. Il est important de le faire en temps opportun, car la taille de l'organe peut changer dans diverses pathologies, y compris les maladies oncologiques. Considérant que le pancréas est un organe unique avec une double fonction - digestive et endocrinienne, sa localisation topographique (rétropéritonéale), les symptômes de la maladie chronique n'apparaissent pas immédiatement.

Pourquoi le pancréas se développe-t-il??

Selon les données de recherche, dépasser la taille normale de la prostate peut être une manifestation d'un développement anormal. Dans de tels cas, la glande fonctionne normalement, il n'y a aucun signe de déviation et il n'y a aucune plainte concernant l'état de santé d'une personne. Si l'état de santé s'est aggravé et qu'il a soudainement été constaté que quelque chose se gonflait dans le pancréas, vous devez commencer un examen détaillé par un gastro-entérologue. Le moment du traitement aidera à accélérer le diagnostic correct et à augmenter les chances d'un résultat positif au traitement.

Les raisons de l'augmentation sont généralement des conditions pathologiques. Le plus souvent, il s'agit d'une défaite:

  • parenchyme d'organe, dont les cellules sont impliquées dans la sécrétion d'enzymes et la production de suc pancréatique (fonction exogène),
  • partie de la glande formée par les îlots de Langerhans, responsable de la synthèse d'hormones importantes (fonction endogène).

Le redimensionnement total ou local se développe en présence de:

  • pancréatite,
  • maladies auto-immunes,
  • fibrose kystique,
  • tumeurs dans différentes parties de la glande ou métastases des organes voisins,
  • calculs, kystes,
  • empoisonnement,
  • traumatisme.

Avec une augmentation totale du pancréas, des lésions tissulaires uniformes se produisent. Lorsqu'elles sont localement, des parties individuelles de l'organe sont impliquées dans des changements pathologiques. Il est cliniquement apparent ou asymptomatique.

Agrandissement local de VR

Le pancréas est classiquement divisé:

  • tête,
  • corps,
  • queue.

Un changement dans le volume de l'une de ces parties est une manifestation de la pathologie, qui doit être clarifiée lors d'un examen détaillé. La structure, la taille et la fonction des zones restantes du pancréas restent dans les limites normales.

La cause la plus fréquente de déviation de taille est la pancréatite, qui affecte localement le pancréas au début de la maladie. Il existe d'autres conditions pathologiques qui conduisent à de telles violations..

Agrandissement de la tête

La taille de la tête dépend de l'état du pancréas lui-même et des maladies des organes directement adjacents.

Un certain nombre de facteurs conduisant à une augmentation légère, modérée ou forte de la tête du pancréas sont associés à la pathologie du duodénum. Ceux-ci inclus:

  • formation (tumeur) de la petite papille du duodénum, ​​dans laquelle la perméabilité du suc pancréatique est altérée,
  • petite cicatrice papillaire,
  • duodénite comme source d'inflammation du pancréas.

Autres causes de changements de tête:

  • tumeurs,
  • pseudokyste en tant que complication de la pancréatite aiguë,
  • abcès,
  • tumeur maligne d'une autre partie du pancréas avec œdème local dans la tête.

L'élargissement de la tête est dangereux en raison de l'emplacement du pancréas: de gros vaisseaux lui sont adjacents et il borde étroitement l'estomac, le duodénum, ​​la rate et le rein gauche. La queue et le corps compriment rarement les tissus des organes environnants. La plus grosse tête peut comprimer le duodénum, ​​provoquant un iléus ou la paroi de l'estomac adjacente avec pénétration.

Agrandissement du corps

Le corps, comme d'autres parties du pancréas, change de taille:

  • pour les processus inflammatoires et tumoraux,
  • lorsque des kystes, des pseudokystes, des insulomes surviennent,
  • avec un processus purulent local sous la forme d'une formation encapsulée (abcès).

Un examen détaillé révèle d'autres raisons:

  • tissu conjonctif ou cicatriciel qui modifie grossièrement les contours et les dimensions d'un organe dans la zone du corps,
  • plusieurs calcifications dans le corps.

Agrandissement de la queue

La taille de la queue augmente dans les cas suivants:

  • formation d'une pierre dans le canal de Wirsung dans la zone du corps de la glande,
  • tumeurs de la queue provenant de cellules des îlots de Langerhans concentrées en grand nombre dans la queue (insulomes),
  • adénome kystique avec localisation dans la queue,
  • pseudokystes ou abcès comme complications de la nécrose pancréatique.

