Principal

Goitre

Dégénérescence polykystique des ovaires (syndrome de Stein-Leventhal)

Le nom de la maladie vient des travaux de Stein et Leventhal. Les auteurs ont décrit 7 patientes présentant une aménorrhée secondaire, une hypertrichose et une infertilité, chez lesquelles une dégénérescence sclérocystique a été observée lors de la résection du coin ovarien. L'excision d'essai du tissu ovarien, réalisée à des fins de diagnostic, a conduit à la restauration du cycle menstruel et à la capacité de concevoir.

Cependant, avant même les travaux de Stein et Leventhal, le même état pathologique des ovaires a été décrit dans la littérature domestique en cas de troubles menstruels tels que l'aménorrhée et l'oligoménorrhée..

Étiologie et pathogenèse

La pathogenèse de la maladie n'est toujours pas claire. De nombreux chercheurs, observant le compactage de la capsule dans la dégénérescence des ovaires polykystiques, ont estimé que cela pourrait être une barrière mécanique qui empêche l'ovulation. On suppose également que la fibrose de la capsule ovarienne est congénitale et que la maladie ne commence à se manifester qu'au moment de la puberté. L'excision en forme de coin permet aux follicules situés dans les couches profondes de mûrir et d'ovuler. Ainsi, la fonction menstruelle est restaurée..

Les travaux de ces dernières années ont montré qu'avec le syndrome de Stein-Leventhal, il existe une violation quantitative et qualitative de la stéroïdogenèse dans les ovaires. Ceci est cohérent avec les données de Dokumov et Dashov, qui ont observé les plus grands changements histochimiques dans le syndrome de Stein-Leventhal dans les cellules productrices de stéroïdes..

L'excrétion des œstrogènes dans l'urine chez la plupart des patientes se situe dans les limites normales, mais sans pics caractéristiques de l'ovulation et sans baisse significative avant les règles. Cependant, dans l'étude du liquide folliculaire, la teneur en œstrogènes dans le syndrome de Stein-Leventhal est souvent inférieure à celle du liquide folliculaire des ovaires normaux. Mais en raison des nombreux kystes, la production totale d'œstrogènes dans les ovaires est assez élevée, c'est pourquoi le niveau normal d'œstrogènes dans l'urine est associé.

Malgré la présence fréquente d'hypertrichose, l'excrétion urinaire des 17-cétostéroïdes chez la plupart des patients se situe dans la plage normale ou légèrement au-dessus. Dans une étude fractionnée sur 17-cétostéroïdes, les fractions androgéniques ont été augmentées. Cependant, les 17-cétostéroïdes urinaires sont des métabolites non seulement de l'androgène le plus actif, la testostérone, mais également d'autres stéroïdes du cortex surrénalien. De plus, la testostérone peut être convertie non seulement en 17-cétostéroïdes (androstérone et étiocholanone), mais également en d'autres composés. La production de testostérone dans le corps peut être augmentée, et son effet virilisant se manifestera de manière visible, ce qui n'affectera que légèrement l'excrétion des 17-cétostéroïdes. C'est cette situation qui est souvent observée dans le syndrome de Stein-Leventhal. L'augmentation de la production d'androgènes dans cette maladie a été prouvée de plusieurs manières. Lors de la détermination de la testostérone dans l'urine, sa quantité dans le syndrome de Stein-Leventhal s'avère plusieurs fois plus élevée que la normale. Dans l'étude du liquide folliculaire, une quantité significativement plus grande d'androstènedione y a été trouvée que dans la norme. Bien que l'androstènedione elle-même n'ait pas d'effet androgène puissant, elle est un précurseur direct de la testostérone et peut être convertie en elle à la fois dans les ovaires et dans d'autres tissus du corps. En outre, la testostérone elle-même se trouve dans les ovaires des femmes atteintes du syndrome de Stein-Leventhal, tandis que la testostérone n'est pas isolée des ovaires de femmes en bonne santé. Lorsque les coupes ovariennes sont incubées avec les précurseurs des œstrogènes et des androgènes - la progestérone et la 17-a-hydroxyprogestérone - les ovaires des femmes atteintes du syndrome de Stein-Leventhal synthétisent des quantités significativement plus importantes d'androstènedione et de testostérone que les ovaires normaux. Lorsque les ovaires sont stimulés avec l'hormone folliculo-stimulante, la teneur en androstènedione dans la veine des ovaires augmente beaucoup plus avec le syndrome de Stein-Leventhal que la normale.

La violation de la stéroïdogenèse dans les ovaires avec le syndrome de Stein-Leventhal peut être de 2 types:

1) violation de la Z-B-olsteroid déshydrogénase - une enzyme qui provoque la conversion de la prégnénolone en progestérone. Dans ce cas, la prégnénolone est principalement convertie en déhydroépiandrostérone, qui s'accumule en quantités importantes dans les ovaires polykystiques;

2) le manque d'enzymes qui convertissent les androgènes en œstrogènes. Dans le même temps, une grande quantité d'androstènedione et de son précurseur, la 17-a-hydroxyprogestérone, s'accumule dans les ovaires. Dans les deux cas de violations, la synthèse des œstrogènes est réduite. Cependant, selon la plupart des auteurs, la violation de la stéroïdogenèse dans les ovaires n'est pas primaire, mais est une conséquence d'une violation des influences régulatrices du système hypothalamo-hypophysaire.

La quantité de gonadotrophines totales dans l'urine dans le syndrome de Stein-Leventhal ne diffère pas de la norme. Mais lors de l'étude de l'hormone lutéinisante, de nombreux auteurs ont constaté une augmentation de sa libération chez plus de la moitié des patients atteints de cette maladie. Cependant, malgré l'augmentation relative de la LH, son excrétion n'a pas la cyclicité correcte, il n'y a pas de pics de sa libération, caractéristiques du cycle normal et conduisant à l'ovulation. Malgré les niveaux élevés de LH dans le syndrome de Stein-Leventhal, l'ovulation ne se produit pas et les cycles anovulatoires sont une caractéristique du syndrome. La plupart des chercheurs ont trouvé une faible excrétion urinaire de prégnandiol, aucun changement de sécrétion dans l'endomètre et le corps jaune dans les ovaires. Tout cycle anovulatoire peut éventuellement conduire à une dégénérescence ovarienne polykystique. L'augmentation de la LH est secondaire - en raison de l'absence de sécrétion de progestérone pendant les cycles anovulatoires. Le changement dans la production de LH est d'une importance capitale. Dans le même temps, le niveau général augmenté, mais monotone de libération de LH, similaire à celui observé chez l'homme, n'est pas une conséquence, mais la cause de cycles anovulatoires, ainsi que d'une hyperplasie des cellules thèques et d'une augmentation de la production d'androgènes par elles. À leur tour, les androgènes inhibent la libération cyclique de LH, les processus de maturation folliculaire et d'ovulation. Ainsi, un cercle vicieux est créé. Leventhal et Scommegna pensent que la principale altération de la production de LH est une conséquence d'un dérèglement hypothalamique, une sorte de «masculinisation» de l'hypothalamus. L'importance de la régulation hypothalamique altérée de la production et de la libération de LH dans le syndrome de Stein-Leventhal est indiquée par les données de Greenblatt et al., Qui ont observé l'apparition de cycles ovulatoires et de grossesse dans le traitement de patientes atteintes du syndrome de Stein-Leventhal avec clomifène (selon de nombreux auteurs, le principal site d'action du clomifène est les centres hypothalamiques régulant la libération de LH par l'hypophyse).

