Principal

Oncologie

Symptômes de l'hypothyroïdie chez la femme, traitement thyroïdien

Dans cet article, vous apprendrez:

Les maladies thyroïdiennes sont un problème de santé courant. Selon l'étude, environ 12% de la population d'âges différents souffrent d'un dysfonctionnement thyroïdien.

De plus, il a été déterminé que les femmes sont 8 fois plus susceptibles de faire face à ce problème que les hommes. De plus, le risque de maladie augmente avec l'âge..

Les principales fonctions de l'hormone thyroïdienne: activation du processus de production d'énergie, stabilisation du métabolisme dans l'organisme.

Avec des niveaux élevés ou diminués de cette hormone, des problèmes surviennent. Ainsi, l'hypothyroïdie - le résultat d'une pénurie - ralentit les réactions chimiques dans le corps, réduit la capacité du corps à se développer et à se régénérer.

Concept d'hypothyroïdie

La glande thyroïde est une petite glande en forme de papillon située devant la trachée. Si vous placez vos doigts le long des bords de la pomme d'Adam et que vous en prenez une gorgée, vous pouvez sentir comment elle glisse sous vos doigts. Cet organe libère l'hormone thyroïdienne, qui contrôle la croissance et le métabolisme de presque toutes les parties du corps..

La glande pituitaire - une minuscule glande au milieu de la tête - contrôle la physiologie et libère l'hormone thyréostimuline (TSH). La TSH est un signal à la glande thyroïde pour activer l'hormone thyroïdienne (thyroïde).

Parfois, les niveaux d'hormones stimulant la thyroïde augmentent, mais la glande thyroïde ne peut pas libérer plus d'hormones thyroïdiennes. Cette condition est connue sous le nom d'hypothyroïdie primaire et s'accompagne d'un changement de la taille de la glande thyroïde. Dans d'autres cas, la TSH diminue et la glande thyroïde ne reçoit pas de signal pour changer ses substances actives. C'est ce qu'on appelle l'hypothyroïdie secondaire..

Les «faibles taux d'hormones thyroïdiennes» ou l'hypothyroïdie s'accompagnent de divers symptômes. Cet article vous aidera à reconnaître ces signes..

Types de pathologie et facteurs de son apparition

À la suite de recherches à long terme, les spécialistes ont réussi à classer clairement cette pathologie en fonction de son origine. Ainsi, ils distinguent:

  • Hypothyroïdie primaire, qui survient à la suite d'un processus pathologique survenant dans la glande thyroïde;
  • hypothyroïdie secondaire qui se développe à la suite de lésions de la glande pituitaire ou de l'hypothalamus.

Hypothyroïdie primaire

Il se caractérise par des dommages à la glande thyroïde elle-même. Compte tenu de l'origine, il en existe deux types:

  • Congénitale, qui est détectée directement chez les nouveau-nés; En règle générale, la cause de cette pathologie est la présence d'un myxœdème chez la mère pendant la grossesse;
  • acquis, se développant en raison de l'impact de divers facteurs défavorables sur le corps humain.

Hypothyroïdie congénitale

Causé par une aplasie ou une hypoplasie de la glande thyroïde chez les jeunes enfants, qui dans la plupart des cas s'accompagne d'un retard du développement physique et mental (crétinisme).

Le deuxième type de maladie est le plus souvent détecté, diagnostiqué dans 96 à 98% de tous les cas. Les facteurs à l'origine du développement de l'hypothyroïdie acquise sont:

  • maladies inflammatoires de diverses natures;
  • carence en iode dans les zones d'endémie du goitre;
  • Thyroïdite auto-immune de Hashimoto;
  • la présence de formations tumorales, sarcoïdose;
  • excision de la glande thyroïde;
  • traitement avec des préparations d'iode radioactif;
  • prendre des œstrogènes, des androgènes;
  • réalisation de radiothérapie, radiothérapie;
  • exposition à certains médicaments (sulfamides, glucocorticoïdes);
  • chirurgie de la glande thyroïde.

Hypothyroïdie secondaire

Il se développe à la suite du développement de lésions inflammatoires ou traumatiques de la glande pituitaire ou de l'hypothalamus, qui contrôlent l'activité de la glande thyroïde. Le type secondaire d'hypofonction thyroïdienne peut être détecté en présence de:

  • Des quantités excessives d'hormone de croissance;
  • pathologies hypophysaires;
  • avec l'extinction des fonctions sexuelles (hypogonadisme).

Les spécialistes identifient l'hypothyroïdie dite subclinique de la glande thyroïde, lorsque la maladie ne présente pas de symptômes prononcés et peut évoluer sous une forme latente (latente). Ce type de maladie est assez rare - seulement dans 10 à 20% des cas, et est typique des femmes de plus de 50 ans.

Parallèlement à l'hypothyroïdie subclinique, il existe une hypothyroïdie manifeste, lorsque la maladie progresse rapidement, avec une manifestation clinique au stade le plus précoce..

Symptômes et signes

1) Se sentir faible ou fatigué

Le symptôme le plus courant de l'hypothyroïdie est une sensation de faiblesse dans le corps. Cela s'explique par le fait que l'hormone thyroïdienne contrôle l'équilibre énergétique, affecte la sensation de vigilance et de sommeil. Par exemple, les animaux en hibernation ont un niveau hormonal bas, ce qui provoque leur sommeil prolongé..

Dans l'une des études, 138 adultes atteints d'hypothyroïdie ont présenté un épuisement externe et une diminution des performances. De plus, ils ont signalé un manque de motivation et une fatigue psychologique. Et même avec un bon sommeil et un repos prolongé, les sujets ne se sentaient pas reposés. Dans une autre étude, 50% des personnes atteintes d'hypothyroïdie se sentaient constamment fatiguées et 42% d'hypothyroïdie ont connu une augmentation de leur cycle de sommeil..

2) Augmentation du poids corporel

Une des prochaines «cloches» en cas de maladie est une augmentation déraisonnable du poids corporel.

Non seulement les personnes ayant une fonction thyroïdienne faible bougent moins, mais elles envoient également un signal à leur foie, à leurs muscles et au tissu adipeux pour retenir les calories..

Lorsque le niveau d'hormones est inférieur à la normale, le corps modifie le taux métabolique, passe à un autre «mode». Au lieu de brûler activement des calories pour la croissance et la régénération des cellules, le corps les stocke. En conséquence, le corps stocke plus de calories sous forme de graisse. Et la prise de poids se produit même lorsque l'apport alimentaire est resté inchangé..

Dans les études menées, les personnes ayant reçu un diagnostic d'hypothyroïdie ont connu une prise de poids moyenne de 7 à 14 kg par an depuis leur diagnostic..

Avec la prise de poids, vous devez d'abord vous demander si le mode de vie et les mauvaises habitudes l'ont influencé. Si le poids augmente malgré une nutrition et un exercice appropriés, il vaut la peine d'en informer votre médecin. Cela peut être un «appel au réveil» du fait que des changements négatifs se produisent dans le corps..

3) sensation de froid

La chaleur est générée par le corps brûlant des calories. Cependant, en cas d'hypothyroïdie, le taux métabolique diminue, ce qui réduit la chaleur produite..

De plus, l'hormone thyroïdienne «augmente le degré» de graisse brune, qui produit de la chaleur. Il joue un rôle important dans le maintien de la chaleur corporelle dans les climats froids, mais le manque d'hormones thyroïdiennes l'empêche de faire son travail. C'est pourquoi, avec une telle maladie, une personne peut ressentir des frissons..

Environ 40% des personnes atteintes d'hypothyroïdie se sentent plus sensibles au froid que les personnes en bonne santé.

4) Douleur aiguë et faiblesse des articulations et des muscles

Une diminution des hormones thyroïdiennes modifie le métabolisme et le corps commence à décomposer les muscles pour obtenir l'énergie nécessaire, ce qui conduit au catabolisme. Dans le processus de catabolisme, la force musculaire diminue, ce qui provoque une sensation de faiblesse. La dégradation du tissu musculaire entraîne également des douleurs.

Nous nous sentons tous faibles de temps en temps. Cependant, les personnes ayant un faible taux de thyroïde sont deux fois plus susceptibles de ressentir de la douleur que les personnes en bonne santé. De plus, 34% des personnes atteintes de cette maladie développent des crampes musculaires..

Une étude portant sur 35 personnes atteintes d'hypothyroïdie a montré que la prise d'une hormone synthétique, la lévothyroxine, normalise la force musculaire et réduit la douleur, par rapport à l'absence de traitement. Une autre étude a montré une amélioration de 25% de la condition physique chez les sujets recevant un traitement hormonal.

La faiblesse et la douleur sont normales après une activité physique intense. Néanmoins, lorsque ces signes apparaissent, et surtout lorsqu'ils sont excessivement intensifiés, vous devriez consulter un médecin.

5) perte de cheveux

La glande thyroïde affecte particulièrement fortement les follicules pileux, car les follicules contiennent des cellules souches, qui ont une courte durée de vie et une régénération rapide. Une diminution des niveaux hormonaux arrête la régénération cellulaire, ce qui entraîne la chute des cheveux. Ce problème disparaît une fois le niveau d'hormones rétabli..

Dans une étude, il a été constaté qu'environ 25 à 30% des patients qui ont consulté un trichologue ont une faible hormone thyroïdienne. Les taux sont passés à 40% chez les personnes de plus de 40 ans. En outre, une autre étude a révélé que l'hypothyroïdie faisait grossir les cheveux chez 10% des personnes ayant un faible taux d'hormones thyroïdiennes..

Il vaut la peine de penser à l'hypothyroïdie lorsqu'il y a un changement inattendu dans la structure des cheveux, la perte de cheveux, la sécheresse. Bien sûr, il existe d'autres facteurs qui affectent les cheveux, mais seul un médecin peut vous aider à déterminer ce qui a causé cette maladie et vous fournir l'assistance nécessaire..

6) Irritation et sécheresse cutanées

Les cellules de la peau, ainsi que les follicules pileux, ont une grande capacité à se régénérer. Mais ils sont encore plus sensibles aux changements des taux d'hormones thyroïdiennes..

Lorsque le cycle normal de récupération de la peau est perturbé, la peau met de plus en plus de temps à retrouver son état naturel. La couche externe de la peau, l'épiderme, se régénère plus lentement, accumulant les dommages. De plus, les cellules mortes de la peau sont moins exfoliées, ce qui entraîne une irritation et une sécheresse..

Une étude a révélé que 74% des personnes ayant un faible taux d'hormones thyroïdiennes ont signalé une peau sèche. Cependant, 50% des patients ayant des taux hormonaux normaux ont également signalé des problèmes de peau pour d'autres raisons. Pour cette raison, il est impossible de déterminer avec précision si les problèmes de thyroïde sont à l'origine de la desquamation et de la sécheresse..

Cependant, 50% des personnes atteintes d'hypothyroïdie ont déclaré que leur état de la peau s'était aggravé au cours de la dernière année. Les changements qui ne peuvent être attribués à des allergies ou à de nouveaux aliments pourraient être un signe de problèmes de thyroïde.