Raisons de l'apparition d'un changement total de taille

L'augmentation totale est due à un œdème ou à une prolifération tissulaire compensatrice due à un manque de fonction. Le pancréas augmente de manière diffuse avec la pancréatite, qui se développe:

  • avec abus d'alcool,
  • avec des infections,
  • avec des blessures,
  • avec blocage par tartre ou tumeur du canal commun du pancréas,
  • avec des effets toxiques de médicaments ou de produits chimiques,
  • avec un processus auto-immun,
  • avec pathologie d'autres organes digestifs (ulcère gastroduodénal et ulcère duodénal, dyskinésie biliaire, cholélithiase).

Symptômes et manifestations de la maladie

Une hypertrophie du pancréas n'est pas une maladie. C'est l'une des manifestations du processus pathologique, qui nécessite la clarification de diagnostics supplémentaires. Pour cela, il faut tout d'abord rechercher les plaintes afin de prescrire les études nécessaires, en tenant compte des données d'un examen objectif..

Si une pancréatite aiguë s'est développée ou si un processus inflammatoire chronique s'est aggravé, avec un traitement opportun, les conditions de traitement et de rééducation diminueront considérablement. Avec la pancréatite, les symptômes cliniques apparaissent rapidement, comme en témoignent les plaintes:

  • douleur dans l'hypochondre gauche de la nature environnante ou irradiant vers l'arrière, le bras gauche,
  • la diarrhée,
  • la nausée,
  • vomissements qui n'apportent pas de soulagement,
  • amertume dans la bouche et éructations,
  • manque d'appétit,
  • température corporelle élevée.

L'apparition simultanée de tous les symptômes est plus caractéristique d'un processus aigu qui, en plus de la pancréatite, peut être causé par:

  • empoisonnement,
  • exacerbation de l'ulcère gastrique ou de l'ulcère duodénal,
  • traumatisme abdominal avec lésion du tissu pancréatique.

Avec une formation de tumeur avec un pancréas hypertrophié, la symptomatologie augmente lentement. Même si la taille de l'organe a dépassé toutes les normes, à l'exception de la faiblesse, de la léthargie, du malaise général, un adulte ne peut être dérangé par rien. Dans cet état, ils vont rarement chez le médecin, essayant de se guérir d'eux-mêmes..

Pendant longtemps, la croissance d'un kyste ou de nombreux kystes, ainsi que des pseudokystes, peut se produire de manière asymptomatique. Malgré le fait que la taille du pancréas augmente, cela ne provoque pas de sensations subjectives. Souvent, les changements sont détectés en tant que constatation sur une échographie lors d'un examen effectué pour une autre raison..

Les formations se manifestent lorsqu'elles commencent à se développer activement. Des symptômes caractéristiques des pathologies pancréatiques apparaissent: douleur dans l'hypochondre gauche, nausées, vomissements, diarrhée, diminution de l'appétit, manifestations asthéniques. Cela se produit lorsque la taille du pseudokyste dépasse 5 cm (des cas de sa taille atteignant 40 cm sont décrits). Des symptômes similaires se produisent avec la maladie polykystique (et cela peut être une pathologie congénitale), si des kystes se forment non seulement dans le pancréas, mais également dans les organes adjacents - le foie, la rate, le rein gauche et avec le temps, leur taille, ainsi que le pancréas lui-même, augmentent.

En plus de la production d'enzymes, le pancréas remplit des fonctions endocriniennes. Des cellules spéciales produisent des hormones (insuline, glucagon, somatostatine, polypeptide pancréatique, gastrine et plusieurs autres substances actives importantes pour la vie humaine). Les tumeurs de ces cellules, à la fois bénignes (adénomes) et malignes (adénocarcinomes), entraînent une augmentation de la taille de la glande (principalement la queue) et présentent certaines manifestations cliniques. Les symptômes dépendent:

Une augmentation locale du pancréas associée à des signes cliniques permet de suspecter la présence de cette pathologie, puis de la confirmer par des recherches complémentaires.

Les types d'insulomes suivants sont connus:

  • insulinome,
  • glucagonoma,
  • gastrinome,
  • somatostatine.

L'insulinome est 2 fois plus fréquent chez les femmes, caractérisé par une production élevée d'insuline, une hypoglycémie. Ses signes:

  • syndrome asthénique: faiblesse, apathie, fatigue non motivée, somnolence pendant la journée avec un rythme de sommeil normal, maux de tête,
  • attaques végétatives: palpitations, transpiration abondante, bouche sèche, nausées, vomissements.

Les symptômes sont légers et se développent progressivement. Dans le futur, une distraction apparaît, une diminution de la concentration. Avec la progression, il y a des éléments d'agitation psychomotrice (discoordination des mouvements, impossibilité de communication), confusion de la conscience avec désorientation, états, actions inconscientes.