Dans les travaux de Soffer et al., Il a été montré que dans le syndrome de Stein-Leventhal, les facteurs antigonadotropes sont absents dans l'urine, qui sont normalement l'un des moyens de réguler l'action des gonadotrophines sur les ovaires. Dans le syndrome de Stein-Leventhal, cette régulation est altérée et les ovaires subissent une stimulation non régulée par les gonadotrophines, ce qui, à leur avis, peut provoquer leur dégénérescence polykystique..

Cependant, aucune de ces théories ne divulgue complètement le mécanisme de la dégénérescence kystique des ovaires. Il est également difficile d'expliquer le bon effet thérapeutique de la résection en coin dans cette maladie. La plupart des auteurs croient que l'ablation d'une partie plus grande et la plus altérée des ovaires élimine l'effet d'un niveau accru d'androgènes, qui a supprimé la libération cyclique de gonadotrophines; rompant ainsi le cercle vicieux et rétablissant le cycle normal.

En règle générale, le traitement à la cortisone pour le syndrome de Stein-Leventhal est inefficace. Cela va à l'encontre du dysfonctionnement primaire du cortex surrénalien dans cette maladie. Mais il est impossible d'exclure complètement une certaine participation au syndrome de dysfonctionnement indiqué du cortex surrénalien, car dans certains cas, l'absence d'effet clinique de la résection en forme de coin des ovaires est complétée avec succès par un traitement à la prednisone. La pathogenèse complexe de la maladie nécessite un examen complet de la fonction des ovaires et de la glande pituitaire, ainsi que du cortex surrénalien. Toute raison qui perturbe la relation hypophyse-ovarienne et conduit ainsi à une perturbation de la biosynthèse des stéroïdes dans les ovaires peut provoquer l'apparition du syndrome de Stein-Leventhal à la suite de l'établissement d'un cercle vicieux. Ces raisons peuvent être un dysfonctionnement de la glande thyroïde, des glandes surrénales, des facteurs émotionnels, des facteurs génétiques.

Anatomie pathologique

Dans le syndrome de Stein-Leventhal, l'élargissement bilatéral des ovaires est caractéristique d'une taille insignifiante à une valeur dépassant les tailles normales de plus de 2 à 4 fois. Les contours de l'ovaire sont préservés et les circonvolutions caractéristiques disparaissent. La consistance des ovaires est dense, la surface est grise, brillante, le relief est lissé en raison du compactage de la tunique albuginée dû aux fibres de collagène.

Sur une coupure dans la couche corticale, plusieurs kystes à parois lisses contenant un liquide opalescent sont visibles. Le stroma est dense. La taille des kystes peut varier de 2-15 mm à 2 cm de diamètre.

L'examen microscopique du tissu ovarien montre plusieurs follicules kystiques à différents stades de maturité qui ont subi une atrésie. Le nombre de follicules primordiaux est fortement réduit. Les parois des kystes se composent de 2 couches: la couche interne - de l'épithélium folliculaire (granulose) avec des signes de dégénérescence et la couche externe - de tissu théca hyperplasique. Les cellules du tissu ka subissent des processus de lutéinisation. La thèque folliculaire hyperplasique est attribuée à la sécrétion d'androgènes, qui déterminent le tableau clinique de la maladie. Le corps jaune dans les ovaires réséqués est rare. La densité des ovaires s'explique par le fait que les cellules stromales sont souvent le seul type de tissu ovarien qui remplace tous les autres éléments structurels de l'organe. L'utérus est légèrement inférieur à la taille normale ou sans écarts importants par rapport à la norme. L'endomètre est souvent en état de prolifération sans hyperplasie prononcée, moins souvent atrophique. Ce n'est que dans les cas où des saignements utérins ont été observés dans le tableau clinique de la maladie que l'endomètre a montré des images d'hyperplasie kystique glandulaire ou de polypose.

Traitement des modifications ovariennes kystiques et des causes de leur dégénérescence

Les changements kystiques dans les ovaires sont des néoplasmes bénins qui se forment sur un organe interne. Ce sont des sceaux qui ressemblent à une bulle. Les parois peuvent s'étirer, provoquant la croissance de la tumeur. Si la formation kystique de l'ovaire droit ou gauche est diagnostiquée à temps, il est possible de prévenir le développement de complications et d'infertilité.

Si elles sont diagnostiquées à temps, les complications et l'infertilité peuvent être évitées..

Qu'est-ce que le changement ovarien kystique?

Avec la dégénérescence kystique des ovaires, une cavité se forme sur l'organe reproducteur, remplie de contenu. Il peut s'agir de plasma, de liquide purulent, de cellules sanguines, etc..

La grande taille des tumeurs interfère avec la vie normale de la femme.

Premièrement, la capsule est de petit diamètre - 1 à 2 mm (petits changements kystiques dans les ovaires), mais avec le temps, sa taille augmente. De grandes formations d'organes internes atteignent plusieurs centimètres et empêchent une femme de mener une vie normale.

Les femmes de tout âge peuvent faire face à des tumeurs bénignes. Après la ménopause, il existe un risque de dégénérescence en néoplasme malin.Par conséquent, dans la plupart des cas, l'ablation chirurgicale de la capsule est indiquée..

Causes d'occurrence

Plusieurs facteurs de risque conduisent à l'apparition d'une dégénérescence ovarienne kystique:

  • violations dans le système reproducteur. Si les follicules de taille standard ne mûrissent pas complètement, ils peuvent changer le cycle normal. En conséquence, le follicule se transforme en kyste;
  • un déséquilibre hormonal entraîne une perturbation du fonctionnement normal des organes internes. Le surpoids, l'utilisation de contraceptifs oraux et d'autres médicaments hormonaux entraînent une mauvaise sécrétion d'hormones;
  • un stress fréquent et une tension nerveuse entraînent une détérioration de l'activité des organes internes;

Un stress fréquent provoque une détérioration de l'activité des organes internes.

  • la grossesse peut entraîner des changements pathologiques. Avec elle, un néoplasme kystique est un kyste du corps jaune;
  • alcool, abus de cigarettes;
  • certaines maladies infectieuses provoquent l'apparition d'ovaires polykystiques;
  • mode de vie inapproprié (manque de nutriments en raison de régimes fréquents, activité physique excessive);
  • maladie thyroïdienne.
  • Types de changements kystiques

    Les tumeurs bénignes de l'ovaire sont divisées en plusieurs groupes différents. Une classification populaire des changements kystiques est associée au type de néoplasme:

    • le kyste folliculaire apparaît lorsque le follicule n'a pas complètement mûri et n'a pas traversé tout le processus d'ovulation. Il se transforme en une cavité kystique;
    • changement lutéal - le soi-disant kyste du corps jaune. Il est détecté au cours du premier trimestre pendant la période de naissance d'un enfant. Le plus souvent, il se résout spontanément et ne nécessite pas de traitement;
    • néoplasme mucineux sur l'ovaire. Se produit généralement avec la ménopause. Il existe un risque élevé de dégénérescence en épaississement malin;
    • une capsule dermoïde est un dysfonctionnement congénital des organes reproducteurs. Elle est le plus souvent détectée à la puberté chez les adolescentes ou les jeunes filles;
    • une tumeur endométrioïde est formée à partir de cellules endométriales. C'est un épaississement qui rend la grossesse difficile;
    • le néoplasme kystique paraovarien n'est pas localisé sur l'ovaire lui-même, mais à côté de celui-ci. Peut être congénital.