Enfin, une baisse des taux d'hormones peut être causée par une maladie auto-immune qui affecte négativement la peau, provoquant un gonflement et une rougeur appelés myxœdème. Le myxœdème dans l'hypothyroïdie est plus fréquent que la peau sèche ou irritée.

7) Se sentir déprimé ou déprimé

L'hypothyroïdie conduit souvent à la dépression. Une explication de ce facteur fait actuellement défaut, il est très probablement associé à des troubles mentaux, à une diminution de l'énergie et à une mauvaise santé..

64% des femmes et 57% des hommes ayant de faibles taux d'hormones ont signalé une dépression. Environ le même pourcentage des deux ressentis de l'anxiété..

Dans une étude, la supplémentation en hormones thyroïdiennes par rapport au placebo a inversé la dépression chez les patients atteints d'hypothyroïdie légère. Une autre étude sur de jeunes femmes présentant une légère réduction des hormones thyroïdiennes a révélé une proportion accrue d'humeurs dépressives, qui étaient également associées à une insatisfaction à l'égard de leur vie sexuelle..

De plus, les fluctuations hormonales post-partum peuvent provoquer une hypothyroïdie et, par conséquent, une dépression post-partum..

8) Mauvaise mémoire et diminution de la concentration

De nombreux patients hypothyroïdiens ont un trouble mental et une concentration réduite..

Dans une étude, 22% des personnes ayant un faible taux d'hormones thyroïdiennes ont décrit une certaine difficulté à compter quotidiennement, 36% ont eu des réactions inhibées et 39% ont signalé des troubles de la mémoire. Dans une autre étude, 14 femmes et hommes atteints d'hypothyroïdie avaient du mal à se souvenir des signaux verbaux..

Les raisons de cela ne sont pas encore entièrement comprises, mais les difficultés de mémorisation sont éliminées avec l'hormonothérapie..

Des troubles de la mémoire ou de la concentration sont possibles chez tout le monde, mais s'ils sont soudains ou prolongés, cela peut être une «cloche» pour l'hypothyroïdie.

9) Difficulté à aller à la selle

L'hypothyroïdie affecte la fonction intestinale.

Selon une étude, 17% des personnes ayant un faible taux d'hormones thyroïdiennes souffrent de constipation, contre 10% des personnes ayant un taux normal. Dans une autre étude, 20% des personnes atteintes de la maladie ont déclaré que la constipation s'aggravait, contre 6% des personnes ayant des taux d'hormones normaux..

Bien que la constipation soit une plainte courante chez les patients hypothyroïdiens, il arrive rarement que la constipation soit le seul ou le plus grave symptôme..

10) Règles abondantes ou irrégulières

Des saignements menstruels irréguliers et abondants sont associés à l'hypothyroïdie.

Une étude a révélé qu'environ 40% des femmes ayant un faible taux d'hormones thyroïdiennes ont connu des irrégularités menstruelles ou des saignements abondants au cours de l'année écoulée, contre 26% des femmes ayant des taux normaux. Dans une autre étude, 30% des femmes présentant des irrégularités menstruelles ont reçu un diagnostic d'hypothyroïdie après que d'autres symptômes les aient fait subir un test..

Les hormones thyroïdiennes entrent en contact avec d'autres hormones qui contrôlent les règles, et des niveaux anormaux peuvent interférer avec leur fonctionnement normal. De plus, les glandes affectent directement les ovaires et l'utérus..

Cependant, il existe d'autres raisons qui peuvent affecter un cycle menstruel irrégulier et lourd..

Mesures diagnostiques

Si des signes d'une maladie apparaissent, vous devez consulter un endocrinologue qui procédera à un examen clinique suivi de la nomination de mesures diagnostiques, dont la liste comprend:

  • Test sanguin pour la présence d'hormones thyroïdiennes et leur concentration dans le sérum;
  • test sanguin de laboratoire pour détecter l'hormone stimulant la thyroïde de l'hypophyse afin d'identifier la nature de l'hypothyroïdie: des indicateurs de TSH faibles indiquent le développement d'une hypothyroïdie secondaire et des valeurs élevées indiquent le développement d'une hypothyroïdie primaire;
  • la scintigraphie, qui détermine la capacité de la glande thyroïde à capturer l'iode et à produire ses propres hormones;
  • détermination de la concentration d'anticorps contre la pyroxydase thyroïdienne (AT-TPO), ainsi que contre la thyroglobuline (AT-TG); des valeurs élevées d'indicateurs indiquent la nature auto-immune de la maladie;
  • La MPT cérébrale et la radiographie aideront à exclure la probabilité de développer une hypothyroïdie secondaire (hypophyse) et tertiaire (hypothalamique);
  • L'échographie de la glande thyroïde aidera à identifier la présence ou, au contraire, l'absence de tumeurs ou de ganglions, à la suite desquelles une hypothyroïdie de la glande thyroïde peut se développer.

Le diagnostic différentiel de l'hypothyroïdie congénitale est réalisé à l'aide du dépistage néonatal, qui est réalisé en milieu clinique 4 à 5 jours après la naissance du bébé.

Traitement

Jusqu'à il y a quelques décennies, il n'existait aucun médicament efficace. La maladie a acquis une évolution sévère tout au long de la vie, le myxœdème était une variante assez fréquente du développement de la pathologie chez la femme. Si une insuffisance thyroïdienne s'est développée au cours du développement intra-utérin, un crétinisme était souvent diagnostiqué, qui sans traitement adéquat s'est transformé en idiotie.

Actuellement, les formes extrêmes d'hypothyroïdie sont assez rarement enregistrées..

Les manifestations d'une insuffisance thyroïdienne sont généralement détectées au stade initial de la maladie et sont corrigées au moyen d'un traitement hormonal substitutif. La tâche du médecin est de sélectionner le dosage optimal de médicaments: L-thyroxine, Tireocomba et leurs analogues.

Le traitement de l'hypothyroïdie chez la femme commence par la dose la plus faible, en augmentant progressivement la posologie. Lorsque vous vous sentez mieux (avec une tolérance médicamenteuse normale), les doses hormonales sont augmentées jusqu'à ce que les symptômes disparaissent complètement. Mais même pendant le soulagement des signes de la maladie, la thérapie ne s'arrête pas. L'exposition aux médicaments de substitution hormonale peut durer toute la vie. Si le traitement est commencé à temps et que les patients tolèrent bien le traitement médicamenteux, la capacité de travail des patients reste.

Il existe des options de traitement chirurgical. Pendant l'opération, une partie de la glande thyroïde est retirée. Après la chirurgie, un traitement hormonal substitutif est également prescrit..

Le patient se voit prescrire une nutrition médicale, avec une augmentation progressive de la quantité de vitamines et de minéraux, du volume d'aliments protéinés, ainsi que la limitation de la consommation de graisses et de glucides, réduisant la valeur énergétique de la quantité quotidienne de nourriture prise.

Les aliments contenant des glucides facilement digestibles (produits de boulangerie, confiseries, graisses végétales et animales) sont exclus de l'alimentation, et les aliments riches en glucides complexes, en fibres végétales, ainsi qu'en aliments riches en protéines végétales et animales sont ajoutés. L'hypothyroïdie étant associée à un œdème, les patients reçoivent un régime pauvre en sel et des restrictions de consommation de liquide sont imposées. En présence de constipation, le régime comprend:

  • Jus naturels: betterave, pomme, carotte;
  • fruits secs: figues, pruneaux;
  • produits laitiers fermentés d'une journée - yogourt, kéfir.

Dans les cas de formes d'obésité compliquées de la maladie, les patients se voient prescrire un régime spécial n ° 8, qui a une faible valeur énergétique - jusqu'à 1800 kcal. Le respect du régime facilite grandement l'état du patient et raccourcit le temps de traitement.

Conclusion

L'hypothyroïdie ou l'hypothyroïdie est un trouble courant.

Cette condition peut provoquer de nombreux symptômes tels que fatigue, prise de poids et sensation de froid. Cela peut également causer des problèmes de cheveux, de peau, de muscles, de mémoire ou d'humeur..

Il est important de noter qu'aucun de ces problèmes n'est propre à l'hypothyroïdie..

Cependant, si vous présentez une combinaison de plusieurs de ces symptômes, ou s'ils sont apparus récemment ou se sont aggravés, vous devriez consulter votre médecin pour décider si vous devez être testé pour l'hypothyroïdie..

Heureusement, cette condition est généralement traitable avec des médicaments peu coûteux..

Si les niveaux d'hormones thyroïdiennes sont faibles, un traitement simple peut améliorer considérablement la qualité de vie.

"Hypothyroïdie: caractéristiques des symptômes chez la femme, méthodes de traitement"

4 commentaires

L'hypothyroïdie est une affection pathologique reflétant l'insuffisance fonctionnelle de la glande thyroïde, se manifestant par une diminution de la synthèse hormonale. Étant donné que la production d'hormones dépend des processus de renouvellement et de restructuration constants dans le corps humain (métabolisme énergétique), une carence hormonale conduit à l'inhibition de tous les processus métaboliques de base.

La pathologie est diagnostiquée chez près de 3% de la population et survient sous forme latente chez plus de 9% des patients. Le principal contingent est composé de femmes accouchant, de femmes matures et âgées. Le développement lent de l'hypothyroïdie entraîne certaines difficultés de diagnostic, car les symptômes primaires peuvent être déguisés en de nombreuses maladies.

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie?

Quelle est cette maladie?

L'hypothyroïdie de la glande thyroïde présente un certain nombre de caractéristiques et n'est pas considérée en soi comme une maladie distincte. Il y a certainement une cause profonde derrière cela, qui a provoqué un dysfonctionnement de la thyroïde. Les processus à long terme de diminution de son activité se traduiront nécessairement par la gravité variable des troubles du corps, avec une superposition d'autres pathologies, pour lesquelles la condition représentera un fond favorable.

La base de l'hypothyroïdie n'est pas des troubles organiques dans les tissus de la glande thyroïde et leurs modifications structurelles, mais un trouble des processus de synthèse hormonale (thyroxine, calcitonine, triiodothyronine), provoquant d'autres troubles (fonctionnels, organo-anatomiques) dans divers organes et tissus. Dans le même temps, non seulement le travail est perturbé, mais également la structure anatomique..

Et comme notre système (endocrinien), qui régule toutes les fonctions des organes internes au moyen d'hormones, fonctionne selon le principe d'un cercle fermé, la perte d'une chaîne de connexion, même insignifiante, ralentit tout travail. C'est ce qui se passe avec l'hypothyroïdie..