Glucagonoma conduit au développement du diabète. Le glucagon, produit en grande quantité par la tumeur, décompose les réserves de glycogène dans les muscles et le foie et augmente la glycémie. La tumeur peut devenir maligne et se développer rapidement.

Le gastrinome synthétise la gastrine, qui affecte les cellules de l'estomac, provoque le développement du syndrome de Zollinger-Ellison, se manifeste cliniquement par des ulcères et des diarrhées, et survient chez les hommes âgés de 50 ans. Parmi les insulomes - les tumeurs endocrines fonctionnelles malignes les plus courantes (dans 70%) du pancréas.

Le somatostatine est une tumeur rare qui forme de multiples métastases avec hypertrophie diffuse du pancréas et des organes adjacents (dans 74%), se réfère à des troubles génétiques. Une image spécifique est absente en raison de lésions multiples: maladie de calculs biliaires, diabète sucré, anémie, diarrhée avec déshydratation rapide, perte de poids.

Méthodes de diagnostic des maladies

Il est impossible de déterminer l'augmentation du RV lors d'un examen objectif: en raison de la localisation rétropéritonéale de la glande, il ne peut pas être palpé. La méthode de dépistage est l'échographie (échographie). Il détermine:

  • dimensions,
  • limites claires,
  • échogénicité (densité) des tissus - augmentée ou diminuée,
  • présence de formations,
  • élargissement du conduit commun.

Si nécessaire, effectué:

  • Examen aux rayons X,
  • CT (tomodensitométrie) avec introduction d'un agent de contraste,
  • cholangiopancréatographie par résonance endoscopique,
  • cholangiopancréatographie par résonance magnétique.

De plus, EFGDS (œsophagofibrogastroduodénoscopie) est prescrit pour étudier l'état de l'estomac et du bulbe duodénal et la pH-métrie pour déterminer l'acidité du suc gastrique..

Les méthodes de recherche en laboratoire comprennent des tests sanguins:

  • clinique générale,
  • pour le sucre,
  • tests de stress avec petit-déjeuner glucidique, insuline,
  • amylase,
  • insuline lors d'une crise d'insulinome spontanée,
  • glucagon,
  • gastrine à jeun.

Il est recommandé que toutes les études soient effectuées uniquement selon les directives d'un spécialiste. Leur volume nécessaire pour vérifier le diagnostic est déterminé par le médecin. Il analyse également ce que les résultats des tests peuvent signifier, si nécessaire, prescrit des médicaments pouvant traiter la pathologie identifiée.

Méthodes de traitement de la maladie

La méthode de traitement dépend de la pathologie identifiée. En présence de formations dans le pancréas, des méthodes chirurgicales sont utilisées. Le montant de la chirurgie dépend de la maladie et de sa gravité.

Dans les processus inflammatoires, une thérapie complexe est utilisée avec l'utilisation de médicaments, d'un régime alimentaire et de méthodes de physiothérapie. Dans des conditions aiguës ou une augmentation du pancréas causée par une tumeur, un pseudokyste, un tartre ou un œdème dans la nécrose pancréatique, le traitement est effectué à l'hôpital. Les tactiques dans chaque cas sont individuelles et dépendent de nombreux facteurs. En cas de pathologie peu claire nécessitant une intervention chirurgicale, la question d'une méthode spécifique d'intervention chirurgicale est tranchée collectivement par des médecins de plusieurs spécialités. Cela est nécessaire en raison de la grande complexité de ces opérations, des complications graves et du long traitement postopératoire..

L'exacerbation des formes chroniques qui ne présentent pas de danger pour la vie, est traitée à domicile sous la surveillance d'un médecin.

Thérapie médicamenteuse

Le traitement médicamenteux du processus inflammatoire dans le pancréas vise:

  • pour soulager la douleur,
  • pour bloquer temporairement l'activité enzymatique du pancréas (avec exacerbation de la pancréatite chronique),
  • pour réduire la sécrétion de l'estomac, de la vésicule biliaire,
  • pour soulager les spasmes et augmenter la perméabilité des canaux,
  • pour supprimer la microflore pathogène,
  • pour la désintoxication,
  • pour la désintoxication,
  • pour la prévention des saignements et la suppression de la sécrétion pancréatique,
  • pour prévenir les infections grâce à l'utilisation d'une antibiothérapie.

La thérapie est individuelle, en fonction du diagnostic établi, de la gravité de l'état du patient, vise à restaurer les fonctions du pancréas et des organes adjacents du tube digestif.