    Les modifications peuvent contenir une seule caméra ou plusieurs. Le kyste à plusieurs chambres sera dangereux pour la vie et la santé du patient.

    Symptômes et diagnostic

    Les changements en cours sont asymptomatiques depuis longtemps. Parfois, une petite dégénérescence kystique des ovaires peut se résoudre spontanément et le patient ne sait même pas leur présence. Mais parfois, des tumeurs bénignes sont détectées lors d'un examen de routine. De plus, vous ne pouvez pas ignorer les symptômes de la dégénérescence kystique si l'épaississement a atteint une taille importante..

    Dans ce cas, la victime peut faire face à un ou plusieurs signes de formation de kystes:

      le principal symptôme est l'apparition de douleurs douloureuses. Ils sont localisés dans le bas de l'abdomen. Parfois, ils sont confondus avec des manifestations du syndrome prémenstruel et sont ignorés pendant longtemps;

    Douleurs douloureuses dans le bas de l'abdomen.

  • en cas de rupture spontanée de la capsule ou de torsion du néoplasme, la douleur due à la traction devient aiguë, paroxystique. Dans le même temps, la température augmente, des nausées, des vomissements et d'autres signes d'intoxication apparaissent;
  • si les changements affectent également la sphère hormonale, il y a des taches irrégulières;
  • selon le type de compactage, le cycle menstruel reste régulier ou se perd.
  • Il existe également des symptômes indirects qui indiquent la présence d'une pathologie. Il s'agit d'une activité excessive des glandes sébacées, de la fatigue, des sauts de poids, etc..

    S'il y a au moins un symptôme, il est nécessaire de consulter votre médecin pour clarifier le diagnostic. Pour déterminer le type de changements survenant et le type d'épaississement kystique, le gynécologue procède à un examen standard et prescrit également d'autres procédures:

    Diagnostic par échographie.

    • Ultrason;
    • frottis pour déterminer la microflore;
    • analyse de sang et d'urine (y compris hormonale);
    • IRM;
    • ponction (si un kyste est suspecté d'être malin).

    Méthodes de traitement

    Dans certains cas, la dégénérescence kystique des ovaires ne nécessite pas de traitement et se résorbe spontanément. Cependant, la plupart des néoplasmes doivent être traités avec des méthodes conservatrices ou chirurgicales. Avec une petite taille du kyste, un traitement hormonal est prescrit à l'aide de contraceptifs oraux. Parfois, des injections d'aloès sont également administrées.

    Si le sceau sur l'ovaire est volumineux et constitue une menace pour la vie ou la santé du patient, une ablation chirurgicale est prescrite.

    L'opération est effectuée de l'une des manières suivantes:

    Plusieurs ponctions sont faites à travers lesquelles le kyste est éliminé.

    • la laparotomie est une procédure classique dans laquelle les parois de la cavité abdominale sont excisées, puis la capsule est retirée avec le contenu;
    • la laparoscopie est une méthode moins traumatisante. Plusieurs ponctions sont pratiquées par lesquelles le kyste est éliminé. La récupération prend moins de temps, presque pas d'inconfort;
    • ovariectomie. Ils enlèvent non seulement la cavité elle-même, mais également les ovaires qui ont subi des modifications. L'opération est utilisée dans les cas graves lorsqu'il existe un risque de dégénérescence de la tumeur en une tumeur maligne.

    La prévention

    L'apparition de changements kystiques est difficile à prévenir, cependant, il existe des recommandations pour réduire le risque de leur formation:

    • visites régulières chez le gynécologue. Lors d'une visite chez un médecin tous les six mois, un néoplasme est détecté à un stade précoce et est rapidement traité;
    • observer la posologie des médicaments hormonaux prescrits par le médecin traitant. Vous ne pouvez pas les accepter de manière incontrôlable et vous les attribuer;
    • l'interruption de grossesse est un facteur de risque et doit donc être évitée;
    • contrôle de tout processus inflammatoire dans le corps, traitement des maladies émergentes;
    • nutrition adéquat. Le régime doit contenir des vitamines et des minéraux nécessaires au fonctionnement du corps féminin;
    • éviter le stress et les situations nerveuses.

    Les changements kystiques constituent une certaine menace pour la santé d'une femme. Dans certaines situations, ils sont capables de se résoudre spontanément. Le plus souvent, cela se produit avec une petite taille de phoque et l'absence de maladies concomitantes. Parfois, des médicaments hormonaux sont nécessaires. Les cas les plus graves nécessitent l'ablation chirurgicale des tumeurs et parfois l'ablation de l'ovaire lui-même.

    Traitement de la dégénérescence des ovaires polykystiques

    Les causes et les méthodes de traitement des formations ovariennes kystiques

    Le changement ovarien kystique est une anomalie structurelle courante des glandes reproductrices féminines, caractérisée par l'apparition de kystes uniques ou multiples de différentes tailles dans les tissus ovariens.

    Un kyste est une formation de cavité non maligne (bénigne), similaire à une vessie remplie de contenu liquide ou muqueux, de pus, de sang (kyste hémorragique).

    Souvent, une telle anomalie est désignée par le terme dégénérescence ovarienne kystique, ce qui souligne qu'avec cette pathologie, il y a une perte progressive de fonctionnalité de la gonade, affectée par des inclusions kystiques. Autrement dit, les cellules fonctionnelles des ovaires sont remplacées par des croissances anormales, ce qui entraîne une perturbation du fonctionnement de l'organe et des complications qui en résultent.

    Les ovaires kystiques sont diagnostiqués chez 4 à 5 femmes. La maladie affecte les filles de 11 à 13 ans en pleine croissance et les femmes mûres capables d'accoucher. Des néoplasmes peuvent également se former chez les patientes pendant la ménopause, lorsque la menstruation s'arrête et chez les femmes ménopausées.

    En gynécologie, plusieurs types de kystes sont distingués, différant par leur structure, leur origine et leur tendance à la résorption.

    Fonctionnel

    Les kystes fonctionnels sont des formations kystiques bénignes, dont la formation est associée à une défaillance des processus fonctionnels dans l'ovaire. Le kyste de rétention est caractérisé par un développement unilatéral et une résorption indépendante dans les 2 à 3 cycles mensuels.