  • Le manque d'hormones hypophysaires qui régulent la fonction de la glande thyroïde provoque une stimulation accrue de la synthèse des hormones stimulant la thyroïde, qui se manifeste par une prolifération diffuse des tissus de la glande - nodules ou tumeurs malignes;
  • Dans le contexte de perturbations dans la synthèse des hormones hypothalamo-hypophysaires - une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes et une augmentation des hormones stimulant la thyroïde, la synthèse de la prolactine augmente, qui se manifeste par diverses pathologies dans les glandes mammaires, des manifestations constantes de galactorrhée (excrétion de colostrum et de lait du sein, que la femme allaite ou non) synthèse ovarienne hormonale.
  • Une diminution de la production d'hormones par les glandes surrénales et les gonades se traduit par des troubles de la synthèse des protéines (conversion des protéines) dans le foie, provoquant des troubles fonctionnels des glandes surrénales et des ovaires.
  • Une activité excessive des hormones parathyroïdiennes et des perturbations du métabolisme du calcium, qui provoquent son libre lessivage de la structure tissulaire des os, peuvent être le résultat d'un dysfonctionnement à proximité des glandes thyroïdiennes (parathyroïdes), qui ne fournissent pas au corps une synthèse suffisante de l'hormone calcitonine.

L'hypothyroïdie de la glande thyroïde chez la femme peut être une maladie indépendante si la cause fondamentale de son développement n'a pas été établie ou lorsqu'une clinique caractéristique de la maladie est notée à un niveau tout à fait normal de synthèse hormonale. Dans ces cas, il est diagnostiqué comme une forme idiopathique (indépendante). Mais il y a une explication à cela. Une condition similaire se développe dans le contexte d'une structure anormale (protéines tridimensionnelles) des hormones, ou de leur décomposition rapide dans le plasma.

Cela peut être provoqué - processus auto-immuns, se manifestant par des pathologies infectieuses graves, des blessures complexes, des brûlures ou dans le contexte d'une nécrose pancréatique.

Cela signifie qu'il y a suffisamment d'hormones dans le sang circulant, mais qu'elles sont inactivées par leur propre immunité..

Les premiers signes d'hypothyroïdie

Somnolence, frissons, baisse de la température corporelle...

En se développant progressivement, l'hypothyroïdie peut ne pas se manifester du tout pendant de nombreuses années. Par conséquent, il est difficile de diagnostiquer immédiatement les pathologies. Les signes peuvent apparaître soudainement et disparaître tout aussi rapidement. À ce stade, les femmes peuvent s'inquiéter de problèmes complètement différents - elles vont chez le médecin pour se plaindre de violations du système cardiovasculaire, elles peuvent ressentir des étourdissements, des frissons constants, des états dépressifs.

Les médecins peuvent suspecter le processus de développement initial par certains des symptômes caractéristiques de l'hypothyroïdie qui se manifestent chez les femmes:

  • Pendant cette période, le patient est hanté par une sensation de froid. Elle éprouve des frissons par tous les temps et par tout microclimat dans l'appartement..
  • Les femmes ont sommeil pendant la journée, bien qu'elles aient bien dormi la nuit. Ils sont lents et lents. Ne perçoivent pas immédiatement ce qu'on leur dit.
  • Le rythme ralenti des processus métaboliques est affiché sur la peau par la sécheresse et le peeling focal.
  • L'indicateur de température peut chuter à des niveaux critiques. Un tel état, comme son augmentation, peut cependant indiquer la période initiale de développement de tout processus pathologique ou un fort épuisement psycho-émotionnel..
  • Constipation persistante, diminution de la fréquence cardiaque (bradycardie), des troubles nerveux peuvent survenir.

Aux premiers symptômes d'hypothyroïdie chez une femme, le diagnostic et le traitement ne doivent pas être reportés indéfiniment. Seule une thérapie précoce peut empêcher le développement de complications, la consommation de médicaments à vie et les processus irréversibles.

Symptômes explicites de l'hypothyroïdie chez les femmes

Si les premiers signes ne sont pas spécifiques et peuvent être observés dans de nombreuses maladies, la manifestation de symptômes spéciaux caractéristiques de l'hypofonction thyroïdienne indique la progression du processus pathologique, se manifestant en outre:

  • Discours lent et peu expressif;
  • Oubli et troubles de la mémoire; 0
  • Macroglossie (élargissement de la langue) et alopécie (perte de cheveux);
  • Peau sèche et gris-jaune;
  • Hypotension et essoufflement;
  • Apathie complète pour la nourriture et forte perte de poids;
  • Troubles psycho-émotionnels;
  • Timbre rugueux de la voix;
  • Signes d'anémie et de thrombophlébite.

La manifestation des symptômes primaires et ultérieurs ne parle que du développement possible de la pathologie. Pour clarifier les raisons de ces changements, un examen par un endocrinologue et un diagnostic approfondi sont nécessaires. Surtout lors de la planification d'une grossesse, pour éviter les conséquences indésirables déjà en train de porter un fœtus.

Quelle est la particularité de l'hypothyroïdie féminine?

Outre les principaux symptômes de la maladie, qui se manifestent à la suite de perturbations des processus métaboliques, les femmes présentent un certain nombre de signes totalement inhabituels de la maladie chez l'homme (ou moins prononcés).

Chez les femmes, dans une écrasante majorité, l'insuffisance chronique des principales hormones thyroïdiennes - thyroxine et triiodothyronine (T4 et T3) affecte de manière significative le fonctionnement de leur système reproducteur:

  • En raison de la destruction (inactivation dans le plasma) de ces hormones, leur activité est considérablement réduite, ce qui entraîne une augmentation significative du taux d'hormones stéroïdes (œstrogènes) synthétisées par les follicules ovariens..
  • Augmentation de la production d'hormones hypophysaires (prolactine).
  • Le niveau quantitatif d'hormones mâles (testostérone) augmente.
  • Il existe un déséquilibre des hormones produites par l'hypothalamus et la glande pituitaire (folliculo-stimulante et lutéinisante), qui régulent les hormones sexuelles de la femme.

À la suite d'une telle «métamorphose», les femmes ont des problèmes dans le cycle menstruel - une violation de leur cyclicité avec des écoulements abondants ou insuffisants, ou leur absence totale. Des hémorragies utérines sont possibles. La libido est nettement réduite.

Diagnostics de laboratoire et instrumentaux

Comment diagnostiquer une violation?

La confirmation de l'hypofonctionnement de la glande thyroïde et l'identification de ses causes sont effectuées sur la base de l'examen du patient par un endocrinologue, de la présence de manifestations spécifiques, des plaintes du patient et des résultats des diagnostics de laboratoire et instrumentaux..

  1. Dans les diagnostics de laboratoire, le niveau d'hormones thyroïdiennes et hypophysaires dans le sang est révélé. La confirmation de l'hypothyroïdie peut être une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes (thyroïde), et les hormones hypophysaires peuvent être associées à n'importe quel indicateur (augmentation et diminution).
  2. La présence d'autoanticorps dirigés contre la glande thyroïde est déterminée.
  3. Les paramètres biochimiques du sang sont étudiés. La présence d'une pathologie est indirectement confirmée par une augmentation du taux de cholestérol et d'autres substances de type gras (lipides).

Les techniques instrumentales comprennent:

  1. Scintigraphie thyroïdienne, qui montre la vitesse à laquelle l'iode radioactif est absorbé. Une diminution du taux d'absorption indique une hypothyroïdie.
  2. Échographie de la glande, qui aide à détecter les changements pathologiques dans sa structure - phoques, élargissement et autres troubles structurels.
  3. Si cela est indiqué, une biopsie thyroïdienne à l'aiguille fine ou une scintigraphie peut être réalisée pour exclure ou confirmer l'oncologie à un stade précoce du développement.
  4. Un électrocardiogramme pour aider à identifier les anomalies de conduction et de fréquence cardiaque.
  5. Électroencéphalographie, qui aide à identifier le ralentissement caractéristique de l'activité de la psyché.

Des diagnostics de haute qualité aident à dresser un tableau objectif de la maladie et à déterminer le traitement efficace optimal de l'hypothyroïdie.

Traitement de l'hypothyroïdie - Hormonothérapie

La thérapie thérapeutique est basée sur le soulagement des principales causes de l'hypothyroïdie. Malheureusement, ce n'est pas toujours possible et l'effet positif est rare. Le schéma complexe comprend également des traitements symptomatiques de l'hypothyroïdie:

  • Médicaments cardioprotecteurs sous la forme de "Riboxin", "Preductal", "Trimetazidine", "AFT" et "Mildronat".
  • Moyens de glycosides cardiaques - "Digoxin", "Korglikon", "Strofantin".
  • Complexes de vitamines - "Neurobeks", "Aevita", "Milgama".
  • Médicaments nootropes et neuroprotecteurs pour améliorer l'activité cérébrale.
  • En cas de gonflement sévère, de petites doses de diurétiques sont prescrites - «Lasix» ou «Furosémide».
  • Les états dépressifs sont stoppés par des médicaments tels que «Persen», «Volokordin» ou «Corvalol».

En plus des médicaments pharmacologiques, le traitement de l'hypothyroïdie est complété par un régime correctement sélectionné qui exclut les aliments qui peuvent réduire la sécrétion d'hormones thyroïdiennes de l'alimentation. Les plats à base de légumineuses, de millet, de maïs et de patates douces doivent être évités. Minimisez votre consommation d'ail et d'oignons.

Les substituts artificiels de la thyroxine sont des médicaments - «Levothyroxine», «Triiodothyronine», «Thyroidin», «Eutirox» ou «Bagotyrox». Le cours et la posologie sont toujours individuels. La question de la nomination des agents contenant de l'iode est décidée individuellement.

En cas de signes d'hypothyroïdie tissulaire (périphérique), lorsque les tissus et organes présentent une résistance (immunité) aux hormones thyroïdiennes, les patients se voient prescrire deux substituts hormonaux (triiodothyronine et thyroxine) ou leurs formes combinées sous la forme de «Thyrocomb», «Thyroid-forte» ou «Thyrotome»... Sinon, le traitement n'aura pas d'effet positif..

Dans les cas où les patients ont subi, en raison de la nécessité, une radiothérapie ou une ablation chirurgicale de la glande thyroïde, un traitement hormonal substitutif est effectué tout au long de la vie.

Comme moyen de maintenir l'immunité, le traitement de l'hypothyroïdie est prescrit avec «badami» «Endonorm», «Bi-pollen», «Garcinia», «Kelpa» ou «Grepaina». Ce sont des médicaments qui améliorent les processus métaboliques. Tous sont d'origine végétale, l'efficacité est obtenue par un long cours spécialement sélectionné.

Quelles sont les complications possibles?

Chez la femme pendant la grossesse, cette pathologie peut se traduire par des malformations anormales des organes internes de l'enfant et sa naissance avec insuffisance thyroïdienne fonctionnelle.

Chez les femmes atteintes d'hypothyroïdie, la fonction de reproduction est altérée, ce qui menace l'infertilité. Des troubles immunitaires surviennent, ce qui se traduit par la progression des maladies systémiques, le développement d'infections fréquentes et de pathologies oncologiques.

Hypothyroïdie

informations générales

Hypothyroïdie thyroïdienne, qu'est-ce que c'est? C'est un syndrome ou une condition causée par une carence en hormones thyroïdiennes dans le corps. Cette définition est donnée par Wikipedia. Le terme hypothyroïdie est également appliqué à cette condition. Avec ce syndrome, il peut y avoir une carence partielle ou complète des hormones thyroïdiennes, nécessaires au fonctionnement normal de tous les tissus corporels. Avec leur carence, de graves changements se développent dans tous les organes..