À cette fin, un certain nombre de médicaments sont utilisés:

  • analgésiques - antispasmodiques, anticholinergiques, analgésiques,
  • somatotropine artificielle - hormone de croissance (Octreocid, Sandostatine), pour réduire la zone de nécrose et bloquer la synthèse des enzymes par le pancréas,
  • inhibiteurs de la pompe à protons pour réduire l'acidité gastrique (Pariet, Controloc, Omez),
  • bloqueurs des récepteurs H2-histamine (Kvamatel, Cimetidine),
  • solutions d'électrolytes et préparations sanguines protéiques (Gemodez, Reopolyglyukin, Albumine) - pour lutter contre l'intoxication et le choc,
  • antibiotiques pour traiter ou prévenir les infections (céphalosporines, fluoroquinolones),
  • médicaments antimicrobiens (métronidazole),
  • antihistaminiques (Diphenhydramine, Suprastin),
  • diurétiques (Lasix),
  • enzymes comme thérapie de remplacement,
  • insuline pour le diabète sucré avancé,
  • glucose pour l'insulinome afin d'augmenter la glycémie,
  • médicaments qui suppriment l'insuline: Diazoxide, octréotide et hormone pancréatique - Glucagon.

Intervention chirurgicale

Dans de nombreux cas, avec une hypertrophie de la prostate, un traitement chirurgical est nécessaire. Il est utilisé en présence de diverses formations (calculs, tumeurs, kystes, abcès), nécrose pancréatique, sténose. Aujourd'hui, il existe de nombreuses technologies médicales modernes pour les interventions chirurgicales mini-invasives et sans effusion de sang. Ils préservent l'organe autant que possible, minimisent le développement de complications, raccourcissent la période de rééducation, améliorent le pronostic et la qualité de vie du patient. Dans les situations sévères et avancées, des méthodes de traitement classiques par laparotomie (avec ouverture de la cavité abdominale) et lombotomie (avec ouverture de l'espace rétropéritonéal) sont utilisées.

Remèdes populaires

Le pancréas est l'organe central non seulement des systèmes digestif et endocrinien, mais de tout l'organisme. Avec sa pathologie, des changements irréversibles peuvent se développer rapidement avec un pronostic défavorable pour la vie avec une mortalité élevée..

Le traitement doit être effectué par des spécialistes hautement qualifiés, dans un établissement médical ou à domicile sous la supervision d'un médecin. Avec une augmentation de la taille du pancréas, même en l'absence de manifestations cliniques, toute méthode alternative de traitement est dangereuse par la progression ou l'exacerbation du processus pathologique, la survenue de réactions allergiques.

Régime alimentaire avec RV accru

Si l'échographie révèle un léger excès de la taille du pancréas, elle dépasse légèrement des limites admissibles, présente une bordure convexe sur le site de la formation pathologique, l'efficacité du traitement dépend non seulement du traitement correct, mais également de la nutrition du patient.

Chaque patient avec un pancréas hypertrophié a besoin d'un régime si l'augmentation est non congénitale ou physiologique, mais signe de pathologie. La qualité de vie dépend de la nourriture qu'une personne mange. Les aliments diététiques peuvent empêcher le développement de la maladie ou de ses complications graves et arrêter la progression du processus. Avec des troubles fonctionnels déjà existants et de grandes tailles pancréatiques, des restrictions dans certains produits peuvent être prescrites pendant une longue période. Parfois, ils doivent être observés tout au long de la vie, car une guérison complète du pancréas affecté est impossible. Des erreurs dans le régime prescrit provoquent le développement de la maladie ou une rechute.

La nourriture diététique est prescrite individuellement, en fonction de la maladie, de la gravité de la maladie, du stade du processus de traitement. Des régimes thérapeutiques spécialement développés qui prennent en compte ces règles sont utilisés pour les modifications du parenchyme pancréatique (tableaux n ° 5, 1 selon Pevzner dans différentes versions). Dans le diabète sucré, lorsque la partie du pancréas responsable de la production d'insuline est affectée, le tableau numéro 9 est attribué et il doit être respecté à vie.

La meilleure prévention de l'élargissement du pancréas est une bonne nutrition, l'abandon des mauvaises habitudes, la recherche rapide d'une aide médicale.

Signes échographiques de la pathologie pancréatique

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Réduire la taille du pancréas

Le pancréas rétrécit généralement chez les personnes âgées, mais ce fait n'a aucune signification clinique. Avec une atrophie totale du pancréas, une diminution de la taille a lieu dans toutes les parties du pancréas. Si une atrophie isolée de la queue du pancréas apparaît (la tête semble normale), une tumeur de la tête pancréatique doit être suspectée. La tête doit être examinée particulièrement attentivement, car la pancréatite chronique du corps et de la queue peut être associée à une tumeur du pancréas à croissance lente.