    Ces anomalies comprennent:

    1. Kyste du corps jaune (lutéal). Cela peut survenir après l'ovulation, lorsque le corps jaune ne se dissout pas et forme une capsule. La taille d'un tel néoplasme ne dépasse généralement pas 30 à 40 mm..
    2. Kyste folliculaire. Il se développe à la suite d'une violation du processus d'ovulation à partir d'un follicule non rompu qui continue de croître. Le plus souvent (20%), il est diagnostiqué à droite, car la glande droite est alimentée en sang de manière plus intensive. Dans 90% des cas, ce type de néoplasme des structures ovariennes est sans danger. Mais si le joint augmente jusqu'à 5 à 7 cm, il existe un risque de rupture du kyste ou de torsion de la jambe. Dans de telles circonstances, une intervention chirurgicale immédiate est nécessaire pour exclure des conditions critiques..
    3. Polykystique - changements kystiques dans les deux ovaires, moins souvent - un. La pathologie se manifeste sous la forme de multiples formations vésiculaires folliculaires remplaçant les cellules fonctionnelles de la glande et conduit donc à une infertilité temporaire. La cystose ovarienne est souvent diagnostiquée chez les adolescentes et les femmes qui n'ont jamais accouché..

    Formations non fonctionnelles

    Ce type de dégénérescence ovarienne kystique se caractérise par une croissance active et nécessite une intervention chirurgicale. Les kystes non fonctionnels comprennent des excroissances anormales qui apparaissent en raison d'une inflammation, de troubles génétiques, de troubles hormonaux. Les plus courants sont:

    1. Kyste paraovarien. La formation d'une structure paraovarienne est associée à un développement altéré de l'embryon, ne dépend pas de l'hérédité, ne se résout jamais et ne se transforme pas de manière maligne. On le trouve souvent en grandissant et même chez les nouveau-nés. Ce type de tumeur avec une augmentation allant jusqu'à 5-10 cm est dangereux pour la rupture.
    2. Endométrioïde. Un tel changement kystique dans les ovaires comprend des fragments de la couche muqueuse de l'utérus (endomètre) et apparaît presque toujours des deux côtés dans le contexte du développement de l'endométriose. L'éducation est dangereuse car sujette à la dégénérescence cancéreuse.
    3. Dermoïde. Il se compose d'éléments des tissus de l'embryon - les rudiments des os, du cartilage, des inclusions graisseuses, des cheveux, des dents. Souvent déterminé déjà à l'âge de 9-13 ans, nécessite une intervention chirurgicale exclusivement en raison d'une tendance à la nécrose, à la suppuration et à la transformation maligne (malignité).
    4. Mucineux. Il a une paroi dense, il peut être à plusieurs chambres, c'est-à-dire constitué de deux cavités ou plus, séparées par une cloison et remplies de mucus épais. Plus souvent que les autres types de tumeurs, il dégénère en une tumeur cancéreuse.
    5. Kyste séreux (cystadénome). La capsule est remplie de plasma sanguin jaune pâle (séreuse) sans composés protéiques. Il pousse jusqu'à 4 - 15 cm Le cystadénome séreux simple est caractérisé par une seule chambre et une surface interne lisse. Le cystadénome papillaire à l'intérieur et à l'extérieur est recouvert de croissances verruqueuses, a plusieurs chambres et, plus souvent qu'un simple, il est sujet à des changements cancéreux dans les cellules. Il survient chez les patients âgés de 47 à 55 ans.

    Souvent, les gynécologues diagnostiquent les changements kystiques dans l'ovaire avec un composant solide, dans lequel, en plus du liquide ou du mucus, il y a un sceau de tissu conjonctif. Une masse ovarienne kystique solide, y compris la tumeur à plusieurs chambres de Brenner, se développe après l'arrêt des règles. La présence d'une inclusion solide (dense) avec des changements kystiques dans les ovaires inquiète toujours le médecin, car de telles formations peuvent contenir des foyers de cellules cancéreuses.

    Raisons du développement de la transformation ovarienne kystique

    Le plus souvent, la transformation kystique des ovaires se produit en raison d'une violation du rapport des hormones sexuelles, lorsque la production d'hormones mâles (androgènes) est augmentée ou une quantité excessive d'œstrogènes (hormones féminines) est produite.

    Changements brusques des niveaux hormonaux causés par des facteurs causaux tels que:

    • troubles du fonctionnement de la glande thyroïde (par exemple, adénome de la glande thyroïde), des glandes surrénales, du système hypothalamo-hypophysaire;
    • avortement, accouchement difficile, opérations chirurgicales dans la région des organes pelviens;
    • utilisation à long terme et incontrôlée de pilules contraceptives;
    • traitement à long terme avec des médicaments hormonaux;
    • une diminution anormale de la sensibilité des tissus à l'insuline (avec des modifications des ovaires polykystiques);
    • processus inflammatoires dans les organes génito-urinaires;
    • puberté chez les filles, ménopause chez les femmes;
    • charges de stress prolongées;
    • être en surpoids (le tissu adipeux produit également des hormones);
    • Diabète;
    • maladies sexuelles virales et bactériennes;
    • traitement médical de l'infertilité.

    Le choix d'un traitement pour la dégénérescence kystique des ovaires nécessite un diagnostic minutieux pour identifier la cause sous-jacente..

    Effets

    L'ovaire kystique d'une femme peut être comparé à une «bombe à retardement». Si une seule petite formation entraîne rarement des conséquences négatives, alors avec un gros kyste sur un pédicule ou des lésions multiples de la glande, le risque de complications telles que:

    • l'infertilité chez les femmes en âge de procréer;
    • transformation maligne en une tumeur cancéreuse;
    • torsion partielle ou complète du ligament, avec lequel le néoplasme est attaché à la glande, ce qui entraîne le blocage du flux sanguin et la mort des tissus (nécrose);
    • rupture de la paroi de la formation avec libération du contenu et développement d'une inflammation (péritonite);
    • rupture (apoplexie) de la glande avec saignement massif et risque élevé de décès du patient. La rupture de la membrane kystique peut survenir lors d'une inflammation, d'une musculation, d'un exercice, d'une intimité, de jeux actifs (chez les filles), pendant la période de gestation.

    Les symptômes de la dégénérescence ovarienne kystique

    Les signes de changements kystiques dans les ovaires ne sont pas spécifiques, c'est-à-dire qu'ils sont similaires aux symptômes d'autres pathologies gynécologiques.

    Les symptômes les plus courants de la transformation ovarienne kystique sont:

    • saignements mensuels irréguliers, menstruations abondantes ou rares;
    • douleur tirante dans le bas-ventre, le bas du dos, avec un retour au rectum, périnée;
    • signes de puberté trop précoce chez les filles;
    • impossibilité de conception;
    • obésité avec une alimentation normale;
    • acné, augmentation de la peau et des cheveux gras;
    • croissance des poils sur le visage, le cou, les glandes mammaires, l'abdomen (hirsutisme);
    • irritabilité, léthargie, mauvais sommeil, maux de tête;
    • fièvre (avec inflammation);
    • besoin fréquent d'uriner (lorsque la formation kystique de l'ovaire appuie sur la vessie);
    • hypertrophie abdominale asymétrique.

    En fonction de la cause de la dégénérescence kystique des ovaires, des groupes de signes ou des symptômes individuels de la maladie apparaissent.

    Chez une adolescente, les symptômes kystiques sont souvent perçus comme des signes de puberté, chez les femmes - comme un syndrome prémenstruel, qui retarde le début du traitement actif.