Quelle est la différence entre l'hypothyroïdie et l'hyperthyroïdie? Ce sont deux états opposés: si, pour le premier, pour diverses raisons, il y a une production insuffisante d'hormones par la glande thyroïde, alors dans le second état il y en a un excès. Une fonction diminuée est 8 fois plus fréquente que l'hyperfonction de la glande.

L'hypothyroïdie se développe lentement, il n'est donc pas souvent possible de diagnostiquer la maladie à temps, car les symptômes au stade initial ne sont pas spécifiques. Souvent, cette affection masque d'autres troubles - dépression, dysfonctionnement ovarien, dyslipidémie, dyskinésie biliaire avec constipation.

Le polymorphisme des manifestations et de multiples «masques» conduisent souvent à des diagnostics erronés et à un traitement incorrect. La maladie est plus fréquente chez les femmes - le rapport femmes / hommes est de 8: 1. La prévalence de l'hypothyroïdie cliniquement manifeste est de 2% et l'hypothyroïdie subclinique est beaucoup plus élevée et atteint 10%, et chez les femmes de plus de 50 ans, elle peut atteindre plus de 12%. Hypothyroïdie, le code CIM-10 est extensif, ce qui reflète toutes les raisons de la diminution de la fonction des glandes: carence en iode (E00-E02), actes médicaux (E89.0), causes congénitales (E03.1), infections (E03.3), apport médicaments (E03.2) et autres. Dans cet article, nous découvrirons de quel type de maladie il s'agit, quelles en sont les causes, les complications possibles et l'efficacité du traitement..

Pathogénèse

La pathogenèse de cette condition est différente et dépend de la nature de la lésion. L'hypothyroïdie primaire étant associée à la pathologie de la glande elle-même, tous les processus qui conduisent à la destruction des tissus et à une diminution de la masse glandulaire affectent le processus de synthèse hormonale. Il peut s'agir de médicaments ou d'effets toxiques, d'une aplasie congénitale de la glande, de la présence d'une carence en iode ou d'une agression auto-immune.

La forme congénitale peut être associée à des lésions de la glande thyroïde lors du développement intra-utérin, à une immaturité de la glande elle-même ou du système hypothalamo-hypophysaire.

Dans l'écrasante majorité, il existe une forme congénitale primaire d'hypothyroïdie et elle est causée par une dysgénésie des glandes: ectopie (localisation anormale, qui est plus fréquente), hypoplasie et agénésie (son absence totale). Probablement, des facteurs génétiques et environnementaux peuvent être la cause de la dysgénèse. Le secondaire («central») est associé à la perte de la fonction hypophysaire, entraînant une diminution de la production de thyrotropine. Dans les deux cas, l'apport d'hormones est insuffisant, ce qui entraîne une violation de tous les types de métabolisme, y compris l'eau-sel.

Classification

Primaire (associé à la pathologie de la glande thyroïde elle-même) se développe dans le contexte:

  • ablation chirurgicale de la glande;
  • thyroïdite auto-immune;
  • traitement à l'iode radioactif;
  • mauvais développement des organes;
  • thyroïdite post-partum;
  • carence ou excès d'iode;
  • effets médicamenteux et toxiques;
  • anomalies congénitales de la synthèse hormonale.

Central (secondaire et tertiaire) se développe avec la destruction des cellules qui produisent la thyréolibérine ou la thyréolibérine avec des dommages à l'hypophyse et à l'hypothalamus:

  • tumeurs dans ce domaine;
  • blessure due à une chirurgie ou à une radiothérapie;
  • maladies inflammatoires (hypophysite);
  • troubles vasculaires (lésions ischémiques ou hémorragiques, anévrisme de l'artère carotide interne);
  • pathologies congénitales de cette région;
  • processus infectieux;
  • mutations affectant la synthèse.

La gravité se distingue:

  • subclinique;
  • manifeste (il peut à son tour être compensé et décompensé);
  • compliqué (les complications comprennent la polysérosite, l'adénome hypophysaire, l'insuffisance cardiaque, le crétinisme, le coma hypothyroïdien).

Hypothyroïdie primaire

Cette forme se développe à la suite de la destruction du tissu de la glande thyroïde elle-même, ce qui entraîne une production insuffisante d'hormones. L'hypothyroïdie primaire de la glande thyroïde a diverses causes et se développe dans le contexte de la thyroïdite auto-immune, de l'ablation d'une partie de la glande, du traitement à l'iode radioactif, des anomalies congénitales de la glande ou des effets toxiques (les médicaments, le lithium, le perchlorate sont thyrostatiques). Il n'y a pas de code unique pour la CIM-10, pour de nombreuses raisons, il y a de nombreux sous-titres.

Ainsi, parmi la forme primaire, l'hypothyroïdie postopératoire se distingue, qui se développe après l'ablation chirurgicale de la glande thyroïde (tout ou presque, lorsqu'il reste 2 à 6 g de tissu). Une telle opération est utilisée pour la maladie de Graves (goitre toxique diffus). Néanmoins, chez 20% des patients, même s'il reste 10 g de glande, une hypothyroïdie manifeste est notée 1,5 an après l'opération, et subclinique chez 50% des patients. Il existe également une forte probabilité de développer cette forme avec une hémistrumectomie. Ainsi, la forme postopératoire est un résultat prévisible du traitement chirurgical. Mais elle est facilement compensée par une thérapie de substitution et n'affecte pas la qualité de vie des patients. Hypothyroïdie postopératoire code CIM-10 E89.0 (survenant après des actes médicaux).

L'hypothyroïdie congénitale est associée à un dysfonctionnement de la glande chez les nouveau-nés et à une diminution des hormones thyroïdiennes. L'hypothyroïdie congénitale survient dans 12 cas pour 5 000 nouveau-nés. Les filles y sont plus sensibles (2 fois plus souvent). L'hypothyroïdie congénitale chez les enfants est détectée par le dépistage néonatal, qui se déroule en plusieurs étapes.

L'hypothyroïdie auto-immune, causée par une thyroïdite auto-immune, est le trouble thyroïdien le plus courant. Avec la thyroïdite auto-immune, des anticorps sont produits contre les cellules de la glande thyroïde (appelées anticorps antithyroïdiens). Ce sont eux qui provoquent la destruction des cellules glandulaires, dans le contexte desquelles l'hypothyroïdie se développe inévitablement. Il ne diffère pas des signes cliniques des autres formes, mais la présence d'anticorps dirigés contre le tissu thyroïdien est obligatoire dans le sang. Un examen échographique trouve des signes d'une pathologie auto-immune. L'hypothyroïdie thyroïdienne auto-immune a les mêmes approches de traitement - thérapie de remplacement avec des médicaments à base de L-thyroxine. L'étude du taux d'anticorps circulants en dynamique n'a pas de valeur pronostique et n'est pas un indicateur de la progression de la thyroïdite auto-immune.

Hypothyroïdie secondaire

Cela se produit lorsque la glande pituitaire est endommagée. Il peut y avoir un déficit isolé dans la synthèse de l'hormone thyréostimuline ou de toutes les hormones produites dans l'hypophyse antérieure. Cette forme est rare (jusqu'à 1% de tous les cas). Le secondaire a les mêmes principes de thérapie de substitution que le primaire.

Comme indiqué ci-dessus, l'hypothyroïdie varie en gravité. L'hypothyroïdie subclinique est asymptomatique ou se manifeste par des plaintes non spécifiques - faiblesse, fatigue, troubles du sommeil. Le diagnostic est posé uniquement sur la base d'une étude des hormones (une augmentation de l'hormone thyréostimuline de 4 à 10 mUI / L à des valeurs T4 normales), par conséquent, l'hypothyroïdie subclinique est un diagnostic de laboratoire. Cette forme est plus courante que manifeste, mais est diagnostiquée moins souvent.

La question se pose: est-ce une maladie subclinique indépendante ou est-ce un précurseur d'une hypothyroïdie manifeste? L'observation des patients a montré que dans les 4 à 8 ans, 20 à 50% des patients développent une forme manifeste. Si en même temps des anticorps thyroïdiens sont détectés chez le patient, le risque de développer une forme manifeste, en particulier après 65 ans, est de 80%. Ainsi, nous pouvons conclure que cette étape a une tendance à la progression et la transition à se manifester. Les patients à ce stade ne sont pas soumis à un traitement, mais ils sont suivis avec des tests périodiques. Une certaine catégorie de personnes (cela sera discuté ci-dessous) reçoit un traitement hormonal substitutif.

L'hypothyroïdie manifeste se produit avec des manifestations cliniques évidentes. Si nous considérons les indicateurs de laboratoire, alors le manifeste est caractérisé par une sécrétion accrue d'hormone thyréostimulante avec un taux réduit de T4. Les symptômes cliniques de cette forme seront discutés ci-dessous..

L'hypothyroïdie transitoire signifie «transitoire» et s'accompagne d'une augmentation des taux de TSH. L'hypothyroïdie transitoire des nouveau-nés est une forme particulière. Elle est typique des régions carencées en iode et est associée à un apport insuffisant en iode pendant la grossesse. L'utilisation de médicaments antithyroïdiens (thyréostatiques) par une femme enceinte, qui affecte la production d'hormones chez le fœtus, conduit également à son développement chez les nouveau-nés. La raison de cette forme chez les nouveau-nés est également l'immaturité de son système d'organisation de l'iode. Lors du dépistage primaire chez les nouveau-nés, il est impossible de faire la différence entre l'hypothyroïdie congénitale et transitoire. À cet égard, tous les nouveau-nés avec un taux de TSH de 50 à 100 μU / ml commencent immédiatement un traitement par thyroxine et, après un certain temps, je répète le test sanguin pour la TSH. Si, lors d'une nouvelle analyse, les indicateurs sont normaux, le traitement est arrêté.

Chez l'adulte, une hypothyroïdie transitoire survient après une thyroïdite subaiguë, une exposition aux rayonnements ou la prise d'amiodarone, de lithium, de perchlorate de potassium. Avec l'introduction de produits de contraste à rayons X contenant de l'iode, qui sont injectés pendant l'angiographie coronarienne, une forme transitoire de diminution des taux d'hormones peut également se développer, ce qui ne nécessite pas la nomination d'un traitement de remplacement. Pour exclure une violation persistante, répétez l'étude TSH après 3-6 mois.

Causes d'occurrence

Les raisons les plus courantes de l'hypothyroïdie sont:

  • Thyroïdite auto-immune, contre laquelle l'hypothyroïdie se développe chez 84%.
  • Chirurgie thyroïdienne (hypothyroïdie postopératoire).
  • Les antécédents du patient peuvent également inclure un traitement à l'iode radioactif.
  • Thyroïdite - inflammation du tissu de la glande de genèse infectieuse.
  • La pathologie congénitale du développement de la glande (dysgénésie ou agénésie) se manifeste par un trouble congénital de la synthèse des hormones.
  • Hypopituitarisme (diminution de la production d'hormones dans l'hypophyse antérieure, dans laquelle, en plus de l'hormone thyréostimuline, l'hormone de croissance, la prolactine, la gonadotrophine et la corticotrophine sont produites). L'hypopituatarisme est la cause de l'hypothyroïdie secondaire.
  • Inactivation par les protéases et les autoanticorps T3 et T4 circulant dans le sang.
  • Faible sensibilité des récepteurs aux hormones.
  • Exposition à l'alcool. Le lien a été prouvé - hypothyroïdie et alcool. Avec une consommation prolongée de boissons alcoolisées, une hypothyroïdie se développe, car la sécrétion de l'hormone thyréostimuline est inhibée et le tissu de la glande est affecté, ce qui entraîne inévitablement une diminution de la fonction..