Si le pancréas est petit, inégalement hyperéchogène et hétérogène par rapport au foie, la pancréatite chronique est plus susceptible de provoquer cela..

Hypertrophie diffuse du pancréas

Dans la pancréatite aiguë, le pancréas peut être élargi de façon diffuse ou il peut être de taille normale et hypoéchogène par rapport au foie adjacent. L'amylase sérique est généralement élevée et une occlusion intestinale locale peut être présente à la suite d'une irritation intestinale.

Si le pancréas est inégalement hyperéchogène et dilaté de manière diffuse, cela est dû à une pancréatite aiguë dans le contexte d'une pancréatite chronique existante.

Augmentation locale (non kystique)

Presque toutes les tumeurs pancréatiques sont hypoéchogènes par rapport au pancréas normal. Il est impossible de faire la distinction entre la pancréatite focale et la tumeur pancréatique uniquement par échographie. Même s'il y a une augmentation des taux d'amylase sérique, il est nécessaire de répéter l'échographie après 2 semaines pour déterminer la dynamique. La tumeur et la pancréatite peuvent être combinées. Lorsqu'il y a une structure d'écho mixte, une biopsie est nécessaire.

L'examen échographique ne peut pas différencier la pancréatite focale de la tumeur pancréatique.

Kystes pancréatiques

Les vrais kystes pancréatiques sont rares. Ils sont généralement solitaires, anéchoïques, aux contours lisses, remplis de liquide. Plusieurs petits kystes peuvent être congénitaux. Les abcès ou hématomes pancréatiques auront une structure d'échogénicité mixte et sont souvent associés à une pancréatite sévère.

Les pseudokystes résultant d'un traumatisme ou d'une pancréatite aiguë sont fréquents; ils peuvent grossir et éclater. Ces kystes peuvent être uniques ou multiples. Aux premiers stades, ils ont une structure d'écho complexe avec des réflexions internes et des contours indistincts, mais en dynamique, ces kystes acquièrent des parois uniformes, deviennent anéchogènes et conduisent bien les ultrasons. Les pseudokystes pancréatiques peuvent être trouvés dans n'importe quelle partie de l'abdomen ou du bassin, s'éloignant du pancréas. Lorsque les kystes sont infectés ou endommagés, les structures d'écho internes ou les septa peuvent être identifiés.

Les cystadénomes pancréatiques ou autres tumeurs kystiques apparaissent généralement à l'échographie sous forme de masses kystiques multi-septales accompagnées d'un composant solide. Dans la microcystadénomatose, les kystes sont très petits et mal visualisés.

Les kystes parasites sont rares dans le pancréas. Effectuer une échographie du foie et du reste de l'abdomen pour exclure une maladie parasitaire.

Calcifications dans le pancréas

L'échographie n'est pas la meilleure méthode pour détecter la calcification pancréatique. Il est préférable d'effectuer une radiographie du haut de l'abdomen dans la position du patient sur le dos en projection directe.

Les calcifications à l'intérieur du pancréas peuvent produire une ombre acoustique, mais si elles sont petites, elles peuvent apparaître comme une structure d'écho lumineuse distincte sans ombre acoustique. La calcification se produit généralement à la suite de:

  1. Pancréatite chronique. Les calcifications sont réparties de manière diffuse dans tout le pancréas.
  2. Pierres dans le canal pancréatique. Ces calcifications sont situées le long du conduit.
  3. Les calculs biliaires dans la voie biliaire distale commune peuvent être confondus avec des calcifications du pancréas. Dans ce cas, cependant, l'expansion de la voie biliaire commune proximale est déterminée..

Dilatation du canal pancréatique

Le diamètre interne maximal d'un canal pancréatique normal est de 2 mm, et le canal est mieux visualisé avec un balayage transversal dans le tiers moyen du corps pancréatique. Afin de vous assurer que vous visualisez le canal, vous devez voir le tissu pancréatique des deux côtés. Si ce n'est pas le cas, la veine splénique à l'arrière ou la paroi de l'estomac à l'avant peuvent être interprétées à tort comme un canal pancréatique..

Les parois du canal pancréatique doivent être lisses et la lumière doit être propre. Lorsque le conduit est dilaté, les parois deviennent inégales; scannez non seulement la tête du pancréas, mais également l'ensemble des voies biliaires.