    Signes de base indiquant une rupture d'un néoplasme ou d'un ovaire, une hémorragie, une torsion de la jambe:

    • douleur insupportable dans l'aine ou d'un côté de l'abdomen;
    • chute de pression artérielle, épuisement, évanouissement;
    • nausées Vomissements;
    • pâleur prononcée de la peau, des muqueuses.

    Afin d'éviter des conséquences graves, y compris la mort par choc et empoisonnement du sang, de telles manifestations nécessitent un appel immédiat à une ambulance et une assistance médicale dans un hôpital..

    Diagnostique

    Pour confirmer le diagnostic de formation kystique de l'ovaire droit et gauche, lésion unilatérale de la glande ou polykystique, nommer:

    1. Échographie transvaginale (intravaginale). La méthode par ultrasons permet au diagnosticien d'identifier les changements dans la structure, la taille de la glande sexuelle, de déterminer l'inclusion kystique d'un côté ou plusieurs formations sur les deux ovaires.
    2. Recherche sur les hormones (testostérone, androstènedione, œstrogènes, LH et FSH) pour comprendre si le déséquilibre hormonal est à l'origine de la maladie.
    3. Analyse du taux de lipides et de sucre dans le sang (avec kystique, cet indicateur est augmenté).

    Si une formation kystique atypique de l'ovaire gauche ou droit est trouvée, alors pour exclure d'autres pathologies, il est possible de prescrire une laparoscopie diagnostique.

    Si la formation a un joint à l'intérieur, plusieurs chambres avec des cloisons épaissies, des excroissances papillaires sur les parois, des vaisseaux tortueux à l'intérieur des cloisons, du liquide dans la cavité, de tels signes échographiques peuvent indiquer une évolution maligne de la maladie.

    En cas de suspicion d'oncologie, le patient est examiné par un oncologue gynécologique et est testé pour les marqueurs tumoraux CA-125. Il convient de souligner qu'un niveau accru de CA-125 ne signifie pas toujours la présence d'un processus malin, alors que des changements cancéreux se produisent également dans le contexte des indicateurs normaux de CA-125..

    Options de traitement

    La stratégie de traitement des modifications kystiques des ovaires implique l'utilisation de médicaments ou de méthodes chirurgicales pour éliminer les excroissances anormales.

    Thérapeutique

    Est-il possible de guérir les changements ovariens kystiques sans chirurgie?

    Le traitement d'un kyste ovarien sans chirurgie implique la nomination de certains groupes de médicaments, en fonction de la cause sous-jacente de la maladie, du type de formation, du degré de lésion des glandes sexuelles.

    Le plan de traitement comprend les médicaments suivants pour le traitement de la dégénérescence kystique:

    1. Pilules contraceptives combinées.
    2. Agents hormonaux pour l'endométriose, violation du rapport entre la production d'hormones sexuelles.
    3. Médicaments hypoglycémiants (metformine), médicaments qui augmentent la sensibilité des cellules à l'insuline (avec multicystose).
    4. Antibiotiques pour un processus infectieux et inflammatoire, l'activité de la microflore pathogène.
    5. Complexes de vitamines et de minéraux, prise de contraceptifs et d'acide folique avec vitamine E selon le schéma en fonction de la phase du cycle mensuel.

    Il est nécessaire de normaliser le poids et de réduire la masse grasse afin de rétablir l'équilibre hormonal, de stabiliser la fonction ovarienne.

    L'auto-administration de médicaments pour la transformation kystique de tout type est inacceptable, car sans prendre en compte tous les facteurs, il existe un risque élevé d'aggravation de l'évolution de la maladie ou d'amener le processus au développement d'un cancer.

    L'utilisation de remèdes populaires, y compris la phytothérapie, est inefficace pour la cystose, est un élément auxiliaire du traitement et doit être convenue avec le médecin.

    Chirurgical

    Une opération pour supprimer une formation kystique de l'ovaire gauche ou droit est indiquée s'il existe une possibilité de malignité, de rupture, de suppuration, de torsion de la jambe ganglionnaire, et également si le traitement conservateur d'une tumeur en croissance pendant 6 à 9 mois ne donne pas de résultats positifs.

    Pour se débarrasser complètement de la formation, ils ont recours à deux méthodes de traitement chirurgicales de base:

    1. Laparoscopie du kyste ovarien. La méthode la plus sûre, presque sans effusion de sang, utilisant un équipement endoscopique. L'excision laparoscopique est considérée comme une procédure peu invasive dans laquelle de petites ponctions sont pratiquées au lieu d'une grande incision dans l'abdomen. L'opération est réalisée à l'aide d'instruments microscopiques.
    2. Chirurgie laparotomique (abdominale, ouverte) avec une incision dans la paroi abdominale. La laparotomie classique est une opération plus complexe et traumatique pour enlever un kyste ovarien, mais assure l'élimination garantie des grandes structures bénignes, des adhérences, de tous les tissus atypiques.

    Pendant le traitement chirurgical de la transformation ovarienne kystique, les opérations suivantes peuvent être effectuées:

    • cystectomie avec excision du seul joint, alors que le tissu de la glande n'est pas affecté;
    • résection fragmentaire (excision) des tissus de la glande avec des tissus kystiques altérés;
    • ovariectomie - ablation de la glande entière avec la formation (en cas de foyers malins).

    Si vous subissez un examen à temps, suivez strictement le plan de traitement, le pronostic de la dégénérescence kystique des ovaires est assez favorable. La femme pourra concevoir et porter un bébé normalement. L'automédication, l'utilisation de remèdes populaires et de traitements à domicile pour les modifications kystiques des ovaires peuvent entraîner l'infertilité et l'oncologie.

    Parmi les mesures préventives de base: détection précoce et traitement des infections génito-urinaires, processus inflammatoires, utilisation correcte des médicaments hormonaux, contraceptifs oraux, évitement de l'avortement, renforcement du système immunitaire et nerveux, vitamine active et maintien d'un poids normal.

    La conception est-elle possible?

    Si une formation kystique sur l'ovaire est apparue avant la conception, un traitement complet est nécessaire pour éliminer la pathologie avant la grossesse.

    Si les modifications kystiques des ovaires pendant la grossesse sont insignifiantes, le médecin se limite à surveiller la patiente, car les excroissances anormales après l'accouchement subissent très souvent un développement inverse..

    Dans de rares cas, une opération est effectuée pour l'enlever afin de prévenir des conditions potentiellement mortelles - saignements, rupture de la capsule de formation kystique, inflammation du péritoine, septicémie. Dans le même temps, la grossesse peut souvent être sauvée.

    Après l'ablation chirurgicale de la tumeur, la conception est possible en 2 à 4 mois, avant que la grossesse ne soit indésirable, car les tissus et les fonctions sont toujours en cours de restauration. Si, avec les tissus kystiques, un seul ovaire affecté est enlevé, la femme est capable de concevoir et de porter le fœtus en toute sécurité, car la deuxième glande saine continue à produire à la fois des hormones et des ovules prêts à être conçus..

    Si les deux glandes doivent être retirées, les médecins suggèrent une fécondation in vitro.