Le groupe à risque de cette affection comprend les femmes de plus de 40 ans, les personnes atteintes d'une maladie de la thyroïde, les personnes qui ont reçu une radiothérapie au cou et à la tête, les femmes après l'accouchement, les personnes atteintes de maladies auto-immunes, ainsi que celles qui ont une prédisposition héréditaire.

Symptômes de l'hypothyroïdie

Les symptômes cliniques varient en fonction de la sévérité du déficit hormonal, de la durée de la maladie, de l'âge du patient et de la présence de maladies concomitantes. Les symptômes «typiques» ne sont détectés que chez 25 à 50% des personnes, les autres ont des symptômes flous ou la maladie se déroule sous forme de monosymptome.

Hypothyroïdie subclinique: symptômes

Cette évolution de l'hypothyroïdie se manifeste par une augmentation isolée du taux d'hormone stimulant la thyroïde. En un an, chez 5 à 15% des patients, il se manifeste par une prédominance de symptômes du système cardiovasculaire. Peut-être que le traitement et les symptômes de l'hypothyroïdie chez les femmes sont d'une grande importance, car cette pathologie est plus fréquente chez elles..

Hypothyroïdie subclinique: symptômes et traitement chez la femme

Elle est plus souvent observée chez les femmes du groupe d'âge plus avancé et la prévalence de cette forme augmente avec l'âge. Il se déroule sans clinique prononcée, ou les symptômes de l'hypothyroïdie chez la femme sont non spécifiques: faiblesse, fatigue, irritabilité, frissons (il est associé à une diminution du métabolisme et à un rétrécissement des vaisseaux périphériques). Déjà à ce stade de la maladie, une violation du métabolisme lipidique est notée et cela peut être la seule manifestation de la maladie, sans compter une augmentation du niveau de TSH. La violation du métabolisme lipidique se manifeste par une augmentation des triglycérides dans le sang et des lipoprotéines de basse densité. Ainsi, les conditions préalables au développement de l'athérosclérose sont créées. De plus, son risque est plus élevé chez les femmes qui ont en plus des anticorps contre la peroxydase thyroïdienne. En plus du développement de l'athérosclérose, l'hypothyroïdie subclinique est un facteur de risque d'infarctus du myocarde chez les femmes âgées..

Symptômes de l'hypothyroïdie thyroïdienne chez les femmes

Les patients atteints d'une maladie manifeste sont symptomatiques, mais pas nécessairement tous les signes classiques de l'hypothyroïdie, qui comprennent:

  • gain de poids et incapacité à le réduire avec une diététique et une activité physique;
  • des signes tels que gonflement du visage, gonflement autour des yeux sont très caractéristiques;
  • fatigue chronique;
  • irrégularités menstruelles et incapacité à tomber enceinte;
  • peau sèche et desquamation accrue;
  • les cheveux secs, les éclaircissant et les sourcils;
  • douleur musculaire;
  • diminution de la concentration et de la mémoire.

Le visage du patient est gonflé, beaucoup ont des expressions faciales réduites, sur fond de tissus faciaux élargis et d'œdème, les yeux deviennent étroits et à moitié fermés. Avec la décompensation de la maladie, un œdème est noté sur les bras, les jambes et la paroi avant de l'abdomen. Le gonflement de la muqueuse laryngée se manifeste par une voix rauque. Dans les cas classiques, un gonflement de la langue apparaît, sur lequel des empreintes de dents sont visibles.

Hypothyroïdie, photos d'œdème prononcé

Le syndrome épidermique se manifeste par des cheveux clairsemés, une perte de cheveux abondante avec un simple peignage. Les cheveux deviennent secs et cassants. Une autre manifestation du syndrome épidermique est l'hyperkératose, qui est plus prononcée au niveau des coudes (symptôme de Baire) et de la plante des pieds et des talons. En raison d'une diminution du péristaltisme, une constipation se développe et les cas d'obstruction intestinale sont fréquents chez ces patients. Dans les cas graves, un mégacôlon se développe. À partir de symptômes neurologiques - troubles de la mémoire, léthargie et ralentissement de la parole.

En cas d'hypofonction de la glande thyroïde, les symptômes chez les femmes diffèrent selon les périodes d'âge. Chez les femmes en âge de procréer, présentant une hypothyroïdie évidente, divers signes de troubles gynécologiques sont souvent observés: aménorrhée, ménorragie, polyménorrhée, saignements utérins dysfonctionnels, infertilité. La détermination du niveau de TSH est obligatoire pour l'infertilité féminine.

Symptômes de l'hypothyroïdie chez les femmes ménopausées

Pendant la ménopause, la prévalence de cette condition augmente. Les symptômes de la périménopause, y compris un mauvais sommeil, un gonflement et une prise de poids, sont similaires à ceux d'une glande thyroïde sous-active et les deux s'exacerbent. Les symptômes de l'hypothyroïdie chez les femmes à cette période sont caractérisés par un vieillissement rapide de la peau par rapport aux femmes en bonne santé. Les changements involutifs de la peau avec cette maladie se traduisent par une desquamation et une décoloration prononcées. On note une diminution de l'épaisseur du derme et l'apparition de premières rides profondes s'étendant des coins de la bouche jusqu'au menton. La turgescence cutanée est considérablement réduite et chez les femmes atteintes d'hypothyroïdie pendant la ménopause, la ptose des paupières (supérieure et inférieure), les joues en surplomb et un double menton sont plus prononcées. Ainsi, l'état de la peau est affecté non seulement par une diminution du taux d'œstrogènes, mais également par une diminution du taux d'hormones thyroïdiennes..

La deuxième caractéristique de cette période, en combinaison avec l'hypothyroïdie, est la prise de poids avec le régime alimentaire habituel. De plus, le poids est pris rapidement, mais il est très difficile de le diminuer. Une autre caractéristique de l'évolution de la maladie au cours de cette période est une diminution de la densité osseuse (ostéoporose). Et une diminution du taux d'hormones thyroïdiennes et une carence en œstrogènes augmentent plusieurs fois le risque de son développement. Le traitement de l'hypothyroïdie chez la femme sera discuté dans la section appropriée..

Les symptômes chez les hommes ne sont pas différents de ceux des femmes. Tout comme les femmes, elles ont un dysfonctionnement sexuel, une spermatogenèse altérée, qui est associée à une diminution du métabolisme basal. La nomination d'un traitement hormonal substitutif déjà après trois mois compense la maladie et favorise l'activation de la fonction spermatogène des testicules.

Pour résumer tout ce qui précède, dans l'hypothyroïdie, il existe une lésion systémique et donc une variété de symptômes qui agissent comme des «masques d'hypothyroïdie»: dystonie végétative-vasculaire, hypotension, dyslipidémie, cardiopathie ischémique, polysérosite, polyarthrite, pyélonéphrite, dyskinésie biliaire, cholélithiase. Du côté du sang - divers types d'anémies. Manifestations gynécologiques: fibromes utérins, infertilité, ovaires polykystiques, aménorrhée, hirsutisme, galactorrhée. Troubles psychiatriques: dépression, somnolence accrue, délire myxœdème. Ce dernier est une manifestation d'hypothyroïdie décompensée et se manifeste par une psychose aiguë, qui se déroule sur fond de troubles prononcés de la mémoire et de la pensée (ce statut est également appelé «myxœdème des fous»). Manifestations dermatologiques - alopécie et changements cutanés. La manifestation extrême de l'hypothyroïdie chez l'adulte est le myxœdème..

Myxoedème: symptômes et causes

Une hypofonction sévère de la glande ou une absence complète de sa fonction se manifeste par un myxœdème. Le myxœdème est un œdème et un gonflement des tissus dus à l'accumulation et au trempage de colloïdes et de mucus. Avec l'hypothyroïdie, un œdème diffus se développe - un myxœdème généralisé. Les patients ont un visage en forme de masque en raison d'un œdème, la peau devient sèche et pâle. Il y a un gonflement de la peau des mains, des jambes et l'apparition d'éruptions cutanées. En raison du gonflement du larynx, la voix devient rauque et la langue enflée ne rentre pas dans la cavité buccale et des empreintes de dents y sont visibles. Les cheveux des patients deviennent secs et cassants, tombent abondamment, les sourcils et les cils fins et le processus est lu à partir du bord latéral - un symptôme de Hartog. La perte de poils pubiens et sous les aisselles est également courante. Les patients deviennent lents, somnolents, leur mémoire et leur activité mentale diminuent. Caractérisé par une pression artérielle basse et une fréquence cardiaque lente, une humeur basse et une dépression.

L'œdème mucineux se manifeste par un hydropéricarde (épanchement péricardique), un épanchement pleural et une ascite (épanchement abdominal). Le plus souvent, ils se combinent, formant une polysérosite hypothyroïdienne, mais ils peuvent également être isolés. Ces conditions indiquent une évolution sévère de l'hypothyroïdie et sont ses complications..

Le myxœdème prétibial est un œdème localisé de la peau situé sur la face antérieure des deux jambes. La plupart des auteurs pensent que le myxœdème prétibial se développe dans le contexte de l'hyperthyroïdie et est une manifestation de la maladie de Graves (goitre toxique diffus). Cela peut être une tumeur, une éléphantine ou une plaque. Pour la manifestation d'un myxoedème local, une agression auto-immune prolongée est nécessaire et l'hypothermie, les traumatismes et l'insuffisance cardiaque peuvent devenir un facteur de provocation..

Les symptômes de l'hypothyroïdie chez les enfants

Les enfants ont une hypothyroïdie congénitale. Les symptômes néonatals peuvent être divisés en plusieurs périodes. Dans la période précoce, un poids important est immédiatement noté dans le champ de la naissance, des signes d'immaturité à maturité normale, écoulement tardif de méconium, ablation tardive du cordon ombilical, épithélialisation retardée de la plaie du nombril, jaunisse plus longue des nouveau-nés, gonflement du visage et des lèvres, œdème dans la fosse supraclaviculaire, sur les mains et les pieds, voix rauque.

À 3-6 mois, l'appétit du nourrisson diminue, il s'inquiète des ballonnements et de la constipation. La sécheresse et la desquamation de la peau, les cheveux cassants et ternes, l'hypotonie musculaire et le retard du développement physique sont frappants. L'enfant a constamment les mains et les pieds froids. Une dentition retardée et un retard mental sont notés.