Les raisons de l'expansion du canal pancréatique sont:

  1. Tumeur de la tête du pancréas ou ampoule du mamelon de Vater. Les deux sont associés à la jaunisse et à la dilatation des voies biliaires.
  2. Calculs communs du canal pancréatique. Test de calculs biliaires et de dilatation des voies biliaires.
  3. Pierre dans le canal intrapancréatique. Les voies biliaires doivent être normales.
  4. Pancréatite chronique.
  5. Sténoses postopératoires après chirurgie de Whipple ou pancréatectomie partielle. Il est nécessaire de clarifier les données anamnestiques du patient ou, si nécessaire, des proches du patient.

Les erreurs les plus courantes: avec l'échographie du pancréas, un diagnostic erroné peut être fait à la suite de:

  • l'emplacement médian de la vésicule biliaire;
  • ganglions lymphatiques hypertrophiés;
  • tumeurs rétropéritonéales;
  • ascite encapsulée ou abcès abdominal (y compris abcès de la rate);
  • kystes ou tumeurs hépatiques;
  • kystes mésentériques;
  • hématomes autour du duodénum;
  • remplissage partiel de l'estomac. Si l'estomac contient du liquide, il peut simuler un kyste pancréatique; s'il contient de la nourriture, il peut simuler une tumeur. L'intestin adjacent peut provoquer des erreurs similaires;
  • kystes rénaux ou tumeurs rénales, ou bassin rénal distendu;
  • anévrismes aortiques;
  • tumeurs surrénales.

Atrophie pancréatique: symptômes de changements et traitement, pronostic

Le diagnostic d '«atrophie pancréatique» signifie que le volume de l'organe interne a diminué, ce qui se manifeste par un manque de fonctionnalité exocrine (enzymes digestives) et intrasécrétoire (production d'insuline et de glucagon).

Dans la plupart des images, la pathogenèse est due à la forme chronique de pancréatite, au diabète sucré, à des pathologies somatiques avec épuisement sévère, à une cirrhose du foie et à une circulation sanguine altérée. Parfois, la cause est une tumeur.

Pour faire un diagnostic précis, un diagnostic différentiel est effectué. Prend en compte les résultats de laboratoire qui montrent un manque d'enzymes digestives et une faible concentration d'insuline.

Un examen échographique est obligatoire, ce qui confirme une diminution de la glande, une modification pathologique du parenchyme. La thérapie consiste en la nomination d'un traitement de substitution. Les médicaments enzymatiques, l'insuline, les comprimés pour restaurer la microflore intestinale sont recommandés.

Pathogenèse des modifications atrophiques du pancréas

Les modifications atrophiques du pancréas sont physiologiques lorsqu'elles se développent à la suite du processus de vieillissement naturel du corps. Ils sont accompagnés de maladies débilitantes sévères..

De plus, l'atrophie est le résultat de toute forme de pancréatite chronique, tandis qu'une partie importante du stroma est remplacée par des tissus fibreux, ce qui entraîne une forte augmentation de l'insuffisance endocrinienne et exocrine.

Normalement, le poids d'un organe interne varie de 80 à 90 g. Si des changements anormaux y sont observés, il diminue à 30-40 g et moins. Il y a un changement dans la structure même de l'organe. La maladie se caractérise par l'apparition d'une quantité excessive de tissu conjonctif..

L'atrophie pancréatique se produit pour les raisons suivantes:

  • L'apparition de la dégénérescence graisseuse de l'organe.
  • Complication du diabète sucré.
  • Abus d'alcool, tabagisme.
  • Ulcère duodénal, estomac.
  • Mauvaise nutrition.
  • Pathologies auto-immunes affectant la cavité abdominale.
  • Résection du pancréas.

Une place distincte est occupée par la pancréatite atrophique dans le contexte du diabète sucré. Cette maladie se caractérise par une diminution significative de l'organe jusqu'à 20 g, sa consistance devient plus dense, la surface devient bosselée, la capsule est fusionnée avec les tissus adipeux, les organes voisins.

La lipomatose est également une forme atrophique de maladie pancréatique. Bien que cette maladie soit caractérisée par la taille normale de l'organe ou par son élargissement, la majeure partie est remplacée par du tissu adipeux, dans lequel des segments glandulaires individuels peuvent être tracés. Dans 80% des images avec cette maladie, l'appareil des îlots et la fonction endocrinienne sont préservés.

Le groupe à risque comprend les patients qui ont une prédisposition génétique, une dépendance à l'alcool, un traumatisme abdominal, des maladies infectieuses des organes internes, une cholécystite calculeuse.