    Dégénérescence ovarienne kystique

    La dégénérescence kystique des ovaires est un trouble gynécologique grave qui entraîne souvent une infertilité. À la suite de la maladie, des kystes se forment dans les ovaires, ce qui entraîne une augmentation des organes génitaux internes. Environ 23% des femmes ayant un cycle régulier entre 20 et 35 ans ont souffert de cette maladie. La probabilité de détecter une dégénérescence kystique des ovaires augmente chez les femmes prenant des pilules contraceptives hormonales.

    Qu'est-ce que la dégénérescence ovarienne kystique?

    En médecine moderne, la dégénérescence kystique des ovaires est également appelée dégénérescence kystique polykystique, ovarienne, multicystique. À un certain moment du cycle menstruel, le follicule mature se rompt et un ovule en est libéré, prêt pour la fécondation. C'est ainsi que se produit l'ovulation. Si, pour une raison quelconque, le processus de fécondation ne se produit pas, l'organe ne fonctionne pas correctement. =

    Un follicule qui n'a pas éclaté en temps voulu commence à se développer. En apparence, il ressemble à une bulle remplie de liquide. Cela forme un kyste ovarien. La bulle commence à se dilater et peut atteindre une taille alarmante. Si les organes internes fonctionnent mal, même une femme en bonne santé peut présenter une petite dégénérescence kystique des ovaires. Si l'échec se répète périodiquement, tous les follicules peuvent devenir des kystes. Dans ce cas, l'ovulation ne se produit pas et il y a un problème de grossesse..

    Lorsque de nombreux kystes surviennent, la taille des organes génitaux augmente. Les kystes folliculaires sur une échographie ressemblent à une grappe de raisin. Si la maladie ne s'est propagée que dans un ovaire, la femme a une chance de devenir enceinte, car l'autre ovaire continue de fonctionner normalement. Si la dégénérescence kystique s'est propagée aux deux ovaires, la femme devient stérile.

    Le premier signal de l'apparition de la maladie polykystique est la réduction des saignements menstruels à deux jours ou leur arrêt complet.

    Causes d'occurrence

    La cause exacte de l'apparition de la dégénérescence kystique des ovaires n'a pas encore été établie, mais les médecins conviennent qu'il existe un certain nombre de facteurs qui déclenchent l'apparition de la maladie:

    • Augmentation de la production d'hormones mâles par le corps d'une femme - androgènes. Cela peut se manifester par la croissance des poils sur les parties du corps qui ne sont caractéristiques que des hommes;
    • Épaississement de la capsule ovarienne;
    • Perturbation de la glande thyroïde, des glandes surrénales, des perturbations hormonales;
    • De forts chocs nerveux;
    • Obésité. L'augmentation du poids corporel peut déclencher le début de la dégénérescence kystique des ovaires;
    • Augmentation de la glycémie;

    Le plus souvent, les filles en période de procréation, mais qui n'ont pas subi une seule grossesse, se tournent vers un spécialiste pour obtenir de l'aide. Il est également possible la survenue d'une multicystose primaire chez les filles pendant la puberté.

    Un fond hormonal ajusté est très important pour toute femme. Un léger écart par rapport à la norme peut provoquer un certain nombre de maladies gynécologiques. L'impulsion de l'apparition de la dégénérescence kystique des ovaires peut être:

    • Traiter d'autres maladies avec une hormonothérapie;
    • Prendre des pilules contraceptives;
    • La puberté;
    • Changement climatique brutal;
    • Mauvaise alimentation;
    • Évolution difficile d'une grossesse précédente;
    • Avortement, accouchement provoqué;
    • Dysfonctionnements du système endocrinien.

    Symptômes

    Lorsque les premiers signes de maladie polykystique apparaissent, une femme peut remarquer les symptômes suivants:

    • Violation du cycle mensuel. Les saignements peuvent survenir en quelques jours ou disparaître complètement. Si cela se répète systématiquement, une femme doit consulter d'urgence un gynécologue;
    • Si pendant la menstruation, le saignement est très sévère et accompagné d'une douleur intense;
    • Manque d'ovulation et, par conséquent, l'infertilité qui en résulte;
    • Détérioration de l'état d'une femme sans raison apparente. Il y a mal de tête, fatigue accrue, la femme devient irritable et souvent déprimée;
    • Le poids corporel augmente considérablement;
    • Les cheveux noirs commencent à pousser sur les jambes, les bras;
    • La peau du visage et du cou devient grasse, l'acné apparaît;
    • Douleur constante dans la région ovarienne;
    • Une mastopathie peut apparaître.

    L'apparition de ces symptômes est le plus souvent expliquée par une femme par le cycle menstruel, les changements des conditions météorologiques, le déménagement dans un nouveau lieu de résidence, etc. Et seules une douleur intense ou des tentatives infructueuses de tomber enceinte conduisent une femme à un gynécologue.

    Diagnostique

    Le plus tôt une femme s'est tournée vers un médecin avec des plaintes de détérioration de la santé, mieux ce sera. Un diagnostic rapide aidera à identifier la maladie au stade initial de la maladie et à commencer rapidement à la traiter.

    Pour poser un diagnostic précis et démarrer le traitement, le médecin orientera le patient vers les examens suivants:

    • Laparoscopie. Ce type de diagnostic permet au cours de l'étude d'effectuer immédiatement les manipulations nécessaires pour éliminer la cause de la maladie;
    • Inspection avec un appareil à ultrasons. Avec une échographie, un médecin peut diagnostiquer presque toutes les maladies du bassin d'une femme. Sur l'écran, le médecin verra une diminution de la taille de l'utérus et les ovaires seront considérablement élargis. La membrane ovarienne sera dure, de couleur grise;
    • Test sanguin biochimique. Cette analyse montrera la teneur en graisses dans le sang, dont l'indicateur est susceptible d'être surestimé;
    • Test sanguin pour le nombre d'hormones mâles, la teneur en insuline.

    Traitement

    La dégénérescence kystique des ovaires est une maladie insidieuse. L'accès intempestif à un médecin peut entraîner non seulement l'infertilité, mais également l'apparition d'autres maladies:

    • Cancer de l'utérus et des ovaires;
    • L'endométriose;
    • Obésité;
    • Maladie vasculaire.

    Au début du traitement, le gynécologue définit les tâches suivantes à effectuer:

    • Diminution de la quantité d'hormones mâles;
    • Ramenez le cycle mensuel du patient à la normale;
    • Réduit le risque de maladie cardiovasculaire;
    • Normalisation des niveaux hormonaux;
    • Aider les malades à tomber enceintes.