Analyses et diagnostic de l'hypothyroïdie

La chose principale pour diagnostiquer cette condition est de déterminer le niveau d'hormones thyroïdiennes dans le sang. Que montrent les tests pour l'hypothyroïdie? Avec une diminution de la production d'hormones par le mécanisme de rétroaction, la production d'hormone thyréostimuline (TSH) par la glande pituitaire augmente. Le diagnostic de l'hypothyroïdie consiste à déterminer le niveau de TSH dans le sang - il s'agit d'un test de laboratoire courant et fiable qui évalue la fonction thyroïdienne. Le deuxième test important est la détermination de T4. Pour confirmer le diagnostic, il n'est pas nécessaire d'étudier la concentration de T3 libre, car sa valeur diagnostique dans l'hypothyroïdie n'a pas été établie.

La norme pour le niveau de TSH est de 0,5 à 4 mUI / l. Les analyses de l'hypothyroïdie révèlent une augmentation du taux d'hormone thyréostimuline. Au cours de l'évolution subclinique de la maladie, la TSH augmente de plus de 4,5, mais pas plus de 10,0 mU / l, mais la teneur normale en T4 libre. Avec de tels indicateurs, le traitement n'est pas prescrit et il est recommandé au patient de répéter les tests après 3-6 mois. L'hypothyroïdie explicite est caractérisée par une augmentation des taux de TSH et une diminution de la T4. Si ces deux indicateurs sont réduits, un diagnostic d'hypothyroïdie secondaire ou tertiaire est posé. Un TTC élevé de plus de 10 mUI / L est un signal pour démarrer un traitement de remplacement par la L-thyroxine.

Pour établir un éventuel processus auto-immun, des anticorps dirigés contre le tissu glandulaire (anticorps contre la thyroglobuline) et contre la peroxydase thyroïdienne (ATTPO) sont dosés dans le sang. Ce sont des immunoglobulines spécifiques contre l'enzyme thyroïdienne peroxydase, la norme de cet indicateur est de 0 à 34 UI / ml. Pourquoi est-il important de considérer le titre d'anticorps? Un niveau élevé d'ATTPO est associé au risque de transition de l'hypothyroïdie subclinique à la clinique. Comment guérir la thyroïdite auto-immune avec hypothyroïdie? Prescrire des hormones thyroïdiennes.

L'examen échographique de la glande est également utilisé. Chez les patients atteints de thyroïdite auto-immune, des changements spécifiques sont notés - destruction de la glande, prolifération fibreuse (prolifération du tissu conjonctif) et remplacement ultérieur du tissu conjonctif normal. En outre, chez certains patients, des ganglions sont détectés - un, plusieurs, un et deux côtés. Après avoir subi une échographie et identifié des formations nodulaires dans la glande dans le contexte d'un remplacement diffus du tissu glandulaire par du tissu conjonctif et sur la base d'une étude des hormones (augmentation de la TSH, d'autres indicateurs sont normaux) et des anticorps (leur niveau est augmenté), l'endocrinologue conclut: goitre nodulaire avec des symptômes de sous-hypothyroïdie AIT (ce qui signifie subclinique).

Biopsie par ponction. Cette étude est réalisée avec un goitre nodulaire pour exclure la dégénérescence tumorale, et la biopsie n'est pas indiquée pour confirmer le diagnostic d'AIT.

Traitement de l'hypothyroïdie

Que prendre avec cette maladie? En fonction des indicateurs de la fonction thyroïdienne et des manifestations cliniques, divers médicaments peuvent être prescrits. En cas d'évolution subclinique de patients qui n'ont pas d'indications pour un traitement hormonal, Endonorm peut être recommandé pour empêcher la progression de la maladie (ce qui est inévitable). Il s'agit d'un complément alimentaire d'origine végétale, qui, en plus d'extraits végétaux, contient des vitamines et des oligo-éléments nécessaires au fonctionnement normal de la glande. Il s'agit de la potentille blanche, de l'extrait de ficelle, du varech (comme source d'iode et de nombreux oligo-éléments), de l'extrait de réglisse. Complément avec des antioxydants (Vitamine C, E, A, B12 et sélénium), du zinc, de l'iode et de l'acide aminé L-tyrosine.

Avec une carence en cet acide aminé, la fonction de la glande thyroïde est inhibée, la pression et la température diminuent, la dépression et la fatigue chronique. La potentille blanche est utilisée depuis de nombreuses décennies pour améliorer la fonction de la glande, car elle stimule la production d'hormone stimulant la thyroïde.

Il a un effet positif sur le métabolisme, les médicaments basés sur celui-ci sont recommandés dans les régions défavorables avec un rayonnement accru. Les vitamines et oligo-éléments ont un effet positif sur les processus dans les tissus de la glande et, en général, ont un effet de renforcement général.

Ce complément alimentaire est prescrit comme agent prophylactique:

  • Pour la fatigue et la perte de mémoire.
  • Avec surpoids et troubles métaboliques.
  • Femmes ménopausées, en cas de besoin accru d'hormones thyroïdiennes.
  • Vivre dans des centres industriels avec des niveaux élevés de pollution atmosphérique.
  • Vivre dans des zones à faible teneur en iode.
  • Sujets âgés car ils ont une diminution naturelle de la fonction thyroïdienne.

Les patients qui n'ont pas d'indication pour prescrire des médicaments à base de L-thyroxine doivent surveiller le taux d'hormones tous les 6 mois. Actuellement, l'opportunité d'utiliser des médicaments contenant de l'iode (Iodomarine, Iodure, Iod-Active, Iodofol) dans le traitement de l'hypothyroïdie n'a pas été prouvée. Et lors de la prescription de préparations d'iode à des patients atteints de thyroïdite auto-immune de plus de 1 mg par jour, il est même possible de passer d'une forme subclinique à une forme manifeste. Dans tous les cas, les préparations d'iode doivent être prescrites par un endocrinologue, car un excès d'iode est un risque d'hyperthyroïdie et de thyrotoxicose (thyrotoxicose induite par l'iode).

Comment l'hypothyroïdie thyroïdienne est-elle traitée? Même avec les formes subcliniques d'hypothyroïdie, la lévothyroxine synthétique est prescrite. Les indications pour sa nomination dans le cours subclinique sont:

  • Niveau de TSH supérieur à 10 UI / L (à ce niveau, la progression est la plus probable).
  • Grossesse car il y a un risque d'issue défavorable de la grossesse.
  • Conception planifiée.
  • La présence d'anticorps dirigés contre la glande thyroïde. Leur présence indique la progression probable de la maladie..
  • La présence d'un goitre.
  • Symptômes de l'hypothyroïdie.
  • Moins de 65 ans et taux de cholestérol et de triglycérides élevés.

Les préparations de L-thyroxine sont des agents de thérapie de substitution dans le traitement des conditions hypothyroïdiennes. La dose du médicament est choisie individuellement, en fonction de la gravité. Après plusieurs mois de traitement, la plupart de la majorité ont une dynamique positive avant et après le traitement: le taux de TSH est normalisé, l'état de santé s'améliore, le cholestérol total et le cholestérol des lipoprotéines de basse densité diminuent et l'apparence du patient change..

Hypothyroïdie Photos avant et après le traitement

Les besoins quotidiens en L-thyroxine sont de 0,8 à 1,6 μg par kg de poids corporel. Les doses initiales peuvent être de 50 à 125 mcg par jour. La dose initiale chez les personnes âgées de 60 ans et plus ne dépasse pas 50 μg / jour et, en présence d'une pathologie cardiologique, des doses de départ encore plus faibles sont prescrites pour prévenir l'ischémie. Le traitement vise à atteindre les valeurs normatives de TSH. Chez les patients âgés de 60 à 75 ans, vous devez vous efforcer d'atteindre un niveau de TSH d'au moins 3-4 mU / l, et chez les personnes âgées - 4-6 mU / l.

Les patients qui ont commencé à prendre de la lévothyroxine doivent faire mesurer leur taux de TSH chaque année. Il est important d'éviter une suppression excessive de la TSH lorsque le taux de l'hormone diminue en dessous de 0,1 UI / L, ce qui se produit avec un traitement à forte dose, car le surdosage augmente le risque d'événements indésirables (accident vasculaire cérébral, fibrillation auriculaire, ostéoporose). Dans le même temps, le patient doit savoir que la prise de lévothyroxine avec de la nourriture et certains médicaments altèrent son absorption. Ces médicaments comprennent le calcium, l'hydroxyde d'aluminium, le sulfate ferreux, le sucralfate. Par conséquent, si nécessaire, il est recommandé de prendre de tels médicaments pour respecter un intervalle de 4 heures entre eux..

Le traitement de l'hypothyroïdie thyroïdienne chez la femme présente certaines particularités. Tout d'abord, une surdose de lévothyroxine et une diminution sous-normale des taux de TSH doivent être évitées. Cela est dû au fait que chez les femmes âgées et les femmes ménopausées, un excès de lévothyroxine provoque l'ostéoporose. À cet égard, vous devez prendre du calcium et de la vitamine D, mais rappelez-vous que le calcium altère l'absorption de la L-thyroxine et observez l'intervalle de temps.

Dans un traitement complexe, l'huile de poisson est montrée, bien que sous sa forme pure, elle ait été distribuée comme médicament dans le passé, quand il n'y avait pas d'alternative. À l'aide d'huile de poisson, les carences en hypovitaminose D, A et en oméga-3 ont été éliminées. Actuellement, l'huile de poisson peut être achetée en capsules, par exemple Biofishenol (Omega 3 + D3).

Quant à l'apport d'oméga-3, ces médicaments sont indiqués pour les troubles du métabolisme lipidique - hypercholestérolémie, triglycéridémie et faibles taux de lipoprotéines de haute densité. De nombreuses sociétés pharmaceutiques produisent ce complément alimentaire et il n'est pas difficile de l'acheter. La vitamine D est essentielle pour améliorer la fonction thyroïdienne, elle est utilisée comme immunomodulateur et a un effet positif sur l'évolution de la thyroïdite auto-immune. Sa carence est associée au développement d'une thyroïdite auto-immune avec une fonction réduite de la glande - la thyroïdite auto-immune se développe avec une hypothyroïdie subclinique et évidente. Actuellement, la vitamine D peut être achetée sous forme de médicaments modernes (Aquadetrim, Vigantol, Detrimax, Ultra D).

L'utilisation de sélénium peut augmenter l'efficacité du traitement de la thyroïdite auto-immune avec hypothyroïdie. Le taux de consommation de sélénium est de 50 à 200 mcg par jour. Il pénètre dans le corps avec de la nourriture et se trouve dans le beurre, les œufs, le poisson, les graines de tournesol, les crustacés, les épinards, l'ail, les produits carnés, le chou, le riz brun, le germe de blé, les noix du Brésil. Le régime alimentaire habituel n'en fournit pas un apport suffisant et sa mauvaise absorption doit être prise en compte. Par conséquent, les personnes atteintes de maladies thyroïdiennes doivent prendre des préparations de sélénium..