Manifestations cliniques de l'atrophie

Niveau de sucre
Homme
Femelle

Entrez votre sucre ou sélectionnez le sexe pour les recommandations

Recherche non trouvée

Indiquez l'âge de l'homme

Recherche non trouvée

Indiquez l'âge de la femme

Recherche non trouvée

Après avoir examiné le diagnostic d'atrophie pancréatique, ce que c'est et ce qui peut atrophier un organe, nous découvrirons quels symptômes indiquent une pathologie. Les symptômes sont dus à l'étiologie du développement d'un processus pathologique dans le corps (altération de l'absorption du glucose, pancréatite chronique, etc.).

Indépendamment de la cause et des facteurs de provocation, tous les patients présentent une insuffisance endocrinienne et exogène. L'insuffisance exocrine s'accompagne d'une diminution de la production d'enzymes digestives, d'électrolytes, qui aident à neutraliser le contenu de l'estomac, contribuant à fournir un environnement normal aux enzymes pancréatiques.

Les patients se plaignent d'un dysfonctionnement du tube digestif, qui se manifeste le plus souvent:

  1. La diarrhée.
  2. Diminution de l'appétit.
  3. Perte de poids.

Le premier symptôme d'insuffisance exocrine est une augmentation de l'excrétion de graisse avec les matières fécales. Ce symptôme est détecté dans le contexte d'une diminution de la production de 10% de la valeur normale..

Le patient commence à perdre du poids rapidement. Cela est dû au fait que le processus de digestion des aliments, l'absorption des nutriments dans le tractus gastro-intestinal est perturbé et l'appétit diminue. Si une personne a une pancréatite atrophique chronique, les tests de laboratoire montrent une carence importante en vitamines et minéraux.

L'insuffisance endocrinienne est détectée par un trouble du métabolisme des glucides, qui se déroule comme un syndrome hyperglycémique.

Dans le même temps, seule la moitié des patients se plaignent de symptômes de diabète (mictions fréquentes, sécheresse de la bouche, visites fréquentes aux toilettes, etc.).

Diagnostic différentiel

Lors de l'examen d'un patient, un déficit pondéral est diagnostiqué dans 90% des tableaux cliniques. La peau devient plus fine et trop sèche. Des éléments floconneux sont souvent présents. Dans ce cas, la palpation ne permet pas de "ressentir" la diminution de l'organe interne.

Lorsque la pathogenèse est basée sur la survenue d'une pancréatite, puis sur la palpation, le patient se plaint de sensations douloureuses ou d'un inconfort sévère. Les résultats d'un test sanguin biochimique montrent que l'activité des enzymes digestives a diminué.

Le coprogramme aide à identifier la graisse dans les selles (stéatorrhée). En règle générale, plus de 10% de la consommation par jour se trouve dans les selles. Le nombre de fibres musculaires dans les selles augmente considérablement, ce qui est un écart par rapport à la norme.

Dans la plupart des cas, une étude sur la concentration de glucose indique une augmentation significative, ce qui nécessite des visites supplémentaires chez des médecins tels qu'un endocrinologue ou un diabétologue..

Autres méthodes pour déterminer la maladie:

  • Un examen échographique du pancréas montre une diminution pathologique de l'organe interne. La structure devient dense, l'échogénicité augmente, les contours sont inégaux.
  • L'IRM est recommandée dans les cas où l'échographie n'a pas fourni d'informations complètes et des détails supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les tactiques optimales de traitement.
  • RCP est prescrit pour évaluer l'état des conduits, pour trouver les changements qui accompagnent habituellement la pancréatite chronique. Grâce à cette manipulation médicale, il est possible de diagnostiquer une diminution des canaux pancréatiques, une tortuosité et une inégalité des parois..
  • L'angiographie est nécessaire lorsqu'un professionnel de la santé soupçonne une tumeur. La procédure vous permet de réfuter ou de confirmer l'hypothèse.

Une biopsie du pancréas est obligatoire. Dans une étude en laboratoire d'un échantillon prélevé, le degré de fibrose et de destruction du parenchyme, l'état des éléments glandulaires et les zones qui produisent l'insuline sont évalués.

Cette méthode de diagnostic vous permet d'exprimer le pronostic de la maladie..

Traitement médical de l'atrophie pancréatique

Aux premiers signes de modifications atrophiques du pancréas, un régime est tout d'abord recommandé. Le patient doit réduire sa consommation d'aliments contenant des graisses animales.

Il faut faire attention au manque de substances protéiques dans le corps, au déficit énergétique, pour corriger le manque de vitamines et de minéraux. La nicotine contribuant à perturber la production de bicarbonates dans l'organe interne, les cigarettes doivent être abandonnées.

L'orientation principale du traitement conservateur est la thérapie de remplacement de la fonctionnalité des sécrétions exocrines et intrasécrétoires. Pour compenser ces processus, des médicaments enzymatiques sont recommandés..