    Il y a plusieurs décennies, il n'existait que deux types de traitement: la chirurgie et l'hormonothérapie. Aujourd'hui, l'image a changé - il existe plusieurs types de traitements qui peuvent être appliqués un par un ou en combinaison:

    • Diminution du poids corporel. Il a été cliniquement prouvé qu'en cas de surpoids, des processus irréparables se produisent dans le corps d'une femme. Le premier point du processus de traitement est de se débarrasser exactement de l'obésité. La diminution doit se faire en douceur, sans exposer le corps à un stress supplémentaire. Avec une perte de poids progressive, les patients remarquent que le cycle menstruel commence à revenir à la normale. Pour vous débarrasser des kilos en trop, le gynécologue vous conseillera de demander l'aide d'un nutritionniste ou de développer votre propre alimentation. La natation, la course à pied et d'autres sports ne feront qu'accélérer le processus de perte de poids..
    • Stimulation de l'ovulation. Cette méthode s'applique aux patientes qui tentent de devenir enceintes. La stimulation est effectuée à l'aide de divers médicaments. Il est préférable d'utiliser des médicaments faibles au début du traitement, et alors seulement, s'ils sont inefficaces, de passer à des médicaments plus puissants. La stimulation est mieux effectuée après un traitement médicamenteux, de sorte que le risque de tomber enceinte augmente.
    • Médicaments contraceptifs hormonaux. En plus de la tâche principale de prévenir les grossesses non désirées, les médicaments hormonaux aident à augmenter la quantité d'hormones mâles.
    • Prescrire des médicaments réducteurs d'androgènes. Les préparations contenant des anti-androgènes peuvent être prescrites à la fois comme un type de traitement distinct et en association avec des contraceptifs.
    • L'utilisation de la metformine. Ce médicament est principalement prescrit pour le diabète sucré. Le mauvais travail de l'insuline provoque non seulement le diabète sucré, mais également la dégénérescence kystique des ovaires. Selon les statistiques, les femmes prenant de la metformine ont remarqué que le cycle menstruel commençait à se rétablir tout seul, sans recourir à un traitement supplémentaire. Le traitement avec ce médicament dure au moins six mois et une dynamique positive peut être observée après trois mois.
    • Intervention chirurgicale sous forme de laparoscopie ou de chirurgie abdominale. Une solution chirurgicale au problème n'est utilisée qu'après l'inefficacité du traitement médicamenteux. En outre, la croissance rapide des kystes et une forte augmentation des ovaires peuvent être la raison de l'opération. Pendant l'opération, avec une évolution avancée de la maladie, une décision peut être prise pour retirer l'ovaire complètement ou partiellement.

    En termes de symptômes de la maladie et de méthodes de traitement, la dégénérescence kystique de l'ovaire droit n'est pas différente de la dégénérescence kystique de l'ovaire gauche. Aux premiers symptômes, vous devriez consulter un médecin; vous ne devez pas vous soigner vous-même. Les diagnostics effectués aideront à évaluer de manière réaliste la situation et à choisir le bon traitement.

    Traitement des modifications ovariennes kystiques et des causes de leur dégénérescence

    Les changements kystiques dans les ovaires sont des néoplasmes bénins qui se forment sur un organe interne. Ce sont des sceaux qui ressemblent à une bulle. Les parois peuvent s'étirer, provoquant la croissance de la tumeur. Si la formation kystique de l'ovaire droit ou gauche est diagnostiquée à temps, il est possible de prévenir le développement de complications et d'infertilité.

    Qu'est-ce que le changement ovarien kystique?

    Avec la dégénérescence kystique des ovaires, une cavité se forme sur l'organe reproducteur, remplie de contenu. Il peut s'agir de plasma, de liquide purulent, de cellules sanguines, etc..

    Premièrement, la capsule est de petit diamètre - 1 à 2 mm (petits changements kystiques dans les ovaires), mais avec le temps, sa taille augmente. De grandes formations d'organes internes atteignent plusieurs centimètres et empêchent une femme de mener une vie normale.

    Les femmes de tout âge peuvent faire face à des tumeurs bénignes. Après la ménopause, il existe un risque de dégénérescence en néoplasme malin.Par conséquent, dans la plupart des cas, l'ablation chirurgicale de la capsule est indiquée..

    Causes d'occurrence

    Plusieurs facteurs de risque conduisent à l'apparition d'une dégénérescence ovarienne kystique:

    • violations dans le système reproducteur. Si les follicules de taille standard ne mûrissent pas complètement, ils peuvent changer le cycle normal. En conséquence, le follicule se transforme en kyste;
    • un déséquilibre hormonal entraîne une perturbation du fonctionnement normal des organes internes. Le surpoids, l'utilisation de contraceptifs oraux et d'autres médicaments hormonaux entraînent une mauvaise sécrétion d'hormones;
    • un stress fréquent et une tension nerveuse entraînent une détérioration de l'activité des organes internes;

    Types de changements kystiques

    Les tumeurs bénignes de l'ovaire sont divisées en plusieurs groupes différents. Une classification populaire des changements kystiques est associée au type de néoplasme:

    • le kyste folliculaire apparaît lorsque le follicule n'a pas complètement mûri et n'a pas traversé tout le processus d'ovulation. Il se transforme en une cavité kystique;
    • changement lutéal - le soi-disant kyste du corps jaune. Il est détecté au cours du premier trimestre pendant la période de naissance d'un enfant. Le plus souvent, il se résout spontanément et ne nécessite pas de traitement;
    • néoplasme mucineux sur l'ovaire. Se produit généralement avec la ménopause. Il existe un risque élevé de dégénérescence en épaississement malin;
    • une capsule dermoïde est un dysfonctionnement congénital des organes reproducteurs. Elle est le plus souvent détectée à la puberté chez les adolescentes ou les jeunes filles;
    • une tumeur endométrioïde est formée à partir de cellules endométriales. C'est un épaississement qui rend la grossesse difficile;
    • le néoplasme kystique paraovarien n'est pas localisé sur l'ovaire lui-même, mais à côté de celui-ci. Peut être congénital.

    Les modifications peuvent contenir une seule caméra ou plusieurs. Le kyste à plusieurs chambres sera dangereux pour la vie et la santé du patient.

    Symptômes et diagnostic

    Les changements en cours sont asymptomatiques depuis longtemps. Parfois, une petite dégénérescence kystique des ovaires peut se résoudre spontanément et le patient ne sait même pas leur présence. Mais parfois, des tumeurs bénignes sont détectées lors d'un examen de routine. De plus, vous ne pouvez pas ignorer les symptômes de la dégénérescence kystique si l'épaississement a atteint une taille importante..

    Dans ce cas, la victime peut faire face à un ou plusieurs signes de formation de kystes:

      le principal symptôme est l'apparition de douleurs douloureuses. Ils sont localisés dans le bas de l'abdomen. Parfois, ils sont confondus avec des manifestations du syndrome prémenstruel et sont ignorés pendant longtemps;

    Il existe également des symptômes indirects qui indiquent la présence d'une pathologie. Il s'agit d'une activité excessive des glandes sébacées, de la fatigue, des sauts de poids, etc..

    S'il y a au moins un symptôme, il est nécessaire de consulter votre médecin pour clarifier le diagnostic. Pour déterminer le type de changements survenant et le type d'épaississement kystique, le gynécologue procède à un examen standard et prescrit également d'autres procédures:

    • Ultrason;
    • frottis pour déterminer la microflore;
    • analyse de sang et d'urine (y compris hormonale);
    • IRM;
    • ponction (si un kyste est suspecté d'être malin).

    Méthodes de traitement

    Dans certains cas, la dégénérescence kystique des ovaires ne nécessite pas de traitement et se résorbe spontanément. Cependant, la plupart des néoplasmes doivent être traités avec des méthodes conservatrices ou chirurgicales. Avec une petite taille du kyste, un traitement hormonal est prescrit à l'aide de contraceptifs oraux. Parfois, des injections d'aloès sont également administrées.