Traitement de l'hypothyroïdie avec des remèdes populaires

Avec des changements prononcés dans les analyses, il est inefficace de traiter les remèdes populaires. Ils ne peuvent être utilisés que dans le cadre d'une thérapie de substitution. Pas un seul remède à base de plantes ne peut provoquer la production d'hormones glandulaires dans la quantité nécessaire au fonctionnement normal de tous les organes et systèmes et normaliser le niveau d'hormone stimulant la thyroïde, il est donc inutile de les traiter. Les préparations à base de plantes amélioreront quelque peu l'état général, élimineront les symptômes (gonflement, irritabilité), mais elles ne pourront pas compenser la fonction perdue de la glande - seul un traitement hormonal substitutif est nécessaire. Ceci est démontré par les avis des patients, qui peuvent être trouvés sur demande "hypothyroïdie, forum".

Les quelques critiques sur le traitement de l'hypothyroïdie avec des remèdes populaires se résument au fait que dans la plupart des cas, sous la forme subclinique de la maladie, la potentille blanche a été utilisée. L'herbe de cette plante est une source d'oligo-éléments, d'iode et d'acide anionique. La teneur en sélénium, en magnésium et en zinc dépasse la teneur des mêmes éléments dans d'autres plantes de 1,7: 4,0: 3,7 fois. Les patients ont brassé l'herbe et l'ont prise en décoction. Cette maladie peut-elle être guérie pour toujours? Dans cette condition, un traitement hormonal substitutif à vie est nécessaire, grâce auquel il est possible de minimiser les manifestations et d'améliorer la qualité de vie..

Les médecins

Smirnova Galina Evgenievna

Sapridze Nino Davidovna

Asatryan Gayane Eduardovna

Médicaments

  • Préparations de lévothyroxine: L-Thyroxin-Acri, L-Thyroxin Berlin-Chemi, L-Thyroxin Hexal, Eutirox, Bagotyrox, L-Tyroxin-Farmak.
  • Associations de L-thyroxine et d'iode: Iodocomb, Iodtirox.
  • Préparations de sélénium: Solgar Selenium, Selenium Active, Complivit Selenium, Vitamir Selenium, Selenium Forte avec vitamine C.
  • Suppléments oméga-3: Solgar Omega-3 Triple Force, Doppelherz Active Omega-3, Oceanol Omega-3, Biomax Omega-3.

Procédures et opérations

Le traitement chirurgical est indiqué en présence d'une lésion maligne.

Hypothyroïdie chez les enfants

Les hormones thyroïdiennes sont importantes pour le développement du système nerveux central du fœtus et la formation de l'intelligence à l'avenir dès le développement intra-utérin. Le développement du cerveau dépend du taux de T4 dans le sang. La pose de la glande thyroïde et du cerveau se produit à 3-4 semaines de développement et la carence en hormones thyroïdiennes à ce moment aggrave considérablement la différenciation du cerveau, suspend son développement. En conséquence, l'architecture du cerveau fœtal change et sa taille diminue. Tout au long de la première moitié de la grossesse, le fer chez le fœtus ne fonctionne pas, le développement du cerveau dépend donc des hormones de la mère. L'hypothyroxinémie a les conséquences les plus néfastes dans les premiers stades. Lorsque la glande fœtale s'est formée et synthétise la quantité nécessaire d'hormones, l'hypothyroxinémie de la mère n'affecte plus le pronostic intellectuel de l'enfant..

Une autre chose est que si, pour une raison quelconque, la glande fœtale ne se développe pas correctement, l'enfant souffrira d'hypothyroïdie congénitale. Les raisons de son développement sont l'absence totale ou partielle de la glande, des lésions intra-utérines, une violation de la synthèse hormonale, déterminée génétiquement. Des mutations ont été trouvées dans les gènes de la peroxydase thyroïdienne et du gène de la thyroglobuline, ce qui entraîne une diminution de l'absorption d'iode par les cellules de la glande, une violation de l'organisation de l'iodure et, par conséquent, une diminution de la formation d'hormones.

Comme indiqué ci-dessus, l'hypothyroïdie congénitale chez les enfants est un problème grave, il est donc important de la détecter le plus tôt possible. Le dépistage néonatal de l'hypothyroïdie est réalisé en plusieurs étapes:

  • À la maternité, le sang est prélevé au talon et envoyé au centre de génétique médicale. Les échantillons de sang avec des niveaux de TSH plus élevés sont retestés. Si la TSH est supérieure à 50 mUI / L chez un nouveau-né, une hypothyroïdie est suggérée, et si la TSH est supérieure à 100 mUI / L, il y a une probabilité plus élevée de maladie.
  • Dans la clinique pour enfants, à la suite de tests répétés, le diagnostic final est établi et l'enfant est surveillé.

L'hypothyroïdie chez les nouveau-nés peut être suspectée par la présence de:

  • Poids de naissance élevé.
  • Gonflement du visage et des paupières.
  • La présence d'une langue largement répandue.
  • Décharge tardive du cordon ombilical.
  • Écoulement tardif de méconium chez les nouveau-nés.
  • Jaunisse prolongée des nouveau-nés (plus de 7 jours).
  • Une voix basse et rauque.

Les symptômes de l'hypothyroïdie chez les nourrissons comprennent également un léger réflexe de succion, une lenteur des mouvements, une pâleur de la peau du visage, de la fatigue, une hernie ombilicale, un besoin accru de sommeil et des réflexes lents. Si le traitement n'est pas effectué, l'hypothyroïdie chez le nourrisson progresse à 3-6 mois: le bébé a une perte d'appétit, une faible prise de poids, des flatulences et de la constipation, une hypothermie (mains, pieds froids). Les symptômes de l'hypothyroïdie chez les enfants de moins d'un an comprennent des manifestations épidermiques: sécheresse sévère et desquamation de la peau, cheveux cassants et ternes. Déjà à cet âge, l'hypotonie musculaire, le développement psychomoteur retardé et plus tard - la poussée dentaire sont au premier plan.

Un retard dans les noyaux d'ossification conduit au fait que le squelette du bébé est en retard de développement, les enfants commencent à s'asseoir tard. L'enfant ne grandit pratiquement pas (le nanisme thyrogène se développe) et la grande fontanelle se ferme tard (à 8-10 mois). Une modification de l'état des muscles squelettiques peut être observée par la léthargie et la fatigabilité rapide de l'enfant. Il a une position définie du corps - une forte lordose lombaire et des fesses saillantes. Le retard de croissance du squelette et l'hypotonie musculaire entraînent un retard brutal du développement physique. Les symptômes de lésions du système nerveux central se manifestent par une léthargie et des troubles mentaux..

Pour établir un diagnostic, il suffit de déterminer la TSH (augmentation du taux) et la T4 (diminution du taux). Chez les enfants, une variante de la norme est considérée comme TSH jusqu'à 20,0 mU / l, si elle est supérieure à 20,0 mU / l, les analyses sont répétées dans le temps. Avec une TSH supérieure à 50,0 mU /, il y a déjà une suspicion de maladie et au-dessus de 100,0 - la présence d'une hypothyroïdie congénitale.

Le traitement avec des médicaments thyroïdiens est instauré immédiatement après le diagnostic. Déjà avec une augmentation de la TSH de 50 à 100 mU / l, le traitement est prescrit sans attendre les résultats répétés de l'étude. Une semaine après le début du traitement, des tests de contrôle sont effectués - avec des résultats normaux, le traitement est arrêté et poursuivi avec un taux accru de TSH. Des études de contrôle supplémentaires sont effectuées tous les 2-3 mois jusqu'à un an de la vie d'un enfant, et après un an - tous les 4 mois. Les enfants, comme les adultes, se voient prescrire de la L-thyroxine, mais la condition fondamentale devrait être l'absence de lactose dans la préparation. Les petits enfants sont administrés sous forme écrasée et la dose initiale est de 12,5 mcg par jour..

Le forum confirme la conclusion en faveur du fait que la correction hormonale dans les premiers stades affecte le développement physique et mental des bébés. Un développement normal n'est possible que si le traitement est commencé au cours du premier mois de vie. Sans traitement, les enfants deviennent mentalement retardés et de petite taille.

L'efficacité du traitement est déterminée par l'état de l'enfant, sa croissance et les modifications du squelette, du développement physique et mental. Pour la prévention de l'anémie, les enfants se voient prescrire des médicaments anti-anémiques (fer, acide folique, vitamines B1, B12). Les cours sont utilisés pour le traitement avec des préparations d'acide alpha-lipoïque, des hépatoprotecteurs, des préparations nootropiques et enzymatiques. Diriger des cours de thérapie par l'exercice et de massage.

Le processus de soins infirmiers (technologie infirmière) pour ces nouveau-nés comprend:

  • En maintenant la température de confort dans la pièce et en gardant les nouveau-nés, en particulier leurs membres au chaud, car les bébés gèlent et ont constamment les mains et les pieds froids.
  • En surveillance constante du pouls, de la température et de la fréquence des selles.
  • Prendre soin de la peau du nouveau-né, car les changements cutanés (sécheresse, desquamation, tendance à l'irritation) dans cette condition nécessitent des soins particuliers. Des cosmétiques hydratants et émollients pour enfants sont utilisés (crème, émulsion corporelle, huile).
  • Contrôle du poids avec pesée hebdomadaire obligatoire.

Hypothyroïdie pendant la grossesse

Les possibilités de la fonction reproductrice d'une femme dépendent de l'équilibre des hormones thyroïdiennes. Chez les femmes, les hormones thyroïdiennes affectent la puberté, l'ovulation, la fonction menstruelle et le développement de la grossesse physiologique. La grossesse avec hypothyroïdie thyroïdienne est rare, par conséquent, en cas de difficultés de conception, il est impératif de vérifier le fonctionnement de la glande. L'évolution de la grossesse elle-même, si elle est survenue, s'accompagne de complications avec l'hypofonction thyroïdienne.

Pendant la grossesse, des facteurs agissent sur la glande qui affectent sa fonction. La gonadotrophine chorionique humaine (produite pendant la grossesse) est structurellement similaire à l'hormone stimulant la thyroïde. Par conséquent, il stimule davantage la glande thyroïde à produire des hormones, ce qui entraîne une diminution des niveaux de TSH. À mesure que la grossesse augmente (au deuxième trimestre), le taux de TSH revient à la normale.

La présence d'hypothyroïdie à la fois subclinique et manifeste a des conséquences irréversibles sur le fœtus et la fonction cérébrale. Les 16 premières semaines du fer foetal sont toujours en formation et son développement se produit sous l'influence des hormones maternelles. Si, lorsque l'hypothyroïdie est détectée chez la mère, le besoin en hormones n'est pas reconstitué, en plus de la pathologie de la grossesse elle-même, il peut y avoir des conséquences pour l'enfant: une diminution de l'intelligence, diverses malformations, un faible poids à la naissance et le risque de mortalité infantile. Les femmes atteintes d'hypothyroïdie non compensée ont des saignements, un décollement placentaire, un travail prématuré, une augmentation de la pression artérielle et souvent la nécessité d'une césarienne.

Compte tenu de l'importance des conséquences de l'hypothyroïdie pour la femme enceinte elle-même et le fœtus, toutes les femmes pendant la grossesse, immédiatement après l'avoir confirmée et en dynamique tout au long de la grossesse, doivent définitivement déterminer le niveau de TSH. Ils sont guidés par les valeurs suivantes du niveau TSH:

  • au premier trimestre 0,1-2,5 mUI / l;
  • au deuxième trimestre 0,2-3;
  • au troisième trimestre 0,3-3,5.