Pour obtenir l'effet thérapeutique souhaité, les médicaments doivent être caractérisés par un degré élevé d'activité lipasique et ne doivent pas être détruits par l'action du suc gastrique. Dans ce cas, les comprimés doivent favoriser la libération rapide de substances enzymatiques dans l'intestin grêle, promouvoir activement le processus digestif.

Les microbilles répondent à toutes les exigences décrites. Comme c'est la lipase qui perd son activité le plus rapidement, par conséquent, la correction est effectuée en tenant compte de sa teneur dans le médicament et de l'intensité de la stéatorrhée (teneur en graisse dans les selles).

L'efficacité du traitement recommandé est déterminée par: le degré de réduction de la stéatorrhée et la concentration d'élastase dans les selles. Les préparations enzymatiques aident à atteindre le résultat thérapeutique suivant:

  1. Réduire l'entérite secondaire.
  2. Normaliser la microflore intestinale.
  3. Améliore le métabolisme des glucides.

Pour réduire la gravité des sensations douloureuses, des médicaments appartenant aux analgésiques et antispasmodiques sont prescrits. La posologie est déterminée sur une base individuelle, en fonction de l'intensité du syndrome douloureux. Les injections recommandées sont Papaverine, No-shpu, Analgin et d'autres médicaments..

Pour corriger l'insuffisance endocrinienne, l'administration d'insuline est nécessaire. Avec les changements atrophiques, la mort des cellules des îlots n'est pas observée, de sorte que l'hormone est produite, mais à faible concentration. La dose et la fréquence d'utilisation de l'insulinothérapie dépendent de l'évolution de la maladie, de l'étiologie de la maladie, des résultats de l'étude quotidienne de la glycémie dans le corps..

Une condition importante est la correction des fonctions digestives, en particulier la normalisation de la microflore intestinale. Par conséquent, des probiotiques et des prébiotiques sont utilisés.

De plus, nous recommandons des préparations contenant des vitamines. Vous devez également combler le déficit des composants minéraux suivants:

  • Magnésium.
  • Zinc.
  • Cuivre.

Les compléments alimentaires peuvent être prescrits sous la forme de plusieurs médicaments ou d'un médicament contenant simultanément les substances nécessaires.

L'intervention chirurgicale est réalisée dans des cliniques spécialisées. La procédure implique la transplantation des îlots de Langerhans, suivie d'une résection du pancréas et d'une thérapie de remplacement enzymatique.

Les modifications atrophiques du pancréas étant la conséquence de pathologies sévères accompagnées de troubles graves de l'état général du patient, un traitement chirurgical est rarement prescrit.

Prévision et prévention

Le pronostic de l'issue de la maladie est basé sur le degré de dommage aux fonctions exocrines et intrasécrétoires. Puisque les cellules des îlots sont partiellement retenues, il y a en conséquence une production d'insuline résiduelle. Par conséquent, un état cétoacidotique est rarement diagnostiqué, mais une forte baisse de la glycémie se développe souvent..

Détermination de la pathogenèse du processus pathologique, élimination de la «source primaire» - la maladie sous-jacente, début rapide du traitement - tous ces moments permettent d'obtenir de bons résultats thérapeutiques et un pronostic favorable.

À titre préventif, les avis des patients recommandent d'utiliser des méthodes de médecine traditionnelle. Ils aident à améliorer la fonctionnalité du pancréas, à améliorer la digestion, à prévenir les troubles graves du corps..

Pour la thérapie, des plantes médicinales sont utilisées - aubépine, aneth, menthe poivrée, camomille de pharmacie, etc. La recette suivante aide à soutenir le travail de l'organe: mélangez trois cuillères à soupe de graines d'aneth et la même quantité de menthe, ajoutez 2 cuillères à soupe d'aubépine, une cuillère à soupe de camomille de pharmacie. Versez de l'eau bouillante dessus. Filtrer. Prenez 100 ml quatre fois par jour. La durée du traitement est de deux semaines.

À titre préventif, il est recommandé de respecter les recommandations:

  1. Arrêter de fumer, de boire de l'alcool.
  2. Traitement opportun des maladies chroniques existantes.
  3. Nutrition équilibrée et rationnelle.
  4. Maintenir le niveau d'activité enzymatique requis.
  5. Mener une vie active. Un exercice modéré pour la pancréatite, en particulier le yoga et la marche, sera très bénéfique.

L'atrophie pancréatique est une maladie grave.Par conséquent, si des sensations douloureuses apparaissent dans la région épigastrique, vous devez vous rendre dans un établissement médical. Plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic..

Les fonctions et pathologies du pancréas sont décrites dans la vidéo de cet article..