    Si le sceau sur l'ovaire est volumineux et constitue une menace pour la vie ou la santé du patient, une ablation chirurgicale est prescrite.

    L'opération est effectuée de l'une des manières suivantes:

    • la laparotomie est une procédure classique dans laquelle les parois de la cavité abdominale sont excisées, puis la capsule est retirée avec le contenu;
    • la laparoscopie est une méthode moins traumatisante. Plusieurs ponctions sont pratiquées par lesquelles le kyste est éliminé. La récupération prend moins de temps, presque pas d'inconfort;
    • ovariectomie. Ils enlèvent non seulement la cavité elle-même, mais également les ovaires qui ont subi des modifications. L'opération est utilisée dans les cas graves lorsqu'il existe un risque de dégénérescence de la tumeur en une tumeur maligne.

    La prévention

    L'apparition de changements kystiques est difficile à prévenir, cependant, il existe des recommandations pour réduire le risque de leur formation:

    • visites régulières chez le gynécologue. Lors d'une visite chez un médecin tous les six mois, un néoplasme est détecté à un stade précoce et est rapidement traité;
    • observer la posologie des médicaments hormonaux prescrits par le médecin traitant. Vous ne pouvez pas les accepter de manière incontrôlable et vous les attribuer;
    • l'interruption de grossesse est un facteur de risque et doit donc être évitée;
    • contrôle de tout processus inflammatoire dans le corps, traitement des maladies émergentes;
    • nutrition adéquat. Le régime doit contenir des vitamines et des minéraux nécessaires au fonctionnement du corps féminin;
    • éviter le stress et les situations nerveuses.

    Les changements kystiques constituent une certaine menace pour la santé d'une femme. Dans certaines situations, ils sont capables de se résoudre spontanément. Le plus souvent, cela se produit avec une petite taille de phoque et l'absence de maladies concomitantes. Parfois, des médicaments hormonaux sont nécessaires. Les cas les plus graves nécessitent l'ablation chirurgicale des tumeurs et parfois l'ablation de l'ovaire lui-même.

    Auteur: Nasrullaev Murad

    Candidat en sciences médicales, mammologue-oncologue, chirurgien

    Dégénérescence ovarienne

    La dégénérescence kystique des ovaires se manifeste par de tels changements dans les ovaires, lorsque ces organes augmentent de taille en raison de la formation de gros kystes. Une condition similaire peut être dans les deux ovaires, mais une dégénérescence kystique est possible dans l'un des ovaires. Si la dégénérescence kystique d'un ovaire se développe, il n'y a pas de menace d'infertilité, contrairement à la dégénérescence kystique des deux ovaires.

    C'est une maladie assez courante, elle se développe généralement chez les femmes de vingt à trente ans, c'est la cause la plus fréquente de troubles hormonaux et d'infertilité. La dégénérescence kystique des ovaires est observée chez 22% des femmes ayant un cycle régulier, chez 74% des femmes atteintes d'hyperandrogénie et chez 34% des femmes qui utilisent des contraceptifs hormonaux.

    Le principal symptôme de la dégénérescence ovarienne multicystique est une diminution allant jusqu'à un à deux jours du temps des saignements menstruels (hypo-oligoménorrhée) et l'absence de saignements menstruels (aménorrhée).

    Causes de dégénérescence ovarienne

    Malheureusement, jusqu'à présent, il n'a pas été totalement possible de découvrir les causes de la dégénérescence kystique des ovaires. Il existe une théorie selon laquelle l'épaississement congénital de la capsule ovarienne, qui survient dès la naissance, commence à se manifester au moment de la puberté. Pour provoquer une dégénérescence ovarienne en état de violation de la synthèse des hormones stéroïdes dans les ovaires, associée à un dysfonctionnement des glandes surrénales, de la glande thyroïde, à une prédisposition génétique ou à un stress sévère. Les facteurs de risque de dégénérescence kystique sont la grossesse et l'accouchement compliqués, l'avortement et les maladies infectieuses chroniques..

    La moitié des femmes diagnostiquées avec une dégénérescence ovarienne sont obèses, soit un indice de masse corporelle supérieur à vingt-cinq points. De plus, 40% des femmes ont un taux de sucre dans le sang élevé, 60% ont un hirsutisme ou une croissance des cheveux dans les zones caractéristiques des hommes sur le corps, mais en même temps, elles ont un phénotype féminin prononcé et les caractéristiques sexuelles secondaires sont bien développées..

    Si le corps a une dégénérescence ovarienne, une hypersécrétion d'insuline se produit, tandis que les ovaires sont stimulés pour produire des androgènes, l'obésité commence et l'ovulation est interrompue. L'infertilité est considérée comme un symptôme grave de la dégénérescence kystique des ovaires. Cette maladie est caractérisée par des états dépressifs fréquents..

    Ainsi, avec la dégénérescence kystique des ovaires, l'oligoménorrhée ou l'aménorrhée, une augmentation des taux d'insuline sanguine, une maladie fibrokystique du sein, une augmentation des taux d'hormones androgènes (sulfate de déhydroépiadrostérone, testostérone et androstènedione), l'obésité, l'acné peuvent souvent être notées.

    Diagnostic ovarien

    Dans le même temps, sur la base de tous ces symptômes, il est impossible de diagnostiquer la dégénérescence kystique, car les mêmes manifestations peuvent survenir avec divers troubles endocriniens. Par conséquent, le diagnostic allégué doit nécessairement être confirmé par un examen laparoscopique, une échographie des organes pelviens, un test sanguin pour les niveaux d'insuline, un test sanguin pour la progestérone, les androgènes, etc., un test sanguin biochimique pour déterminer les niveaux de graisse excessifs.

    L'échographie avec dégénérescence ovarienne kystique montre presque toujours une diminution de l'utérus et une augmentation de la taille des ovaires eux-mêmes. Il peut s'agir de petits changements de taille ou de quatre fois la norme. La membrane ovarienne est brillante, grise, on peut voir un épaississement et le relief est lissé.

    Dans ce cas, les parois des kystes sont à deux couches, la couche externe est constituée des cellules théca-tissu et la paroi interne est constituée d'épithélium folliculaire.

    L'examen laparoscopique montre également une augmentation de la taille des ovaires et un épaississement de leur membrane, la présence de kystes dont le diamètre est de deux à vingt millimètres, ainsi que l'absence de liquide péritonéal dans l'espace derrière l'utérus.

    Dans la dégénérescence ovarienne polykystique, il y a une surproduction d'hormone lutéinisante, qui régule la production d'androgènes, et une diminution du taux de progestérone, qui stimule l'ovulation.

    Le traitement de la dégénérescence ovarienne est dû au niveau d'altération des fonctions métaboliques reproductives, menstruelles et endocriniennes. Jusqu'à récemment, la dégénérescence kystique des ovaires était traitée par excision et ablation de la zone la plus kystique des ovaires ou du lit ovarien. Le traitement conservateur consistait en l'utilisation de progestatifs, d'antiandrogènes, d'œstrogènes et de combinaisons de ces substances. À notre époque, le traitement de cette maladie consiste en la nomination de metformine et de glitazones, qui appartiennent à la classe des médicaments hypoglycémiants..