Toutes les valeurs de TSH qui dépassent les limites supérieures sont considérées comme une hypothyroïdie subclinique pendant la grossesse, qui doit être corrigée avec des hormones. Les doses de départ chez les femmes enceintes sont les mêmes - de 50 à 125 mcg / jour. Cependant, des précautions doivent être prises pour éviter un surdosage, qui est associé à des issues défavorables de la grossesse. Le niveau de TSH est d'abord surveillé tous les 1 à 1,5 mois, puis tous les 3 mois.

Les femmes enceintes ont besoin d'une correction parallèle de la carence en iode en prescrivant des préparations d'iodure de potassium (par exemple, l'iodomarine), étant donné que les femmes enceintes sont une catégorie vulnérable à la carence en iode. La carence en iode a un effet négatif sur le développement neuropsychiatrique (retard du développement mental et physique). Toutes les femmes enceintes ont besoin de 250 mcg d'iode.

Régime

Régime alimentaire pour l'hypothyroïdie

  • Efficacité: effet thérapeutique après 3 semaines
  • Timing: constamment
  • Coût des courses: 1480-1660 roubles par semaine

Une nutrition adéquate et appropriée est importante pour cette pathologie. Un régime avec restriction des glucides et des graisses est montré, dans le même temps, les patients doivent consommer une quantité accrue de protéines (120-140 g).

Les fruits de mer sont indispensables pour cette pathologie, car ils contiennent les oligo-éléments nécessaires, ils sont faibles en calories, ce qui est important pour maintenir un poids normal. Le deuxième élément important de l'alimentation devrait être les légumes dans toute préparation, les fruits frais et les céréales à grains entiers..

La vitamine A, contenue dans les huiles végétales, les légumes frais et les fruits (carottes, tomates, pêches, citrouille, poivrons, abricots, melons), les noix et les herbes est tout aussi importante dans l'alimentation. Étant donné que les patients sont sujets à la constipation, leur alimentation doit contenir la plupart des légumes et des fruits, des jus de pulpe, du son, du pain au son et des fruits secs qui améliorent la motilité intestinale (pruneaux, abricots secs, dattes, figues).

Si les préparations d'iode susceptibles de provoquer un surdosage ne sont pas toujours indiquées pour l'hypothyroïdie, des aliments contenant de l'iode doivent être présents dans l'alimentation des patients. Tout d'abord, ce sont les poissons et fruits de mer. Le poisson (maquereau, hareng, morue et foie de morue) contient également une grande quantité d'huile de poisson, qui est un mélange d'acides oléique et palmitique, ainsi que d'acides gras polyinsaturés oméga-3 et oméga-6. La principale valeur des graisses de poisson est les acides gras oméga-3, car ils empêchent le développement de l'athérosclérose, des maladies cardiovasculaires et réduisent le risque de diabète. L'iode, le brome et le phosphore sont également présents dans l'huile de poisson, mais en quantités insignifiantes, ils ne peuvent donc pas avoir d'effet thérapeutique. Du groupe des fruits et légumes, l'iode contient des betteraves, des radis, des bananes, des raisins de Corinthe, de la laitue, des carottes, des raisins, des pommes, des asperges, des haricots, des kakis, des melons, des tomates, des pommes de terre, du citron, des abricots, des épinards, du chou, des prunes, des canneberges, des pois, des fraises, des oignons, Rhubarbe. Ils sont riches en noix et en pignons de pin.

Le problème principal des patients est le surpoids. Il existe un lien entre les hormones glandulaires et l'obésité. Le niveau d'hormone thyréostimulante dans l'obésité est souvent élevé, ce qui est associé à l'action de la leptine, ce qui complique quelque peu le traitement de l'hypothyroïdie. Chez les patients souffrant d'hypothyroïdie et d'obésité, il y a des changements dans le spectre lipidique - augmentation du cholestérol total et du cholestérol LDL.

Le conseil de l'endocrinologue sur la façon de perdre du poids avec l'hypothyroïdie est d'augmenter la dépense énergétique tout en suivant un régime hypocalorique tout en prenant des préparations de L thyroxine. Prendre les médicaments en soi ne vous donnera pas la possibilité de perdre du poids - une légère perte de poids est possible après avoir commencé à les prendre, mais cela est dû à la perte d'un excès de liquide et non de graisse. Pour réduire la graisse corporelle, vous avez besoin d'une activité physique quotidienne, d'un régime alimentaire et, si nécessaire, de médicaments pour perdre du poids, qui seront recommandés par un endocrinologue..

La prévention

  • Inclure des aliments riches en iode dans l'alimentation.
  • Examen des femmes enceintes afin d'identifier la forme subclinique de la maladie avec un traitement ultérieur. Ces mesures préviennent le développement d'une hypothyroïdie congénitale chez un enfant..
  • Traitement opportun de la thyroïdite, qui dans les cas avancés acquiert une évolution chronique avec fibrose et hypothyroïdie. Pour prévenir la thyroïdite, il est important de prévenir les maladies infectieuses et virales.
  • Après une thyroïdectomie ou un traitement à l'iode radioactif, les patients doivent surveiller attentivement le taux d'hormones et être sous surveillance dispensaire.

Conséquences et complications

Pourquoi l'hypothyroïdie est dangereuse?

  • Le système nerveux central souffre - dépression et troubles de la mémoire chez les adultes. L'hypothyroïdie d'une femme enceinte est dangereuse pour le développement du fœtus, principalement pour le développement de son système nerveux central. Dans l'hypothyroïdie maternelle, les modifications du système nerveux central du fœtus sont irréversibles.Par conséquent, plus tard chez les enfants, un retard mental peut aller jusqu'au crétinisme.
  • Favorise le développement de la dyslipidémie et de l'hypertension, qui provoquent la progression de l'athérosclérose et augmentent le risque de pathologie cardiovasculaire, sa progression et la mort des maladies cardiovasculaires. Dans le même temps, la forme subclinique est également dangereuse, car il existe un lien avec un niveau accru de cholestérol et de triglycérides lipoprotéiques de basse densité. La forme subclinique chez les personnes âgées s'accompagne d'un risque de développer une fibrillation auriculaire.
  • L'ostéoporose progresse.
  • Développement possible d'un adénome secondaire de l'hypophyse.
  • Hydropéricarde, ascite, hydrothorax se développent. Ces complications sont observées dans les cas sévères (myxœdème). L'accumulation de liquide dans la cavité péricardique se produit le plus souvent et est notée chez 30 à 80% des patients. L'épanchement s'accumule lentement et son volume varie de insignifiant (10-30 ml) à 100-150 ml. Cependant, la tamponnade cardiaque est très rare. Le liquide ascitique dans l'ascite myxoedème contient de grandes quantités de protéines.
  • Coma myxœdème (hypothyroïdien). Une complication grave qui survient sous une forme aiguë est la décompensation aiguë. Elle se développe sous l'influence de divers facteurs provoquants: intoxication, traumatisme, hypothermie, infarctus du myocarde, pneumonie du sujet âgé, accident vasculaire cérébral, hémorragie, anesthésie, chirurgie, maladies infectieuses, situations stressantes et conditions hypoxiques. Il se développe généralement chez les femmes majeures en hiver. La ventilation artificielle des poumons, la thérapie par perfusion, les médicaments vasoconstricteurs, les corticostéroïdes et les préparations de L-thyroxine sont administrés par voie intraveineuse (ou par tube).
  • Diminution de la fertilité chez les femmes et les hommes. La possibilité de grossesse est fortement réduite. Avec une grossesse existante, il existe un risque élevé de fausse couche et de faible poids à la naissance.

Prévoir

Avec un traitement approprié et une dose adéquate d'hormonothérapie substitutive, le pronostic est favorable. Ainsi, avec une forme subclinique, même le développement inverse de la dyslipidémie est noté. Avec des complications graves sous forme d'épanchement pleural, péricardique et d'ascite, lorsque des hormones sont prescrites, l'épanchement disparaît et les patients se rétablissent rapidement.

Le coma myxémateux est une complication grave de l'hypothyroïdie non traitée et à long terme non compensée. L'inhibition du système nerveux central se transforme en coma. Les patients sont placés dans l'unité de soins intensifs. Le taux de mortalité atteint 50 à 80%. Actuellement, cette complication est très rare..

Liste des sources

  • Dedov I.I., Melnichenko G.A., Fadeev V.V. Endocrinologie (manuel pour les étudiants en médecine). - M. Médecine, 2000.
  • Fadeev V.V., Melnichenko G.A. Hypothyroïdie Un guide pour les médecins. - M.: "RCI Sovero press", 2002. - 216 p..
  • Troshina E.A., Alexandrova G.F., Abdulhabirova F.M., Mazurina N.V. Syndrome d'hypothyroïdie dans la pratique d'un interniste / Guide méthodologique pour les médecins. 2002.
  • Fadeev V.V. Concepts modernes de diagnostic et de traitement de l'hypothyroïdie. - Problèmes d'endocrinologie. Volume 50. N ° 2. 2004.
  • Levchenko I. A., Fadeev V. V. Problèmes d'endocrinologie - 2002. - V. 48. - N ° 2. - P. 13 - 22.

Formation: Diplômé de la faculté de médecine de Sverdlovsk (1968 - 1971) avec un diplôme d'assistant médical. Diplômé de l'Institut médical de Donetsk (1975 - 1981) avec un diplôme en épidémiologiste et hygiéniste. Il a terminé des études supérieures à l'Institut central de recherche en épidémiologie de Moscou (1986 - 1989). Diplôme universitaire - candidat en sciences médicales (diplôme délivré en 1989, défense - Institut central de recherche d'épidémiologie, Moscou). A suivi de nombreux cours de formation avancée en épidémiologie et maladies infectieuses.

Expérience professionnelle: Chef du département désinfection et stérilisation 1981 - 1992 Chef du département des infections hautement dangereuses 1992 - 2010 Activité d'enseignement à l'Institut médical 2010 - 2013.

commentaires

Personne n'est à l'abri des problèmes de glande thyroïde. Malgré une bonne nutrition, un mode de vie sain, des problèmes me rongeaient aussi. Après avoir accouché, je suis allé chez le médecin avec des plaintes de faiblesse, de prise de poids incontrôlée, d'œdème. Mon problème s'appelle l'hypothyroïdie et j'ai dû l'accepter. Pas immédiatement, mais a décidé de prendre des hormones. Cela n'a fait qu'empirer. Par conséquent, l'endocrinologue a sélectionné un peptide non hormonal - la tyramine. Il m'a ensuite aidé à reprendre une vie normale. Après le troisième cours, le poids s'est stabilisé, l'œdème a disparu, le cycle est revenu à la normale. Je comprends que je suis en danger. Et il est trop tôt pour parler d'un rétablissement complet. Je bois de la Tyramine pour la prévention. C'est bien mieux que de prendre des hormones pour la vie..